[Law of the Devil] EmoFaze Traduction

janvier 2017 modifié dans Section Création
Yoop salut tout le monde, bon il est presque 3h du matin je suis fatigué donc je vais essayer de résumer ça rapidement. Il y a quelques jours je suis tombé sur un manga/scan que j'ai particulièrement apprécié. Malheureusement il n'y avait que quelques chapitres, peut-être 4 ou 5 et le projet avance vraiment ... vraiment très lentement. J'ai ensuite découvert qu'il existait en LN donc j'ai décidé de me lancer et de vous balancer mes premières traductions. Soyez donc indulgent les z'amis et ne me frappez pas trop si jamais vous repérez quelques erreurs par-ci par-là ... ok ? ouch .. J'ai dis pas de coup :blush: Je vous ai balancé le premier chapitre ou plutôt le chapitre zéro ... Je le trouve pas particulièrement intéressent mais bon, les bonnes choses arrivent en douceur n'est ce pas..

______________________________________________________________________________________

Titre : Law of the Devil - EmoFaze - 恶魔法则
Auteur : Dancing (跳舞)
Nature de la traduction : Je traduis depuis la traduction Anglaise et je n'utilise pas de traducteur automatique.
Rythme de parution : Variable en fonction de mon temps libre. Je respecterai tout de même le stricte minimum de 1 chapitre par mois.. :*


image
Synopsis : Sans aucune qualité, considéré comme un idiot et un raté, que gagne-t-il lorsqu'il finit par vendre son âme au Diable ? Célébrité? Force? Richesse? Pouvoir? Renversant toutes les lois de ce monde, nous laissant voir la montée en puissance d'un démon ......

"Je le sais, un jour ce monde se prosternera à mes pieds !" - Duwei


______________________________________________________________________________________

Chapitre 00 : The Earl's son

En cette fin d'après-midi d'été, le soleil pendu dans le ciel dégageait toujours une chaleur impitoyable. Dans l'intérêt d'une cérémonie de bienvenue et afin d'assurer un retour triomphant, d'innombrables gardes blindés écarlates encerclèrent une jetée dans le port si étroitement que même une goutte d'eau n'aurait pu couler à travers.


À une centaine de pas autour de la jetée, les soldats de la sécurité publique de la capitale impériale exerçaient leur pouvoir afin de contenir et d'éviter tout débordement. Un grand nombre d'entre eux avaient des vêtements arrachés, des épaulettes brillantes déchirées, d'impressionnant chapeaux effilochés, même leur botes donnaient l'impression d'avoir été utilisé un grand nombre de fois.


Ce qui faisait que les mille soldats de la sécurité publique déployés pour assurer l'ordre paraissaient aussi impuissants, était que " l'ennemi " auquel ils étaient confrontés les surpassaient largement en nombre. On pouvait facilement dénombrer plus de cinquante mille habitants de la capitale impériale emportée par leur enthousiasme.


La foule de citoyens était armée de fleurs, de vivats d'applaudissements et bien sûr, d'un très grand nombre de jeunes femmes prêtes à offrir leurs premier baisers ou même leur chasteté. Dans ce genre de tumulte, les mille soldats de la sécurité publique se sentaient comme s'ils étaient dans un bateau brisé en pleine mer, sur le point de chavirer à tout moment..


En ce moment, ils étaient extrêmement envieux des gardes sur le quai, qui pouvait tranquillement s'organiser en formation, ainsi qu'afficher leur arme et leur armure fraîchement acquise sans avoir à se soucier d'avoir leurs joues saisies par des citoyens zélés à tout moment..


Pour le bien de cette célébration de retour, Sa Majesté le grand empereur Augustin VI avait ordonné que le Grand canal Azure qui mène au district de la capitale impériale soit agrandi de deux fois sa taille originale. Pour cette raison, l'Empire avait investi dix mille travailleurs dans ce projet pendant une demi-année, en payant près de trois millions de pièces d'or.


La raison de cet investissement était de laisser le 6ème navire expéditionnaire impérial HMS Red Eastern passer sans entrave directement à la porte Est du port de la capitale impériale, recevant l'acclamation du peuple et démontrant ainsi la puissance de l'armée impériale.


Personne ne se souciait de savoir si cette mise en scène valait un tel coût.


Parce que, le Premier ministre impériale des finances avait soulevé quelques objections, il fut immédiatement renvoyé et délocalisé dans une lointaine campagne par l'empereur en colère. L'unique option du ministre des finances qui lui succéda était de s'arracher les cheveux tout en fouillant de l'Est à l'Ouest dans les finances impériales afin de satisfaire ce "vieil homme extravagant".


Bien sûr, le ministre des Finances ne pouvait qu'enterrer cette appellation de "vieillard extravagant" profondément dans son cœur, très profond, vraiment trèèèès profond...


Le soleil de l'après-midi réchauffait la large surface du canal, quand la première trace d'une voile apparut au loin, la foule était dès lors incapable de retenir leurs acclamations.


Le long de la rivière, un énorme navire de guerre de deux cents pas se rapprocha lentement du port, son contour impressionnant ne put que choquer toutes les personnes présentent dans la foule.


La 6e flotte expéditionnaire impériale "HMS Red Eastern'", la fierté de la marine impériale, le plus grand navire de guerre de l'histoire. Pour le bien de cette cérémonie d'accueil le navire de guerre avait déjà été repeint et révisé. La coque était laquée d'un noir intimidant. Au milieu des vagues d'acclamations, le HMS Red Eastern s'approcha lentement du port comme une énorme bête noire, le drapeau de fleur de ronces flottant sur ses mâts.


Au moment où le navire avait jeté l'ancre, les dizaines de milliers de personnes qui attendaient étaient déjà bouillantes, d'innombrables chapeaux ont été jetés dans les airs, d'innombrables chaussures ont été foulées et perdues, d'innombrables jambes ont été meurtries dans la bousculade. Et ces pitoyables soldats de la sécurité publique résistant tant bien que mal ne pouvaient que constater leur cordon de sécurité se rétrécir, encore et encore...


Le commandant de la flotte expéditionnaire impériale, le comte Lehmann, se tenait à la proue du navire, jetant un rapide coup d’œil à la foule enthousiaste.


Ce général impérial de première classe était tout juste âgé de 39 ans. Il portait là son plus grand costume, un ensemble d'armures légères, une cape écarlate flottant derrière lui dans le vent, deux médailles sur sa poitrine - décerné pour ses deux dernières participations aux flottes expéditionnaires et aucun doute que ce dernier retour triomphant lui en accorderait une troisième.


Le regard du comte était plutôt relâché, pas du tout concentré sur la foule animée dans le port, et si on l'observait de près on découvrirait même que ses sourcils étaient légèrement froissés, apparemment un peu impatients.


Putain, cette armure est trop lourde et trop ridicule!


En tant que soldat de la marine, le comte ne croyait pas que le port d'une telle armure lourde était approprié pour le combat naval. C'était tout un spectacle sur ordre des militaires. Quant au port de ces médailles, le comte pensait secrètement que l'idée était encore plus ridicule. Tout comme les nouveaux riches exhibaient leur richesse - la véritable noblesse ne daignerait pas faire quelque chose comme ça. Un tel acte était tout simplement indigne de lui.


De plus, la foule qui applaudissait au-dessous était vraiment trop bruyante, leur acclamation était comme un tsunami frappant les briseurs d'onde, vague après vague érodant la patience déjà usée du comte.


Subconsciemment, il détourna son regard sur le pont.


Juste pour cette cérémonie de bienvenue, le HMS Red Eastern a été de nouveau repeint il y a trois jours, les vieilles taches de sang sur le pont ont été enlevées. , même le bélier' avait été remplacé ... Merde, ces enfoirés de lèche cul avait effectivement remplacé le bélier avec une figure de proue à l'image de sa majesté. D'après certaine information cette statue aurait été sculpté par un maître sculpteur impériale et livré personnellement quelques jours auparavant.
[Bélier = RAM Bow - un prolongement fortement construit au-dessous de l'eau de l'avant d'un navire dans le but de percer la coque d'un ennemi]


Pour cet artifice, la marine impériale avait payé dix mille pièces d'or supplémentaires.


La grandeur martiale était la grandeur martiale. Mais ces idiots ne savaient-ils pas qu'en combat naval, après la collision de deux navires de guerre, la première chose détruite était le bélier?


Pour lui cette dépense de dix mille pièces d'or était un gaspillage. Au lieu du travail d'un maître sculpteur, un pieu aiguisé aurait eu un effet plus pratique.



En fait, au fond de lui, le comte Lehmann pensait secrètement que même organiser cette soi-disant 6e flotte expéditionnaire était en soi une erreur stratégique absurde et incroyable.



Pendant plusieurs décennies, l'Empire avait mené à plusieurs reprises des «expéditions» dans la mer du Sud. Il ne pouvait pas nier qu'il y ait d'innombrables îles dans cette région, parfois hautement diversifié comme des perles dans l'océan. Des îles avec des forêts étranges, des tribus aborigènes barbares, avec de l'or, des pierres précieuses, des épices... la bonté de la mer.


Mais le comte ne pouvait pas considérer que de se rendre armé « d'une douzaine de navires de guerre massifs simplement pour intimider les kayaks tribaux des tribus autochtones» était appelé une «expédition».


C'était clairement tout sauf une expédition, c'était du massacre, du vol, de l'invasion, c'était tout simplement du pillage à visage découvert.


Bien évidemment pour lui il n'y avait rien de mal à cela. En fin de compte les faibles seront toujours mangés par les forts, de sorte que les faibles doivent sans cesse maintenir une attitude servile envers les forts. Mais le compte pensait que l'erreur dans la politique impériale pour les mers du Sud était la suivante: ces opérations appelées «expéditions» ont été conduites avec trop de fréquence et les résultats obtenus sont devenus de plus en plus petits.


Dans les deux où trois premières expéditions, la puissante marine impériale avait été invincible, bon nombre de navire était retourné avec de l'or, des pierres précieuses, des épices et divers marchandises, cela avait causé une sensation à travers tout l'Empire.


Mais après tout, même un champ abondant ne pouvait supporter la récolte répétée. Le pillage excessif avait anéanti les tribus aborigènes près de la côte, et les forces expéditionnaires suivantes n'eurent d'autres choix que de se diriger de plus en plus loin, leurs itinéraires s'étendant, cela devint une immense difficulté pour les approvisionnements de la flotte.

Après tout, les mers du Sud ne se composaient pas seulement de tribus facilement intimidées. Il n'y avait pas que de l'or et des pierres précieuses. Il y avait aussi des climats chauds parfois étouffant. des temps changeants, des vagues géantes vraiment terrifiantes, ainsi que d'innombrables récifs, tempêtes etc.


Les récoltes intermédiaires avaient transformé ce qui était à l'origine la poule aux œufs d'or de l'Empire en un champ désolé et trop vaste. A chaque expédition les récoltes diminuaient, mais ironiquement, chaque fois les cérémonies de retour devinrent plus magnifiques ...


Earl Lehmann avait commandé les trois expéditions de ces dernières années, gagnant ainsi une réputation retentissante dans les mers du sud.


Ce général de la flotte impériale avait une série de surnoms dans ces même mer: voleur! Boucher! Bourreau! ......


Ses mains étaient couvertes de sang, dans les cœurs des clans autochtones, il était un envahisseur flagrant, un démon qui a brûlé leurs maisons, et asservit leur peuple.


Bien sûr, le comte ne s'en souciait pas, mais une chose le rendit légèrement inquiet. Les invasions excessives avaient déjà provoquées quelques développements anormaux chez ces Autochtones, surtout dans un aspect militaire. Avant de revenir cette fois-ci, il avait entendu parler de quelques nations insulaires autochtones qui formaient déjà une coalition dans les régions les plus éloignées des mers du Sud, afin de résister au pillage sans fin de l'Empire.


Heureusement, ce casse-tête n'était plus quelque chose dont il avait à s'inquiéter. Il savait bien que c'était sa dernière expédition. Désormais, il resterait dans la capitale impériale, et si tout se déroulait comme prévu, une place illustre au haut commandement impérial l'attendrait, laissant ainsi s'écouler huit ou dix ans jusqu'à ce que le chancelier des affaires militaires prenne sa retraite. Là il utiliserait l'influence de son clan pour lui succéder. S'il avait un peu de chance, il pourrait peut-être même entreprendre une carrière politique dans ses dernières années, pourquoi pas en tant que Premier ministre ?!


Quant aux expéditions, qu'ils aillent se faire foutre, ce sera le mal de tête du prochain commandant de la flotte expéditionnaire.


Même si ces Autochtones trouvaient le moyen de développer et construire des canons magiques, ce serait toujours par son problème ...


Dans une vague de vifs applaudissements, il descendit du pont sous les regards attentifs de toute la foule, pour enfin déposer son pied sur le sol de la capitale impériale! Il fit un signe de la main à la foule ... mais son mouvement ressemblait plus à celui de quelqu'un tentant d'éloigner une mouche un peu trop collante.


Tout d'abord, un fonctionnaire vêtu comme un élégant attendant lança à haute voix les éloges de l'empereur depuis le pont et l'informa de se présenter le lendemain matin dans le palais impérial pour recevoir ses récompenses.

Ses désirs prenant forme, ses perspectives politiques ne pouvait s'annoncer que brillantes.


Mais le prochain serviteur vêtu de gris se frayant un passage à travers la foule, murmura une autre nouvelle à son oreille, faisant tomber le cœur de Lehmann à terre.


C'était des nouvelles de la maison.


L'expédition avait duré de longues années, sur la mer sans fin où les nouvelles voyageaient avec difficulté. Lehmann ne savait toujours pas quelles étaient les circonstances à la maison.


Le plus important était sa femme et son enfant. Il y a trois ans, quand il est parti en campagne, sa femme était déjà sur le point d'accoucher, et il ne savait donc même pas si le bébé était un garçon ou une fille!
Les nouvelles de la maison étaient: un garçon.


Mais, le nouveau-né était, apparemment, un retardé.


Cette mauvaise nouvelle l'a immédiatement renversé du sommet du bonheur.


Une mauvaise nouvelle!


Pratiquement tous les bigwigs de la capitale impériale étaient venus l'accueillir, et ils ont tous vu son expression descendre à la masse critique de la dépression.



_________________________________________________________________________
«13456789

Commentaires

  • décembre 2016 modifié
    Je sais pas trop mais j'ai trouver ce site cela parle de ce novel est je crois qui y a beaucoup plus que deux ou trois chapitre y a plusieurs page j'ai mis la 20 page tu me dira si c'est un bon site j'ai rien compris personnellement bon tien le lien : http://www.novelupdates.com/series/law-of-the-devil/?pg=20 :)
  • Ouais tu m'as mal compris .. ^^
    je parlais de l'adaptation du novel en manga qui n'a que 4 ou 5 chapitres et pas le novel en lui même .. Tu me suis ? :blush:
  • décembre 2016 modifié
    Ha haaaaaaaa donc c'est le manga qui a 4 ou 5 chapitre et le novel a une centaine donc tu traduit le novel désoler o:)
  • merci pour le chapitre
  • _________________________________________________________________________

    Chapitre 1 : Le Retardé

    Lorsque Duwei Roland venait de naître, personne n'aurait osé l'appeler retardé. Il était jusque-là considéré comme un génie de la famille Roland.


    Il y a trois ans, quand Duwei est né dans la famille Earl Roland, les sages-femme furent réellement inquiétés et la raison était plutôt simple. Elles avaient devant leurs yeux, un bébé qui ne pleurait jamais et qui n'émettait même pas le moindre bruit.


    Il n'a jamais eu besoin qu'un adulte le cajole. D'ailleurs sa vie elle-même était plus normale que celle d'un adulte lambda. Se réveiller à une heure précise, ouvrir la bouche quand les repas viennent, et aller au lit la nuit. Hormis lorsqu'il mangeait, aucun son ne sortait de sa bouche. L'unique chose qu'il faisait chaque jour était de regarder l'open-espace.


    Il a rarement mouillé son lit, car lorsqu'il en ressentait le besoin, il utilisait la cloche disposée à côté de son berceau. Après un certain temps, chaque fois qu'il sonnait la cloche, les servantes accouraient pour l'emmener faire ses besoins. Cet acte a convaincu la famille Roland que le petit maître était un génie.

    Cependant, ce titre ne dura que moins d'une demi-année ... Parce qu'il ne parlait jamais.


    Les enfants de son âge auraient déjà appris à parler des mots simples, tels que «papa ou Mama». Mais la bouche de Duwei était comme scellée par une malédiction. Peu importe le nombre de fois ou la femme du comte lui apprenait, jamais un seul son ne sortait de sa bouche.

    Même quelqu'un de muet peut encore bourdonner quelques sons. Mais ce jeune maitre est aussi silencieux qu'un rocher. Quand il a froid, faim, ou a besoin d'utiliser les toilettes, il ne fait que sonner la cloche.


    La femme du comte embaucha de nombreux médecins respectables, et même quelques magiciens pour voir si son enfant n'était pas maudit. Mais c'était en vain. Finalement, même l'épouse optimiste du compte en devint triste. Il semblerait que son fils soit vraisemblablement un retardé.


    Heureusement, Duwei put marcher à l'âge de trois ans. Même si c'était à moitié debout, moitié rampant, en fin de compte ce n'était pas bien différent des autres enfants.


    Lors d'une nuit orageuse il y a un mois, un événement majeur s'est produit dans le manoir du comte.
    Duwei quitta sa chambre en direction de la cour, le tout lorsque les femmes de ménage ne regardaient pas. Il se tenait juste là, regardant le ciel. La pluie coulait sur lui, et même le tonnerre ne l'effrayait pas. Il serra les poings tout en hurlant en direction du ciel.


    Le petit maître qui n'avait laissé échapper le moindre bruit depuis trois ans ouvrit enfin sa bouche. Il continua à crier ainsi jusqu'à ce que les serviteurs le trouvent. Il était alors complètement trempé. Son corps était froid et frissonnant. Son visage pâle.


    La femme du comte arriva un instant après l'avoir entendue. Puis prit de peur elle s'évanouit. Quand elle se réveilla elle prit son fils dans ses bras tout en pleurant abondamment. Les médecins lui ont ensuite donné divers médicaments. Même deux mages de lumière ont été engagés pour utiliser des sorts de guérison sur lui


    Mais le corps du petit maître devenait de plus en plus froid. Sa mère courut au temple de la déesse de Lumière et alla chercher un prêtre. Celui-ci exécuta alors une bénédiction sur Duwei. La femme du comte se mit à genoux devant la statue de la déesse toute la nuit durant en priant pour son fils.


    Ce n'est que le lendemain où le corps du garçon a commencé à se réchauffer. Au moins sa vie fut sauvée. Il resta tout de même inconscient toute une journée. La femme du comte est bien évidemment resté auprès de lui tout le temps, et à peine mangé quelque chose elle-même. Après deux jours, son visage avait flétri.


    Puis Duwei marmonna quelque chose durant son someille. C'était du charabia, personne ne pouvait comprendre ce qu'il disait.


    Cependant la femme du comte était ravie. Après avoir écouté attentivement Duwei, elle demanda aux servantes: «Y a-t-il quelqu'un qui s'appelle Mard et qui a pris soin de Duwei?

    “Madam, il n'y a aucune domestique de ce nom.”

    Les serviteurs parcoururent tout le manoir. Avant de trouver un garçon d'écurie portant ce nom. La femme du comte l'appela immédiatement.


    «Mon fils disait ton nom dans son sommeil, Mard. Je ne sais pas pourquoi il l'a dit. C'est peut-être une prophétie de la déesse de la Lumière. À partir de ce jour, vous ne travaillez plus dans l'étable. Vous servirez le petit maître à ses côtés.

    Mard était ravi. »Il passa soudain d'un poste de garçon décurie à celui de servant du petit maître. Il pouvait voir son avenir briller de mainte couleur.


    Duwei ne le savait pas. Ce jour-là il était simplement enragé et c'était mis à crier contre les dieux. Il avait été trempé par la pluie et en avait presque perdu la vie. Il ne savait pas non plus qu'il pestait simplement "merde" durant son sommeil, et que quelqu'un en avait profité énormément.


    La blessure de Duwei a duré un mois entier. Ce petit corps fragile est devenu encore plus faible. Cela ne fait que depuis un mois que son visage est devenu moins pale. Mais les jours ont repris leur train quotidien. Le petit maître ne parle toujours pas. Il ne prête même pas attention à Mard. Il regarde dans l'open-espace chaque jour. Cependant, parfois, les femmes de chambre se mettent à parler de la façon dont l'épouse du comte était resté à ses côtés pendant deux jours sans dormir et se reposer, qu'elle s'était même agenouillé durant une nuit entière à prier devant la statue de la déesse.

    Après cela, quand la femme du comte vint voir son fils, il y avait un soupçon d'émotion dans ses yeux, un soupçon de chaleur.

    _________________________________________________________________________
  • Merci ça a l air vachement sympa
  • merci pour les chapitres
  • décembre 2016 modifié
    merci pour les chapitres :)
  • Merci our le chapitre
  • Merci pour les chapitres
  • Les z'amis doucement avec les remerciements vous allez me faire rougir .. :blush: Zuut je vous avais prévenu heein ! ^^
    Nan sérieux ça me fait plaisir, sachez donc que je sortirai probablement 1 ou 2 chapitres cette nuit :wink:
  • décembre 2016 modifié
    merci je pleur de joie :D
  • Merci pour les chapitres et bonne continuation pour la suite ;)
  • décembre 2016 modifié
    Oyé Oyé voila un nouveau chapitre rien que pour vous


    _________________________________________________________________________

    Chapitre 2 : Won’t Talk, Can’t Fight


    Le jour du retour triomphal.

    La capitale impériale était en pleine célébration. Cependant, l'ambiance dans le manoir du comte était totalement opposée. C'était un silence mort. Pas de fête, pas de cérémonie de bienvenue, pas même un simple dîner.

    Le comte se dépêcha de retourner à son manoir et refusa de voir quelques invités, en donnant comme excuse qu'après trois ans de guerre, il avait besoin d'être un peu seul avec sa famille.

    Même si cela déçut les invités, personne ne put réfuter cette raison.

    Dans le manoir du comte, le héros du royaume et son fils se regardaient.

    Son regard était à la fois profond, déprimant et complexe. S'il n'avait pas une totale confiance en sa femme, il en viendrait même à se demander si cette enfant était vraiment le sien.

    Le corps et le visage de l'enfant ne ressemblaient pas à celui du compte. Les hommes de la famille Roland étaient célèbres pour leur virilité. Un homme de la famille Roland aura forcément un grand corps, de larges épaules, des bras volumineux, un visage carré, le regard d'un héros. Du moins c'était ce à quoi le compte ressemblait.

    Mais ce petit gars...

    Même s'il n'a que trois ans, Il est trop pâle, même son corps est bien trop maigre. J'ai entendu dire qu'il avait eu une blessure il y a un mois, peut-être que ceci explique cela ...

    De son coté, Duwei Roland, petit héritier, âgé de trois ans, regardait son père avec des yeux indifférents.

    Il ne pleurait pas comme les autres enfants de son âge. Cela déçut le comte. Selon les coutumes, plus un enfant pleurs, plus il devient fort.

    Pourtant, ce garçon était un peu trop silencieux. Il était assis sur son lit, les mains sur ses genoux tout en observant Lehmann avec curiosité comme si il était entrain de scruter le moindre de ses gestes.

    Le comte se dit à lui-même, « je dois me tromper en le jugeant, comment les yeux d'un enfant peuvent-ils transmettent un sentiment aussi complexe ?

    Alors que l'expression du comte était un peu morose, les sentiments de Duwei étaient eux plus complexes.

    La femme du comte avait légèrement adouci le cœur de Duwei avec tous les événements qui se sont produit. Mais ce «père» qui est apparu soudainement de nul part ...

    «Il ... ne peut vraiment pas parler?» Demanda le comte à sa femme avec une expression sévère.

    Les larmes commencèrent à remplir les yeux de la jeune femme. Voyant cela, l'expression du comte se détendit légèrement.

    Il se dit à lui-même, je suis parti trois ans, laissant ma femme seule. Bien évidemment une femme avait besoin de son mari mais bien plus encore lorsqu'elle est sur le point d'accoucher. Il n'avait pas été à ses côtés et leur fils était devenu comme ça, il n'y avait définitivement aucun blâme qu'il pouvait faire à cette pauvre femme.

    Le comte dit doucement: «chérie, nous embaucherons le professeur le plus éminent du royaume. Il pourra définitivement parler un jour ! Mais son corps est trop faible. La famille Roland a bâti sa réputation par des batailles et des victoires. Et mon fils va suivre mon chemin pour devenir un général lui aussi.

    Il ne peut pas rester aussi faible. Il a déjà trois ans, je pense qu'il est temps que nous lui trouvions un instructeur. Après quelques années de formation, son corps devrait grossir. Que penses-tu d'Alpha? C'est le meilleur de mes gardes. Ses compétences de combat sont élevées, et il est loyal à la famille. Je pense qu'à partir du mois prochain, nous devrions demander à Alpha d'enseigner à Duwei quelques techniques de formation de base.

    En entendant que son pauvre fils devra s'entraîner à un si jeune âge, les larmes ne purent s'empêcher de couler des yeux de la mère. “Mais... il est encore si jeune.”

    “En raison de la faible constitution de son corps, il doit impérativement s’entraîner dès son plus jeune âge. Sinon comment pourrait-il hériter de la famille Roland! » Le compte resta ferme et la décision fut ainsi prise.

    --------------------------------------------

    Le deuxième jour, après avoir vu le roi et après avoir reçu sa troisième médaille de premier rang, le roi promu Earl Raymond Roland en tant que vice général du royaume.

    Le fils de Raymond Roland est un retardé, ce n'était pas un secret dans la ville impériale. Tout le monde put voir le visage sombre du comte durant la cérémonie de célébration.

    Dans le manoir, le comte et son fils se tenaient là, s'observant mutuellement pour la seconde fois . Cependant, la femme du compte n'était pas présente cette fois-ci, le seul étranger était un homme dénommé Alpha.

    Earl Raymond avait une antipathie inexplicable envers son enfant. Il avait senti que le regard dans ses yeux n'était absolument pas vide, il y avait un soupçon de résistance. Puis il pensa, “je me fais des idées, ce n'est qu'un gamin après tout?! Il était parti livrer des batailles et ce depuis la naissance de l'enfant. A vrai dire, il n'a même jamais tenu le garçon une seule fois dans ses bras. Il était donc naturel pour Duwei de le voir comme un étranger.

    Alpha se tenait devant le lit de Duwei et le soutint. Il enleva rapidement les vêtements du garçon et le toucha de haut en bas. Duwei tenta de résister, mais ses efforts furent vains. La force d'un épéiste de premier rang n'était définitivement pas quelque chose qu'il pouvait contrer.

    Alpha poussa un soupir et déposa Duwei. Puis tout en se tournant vers le compte il dit: «Maître... je ...»

    “Alpha, tu es pour moi, la personne la plus digne de confiance. Ne crains rien et parle sans retenue.”

    «Le corps du maître Duwei est très faible, et il semble qu'il soit né ... déficient. Un corps comme celui-ci est pire qu'un roturier. S'il devait prendre le chemin du guerrier, je crains qu'il n'accomplisse pas grand-chose.

    “Quelles sont tes conclusions?”

    “Pourquoi ne pas voir si le jeune maître possède du talent dans d'autres domaines.”

    Le visage du compte ne put que s’obscurcir.

    Le comte fut déçu pendant quelques jours. Mais sous les mots réconfortants de sa femme, il se réjouit un peu. Après tout, c'était là son fils unique.

    Les membres de la famille Roland étaient tous des guerriers. Cependant, dans l'histoire de la famille, il y avait bien eu une ou deux personnes connues pour leur intelligence sur le champ de bataille. Ces ancêtres n'étaient pas très doués au combat, mais ils pouvaient commander l'armée et contrôler le champ de bataille.

    S'il ne peut pas apprendre à combattre, alors nous allons l'éduquer dans la littérature.

    Mais comment un enfant qui ne sait pas parler pourrait apprendre la littérature? Même si vous engagiez le savant le plus éminent du royaume, vous deviez au moins réussir à faire parler l'enfant d'abord.

    Contrairement à sa femme, Earl Raymond avait l'impression que son fils savait parler, mais qu'il ne souhaitait pas le faire. Plus il le regardait plus il en devenait convaincu. Au lieu d'un retardé, ce gamin ressemblait plus à quelqu'un ayant rejeté ce monde.

    Le comte lança une annonce autour de toute la cité impériale. Peu importe l'origine, quiconque peut faire parler son fils sera récompensé de 1000 pièces d'or.

    Après cela une grande variété de personne tenta de faire parler le jeune maître. Même quelques poètes venant de lointains pays. Ces personnes ont tout essayé: jouer de la flûte devant Duwei pendant toute une après-midi, frapper à ses oreilles, lui faire peur quand il n'était pas prudent, il a y'en un même un qui voulait jeter le garçon dans une rivière, pensant qu'il crirait à l'aide, bien sûr ce dernier avait été jeté hors du manoir avant même qu'il ne tente quoi que ce soit.

    Cette histoire était devenu un événement et cet événement était devenu un sujet chaud au sein de la ville impériale. Pourtant, tout cela fut accidentellement résolu par un domestique. Et son nom? Mard.

    Mard était un vieillard simple. La méthode qu'il utilisa fût d'amener Duwei à l'écurie. Tous les enfants aimaient les animaux n'est-ce pas. Cette méthode était relativement simple mais il n'y avait pas de mal à essayer. Alors le comte accepta...

    Une fois entré dans l'écurie...

    Il faut savoir que la personne sensée reprendre le travaille de Mard était vraiment faignante, ces derniers jours rien n'avait été nettoyé. Alors, quand Mard et Duwei entrèrent, une horrible odeur se précipita dans leurs narines. Ils se accoururent alors à l'extérieur le plus rapidement possible...

    Duwei marmonna en réaction à l'odeur, “cette merde pue.”

    Avec ça, Mard fut récompensé de 1000 pièces d'or, la personne en charge de l'écurie reçut elle 20 pièces d'or pour ne pas avoir nettoyé. ( Mdr)

    “À partir d'aujourd'hui il sera ton professeur.” Le compte désigna un vieil en hommes en rob blancs “C'est M. Rosia. Il possède le titre de Star Reader (personne pouvant lire l'avenir en observant les étoiles), Il est également compétent en histoire.”

    Au début, M. Rosia accomplit son travail remarquablement. Après une année d'enseignement, Duwei pouvait déjà écrire. Même si ce n'était pas vraiment rare pour un enfant de quatre ans, cela restait peu commun...

    Pendant un moment, le comte pensa que peut-être son enfant était en faite un génie?

    Cependant, quand Duwei fêta ses cinq ans. M. Rosia rencontra un problème difficile. Cette nuit-là, il eut une conversation avec le comte.

    “Maître, s'il vous plaît engager quelqu'un d'autre.” Dit M. Rosia tout en affichant une mine défaitiste. “Ton fils est un génie. Un vieil homme comme moi, ne possède pas l'énergie suffisante pour enseigner à un tel étudiant...”

    Voyant le visage du professeur, le cœur d'Earl retomba de nouveau. Il pouvait facilement deviner ce que le savant voulait dire par Génie. Même si le professeur ne pouvait pas lui enseigner, il...

    “Mais, Mr. Rosia...”

    “Non, non. M. le compte, s'il vous plaît, ne me demander pas de rester. Je ne suis pas qualifié pour un travail si difficile.” Dit le professeur d'une voix ferme et résolue.

    Le comte laissa échapper un soupire, est-ce une tâche si difficile que d'enseigner à mon fils? Si M. Rosia ne peut pas le faire, il n'y a personne d'autre sur lequel je puisse compter
    Le professeur se sentait vraiment gêné. Des mots comme «le soleil et la lune sont deux grandes sphères», pouvaient être considérés comme les pensées d'un enfant. Mais quand un jeune de cinq ans déclare: «la centralisation du pouvoir politique est la cause de la corruption», Ce fut tellement effrayant pour lui que son cœur en arrêta presque de battre.

    En fait, après avoir enseigné à Duwei durant une année entière, le professeur savait qu'il n'était pas un idiot comme les rumeurs le disaient. Il était même très intelligent, plus que les enfants de son âge. Mais les opinions comme le pouvoir politique ne peuvent pas venir d'un enfant quoi qu'il arrive. Le savant supposa donc que c'était là les paroles du comte que l'enfant entendit. Lehmann possède une puissance militaire énorme et est la deuxième personne au commandement de toute l'armée. Si une telle personne n'est pas satisfaite de la maison royale alors ....

    M. Rosia n'était qu'un érudit. Il ne voulait pas faire partie d'une guerre politique.

    Le comte laissa finalement partir le professeur tout en tombant en réflexion. “Mon fils est-il vraiment un cas aussi désespérer? Se demanda-t-il ...

    Duwei était debout près de la fenêtre de sa chambre quand il regardait le professeur quitter le manoir.

    “Petit maître.”

    “Mard, Pense-tu que l'ignorance est une bénédiction?”

    Mard ne savait pas comment répondre. Il n'avait été instruis d'aucune façon, alors quand son petit maître lui avait posé cette question, il n'y avait aucun moyen pour lui d'en connaître la réponse. Ignorance? Est-ce que le petit maître se questionne sur lui-même?

    “Peu importe.” Duwei détourna le regard. Son petit visage montrant des traces de fatigue...

    J'ai bien trop de connaissances par rapport aux autres. Je sais pourquoi le soleil et la lune existent, pourquoi il y a des jours et des nuits, pourquoi il y a quatre saisons. Peut-être que dans ce monde, l'ignorance est une bénédiction.

    ________________________________________________________________________
  • Yes sa commence à bouger
  • merci pour le chapitre
  • Merci pour le chapitre =)
  • Quatre chapitres en deux jours, je chôme pas heein :smile:
    Pour ceux que ça intéresse, je posterais un chapitre au minimum par jour jusqu'à Lundi.Donc passé checker de temps en temps pour voir si un nouveau chapitre est sorti ;)

    _________________________________________________________________________

    Chapitre 3 : La voie de la magie


    Suite au départ de M. Rosia, des rumeurs se répandirent dans toute la cité impériale. Apparemment, l'idiot de la famille Roland aurait poussé son enseignant à l'abandon.

    Les gens semblaient vraiment heureux de parler du malheur des autres, surtout lorsque cela concernait une personnalité aussi importante.

    La quête qui avait été lancé, pour trouver quelqu'un capable de faire parler Duwei avait été une grossière erreur commise par le comte Raymond. Cet événement avait tout simplement rendu le jeune garçon célèbre dans toute la cité. Il est ainsi devenu le sujet principal des commérages...

    Ce jour-là, le comte vint voir son fils. Il était accompagné d'un homme en robe grise, munit d'un chapeau gris pointu, de doigts drôlement fins ainsi que des yeux nuancés. Cet homme émettait une vieille odeur désagréable de pourriture.

    “Magicien Clark, voici mon fils.” Dit le compte poliment. “Pouvez-vous jeter un œil et me dire s'il possède un quelconque talent dans la voie de la magie, ne serait-ce qu'un peu?”

    Si être magiciens était un emploi, alors ce travail serait l'un des plus prestigieux. En tout lieu dans ce monde, les magiciens sont un symbole d'élitiste. Ils ont les privilèges de la noblesse, ils reçoivent les meilleurs traitements. Durant une guerre, un magicien puissant pourrait même rivaliser avec une petite armée. N'importe quel pays voudrait recruter des magiciens, non pas seulement pour leur capacité, mais également car ils ne représenteront jamais une menace pour ceux au pouvoir. Un magicien passe la plus grande partie de sa vie dans la recherche et la méditation avec pour objectif d'accumuler du mana. Presque tous n'ont aucun désir pour le commun des mortels. Leur but principal est de rechercher le véritable sens de la magie.

    Mais le comte ne souhaitait pas que son fils devienne un magicien. Parce que les magiciens étaient craints par tout le monde, comme des monstres. Ils étaient bien trop logiques, solitaires et bizarres. La plupart se noyaient dans leur recherche. Aucune femme ne voudrait avoir une relation avec un monstre qui vit cloîtré dans son laboratoire. Aucun membre de la noblesse n'inviterait un magicien démuni d'émotion à une fête, et aucun roi ne donnerait un pouvoir politique à un magicien.

    Duwei était l'héritier de la famille Roland. Il avait besoin de se marier, d'avoir des enfants, de participer à des interactions avec les membres de la noblesse. Quels étaient les choix qu'il lui restait s'il ne pouvait pas devenir un soldat ou un érudit? Aucune, mise à part la voie de la magie ...

    Le comte conduisit Clark et son fils dans une pièce dissimulée.

    “Écoute, gamin.” Clark sortit une petite bouteille et versa un peu de poudre d'or sur le bout de son doigt. Il fit un tour autour de la pièce avant de détourner son regard sur Duwei. “J'ai jeté un sceau. Désormais personne ne peut nous entendre. Maintenant, dis-moi gamin, qu'est-ce la magie pour toi?”

    Qu'est-ce la magie? Duwei hésita un moment. A vrai dire tout ce qui touchait à la magie de ce monde, le rendait vraiment très curieux. Après tout, il y avait tant de légendes... Mais pour lui la magie se résumait à tourner en rond tout en chantant des sorts, puis des choses magiques se produisent.

    Voyant que Duwei restait silencieux, Clark ricana tout en pensant que cette question était probablement trop profonde pour un enfant. «La magie est la puissance donnée aux humains par Dieu. C'est le chemin pour que les humains atteignent le pouvoir ultime. Pour se comprendre, comprendre ce monde, et atteindre le plus grand don que Dieu a donné aux humains. "

    La voix de Clark sonnait de manière imposante. Cependant cela n'affecta pas Duwei. Le jeune garçon resta silencieux et sans la moindre expression. Clark sortit alors une boule de cristal du dessous de sa robe.

    “Le pouvoir spirituel est, ce que l'on mesure, pour voir si une personne possède du talent pour la magie, même si ce n'est pas le seul standard, cela reste tout de même le plus important. Maintenant, laisse-moi mesurer ton talent en mana.”

    “Pouvoir spirituel? Mana? Les magiciens ne sont-ils pas les seuls à pouvoir utiliser le mana?” Duwei ouvrit finalement la bouche.

    “qui t'a raconté de telles bêtises? Est-ce que le manoir du conte ne possède personne avec un soupçon de bon sens? Les gens normaux utilisent l'appellation pouvoir spirituel pour désigner ce que nous magiciens appelons le mana. Les mages peuvent utiliser des techniques de méditation pour augmenter leur quantité de mana, puis l'utiliser pour observer ce monde, observer les secrets de la nature et toutes les énergies qui y circulent. Seules les personnes ayant un mana assez élevé peuvent y parvenir. La magie est la manière d'utiliser des techniques pour contrôler l'énergie de la nature avec son mana.

    “Je comprends. Le pouvoir spirituel est le mana, et le mana est une sorte de levier. Les magiciens l'actionnent pour emprunter le pouvoir de la nature.

    “Difficile à croire que ces mots sorte de la bouche d'un enfant de cinq ans. Tu es plutôt malin, pourquoi pensent-ils tous que tu es un idiot ?

    Duwei ne répondit pas à sa question et se contenta de fixer Clark. Ne voulant pas perdre de temps en question inutile, Clark soupira légèrement avant de continuer...

    “La nature contient de nombreux éléments. Chacun d'entre eux est une source de pouvoir. La pluie, le tonnerre, le blizzard, le vent, même les mouvements du soleil et de la lune, la vie et la mort ou encore les plantes. Un grand magicien peut observer tous ces petits éléments sans problème. Ta métaphore avec le levier était intéressante. Sache que plus ton levier sera grand, plus grande sera la quantité d'énergie que tu pourras manœuvrer.

    “Alors c'est comme ça hein. Je pensais que le pouvoir d'un magicien venait principalement de son corps.

    “Je me dois de te le demander, qui est ce qui t'a enseigné une telle bêtise? Même un élève de magie connaît ce principe de base. Le pouvoir d'un humain est limité. Peu importe ta force, il y aura toujours une limite. Mais les magiciens peuvent faire ce que les gens normaux ne pourront jamais faire. Pourtant, ce pouvoir ne leur appartient pas. Grâce à la magie ils peuvent emprunter le pouvoir de la nature.

    Dieu a créé le monde et tout ce qu'il y a dedans, nous y compris. Donc, quand nous utilisons la magie, nous utilisons en réalité la puissance de Dieu. Ne l'oublie pas, Dieu a créé l'homme. L'homme ne pourra jamais posséder un pouvoir égal à Dieu. Voilà un tabou...

    “Je me demande bien pourquoi la famille Roland possède quelqu'un dénué de bon sens comme toi. Je t'avertis, ne dit plus que le pouvoir vient du corps d'un magicien à nouveau. Tu seras brûlé devant le temple pour avoir blasphémé Dieu...”

    Duwei resta silencieux.

    _________________________________________________________________________


  • Merci de ton assiduité et bon courage pour la suite ;)
    Et merci pour le chapitre =)
  • merci pour le chapitre et t'es effort :D
  • merci pour les chapitres
  • Kaboom .. Merci pour vos commentaire ça fait toujours plaisirs ! :smiley:

    _________________________________________________________________________

    Chapitre 4 : Magic Retard

    Le mage fut satisfait de la réaction de l'enfant. Il regarda la boule de cristal tout en déclarant: “Viens, laisse-moi voir si tu as du talent. J'ai accepté de devenir ton enseignant, mais seulement si tu possèdes un quelconque talent. Autrement...”

    “Que dois-je faire?”

    “Place ta main sur la boule de cristal et tiens la fermement. Puis pense à quelque chose, cela peut-être du bonheur ou du malheur peu importe tant que ça peut agiter tes émotions.
    Maintenant, laisse-moi voir ton talent.”

    Duwei fit deux pas en avant de placer ses mains sur la boule de cristal. .

    “Concentre-toi, maintenant, rappel toi. Fait de ton mieux pour te souvenir de ton plus profond souvenir” La voix de Clark résonna à côté de Duwei.

    Duwei ferma les yeux et commença à chercher dans sa mémoire. Clark se rendit rapidement compte que la boule de cristal se mit à briller. Cela commença par une faible lueur, avant de lentement commencer à s'éclaircir. Le magicien fût étonné. Il leva les yeux vers Duwei et, “hmm?”

    À ce moment-là, Duwei ne se sentait pas bien. Ces sentiments étaient agités et le faite de repenser à son passé le troublait encore plus. Il c'était subitement retrouvé dans un autre monde. Tous les efforts qu'il avait fait, son rêve, sa vie, ses objectifs, tout avait disparu. Comme il vit dans ce monde et qu'il s'y est adapté, ces souvenirs ont progressivement commencé à disparaître. La mémoire d'un humain disparaîtra toujours, c'est un phénomène normal, mais en ce moment Duwei ressentait encore un sentiment de tristesse.

    Duwei commença à respirer de plus en plus rapidement. La boule de cristal semblait posséder un mystérieux pouvoir capable d'amplifier les émotions humaines. Il pouvait sentir son cœur battre, comme s'il était sous pression.

    Finalement, une main toucha sa tête. Une sensation de fraîcheur traversa son corps et le soulagea instantanément.

    “Tout va bien, mon enfant.” La voix de Clark était indifférente. Le fait qu'il ait utilisé le terme mon enfant au lieu de gamin signifiait simplement qu'il était satisfait du talent de Duwei.

    “Pas mal ... Tu n'as pas encore six ans, mais ton talent équivaut à celui d'un étudiant en magie. Ton mana lui, est deux fois plus important que celui d'une personne normale. En prenant en compte ton âge, je suis plutôt satisfait.

    Clark rangea la boule de cristal puis poussa Duwei à s'asseoir. “Maintenant, mesurons ton deuxième talent. Je vais t'apprendre le sort le plus simple. Je veux que tu médites et que tu ressentes la puissance de la nature. Puis que tu me dises ce que tu ressens.

    Duwei mémorisa le chant que Clark lui apprit. La prononciation était simple et étrange à la fois.

    “Concentre-toi et médite avec ton cœur. Cette étape est cruciale. Beaucoup de gens bien plus talentueux que toi ont échoué. ”

    “Que dois-je faire d'autre?”

    “Tu n'as rien d'autre à faire. Il suffit de chanter le sort en silence puis de ressentir les choses autour de toi. Ressent la chaleur, le froid ou les sons, peu importe.”

    Clark prit un sablier puis patienta.

    Après un moment, Duwei ouvrit subitement les yeux et dit. “Mr. magicien”

    “Oh, qu'a tu ressenti?”

    “Je... Je me sens affamé...”

    “...”

    Clark fut déçu par cette réponse. Cet enfant possédait un excellent talent en matière de mana, mais malheureusement il lui manquait un cœur délicat pour observer le monde.

    Le mana était bien évidemment important, mais n'était pas l'unique standard. N'importe quel mage pouvait augmenter son mana en méditant. Ceux nés avec plus de mana commençaient simplement à un niveau supérieur. Être capable de ressentir les éléments magiques dans la nature était en réalité le point crucial.

    Clark avait prodigué quelques enseignements à des étudiants par le passé. Certains ne possédait pas le talent de Duwei, pourtant, l'un d'eux pouvait entendre le bruit du vent à la moitié du sablier. D'ailleurs il devint plus tard un magicien spécialisé dans la magie du vent.

    Ceux qui passent cette étape sont en réalité ceux qui possèdent le véritable talent. En d'autres termes, Duwei n'était pas apte à devenir magicien. C'était malheureux...

    Quand le comte aperçut le visage de Clark en sortant, le résultat ne faisait aucun doute.

    “Comte Raymond, je suis désolé que votre fils n'ait pas le talent pour devenir Mage. Il semblerait que Dieu ne l'ait pas choisi. Vous devriez lui trouver une autre voie.” Il fit une pause et dit: “Durant mes trente-six années de recherches, je n'ai jamais vu quelqu'un comme cette enfant...”

    Clark commença à partir tout en laissant échapper un soupire. Après quelques pas, il ajouta: “Oh, et s'il veut vraiment devenir un magicien, ce n'est que ma suggestion, mais vous n'avez qu'à le laisser choisir l'alchimie. L'alchimie, est au moins considérée comme une branche de la magie.”

    Clark fit un signe de la main puis après s'être aspergé d'un peu de poudre d'or, disparut soudainement dans une boule de feu.

    Lorsque Duwei sortit de la pièce, le visage de son père était rempli de déception. Jamais vu quelqu'un comme lui en trente-six ans, jusqu'à quel point son fils avait été mauvais pour que le mage dise une telle chose...?!

    D'abord jugé trop faible pour être un guerrier, puis il prit un congé scolaire, et maintenant un magicien. Le résultat fut que Duwei devint à nouveau le sujet principal des commérages en ville.

    Qu'elle pourrait bien être son avenir? Cette question inquiétait tous les membres de la famille Roland ... Excepté Duwei lui-même.

    _________________________________________________________________________
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.