Mother of Learning

Bonjour à tous,


Je vous présente ma nouvelle traduction, Mother of Learning, webnovel écrite par nobody103 sur fanfiction.net, et qui est l'une des histoires les passionnantes que j'ai pu lire sur le site.

EDIT : Vous pouvez consulter tous les chapitres produits, en cliquant ici. Un ebook est disponible ici.

En raison de la taille des chapitres, et de mes engagements sur Rebirth of the Thief (dont le planning n'est pas impacté), j'aimerais un retour de votre part sur l'histoire avant de consacrer plus de temps à cette oeuvre. En attendant, je prévois un nouveau chapitre tous les 2-3 semaines.

Le synopsis : Zorian, un mage étudiant, n'aspirait qu'à finir son cursus académique en paix. Malheureusement, il peine maintenant à trouver des réponses alors qu'il se retrouve à revivre le même mois encore et encore. Dans le style du film«Le Jour de la Marmotte», Mother of Learning s'inscrit dans un univers fantastique.

Bonne lecture.
«13

Commentaires

  • c'est pas mal mais je prefere Rebirth of the Thief
  • décembre 2016 modifié
    C'est pas mal mais je préfère Mother of Learning :p.
  • Je kiff a donf ma lecture préféré du moment c'est génial vite la suite ^^
  • Je compte sur toi pour nous permettre de lire cette histoire en français mistral :D merci pour la découverte.
  • heuuu tout pareil.
  • merci pour la découverte, ça a l'air très prometteur.
  • Ce light novel est tout simplement géniale!
  • Merci pour cette découverte et bonne continuation pour la suite :)
  • Steuuuplais continue cette ln
  • Chapitre 6 : Concentre-toi et réessaye

    Zorian regarda les champs s'étendant jusqu'à l'horizon, le silence du compartiment n'étant brisé que par le bruit du train sur les rails. Il pouvait sembler calme et détendu, mais il ne s'agissait qu'une façade.

    Simuler une attitude stoïque pouvait sembler un peu idiot, mais au fil des années, Zorian avait remarqué que s'entraîner à paraître calme depuis l'extérieur l'aidait également à se calmer intérieurement plus facilement. Il avait besoin de toute l'aide qu'il pouvait obtenir en ce moment, car il était sur le point de paniquer comme un poulet auquel on venait de couper la tête.

    Pourquoi est-ce que ça avait recommencé ? La première fois, il était certain que c'était la liche qui avait été la responsable. Le sort l'avait touché, et il s'était réveillé dans le passé. Cause et effet. Il n'avait pas été frappé par un sort mystérieux cette fois-ci, à moins que quelqu'un n'eut pénétré son compartiment pendant qu'il était en train de dormir, ce qu'il trouvait très peu probable. Non, il s'était juste endormi avant de se réveiller dans le passé, comme s'il s'agissait de la chose la plus normale du monde.

    Cela eut au moins le mérite de révéler certains détails qui lui avaient semblé curieux jusque-là. Après tout, pourquoi une liche aurait-elle lancé un sort de voyage temporel sur lui ? Cela semblait particulièrement contre-productif, avec toute l'histoire de l'invasion de Cyoria. D'un autre côté, le voyage dans le temps semblait une conséquence bien trop puissante pour n'être qu'un effet secondaire, et il doutait fortement que la liche avait lancé un sort dont elle ignorait la portée. Même un néophyte comme lui savait que c'était une très mauvaise idée d'utiliser un sort qu'il ne comprenait pas. Le lanceur de sorts mort-vivant n'aurait jamais atteint ce niveau s'il était prêt à faire ce genre de choses pour deux gamins à terre et mourants. Non, il y avait une explication bien plus simple : la liche n'était pas la responsable de ses problèmes de voyage temporel. Elle avait vraiment essayé de les tuer. 'Les', pluriel, car Zach avait également été la cible du sort. Ce même Zach qui s'était montré soudainement incroyablement doué dans toutes les matières. Ce même Zach qui s'était baladé dans la ville, armé jusqu'aux dents, à lancer de la magie de combat qui était largement hors de portée de n'importe quel autre étudiant. Ce même Zach qui avait régulièrement fait des remarques très curieuses…

    Peut-être était-ce Zach, et pas la liche, qui avait lancé le sort de voyage temporel ?

    Si Zach était un voyageur temporel, cela expliquerait ses compétences exceptionnelles et ses progrès soudains en cours. Puisque cette méthode de voyage temporel semblait envoyer l'esprit d'une personne dans une version plus jeune de leur corps, Zach pouvait être bien plus âgé qu'il n'y paraissait. Zorian se rappela de plusieurs remarques de Zach qui lui faisaient penser qu'il avait revécu cette période en particulier de nombreuses fois. Un mage ayant des décennies d'expérience et connaissant le futur trouverait évidemment que les cours de troisième année étaient ridiculement faciles.

    Si Zach avait vraiment été le lanceur du sort de voyage dans le temps, pourquoi Zorian avait-il été également affecté ? Il pouvait s'agir d'un accident. Zorian savait en effet qu'agripper un mage en train de lancer un sort de téléportation permettait d'être téléporté en même temps que le lanceur. Mais cela n'expliquait pas pourquoi Zorian revivait ce mois une seconde fois. Zach ne s'était pas montré pendant un mois entier, et n'avait donc pas eu l'occasion de lancer le moindre sort sur lui.

    Il ne savait pas quoi en penser. Avec un peu de chance, Zach serait là cette fois-ci.

    « Nous arrivons à Korsa , » annonça une voix de robot dans les hauts parleurs. Un second grésillement répéta : « Je répète, nous arrivons à Korsa. Merci. »

    Quoi, déjà ? Il regarda à travers la fenêtre pour confirmer à l'aide du panneau blanc et bleu qu'il était bien arrivé à cette plaque tournante commerciale. Il fut à moitié tenté de descendre du train pour passer le mois entier à s'occuper pour essayer d'oublier cette histoire de voyage temporel, mais écarta rapidement l'idée. Manquer le début de l'année de cette façon serait vraiment irresponsable et contre-productif, même si l'idée de refaire un mois de cours identiques était tout sauf attirante. Il y avait bien la possibilité qu'il retourne dans le passé une troisième fois, mais ce n'était pas quelque chose sur lequel il devait compter. Le sort ne pouvait pas continuer à le renvoyer dans le passé indéfiniment, après tout. Il allait tomber à court de mana à un moment ou à un autre. Et ce moment se rapprochait, puisque le voyage temporel devait consommer pas mal de mana.

    Pas vrai ?

    « Heu… »

    Zorian émergea enfin de ses réflexions et remarqua le garçon qui le regardait depuis l'extérieur du compartiment, la tête dans l'ouverture de la porte. Il avait choisi spécifiquement ce compartiment parce qu'il avait été complètement vide pendant sa… deuxième vie. Après avoir abandonné la fille au col montant vert, il décida d'anticiper la chose et de prendre ce compartiment dès le départ. Apparemment, ce n'était pas si simple. Il supposa que sa présence attira le garçon. Certaines personnes appréciaient effectivement la présence d'autres personnes, et évitaient les compartiments vides.

    « Oui ? » répondit poliment Zorian, espérant que le jeune homme ait une question au lieu de vouloir s'installer dans son compartiment.

    Il se trompait.

    « Ça vous dérange si je m'assois ici ? »

    « Non, allez-y » répondit Zorian, se forçant à sourire au garçon. Punaise.

    Le garçon lui rendit son sourire, et se hâta de rentrer ses bagages. Beaucoup de bagages.

    « Vous êtes en première année, pas vrai ? » demanda Zorian, incapable de se taire. Ainsi s'envolait son plan de garder le silence, pour que l'atmosphère devienne si gênante que le garçon parte de lui-même. Oh, tant pis.

    « Ouais, » admit le garçon. « Comment vous avez deviné ? »

    « Vos bagages, » remarqua Zorian. « Est-ce que vous réalisez que l'académie est très éloignée de la gare centrale ? Vos bras vont vous lâcher avant d'arriver là-bas. »

    Le garçon cligna des yeux. Il n'était vraiment pas au courant. « Heu, c'est pas si terrible, pas vrai ? »

    Zorian haussa les épaules. « Tu ferais mieux de prier pour qu’il ne pleuve pas. »

    « Ha Ha, » ria nerveusement le garçon. « Je suis sûr que je ne suis pas si malchanceux. »

    Zorian sourit bêtement. Ah, les bénéfices de connaître le futur. Ou était-ce avoir du recul ? Les langues n’avaient vraiment pas été créées avec la possibilité du voyage temporel en tête.

    « Ah ! Je ne me suis pas présenté ! » s’exclama le garçon. « Je suis Byrn Ivarin. »

    « Zorian Kazinski. »

    Les yeux de Byrn s’illuminèrent instantanément. « Comme - »

    « Comme Daimen Kazinski, oui » dit Zorian, trouvant la fenêtre tout d’un coup très intéressante.

    Le garçon le regarda avec l’air d’attendre quelque chose, mais s’il s’attendait à ce que Zorian en dise plus sur le sujet, il allait être grandement déçu. La dernière chose dont Zorian voulait parler était son grand frère.

    « Donc, heu, vous êtes de la famille de Daimen Kazinski, ou il ne s’agit juste que d’une coïncidence ? » demanda-t-il après un long silence.

    Zorian prétendit ne pas l’entendre, et récupéra son cahier qui se trouvait sur le siège d’à côté avant de l’étudier attentivement. Il était presque complètement vide, puisque toutes ses notes à propos de l’invasion et du mystère de ses ‘souvenirs du futur’ avaient disparu, perdues dans un futur qu’il avait laissé derrière lui. Il ne s’agissait pas d’une perte importante, puisque la grande majorité de ses notes s’était révélée inutiles ; les suppositions creuses et les pistes sans issues ne l’avaient pas aidé à résoudre ce mystère. Il écrivit quand même quelques détails dont il se rappelait de ses précédentes notes, comme le sort qu’avait psalmodié la liche avant de le tuer. Oui, Zach était bien responsable de tout ça, mais il ne pouvait pas en être certain

    Zorian jugea que le silence avait duré suffisamment longtemps pour devenir gênant, et leva les yeux de son carnet pour regarder le garçon d’un air confus.

    « Heu, tu as dit quelque chose ? » prétendit-il, fronçant légèrement les sourcils pour faire croire qu’il n’avait vraiment pas entendu un seul mot de la question posée.

    « Heu, rien, » abandonna Byrn. « Ce n’était pas important. »

    Zorian fit un sourire sincère. Au moins le garçon avait reçu le message.

    Il discuta pendant un long moment avec Byrn, même s’il se contentait essentiellement de répondre à ses questions sur les cours de première année. Au bout d’un moment il s’en fatigua, et se prit à nouveau d’intérêt pour son carnet, espérant que le garçon capte à nouveau le message.

    « Qu’est-ce qu’il a d’intéressant, ce cahier ? » demanda-t-il. Soit il n’avait pas visiblement pas compris le message, soit il l’ignorait délibérément. « Ne me dis pas que tu es déjà en train d’étudier ? »

    « Non, ce n’est que des notes de recherche personnelle, » dit Zorian. « Je suis un peu dans une impasse et ça me frustre. J’arrête pas d’y penser. » Surtout quand la seule alternative était de parler à un première année très indiscret.

    « La bibliothèque de l’académie - »

    « C’est la première chose que j’ai essayé, » soupira Zorian. « Je ne suis pas stupide, tu sais ? »

    Le garçon leva les yeux au ciel. « Tu as cherché toi-même les livres ou tu as demandé à la bibliothécaire de t’aider ? Ma mère est une bibliothécaire, et ils ont ces sorts de divination qui leur permet de trouver en quelques minutes des livres qui te prendrait des années à dénicher par toi-même. »

    Zorian ouvrit la bouche avant de la fermer. Demander de l’aide à la bibliothécaire, hein ? Ok, peut-être était-il bien stupide.

    « Eh bien, ce n’est pas vraiment un sujet sur lequel j’aimerais embêter la bibliothécaire, » essaya Zorian. Ce qui était vrai, mais il savait qu’il demanderait de toute façon. « Peut-être pourrais-je trouver les sorts de divinations dont tu parles dans le registre des sorts ? Mais en fait non, s’ils sont similaires aux autres sorts de divinations, le problème c’est de les utiliser et de les interpréter correctement, pas les incanter... »

    « Tu peux toujours essayer de trouver du travail à la bibliothèque, » suggéra le garçon. « Si la bibliothèque de l’académie fonctionne comme celle de ma mère, ils sont constamment désespérés d’avoir de l’aide. Et ils enseignent à leurs employés comment utiliser ces sorts, bien sûr. »

    « Vraiment ? » demanda Zorian, intrigué par l’idée.

    « Ça vaut le coup d’essayer, » répondit-il, haussant les épaules.

    Zorian arrêta d’éviter la discussion pendant le reste du trajet. Byrn avait clairement gagné son respect.

    « Bien sûr ! Nous recherchons toujours de l’aide ! »

    Eh bien… c’était facile.

    « On ne peut pas vraiment vous payer beaucoup, vous comprenez ? Ce gnome misérable qui est notre directeur a encore diminué notre budget ! Mais nous sommes très flexibles sur le temps de travail, et l’ambiance est plutôt sympathique... »

    Zorian attendit patiemment que la bibliothécaire dise tout ce qu’elle voulait. Au premier regard, cette femme d’un certain âge n’avait pas de trait particulier, mais dès qu’il commença à lui parler, il remarqua que les apparences étaient trompeuses. Elle avait une personnalité joyeuse et il y avait cette aura indescriptible d’énergie qu’elle transmettait. Rien que le fait de se tenir à côté d’elle faisait ressentir à Zorian le même genre de pression qu’il ressentait quand il était coincé dans des foules, il devait lutter contre son instinct pour ne pas s’éloigner.

    « Si je comprends bien, vous n’avez pas beaucoup de demande de gens pour travailler ici ? » essaya Zorian. « Pourquoi ? Je m’attendais à devoir me battre bec et ongle pour travailler dans un endroit pareil. C’est une bibliothèque célèbre. »

    Elle se racla la gorge, et Zorian pouvait jurer qu’il avait senti la dérision et une once d’amertume dans ce son apparemment innocent. « Le règlement de l’académie nous impose de ne recruter que des mages du premier cercle ou plus. La plupart des certifiés et diplômés ont des options mieux payées et plus prestigieuses que cette bibliothèque... » Elle lui montra les étagères de la main. « Ce qui nous force à n’engager que des étudiants. Qui sont... »

    Elle s’arrêta brusquement et cligna des yeux, comme si elle venait de se rappeler de quelque chose. « Mais arrêtons de parler de cela ! » dit-elle en se frappant dans les mains. « À partir d'aujourd'hui, vous êtes l'un des assistants bibliothécaires, félicitation ! Si vous avez des questions, je serais ravie d'y répondre. »

    Zorian dut employer une volonté surhumaine pour ne pas lever les yeux au ciel. Il n'avait jamais signé quoique ce soit, mais avait simplement demandé s'il existait une possibilité de travailler… et elle devait le savoir. Mais bon, c'était vrai qu'il voulait le job, et pas juste parce qu'il espérait apprendre quelques sorts pratiques et traduire le sort de la liche. Il suspectait que les employés de la bibliothèque avaient accès à des zones dont l'accès lui serait normalement refusé en tant que mage du premier cercle, et il s'agissait d'une tentation à laquelle il ne pouvait pas résister.

    « Première question, » dit Zorian. « Quel est mon rythme de travail ? »

    Elle cligna des yeux, visiblement surprise. Elle s'attendait à ce qu'il la critique pour l'avoir embauché sans qu'il ne donne son accord. « Eh bien, quand pouvez-vous venir ? Entre les cours, les révisions et les autres activités, la plupart de nos employés étudiants ne viennent travailler qu'une ou deux fois par semaine. Combien de temps pouvez-vous accorder à la bibliothèque ? »

    « Les cours sont plutôt faciles pour l'instant, » dit Zorian. « On fait surtout des révisions de seconde année, ce que je connais sur le bout des doigts. Sauf cas exceptionnel, je devrais pouvoir venir quatre fois par semaine. Je suis plutôt libre le week-end, si vous avez besoin d'aide à ce moment-là.

    Zorian se réprimanda mentalement pour avoir parlé de cette façon : les cours n'avaient même pas encore commencé, comment pouvait-il en connaître le contenu ? Heureusement, la bibliothécaire ne sembla pas relever sa bourde. Au contraire, ses yeux s'illuminèrent en entendant les disponibilités de Zorian et elle commença à crier.

    « Ibery ! Je vous ai trouvé un nouveau partenaire ! »

    Une fille aux lunettes portant une flopée de livres sortit de la pièce adjacente pour se rendre au bureau d'accueil et voir ce qu'il se passait. Oh. Il s'agissait de la fille au col montant vert (elle était même en train de le porter) avec qui il avait partagé un compartiment dans le train…

    Sauf que cette fois-ci, il avait choisi un compartiment de l'autre côté, et ils ne s'étaient donc jamais rencontrés. Bon, ça n'aurait pas eu d'importance de toute façon.

    « Je pense que des présentations sont de rigueur, » dit la bibliothécaire. « Je suis Kirithishli Korisova, l'une des rares bibliothécaires de cet endroit. Cette jolie jeune fille, » elle se tourna vers la fille au col montant qui rougit à cause du compliment et serra encore plus les livres contre sa poitrine, « est notre interne, Ibery Ambercomb. Elle est une véritable abeille ouvrière. Ibery travaille ici depuis l'an dernier, et je ne sais pas comment on ferait sans elle. Ibery, voici Zorian Kazinski. »

    La fille réagit à l'évocation du nom. « Kazinski, comme... »

    « Oui, comme le petit frère de Daimen Kazinski, » répondit Zorian qui ne put réprimer un soupir.

    « Heu... »

    « En fait, je suis assez certaine qu'elle pensait à votre autre frère, » dit Kirithishli d'un sourire gêné. « Elle est en classe avec Fortov, et elle a un peu le béguin pour lui... »

    Elle était comme une dizaine d'autres filles. Fortov n'était jamais en manque de filles se jetant sur lui.

    « Madame Korisova ! » protesta Ibery.

    « Oh, détendez-vous, » dit Kirithishli. « Bref, Zorian va travailler avec nous de manière assez fréquente. Allez lui montrer en quoi consiste le travail. »

    Et juste comme ça, Zorian fut embauché à la bibliothèque. Seul le temps lui dirait s'il y perdait son temps.

    Comme la dernière fois, Zach n'était pas venu en cours. Zorian s'y attendait à moitié, mais n'en était pas moins ennuyé. Cela le conforta dans l'idée que Zach était lourdement impliqué dans cette histoire, mais son absence l'empêchait de l'interroger. Qu'était-il censé faire, maintenant ?

    D'ailleurs, était-il censé faire quoique ce soit ? La dernière fois, il avait agi dans l'idée que s'il ne faisait pas quelque chose au sujet de l'invasion, personne ne le ferait. Après tout, il était le seul à avoir des souvenirs du futur. Par contre, si ses suppositions étaient correctes, Zach avait probablement voyagé dans le temps spécifiquement pour arrêter l'invasion. Quelle autre raison aurait-il pu avoir pour refaire cette période en particulier ? En plus, il s'était baladé en ville pendant l'assaut, et avait tué des envahisseurs… Peut-être y avait-il un mage voyageur du temps expérimenté qui était déjà en train de régler le problème ? Et peut-être que s'il faisait quelque chose, il gênerait cette personne ?

    Le problème avec cette idée était qu'il ne s'agissait que d'une supposition, et il ne savait pas si elle était vraie ou non. S'il ne faisait rien, il se condamnait lui-même et le reste de la ville, juste parce qu'il se reposait sur un garçon en qui, soyons franc, il n'avait pas vraiment confiance. Zach lui rappelait un peu trop ses frères. En plus, Zach n'avait-il pas perdu face à la liche ? Eh bien si.

    Comme il ne savait pas comment résoudre le mystère dans lequel il avait été plongé, ni même par où commencer, Zorian se lança à corps perdu dans ses études et son travail à la bibliothèque. Bien sûr, comme il revivait pour la troisième fois ce mois, le seul problème qu'il rencontrait avec ses études était avec Xvim, qui disait continuellement que sa maîtrise de l'exercice du stylo tournant (comme l'appelait affectueusement Zorian) était abominable et qu'il devait recommencer encore et encore et encore. À l'inverse, le temps passé à la bibliothèque était… intéressant, même si pas vraiment de la façon dont il l'espérait.

    Il n'avait pas encore appris de sorts, même s'il soupçonnait que c'était parce qu'il avait bien d'autres choses plus urgentes à apprendre avant que Kirithishli ou Ibery prenne le temps de lui enseigner les divinitations. Pour dire simplement, il n'était pas très bon. Son travail pouvait sembler facile ; il s'agissait de ranger ou de chercher les livres, mais il était rendu excessivement compliqué par les nombreux protocoles et l'ultra-important plan de classement des livres. Zorian avait voulu démontrer une efficacité basique au travail avant de demander des faveurs, mais au bout de deux semaines il commença à comprendre qu'il lui faudrait probablement plusieurs mois avant d'atteindre ce niveau, des mois qu'il n'avait pas. Le festival de l'été se rapprochait.

    C'est pourquoi il décida d'interpeller Kirithishli après qu'elle le libéra pour le reste de la journée pour lui parler des fameuses divinations de livre. Ibery s'attarda également, faisant semblant d'être occupée pour secrètement les écouter. Pour quelqu'un d'aussi timide, elle était vraiment curieuse !

    « J'aurais aimé vous demander une faveur, » commença Zorian.

    « Allez-y, » dit Kirithishli. « Vous nous avez beaucoup aidé, donc je serais heureuse de rendre la pareille si j'en ai la capacité. Nous ne trouvons pas souvent des employés aussi compétents que vous. »

    « Hein ?! » répondit-il, choqué. « Compétent ? Je comprends à peine ce que je fais ! Sans votre aide et celle d'Ibery, tout ce que je ferais serait d'errer dans la bibliothèque comme un poulet sans tête. »

    « C'est pourquoi je vous ai apparié à Ibery, pour apprendre. Et je peux vous assurer que vous apprenez très vite ! En tout cas, plus vite que je ne l'avais fait lorsque j'avais commencé ce travail, ça c'est sûr. Pour être honnête, d'habitude je ne donne aux nouveaux que les tâches les plus simples mais fastidieuses, mais puisque vous êtes bien plus investi que les autres, je vous ai donné certaines missions avancées. »

    « Ah, » dit Zorian après un bref silence. « Je suis flatté. » Et il l'était vraiment. « En fait, je me demandais, à propos de vos divinations pour trouver des livres… Je faisais des recherches sur un sujet assez obscur et je n'avance pas. »

    « Ah ! » dit Kirithishli en se frappant le front. « Comment ai-je pu oublier cela ? Bien sûr que je vais vous enseigner ces divinations ! Tous nos employés de longue durée ont le droit de les apprendre. Ils sont un peu délicats à utiliser par contre, donc il vous faudra un moment pour apprendre à les manipuler correctement. Ibery vous montrera. Mais vous pouvez toujours me dire ce que vous recherchez, et je ferai de mon mieux pour vous aider. Je connais cette bibliothèque comme le fond de ma poche, vous savez ? »

    Zorian pesa le pour et le contre de lui montrer le chant de la liche, car il soupçonnait qu'il s'agisse d'un sujet sur lequel il pouvait se mettre dans le pétrin juste en posant quelques questions, mais il n'avait pas d'autre choix. Il savait que pour apprendre ces divinations, il lui faudrait plusieurs mois, des mois qu'il n'avait pas. Il sortit son cahier et arracha la page correspondante pour la donner à Kirithishli.

    Cette dernière fronça les sourcils en voyant le texte. Ibery arrêta de prétendre ne pas être intéressée et se plaça derrière elle pour regarder elle aussi le bout de papier.

    « C'est un langage inconnu, » expliqua Zorian. « Je ne sais même pas duquel il s'agit... »

    « Mmh, délicat, » remarqua Kirithishli. « Trouver une référence écrite en se basant sur une transcription phonétique d'un mot que l'on ne comprend même pas est vraiment compliqué, même avec les divinations. Je pense qu'il serait plus simple pour vous de trouver un expert en langues pour vous aider, s'il s'agit de quelque chose d'important. »

    « Tu pourrais essayer Zenomir, » souffla Ibery.

    « Notre prof d'histoire ? » demanda Zorian, incrédule.

    « Il enseigne également la linguistique, » expliqua Ibery. « C'est un polyglotte. Il parle 37 langues différentes. »

    « Woah. »

    « Ouais, » acquiesça Ibery. « Il devrait au moins pouvoir te dire de quel langage il s'agit, même s'il n'arrive pas à le traduire. Si tu le lui demandes gentiment, je doute qu'il refuse de t'aider. »

    Intéressant.

    « Ah, monsieur Kazinski, que puis-je faire pour vous ? »

    Zenomir Olgai était vieux. Très vieux. Il portait des robes bleues, de vrai robes comme les mages d'antan, et avait une longue barbe blanche très soignée. Malgré son âge avancé, il se déplaçait énergiquement et avait cette vivacité dans le regard que les gens de son âge n'avaient normalement pas ou plus. Zorian n'avait pas choisi l'option linguistique, mais il savait d'après le cours d'histoire que Zenomir était tout aussi enthousiaste à propos de ses cours que Nora Boole à propos des runes et des mathématiques, même si lui au moins comprenait que les élèves ne partageaient pas forcément sa passion.

    « On m'a dit que vous pourriez m'aider pour une traduction ? » dit Zorian. « J'ai une transcription phonétique morcelée d'un langage qui m'est inconnu, et j'espérais que vous pourriez au moins me dire de quelle langue il s'agit. Ça ne ressemble à rien que j'ai pu rencontrer jusqu'à maintenant. »

    Zenomir semblait très intéressé à l'idée d'un langage inconnu et prit hâtivement le morceau de papier que Zorian lui tendait. Il écarquilla les yeux à peine une seconde plus tard.

    « Où avez-vous trouvé ça ? » demanda-t-il calmement.

    Zorian se demanda intérieurement ce qu'il devait faire, et décida de raconter une partie de la vérité.

    « J'ai été attaqué par quelqu'un il y a quelque temps. Il a utilisé un sort utilisant ce chant comme incantation. Je voulais juste savoir quel en était l'effet. »

    Zenomir prit une profonde respiration et se pencha en arrière. « Vous avez eu de la chance que le sort ait échoué. C'est un genre de sort de magie de l'âme. »

    « Magie de l'âme ? »

    « Nécromancie, » clarifia Zenomir.

    Zorian cligna des yeux. La nécromancie ? Eh bien, cela avait du sens pour la liche d'utiliser ce genre de sort, mais quel rapport y avait-il entre la nécromancie et le voyage temporel ? Aucun. Zach était donc bien la cause première de sa situation actuelle.

    « Donc, c'est quoi ce langage en fait ? » demanda Zorian.

    « Hm ? Oh ! Oui, le langage… c'est l'ancienne langue Majara, parlée par les nombreuses civilisations qui partagaient le continent de Miasina avec les Ikosiens avant la montée en puissance de ces derniers. De nombreuses ruines en Koth sont gravées avec cette langue, et malheureusement, c'est la langue utilisée pour la majorité des rituels les plus sombres et les sorts de nécromancie. Vous ne trouverez aucun livre à ce sujet en libre circulation, j'en ai bien peur. Mais reprenons le sujet de cet assaillant. Il a utilisé l'une des magies les plus sombres, et pour l'utiliser ainsi sur des étudiants de l'académie, il ne devait pas avoir de bonnes intentions. »

    Même s'il ne pouvait plus faire marche arrière, Zorian décida tout de même de laisser de côté l'histoire du voyage temporel et inventa une histoire. Il expliqua à Zenomir qu'il avait surpris deux personnes parler d'un plan d'invasion de la ville pendant le festival d'été. Il avait initialement pensé à un genre de blague, mais quand les deux personnages encapuchonnés l'avaient remarqué, ils commencèrent à lui lancer des sorts dessus et Zorian avait craint pour sa vie. Zenomir sembla le prendre bien plus au sérieux que ce qu'il avait espéré, et lui dit de rentrer chez lui et de le laisser s'occuper du reste à partir de maintenant.

    Huh. Ça s'est étonnament bien passé. Au moins, Zenomir ne l'avait pas traîné de force au poste de police pour faire une déposition, même s'il s'attendait à devoir réaliser quelque chose du genre dans un futur proche. Il faisait les cent pas dans sa chambre, incapable de trouver le sommeil. Il commençait à devenir très inquiet. Les dés étaient jetés, qu'il s'agisse d'une décision sage ou non, et tout ce qu'il pouvait faire maintenant était d'attendre les conséquences de ces actions. Pour lui, et pour tout le monde.

    Quelqu'un frappa fortement à la porte pendant une ou deux secondes. Il ne connaissait personne frappant à la porte de cette façon.

    « J'arrive ! » dit Zorian, soupçonnant qu'il s'agisse d'une personne venant lui parler de ce qu'il avait raconté à Zenomir. « Que puis-je- Urrk »

    Zorian regarda bêtement la lame qui venait de lui transpercer la poitrine. Sa bouche s'ouvrit pour pousser un cri qui ne vint jamais. Il eut juste le temps de regarder son agresseur, un homme assez petit, vêtu de noir, et qui portait un masque blanc, avant que la lame ne soit douloureusement retirée puis réinsérée dans sa cage thoracique encore et encore et encore…

    Sa vision se brouilla progressivement. Tout devint noir, et il était presque heureux de mourir, car être poignardé plusieurs fois dans la poitrine était incroyablement douloureux.

    Les yeux de Zorian s'ouvrirent brusquement lorsqu’il ressentit une douleur intense au niveau de son ventre. Son corps convulsa en essayant de lutter contre l’objet qui venait de tomber sur lui. Il était maintenant complètement et parfaitement éveillé.

    « Bonj- ! »

    Le bonjour de Kirielle fut interrompu lorsque Zorian se redressa immédiatement, les yeux écarquillés de peur, et à bout de souffle. Il avait été assassiné ! Ils l'avaient tué ! Il avait prévenu quelqu'un de l'attaque, et on l'avait tué le soir même ! Comment avaient-ils su si rapidement ?! Est-ce que Zenomir était dans le coup, ou étaient-ils juste très bien informés ?!

    « Tu as fait un cauchemar ? » demanda Kirielle.

    Zorian respira profondément, ignorant la douleur fantôme dans sa poitrine. « Ouais… un simple cauchemar. »

    Zorian savait qu'il devrait se concentrer sur ce qu'Ilsa était en train de dire, mais son esprit n'arrivait juste pas à penser à autre chose que ce qu'il s'était passé. En réalité, il n'aurait pas du être si surpris du déroulement des événements. Une invasion de cette taille ne pouvait pas être gardée secrète sans un puissant allié au sein de la ville ou de l'académie, donc bien sûr qu'ils allaient remarquer qu'il avait averti quelqu'un ! En plus, si simplement prévenir les autorités était une solution envisageable, Zach l'aurait probablement déjà fait et Zorian ne revivrait pas ce mois pour la quatrième fois.

    Il commençait à développer une once de respect pour ces...'recommencements'. C'était la deuxième fois qu'il mourrait alors qu'il n'avait refait le mois que trois fois. Il fallait admettre qu'il mourrait souvent. Après tout, Zach ne lui avait-il pas dit qu'il était constamment tué lors du premier tir d'artillerie, à moins qu'il ne fasse quelque chose ?

    Il revint au monde réel quand il réalisa qu'Ilsa s'était arrêtée de parler et le regardait intensément d'un air interrogateur.

    « Est-ce que vous allez bien ? » demanda-t-elle, et Zorian remarqua qu'elle regardait ses mains. Pourquoi est-ce que -

    Oh.

    Ses mains tremblaient. Il était probablement également très pâle, si la peau de ses mains en donnait une indication. Il se frotta les mains pendant quelques moments puis serra les poings pour retrouver le contrôle de ses membres.

    « Pas vraiment, » admit-il. « Mais je le serai, bientôt. Vous n'avez pas à vous inquiéter. »

    Elle l'observa encore une seconde avant d'acquiescer.

    « Très bien, » dit-elle. « Souhaitez-vous que je vous téléporte à l'Académie ? J'ai du mal à vous imaginer prendre le train dans votre état. »

    Zorian cligna des yeux, ne sachant que dire. Il détestait voyager en train, donc une offre comme celle-ci était une bénédiction, mais… pourquoi ?

    « Je ne voudrais pas vous déranger... » essaya-t-il.

    « Ne vous en faites pas, je m'y rendais de toute façon, » répondit-elle. « C'est le moins que je puisse faire pour être arrivée si tard chez vous et vous avoir privé de votre choix de mentor. »

    Eh bien ça, c'était bien vrai. Xvim était vraiment un mentor horrible et inutile.

    Zorian s'excusa quelques instants pour aller prévenir sa mère qu'il s'en allait, ce qui prit bien trop longtemps à son goût, car elle l'avait bombardé de questions sur la téléportation, soudainement inquiète pour sa sécurité. Il récupéra ensuite ses bagages et suivit Ilsa à l'extérieur. Il était en fait un peu excité à l'idée d'être téléporté, car il ne l'avait jamais fait. En fait, en temps normal, il serait incroyablement heureux, mais comme le souvenir d'avoir été poignardé à mort était encore tout frais, son enthousiasme était limité.

    « Prêt ? » demanda-t-elle.

    Il acquiesça.

    « Ne vous en faites pas, les rumeurs sur les dangers de la téléportation sont assez exagérées, » le rassura Ilsa. « Vous ne pouvez pas vous bloquer à l'intérieur d'objets solides, le sort ne fonctionne pas de cette façon, et si quelque chose se passe mal, je le saurais immédiatement et dissiperais le sort avant que les ondulations dimensionnelles ne nous déchirent. »

    Zorian fit la grimace. Il connaissait déjà ces détails, et ne voyait pas l'intérêt de les dire à voix haute. Elle avait visiblement entendu sa discussion avec Mère.

    Ilsa commença le chant d'incantation et Zorian se tint très droit, ne voulant pas manquer-

    Le monde ondula, puis changea. Ils se tenaient soudainement tous les deux dans une pièce circulaire bien éclairée. Un grand cercle magique était gravé sur le sol en marbre. Il n'y avait ni désorientation, ni flash coloré, ni rien. C'était presque décevant. Il étudia la salle dans laquelle il se trouvait un peu plus attentivement, essayant de comprendre où ils se trouvaient.

    « Nous sommes au point de redirection des téléportations, » expliqua Ilsa. « Les protections de l'académie redirigent toutes les téléportations entrantes vers cette pièce, pour des raisons de sécurité. Bien sûr, c'est en supposant que tu aies bien ciblé ton arrivée et que tu possèdes les autorisations nécessaires pour te téléporter à l'académie. » Elle le regarda intensément. « Se téléporter dans un espace protégé est juste l'un des nombreux dangers de ce sort. Ne t'y entraîne pas de ton côté. »

    « Heu… je suis plutôt certain que la téléportation est bien au-dessus de mes autorisations actuelles de toute façon, » remarqua Zorian.

    Elle haussa les épaules. « Certains élèves sont capables de recréer un sort après l'avoir vu une seule fois. Une fois que tu connais l'incantation et les gestuelles, tu connais 80 pourcent du sort. »

    Zorian cligna des yeux. Pourquoi n’y avait-il pas pensé ?

    « Ça vous dérangerait de lancer le sort une fois de plus ? » demanda-t-il innocemment. « Pour des raisons purement académiques, vous savez... »

    Elle gloussa. « Non. Mais si ça peut te réconforter, je doute vraiment que tu aies les réserves de mana pour lancer le sort ne serait-ce qu’une fois. »

    En fait, ça ne le réconfortait pas du tout. La dangerosité du sort lui importait peu, et il comptait bien apprendre le sort de téléportation dès qu’il le pouvait. En une fraction de seconde, il venait d’échapper à une journée entière de voyage en train. Même s’il rencontrait beaucoup de difficulté à l’apprendre, ça en valait vraiment la peine. Il soupira avant de se séparer d’Ilsa pour aller s’installer.

    « Je pourrais m’habituer à ce genre de voyage, » se dit-il à voix basse, alors qu’il déverrouilla la porte de sa chambre et fit tomber ses affaires au sol. « C’est dommage, je n’arriverais jamais à simuler la détresse de manière suffisamment convaincante pour qu’Ilsa puisse m’emmener avec elle au début de chaque recommencement. »

    Il stoppa net. Il ne devrait pas penser ainsi, c’était très dangereux. Il n’avait aucune preuve qu’il allait recommencer indéfiniment. En fait, tout ce qu’il savait sur la magie lui disait que ça ne pouvait pas être le cas. Quel que soit le sort dont il avait été la cible, il allait tomber à court de mana au bout d’un moment, et il n’y aurait alors pas de recommencement, pas de seconde chance… pas de retour d’entre les morts. Il devait traiter chaque reset comme s’il s’agissait du dernier, car cela pouvait très bien être le cas.

    Il devait cependant admettre que son précédent départ, malgré la fin où il s’était fait assassiné, n’avait pas été un désastre complet. Au moins, il avait pu confirmer que c’était bien Zach, et pas la liche, qui était le responsable de sa situation. Au lieu de faire des recherches sur un langage obscur et sur le voyage temporel, il serait probablement plus sage de retrouver Zach.

    Mais pas maintenant. Il méritait un peu de repos après avoir été ramené d’entre les morts.

    Il aurait dû se douter que ça n’allait pas être simple. Quand il essaya de localiser Zach, il se rappela pourquoi il n’avait pas essayé de faire cela lors de sa première boucle. Zach n’était pas seulement l’héritier de la Noble Maison Noveda, il était le seul membre encore vivant de cette maison, le reste de sa famille ayant été tuée lors des Guerres de Fractionnement. Quand il deviendrait adulte, Zach allait hériter d’un empire financier important et des legs laissés par plusieurs générations de mages, donc il était sous la surveillance d’un grand nombre de personnes. Par conséquent, sa disparition était un Gros Problème, et énormément de personnes voulaient savoir où il était passé. Zorian était justement l’une de ces personnes, mais si les autres (et ceux qu’ils avaient employés) n’avaient pas réussi à le retrouver, il avait peu de chance d’y arriver. Et évidemment, il n'aboutit à rien. Comme il l'avait suspecté, les deux filles avec qui Zach traînait pendant son premier mois n'étaient plus aussi bonnes élèves sans l'héritier Noveda pour les aider (et lorsqu'il avait posé des questions sur elles, de sales rumeurs avaient commencé à se répandre ; sincèrement, un garçon ne pouvait-il pas poser de question sur une fille sans que tout le monde ne pense qu'il avait le béguin pour elle ?). Sa maison était protégée avec des boucliers de très bonne qualité, son responsable légal ne pouvait pas être joint, et s'il avait d'autres amis proches, ils n'étaient pas dans la classe. Zorian n'était pas un détective, et ne savait pas quoi faire d'autre. En plus, en considérant que des détectives professionnels avaient échoué (et continuaient d'échouer), il se dit que même s'il savait une chose ou deux, ça ne l'aiderait pas à le localiser.

    Un mois s'écoula et il n'avait pas fait grand-chose. Le festival d'été arriva, et Zorian prit à nouveau le train pour quitter Cyoria, bien réveillé et alerte alors que le ciel s’obscurcissait. Il avait amené une montre de poche avec lui cette fois-ci, et il vérifiait l'heure de temps en temps, priant intérieurement pour qu'il n'ait pas à recommencer cette fois. Au moins, il saurait exactement l'heure à laquelle ça se passerait dans le cas contraire. Bien évidemment, ses prières n'avaient pas été entendues. Aux alentours de minuit et deux minutes, il s'évanouit et se réveilla ensuite avec Kiri sur le ventre qui lui souhaitait bonjour.

    Il aurait probablement dû se l'admettre. Il était une personne plutôt intelligente, et il n'aimait pas se raconter des histoires. Il lui fallut quatre nouveaux recommencements pour enfin accepter la vérité de sa situation : il était coincé dans une sorte de boucle temporelle, et ça n'allait probablement pas s'arrêter de sitôt.

    Il ne savait pas comment c'était possible. Peut-être le sort était-il alimenté par les réserves de mana apparemment inépuisables de Zach, plutôt que d'avoir reçu une quantité fixe de mana lors de l'incantation. Peut-être était-ce l'un de ces sorts auto-alimentés. Bordel, si ça se trouve, le sort était lié au Cœur du Monde et tirait sa puissance du Dragon d'En-Bas lui-même ! Peu importe comment le sort était alimenté, il l'était.

    Il avait refusé d'y croire jusqu'à maintenant, et avait essayé de vivre comme il le ferait normalement. C'était plutôt ennuyeux, certes, mais qu'aurait-il fait s'il n'y avait pas de nouveau départ cette fois-ci ? Que ferait-il si les conséquences de ses actions pendant ce mois n'étaient pas magiquement effacées à minuit deux, la nuit du festival d'été (il avait vérifié, et oui, l'heure correspondait lors de chacune des quatre nouvelles boucles) ?

    Il ne pouvait pas continuer comme ça. À l'exception de l'invasion, ce mois-ci avait été ennuyeux au possible, même la première fois qu'il l'avait vécu, et il l'avait maintenant refait huit fois. Il connaissait suffisamment les cours pour avoir des scores presque parfaits aux contrôles de toutes les matières, même en Magie des protections. Peu de personnes le remarquèrent en fait. Tout le monde savait qu’il était un étudiant très capable, et ses notes avaient toujours été dans le haut du classement, donc ses camarades n’avaient pas vraiment été surpris de le voir incanter un magique missile parfait lors du premier cours de Magie de combat. Ils considéraient cela comme parfaitement possible, contrairement aux progrès soudains de Zach. Les seules personnes dont le comportement avait changé quand ils remarquèrent son ‘talent’ avaient été Akoja et Xvim. Akoja s’était montré deux fois plus ennuyante que d’habitude maintenant qu’elle avait apparemment trouvé une âme sœur, et insistait constamment pour qu’ils vérifient chacun le travail de l’autre, et lui demandait de l’aide dès qu’elle ne comprenait pas quelque chose. Zorian avait initialement pensé qu’elle serait verte de jalousie quand il la battait aux contrôles, mais elle semblait bien moins dérangée que ce soit lui qui soit devant elle que lorsqu’il s’agissait de Zach ou Neolu. Xvim prit ses notes exceptionnelles comme une indication pour le faire travailler encore plus dur. Non seulement il déclara que son exercice du stylo tournant n’était pas suffisamment maîtrisé, il l’avait rétrogradé : il devait refaire l’exercice de lévitation de base. Honnêtement, ça ne le dérangeait pas vraiment : car même s’il avait effectivement maîtrisé l’exercice du stylo tournant aux yeux de Xvim, il était certain qu’il trouverait encore une autre variation mineure de l’un des trois basiques à retravailler.

    C’est pourquoi il était hors de question de refaire un autre mois aussi ennuyeux. Il prit d’autres options cette fois : Astronomie, Architecture et Géographie du Flux Global de Mana. Il prévoyait également de baisser ses notes à son niveau habituel pour qu’Akoja et Xvim redeviennent normaux, et donc bien plus supportables. Il comptait aussi zapper plusieurs projets chronophages pour se reconcentrer sur ses recherches personnelles, et il allait dépenser une bonne partie de ses économies dans des fournitures alchimiques. Si ce reset était le dernier, il allait être très gêné, mais ça ne serait pas la fin du monde, et il se dit que les changements qu’occasionnerait l’invasion de Cyoria seraient bien plus dramatiques que ses propres actions.

    Le premier jour de cours, il rentra dans la salle de cours des Invocations Essentielles. Il réalisa immédiatement que ses plans allaient devoir être ajustés.

    Zach était enfin de retour en classe.

  • Les lecteurs du forum ont le droit à un teaser du chapitre 7 ^^


    Chapitre 7 (teaser)



    Au départ, Zorian ne l'avait même pas remarqué, ce qui était déjà remarquable car Zach n'était pas une personne facile à louper. Le garçon adorait avoir l'attention des autres, et semblait avoir des difficultés pour rester calme. Il s'agissait d'un trait de sa personnalité qui était resté identique, même après qu'il se soit transformé en un étrange voyageur temporel. Pourtant, aujourd'hui, l'adolescent normalement bruyant et exubérant restait étrangement silencieux. Il s'abstint également de se mettre au fond de la classe et prit une table proche du tableau. Si son attitude étrange n'avait pas attiré le regard des autres un peu trop souvent, Zorian ne l'aurait vraiment pas remarqué.

    Il était si choqué de voir le garçon enfin présent en classe qu'il stoppa sur place, se tenant au milieu de la classe comme un idiot. Après ce moment d'hésitation, il se dirigea vers la source la plus probable de ses malheurs, avec l'envie de le traîner dans un coin oublié de l'académie pour qu'il s'explique, mais l'apparence de Zach le fit reconsidérer. Son visage était terriblement pâle, et il respirait de manière trop rapide saccadée pour quelqu’un en bonne santé. Il avait l’air malade, très malade. En y réfléchissant davantage, approcher Zach de manière directe était une attitude téméraire, voire dangereuse. Même s’il avait perdu face à la liche, Zach était bien plus puissant que Zorian, et Zorian n’avait aucune idée de comment il allait réagir s’il apprenait qu’il y avait quelqu’un d’autre qui voyageait dans le temps avec lui. Il allait devoir le confronter tôt ou tard, donc il comptait vraiment essayer de rentrer en contact avec Zach. Il parcourut la salle du regard, cherchant une place libre qui lui permettrait de l’observer discrètement pendant le cours.

    Il n’eut pas à chercher longtemps, car Zach était assis très proche de Briam, et toutes les chaises autour de Briam étaient libres. La raison était facile à trouver : les gens n’avaient pas vraiment envie de s’approcher du drake de feu énervé qu’il tenait. Zorian, qui connaissait le futur, savait que leurs craintes étaient bien fondées. Même si le drake n’avait enflammé personne (et des fois Zorian se demandait si ce n’était pas parce qu’il n’en avait pas la capacité plutôt que parce qu’il se restreignait), il n’hésitait pas à griffer et à mordre, et il était difficile de savoir ce qui le provoquait. Heureusement, il semblait mieux tolérer Zorian que la plupart des autres étudiants, donc il décida de s’installer sur la chaise à côté de Briam, comme lors de son premier mois. Il regardait le lézard d’un air ennuyé, jusqu’à ce que ce dernier cesse de siffler. Le reptile tourna ensuite la tête et le laissa tranquille.

    « Wow, tu l’as calmé en un instant, » remarqua Briam. « Si seulement je pouvais le contrôler si facilement. »

    Le drake de feu fit soudainement claquer sa mâchoire juste devant le visage de Briam, ce qui fit sursauter ce dernier. Il maugréa, décidé à laisser tomber l’affaire. Zorian remarqua, et pas pour la première fois, que la sale bête semblait vraiment très intelligente.

    Ensuite, en essayant de paraître le plus naturel du monde, Zorian se tourna vers Zach qui se trouvait un peu plus loin.

    « T'as l'air malade, » remarqua Zorian.

    Zach ronchonna et prit sa tête entre ses mains. « Je me sens super mal, » gémit-il. « Qu'est ce qu'il m'a fait, ce tas d'os ? »

    Le pouls de Zorian s'accéléra. Zach pensait sûrement que sa remarque serait considérée comme une métaphore étrange, mais pour Zorian, il s'agissait d'une confirmation que Zach était également un voyageur temporel. Il savait très bien qui était ce 'tas d'os'.

    La question était maintenant de comment allait-il interroger Zach sans lui dévoiler qu'il en savait plus qu'il ne le devrait ?

    « Un tas d'os ? » demanda Zorian, d'un ton curieux.

    Zach ouvrit sa bouche pour répondre, mais Ilsa choisit ce moment exact pour rentrer dans la classe et Zach laissa tomber.

    Zorian dut s'empêcher de regarder furieusement Ilsa quand celle-ci lui fit un sourire. N'aurait-elle pas pu attendre encore quelques minutes ?

    Inconsciente des protestations intérieures de Zorian, Ilsa accepta la liste des étudiants présents que lui tendait Akoja et commença à se présenter et à introduire la matière. Il n'y avait rien de plus par rapport aux huit fois où Zorian avait déjà entendu le discours, donc il décida de l'ignorer pour surveiller Zach du coin de l’œil. Il fallait qu'il trouve un moyen de lui faire cracher des informations sur le voyage temporel.

    Il réalisa soudainement qu'Ilsa avait arrêté de parler et regardait dans sa direction, mais quelques instant plus tard il comprit qu'elle regardait en fait Zach.

    « Monsieur Noveda, vous semblez très malade. S'il vous plaît, ne me dites que vous êtes venus en cours avec la gueule de bois. »

    La classe explosa de rire mais Zach grimaça, soit parce que le bruit lui était insupportable dans son état actuel, soit parce qu'il remarqua le soupçon d'émoi dans la question d'Ilsa. Dans tous les cas, il récupéra rapidement.

    « Ce n'est pas une gueule de bois, » protesta Zach. « Je me suis juste réveillé comme ça, je le jure. »

    « Et vous pensiez que venir en cours ainsi était une bonne idée … Pourquoi ? » s'enquit Ilsa.

    « Heu… Honnêtement, je ne pensais pas que ça durerait si longtemps. Je pensais que ça allait passer au bout d'une heure ou deux, » dit Zach innocemment.

    Zorian fronça les sourcils. Si sa maladie était une conséquence du sort que la liche avait lancé sur lui ce soir-là (et Zach semblait certainement le croire vu sa remarque lorsque Zorian l'avait interpellé) , cela voudrait dire que Zach souffrait de ces effets depuis environ huit mois à peu près, puisqu'il avait été absent sur cette durée. Pourquoi s'attendait-il à ce que des symptômes pareils disparaissent dans 'une heure ou deux' ?

    Pourquoi n'y avait-il aucune réponse simple dans toute cette histoire ?

    « Eh bien, ça n'est pas passé, » constata Ilsa. « Même si j'apprécie votre dévouement aux études, » Zorian entendit Ako se racler clairement la gorge à ce moment-là, « j'insiste pour que vous retourniez chez vous, ou mieux, que vous alliez voir un soigneur. On dirait que vous pouvez vous effondrer à n'importe quel moment. »

    Avant que Zach ne puisse répondre, Zorian se leva de sa chaise et s'adressa à la professeure.

    « Madame, je vais l'accompagner, » dit-il. Zach lui lança un regard surpris, mais Ilsa se contenta d'acquiescer et de leur faire signer d'y aller.

    Zorian prit son sac et quitta la classe, Zach le suivant de près. Il était très content de lui. Il avait une excuse valable de parler à Zach en privé et la permission de sécher la classe qu'il avait déjà suivi huit fois. C'était une victoire totale.




    [...] to be continued
  • Hmm, la suite stp ? :blush: joyeux noel aussi :p
  • Merci pour le chapitre ^^
  • Merci beaucoup pour ces long chapitres je trouve l'histoire très intéressante meme si comme dans beaucoup de novel l'un des thème (la magie ) est utilisé cette fois c'est très original surtout que le héros a beaucoup de mal a progresser sa donne un coté intrigant a l'histoire je suis très fan et comme d'hab ta trad est irréprochable
  • merci pour le chapitre
  • j'adore ce novel !! merci pour la trad mithestral ^^
  • Merci pour le chapitre =)
  • Merci à toi et hâte de lire la suite ;)
  • Merci pour le chapitre
  • Merci bc
  • décembre 2016 modifié

    Chap 7 : Silence et prétentions.

    Au départ, Zorian ne l'avait même pas remarqué, ce qui était déjà étrange car Zach n'était pas une personne facile à louper. Le garçon adorait avoir l'attention des autres, et semblait avoir des difficultés pour rester silencieux. Il s'agissait d'un aspect de sa personnalité qui était resté identique, même après qu'il s'était transformé en un étrange voyageur temporel. Pourtant, aujourd'hui, l'adolescent habituellement bruyant et exubérant restait étrangement silencieux. Il s'abstint également de se mettre au fond de la classe et prit une table proche du tableau. Si son attitude étrange n'avait pas attiré un peu trop souvent le regard des autres, Zorian ne l'aurait vraiment pas remarqué.

    Il était si choqué de voir le garçon enfin présent en classe qu'il stoppa sur place, se tenant au milieu de la salle comme un idiot. Après ce moment d'hésitation, il se dirigea vers la source la plus probable de ses malheurs, avec l'envie de le traîner dans un coin oublié de l'académie pour qu'il s'explique, mais l'apparence de Zach le fit reconsidérer. Son visage était terriblement pâle, et il respirait de manière trop rapide saccadée pour quelqu’un en bonne santé. Il avait l’air malade, très malade. En y réfléchissant davantage, approcher Zach de manière directe était une attitude téméraire, voire dangereuse. Même s’il avait perdu face à la liche, Zach était bien plus puissant que Zorian, et Zorian n’avait aucune idée de comment il allait réagir s’il apprenait qu’il y avait quelqu’un d’autre qui voyageait dans le temps avec lui. Il allait devoir le confronter tôt ou tard, donc il comptait vraiment essayer de rentrer en contact avec Zach. Il parcourut la salle du regard, cherchant une place libre qui lui permettrait de l’observer discrètement pendant le cours.

    Il n’eut pas à chercher longtemps, car Zach était assis très proche de Briam, et toutes les chaises autour de Briam étaient libres. La raison était facile à trouver : les gens n’avaient pas vraiment envie de s’approcher du drake de feu énervé qu’il tenait. Zorian, qui connaissait le futur, savait que leurs craintes étaient bien fondées. Même si le drake n’avait enflammé personne (et des fois Zorian se demandait si ce n’était pas parce qu’il n’en avait pas la capacité plutôt que parce qu’il se restreignait), il n’hésitait pas à griffer et à mordre, et il était difficile de savoir ce qui le provoquait. Heureusement, il semblait mieux tolérer Zorian que la plupart des autres étudiants, donc il décida de s’installer sur la chaise à côté de Briam, comme lors de son premier mois. Il fixa du regard le lézard d’un air ennuyé, jusqu’à ce que ce dernier cesse de siffler. Le reptile tourna ensuite la tête et le laissa tranquille.

    « Wow, tu l’as calmé en un instant, » remarqua Briam. « Si seulement je pouvais le contrôler si facilement. »

    Le drake de feu fit soudainement claquer sa mâchoire juste devant le visage de Briam, ce qui fit sursauter ce dernier. Il maugréa, décidé à laisser tomber l’affaire. Zorian remarqua, et pas pour la première fois, que la sale bête semblait vraiment très intelligente.

    Ensuite, en essayant de paraître le plus naturel du monde, Zorian se tourna vers Zach qui se trouvait un peu plus loin.

    « T'as l'air malade, » remarqua Zorian.

    Zach ronchonna et prit sa tête entre ses mains. « Je me sens super mal, » gémit-il. « Qu'est-ce qu'il m'a fait, ce tas d'os ? »

    Le pouls de Zorian s'accéléra. Zach pensait sûrement que sa remarque serait considérée comme une métaphore étrange, mais pour Zorian, il s'agissait d'une confirmation que Zach était également un voyageur temporel. Il savait très bien qui était ce 'tas d'os'.

    La question était maintenant de comment allait-il interroger Zach sans lui dévoiler qu'il en savait plus qu'il ne le devrait ?

    « Un tas d'os ? » demanda Zorian, d'un ton curieux.

    Zach ouvrit sa bouche pour répondre, mais Ilsa choisit ce moment exact pour rentrer dans la classe et Zach laissa tomber.

    Zorian dut s'empêcher de regarder furieusement Ilsa quand celle-ci lui fit un sourire. N'aurait-elle pas pu attendre encore quelques minutes ?

    Inconsciente des protestations intérieures de Zorian, Ilsa accepta la liste des étudiants présents que lui tendait Akoja et commença à se présenter et à introduire la matière. Il n'y avait rien de plus par rapport aux huit fois où Zorian avait déjà entendu le discours, donc il décida de l'ignorer pour surveiller Zach du coin de l’œil. Il fallait qu'il trouve un moyen de lui faire cracher des informations sur le voyage temporel.

    Il réalisa soudainement qu'Ilsa avait arrêté de parler et regardait dans sa direction, mais quelques instants plus tard il comprit qu'elle observait en fait Zach.

    « Monsieur Noveda, vous semblez très malade. S'il vous plaît, ne me dites que vous êtes venus en cours avec la gueule de bois. »

    La classe explosa de rire mais Zach grimaça, soit parce que le bruit lui était insupportable dans son état actuel, soit parce qu'il remarqua le soupçon d'émoi dans la question d'Ilsa. Dans tous les cas, il récupéra rapidement.

    « Ce n'est pas une gueule de bois, » protesta Zach. « Je me suis juste réveillé comme ça, je le jure. »

    « Et vous pensiez que venir en cours ainsi était une bonne idée … Pourquoi ? » s'enquit Ilsa.

    « Heu… Honnêtement, je ne pensais pas que ça durerait si longtemps. Je pensais que ça allait passer au bout d'une heure ou deux, » dit Zach innocemment.

    Zorian fronça les sourcils. Si sa maladie était une conséquence du sort que la liche avait lancé sur lui ce soir-là (et Zach semblait certainement le croire vu sa remarque lorsque Zorian l'avait interpellé) , cela voudrait dire que Zach souffrait de ces effets depuis environ huit mois à peu près, puisqu'il avait été absent sur cette durée. Pourquoi s'attendait-il à ce que des symptômes pareils disparaissent dans 'une heure ou deux' ?

    Pourquoi n'y avait-il aucune réponse simple dans toute cette histoire ?

    « Eh bien, ça n'est pas passé, » constata Ilsa. « Même si j'apprécie votre dévouement aux études, » Zorian entendit Ako se racler clairement la gorge à ce moment-là, « j'insiste pour que vous retourniez chez vous, ou mieux, que vous alliez voir un soigneur. On dirait que vous pouvez vous effondrer à n'importe quel moment. »

    Avant que Zach ne puisse répondre, Zorian se leva de sa chaise et s'adressa à la professeure.

    « Madame, je vais l'accompagner, » dit-il. Zach lui lança un regard surpris, mais Ilsa se contenta d'acquiescer et de leur faire signer d'y aller.

    Zorian prit son sac et quitta la classe, Zach le suivant de près. Il était très content de lui. Il avait une excuse valable de parler à Zach en privé et la permission de sécher la classe qu'il avait déjà suivie huit fois. C'était une victoire totale.

    « Tu n'avais pas à faire ça, tu sais ? » lui dit Zach qui traînait toujours derrière lui. « Je peux encore rentrer chez moi tout seul. Je ne me sens pas si malade. »

    « Mais si je ne m'étais pas proposé, j'aurais dû suivre deux heures de rappels très ennuyeux... » argumenta Zorian.

    Zach rit, mais son rire se développa rapidement en une toux douloureuse.

    « Bordel, » dit-il d'une voix rauque. « Il m'a vraiment défoncé. »

    « Qui est cette personne que tu n'arrêtes pas de mentionner ? » essaya Zorian.

    « Ce n'est pas important, » marmonna Zach. Il prit une profonde inspiration et fixa Zorian d'un regard interrogateur. « Hé, ça te dirait d'aller à la cafétéria pour manger un bout ? »

    « Tu crois que ton estomac le supportera ? » demanda Zorian.

    « Pour sûr ! » acquiesça-t-il, « Je meurs de faim ! »

    Zorian haussa les épaules et fit signe à Zach de montrer la voie.

    C'était ainsi que Zorian se retrouvait maintenant à table, accompagné de la personne responsable de ses problèmes de voyage temporel, essayant de trouver un bon point d'approche pour avoir une conversation avec Zach. Ou alors, devait-il attendre quelques jours, le temps que Zach s'habitue à sa présence ? Hmm…

    « Tu sais, je trouve cette situation très amusante, » dit Zach entre deux bouchées. Il essayait de s'empiffrer de pâtes et de parler en même temps. Ça c'était vraiment amusant. La mère de Zorian insistait toujours pour qu'il se comporte 'comme un noble'. Elle aurait probablement une crise cardiaque s'il adoptait les habitudes de Zach à table. « Un bon petit étudiant comme toi, ratant les cours pour aller manger avec un délinquant de classe… Que devient le monde ? Que dirait ta mère si elle te voyait ? »

    « Déjà, je ne sèche pas les cours, je t'escorte jusqu'à chez toi, » nuança Zorian, ignorant le grognement de Zach. « Nous nous sommes arrêtés pour déjeuner, pour éviter que tu t'effondres avant que nous y arrivions. » Un autre grognement. «  Et ma mère oublierait très vite que je suis censé être en classe si elle voyait avec qui je suis en train de déjeuner. »

    « Ah, une arriviste, » dit Zach d'un ton acerbe. « Ne m'en dit pas plus. Au moins, tu es un garçon, donc elle n'essaierait pas de faire de nous un couple. »

    « Eh bien… j'ai bien une petite sœur de neuf ans... »

    « Commence pas, » le prévint Zach.

    « Ok, ok. » Zorian ne voulait pas continuer sur ce sujet-là de toute façon. « Donc, tu vas me dire qui est-ce qui t'as mis dans cet état ou quoi ? »

    « Tu es bien plus curieux que ce dont je me rappelle, » maugréa-t-il. « Qu’est-ce qui te fait penser que quelqu’un est responsable de mon état ? »

    « Tu sais, tes remarques désinvoltes ne passent pas aussi inaperçues que tu le penses, » affirma Zorian.

    « Peu importe, » dit Zach, la bouche toujours pleine. « J’ai juste inhalé des fumées étranges pendant que je préparais quelques potions alchimiques hier, c’est tout . »

    Ah, la fameuse excuse de ‘l’accident alchimique’. Tellement clichée, et pourtant tellement efficace. Zorian l’avait lui-même souvent utilisée. Mais il n’était pas près de laisser tomber si facilement. Il décida de prendre un risque pour provoquer une réaction de l’autre garçon.

    « Ce devait être des fumées vraiment étranges, les séquelles ressemblent presque à une exposition à de la magie de l’âme, » s’interrogea à voix haute Zorian.

    Zorian s’était effectivement attendu à une réaction de Zach, mais la réponse qu’il eut était bien plus intense que ce qu’il avait imaginé. Zach se redressa immédiatement sur sa chaise, les yeux écarquillés, comme s’il venait de réaliser quelque chose. « Mais bien sûr ! C’est pour ça que je continue d’en subir les effets, même après être revenu ! Le fils de pute a visé la seule chose qui est vraiment renvoyée : mon âme ! »

    Il y eut un silence gênant dans la cafétéria, et tous les autres étudiants regardèrent l’adolescent fou qui venait de crier des propos incohérents dans une salle à manger bondée. Zach baissa lentement les mains (il avait gesticulé de manière presque sauvage pendant son petit discours) et marmonna des excuses, mais bien trop bas pour que quiconque à part Zorian puisse les entendre. Plusieurs rires éclatèrent parmi les étudiants présents avant que tout ne revienne finalement à la normale.

    « Heu... » commença Zach. « Peut-être devrions-nous poursuivre cette discussion à la fontaine, ok ? »

    « Je sais pas... » remarqua Zorian prudemment. « Si tu as l’intention d’être aussi bruyant là-bas, je ne pense pas que cela fasse une différence. »

    « Oh ha ha, » grommela Zach. « Désolé, je me suis un peu excité… pas tout le monde est un bloc de glace comme toi, Zorian. »

    « Un bloc de glace ? » demanda Zorian, d’un ton qui indiquait que Zach ferait mieux de bien choisir ses mots.

    Mais ce dernier était déjà en train de ranger, et Zorian ne put rien faire d’autre que de soupirer de frustration et le suivre. Mais au moins, la réaction de Zach avait déjà répondu à quelques-unes de ses questions. Ce n’était pas ses souvenirs, sa mémoire ni son esprit qui étaient renvoyés dans le passé, mais son âme. Cela expliquait pourquoi son affinité avec la magie et son expérience avec les sorts qu’il avait appris ne disparaissaient pas à chaque fois qu’il recommençait. C’était bien connu que la magie était liée très fortement à l’âme, même si personne ne savait vraiment le mécanisme exact de leur interaction.

    Quand ils arrivèrent enfin à la fontaine, Zach semblait d’humeur contemplative, donc Zorian prit un moment pour étudier les bancs de poissons colorés vivant dans le bassin. Il avait en fait pitié pour eux, car ils ne vivraient plus très longtemps. Cela faisait des années que la fontaine n’avait plus été entretenue, et ce n’était qu’à cause du festival plus important que d’habitude qu’elle avait été rénovée. Était-il probable que l’Académie continue de l’entretenir après cet événement ? Non, pas vraiment. Et il était même encore moins probable que la fontaine soit suffisamment entretenue pour que les poissons survivent. Leurs jours étaient comptés.

    « Zorian... » commença Zach.

    « Hm ? »

    « Dis-moi… qu’est-ce que tu penses du voyage dans le temps ? »

    Zorian cligna des yeux. Eh bien, c’était direct.

    « Le voyage dans le temps ? » demanda Zorian en feignant la confusion du mieux qu’il le pouvait. « Pas grand-chose. C’est quoi le rapport ? »

    « Heu… hé bien… » balbutia Zach en se grattant le menton nerveusement. « Tu vas probablement croire que je suis fou, mais je suis un genre de voyageur dans le temps. »

    Wow, Zach ne connaissait vraiment pas le mot subtilité.

    « Tu n’as pas l’air très vieux, » remarqua Zorian. « Si tu viens du futur, ça ne doit pas être un futur très distant. »

    « Non, non, c’est plus comme si… le monde entier se réinitialise le soir du festival d’été, et je suis le seul qui se rappelle ce qu’il s’y passe. »

    C’était une façon intéressante de l’expliquer, même si l’idée d’un sort qui affectait le monde entier était encore plus ridicule que l’idée de travailler avec de la magie de voyage temporel. 

    « J’ai revécu ce mois… merde… au moins 200 fois maintenant, » continua Zach. « Honnêtement, je commence à perdre le fil du nombre exact. »

    « Attends, tu en parles comme si tu n’arrivais pas à l’arrêter, » remarqua Zach d’un ton inquiet. Heureusement, Zach était bien trop agité pour le remarquer.

    « C’est exactement ça, je ne sais pas si je peux arrêter ce sort ! » cria Zach avant de remarquer ce qu’il était en train de faire, et se calma pour ne pas attirer plus d’attention. « J’ai été frappé par ce sort lors de la précédente boucle, et les effets ne se sont pas totalement dissipés lorsque je suis retourné dans le passé. »

    Zorian fronça les sourcils. La ‘précédente boucle’ ? Qu’était-il arrivé aux sept autres ? Est-ce que Zach les avait zappées, ou ne s’en rappelle-t-il pas ? Peut-être les effets du sort de la liche étaient bien plus sérieux que simplement les symptômes qu’il voyait maintenant. Peut-être Zach avait-il passé les sept dernières boucles dans un coma ? Enfin, cela soulevait alors la question de pourquoi ses gardiens l’avaient déclaré comme personne manquante au lieu de faire venir un soigneur.

    « Je crois que, comme tu l’as dit, c’était probablement un sort de magie de l’âme, » continua Zach. « Il faut que je fasse gaffe à ceux-là à partir de maintenant. Bref, au début, je pensais que c’était juste un genre de maladie qui allait guérir naturellement, et j’avais en quelque sorte raison. Je me sens déjà beaucoup mieux que ce matin. C’est juste que ce n’était pas que mon corps qui était affecté, mais mon esprit était également très brumeux depuis que je me suis réveillé.»

    Oh non…

    « Je ne me rappelle pas comment j’ai commencé cette boucle temporelle, » conclut Zach, confirmant les craintes de Zorian. « Je ne sais même pas si c’est bien moi qui l’ai commencé. Ma mémoire est pleine de trous actuellement. J’espère qu’elle va me revenir mais... »

    Zorian lança un regard glacial à Zach. Concrètement, ils étaient tous les deux dans la merde.

    Par contre, Zach sembla interpréter un peu différemment le regard sérieux de Zorian.

    « Tu ne me crois pas, » conclut-il.

    « C’est assez tiré par les cheveux, » dit Zorian. S’il ne l’avait pas vécu lui-même, il ne l’aurait pas cru, non. « Mais je suis assez ouvert d’esprit. Supposons que je te crois, pour l’instant. Qu’est-ce que j’ai à faire dans cette histoire ? »

    Zach haussa un sourcil, visiblement surpris de quelque chose.

    « Huh, » dit-il. « T’es vraiment différent de ton autre toi. »

    « Mon autre moi ? » demanda Zorian d’un ton curieux.

    « Ouais, » acquiesça Zorian. « Ma mémoire est vraiment floue, mais je me rappelle clairement de toi. Surtout parce que tu mourrais à chaque fois au début de l’attaque... »

    Zach avait presque murmuré la dernière partie de la phrase, comme si Zorian n’était pas censé l’entendre. Et Zorian fit semblant de ne pas l’avoir entendue.

    « Tu es différent cette fois-ci, » dit Zach. « Tu étais plus facilement irritable, et toujours occupé à faire quelque chose. Tu ne m’as jamais cru lorsque j’ai essayé de t’expliquer à propos du voyage dans le temps, tu pensais toujours que je me fichais de toi. »

    C’était vrai que c’était typiquement le genre d’histoire que ses frères essayaient de lui faire gober pour se moquer de lui. Et Zach avait de nombreux points en commun avec ces deux-là.

    « Tu as changé, » continua Zach. « Tu es bien plus calme, plus… décontracté, je dirais. »

    Zorian fronça les sourcils. Il ne pensait pas avoir tellement changé au niveau de sa personnalité, mais bon, il était difficile de ne pas changer du tout quand on vivait ce qu’il était en train de vivre. En plus, ça faisait déjà huit mois que Zorian avait commencé à retourner dans le passé.

    « Donc, attends… pourquoi j’ai changé alors ? » demanda Zorian. « Tu viens de dire que le monde entier se réinitialise ? »

    « Je sais pas, » répondit-il d’un haussement d’épaules. Puis il regarda Zorian d’un air interrogateur : « D’ailleurs, en y repensant, tu étais là-bas aussi, pas vrai ? »

    Zorian prit un air confus. Il n’allait pas être leurré aussi facilement.

    « Non, bien sûr que tu ne te rappelles pas, » soupira Zach. « Est-ce que tu te sens au moins un peu différent ces derniers temps, ou quelque chose ? »

    « En y réfléchissant… oui, peut-être, » confirma Zorian. « J’ai choisi différentes options que celles que j’avais prévu initialement, et ce sans vraiment de raison. J’ai fait d’autres choses étranges depuis que je suis arrivé à Cyoria. »

    Il y avait deux raisons pour lesquelles Zorian avait dit ça. Déjà, il voulait voir comment Zach réagissait à l’idée qu’une autre personne soit affectée par la boucle temporelle, comme lui. Ensuite, cela lui permettait d’expliquer pourquoi il réagissait différemment à chacun des recommencements, au cas où il décidait de ne pas dévoiler sa situation à Zach.

    Il fut surpris de voir à quel point Zach était prêt à le croire. Apparemment, même après tout ce temps (presque 17 ans, s'il ne lui avait pas menti), Zach ne savait toujours pas bien cerner les gens. Ça, ou Zorian était vraiment un excellent acteur.

    «Étrange, » fut le seul mot dit par Zach.

    « Ouais, » admit Zorian. « Donc… qu’est-ce qu’un voyageur dans le temps peut conseiller à un mortel comme moi ? Un sort super secret et super génial, peut-être ? »

    « Pour être honnête, la plupart des sorts que je connais sont des sorts de combat, » admit Zach. « Je suis vraiment doué pour la magie de combat, ce qui tombe bien car j’ai besoin d’être un bon combattant. Il y a… quelque chose que j’essaye d’arrêter. »

    « Quelque chose concernant le mystérieux adversaire qui t’as mis dans cet état ? » essaya Zorian. Il voulait vraiment insérer l’invasion dans la conversation, mais ne savait pas comment justifier savoir quoique ce soit à ce sujet. « Est-ce que tu te rappelles au moins de ça ? »

    « Ugh, » grommela Zach. « Ouais, en partie. Je me rappelle distinctement que tu y étais, et tu es probablement mort dès le début du combat. Sans vouloir t’offenser, hein, mais tu n’es pas vraiment un excellent combattant. Et puis, j’ai foncé sur lui de manière assez stupide, car je me croyais invulnérable. »

    « Pourquoi est-ce que tu t’imaginais être invincible ? » demanda Zorian, sincèrement confus. « Est-ce que ça ne te frappe pas comme très arrogant de te croire invulnérable ? »

    « Est-ce que tu sais combien de fois je suis mort lors de ces recommencements ? » protesta Zach. « Ma mémoire est floue, mais c’était un sacré paquet de fois. Au bout d’un moment, tu ne le prends plus aussi sérieusement. Et honnêtement, c’est pas comme si j’avais eu tort, je dois juste faire gaffe à la nécromancie la prochaine fois, pas vrai ? »

    « Pas juste la nécromancie, » soupira Zorian. « Il faut aussi faire attention à la magie de l’esprit. Si l’on met de côté la possibilité assez élevée que quelqu’un t’asservisses mentalement, tu pourrais te retrouver avec plus que quelques trous de mémoire : la possibilité que tous tes souvenirs soit effacés existe. Ensuite, tu risques éventuellement qu’on te place un verrou mental si tu n’es pas assez prudent, et autant que je sache, il se lie à l’âme également. Certaines créatures, comme les wraiths, mangent les âmes, donc tu dois y faire attention également. Et il y a enfin quelques méthodes qui permettent de sceller la capacité d'un mage à utiliser la magie, qui peuvent éventuellement subsister après que tu 'recommences'. »

    Zach resta silencieux, mais Zorian était certain que son visage était devenu de plus en plus pâle au fil des exemples.

    « Et ce n'est que quelques détails qui me viennent juste là, » conclut Zorian. « Je ne suis qu'un étudiant, je ne me rends sûrement pas compte de l'immensité des choses qui peuvent exister en ce monde. C'est évident que nou- heu que tu n'es pas invulnérable. Ok ? »

    Zorian déglutit. Il avait failli commettre une erreur. Heureusement que Zach ne semblait pas concentré… Si leurs places avaient été inversées, il aurait remarqué quelque chose il y a bien longtemps.

    « Wow, on dirait presque que tu t'en soucies vraiment, » dit finalement Zach d'un gloussement nerveux. « Tu crois vraiment que je suis un voyageur temporel, hein ? »

    Zorian haussa les épaules. « Je ne suis pas entièrement convaincu, mais je trouve que ça ne vaut pas la peine d'argumenter sur la question. Si tu dis que tu voyages dans le temps, alors je vais prétendre que tu voyages dans le temps. »

    Oui. Jusqu'à ce qu'il cerne un peu mieux le caractère de Zach, et qu'il comprenne un peu mieux l'histoire de la boucle temporelle, il allait prétendre.

    Quand Zorian retourna à l'académie, comme il avait raté le reste du cours sur les invocations essentielles et celui sur la loi magique, il fut harcelé par d'autres étudiants curieux et Ako. Ako était facile à gérer, puisque tout ce qu'elle voulait faire était rouspéter parce qu'il avait prit bien trop longtemps pour accompagner Zach, et qu'elle noterait son absence dans le registre de présence. Zorian était certain que la seule personne, en comptant les enseignants, à se soucier de ce registre était bien Akoja. Les autres élèves qui s’inquiétaient pour Zach furent également rapidement congédiés : simple accident alchimique.

    Quoi ? C'était l'excuse que Zach lui avait donné !

    Malheureusement, plusieurs élèves voulaient également savoir pourquoi il s'était subitement porté volontaire pour l'accompagner, et pourquoi il lui avait fallu si longtemps. Ah la la, les gens curieux… En plus, ils insistaient ! Ils refusèrent de le laisser tranquille pendant le reste de la journée. Quand Zorian rejoignit enfin sa chambre, il verrouilla immédiatement la porte et poussa un soupir de soulagement. Il avait enfin assez de temps pour réfléchir à ce qu'il avait appris aujourd'hui.

    Zach était confiant qu'il irait mieux le lendemain, et que sa mémoire lui reviendrait. Zorian n'était pas si confiant. Le fait que Zach avait un trou de 7 mois dans ses souvenirs (et potentiellement il n'avait même pas existé pendant 7 mois) laissait penser qu'il avait subit une attaque très sérieuse. Pourquoi Zorian n'avait-il pas subi les mêmes effets ? Bah… peut-être bien qu'il les avait quand même eu. De façon peu caractéristique, il s'était senti extrêmement fatigué lors de son premier recommencement, mais l'avait interprété comme de la fatigue mentale. Peut-être n'avait-il était atteint que partiellement par le sort, et n'avait donc souffert que de blessures mineures, ou peut-être son 'premier recommencement' avait simplement été le premier dont il se rappelait.

    Il s'agissait d'une possibilité déroutante, mais il était inutile de s'attarder davantage sur ce point.

    Ce n'était pas si surprenant, en y réfléchissant bien. L'étrange sort de voyage temporel qui l'affectait lui et Zach les avait concrètement réduits à leur âme. Une liche était également essentiellement une âme. En effet, les liches étaient des mages qui se suicidaient rituellement et attachaient leur âme à un objet, un phylactère, avant de rejoindre l'au-delà. Si la forme qu'ils possédaient à un moment était détruite, ils retourneraient à leurs phylactères, puis posséderaient quelqu'un d'autre. Il était naturel qu'une liche sache combattre une autre liche, et une méthode qui fonctionnait contre une liche fonctionnerait contre lui et Zach.

    Et Zach avait donné tellement d'informations à la liche à la fin de leur combat ! 'Ce n'est pas comme si j'allais vraiment mourir', en effet ! La liche n'avait peut-être pas compris complètement ce que Zach était, mais cela impliquait fortement qu'il était lui-même une liche ou une sorte d'entité qui prenait possession de corps, et d'un point de vue pratique ce n'était pas si éloigné.

    Mais cela n'était pas le sujet. La question était : qu'allait-il faire maintenant ? Même si Zach recouvrait la mémoire (peu probable), il voudrait certainement rester dans la boucle temporelle jusqu'à ce qu'il trouve un moyen de battre la liche. Si leur précédent combat donnait une indication fiable, cela pouvait prendre un bout de temps avant qu'il ne soit suffisamment puissant. Et cela supposait que Zach était à l'origine du sort de voyage temporel… Si cela pouvait arriver une fois, cela pouvait arriver deux fois. Il suspectait de plus en plus que Zach était un autre clandestin du voyage temporel, comme lui. Y avait-il vraiment une troisième personne dans la boucle ?

    Soudainement, il n'était plus aussi désespéré de sortir de la boucle qu'il l'avait été au début. En sortir ne signifiait pas forcément un retour à la normale. L'invasion était évidemment bien plus qu'une petite attaque terroriste, et l'empêcher ne voulait pas dire que tout serait fini. Il y avait quelque chose d'énorme qui se tramait, et Zorian n'était qu'un petit poisson dans la mer. Un cafard, comme Taiven le dirait de manière charmante. Dans la boucle, il avait l'occasion de sécuriser son avenir. À l'extérieur, il n'était qu'une autre victime.

    En plus, s'il devait croire Zach, ce qui était normal pour Zorian était d'être tué au début de l'attaque. Il ne voulait pas vraiment retourner à ce genre de 'normal'. Il était une fois, quand Zorian était encore un enfant, il rêvait de devenir un grand mage. Le genre de mage qui était devenu une légende encore de son vivant, et qui avait révolutionné plusieurs branches de la magie à lui tout seul. Avec le temps, ce rêve mourut, car il remarqua clairement qu'il n'avait ni le talent, ni l'éthique de travail, ni même les connexions pour l'accomplir. Il était juste un étudiant, fils de civils, avec un talent un peu meilleur que la moyenne et aucune autre qualité exceptionnelle. Mais maintenant ? Il avait tout le temps dont il avait besoin pour construire un avantage sur les autres de sa génération, et devenir quelqu'un d'important. Encore plus important que Daimen.

    Il secoua la tête, laissant de côté ces réflexions. Il devenait arrogant. Il avait besoin de quelque chose de plus concret qu'une notion floue de grandeur pour le guider : une liste claire de buts à accomplir, et d'actions à entreprendre. Les seules choses auxquelles il pouvait penser maintenant était de harceler Zach pour obtenir des conseils, récupérer tous les sorts qu'il trouvait à la bibliothèque et utiliser sa situation financière curieuse pour s'entraîner à l'alchimie.

    Il hésitait à se reposer sur Zach pour l'aider. Même s'il se montrait coopératif, il ne pouvait pas vraiment insister, de peur de révéler que lui aussi gardait ses souvenirs à chaque fois qu'ils étaient renvoyés dans le passé.

    La bibliothèque était pleine de sorts, bien sûr, mais tous ceux qui étaient 'sérieux' (c’est-à-dire qui pouvaient être utilisé en combat, pour commettre des crimes ou espionner) étaient dans les niveaux restreints, et il avait appris en parlant aux étudiants plus âgés que les professeurs étaient vraiment très peu enclins à donner des permissions exceptionnelles. Même Fortov n'avait jamais réussi à en obtenir, alors qu'il pourrait sûrement réussir à charmer un troll et le convaincre de ne pas le manger.

    S'améliorer en alchimie était une vraie piste. La seule raison pour laquelle il s'était davantage concentré sur les invocations jusqu'à maintenant était parce qu'il devait acheter chaque ingrédient qu'il voulait utiliser, alors qu'il essayait d'économiser de l'argent. Toute étude sérieuse de l'alchimie demandait des fonds importants, car les fournitures étaient chères. Mais comme ses économies étaient renouvelées à chaque nouveau départ, l'argent n'était plus vraiment un facteur limitant, comme auparavant.

    Mais ce n'était pas grand-chose, pour être honnête. Il lui fallait un meilleur plan. Il sortit son cahier en soupirant, et commença à écrire.

    « Je peux faire quelque chose pour toi, fiston ? » demanda Kyron. « Le cours est déjà terminé, si tu n'avais pas remarqué. »

    « Heu, si, j'ai remarqué. Je voulais juste vous parler à propos de quelque chose, » dit Zorian. Kyron lui fit signe de continuer. « J'espère que vous ne vous sentirez pas insulté par cela mais votre programme me semble un peu… facile. M'entraîner à tirer des missiles magiques pendant un mois entier me semble un peu inutile, j'ai déjà bien compris comment ça fonctionne. »

    Kyron le fixa du regard pendant quelques secondes. Zorian se battit intérieurement contre son instinct pour soutenir son regard. Kyron était le genre de personne qui serait impressionnée par cela.

    « J'espère que tu ne te sentiras pas insulté, fiston, mais tu n'as juste pas assez de réserves de mana pour être un vrai mage de combat, » dit finalement Kyron. « C'est vrai, tes talents pour le façonnage sont impressionnants pour ton âge, mais tu t'épuises en seulement 10 tirs de baguette. Et ça ne suffira clairement pas lors de combats sérieux. »

    « Je m'en rends bien compte, » admit Zorian. Ses réserves s'étaient un peu agrandies depuis l'accident, donc 10 tirs représentaient déjà une amélioration. « À ce sujet, y a-t-il quoique ce soit que je puisse faire ? »

    « Rien que je puisse recommander, » dit Kyron en secouant la tête. « Tes réserves de mana s’agrandiront en même temps que tes progrès avec la magie, bien sûr, mais c'est le cas de tout le monde. Tu seras constamment désavantagé face à des adversaires naturellement puissants, ce qui sera le cas de la majorité des mages de combat professionnels. Bien sûr, je ne peux pas t'interdire de te lancer dans une carrière de mage de combat, mais je te le déconseille. Il y a énormément de disciplines magiques dans lesquelles il est nécessaire d'avoir du talent pour le façonnage de mana, mais le combat magique se repose essentiellement sur la puissance brute. »

    « Je vois, » dit Zorian. Il ne prévoyait pas de devenir un mage de combat, mais il avait le sentiment qu'il allait avoir besoin de sorts de magie de combat, qu'il le veuille ou non. Il voulait au moins être capable de s'occuper des loups hivernaux ou trolls errants qu'il allait probablement rencontrer lors de l'invasion. « Mais je pense que mon argument tient toujours. Je sais déjà lancer le sort de façon satisfaisante, et si c'est la seule chose que vous allez nous instruire dans un futur proche, je ne vois pas l'intérêt de participer au cours dans les prochains temps. »

    « Hmpf, » grogna Kyron. « Tu essayes de me faire chanter, fiston ? »

    « Heu... »

    « C'est bon, je m'en fiche. Et vraiment, je comprends ton point de vue... » Kyron se frotta le menton un instant, visiblement en pleine réflexion. « Attends-moi là. »

    Kyron revint 15 minutes plus tard avec une autre baguette de sort, une petite brochure et quatre plaques en céramique. Il jeta les plaques vers Zorian, qui se dépêcha de les attraper avant qu'elles ne tombent à terre et se cassent.

    « Bons réflexes, » le complimenta Kyron. « Mais en fait, ils sont renforcés, donc t'en fais pas s'ils tombent au sol. » Il prit l'une des baguettes qu'ils utilisaient en cours et la tint fermement dans sa main. « Laisse-moi te montrer quelque chose. Lance-moi l'une de ces plaques sur ma gauche. »

    Zorian obtempéra, et Kyron pointa la baguette dans la direction de la plaque avant de tirer. Il semblait initialement avoir largement manqué sa cible, mais l'éclair de force magique se dirigea tout de même vers la plaque et l'intercepta. La plaque explosa en mille morceaux.

    « Encore une fois, » ordonna Kyron.

    Zorian jeta une autre plaque, et un autre éclair de force se dirigea vers elle. Cette fois-ci, il était différent : plus long et plus fin, comme une énorme aiguille. Il toucha la plaque, mais au lieu de la détruire en plusieurs morceaux, il la traversa directement, formant un trou au centre de la plaque avant de disparaître.

    « Lance les deux dernières ensemble, » lui demanda Kyron.

    Les deux plaques s'envolèrent, et Kyron pointa une nouvelle fois sa baguette globalement dans leur direction. Zorian s'attendait à voir apparaître l'éclair de force, mais rien ne vint. Pourtant les deux plaques furent soudainement coupées en deux.

    Kyron baissa sa main et commença à parler.

    « La raison pour laquelle je passe tellement de temps sur le missile magique est parce qu'il s'agit d'un sort très versatile, » dit-il. « Dans sa forme la plus simple, il ressemble à un éclair de force qui se déplace en ligne droite, délivrant une onde de choc explosive à l'impact. Cette variante est souvent appelée le briseur, et c'est un sort très simple et efficace. Mais un mage talentueux peut faire tellement d'autres choses. Tu peux utiliser de la magie d'animation pour rendre le missile tête chercheuse. Tu peux le rendre si pointu qu'il va transpercer les objets plutôt que de les exploser, ou si coupant qu'il va les découper. Tu peux tirer plusieurs missiles au lieu d'un seul, même tout un essaim si tu en as les réserves et le talent. Et, bien sûr, tu peux rendre le projectile invisible. »

    « Invisible ? » demanda Zorian.

    « Bien sûr, » répondit Kyron. « Un projectile magique parfaitement incanté est complètement transparent. L’effet lumineux que tu vois généralement est lié à des fuites de mana provenant d’un façonnage imparfait. La vitesse avec laquelle on lance les sorts garantit littéralement qu’il y aura des erreurs dans la construction du sort, et même sans faire d’erreur, les quantités importantes de mana introduites dans les constructions suffisent à les déformer ou à créer des fuites. »

    « Ça veut dire qu’à chaque fois, en fait, je ne lance pas correctement le sort ? » résuma Zorian, en pensant aux projectiles brillants qu’il avait toujours obtenu en utilisant la baguette. « Mais, vos missiles brillent aussi. Est-ce que - »

    Kyron eut un petit rire. « Comme je te l’ai dit au départ, il y a plein de disciplines magique où c’est un avantage de savoir bien façonner le mana, mais la magie de combat est essentiellement liée à la puissance. La plupart des mages de combat n’arrivent même pas à rendre transparent un simple missile magique, donc je ne te parle pas des sorts de plus haut niveau. Pourtant, ça ne les empêche pas d’être efficaces. Même moi, en général, je ne m’en soucie pas vraiment, car les bénéfices sont marginaux. D’un autre côté, toi, tu auras besoin de tous les avantages que tu peux trouver, aussi infimes soient-ils.»

    Kyron déposa la baguette et le livret dans les mains de Zorian.

    « Tu as raison, tu ne vas pas apprendre grand-chose en cours pendant le mois qui vient. Le briseur est peut-être simple, mais plus de la moitié de tes camarades ont des difficultés à le lancer, et tu es le seul à l’avoir maîtrisé convenablement. Donc va lire cette brochure, trouve-toi des cibles pour t’entraîner, tout en t’assurant d’avoir au moins un ami pas loin, au cas où tu fais une erreur grave. Oh, et surtout, ne blesse personne avec la baguette que je te prête, ou je vais m’énerver. Reviens me voir dans deux semaines, que je puisse voir comment tu progresses. »

    « Ça marche, » accepta Zorian d’un ton enthousiaste. Cela s’était bien mieux déroulé qu’il ne l’avait prévu.

    « Maintenant, dégage, » dit Kyron en montrant la porte. « Tu m’as fait rater ma pause café. »

    Zorian déposa une pile de livre sur une table avant d’analyser les étagères. Il avait décidé d’à nouveau tenter sa chance en tant qu’assistant bibliothécaire, espérant trouver une façon, en tant qu’employé, de contourner les restrictions sur les différents sorts. Zach était absent depuis plusieurs jours maintenant. Il souffrait probablement encore des effets du sort de magie de l’âme, donc Zorian ne pouvait pas l’interroger davantage. De plus, il voulait apprendre ces divinations de livre qu’on lui avait promis avant qu’il ne soit brutalement assassiné.

    Il n’était pas vraiment pressé que Kirithishli lui enseigne ces divinations. En effet, les variations du missile magique que Kyron lui avait demandé de travailler lui posaient suffisamment de problèmes. Comme Kyron l’avait dit au début du cours, le façonnage devait être fait quasi-instantanément et lui demandait d’injecter une grosse partie de ses réserves de mana dans une construction de sort faite à la hâte. Cela était assez facile lorsque l’on souhaitait juste un éclair qui se déplaçait en ligne droite pour briser des objets, mais essayer d’ajouter une fonction tête chercheuse dans ce sort en une fraction de seconde était excessivement difficile. Et c’était sans parler d’éliminer toutes les imperfections pour rendre l’éclair transparent.

    Mais il avait quand même réalisé des progrès. Il avait réussir à courber son éclair en direction d’une cible, même s’il n’avait pas parfaitement visé. Il avait également créé un éclair perceur parfait hier. Des progrès !

    « Tu es plutôt doué pour ça, » remarqua Ibery qui se tenait à côté d’elle. « Je suis surprise. En général, il faut un peu de temps pour que les nouveaux commencent vraiment à comprendre le système que nous utilisons ici. J’imagine que tu as déjà travaillé dans une bibliothèque ? »

    « Heu, oui, » admit Zorian. C’était techniquement vrai. « Elle était étonnamment similaire à celle-ci au niveau de l’organisation. »

    « Ce n’est pas vraiment surprenant, » dit Kirithishli derrière eux, les faisant sursauter. « Toutes les bibliothèques d’état utilisent le même système. Il s’agit d’un standard instauré par la Société des Bibliothécaires. En fait, même les systèmes dans les autres Nations Fractionnées sont similaires. »

    « Parce qu’elles faisaient toute partie du même pays avant ? » devina Zorian.

    « Il y a un débat sur le fait que la Vieille Alliance pouvait être considéré comme un état uni, » dit-elle. « Le nom le dit bien, il s’agissait plus d’une alliance qu’autre chose. C’était probablement le fait que certaines personnes ont essayé de la transformer en un vrai état qui a mené aux Guerres de Fractionnement. Mais oui, puisqu’elles faisaient partie de la Vieille Alliance, les Nations Fractionnées ont gardé de nombreuses structures administratives de l’alliance, et notamment l’organisation des bibliothèques. »

    Zorian commençait à comprendre pourquoi Kirithishli avait des relations si tendues avec le directeur actuel. Il ne savait pas grand-chose à son sujet, mais ce qu’il avait fait suggérait qu’il était très engagé politiquement et… eh bien… patriotique. Et le pays dans lequel il vivait avait rendu sa position très claire : il n’y avait pas de ‘Vieille Alliance’, car l’Alliance d’Eldemar ne s’est jamais arrêtée. Elle a juste rétréci. La plupart des citoyens et des étrangers trouvaient cette prétention tout à fait ridicule, mais il était plus facile de ménager les politiciens. Kirithishli avait apparemment était allée plus loin, refusant d’admettre qu’il y avait un état précédant et donc qu’il y avait un état héritier. Comme elle était une femme fière et têtue, elle avait probablement dit quelque chose à portée de voix du directeur. Cela avait dû être une conversation ‘amusante’.

    « Bonjour ! » appela une voix familière. « Est-ce que Zorian est là ? J’ai entendu que –« 

    « Ne crie pas dans la bibliothèque, Zach, » soupira Zorian. « Je vois que tu as retrouvé ton exubérance, donc j’imagine que tu te sens mieux ? »

    « Yep ! » dit Zach d’un ton joyeux. Il se frappa le torse quelques fois. « Aussi en forme qu’un chêne ! Tu es dispo pour aller manger un bout ? »

    « Comme tu peux le voir, je suis en train de travailler, » protesta Zorian.

    « Ce n’est pas un problème, Zorian, nous avons presque fini pour aujourd’hui, » s’exprima Kirithishli. Elle se pencha ensuite vers lui pour lui murmurer à l’oreille « À moins que tu n’essayes de te débarrasser de lui, et je suis en train de te mettre dans l’embarras ? »

    Il lui fit signe que ce n’était pas le cas, et suivit Zach à l’extérieur. Même si l’idée de voir Kirithishli essayer de parler à Zach pour s’en débarrasser était amusante, il avait en fait assez envie de discuter avec lui.

    « Alors, dis-moi, pourquoi est-ce que tu es venu me chercher ? » demanda Zorian. Il s’était imaginé qu’il allait devoir harceler Zach pour obtenir des informations, mais visiblement ce dernier avait commencé à l’apprécier. Il n’était pas sûr s’il devait être heureux ou gêné. C’était pratique, mais cela augmentait aussi le risque d’être démasqué.

    « Tu es la personne la plus intéressante que je connaisse en ce moment, et la seule autre personne qui me croit au sujet du voyage temporel, à l’exception de Neolu, » expliqua Zach.

    « Neolu ? » demanda Zorian, incrédule.

    « Elle est une lectrice avide de fiction et mystères. Elle est très imaginative et ouverte d’esprit, » dit Zach. « Une rêveuse un peu naïve, dirait son père. C’était vraiment facile de la convaincre que je suis un voyageur temporel, parce que je crois qu’elle veut croire que ça soit vrai. »

    « Ah, » répondit Zorian. Maintenant il savait pourquoi Zach traînait tellement avec Neolu la première fois qu’il avait vécu ce mois. Il ne savait toujours pas qui était l’autre fille par contre, et ne savait pas comment l’introduire dans la conversation. « Combien de personnes as-tu essayé de convaincre, en fait ? »

    « Tous nos camarades, nos profs, le directeur, les chefs de tous les commissariats de police de la ville. Aussi quelques nobles et d’autres personnes influentes. »

    Il était…persistant.

    « Ça n’a pas été un franc succès, j’imagine, » devina Zorian.

    « C’est le cas de le dire, » soupira Zach.

    Zorian fronça les sourcils, réalisant quelque chose. Pourquoi Zach avait-il essayé de convaincre toutes ces personnes qu’il était un voyageur temporel ? Ce n’était pas quelque chose qu’un voyageur temporel ferait s’il était venu spécifiquement pour stopper l’invasion. Ça ressemblait davantage à ce qu’avait essayé de faire Zorian quand il avait remarqué à quel point il était dans le pétrin, avant qu’il ne décide d’abandonner l’idée car il s’attendait plus ou moins à avoir les mêmes résultats que Zach.

    « Zach, » commença prudemment Zorian. « À propos de tes trous de mémoires, sont-ils ... »

    « Ils sont toujours là, » marmonna Zorian. « Par contre je sûr qu’ils ne progressent plus, bénis soient les dieux. »

    « Hmm » acquiesça Zorian. « Donc tu ne sais pas comment tu as réussi à lancer un sort de voyage temporel ?  J’ai regardé et… c’est censé être impossible tu sais ? Aussi impossible que de dessiner un triangle carré, en fait. »

    « Bah, ce n’est clairement pas impossible, tu vois bien, » argumenta Zach. « Mais non, je n’ai aucune idée de comment j’ai fait ça. Si j’en suis bien la source. »

    « Oui, si tu en es bien la source, » admit Zorian. « D’après ce que tu dis, j’ai l’impression que tu as commencé à retourner dans le passé lorsque tu n’étais encore qu’un simple étudiant de l’académie. Je ne veux pas te blesser, mais le Zach dont je me rappelle n’était pas vraiment du genre à pouvoir inventer un sort, quel qu’il soit, et encore moins quelque chose du niveau du voyage temporel. »

    « Héhé, » ria nerveusement Zach. « T’as sûrement raison. J’étais un mage plutôt médiocre, pas vrai ? Mais passons à des nouvelles plus réjouissantes. J’ai de bonnes nouvelles pour toi ! »

    « Oh ? » demanda Zorian, curieux.

    « Oui, » confirma Zach. « J’ai entendu que tu essayais d’apprendre la magie de combat. »

    « Hein ? Où est-ce que t’as entendu ça ? » s’étonna Zorian.

    « Kyron l’a dit aux autres enseignants, les enseignants l’ont dit à l’administration, l’administration en a informé les concierges et les autres employés, qui l’ont dit aux élèves, et ces élèves me l’ont dit » termina Zach. « Quelle importance ? Ce qui est important, c’est que je suis vraiment très bon à la magie de combat grâce aux recommencements, et j’ai décidé de t’enseigner. Vois ça comme une récompense pour avoir cru en moi. »

    Zorian regarda Zach d’un air incrédule. Il allait l’aider juste comme ça ? De son propre gré ? Pas besoin de préparer des stratagèmes subtils ?

    C’était presque décevant.

    « Quoi ? » demanda Zach. « C’est vrai ! Je suis vraiment doué pour la magie de combat ! En fait, c’est la discipline où je m’en sors le mieux. »

    Quelle ouverture magnifique…

    « Ce n’est pas que je ne te crois pas, mais dis-moi exactement comment tu es devenu aussi bon en magie de combat ? » demanda Zorian. « Enfin, je veux dire que les mages sont en général très peu enclins à partager leurs sorts. Même avec ces… recommencements… pourquoi partageraient-ils leurs connaissances avec un étudiant comme toi ? Surtout que tu es… heu... »

    « Connu pour être immature et pas responsable, » termina Zach. « Pour être honnête, je n’ai pas obtenu les sorts que je connais de manière légale. Je ne recommanderais pas mes méthodes pour obtenir ces sorts à quelqu’un qui n’est pas un voyageur temporel. On a tendance à mourir souvent. »

    « Oh. »

    « Oui, mais tu m’as moi, donc voilà. »

    Zorian le suivit, se demandant intérieurement dans quoi il venait de se lancer.

  • décembre 2016 modifié

    Chapitre 8 (Teaser)

    « Nous y voilà ! » dit Zach d’un ton joyeux, tournant sur lui-même avec les bras tendus. « Qu’est-ce que t’en penses ? »

    Zorian étudia la prairie devant lui, ses yeux s’arrêtant attentivement sur chaque détail. À première vue, il ne s’agissait que d’un grand terrain recouvert d’herbe et entouré d’arbres, mais Zorian remarqua qu’il y avait des signes évidents de manque d’entretien. L’herbe était bien trop haute, et les espaces entre les arbres étaient remplis par des arbrisseaux luttant pour avoir un peu de lumière. Il s’agissait d’un lieu parfait pour s’entraîner à la magie de combat, mais également un emplacement de choix pour cacher un cadavre… Dans une situation un peu plus normale, Zorian n’aurait jamais suivi un étranger dans un endroit aussi flippant et isolé. Ah, comme les choses avaient changé…

    « Je me demande qu’est-ce qui retient les arbustes dans cet anneau d’arbre, » se demanda Zorian tout haut. « Ce pré devrait être un véritable taillis à l’heure actuelle. »

    Zach cligna des yeux. « Je n’y ai jamais pensé, » admit-il. « Tu remarques les choses les plus étranges, Zorian. »

    « Je me demande aussi carrément comment un endroit tel que celui-ci peut exister, » continua Zorian. « Je veux dire, on est à Cyoria. Le foncier est excessivement cher ici. Pourquoi est-ce que quelqu’un laisse cet endroit non entretenu plutôt que de le vendre ? »

    « Oh, c’est simple, » répondit Zach. « Cette terre m’appartient. Enfin, je veux dire que ça fait partie des propriétés de la famille Noveda. Normalement, c’est censé être un jardin privatif pour le Chef de Maison, ou quelque chose comme ça, donc personne ne pouvait faire quoique ce soit sans ma permission explicite. Mais comme je ne savais même pas que cet endroit existait avant que je ne commence à retourner dans le passé, donc… voilà. »

    Zorian acquiesça. « J’aurais du m’attendre à quelque chose comme ça. Ta maison est assez proche d’ici, non ? »

    « Tu sais où je vis ? » demanda Zach, d’un ton très surpris.

    Merde. Quoi répondre ? Quoi répondre ??

    « Bien sûr que je sais où tu vis, » répondit Zorian, regardant Zach comme s’il était un idiot pour avoir posé la question. « Quel idiot ne sait pas où se trouve le manoir Noveda ? »

    Probablement beaucoup de personnes. Même Zorian n’avait pas su avant d’essayer de localiser Zach lors de l’un de ses recommencements.

    « Héhé, je suis assez connu, pas vrai ? » dit Zach avec un grand sourire.

    Note personnelle : Zach est facilement distrait en flattant son orgueil.

    « Ouais, ouais, » soupira Zorian. « Donc, est-ce que le grand Noveda va m’aider à apprendre la magie de combat, comme il l’avait promis ? Ou pas ? Il ne reste que peu de temps avant la nuit. »

    Zach claqua des doigts, comme s’il venait de se rappeler la raison de leur venue ici. Ses mains commencèrent à gesticuler, au point de devenir floues, et plusieurs humanoïdes faits de terre émergèrent du sol, de l’autre côté de la clairière.

    Zorian fut bouche bée. C’était vraiment impressionnant. Zach n’avait même pas eu besoin de chanter la moindre incantation pour ce sort, et il avait fait les gestuelles si rapidement que Zorian eut du mal à même se rappeler lesquelles il avait utilisé. En plus, ces constructions de terre n’étaient pas juste des statues immobiles : elles se déplaçaient. C’était dans ce genre de situation que Zorian se rappelait qu’il côtoyait un mage bien plus puissant que lui dans tous les domaines. Ça imposait le respect.

    « Wow, » dit-il à voix haute.

    « Ce n’est pas aussi impressionnant que ça en a l’air, » dit Zach. « Ils sont quasiment inutiles dans un véritable combat. Ils font de bonnes cibles d’entraînement par contre, car ils sont plutôt solides et se reforment à chaque fois qu’ils sont détruits. »

    Zach tira un rapide missile magique sur l’une des statues pour faire une démonstration, la touchant au niveau de la poitrine. La construction faite de terre fut repoussée d’un pas par la force de l’éclair, et de nombreuses craquelures apparurent à l’endroit de l’impact, avant de se refermer rapidement, comme s’il ne s’était rien passé.

    « J’y crois pas, » s’exclama Zorian.

    « Pourquoi ? » demanda Zach. « Ils sont juste de la terre animée pour que – »

    « Pas eux, » s’expliqua Zorian. « Le missile magique ! Pas de chant, pas de gestuelles, pas de formules, pas rien ! Tu as juste pointé ton doigt sur la cible et t’as produit un missile magique ! »

    Ce qui était techniquement un geste. Mais pas un geste suffisant pour produire un missile magique, par contre.

    « Oh, ça, » dit Zach. « Ce n’est rien de spécial non plus. C’est juste de la magie réflexe. Quand tu lances un sort suffisamment de fois – »

    « Le façonnage du mana devient instinctif et tu peux commencer à laisser de côté certains composants du sort, » termina Zorian. Tous les mages dignes de ce nom avaient au moins quelques sorts qu’ils connaissaient de façon si intime qu’ils pouvaient se passer de quelques mots et gestuelles pour les incanter. « Mais arriver à lancer un sort juste en pointant du doigt devrait prendre des années ! »

    Zach se contenta de faire un grand sourire.

    « Ce que, heu, je pense que tu as fait, » conclut Zorian, se sentant un peu idiot. « Ce truc de voyage temporel est plutôt pratique, pas vrai ? Combien de sorts réflexes tu possèdes, en fait ? »

    « Tu veux dire, combien je peux lancer de manière aussi naturelle que le missile magique que je viens de te montrer ? Bouclier, jeter, rappel, lance-flammes et un certain nombre d’autres sorts de combats facile. Il y a un bon nombre de sorts avec lesquels je suis familier, mais je ne peux pas vraiment jeter des boules de feu en pointant du doigt. »

    « Ok... » dit Zorian avec aigreur. Cela allait au-delà de la notion de respect, il se sentait maintenant complètement ridicule. Il valait mieux arrêter là la conversation avant que Zach ne le démoralise complètement. « Donc, on commence comment ? »

    « Kyron t’a donné une baguette et t’as dit de t’entraîner sur le missile magique, pas vrai ? » demanda Zach.

    « Ouais, » confirma-t-il.

    « Eh bien, voyons d’abord ce qui marche pour toi, » dit Zach, faisant un geste en direction des constructions de terre. « Lance quelques missiles magiques sur les personnes en boue. »

    « Les personnes en boue ? » demanda Zorian. « Est-ce que – »

    « Probablement pas, » admit Zach. « J’ai juste oublié le nom du sort, donc j’y fais référence en l’appelant ‘Créer des Personnes en Boue’. Ce n’est pas important, car le sort est obscur et obsolète, et concrètement personne à part moi ne l’utilise. »

    « J’imagine, oui, » admit Zorian. Il était tenté de poser davantage de question, mais se dit qu’il ne s’entraînerait jamais s’il continuait à distraire Zach. Il pointa la baguette que Kyron lui avait donné en direction de la… ‘personne en boue’... la plus proche, et tira. Il fut un peu surpris quand la construction essaya d’éviter son missile d’un pas sur le côté plutôt que d’essayer de l’encaisser comme lorsque Zach avait fait sa démonstration. Mais cela ne la sauva pas, car Zorian avait suffisamment de contrôle pour modifier la trajectoire de son missile, même s’il n’arrivait pas encore à le rendre tête chercheuse par lui-même. Bien sûr, le missile ne fit quasiment aucun dégât, et les quelques égratignures furent rapidement soignées. Sans se laisser décourager, Zorian continua de tirer. Son tir suivant était un perceur ciblant la tête de la construction. Il réussit à la toucher sur le front, mais échoua à la transpercer. Il essaya de façonner le missile suivant pour en faire un coupeur, mais tout ce qu’il réussit à créer fut une sorte de boule diffuse multicolore qui se désintégra comme une bulle à la moitié du parcours. Pour les deux suivants, il produisit deux briseurs classiques, l’un d’entre eux ratant quand sa cible se pencha sur le côté au dernier moment.

    Zorian s’arrêta alors, ne voulant pas complètement épuiser ses réserves de mana. Il avait plus ou moins montré tout ce qu’il savait faire, de toute façon.

    Zach applaudit de manière bien trop enthousiaste, et ignora le regard noir que lui lança Zorian.

    « Tu ne t’entraînes depuis, quoi, quelques jours ? » demanda Zach. Zorian acquiesça. « Et tu arrives déjà à diriger tes missiles ? T’es bien meilleur que je ne l’aurais cru. »

    « Oh ? Et pourquoi ça ? » demanda Zorian, une once de colère dans la voix.

    « Laisse moi te poser une autre question plutôt : combien de missiles magiques peux-tu lancer avant d’être à court de mana ? » demanda Zach.

    « 10, » répondit honnêtement Zorian. Il ne comprenait pas ce que… oh. « Je vois, normalement la courbe d’apprentissage dépend des capacités en mana, pas vrai ? »

    « C’est ça ! Plus tes réserves sont élevées, plus tu pourras t’entraîner chaque jour, » confirma Zach. « Cela veut dire que les mages avec des réserves élevées ont tendance à apprendre plus vite que leurs homologues moins chanceux. »

    [...]

    To be continued...
  • merci pour le chapitre
  • Merci ^^
  • Merci pour les chapitres
Cette discussion a été fermée.