skip to Main Content
Menu

Chapitre 6 : +1/-1 Guerrier

Pour le moment, ils n’avaient pas d’autre choix que de faire avec la décision de Ranta. Haruhiro considéra la possibilité de quitter la Guilde des Voleurs pour rejoindre celle des Guerriers, mais ce n’était pas réalisable. Il ne pouvait pas faire attendre les autres sept jours pendant qu’il subissait la formation de Guerrier. Et il y avait un autre problème : l’argent.

Ils avaient tous reçu 10 pièces d’argent en devenant des apprentis de la Lune Pourpre, mais 8 pièces par personne avaient été dépensées afin de rejoindre leurs guildes respectives. Ils ne leur restaient donc que 2 pièces d’argent chacun à utiliser librement. Mais pour dire vrai, ce n’était même pas réellement le cas. Bien que le gîte et le couvert furent inclus dans les cours intensifs, ils devaient maintenant se débrouiller eux-mêmes pour se payer un logement et de la nourriture.

Pour se nourrir, en se serrant un peu la ceinture, 10 capas par jour suffiraient. Le logement, lui, à moins de bien vouloir dormir dans la rue, allait être plus problématique. Il ne s’était pas encore bien renseigné, mais il semblait que louer une chambre coûtait en moyenne entre 40 et 50 capas par personne, par jour. Ils pouvaient peut-être se passer d’un toit pour économiser, mais ils étaient bien obligés de manger. Au minimum, ils allaient donc devoir dépenser 10 capas par jour.

Deux pièces d’argent. Deux-cents capas. Vingt jours de nourriture.

Ils devaient trouver un moyen de gagner de l’argent. Avant même de penser à acheter le contrat de membre de la Lune Pourpre auprès de Bri, assurer leur survie au jour le jour était impératif. Comment obtenir quelques pièces ?

En travaillant, bien évidemment.

Haruhiro et les autres avaient donc quitté Altana, en passant par la porte nord afin de commencer leur travail d’apprentis de la Lune Pourpre. Mais avant de pouvoir aller bien loin, ils aperçurent un grand homme affublé d’une cotte de mailles d’apparence sale et miteuse. Il était assis dans l’herbe, au bord de la route.

« … Moguzo ? », demanda Haruhiro.

L’homme leva lentement la tête puis cligna des yeux. Il ouvrit puis ferma la bouche à plusieurs reprises, mais aucun son n’en sortit. Haruhiro et Manato échangèrent un regard.

« Heu… » Yume leva la tête et fixa les nuages cotonneux qui flottaient dans le ciel. « Mogozu, tu n’avais pas été traîné dehors par Ragmound pour rejoindre son groupe ? »

« Raghill, pas Ragmound. », corrigea Haruhiro en approchant Moguzo. « Ça va pas ? T’es tout seul ? »

Moguzo fronça les sourcils et acquiesça lentement.

« J’ai compris ! », s’écria Ranta en essayant de claquer des doigts, sans parvenir à produire le moindre son. « Ils t’ont viré, pas vrai ? Raghill t’a proposé de les rejoindre, mais quand ils ont compris à quel point tu étais inutile et lent d’esprit, il a changé d’avis et t’a jeté dehors ! »

« Ranta… », commença Haruhiro, avant de se retenir. C’était inutile ; ce sale gosse était irrécupérable.

« Mes sous. », grogna Moguzo. « Il a tout pris. Il m’a dit de lui donner, qu’il allait m’apprendre les bases… »

« C’est horrible. », chuchota Shihoru.

« Je te l’avais dit. », se vanta Ranta d’un air vexé. « C’est pour ça que je t’avais dit de ne pas le suivre. Je t’avais dit que Raghill n’était pas digne de confiance. Je savais depuis le départ qu’il n’était qu’un tas de haillons, une colline d’ordures.* »

« T’es mal placé pour parler. », répliqua Haruhiro.

« Ta gueule, Haruhiro ! En quoi je suis une ordure ?! Liste-moi les raisons ! Je te défie de me les lister ! »

« Vraiment ? Ok. Premièrement— »

« Arrête ! Tu gardes vraiment en tête une liste des défauts des gens ? C’est dégueulasse ! C’est toi l’ordure ! »

« Wow. Se faire traiter d’ordure par une ordure, c’est super insultant… »

« Moguzo. » Manato s’accroupit près de lui et posa une main sur son épaule. « Tu as rejoint la Guilde des Guerriers, pas vrai ? »

Moguzo était équipé d’une cotte de mailles, de bottes et de gants en cuir, ainsi que d’une épée bâtarde, rengainée dans un fourreau attaché en diagonale dans son dos. Tous ses équipements semblaient être de seconde main, mais à en croire son apparence, Moguzo appartenait clairement à la classe des Guerriers. Grâce à sa grande taille et sa large carrure, cette nouvelle apparence lui convenait bien.

« Ouais. », répondit Moguzo, en regardant brièvement Manato. « J’ai rejoint la Guilde des Guerriers. »

« C’est parfait ! » Haruhiro tapa dans ses mains. « Bien que ce soit la faute d’Ordurehill, il se trouve que notre groupe manque d’un guerrier… »

« Haruhiro, quand tu dis Ordurehill, tu parles de toi, pas vrai ? »

Haruhiro ignora le commentaire de Ranta et se tourna plutôt vers Yume et Shihoru. « Vous en pensez quoi, vous deux ? »

« Je pense que ce serait super. », approuva rapidement Shihoru.

« Qu’est-ce qui serait super ? », demanda Yume, ne comprenant clairement pas la situation.

« Eh bien, tu vois, notre groupe manque d’un Guerrier, et Moguzo s’avère en être un. En plus, il ne fait partie d’aucun groupe actuellement. Je veux dire, c’est juste parfait, tu ne trouves pas ? »

« Ooh… », répondit solennellement Yume, avant de fixer Moguzo. « Moguzo, tu veux rejoindre le groupe de Yume ? »

« … Je… Je peux vraiment rejoindre votre groupe ? »

« En ce qui me concerne, ce serait un plaisir. » Manato lança un grand sourire à Moguzo. « Si ça te convient, bien sûr. »

Haruhiro porta discrètement un regard suspicieux sur Ranta. Si quelqu’un devait s’y opposer, ce serait ce gamin. Mais contre toute attente…

Ranta se glissa en trottant derrière Moguzo et lui fit une clé de cou amicale. « Je suppose qu’on n’a pas vraiment le choix ! Je m’occuperai bien de toi, tu n’as qu’à devenir un bon bouclier humain ! Prépare-toi à mourir pour moi, Moguzo ! »

« Oh. C’était donc ça ton intention. », dit Haruhiro.

« Quoi ? Ai-je dit quelque chose d’étrange ? Nop. Clairement pas. C’est le boulot des Guerriers de se tenir en première ligne et de tanker, pas vrai ? Ils sont censés être ceux qui subissent la grande majorité des attaques ennemies ! C’est pour ça qu’ils sont couverts de métal — au potentiel défensif élevé. »

« Ranta a parfaitement raison. », ajouta Manato l’expression grave, tandis qu’il fixait Moguzo. « Je ne dis pas ça pour t’effrayer, mais le rôle d’un Guerrier est de loin le plus éprouvant. Néanmoins, tu peux compter sur nous tous pour te soutenir, et en cas de problème, j’utiliserai ma Magie Lumineuse pour te soigner. Donc, ne t’inquiète pas trop. »

Moguzo hocha la tête. « Je vais faire de mon mieux. Mais… » Il caressa son ventre. « Je n’ai pas d’argent… »

« Je t’en prêterais. Je trouverais un moyen de me débrouiller pour l’instant, et une fois que l’on commencera à gagner de l’argent, nous n’aurons plus à nous faire de soucis. »

« Que ce soit bien clair. » Ranta sourit jusqu’aux oreilles, tapotant la tête de Moguzo. « Je ne te prêterai pas le moindre centime. Je ne rends jamais l’argent que j’emprunte, donc je ne prête pas mon argent non plus. C’est ma politique ! »

« Sérieusement ? », répliqua immédiatement Haruhiro. « Tu vaux vraiment rien. »

Ranta tira la langue avant de lui adresser un doigt d’honneur. « Haruhiro. »

« Quoi ? »

« Qu’est-ce que tu obtiens quand tu multiplies un nombre négatif avec un autre nombre négatif ? Un nombre positif, on est d’accord ? »

« Et donc ? »

« C’est ce que je suis. »

« Qu’est-ce que t’essayes de me dire ? »

« Toujours aussi lent, hein ? J’ai choisi la voie du Chevalier Noir et non celle du Guerrier, tu t’en souviens ? Puis, on tombe sur Moguzo, qui se trouve être un guerrier sans groupe. Ça s’est parfaitement goupillé, et c’est UNIQUEMENT GRÂCE À MOI. »

« Je suis sincèrement un peu jaloux. », déclara Manato en souriant. « Tu as toujours cette façon de regarder les choses du bon côté. Ce n’est pas quelque chose que l’on peut faire simplement en en ayant envie. C’est un véritable talent. »

« C’est clair ! Contrairement à cet abruti d’Haruhiro, je savais que toi, tu pouvais le comprendre ! »

« Si tu le dis. » Lui répondre ne servirait qu’à s’épuiser. Au lieu de cela, Haruhiro se tourna vers Moguzo et lui tendit une main. « Allons bosser, Moguzo ! »

Moguzo attrapa sa main et Haruhiro tenta de le relever en tirant son bras. « Moguzo. », grogna Haruhiro. « Je peux pas te relever tout seul, aide moi un peu… »

« Ah, pardon. », répondit Moguzo en se levant.

Peut-être allaient-ils s’en sortir, après tout, pensa Haruhiro.

<< Précédent <<    >> Suivant >>


* En anglais, « a heap of rags, a hill of trash. ». Il s’agit d’un jeu de mots sur le nom Raghill : rag pouvant être traduit par vieux chiffon, quelque chose en lambeau, sans valeur, tandis que hill signifie colline. L’insulte n’a pas vraiment de sens en français, malheureusement. Mais imaginons que quelqu’un se prénomme « Tasramassis » (C’est un très beau nom, chut.), Ranta aurait alors dit quelque chose comme « ce n’est qu’un tas d’ordure, un ramassis de conneries ! ». Bref, il découpe le nom en deux parties pour les utiliser dans une insulte.

Cet article comporte 2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Back To Top