Kenja no Deshi wo Nanoru Kenja

135678

Commentaires

  • merci j'aime bien
  • au passage, pour le nom des villes, y avait Silver Horn que j'ai traduit par Cornargent, mais je sèche pour Silver Wand= Baguette d'argent, des idées?
  • Hum ... baguargent ?ou tu fais une exception pour celui ci
  • baguette-d'argent
  • y a des synonymes aussi
  • Wand peut aussi dire caducée non ?
  • yep, j'ai des idées avec, mais compliqué
  • J'arrete la je suis pas douée XD
  • La citée du Caducée d'argent ça passe bien non?
  • je pense à Caducécus... ça fait un peu gravaleux quand même
  • Cadugant ?

    c'est pas mal non plus Cadugent
  • Chapitre 7


    Il était encore tôt. Tandis que les pépiements des oiseaux annoncés l’aube, une calèche traversa à vive allure la circulation de Cornargent, les sabots des chevaux la tirant martelant le pavé. Ce véhicule brandissait l’emblème du Royaume d’Arkite et allait droit vers les Tours Unis Argentées; attiré par cet événement inhabituel dès les premières lueurs de la journée, de nombreux badauds avaient bravé la torpeur matinale pour voir ce qui se passait.

    

    Les faibles rayons de soleil s’immiscèrent derrière ses paupières fermées, frappant ses pupilles, et elle émergea lentement du sommeil.

    Après un moment, Mira s’assit sur le lit à baldaquin et commença à réarranger sa légère — et maintenant déformée — tenue. Au même moment, elle ouvrit sa petite bouche et prit une profonde inspiration, essayant de rester éveillé. Ceci, cependant, fut vain. Succombant à la somnolence qui pesait encore sur elle, les yeux de la jeune fille se fermèrent tandis que son dos entrait en contact avec le matelas, son esprit étant emporté vers le pays des rêves.

    Puis, au moment où elle s’endormit, son sommeil fut une fois de plus perturbé par autre chose. À l’intérieur de la chambre silencieuse, au plus au étage de la tour que les gazouillis des oiseaux ne pouvaient atteindre, un son assourdi, mais néanmoins rythmique, pouvait être entendu sans cesse. Contre sa propre volonté, la jeune fille finit par être à demi-réveillé par ce bruit atroce. Tout en promenant un regard vide autour d’elle avec les yeux embrumés, elle se leva et, surprise, vit qu’elle se trouvait dans une chambre très luxueuse qui lui était inconnue.

    « Où suis-je…? »

    Comme réveillé par la voix aigu qui sortit d’entre ses lèvres, tout ses souvenirs des évènements du jour précèdent jaillirent tel le jet d’un geyser dans son esprit. Au même moment, ressemblant à un vertige, elle ressentit un sentiment de perte au fur et à mesure qu’elle prenait conscience de son état actuel.”Ooh, je vois…” fut la seule chose qu’elle put marmonner en réponse, résignée à son sort.

    Toujours pas habitué à son corps menu, Mira se laissa glisser jusqu’au bord du lit et s’y assit, faisant une petite pause. Mais tout à coup, de cette position, elle entrevit ses séduisantes jambes de jeune fille, maintenant révélées par le bout retourné de sa robe. La lumière du soleil qui passait par la fente entre les rideaux faisait presque office de projecteur, accentuant curieusement encore plus la pur blancheur de sa peau; Mira en resta sans voix.

    Bien qu’elle rougissait comme une adolescente, la jeune fille observa ses jambes et palpa doucement avec ses doigts sa peau: elle avait juste le bon degré d’élasticité, comme le confirmait le sens du toucher de Mira. Quand ses confirmations attinrent son cerveau, elle était parfaitement consciente de ce qui s’était passé la veille, et sa fatigue s’était finalement dissipée.

    « … Mais une minute, quel est ce bruit si tôt le matin ? »

    Maintenant complétement réveillé, la fille remarqua finalement le son rythmé et incompréhensible qui avait débuté alors qu’elle était encore endormie; alors, elle tendit l’oreille pour essayer de l’identifier.

    (*toc toc toc*)

    Premièrement vint le son de quelque chose de dur étant frappé; ensuite il y eut la voix faible et peu clair d’une personne. Finalement, ce que Mira réussi à saisir était une discussion entre deux personnes, de sorte qu’elle quitta la chambre pour voir si quelque chose était arrivé. Comme elle se rapprochait de la porte principale de l’Antichambre Privée, les voix et leur intention furent plus claires, le bruit indistinct d’avant formé maintenant des mots reconnaissable pour les oreilles de Mira.

    « Mademoiselle Mira, êtes-vous là ? Mademoiselle Mira. »

    « Dame Litalia, êtes-vous vraiment sûre que la disciple de maitre Dunbalf est ici ? »

    « Sans aucun doute. Elle tenait la Maitre-Clé de la Tour de l’Invocation et, après avoir demandé de-ci de-là, j’ais appris qu’une jeune fille avec des cheveux argentés avait été vu en train d’entrer dans cette tour la nuit dernière. Ça signifie qu’elle a très probablement dormi ici. »

    « Mais plus tard, elle n’aurait pas pu quitter le tour et aller dans une auberge ? »

    « Elle avait la Maitre-Clé, pourquoi resterait-elle dans une auberge entre tous les endroits possibles ? L’Antichambre Privée avait tout ce dont elle avait besoin. De plus, je me suis assurée de tout nettoyer et ranger tout les jours, la salle entière doit toujours être en parfait état. »

    Cette fois, une voix différente retentit derrière la porte et, plutôt qu’une femme adulte, on aurait dit qu’une jeune fille parlait. Tous compris, il y avait trois personnes à l’extérieur de la salle: un homme et deux femmes; la voix de la jeune fille était étrangement familière à Mira, mais elle ne pouvait pas clairement se rappeler de à qui elle appartenait; ainsi, elle choisit d’ouvrir la porte et de vérifier de ses propres yeux.

    « Oh là là, donc c’était vous, Litalia et Mariana. »

    Après avoir confirmé l’identité de ses visiteurs d’un rapide coup d’œil, Mira leur jeta un regard tout en se frottant les yeux du dos de la main, enlevant les dernières traces de somnolence. À ce moment-là, elle croisa le regard de la troisième personne; un homme en uniforme militaire attendant à l’écart, un pas derrière les deux femmes. C’était possible de voir sur son épaule droite un brassard aux couleurs du Royaume d’Arkite.

    « Et vous êtes…? »

    « Mademoiselle Mira ! Pourquoi êtes-vous vêtues comme ça ?! »

    « Toi ! Regarde autre part s’il-te-plaît ! »

    Pendant un instant, Litalia était restée planté là, hébétée par la soudaine apparence de Mira. L’instant suivant, elle se précipita vers la jeune pour cacher de son corps celui presque nue de Mira, et le dérober à la vue de l’homme.

    Une jeune fille habillée en domestique agit en même temps que Litalia, ses cheveux saphir, coiffés en deux couettes, virevoltant quand elle bougeait. La domestique voulait forcer le militaire à se retourner; devant ça, il ne pouvait détacher ses yeux des parties du corps de Mira visible à travers sa robe presque transparente.

    « Que faisiez-vous au juste !? »

    Avec la porte finalement close, Mira fut grondée sur le bord du canapé en cuir. Elle ne comprenait pas pourquoi elle avait été forcée de revenir à l’intérieur; donc, tout en se sentant complètement déroutée, la jeune fille leva les yeux vers Litalia et exigea une réponse.

    « Je devrais être celle qui demande ça. Cela peut aller dans l’Antichambre du Sage, mais vous ne pouvez pas en sortir vêtue de la sorte ! Il y a toujours un risque que des gens viennent ici pour une affaire ! »

    Ressentant un peu de colère, Litalia critiqua le choix de tenue de Mira: en résultat que la fille baissa les yeux sur ses vêtements, se demandant ce qui n’allait pas avec eux. À ce moment même, elle remarqua que, en effet, la “Robe de la Vierge Céleste“ était trop transparente pour être utilisée comme sous-vêtements, l’éliminant des vêtements de tout les jours.

    La plupart du temps, elle passé son temps dans l’Antichambre Privée en tenu décontractée. Et maintenant, toutes les robes que Mira avait rassemblées avant d’aller dormir étaient seulement faites pour le combat. Même la Robe du Sage qu’elle avait portée hier était, au final, quelque chose d’orienté pour le combat.

    Néanmoins, si l’on comparé avec ce qu’elle portait maintenant, Mira se sentirait plus à l’aise dans l’un de ces vêtements de combats. Le problème était qu’elle n’avait aucune intention de porter des vêtements d’extérieurs tout en étant dans sa propre chambre.

    « Désolée, mais je n’ai pas de vêtements pour l’occasion. »

    Sentant qu’elle ne pouvait rien faire pour résoudre ce problème, Mira dit effrontément ce qu’elle pensait de ça.

    « Il y a quelque chose que vous pouvez utiliser ici. Couvrez votre peau au moins, ou vous finirez par vous faire attaquer par un pervers lubrique. »

    Après avoir averti Mira, Litalia ramassa une robe rouge et noire posée sur la canapé et la fit passer sur la tête de la petite fille. Elle se tortilla un certain temps et quand son visage apparut enfin à travers le col, Mira réalisa que la taille était tout simplement trop grande pour son corps. L’ourlet inférieur trainait sur le sol et les bouts de ses doigts ne dépassait même pas de ses manches.

    Mais le plus grand problème était le col de la robe, allant autrefois parfaitement à Dunbalf, était maintenant simplement trop grand pour Mira. Son échancrure atteignait la zone autour de la poitrine de la jeune fille, l’exposant en grande partie tout en dégageant une aura envoutante qui différait d’être tout simplement nue; c’est ainsi que l’intention initiale de Litalia était complétement détournée.

    « C’est trop grand. »

    « Bien sûr, cette robe était juste à la bonne taille pour maitre Dunbalf. Il n’ira jamais à votre petit corps. »

    Tout en disant cela, la domestique retira un des bandeaux qui attachait ses cheveux et l’utilisa pour fermer le col de la robe. Après cela, le bandeau rouge comme un ruban qui décorait maintenant la poitrine de Mira accentuait encore plus son apparence de petite fille.

    « Cela ne va pas du tout… »

    Mira relâcha ses épaules, réagissant à la vue d’une de ces robes favorites perdant d son allure majestueuse à cause d’un simple ruban.

    « Mademoiselle Mira. Êtes-vous vraiment l’élève de maitre Dunbalf ? »

    Demanda la domestique à Mira tout en continuant à ajuster le col, ses yeux fixés sur la jeune fille. Il semblait qu’elle s’accrochait au mince filet d’espoir qui s’était présenté à elle.

    « En effet. Mariana, j’ai beaucoup entendu parlé de toi. »

    Elle était une domestique qui pouvait facilement couper le souffle à quelqu’un. Ses yeux et ses cheveux couleur saphir n’étaient entachés par rien et son physique était semblable à celui de Mira. Dans son dos, deux ailes de papillon battaient doucement. Ces mêmes ailes, qui utilisaient, au lieu du vent, le mana présent dans l’atmosphère pour voler, étaient la preuve de son statut de membre de la tribu des fées; une autre caractéristique de cette race était que ses membres pouvaient maintenir l’apparence d’une enfant humain même après avoir atteint l’âge adulte. Et cette fée n’était personne d’autre que l’assistante de Dunbalf, Mariana.

    « Je suis si heureuse… maitre Dunbalf… »

    Se sentant complétement soulagé, les yeux de Mariana se mouillèrent et des larmes coulèrent le long de son visage, ruisselant sur ses joues teintées rouges. Dès qu’elle vit l’assistante fondre en larmes, Mira perdit complètement ses moyens et, dans un acte inconscient, tendit une main vers la joue de la fille, incapable d'endurer ce spectacle plus longtemps.

    Cependant, alors qu’elle allait toucher le visage de la fille, Mira retint sa main et la plaça négligemment sur son menton, ayant saisi la raisons des pleurs de Marianna. Ces larmes étaient dues aux émotions envers Dunbalf qui avait disparu; par conséquent, Mira hésitait à caresser la joue de son assistante, se sentant un peu coupable de la tromper.

    Émue par ces larmes, elle pensa à tout avouer, au moins à Marianna. Néanmoins, elle laissa rapidement tomber cette idée. Mais comment Mira lui expliquerait-elle la situation ? Cela serait un énorme choc pour l’assistante si elle savait que son maitre, Dunbalf, était devenu une jeune fille. Avec ceci à l’esprit, l’“apprentie“ décida de continuer à utiliser sa fable.

    Par la passé, Mira avait seulement traité Marianna comme une simple assistante. Mais maintenant que la PNJ était devenu une véritable personne avec une conscience et qui avait même versé des larmes pour Dunbalf, la fille n’était pas sûre de l’attitude à adopter en face de son assistante. C’était principalement causé par le conflit de deux émotions à l’intérieur de Mira: l’une était le sentiment égoïste de la crainte de se faire rejeter par Marianna, qui avait beaucoup manqué à son maitre; l’autre était le désire de ne pas laisser l’assistante s’inquiète plus.

    Naturellement, comme Mira avait choisi la voie la plus sûre pour sortir de cette situation, les paroles qu’elle voulait dire s’arrêtèrent dans sa gorge et se dissolvèrent lentement dans son silence. Tout en se sentant pathétique pour ça, la fille fixa la main qui n’était maintenant plus cachée par la manche de la robe et ensuite regarda silencieusement la scène en face d’elle. Réagissant à ce que Marianna ressentait, Litalia murmura “En effet, je suis aussi heureuse,“ tout en séchant doucement les larmes sur les joues de la domestique.


    


    « Désolée, je vais bien maintenant. »

    Alors que Marianna s’était enfin calmée, un son rythmé familier retentit à l’intérieur de la pièce.

    « Vous m’entendez ? Mademoiselle Litalia, Mademoiselle Marianna. Avez-vous fini ? »

    C’était la voix étouffée du militaire, la personne que Marianna avait forcé à se retourner et à faire face aux murs; encore une fois, avec un sang-froid renouvelé, il recommença la mission absolue que le Roi lui-même lui avait confiée.

    « Oui, nous partons maintenant. »

    Après cette réponse, l’attention de Litalia se reporta sur celle qui était la raison d’origine de sa visite, Mira. Actuellement, la petite fille secouait les manches qui couvraient ses mains en s’étirant sur la canapé.

    « Donc, que puis-je faire pour lui ? Je vois qu’il est un soldat de l’armée du Royaume. »

    « Oh, c’est vrai. Hier après notre rencontre, j’ai humblement fait un rapport sur ceci au Roi Salomon et il a instantanément voulu vous rencontrer, mademoiselle Mira. Le gentilhomme à l’extérieur est un émissaire de la capitale venu vous chercher. »

    « Humm, Salomon… Je vois… »

    Le Roi d’Arkite, Salomon. Il était le meilleur ami de Dunbalf, le joueur qui avait invité l’Expert en Invocation dans sa nation récemment fondée. Comparé à Luminaria, l’amitié de Salomon avec Mira avait commencé bien plus tôt.

    Toutefois, ni Litalia, ni Marianna ne savait ça, de sorte qu’elles pensaient que la familiarité utilisée par la jeune fille pour parler du Roi avait une autre signification. C’était considéré comme un grand manque de respect pour leur leader si quelqu’un utilisait le nom de Salomon avec le titre « Roi »; les assistantes, cependant, traitaient le comportement sans honte de Mira comme un charmant trait d’une adolescent rebelle. Et non seulement ça, la façon dont elle parlait était si semblable à celle de Dunbalf que, dans leur esprit, cela évoquait l’image d’un enfant imitant les actions de ses parents. Mais Mira n’avait pas conscience de ces pensées.

    « Maitresse Luminaria est aussi à la capitale, alors je rois que nous pourrons la rencontrer après votre audience avec le Roi. »

    « Oh, bien. Alors, ne les faisons pas attendre plus longtemps. »

    Si Salomon était réellement là, alors il serait probablement dans la même situation que Luminaria: un joueur coincé dans un nouveau monde. En réalisant ça, Mira se leva du canapé pour répondre à la convocation; en vain, puisque elle fut immédiatement arrêté par Litalia et Marianna.

    « Arrêtez-vous là, mademoiselle Mira. »

    « Hmmpf, quoi encore ? »

    « Vous portez maintenant une robe, mais vous ne pouvez toujours pas sortir comme ça. »

    Ce que Litalia voulait dire, c’était que les ourlets de la robe trainaient toujours sur le sol et ses manches couvraient toujours les mains de Mira. En bref, la taille de ce vêtement posait toujours problème à la fille.

    « Restez immobile, mademoiselle Mira. Je vais résoudre ça très vite. »

    Pour Mira, les yeux de Litalia brillait étrangement mais, à la fin, les mains de l’assistante ne lui laissèrent aucune échappatoire et la capturèrent. La scène qui suivit fut une Litalia joyeuse aident Marianna, qui sortait des rubans de nulle part, à ajuster la robe, roulant ses manches et remontant l’ourlet Mira essaya de s’opposer à eux, mais fut submerger par leur splendide coordination, ses vêtements finalement décorés de rubans.

    


    « Maintenant le seul problème restant est la question des sous-vêtements. »

    « Exactement. »

    Après avoir durement fini la partie extérieure des vêtements de Mira, les assistantes se souvinrent de ce qui était arrivé plus tôt, quand elle était sortit de la pièce seulement avec la “Robe de la Vierge Céleste”; elles réfléchirent ensuite à ce qui pourrait être utilisé comme sous-vêtements puisque cette une pièce, maintenant sous la robe ajustée, ne servait pas de sous-vêtement convenable. En entendant le seul mot qu’elle voulait à tout prix éviter, la fille qui avait été traitée comme une poupée sentit un horrible frisson lui parcourir le dos.

    Bien que la robe portait maintenant Mira couvrait sa peau, c’était juste ça; elle pouvait toujours être considéré comme étant nue. Elle se souvenait aussi de n’avoir jamais porté de sous-vêtements d’aucune sorte depuis son arrivée dans ce monde. Donc, pour résumer, Mira n’avait pour le moment pas de culotte ni de soutien-gorge.

    Accessoirement, il n’y avait pas moyen que les deux assistantes autorisent la fille en face d’elles à sortir dans cet état. Après avoir considérer ses options pendant un moment, Marianna trouva une solution.

    « Je sais exactement ce que nous pourrions utiliser. Attendez une minute s’il vous plait, je reviens. »

    Disant cela, elle ouvrit la porte de la salle de bain et entra dans la pièce. Peu après, la domestique revint avec quelque chose dans les mains. Malgré que la plus jeune fille ne pouvait pas l’identifié d’un regard, cela ressemblait à un sous-vêtement fait de tissu blanc. Pourtant, pour une quelconque raison, Mira sentait qu’elle avait déjà vu quelque chose de similaire avant.

    « Bon, cela devrait être à la bonne taille. Venez, mademoiselle Mira. »

    malgré qu’elle était celle ayant demandé à Mira de se déplacé, Litalia avait fini par utiliser ses propres mains pour porter Mira sans aucun effort; après cela, la jeune fille fut pratiquement obligée de mettre l’objet que Marianna avait ramené, recevant un simple “excusez moi“ avant l’acte. Finalement, elle n’avait rien pu dire.

    Quand la fille pu finalement regarder le sous-vêtement que la domestique lui avait fait enfiler, elle vit quelque chose qui ressemblait à un short et se souvint de ce que c’était. Appelé “bloomers“, ils étaient souvent utilisé par la mode des Gothlolis.

    « Pourquoi… Pourquoi y a-t-il quelque chose comme ceci à l’intérieur de ma… euh, de la chambre de mon maitre…? »

    La première chose qui vint à l’esprit de Mira fut ces questions qui, en quelque sorte, lui avait échappé. Même s’il existait en effet des équipements de sous-vêtements dans le jeu, Dunbalf n’avait jamais été le genre de personne à avoir pour hobby de collectionner les sous-vêtements des femmes. Pas seulement ça, mais Mira ne se souvenait pas d’avoir un jour apporté ce genre de chose dans sa chambre. À l’intérieur, elle avait, au plus, un pagne arc-en-ciel que Dunbalf avait obtenu lors du Festival de la Remontée de la Rivière.

    « La salle de bain dans la chambre de maitre Dunbalf est si grande que je ne peux pas m’empêcher de l’utiliser. »

    « En effet, c’est quelque chose de splendide, mais… »

    « C’est ma culotte de rechange. »

    « Oh… oh d’accord… »

    À cet instant, Mira perdit toute volonté de combattre et plongea majestueusement la tête la première dans la honte, étant finalement devenu complétement une poupée.

    

    La robe de Mira était maintenant décoré d’une multitude de rubans. Son ourlet avait été remonté pour la faire ressembler à une jupe évasée et les manches, également entourées du même genre d’ornement, étaient laissées dans un état modérément ample.

    Au premier regard, Mira pouvait facilement être confondu avec une magical girl; mais celles qui avaient accompli un tel exploit, Litalia et Marianna, hochèrent simplement la tête l’une à l’autre, contente du résultat. L’expression de la jeune file, cependant, était complètement à l’opposé de celle des assistantes, affichant le plus petit sourire qu’elle pouvait faire.

    « Bien alors, mademoiselle Mira, devrions-nous y aller ? »

    « L’émissaire dehors attend. »

    « Pas tant que je porterais ces vêtements. »

    « Nous ne pouvons pas le faire attendre plus longtemps. »

    « Retirez moi ça. Vous êtes celles qui avaient décidé vous-même de faire ceci avec cette robe. »

    « C’était à cause des vêtements que vous portiez avant. »

    « Oui, mais vous ne deviez pas aller jusqu’au bout avec… »

    N’ayant trouvé aucun moyen de gagner contre ces deux-là, Mira renonça et porta son regard sur les vêtements de magical girl qu’elle portait maintenant — seulement pour pousser un superbe soupir car ça ne convenait pas du tout à sa robe.

    « Très bien, allons-y. »

    Ouvrant le chemin, Litalia ouvrit la porte et là, à l’extérieur, il y avait l’homme en uniforme attendant, exactement comme quand Mira l’avait vu pour la première fois. Ses joues, toutefois, étaient un peu plus rouges.

    Quand la jeune fille quitta l’Antichambre Privée, Marianna apparu derrière elle et ferma calmement la porte. D’un côté, l’homme fut surpris par le changement soudain que Mira avait subi, quand sa silhouette vêtue d’une robe pleine de rubans remplit complétement son champs de vision; d’un autre côté, l’image de la même fille ne portant rien d’autre qu’un vêtement une pièce couleur chair refit surface dans son esprit et lui fit se souvenir de ce qu’il avait ressenti à ce moment. Finalement, étant la première à le remarquer, Marianna lui lança un regard qui pourrait même contraindre au silence un dragon.

    L’homme, qui se tenait debout depuis le début, sembla se recroqueviller un peu devant ce regard. Ensuite, après avoir raclé sa gorge pour se donner une contenance, il porta sa main droite à sa poitrine et s’inclina, dans une sorte de salutation. C’était un style de salut utilisé par les forces armées du Royaume d’Arkite, mais au même moment, l’expression de Mira se crispa étrangement.

    Quand Arkite était encore à ses débuts et s’apprêtait à combattre dans sa première guerre, tout le monde pensait que ce serait une lutte sans espoir. Cependant, au moment du triomphe, l’état d’esprit des joueurs vainqueurs était au plus haut, et ensemble, ils firent ce salut. En d’autres termes, c’était quelque chose de crée sur l’impulsion du moment.

    Bien sûr, Mira se le rappelait, au milieu de l’atmosphère de la guerre, le spectacle de tous les soldats faisant le salut ensemble était grandiose. Mais juste à l’instant, quand il était fait par seulement une personne, Mira ne put s’empêcher d’avoir une sourire forcé.

    « Enchanté de vous rencontrer. Je suis Garret Astol, 1er adjoint de la Force d’Infanterie Mobile du Royaume d’Arkite. »

    « Et je suis Mira. »

    « L’élève de maitre Dunbalf, mademoiselle Mira, n’est-ce pas ? Je suis ici pour vous apporter un message de sa Majesté, le Roi d’Arkite. »

    Après la courte réponse de Mira, Garret avait continué sans rien changer dans son attitude.

    « Je l’ai déjà informé du contenu du message. Mademoiselle Mira a volontiers accepté l’invitation pour une audience avec le Roi. »

    Tout en regardant l’homme en face, qui semblait mener un duel de regard avec elle, Litalia parla de l’objectif principal de l’émissaire.

    « Oh, vraiment ? Merci infiniment. Bien, j’ai un carrosse prêt devant la tour, donc partons sans délai. »

    Ayant fini de dire ceci, l’expression de Garret révéla une fois de plus de très petites traces de sérieux. Ensuite, comme s’il essayait de fuir d’ici, il guida Mira vers le véhicule.

    « Faites attention sur le chemin de la capitale, s’il vous plait. »

    « Mademoiselle Mira, si cela est possible d’avenir, pourriez-vous nous en dire plus à propos de maitre Dunbalf ? »

    « D’accord, bien sûr. Je le ferais la prochaine fois que nous nous rencontrerons alors. »

    « Je vous remercie tellement. J’attendrai. »

    « Bon. Au plaisir ! »

    Mira agita légèrement la main en un adieu aux deux assistantes et monta dans le carrosse, son esprit était maintenant occupé par la nécessité de créer et de développer une histoire convaincante sur la disparition de Dunbalf.

  • décembre 2016 modifié
    voilà, le huit sortira quand il sera prêt, et je vous signale quand j'en chie à cause de mon manque de culture dans la mode de mistinguette, y a certaine description que j'arrive pas à comprendre étant donné que je nai jamais vu l'objet (ne déprime pas mon vieux, c'est pas grave d'avoir jamais vu de bloomers)

    au passage, vous noterez le savoureux détail que jusqu'à présent, la densité de lolicon au royaume d'Arkite est exponentiel, fillette quand vous êtes encore fraiche, faut pas trainer dans les rues
    allez bonne année
  • Merci pour les chapitre et bonne année
  • merci pour le chapitre
  • merci pour le chapitre
  • décembre 2016 modifié
    Merci pour le chapitre ^^
  • Bloomer <3 for life
  • Merci pour le chapitre et bonne année =)
    Bonne continuation pour la suite ;)
  • auteur : Ryuusen Hirotsugu
    artiste des images : Fuzi Choco
    synopsis : Sakimori est un joueur vétéran du VRMMORPG Ark Earth Online. l'apparence de son personnage est inspiré de deux sorciers de best seller très connu.
    Un jour laors qu'il partait accomplir une quête, il s'endort en ligne et quand il se réveille, il se retrouve dans le corps d'une fillette !!!
    Serait la dernière mise à jour d'Ark Earth Online ?

    rythme: très lent
  • janvier 2017 modifié
    Chapitre 8


    La voie pavée qui commençait hors de Cornargent et mené jusqu’à la capitale du royaume, Lac Lunatique, était entouré par une forêt. Et à l’heure actuelle, un seul carrosse l’a traversé; le bruit de ses roues et du martèlement des sabots de ses chevaux résonnant dans le décor.

    Surnommé le “Carrosse Mille-Mile“; ce véhicule à deux chevaux était uniquement utilisé en cas d’urgence pour transporter des personnes importantes. Ce seul fait révélait à quel point le Roi Salomon voulait voir Mira, car il n’était pas dans ces attributions habituelles de juste servir en amener des invités à un rendez-vous. La jeune fille elle-même, bien que tremblant de tout son corps, appréciait grandement sa première expérience d’un voyage en carrosse, s’exclamant “Waoouh, c’est incroyable ! C’est si rapide !“ en regardant le paysage défiler derrière la fenêtre.

    Quant c’était encore un jeu, elle pouvait simplement utiliser le Continent Flottant pour voyager sur de longues distances. Cette option, néanmoins, n’était plus disponible puisque l’entré système avait disparu du menu, et avec elle, la commande pour utiliser l’item. Mais même si la commande avait été là, Mira doutait si, oui ou non, le Continent Flottant marcherait dans ce monde. Néanmoins, de même que son état actuel de fille, Mira voulait oublier chaque problème lié au fait que le jeu était devenu réel, de sorte qu’elle choisit d’apprécier simplement le moment.

    Malheureusement pour elle, sa joie fut interrompue pas moins de de deux heures après le départ de Cornargent. La jeune fille commença à paraître un peu inquiète, ses yeux cherchant sans se fixer quelque chose autour d’elle; un effet du même phénomène psychologique auquel elle avait dû faire face la nuit d’avant. Et cette fois, c’était particulièrement mauvais car les cahots incessants du véhicule n’arrangeaient pas la situation dans son bas-ventre. Finalement, certaine qu’elle ne pouvait en endurer plus, Mira sortit la tête par la fenêtre et s’adresse au cocher.

    « Hey, y a-t-il des WC par ici ? »

    « Double fromage… ? Je… ne pense pas que… c’est une sorte de plat ? Nous arriverons rapidement à Caducécus, donc vous pourrez me dire ce que c’est et je me ferais une joie de vous en trouver. »

    « Non, je ne parle pas de ça… eh bien, si vous me le demandez, c’est quelque chose fait avec de la nourriture faisandé… »

    « Faisant… oh, de la volaille ? Maintenant que vous le dites, c’est vrai que nous n’avons pas encore pris de petit-déjeuner. Très bien, laissez moi m’en charger. Nous serons un peu en retard pour ce repas, mais nous pourrons finalement manger après avoir atteint la ville. »

    « Aaaah, oubliez ce que je viens de dire ! Je parle de WC ! »

    « Hummm… je suis terriblement désolé… Je ne pense pas avoir vu de tels aliments en vente à Caducécus… »

    « Ce n’est pas de la nourriture ! Je veux aller aux toilettes, latrines, gogues ou quoique soit le mot ! Aaah… arrêtez-vous ici ! Je trouverais un bon endroit derrière un arbre pour le faire ! »

    « Ehh…? Ah…aah ! C’était ce que vous vouliez dire ? »

    Si Mira était dans son ancien corps, elle aurait été probablement capable de se retenir plus longtemps, toutefois, ce n’était pas le cas à l’heure actuelle. Quand son jeune corps commença à se plaindre, l’instinct de la fillette l’avertit qu’elle ne tarderait pas à ce faire dessus.

    Tout en s’impatientant dans le dos de Garrett et en pointant du doigt un endroit convenable dans les bois, Mira exhorta le militaire de s’arrêter. Rapidement, les deux chevaux commencèrent à ralentir de concert. Mais, au bout du compte, elle ne put attendre qu’ils s’arrêtent complétement et sauta simplement hors du carrosse, se précipitant vers un point approprié sous un arbre en retroussant le bas de sa robe.

    Quand la jeune fille vit finalement la culotte longue couvrant le bas de son corps, ses mains eurent un arrêt. Les jambes, cependant, ne suivirent pas cet arrêt de mouvement, et Mira continua à trépigner d’une manière bizarre.

    (Comment est-ce qu’on l’enlève !!?)

    Comme pour se moquer des efforts désespérés de Mira, le sous-vêtement qu’on l’avait obligé à porter l’empêchait de se soulager. Autrement dit, la fillette ne savait pas comment l’enlever correctement; un problème évident, considérant que c’était la première fois qu’elle portait un tel sous-vêtement et que de plus, ce n’est pas elle qui l’avait enfiler.

    Les culottes longues n’ont aucunes sortes de sangles ou de bandes pour les attacher autour des hanches, mais même en essayant de tirer ce sous-vêtement vers le bas, il s’arrêtait à ses hanches. La situation était si mauvaise qu’on en arrivait au point où Mira envisageait presque de le déchirer. Pourtant, la jeune fille chassa ces pensées, elle ne pouvait pas détruire quelque chose qu’on lui avait prêté. En plus, et cela compté plus que tout, elle ne voulait pas se faire dessus dans cette culotte longue empruntés, un fait qui ne faisait qu’aggraver son irritation.

    Mira essaya même d’étirer les côtes avec ses doigts, tout en tirant vers le bas, mais ça ne mena qu’à un autre échec. Alors, quand tout son corps se couvrit de sueur, elle vit des parties du sous-vêtement que ses doigts minces et agiles touchaient. Cela arracha un sourire amère à la jeune par rapport à sa panique de toute à l’heure, se demandant pourquoi elle n’avait pas réalisé quelque chose de si évident à propos de ce sous-vêtement.

    Autour de la dentelle, sur la majeure partie de la culotte longue, il y avait une simple ficelle nouée dans un nœud à rosette. Si Mira avait eu la présence d’esprit de penser attentivement de d’analyser la situation, elle aurait vu ça en un instant, sans aucun problème. Toutefois, avec tant de “premières expériences liées à son nouveau corps en tête, il était normal que l’esprit que Mira ai manqué de remarquer quelque chose de si simple.

    Une fois qu’elle eut compris comment cela marché, retirer le sous-vêtement ne fut plus un gros problème. Et puisque Mira avait déjà senti qu’elle était à un doigt d’atteindre ses limites, elle dénoua en hâte la ficelle, baissant la culotte longue sur ses genoux et s’accroupit. Ce qui suivit fut un sentiment de suprême liberté alors que la fille se soulageait.

    


    Après avoir fait cette action pour la seconde fois déjà, Mira fut convaincu qu’elle avait maitrisé parfaitement son corps et ses besoins; une pensée de courte durée quand elle se rendit bientôt compte de l’erreur qu’elle avait commise. Quand la jeune fille eut fini son affaire et remit la culotte longue en place, elle se souvint que les femmes devaient s’essuyer.

    (Comment vais-je faire ça ici ?)

    Elle n’avait rien de convenable pour s’essuyer, sans parler du papier toilette. Juste au cas où, Mira ouvrit son Inventaire; mais outre des items consommables, il y avait seulement des items épurés et bruts à l’intérieur. Quand elle ferma le menu, le fille commença à regarder autour d’elle à la recherche d’un substitut au papier.

    Au milieu de la forêt, on pouvait percevoir la respiration paisible des animaux; certains étaient révélés par les rayons du soleil quand il brillait à travers la cime des arbres. Enfin, il y avait dans une clairière une incroyable variété de fleurs affichant leur beauté dans l’herbe dense. Alors, après sa courte recherche visuelle dans cette endroit rempli de présents de Dame Nature, Mira retira un pétale blanc d’une des énormes fleurs présentes, s’accroupit une fois de plus et l’utilisa pour s’essuyer.

    


    « Hé, désolée de vous avoir fait attendre tout ce temps. »

    Pleine d’entrain, Mira appela Garrett qui était de dos, caressant le pelage des chevaux.

    « Oh non, c’était ma faute pour ne pas avoir réalisé ce que vous vouliez dire plus tôt. Je suis terriblement désolé pour ça. »

    Garrett avait réfléchi sur ce qui s’était passé avant et une expression sérieuse était plaqué sur son visage, se confondant en excuses en baissant la tête.

    « Oh, ne vous inquiétez pas, vraiment. J’aurai dû mieux m’exprimer. »

    L’expression joyeuse de la fille reflétée à quel point elle était heureuse de la préparation mentale qu’elle venait d’obtenir, en ce qui concernait son propre corps. Par la suite, en voyant cela, Garrett se sentit soulagé et lui ouvrit la porte du carrosse.

    « Pour le moment, arrêtons nous à Caducécus pour prendre notre petit-déjeuner. »
    « Très bien, je vous fais confiance. »

    Finalement, quand Mira fut à l’intérieur du carrosse, le militaire vérifia les harnais des chevaux, et alors, sauta sur le siège du cocher.

    


    À peu près une heure était passée depuis l’incident des “WC“ et le carrosse approchait déjà de la Ville de Caducécus sans aucun problème particulier. Cette dernière affirmation, néanmoins, ne s’appliquait qu’au cocher et non à la personne à l’intérieur du carrosse; en ce moment, Mir souffrait de quelque chose qu’elle n’avait jamais imaginé pour arriver.

    (Qu’est-ce que c’est que ça ? Pourquoi ça pique ? Ça fait mal !!!!)

    Mira se ondulait sur son siège dans le véhicule, se tortillant de douleur sous la sensation de brulure qu’elle n’avait jamais ressenti avant et qui se répandait dans ses parties intimes. Dans un premier temps, la fille pensa que c’était un genre de problème particulier aux femmes, mais comme la douleur devait graduellement de plus en plus insoutenable, elle retira finalement sa culotte longue pour voir ce qui s ‘y passait. Et alors la lumière se fit.

    (Donc c’était du poison… ou quelque chose de semblable…)

    La conclusion à laquelle elle arriva fut la suivante: le pétale de fleur qu’elle avait utilisé pour s’essuyer était empoisonné. Mira ne voyait pas d’autres raisons; il n’y avait pas moyen que ce soit des symptômes touchant uniquement les femmes.

    Après avoir supposé la cause, la jeune fille ouvrit son Inventaire, essayant de trouver quelque chose qui pourrait l’aider. Alors qu’elle cherchait parmi les différents items qu’elle avait en stock, Mira prit finalement un médicament spécifique qui avait attiré son regard.

    Nommé 『Pommade Multi-Usages』, cet item de soin était capable de soigner les états anormaux et, dans une certaine mesure, les blessures dont le joueur souffrait. Bien que se sentant un peu réticente à le faire, la petite fille s’accroupit sur le bord de son siège, presque recroquevillée, et souhaita, de tout son cœur, que la pommade qu’elle venait juste d’appliquer se montrerait efficace.

    Bientôt après, ses prières furent entendues et les effets de la fleur vénéneuse furent annulés par les propriétés antipoison de l’item. Se sentant soulagée sur ce sujet, Mira s’allongea sur le siège, marmonnant quelques mots en réponse à tout ce qu’elle avait traversé, “plus rien… pitié…“

    


    Approximativement dix minutes après la bêtise de la fleur, la carrosse commença lentement à s’arrêter; ensuite, le visage de Garrett apparu à l’intérieur du véhicule.

    « Mademoiselle Mira, nous sommes arrivés à Caducécus. Devrions-nous nous diriger vers un restaurant ? Où voulez-vous que j’y aille et vous achète quelque chose ? »

    Mira pensa un moment à ses options et…

    « Puisque nous sommes ici de toute manière, je choisis le restaurant. Allons-y ensemble. »

    Habituellement, elle aurait opté pour la seconde option, mais la fille avait fini par choisir la première. Pour commencer, jusqu’à présent, la plupart de ses besoins étaient satisfaits en utilisant la Réalité Virtuelle; c’était quelque chose de si intrinsèque à sa vie qu’elle avait rarement marché dehors, sous le ciel. Mira avait vécu à l’ère où même le travail était fait via RV, beaucoup moins de courses pour des articles, puisqu’ils pouvaient facilement être envoyé à la maison de la personne.

    Cependant, le monde actuel était différent. La fillette avait marché dans une forêt, rencontré des autres gens et même ressenti des cahots à l’intérieur d’un carrosse. Ce ne serait pas trop s’avancer de dire que c’était la première fois qu’elle expérimentait quelque chose de si réel et différent de la vie indolente qu’elle avait vécu. Et Mira avait commencé a apprécié tout ici, même les inconvénients, qu’elle jugeait indispensable au développement d’une personne.

    Motivée par cette pensée, la jeune fille sauta hors du carrosse et regarda le vaste ciel bleu, déterminé à expérimenter ce nouveau monde de toutes ses forces.

    


    Caducécus. C’était une ville situé dans une vallée proche d’une chaine montagneuse, s’élevant juste entre Lac Lunatique et Cornargent. La ville était principalement connue pour le travail effectué par ses habitants dans les domaines de l’agriculture, la sylviculture, l’exploitation minière et d’autres de ce même domaine d’expertise. Il fonctionné aussi comme une étape, reliant la capitale du royaume et la plus grande puissance militaire du pays; grâce à cela, une autre chose qui avait prospéré et rendu Caducécus plus grande que jamais était le commerce.

    Actuellement, Mira était dans le parking du quartier commercial de la ville. Sur la grande pelouse, différents carrosses étaient garés et alignés contre les écuries. De coutume, si une personne voulait laisser son véhicule là, elle devait payer des frais; ce n’était pas le cas pour le Carrosse Mille-Mile cependant, puisque le cocher pouvait se garer dans la zone réservée aux véhicules royaux.ne bref, cette place spéciale pouvait seulement être utilisé par la royauté, la noblesse et les VIP pour garer leurs carrosses, gratuitement.

    Par conséquent, il était parfaitement naturel que ce parking attire l’attention de tous dans le voisinage.et spécialement maintenant, le regard de la masse étant braqué sur la jeune fille qui était apparue soudainement, apportant avec elle une atmosphere incomparable.

    Avec des yeux montrant un complète confiance en elle-même et une magnifique chevelure argentée qui brillait quand elle bougeait, la silhouette pâle de Mira, vêtue d’une robe pleine de ruban, sidéré tous ceux qui la regardaient. Ou plutôt, simplement échanger un regard avec cette fille était suffisant pour leur faire perdre l’usage de la parole.

    Mira essaya de se calmer, fit un étirement tout en regardant vers le ciel, en appréciant le paysage des montagnes environnantes. Du coin de l’œil, elle remarqua un oiseau volant librement et le suivit du regard pour être à nouveau distraite par plusieurs autres oiseaux qui prirent leur envol de différents coins de la forêt. Alors que ses yeux les suivaient, la fille ne le remarqua pas, mais elle tourna sur elle-même pour les suivre.

    Tout en étant capable d’entendre en quelques sortes Garrett terminer les formalités du parking, Mira baissa finalement les yeux après avoir remarqué l’étrange ambiance qui régnait dans leur entourage; afin de ne pas rencontrer le regard des autres, elle se retourna vers la parcelle d’herbe où elle se tenait.

    (Ils me regardent. Ça doit être à cause des vêtements… Je suis sûre qu’ils se moquent à quel point ils ont l’air étrange…)

    Son apparence actuel ressemblait complétement à celle d’un personnage d’animé, et était définitivement différent de ce qui pourrait être considéré comme adéquate pour une personne vivant dans un monde fantastique. Mais c’était juste l’impression de Mira et, alors qu’elle essayait de fuir le regard de quiconque, Garrett finit enfin ses discussions, revenant au côté de la jeune fille.

    « Mes excuses pour l’attente, mademoiselle Mira. Maintenant, qu’aimeriez-vous manger ? »

    Saisissant cette occasion, Mira écouta la question du militaire tout en se cachant derrière son corps plus grand qu’elle et répondit par un simple “Que suggérez-vous ?“; la seule chose qu’elle voulait dès maintenant était de quitter cet endroit, donc n’importe où conviendrait. Dans cet état d’esprit, elle incita Garrett à bouger en le poussant dans le dos.

    « Bon alors, laissez moi vous guider à un de mes restaurants favoris. »

    Cette scène, une jeune fille harcelant un militaire pour quelque chose, était ravissante à voir, simplement car leur relation ressemblait lors à celle d’un père et de sa fille.

    Après avoir laissé derrière eux le parking, Mira et Garrett traversèrent une ruelle partant de la rue principale, pour arriver finalement devant un bâtiment servant à la fois de restaurant et d’auberge.

    « Nous y sommes. C’est un peu petit mais je peux vous garantir que la nourriture qu’on y sert est délicieuse. »

    La fille leva les yeux sur l’établissement en bois. Peint en grosses lettres sur la porte battante à demi-panneau, 『Le Coin du Crépuscule』 annonçait le nom de l’endroit. Visiblement, cette entrée digne d’un western autorisé les badauds à voir ce qui se passait à l’intérieur du magasin; cependant, de part le taille de Mira, de l’extérieur, elle ne pouvait voir que le plafond.

    « Oh là là, c’est méchant. Ça fait longtemps et la première chose que tu fais après être revenu est de qualifier cet endroit “d’un peu petit,“ hein… »

    Tout d’un coup, Mira et Garrett entendirent une voix de femme venant de derrière eux. Quand ils tournèrent la tête, une femme autour de la vingtaine se tenait juste là, tenant des deux mains un panier plein de victuailles et regardant Garrett. Uamgré son apparence simple au premier abord, donné par ses cheveux noisettes cascadant hors de son foulard et atteignant ses épaules, elle était quand même une femme très séduisante. 『Le Coin du Crépuscule』 était brodé sur son tablier bleu et blanc, montrant qu’elle travaillé dans le restaurant.

    « Mais, salut Shelly. ça fait longtemps. »

    « Et dire “longtemps“ en plus. Bon sang, tu devrais nous rendre visite plus souvent… mais attends un moment, qui est cette adorable gamine avec toi !? »

    Après avoir lâché son panier, Shelly regarda à côté de Garrett et prit conscience de la jeune fille; instantanément après, comme si c’était complétement naturel, la femme posa sa main sur la tête de Mira et commença à la caresser.

    « Qu– ! Hey, arrêtez de faire ça ! »

    En écartant la main de Shelly, Mira conclut que l’employée devant était encore de ceux qui ne la traiteraient comme une enfant. Pour cette raison, Mira choisit de se cacher derrière le militaire, l’utilisant comme bouclier.

    « Oh mon Dieu, elle est trooop mignonne !! »

    La façon dont Mira agissait, observant avec suspicion Shelly de derrière le dos de Garrett, ne fit que renforcer l’instinct maternel de la femme.

    « C’est mademoiselle Mira. »

    « Hmmm, je vois… donc ton nom est Mira… quel nom mignon, ma chérie~ »

    L’expression de l’employée s’adoucit encore plus tandis qu’elle raccourcissait lentement la distance entre elle et Mira.

    « Shelly, ça suffit, mademoiselle Mira ne semble pas apprécier. »

    « Oui ! Il a raison ! »

    Tout en continuant de se cacher derrière Garrett, la jeune exprima son accord avec ce qu’il avait dit. Bien que cette scène n’ait faite que renforcer les sentiments de Shelly, cette dernière n’avait aucune intention de se faire détester par cet enfant si mignon; pour cela, la femme décida de se retenir de toutes ses forces.

    « Hey, Hey, Garrett… vous faites quoi ensemble, toi et Mira ? »

    Essayant de rendre son expression plus douce, Shelly leva la tête et fixa Garrett avec des yeux inquisiteurs.

    « Je suis au milieu d’une mission, je dois l’escorter à Lac Lunatique, mais nous n’avons toujours pas pris de petit-déjeuner. »

    « Et alors tu as décidé de venir ici. Bravo. »

    L’employée ramassa son panier de victuaille et poussa la porte battante, invitant les deux clients à l’intérieur.

    « Bon alors, puisque le comptoir est encore vide, vous allez devoir attendre un moment… hum ? Mira ? tu est toujours en colère contre moi ? »

    Regrettant un peu, Shelly observa Mira, qui se méfiait toujours en marchant de près derrière Garrett.

    « Oh non, je ne pense pas que mademoiselle Mira soit le genre de personne à se mettre en colère pour quelque chose de si trivial. »

    Et il avait absolument raison, la fille n’était pas en colère du tout; elle était juste horriblement embarrassée d’être traitée comme une enfant. Toutefois, après avoir vu l’expression désolée de la femme, Mira s’éloigna du dos du militaire, sa culpabilité gagnant sur son désire de rester caché.

    « Au moins, ne me traitez pas comme une gamine, d’accord ? »

    La fille avait seulement dit quelques mots. Mais pour Shelly, c’était juste les mots d’un enfant essayant d’agir comme un adulte. Par conséquent, cette fois-ci, elle succomba à son avis d’étreindre Mira.

    « Je ne peux plus me retenir, Mira !! »

    Aussitôt qu’elle ait dit ça, elle jeta à la fois son panier et sa lucidité, et sauta sur la fille devant elle. Après avoir reçu une telle honnête démonstration d’amour, Mira, maintenant serré, ne pouvait se décider à se défaire de l’étreinte de Shelly; “Oh très bien, peu importe… faites-vous plaisir…“ furent la seule chose qu’elle parvint à murmurer alors qu’elle soupirait, vaincue.
  • janvier 2017 modifié
    le quiproquo au début est dû au japonais de toilette (Kawaya), et Garrett avait compris (Kawaya/Kawa-ya) qui signifie poulet frit, impossible de le retranscrire en anglais et en français, donc voilà.
    Je tiens juste à préciser que c'est bien un light novel et pas un web novel (je trouve ces versions-là foutraque) et que le tome 1 fait 21 chapitres (22 en comptant le prologue) et que je m'arrêterait à la fin de ce tome. je ne traduirais pas le deux tant qu'il n'est pas complet, c'est plus pratique quand on tout les chapitres.

    c'était le point info du chaton, merci d'être sur notre chaine.
  • merci pour le chapitre
  • merci pour le chapitre
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.