Génération ­­­­– Créez vos personnages !

septembre 2017 modifié dans Écriture
Suite à un attentat perpétué par un Pian, ayant fait plus de 290 victimes, l'état ordonne la capture de tout les gens à pouvoirs. Dix ans plus tard, Saul, jeune homme distant et sarcastique doit se cacher de l'état par tout les moyens pour évitez de se faire prendre, mais quand un évènement improbable se produit...


Le synopsis juste au-dessus est temporaire x) il restera comme ça, jusqu’à ce que je trouve quelque chose de mieux :)
Bref, venons à ce qui nous intéresse vraiment ! Le mot « communautaire » ! En gros, Génération est une histoire où vous pouvez créer votre propre perso (enfin, ce n’est pas forcément un perso, ça peut-être un animal, un bâtiment, une marque de préservatif, etc.), pour ça c'est très simple, pas besoin d'un BAC +5 en management. Vous me donnez juste 2 mots que vous aimez particulièrement, si vous préférez être méchant ou gentil, l'apparence que vous imaginez à votre perso, et c'est tout ! Le reste je le fais comme un grand garçon. :)
Bien évidemment, tout ne va pas être comme vous l'imaginez, je vais me permettre certaine chose, alors par exemple un pouvoir qui a première vu parait nul, peut être en réalité très destructeur, je pense, au pouvoir : Imbroglio.

Vous remarquerez que l'univers ressemble à celui de My Hero Academia, mais avec des différences (sinon où est le but ? î_î).

J'espère que vous serez nombreux à participer. Je posterai dans quelque temps le premier chapitre pour vous mettre l'eau à la bouche.

Sur ce !
«134

Commentaires

  • thelordgio a dit :

    YEAH !

    Tu l'attends avec autant d'impatience ? XD
    (Je suis en train de me dire qu'on est quand même ancien sur ce site î_î)

  • Ancien ? ça fait un moment que j'avais rien posté XD mais pour IQ j'ai fais une exception
  • Oui ancien, je crois t'était là en début 2016 mon p'tit Gio xD Sinon, ouais, moi aussi j'avais pas poster depuis longtemps, mais là nostalgie m'a piquée.
    Bon je vais laisser les autres noter leurs persos, donc chuuuuuuuuut :smiley:
    _________________________________________________________________________________________________________
  • septembre 2017 modifié
    Bonjour ! Je poste donc le 1er chapitre en attendant vos retours ! :)
    _________________________________________________________________________________________________________
    Chapitre 1 : Les Pian et le Bélier.
    — J’aimerais vous parler d’un sujet tabou. Étant donné les dissertations sur les discriminations, j’ai remarqué que certains étaient plutôt renfermés à l’idée de cohabiter avec des personnes ayant des différences que ce soit ethnique, racial, ou même sociétal. Je voulais savoir ce que vous pensiez d’une discrimination qui soit juste née à cause de la peur. D’une xénophobie si vous préférez, finit le professeur en écrivant sur le tableau numérique quatre lettres. P. I. A. N.
    — Pour les PIAN c’est pas pareil, Monsieur, répondit un des adolescents. Même s’ils ne sont pas tous pareils, les seuls dont on a entendu parler étaient des terroristes ou des PIAN ayant fait des morts à cause de leurs pouvoirs.
    — Oui, il a raison, continua une jeune fille avec un regard dubitatif, on ne peut pas aimer ou considérez des gens dont l’image que l’on a d’eux n’est que négative.

    Le professeur regarda les élèves concernés avec un regard appuyé ce qui montrait qu’il cherchait clairement à trouver une explication compréhensible pour tous.

    — Qui ici a réellement essayé de rencontrer un PIAN ? il attendit quelques secondes. Personne. Pas même moi, ici présent. Mais c’est justement cette peur qui fait que nous n’arrivons pas à avancer vers eux et personne ne peut casser cette chaîne. Seuls les concernés peuvent changer la donne.
    « Une morale… sur les PIAN, lui qui militait contre nous il y a quelques mois… En plus, il a même pas réellement répondu aux arguments des autres. »
    — Oui, mais leurs pouvoirs sont un véritable facteur de racisme. Hum, enfin, de xénophobie, ajouta une jeune fille avec une pointe d’agacement dans la voix.
    — Je n’ai pas dit le contraire Clara. Cela dit, quelqu’un connaît-il la signification de PIAN ? sa question fut suivie d’un long silence. Martin par exemple ? Non ? D’accord, et bien Saul alors.
    « Hein ? »
    — Excusez-moi j’étais ailleurs… il regarda le professeur avec un regard plat avant que Clara ne lui chuchote la question. Ah… Et bien, ça veut dire : Pouvoir Inexpliqué Apparu à la Naissance.
    — Comme attendu de notre bien aimé Saul ! répondit Martin en le fixant d’un sourire insouciant, ce qui fit rire une bonne partie des élèves.
    — Merci de ton intervention, Martin, souffla le professeur. Sinon la réponse à Saul est bien la bonne. Donc les PIAN sont une catégorie de gens que l’ont réduit à un acronyme, n’est-ce pas un peu réducteur ? Sachant qu’être PIAN est juste être née avec un pouvoir, comme un enfant blanc né blanc, ou un enfant noir né noir, les PIAN naissent PIAN en plus d’être noir, blanc ou autres, ils ont dès le début de leurs vies plusieurs facteurs de discrimination, la couleur de peau, l’ethnie, la religion, leurs places dans la société, et en plus, le fait d’être PIAN. Ils naissent avec un problème que d’autre—
    — Excusez-moi de vous couper, Monsieur, commença Saul. Vous pensez que naître PIAN est un « problème » ? Sans vouloir vous offensez ou autre… vous n’avez pas dit que naître blanc ou noir en était un, donc au fond de vous, vous avez une forme de discrimination envers les PIAN… non ?

    Le professeur resta debout en regardant Saul, apparemment sans savoir quoi répondre. La sonnerie vint couper le cours des événements.

    — Ah ! Vous êtes sauvé par le gong, Monsieur, s’exclama Martin avec un regard et un sourire provocateur.
    — Évite de chercher, Martin, dit Saul en regardant le sol. Ça va encore te retomber dessus.
    — Ahah ! Oui, oui, je sais, mais tu sais bien que je ne peux pas m’en empêcher !
    — C’est bien pour ça que t’as été menacé d’expulsion, je ferais quoi si mon ami de longue date devait partir ?
    — C’est une déclaration d’amour ? demanda Martin avec une voix efféminée.
    — Garde tes fantasmes pour toi, répondit Saul avec un sourire amusé.

    Ils sortirent tous deux de la salle avant que Clara ne les rattrape. Elle tapota l’épaule à Saul pour qu’il libère de la place entre lui et Martin.

    — Vous avez l’intention d’aller quelque part les gars ?
    — Hmm… chez moi semble être une bonne idée, répondit Saul en regardant la réaction de Clara, mais elle n’en eut pas, probablement habituée à l’attitude nonchalante de celui-ci.
    — Moi, je dois partir à mon entraînement.
    — Le basket ? Hum, enfin, c’est le badminton aujourd’hui… nan ? demanda Clara avec curiosité.
    — Nan, c’est l’aïkido aujourd’hui, répondit Saul à la place de Martin.
    — Comment fais-tu pour faire autant de sport différent !? s’exclama-t-elle.
    — Ma mère me dit la même chose…

    Après avoir un peu déambulé dans le lycée, ils sortirent enfin du bâtiment, Clara les laissa et monta dans son bus. Saul et Martin eux, prenaient le tramway avec une autre amie de longue date. Ils s’arrêtèrent tous deux un peu plus loin, attendant la fille concernée. Martin rompit le silence qui s’était installé depuis un certain temps.

    — Hey, Saul.
    — Hm ?
    — Tu as bien remarqué pour Clara, non ?
    — Oui, faudrait être aveugle pour ne pas le voir.
    — Alors pourquoi tu ne lui proposes pas de sortir avec toi, vous allez assez bien ensemble, vous deux.
    — Assez bien… chuchota Saul en fixant le sol. Même si tu me dis ça je n’ai pas envie de la blesser, ni de la vexer.
    — Donc tu ne vas pas donner de réponse à ses avances ?!
    — Non, en tout cas pas maintenant.
    — Arrête d’être nonchalant sérieux, c’est plutôt avec ce comportement que tu vas la blesser ou la vexer !
    — …

    Saul ne répondit rien puisqu’il savait que son ami avait raison, mais pour plusieurs raisons, il ne pouvait et ne voulait pas d’une petite amie. Tout ça était plus que personnel, donc il s’évertuait à ne jamais en parler.
    Une voix aiguë appela les deux jeunes hommes.

    — Sauuul !! Martiiin ! Courez ! On va louper le tram !
    — Putain… Jade, c’est toi qu’est en retard je te rappelle ! cria Martin en poursuivant la jeune fille qui venait de passer comme un éclair.

    Saul courut juste. Il savait que hausser le ton sur elle ne servait à rien, c’était comme parler dans le vent. Ils arrivèrent tous trois une minute en avance et discutèrent un peu de leurs journées de cours. Le soleil se couchait déjà derrière les immeubles de la ville.
    Le tram s’arrêta et ils montèrent. Martin s’affala sur un des sièges, suivi de Jade qui s’assit sur le siège d’à côté, laissant Saul debout, ce qui ne le dérangeait pas spécialement. Après plusieurs stations Martin descendit pour son entraînement et Saul put enfin s’asseoir.

    — Saul, tu penses quoi des PIAN ? demanda t-elle avec un sérieux que Saul n’avait jamais vu chez elle.
    « Ça doit être important pour elle. »
    — Ce que j’en pense… Je dirais que je les trouve courageux de vivre avec toute cette pression.
    — Je vois. Sinon ! Tu veux pas venir récupérer ta guitare ?!
    — Nan.
    — Ah ?! Pourquoi ? Ça va faire deux ans qu’on la garde.
    — C’est bon, c’est pas comme s’il fallait lui donner des croquettes et de l’eau.
    — Raaah ! Arrête avec ce comportement ! s’exclama-t-elle en le secouant dans tous les sens.
    « Il y a des gens autour, Jade… »

    Après cette courte dispute, tous deux descendirent à la même station, et filèrent dans la même direction, Saul la déposa devant chez elle et fila en direction de sa maison. Il y retrouva sa mère et son petit frère, son père étant toujours au travail. Saul discuta de sa journée et joua avec son frère avec le même entrain que d’habitude.
    Cette fois-ci, il ne voulait pas avoir une courte nuit, alors il se coucha tôt. Mais le sommeil ne vint qu’après minuit.

    — Il faudrait que j’agisse…

    ...

    Le son de son réveil le sortit d’un lourd sommeil. Il eut du mal à ouvrir les yeux, mais le peu de lumière venant de sa fenêtre de l’aveugla pas, les matins hivernaux sont toujours sans soleil avant neuf heures.
    Il se leva s’habilla et comme chaque matin, Saul prépara son petit-déjeuner, il prit aussi le temps d’allumer la télévision. Une chaîne d’information banale qui diffusait les mauvaises nouvelles du monde en direct.

    — Des bonnes nouvelles pour se motiver à aller en cours… commenta t-il en soufflant.

    Après s’être installé sur une chaise, il posa son bol de céréales et écouta ce que racontait le présentateur sans grande envie.

    « ...voilà pour ce qui est de la guerre en Irak. Nous n’avons pas plus d’informations. Maintenant il est temps de parler de ce démantèlement d’un groupe terroriste. Il aurait proliféré depuis plusieurs années sans se faire dénicher, mais la police a mis la main sur un appel téléphonique qui les auraient mis sur une piste— ».

    — Alors pourquoi vous dites ça sur une chaîne que tout le monde peut regarder ?
    — Tu parles tout seul ?

    Le garçon sursauta et se retourna vers la personne derrière lui, elle était dans l’encadrement de la porte et le regardait avec un regard amusé. Elle portait une chemise de nuit complètement froissée avec des pantoufles rose fuchsia. Saul reprit vite son calme.

    — T’as pas honte de te montrer comme ça devant ton fils ?
    — Je devrais ? demanda-t-elle en s’affalant sur le canapé en face de la télé. À ce que je vois, il parle encore de super nouvelle ?
    « Vas-y fuis le sujet. » pensa-t-il en se grattant la tête.

    Il ne prit pas la peine de répondre et regarda par la fenêtre le magnifique temps qu’il faisait dehors. Pluie. Saul fixa le ciel pendant quelques instants en pensant qu’au moins les agriculteurs arrêteront de se plaindre de la sécheresse. Il se remit à écouter la télé après avoir rapidement jeté un œil à sa mère.

    « ...les autorités n’ont pas encore donnés leurs avis sur cette information, mais la police et la gendarmerie recherchent activement le QG de ces terroristes. Il s’agirait du groupe terroriste ayant planifié l’attentat du Pont au Cadenas ayant fait 297 morts, il y a maintenant 10 ans de ça— ».

    — Blasphème ! s’écria sa mère. On ne sait même pas si le Bombardier était un terroriste —
    — Pourquoi t’es bruyante dès le matin, il est que six heures et demie.
    — Mange tes céréales toi, répondit-elle sans le regarder. Fils de ta mère.
    « Qu’est-ce qui a pu attirer Papa chez elle ? »

    Il s’arrêta de penser et finit son petit-déjeuner rapidement. Après avoir mis toutes ses affaires au lave-vaisselle, il ramena son sac et regarda l’horloge.

    — Saul, qu’est-ce t’en penses, toi ?
    — De ?
    — Qu’ils aient pu retrouver la piste d’un groupe terroriste et du Bombardier, 10 ans après, juste grâce à un appel téléphonique.
    — Hmm… et bien je dirais qu’il ne faut pas croire à 100 %, mais s’il nous en parle il doit quand même y avoir une part de vérité... Même si elle n’est que de 5 ou 10 %, répondit Saul.
    — Oh. Je vois. Intéressant, dit-elle en lui accordant un sourire.

    Avant de pouvoir répondre quelque chose d’autre, la porte de l’appartement laissa entendre un bruit de serrure et s’ouvrit. Un homme rentra, un parapluie à la main, l’air exténué.

    — Salut vous deux.
    — Salut chérie. Alors cette nuit de travail ?
    — Arf… J’ai dû ranger tous les dossiers, commença t-il avec une mine fatiguée. Ça m’a pris un temps monstre.
    — C’est ça de créer sa boîte sur un coup de tête, déclara Saul avec un petit sourire provocateur.
    — Toi va en cours, et ait ton bac après on en reparlera.

    Saul se tut ne sachant quoi répondre et regarda simplement son père trempé de la tête au pied. Il prit son sac et le mit sur ses épaules avant de faire la bise à sa mère et de faire un chek à son père. Il se dirigea vers la salle de bain et fit les actions routinières d’une vie banale : brossage de dent, déodorant et parfum. Cependant il se dirigea vers un des tiroirs d’un des meubles et en sortit des morceaux de plastique ressemblant à de la peau. Saul souleva son T-shirt dévoilant son abdomen, à la place du tronc se tenait une sorte de croix noire incrustée dans le corps. Le jeune homme y plaça le morceau de plastique qui semblait coller comme un pansement. Il appelait ça un cache.

    « Me protéger des autorités, hein... », se dit-il à lui même en se regardant dans le miroir. Ses cheveux blanc-noir étaient une fois de plus en pétard, et ses yeux noirs reflétaient l’état de somnolence dans lequel il était.

    — On dirait que je suis un zombie…

    Saul avait aussi une ligne dorée à peine visible qui partait des deux côtés de la croix et faisait le tour de son cou. Comme une sorte de collier, mais incrustée dans la peau. Une très légère lueur semblait s’en échapper.
    Après avoir fini cela, il partit en direction de la porte, prit le parapluie et sortie, juste avant de partir il informa sa mère qu’il avait bien mis son cache pour ne pas qu’elle s’inquiète et souhaita un bon sommeil à son père.
    Il finit enfin par sortir, un magnifique ciel gris l’attendait et annonçait une journée incroyablement colorée et joyeuse. Saul utilisa directement le parapluie. Sur la route pour aller au tramway, il passa devant une rue à sens unique où un petit garçon semblait être pris des bras de sa mère par un homme du UIP — pour Unité d’Intervention pour Pians —. Il devait avoir manifesté accidentellement son pouvoir en classe, et son institutrice a dû garder l’information secrète pour révéler l’info à la police et avoir une récompense par la suite. C’est aussi pour ça que les gens dénonçaient, pour l’appât du gain.

    « Je m’étais dit d’agir, mais avec une unité UIP c’est trop dangereux… désolé petit. »

    Saul avait toujours méprisé ces gens-là, il trouvait leurs motivations vides de sens. Pour lui rien ne pouvait pardonner ce genre de dénonciation, surtout que c’était un enfant ayant huit ans tout au plus. Une fois de plus, il passa son chemin.

    L’attente pour le tram n'eût pas été longue, trois minutes après son arrivée il put monter dedans et filer vers le centre-ville ou sa journée de cour l’attendait. Ça ne l’enthousiasma pas, mais le fait de faire quelque chose qu’il aimait pendant la journée le motivait. Le tram lui était rempli de gens à la mine endormie. Les arrêts passaient assez vite, surtout avec les écouteurs sur les oreilles. À une station beaucoup de monde descendit laissant des places libres, y compris celle à côté de Saul. Une personne vint s’asseoir bruyamment à côté de lui. Et lui donna un grand coup dans l’épaule.

    — Bonjour, Saul !
    — Ah ! Tu m’as fait peur, Jade… dit-il en enlevant ses écouteurs.
    — Excuse-moi, hein ! T’avais l’air endormi, alors j’ai décidé de te réveiller un peu ! s’exclama-t-elle avec un sourire satisfait sans se soucier des gens aux alentours.
    « Tout le monde la regarde, mais elle n’en a rien à carrer… C’est presque drôle. »
    — Pour faire autant de bruit, il y a dû y avoir un truc bien qui t’es arrivé, continua Saul en lui souriant.
    — Pas spécialement !

    Saul ne répondit rien et n’écouta pas ce que sa camarade racontait. Une fois arrivé à la bonne station ils se levèrent et sortirent en même temps du tramway. Après avoir marché une dizaine de minutes, ils arrivèrent devant un mur blanc sur lequel il y avait plusieurs sas où on devait passer sa carte étudiant pour pouvoir rentrer.
    Saul et Jade passèrent les sas chacun de leurs côtés. Une fois le mur passé, Jade se dirigea vers un groupe de fille qui attendait, assise sur un banc.

    — J’y vais ! À plus tard ! s’exclama-t-elle de nouveau en rejoignant le groupe.

    Saul lui répondit d’un simple hochement de tête et partit en direction de sa classe. Il la connaissait depuis le collège, elle et lui avaient été dans la même classe plusieurs années de suite. Maintenant, il était habitué aux bruits qu’elle générait. Il déambula dans les couloirs blancs et noirs du lycée qui collait parfaitement avec le temps qu’il faisait.
    Un groupe de fille et de garçon attendait devant la porte de sa classe.

    — Bonjour mes amours, dit-il d’une voix monotone.
    — Salut ! répondirent en chœur toutes les personnes du groupe.
    — Alors, cet entraînement Martin ? demanda Saul.
    — Plutôt sympa pour une fois.

    Le groupe ricana à sa réponse et la journée commença. Et elle fut comme toutes les autres journées d’une vie de lycéen. Le temps passa pour arriver à la pause du midi pendant laquelle Saul alla à la cafétéria, seul endroit où l’on disposait d’une connexion internet. Ses amis l’avaient accompagné, mais il décida d’écouter de la musique pour se détendre. Ils s’installèrent sur les chaises qui se situaient devant une des trois télévisions de la cafétéria. Rien ne dérangea Saul pendant plus de cinq minutes, jusqu’à ce qu’il un des élèves ne fasse assez de bruit pour que Saul l’entende. En ouvrant les yeux, il remarqua que bon nombre de personnes écoutaient ce que le présentateur disait. La plupart des élèves agglutinés semblaient être inquiets. Saul se tourna vers son ami et enleva un de ses écouteurs.

    — Hey, Martin, il se passe quoi ?
    — Il y a un problème… Apparemment, il aurait trouvé le QG du groupe terroriste.

    Saul enleva son casque pour écouter ce que disait le même présentateur que ce matin.

    « ...comme vous le voyer sur ces images la police et le GIGN on dut entrer en action suite à un appel téléphonique captée par INTERPOL, qui disait que les terroristes allaient entrer en action dès aujourd’hui, grâce à cela, ils ont pu déterminer la position géographique du téléphone. On ne sait pas à quelle heure, ni où, et on ne sait pas combien ils sont non plus, mais les forces sur place sont en train de sécuriser tout le périmètre. Le but de la police est de pouvoir récupérer des informations sur l’attentat du Pont aux cadenas—».

    — Je te l’avais dit Maman, il y a toujours une part de vérité.
    — Saul, tu parles encore tout seul.
    — Aahh… désolé…

    « ...le téléphone se trouvait apparemment dans les alentours du centre d’Angers. Pas loin de plusieurs endroits importants comme un collège et un lycée, les autorités craignent que les terroristes se dirigent vers ces endroits-là. Mais tous ne doivent pas être dans ce QG, sinon pourquoi auraient-ils appelé quelqu’un ? Pour répondre à nos questions, nous avons un invité— ».

    — Hum… étant donné les images montrées, ça ne se situerait pas tout près de nous ? déclara Saul d’une manière détachée.

    Sa phrase créa une grande agitation et il regretta vite d’avoir ouvert sa bouche sans réfléchir.
    Quelques minutes après que Saul se soit relevé il décida de partir de la cafétéria, mais une main vint se poser sur son épaule.

    — Excuse-moi jeune homme, j’aimerai pouvoir te parler, déclara un homme d’une assez grande taille.
    — Euh… Qui êtes-vous—

    Saul ne put ajouter un mot de plus, il se fit pousser par un agent de sécurité vers la cafétéria avec l’homme qui voulait lui parler. Un surveillant arriva et cria que tous les élèves présents dans la cafétéria y restent et ne sortent sous aucun prétexte. L’agent de sécurité rentra et ferma les portes coupe-feu. Une bonne dizaine de minutes passèrent avant que quelqu’un ne se décide à poser la question fatidique. C’était Jade.

    — Monsieur ! Pourquoi on doit rester ici ?
    « Comment j’ai fait pour ne pas la remarquer ?! »
    — Simple mesure de sécurité, tous les autres élèves ont été appelés à rentrer en classe et a y rester, déclara l’agent.
    — Oh ! Donc c’est un dispositif de sécurité en imaginant que les terroristes viennent ici !
    — Oui, c’est exact.
    — Pourquoi faire ça ? Il y a des caméras de surveillance à l’entrée, ainsi que le concierge et un garde comme vous ! Jade prit une pause pour respirer. Sans compter qu’il y a les sas qui empêchent que n’importe qui rentre.

    Bien qu’elle soit survoltée, Jade n’a jamais été stupide, elle est très rapide pour faire les liens entre les choses, ce qui posait déjà en cinquième des problèmes avec les professeurs. Face à cette remontée de souvenir, Saul ricana. L’homme laissa échapper un grognement et ignora la question. Saul décida d’en rajouter une couche, puisque la situation devenait comique.

    — C’est vrai, en plus, les forces de polices et militaires sont présentes un peu partout depuis 2016, sans compter la tonne de policiers déployés autour du QG des terroristes.
    — Et bien… ce n’est pas vraiment nous qui décidons de ce genre de chose, répondit-il en regardant l’adulte qui voulait parler à Saul.

    Saul ricana à nouveau en voyant l’embarras des deux adultes présents. Il y eut un silence par la suite. Qui laissa place à la voix du présentateur qui annonçait que les premiers échanges de coup de feu venaient d’avoir lieu. Pendant ce temps, il s’était arrêté de pleuvoir, mais le ciel était toujours aussi gris. Un quart d’heure passa avant qu’on sache ce qui s’était passé dans leurs QG. Il y eut dès le début, deux morts chez les GIGN. Un pain de C4 avait fait sauter la porte avant même qu’il ne l’enfonce. Un autre policier fut tué, avant que le premier terroriste ne soit abattu. Par la suite il y eut des jets de grenades blessant grièvement deux policiers. Onze des quatorze terroristes furent abattus. Les autres furent capturés. Selon le rapport que les policiers avaient donné quelques minutes après l’intervention. Un des terroristes capturés aurait dit : « Ne croyez pas que tout va se finir si vite ».

    Une seconde après la déclaration du présentateur un bruit de casse tonitruant retentit. Elle venait du mur blanc. Saul et une bonne partie des élèves se ruèrent vers les fenêtres. Le mur blanc volait en éclat et le concierge vint s’écraser au sol, inconscient. La poussière tomba au sol peu après, dévoilant une grosse voiture noire avec un gros pare-choc en métal tout cabosser. Le pare-brise était bien amoché, mais pas brisé, probablement du verre blindé.

    Une voiture bélier.
  • septembre 2017 modifié
    Bon je vais faire la première proposition il semblerait.
    je met un spoiler pour ceux qui voudrait garder la surprise du personnage.
    Spoiler:
    le début de ton récit @Shinoera m'a fait penser a un animé que j'avais vu il y a quelques mois. je parle de : AJIN. donc voici ce que je propose.
    fais un personnage ayant les meme caractéristiques physiques que le personnage principal de l'histoire Kei Nagai (tu me dit si j'ajoute une image ou un lien pour illustrer). A toi de voir si tu garde ses "pouvoirs" et son nom.
    Quand a dire s'il est gentil ou méchant et bien je botte en touche: il n'est ni 'un ni l'autre vu qu'il n'obéit qu'a ses propres intérêts (du coup la tu a une grande liberté pour le caractère du personnage) Et comme j'ai pas vraiment d'idée dessus je te laisse choisir quel sont ses intérêts ^^.
  • septembre 2017 modifié
    L'idée me plait, beaucoup même :), et en plus le héros de mon histoire (ESA pas l'autre où mon héros est beaucoup trop abusé.) s'adapte énormément à ce format.

    Spoiler:
    Son prénom est Zheneos, son aptitude innée est de récolté une partie de la force des âmes qu'il absorbe. Il peut absorber autant d'âme qu'il veut, mais ne récupère que 2 à 3% de l'énergie du corps (ou moins si le corps est plus fort que lui). Il peut aussi adapter son corps en fonction des âmes qu'il dévore, mais l'utilisation de cette caractéristique réduit son humanité.

    normalement il a d'autre capacité avec son avancé dans le temps, mais le dire ici revient à spoil mon histoire.. donc je te laisse gérer xD

    Pour en revenir à Zheneos, niveau caractère il est assez facile à vivre, aime pas se prendre la tête, il est très fidèle en amitié ou en amours, mais n'a absolument aucune considération pour les autres, tué, même sans raison lui pose quasiment aucun problème (en partie à cause de son don, mais aussi de son histoire)

    Physiquement, il est moyen, 1m75, une silhouette fine, des yeux verts (ou rouge/violet en combat) des cheveux noirs, une peau relativement blanche, toujours habillé en noir.

    Pour adapter à l'époque c'est aussi un fanatique d'informatique (développement de tout genre, attaque par injection,virus, cheval de troie et ...) mais qui ne supporte pas les imprimantes (Je me décris ? pas du tout :P)

    P.S: j'ai oublié son âge.. on va dire pareil que ton Saul xD


    J'ai bien aimé le début de l'histoire, même si pour le moment j'ai du mal à voir vers ou ça va aller xD
  • Merci et sinon petite question: comment on fait un spoiler ? :*
  • [s.] [/s.] en enlevant les points
  • septembre 2017 modifié
    De rien et merci pour vos encouragements ! Et t'inquiète pas @Zheneos moi, je sais vers où ça va :)

    Après x) j'aimerai que vous respectiez la "charte" que je vous ai demander '-' j'avais juste demandé 2 mots pour définir votre perso, et je me retrouve avec des pavés explicatifs XD Je vais garder telle quelle les persos dont j'ai déjà reçut la demande, mais par la suite j'ignorerais :/
  • septembre 2017 modifié
    je pense que le plus simple dans ce cas pour toi ce serais de donner un exemple en faisant pour ne citer que ce personnage la fiche de Saul. ainsi t'auras pas des pavés ^^
    EDIT suppression d'une partie du commentaire
  • septembre 2017 modifié
    Ouais je vois x) en gros dans la fiche, je ne demande de base que deux mots que vous aimez (c'est écrit tout en haut), je ne vais pas faire la fiche de Saul, se serait spoiler xD
    Donc je vais prendre pour exemple, la fiche de Bertrand LeRandom qui m'a donné une fiche comme je le demandais : è.é

    1er mot que tu as demandé : Azote.
    2eme mot : Brûlure.

    Sinon pour l'apparence, je l'imaginais gros et joufflue avec des dred logs et un piercing au nombril [vous pouvez être précis ici, mais je modifierai si besoin].

    Voila, en soit, je demande pas plus xD

    Je m'était aussi dit que méchant et gentil était manichéen mais je voulais des termes que tout le monde comprennent (a la place de protagonistes et antagonistes).
  • bon je refais avec la forme que tu souhaite:
    Spoiler:
    panachage - turpitude/ brun, cheveux raide, taille moyenne / gentil


  • voili voilou

    Spoiler:
    océan, nature. Gentil ou mechant je men fous. Et cheveux bleus, vers 1m85, costaud, plutot beau ;).
  • Ah au fait faut une description morale aussi ?
  • Et un nom aussi ?
  • si t'a envie @Arvinis met le. de toute façon @Shinoera est libre de suivre ou pas tes indications.

    A part si tu pouvait éviter de poster 3 message d'affilé (ou deux d'ailleurs) pour ne pas remplir le fil de discussion. Et si tu veux ajouter quelque chose "edite le message en cliquant sur la roue en haut a droite dans la barre noire ^^
  • Ah pardon excusez moi sinon pour moi il peut adapter sa personnalité comme ca l'arrange et pour le nom j'ai jamais d'idée ;)
  • Spoiler:
    âme/appropriation

    Physiquement, il est moyen, 1m75, une silhouette fine, des yeux verts
    (ou rouge/violet en combat) des cheveux noirs, une peau relativement blanche, toujours habillé en noir.
    Un geek dans l'âme et le physique quoi

    le mot gentil ne lui colle pas vraiment.. mais du côté de Saul on va dire


    Bon, même si je l'ai mis sous se format.. c'est un peu con vu que l'ancien est toujours là, et que j'ai juste pioché des mots de l'ancien xD, mais si je dois vraiment prendre le strict minimum, ça serai ça :P
  • Zheneos dans une autre oeuvre c'est plutot cool ;)
  • Ok, tout est noté, je m'en occupe demain, car il se fait tard x) Merci de votre participation :)
  • C'est un sqateur xD
  • Au fait jai une question, feras tu par exemple des sondages pour la suite ou des trucs ou on pourra participer pour t'aider à la suite de l'histoire ?
  • septembre 2017 modifié
    Spoiler:
    Temps, gardien
    Morale : intérêt vaillent au temps (philosophie morale de Kant qui est basé sur le critère de la pureté de l’intention *envers le temps*)
    [s/]
  • Pour vos persos, je vous enverrai votre fiche par mp :) (Je les ai faites, faut juste que j'ai plus la flemme de faire le reste).
    Après, pour les sondages, il y en aura quelque un, mais pas plus, le scenario est déjà fait et donc le modifier ne serait pas une super bonne idée.
  • septembre 2017 modifié
    Ok pas de probleme c'etait pour savoir, bonne chance pour la suite ;)
  • Spoiler:
    Reduction,augmentation
    A un complex d'inferiorité
  • septembre 2017 modifié
    Bonjour ! Alors voilà le chapitre 2 ! :) J'espère qu'il vous plaira. Pour ceux qui ont demandé leurs personnages, ils apparaîtrons bien plus tard, car j'ai déjà eut beaucoup de demande (en dehors du site [environ une trentaine]). Presque tout les persos que vous voyez sont la « création » de quelqu'un. (N’hésitez pas à partager î_î)
    Sur ce ! Bonne lecture ! :hushed:
    _______________________________________________________________________________________

    Chapitre 2 : La guerrière et le fantassin.
    Un vacarme prit place dans la cafétéria. La plupart des adolescents se réfugièrent sous la table ou près des murs.

    — C’est une putain de voiture bélier !
    — C’est les terroristes, nan ?!
    — Du calme s’il vous plaît, cria l’agent de sécurité en se dirigeant vers les portes coupe-feu. Cachez-vous tous sous les fenêtres !

    La plupart l’avaient déjà fait, sauf certaines poussées par la curiosité. Six hommes encapuchonnés sortirent de la voiture avec des armes à feu dans les mains. Les deux qui étaient sur les places avants semblaient être complètement sonnés. Le choc avait été violent et les airbags de la voiture étaient clairement visibles, montrant la violence de l’impact. Les deux hommes avaient sûrement une commotion cérébrale. Ils allaient probablement être instables mentalement pendant un petit moment.

    Après un bref moment d’hésitation, l’un d’eux pointa du doigt la cafétéria. Les élèves s’étaient cachés trop tard.
    Quelques instants plus tard, ils coururent vers les portes du lycée, arme à la main. Des coups de feu suivis d’un cri se firent entendre. Probablement leur premier mort.
    Quelques secondes plus tard, la porte s’ouvrit d’un coup. Un homme d’une trentaine d’années rentra en regardant sur la gauche de la pièce ou tous les élèves se trouvaient. Il ne fit pas attention au garde à droite de lui. Celui-ci se jeta sur lui et lui asséna un coup d’extincteur, le terroriste déséquilibré lâcha son arme. Mais avant que l’homme de la sécurité puisse faire autre chose, il se reçut une balle dans le genou droit et s’écroula.

    — Merde… j’voulais pas viser ici…
    — Pas grave ça va quand même leurs mettre la pression, déclara le troisième homme à rentrer. Allez tout le monde les mains en l’air ! Amenez vos sacs au milieu et après coller vous au mur.

    Le second terroriste prit le garde et lui colla un revolver sur la tempe. On put voir par les fenêtres un des deux autres hommes partir en direction du self.

    — En toute honnêteté, la vie de ce type m’importe peu, alors vous feriez mieux d’obéir.

    Tout le monde fit ce qu’ils demandèrent. Plus rien pour se protéger. En regardant rapidement par la fenêtre, Saul vit un des terroristes qui était rentré dans le self sortir avec un otage, sûrement pour faire pression sur la police. Un otage dehors et si jamais le terroriste est abattu, ce sont les autres otages à l’intérieur qui sont tués. Cela dit, la cantine comprenait plus de personnes, donc il aurait eu plus d’otages ; ils avaient dû prendre en compte qu’ils seraient trop à découvert.
    Le premier terroriste se releva, reprit son arme et asséna un coup de crosse sur le visage de l’agent de sécurité.

    — Vous, là, ceux que je montre du doigt. Fermer les volets.

    Saul, Martin, Jade et un autre garçon descendirent les volets. C’était sois ça, sois il y allait avoir une mort sur la conscience, donc autant s’exécuter. L’un d’eux alluma la lumière.

    « On n’est pas dans la merde putain… Je devais filer un coup de main pour que tout le monde s’en sorte… je m’étais dit d’agir... » pensa Saul en se grattant la tête.

    Des coups de feu retentirent, il semblait venir du self.

    — C’est quoi ça ?! s’exclama l’adulte qui voulait rencontrer Saul.
    — Un avant goût pour la police de ce qui risque de ce passé s’il ne relâche pas nos camarades, répondit le troisième terroriste.
    — Vous êtes donc là pour ça…
    — Oui, de base nous ne voulions pas nuire, pas aujourd’hui en tout cas, mais les autorités on crut à un attentat, et voilà où on en est.
    — Vous avez un rapport avec le Bombardier ?
    — Je n’ai pas accès à ce genre d’information. Donc je n’en sais rien, mais j’imagine que oui, vu que tout le monde en parle. Après ce ne sont que des spéculations.
    « Pas accès à ce genre d’infos… donc leur partie terroriste est probablement hiérarchisée. Sinon, pour le sixième terroriste, lui, il a dû rester dans le hall pour ralentir la police. » pensa Saul en fixant l’arme d’un des terroristes.

    Plus personne ne parla et après quelques dizaines de secondes, les coups de feu s’arrêtèrent. Pendant ce temps, Saul prêta attention à Jade. Elle semblait hésiter à faire quelques choses, mais ne se risqua apparemment pas.
    Il y eut plus d’une vingtaine de minutes de négociation entre le terroriste situé dehors et la police. Après un silence total, un coup de feu lointain retentit. Le présentateur télé annonça la nouvelle.

    « Le terroriste est à terre ! Non, il a été abattu ! »

    Cette phrase provoqua une vive réaction chez les trois terroristes. Celui qui tenait en otage le garde appuya sur la gâchette, puis le corps de celui-ci s’écrasa par terre comme une poupée de chiffon. Plusieurs personnes crièrent, d’autres au contraire étaient sous le choc et fixait le corps, pétrifiés. Les deux autres terroristes se retournèrent vers les adolescents.

    — Désolé, mais les flics on fait une erreur ; ils étaient prévenus.

    L’un d’eux tira sur une adolescente dans le ventre, celle-ci lâcha immédiatement un cri. Mais avant que les terroristes puissent blesser une personne de plus, Jade s’avança et bloqua les balles avec son corps.

    — Si vous croyez que je vais vous laisser faire !

    Tout le monde fut dans l’incompréhension. Aussi petite soit-elle, elle semblait avoir arrêté les balles et s’être dressée contre trois terroristes armés.
    Jade fit apparaître une sorte d’épée, qui laissa tout le monde, y compris les terroristes sur le cul. Elle en profita pour lever son épée et en asséna un coup vers l’un d’eux. Le premier terroriste recula sous la surprise. Il s’était fait trancher à l’abdomen.

    — Petite pute…
    — Une Pian… déclara un des élèves.
    — Ahaha, tu es détesté, mais tu veux les protéger quand même ? C’est admirable, ironisa le deuxième terroriste.

    Celui-ci arma sa mitrailleuse et commença à tirer sur elle. Elle semblait avoir du mal à arrêter toutes les balles malgré qu’elle se soit créé une armure. Le premier terroriste sauta sur elle pour la paralyser.
    Saul se souvint des mots de ses parents. « N’utilise jamais tes pouvoirs, tu pourrais te faire repérer, que ce soit dehors où à la maison. ». Des mots qu’il n’avait pas toujours écoutés. Les enfants sont souvent très curieux, après tout.
    Alors, il repensa à ces moments ou pousser par la curiosité, il utilisa son PIAN. Il faisait toujours ça précautionneusement et uniquement chez lui, pour éviter tout problème. Il lui arrivait même pendant le début de son adolescence de s’entraîner pendant quelque temps à l’utiliser. Il ne savait lui-même pas à quoi cela allait lui servir, mais maintenant, il pouvait enfin donner un sens à cet entraînement, ainsi qu’à toutes les autres actions cachées qu’il avait faites.
    C’est pour cela qu’il enleva le morceau de plastique collé à son torse et retira la croix noire qui s’y trouvait. Celle-ci devint un petit couteau noir. Une lumière dorée sortit de l’endroit où la croix se trouvait.

    L’indifférence apparente de son visage disparut, laissant place à un visage déterminé.

    Saul se leva rapidement et se retrouva en une fraction de seconde à côté du premier terroriste qui fonçait vers Jade.
    Le terroriste encapuchonné se prit un gros coup de poing dans le ventre qu’il eut du mal à encaisser, suivi d’un coup de couteau qui lui entailla le bras.

    — Jade, occupe-toi de celui à la mitrailleuse, je m’occupe des deux autres.

    Saul prononça ses paroles en ayant une voix légèrement vacillante. Ce que les terroristes remarquèrent.

    — Tu comptes te battre avec ce petit couteau ? Sans compter que tu as peur… dis le terroriste ayant le bras entaillé.
    « Bien, ils n’ont pas l’air de capter que je suis un Pian. Autant ne pas leur répondre, ce serait leur donner des informations. Cela dit il va falloir les mettre HS… et vite… »

    Saul avança d’un coup vers le terroriste ayant abattu le garde et donna un coup de pied dans les parties intimes de celui-ci. Ce coup le fit reculer, Saul enchaîna d’un coup de couteau vers l’autre terroriste, mais celui-ci esquiva et lui donna un uppercut.
    Il lâcha un petit grognement à cause de la douleur. Le terroriste profita que Saul est déstabilisé pour le plaquer de toutes ses forces contre le mur.

    « Ghh ! Heureusement que je suis un peu plus résistant quand je l’utilise. »

    Saul jeta un œil à Jade. Elle se battait à l’épée, cela rendait la situation presque comique, une fille survoltée, d’à peine un mètre quarante, qui se battait avec une épée et qui portait une partie d’armure. Cela dit, elle semblait assez bien maîtriser son PIAN, quant au terroriste à la mitrailleuse, lui, semblait méfiant, mais ne se laissait pas approcher.

    Elle s’avança vers lui et donna un coup d’épée pour le faire reculer, puis elle fonça dans sa direction après avoir remis son épée à l’horizontale. La trajectoire de sa lame partait vers le cœur du terroriste. L’homme à la mitrailleuse eut le réflexe de se décaler au plus vite, mais celui-ci se retrouva contre un mur.
    Jade baissa son épée pour que sa trajectoire devienne oblique. Elle avait mis sa lame horizontalement pour forcer le terroriste à réduire ses propres mouvements, une feinte très intelligente. Le terroriste à la mitraillette détourna son attention d’elle au profit des autres otages. Après tout, il était là pour tuer.
    Il tira en direction des autres élèves, plusieurs d’entre eux se prirent une balle dans les jambes.

    Jade accéléra le mouvement, et une fois à côté du terroriste, elle se baissa d’un coup pour être à la hauteur de ses genoux, puis prit appui contre le sol avec sa main gauche et lui fit une balayette. Le terroriste déséquilibré essaya tant bien que mal à tenir debout en s’appuyant contre le mur, le forçant à laisser tomber son arme. Jade avec sa lame toujours oblique se dirigea vers ses jambes, une fois qu’elle fut bien située elle la remonta d’un coup sec, ce qui eut pour effet de trancher la jambe droite de celui-ci qui s’effondra à terre dans une flaque de sang. Il lâcha un cri de douleur atroce.

    En se retournant, Jade vit que Saul se débattait contre le premier terroriste qui était en train de l’étrangler.

    — Saul !

    Avant qu’elle ne puisse faire autre chose, le second terroriste, celui dont Saul devait s’occuper, jeta un couteau à mercure vers elle. Elle réussit à l’esquiver de justesse, mais elle se fit quand même légèrement couper la joue gauche. Le couteau se planta dans le mur, entre deux fenêtres. L’autre terroriste pointa le Colt qu’il avait utilisé pour tuer le garde vers elle.
    Avant qu’il ne tire, Saul lui donna un grand coup d’épaule qui le fit tomber. Il avait réussi à se libérer en poignardant le premier terroriste aux bras. Il se mit sur lui et lui bloqua les bras pour par la suite, le marteler de coup de poing. Il ne put continuer longtemps, étant donné que l’autre terroriste lui asséna un coup de pied en pleine tête. Saul tituba avant de recevoir une balle de Colt dans l’épaule. Jade se décida à aller l’aider, mais après avoir fait quelque pas, un bruit derrière elle la fit se retourner. Le bruit venait du terroriste à la jambe tranchée. Il avait rampé tout doucement de manière à ne pas se faire voir ni se faire entendre, pour aller chercher sa mitrailleuse.

    — Crève sale monstre ! hurla-t-il avec une voix emplie de haine.

    Les gens affiliaient souvent les Pian à des monstres, et il semble que cela soit aussi de mise avec les terroristes.
    Il y eut d’abord le bruit des tirs, puis celui du chargeur vide. Jade s’écroula au sol en criant de douleur. Aucune balle ne l’avait touché au-dessus des hanches, mais ses jambes avaient été touchées plusieurs fois.
    Après avoir fait un effort surhumain pour se mettre à genoux, elle récupéra son épée qui avait chuté et planta la main du terroriste au carrelage. Elle prit la mitrailleuse et la jeta loin derrière. Le terroriste décida encore de montrer une résistance et sortit un couteau avec son autre main. L’épée plantée dans sa main disparue et réapparue dans la main de Jade, elle lui bloqua le bras et lui tordit le poignet pour qu’il lâche le canif. Elle enchaîna en lui enfonçant l’épée au niveau du poignet et finit par se créer une armure au niveau du bras pour lui donner un gros coup de coude dans le nez ; ce qui le mit KO.

    Saul lui, était adossé contre un mur, le terroriste avec le Colt lui avait tiré trois balles, dont il en avait put en esquivé que deux. Il avait réussi à lui faire lâcher l’arme en le frappant à la main et par chance le chargeur était vide.

    « Au moment où il recharge, j’en utilise trois et je les mets KO tous les deux. S’il arrive à recharger, c’est mort. »

    Le premier terroriste se jeta sur Saul, alors que l’autre se pencha pour ouvrir un sac qu’il avait ramené avec eux. Probablement les munitions.

    « C’est maintenant ou jamais ! Allez faut que ça marche ! »

    Une lueur sortit du torse de Saul et clignota deux fois. Le premier terroriste sembla comprendre quelque chose et s’arrêta de foncer vers Saul.

    — Toi… t’es aussi un foutu Pian, hein… ?

    Il eut comme réponse un gros coup de poing dans la tête, contrairement à ceux d’avant celui-ci le fit décoller du sol et il partit s’écraser vers les élèves près des murs. Quant aux terroristes avec le Colt, il rechargeait précipitamment son arme, ce qui le ralentissait plus qu’autre chose. Saul en profita pour lui servir un coup de tibia dans les jambes, ce sur quoi, un bruit de casse se fit entendre. Sous la force, le terroriste fit un salto avec de retomber sur le ventre. Saul enchaîna avec un coup de talon à l’arrière de la tête.

    — Oui, je suis un foutu Pian.

    Tout le monde regardait Jade et Saul, comme s’il était des monstres ou des aliens, on voyait clairement de la peur dans les regards des adolescents, seul Martin et l’adulte semblaient ne pas être effrayés.
    D’ailleurs, Martin cria.

    — Saul ! Attention !

    Saul se retourna vers le mur où il avait envoyé le premier terroriste. Il s’était relevé, et malgré ses blessures, il tenait toujours debout et pouvait encore se battre. Il avait récupéré le couteau à mercure qui était planté entre les deux fenêtres. Il ne le lança pas, mais préféra le garder à la main. Le terroriste blessé, saisit un des sacs au milieu de la pièce et le jeta sur Saul pour l’aveugler et le déséquilibrer. Ce qui fonctionna puisque Saul recula sous la surprise et faillit tomber. Le terroriste arriva à deux mètres de lui et commença à lever son bras pour le tuer.
    Jade qui était au sol et qui faisait la morte se redressa à l’aide de ses bras et faucha la jambe droite du terroriste qui avec la force cinétique continua sa route.
    Saul qui avait repris ses esprits le vit arriver sur lui, esquivant facilement son coup de couteau avant de se retrouver en face de lui et de lui donner un coup de poing qui lui fit cracher sa salive. La force exercée sur son corps lui cassa plusieurs côtes, et il se fracassa sur le mur où devaient normalement être les otages. Son corps s’écroula au sol. Plus rien n’émettait de bruit à part les gémissements de douleur de Jade et le bruit de la télé.

    Pour cette fois, c’était fini.
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.