Kenja no Deshi wo Nanoru Kenja

245678

Commentaires

  • Eh ptit chat du démon, tu penses que je rate quelque chose à pas lire ce novel? J'avoue que j'ai un peu de mal à m'y mettre ^^' .
  • décembre 2016 modifié
    Yihomi a dit :

    Eh ptit chat du démon, tu penses que je rate quelque chose à pas lire ce novel? J'avoue que j'ai un peu de mal à m'y mettre ^^' .

    t'y met pas alors, le rythme est lent (bien qu'il soit bien noter sur novel-update), l'histoire est assez courante (transporter dans un jeu), et le rythme de parution... je fais ça quand je veux.

    ça n'a rien à voir avec les wuxias (que je ne lis pas du tout) sur le site principal, donc si tu lis surtout ça, je te le recommande pas

    Et je dis ça en toute objectivité
  • décembre 2016 modifié
    Chapitre 4


    Le ciel nocturne était piqueté d’innombrable étoiles qui luisaient doucement. Même si la vue des étoiles n’était pas quelque chose de nouveau comparé à quand c’était un jeu, une autre vue était dans un cas complètement différent: le mode de vie dans la ville aurait sûrement pris n’importe qui par surprise et l’aurait fait pousser un cri de surprise.

    Mira était finalement arrivée à sa destination, la Ville de Cornargent. Tout en agitant la main et remerciant le gardien pour son travail, elle entra dans la ville et, pendant un instant, resta là immobile, déconcertée par les changements qu’il y avait. Pourtant, au bout du compte, c’était quelque chose qu’elle pouvait comprendre.

    Les remparts entourant Cornargent étaient devenus considérablement plus grand et, si les souvenirs de la fille ne lui faisaient pas défaut, la ville elle-même faisait plus de trois fois son ancienne taille. Elle pu seulement confirmer que c‘était la bonne ville quand elle vit les hautes tours bâties au cœur de cette métropole. Ces bâtiments, connus come le symbole de Cornargent, étaient les Neuf Tours Unies Argentées.

    « Bien entendu, trente ans changerait n’importe quelle ville. »

    Murmura Mira, comme pour se convaincre elle-même.

    Comme la rue principale grouillait d’habitants rentrant du travail, avec un soupir, la jeune fille se mit à marcher et à se frayer un chemin à travers cette foule, se déplaçant vers les tours qui étaient maintenant plus loin des portes de la ville — bien sûr, quand on comparait avec trente plus tôt. Ses formes enfantines, illuminées par la lueur de la lune et celle vacillante des lampadaires, se distinguaient dans la foule, captant l’attention de tout le monde. La personne elle-même ne l’avait pas remarqué, mais beaucoup étaient attirés par son attrayante beauté, inquiet pour cette petite fille se promenant là si tard, essayant de l’appeler. Une grande variété de réactions à l’apparence de Mira l’accompagnées.

    Quelque chose comme ce qui arrivait était probablement inévitable. Sa silhouette, crée avec l’image de la femme idéale à l’esprit, avait le pouvoir de couper le souffle à n’importe qui. Qui sait, le créateur lui-même aurait pu avoir la même réaction — s’il avait toujours son cher partenaire avec lui, autrement dit.

    Certainement, Graia et ses chevaliers étaient dignes d’éloges pour s’être bien tenus et ne pas avoir été charmé par elle.

    


    Au bout de la rue principal, un mur d’à peu près quatre mètres de haut et une énorme porte coupèrent la route de Mira. Derrière eux, illuminé par le clair de lune, se tenait les imposantes formes des Tours Unis Argentées, des bâtiments si grand que l’on pourrait avoir des problèmes en essayant de regarder leurs sommets. Pour entrer dans les lieux, la seule option était la porte. Cependant, pour empêcher les étrangers de rentrer, certaines sortes d’authentification spécial était requis.

    Pour les personnes sans lien, un laissez-passer pouvait être délivré par le département administratif et était seulement valide pour un nombre limité d’utilisations. Pour les chercheurs de la tour, une 『Clé d’Argent』 pouvait être fournie, leur autorisant l’entrée. Enfin, gravé avec neuf tours sur elle, une 『Maitre-Clé』 était donné à chacun des individus les plus gradés des tours, les Neuf Sages.

    Grâce à cette porte, il n’y avait besoin d’aucune sorte de garde donc la place devant les tours était généralement déserte. Naturellement, comme une des Sages, Mira n’aurait eu aucun problème pour pénétrer dans l’endroit… ou du moins, c’est ce qu’elle pensait.

    Quand Mira avança en face de la porte, juste comme elle l’avait fait de nombreuses fois avant, elle remarqua instantanément que quelque chose clochait. Auparavant, la porte s’ouvrait automatiquement quand elle approchait de l’entrée, mais maintenant, elle ne bougeait même pas d’un pouce. La jeune fille essaya alors de se rapprocher, mais quand il sembla qu’elle était sur le point de se cogner contre elle, elle recula rapidement.

    « Quelle est la signification de ceci ? »

    Tout en levant les yeux sur la porte, Mira bougeait avec agitation devant elle; sautant, sautillant, allant et venant, encore et encore. Cependant, comme si elle était une sorte d’enfant ennuyeux qui ne réagissait pas à quoi que ce soit de drôle, la porte la regardait de haut. Fermée.

    « Quelque chose ne va pas. »

    Murmura Mira, essayant de se rappeler tout ce qui était en lien avec cette porte. Un laissez-passer, la Clé d’Argent et ensuite la Maitre-Clé. Naturellement, étant le Sage de la Tour de l’Invocation, elle détenait la Maitre-Clé. Dès qu’elle s’en souvint, elle ouvrit son Inventaire, regardant la section des objets spéciaux. Parmi les nombreux icônes présent, Mira confirma que celui de la clé existait encore et sortit l’item.

    Au fait, c’était appelé “clé“, mais ce n’était pas le genre le genre d’objet que vous insériez dans une serrure et tourniez; ça avait la forme d’une carte. Découpé sur sa surface argentée, il y avait les neuf tours, dont une était dorée, indiquant le tour à laquelle correspondait la Maitre-Clé.

    Il ne semblait y avoir aucun problème avec cette clé. “Donc qu’est-ce qui se passe ici ?“ se demanda Mira, tout en plaçant une main sur son menton et utilisant l’autre pour ausculter l’item. Subitement, et sans aucune raison apparente du tout, la porte s’ouvrit.

    « Comment est-ce… ohoho, je vois. »

    Quand elle remit la Maitre-Clé dans l’Inventaire, la porte se ferma. Après avoir sortit l’item une nouvelle fois, Mira la vit s’ouvrir encore. Avant, la clé avait toujours fonctionnait, bien qu’étant à l’intérieur de l’Inventaire, mais apparemment, ce n’était plus le cas maintenant et la personne avait besoin de présenter cet item.

    Fermer. Ouvrir. Fermer. Ouvrir. Maintenant qu’elle savait ça, Mira avait commencé à jouer avec la porte, comme pour prendre sa revanche sur elle. La fillette était déroutée que la façon d’utiliser l’item ait changé, mais ce n’était pas vraiment un problème puisque elle avait compris ce qu’il fallait faire. Ensuite, après être passé sous la porte, Mira remit la clé dans l’Inventaire.

    À l’intérieur des lieux, il y avait une immense pelouse. Là, il était possible de voir plusieurs chercheurs marchant d’un pas pressé, allant et venant entre leurs tours. Bien que les horaires de travail étaient déjà passés, les chercheurs de la tour ne semblaient pas concerné par ça. Puisque les souvenirs de Mira à propos de cet endroit étaient anciens, elle avait été un peu anxieuse à propos de quelles choses avaient changé dans les tours, trois décennies après sa disparition. Toutefois, tout était encore pareil. Les Experts ne changeraient jamais leur dévouement aveugle à leur travail, peu importe le moyen. En pensant cela, Mira poussa un soupir, à la fois soulagée et surprise.

    Les neuf grandes tours étaient disposées pour former un cercle sur cet énorme site. En allant dans le sens des aiguilles d’une montre en partant de l’entrée, leurs noms respectifs étaient: 『Tour de la Sorcellerie』, 『Tour des Bénédictions』, 『Tour de l’Onmyōdō』, 『Tour de l’Exorcisme』, 『Tour de l’Invocation』, 『Tour de la Nécromancie』, 『Tour du Xian』, 『Tour de la Démonologie』 et 『Tour de l’Abstractionnisme』.

    Juste comme avait dit Graia à Mira, Luminaria était la Sage de la Sorcellerie. Et si elle était vraiment là, cela pouvait seulement être à l’intérieur de l’Antichambre du Sage, au plus haut étage de la Tour de la Sorcellerie. Mira commença à se déplacer vers la tours qui était directement face à la porte. Sur son chemin, certains des Experts penchèrent la tête de confusion après avoir jeter un regard à la silhouette de la jeune fille.

    Les tours en elles-mêmes ne requéraient aucune sorte de clé pour enter, donc Mira entra simplement.

    Un atrium occupait tout le bâtiment, donnant une véritable impression de grandeur à la tour. Cette forme particulière était le résultat de plusieurs installations en forme d’anneau empilés les unes sur les autres. De plus, montant au plafond, il y avait un escalier en spirale qui connectait tout les étages.

    Après avoir répété, encore et encore, le processus d’un étage pour accueillir des nouveaux chercheurs, quand ils le remarquèrent finalement, l’endroit avait déjà atteint trente étages. De toute évidence, utiliser seulement les escaliers pour monter une tour si grande prendrait trop de temps. Pour résoudre ce problème, les techniques d’Abstractionnisme furent mises en œuvres pour créer un ascenseur au milieu du bâtiment.

    La méthode d’apprentissage de l’Abstractionnisme ne suivait aucune approche linéaire et plusieurs de ses techniques avaient des effets étranges. Avec la propre créativité des joueurs, c’était possible de les utiliser pour plusieurs choses comme de l’éclairage ambiant, en tant que source d’alimentation pour des dispositifs, etc. l’ascenseur était aussi un des fruits de l’intelligence des joueurs. Et pas uniquement cela, la tour entière ne fut construit par eux. C’était quelque chose qui aurait été fait depuis les premiers jours du lancement officiel du jeu, à l’époque où personne ne savait comment acquérir correctement des compétences.

    Chaque nouveau joueur avait à choisir un des trois pays disponible pour commencer leur aventure. Ces nations étaient appelées les “Trois Royaumes des Débutants“ et, une fois que le joueur ait atteint un certain rang, ils étaient forcés de quitter ce pays — quelque chose de vraiment mauvais pour eux: les joueurs qui n’étaient pas membres d’un pays souffraient de beaucoup de restrictions et ne pouvait recevoir aucun des bénéfices donnés par ça.

    Avant tout, les pénalités d’élimination étaient absolument horribles, obligeant le joueur à perdre tout le contenu de son Inventaire. De plus, le joueur pouvait être frappé d’un grave débuff affaiblissant pour une journée entière, les empêchant d’avoir de bonnes performances au combat. Une autre restriction était que si quelqu’un essayant de traverser les frontières, il avait à payer une taxe très chère pour continuer.

    Maintenant, si le joueur était affilié un pays, il ne pouvait perdre aucun item et le débuff pouvait s’estomper en quelque minute juste en restant dans son propre royaume. Également, les taxes pour traverser les frontières pouvaient être réduite à presque rien. Finalement, les pays donnait de considérables avantages à leurs joueurs, tel qu’un accès à tout ses installations— gratuitement.

    Cependant, l’appartenance à un royaume avait aussi un inconvénient, puisqu’il y avait les impôts qui devaient être correctement payé. Déjà, les avantages l’emportaient sur les inconvénients.

    Malgré le paramètre monstrueux d’être jeté de force hors de leurs propres pays, les joueurs qui avaient initialement des problèmes avec ça avaient fini par accepter que c’était quelque chose de naturelle pour 『Ark Earth Online』. Et, alors qu’ils étaient sur le point de se résigner à vivre à jamais comme des vagabonds sans nationalités, les premiers fondateurs apparurent.

    Avec cet événement, les joueurs qui avaient quitté les Trois Royaumes des Débutants pouvaient avoir finalement les avantages d’être affilié à un pays. Et tandis que les gens se précipitaient pour créer de nouvelles nations, des combats pour des territoires éclataient fréquemment, ouvrant sur une nouvelle ère de guerre.

    Les fondateurs embauchaient des autres joueurs comme mercenaires, à grand prix, pour renforcer leurs forces. Les citoyens — ou plutôt les joueurs appartenant au pays — participaient aussi à la guerre. Si quelqu’un voulait se mettre au défi, il pouvait rassembler une dizaine de soldats PNJ pour combattre seul et toujours en sortir victorieux.

    Si un pays devenait plus grand, le nombre de joueurs qui pouvaient lui être affilié pouvait aussi augmenter. Alors, les fonds du royaume pouvait être multiplié encore plus et, une qu’il s’était rattaché assez de joueurs de haut niveau, il pouvait facilement gagné la guerre.

    Cette situation se répandit à travers l’ensemble du continent et devint peu à peu un problème. Lorsque la différence de puissance entre les grands et petits pays devint trop grande, cela atteint un point où, immédiatement après avoir été fondé, les petits pays pouvaient être attaqué et annexé par les plus grands. Le monde commençait à sembler plus dur pour les pays nouvellement crées.

    Au milieu de tout ce chaos, les chefs des nations se rassemblèrent et signèrent un traité:

    『Classement Restrictif de la Puissance National』

    Ce traité international créa un système d’évaluation basé sur la force territoriale, économique et militaire de chaque nation. Les niveaux définis étaient utilisés pour limiter le nombre de joueurs autorisés à participer à une guerre. Et la plus étrange caractéristique de ce traité était le fait que, pendant une guerre, le niveau de classement du pays le plus faible devait être utilisé pour imposer le nombre maximum de joueurs autorisés à participer aux batailles. En plus, il fut décidé que les joueurs éligibles pour combattre devaient être choisi aléatoirement.

    En ce qui concernait les joueurs mercenaires et citoyens, une restriction fut imposée. Il statuait que, du nombre maximum de joueurs participant à une guerre, 70% devaient être des citoyens du pays. Avec ceci, la force entre chaque groupe de joueurs de nation tendait à trouver un juste équilibre. Dans le même temps, cette décision releva l’utilité des soldats PNJ dans une bataille et créa une situation où la force individuelle d’un joueur influençait grandement le cours de la guerre.

    Tout n’était pas parfait cependant. À cette époque, les joueurs appartenant à la classe Expert n’avaient uniquement que leur capacité de base à utiliser. Certes, ils pouvaient se contenter de former un groupe au cours des premières étapes du jeu, mais avant qu’ils atteignent le niveau des joueurs chevronnés, les Experts pouvaient seulement être considéré comme une nuisance pour les autres.

    Généralement traiter par les joueurs comme une classe d’échecs, presque tous les Experts avaient fini par perdre leurs rôles dans le jeu à cause de ce traité. Sans égaler la valeur de force des beaux soldats PNJ, quand un joueur de cette classe occupait une précieuse place dans le pourcentage de joueurs d’une nation, la guerre pouvait fini par être perdu. Il donna lieu à un mouvement, dans les coulisses, qui promouvaient l’essor de la persécution des utilisateurs de classe Expert.

    En bas de la partie sud-est du continent, le Royaume d’Arkite était un petit pays né au milieu de cet âge de guerres. Afin de protéger les pays nouvellement fondés et d’de les empêcher d’être pris dans un conflit, le traité avait déclaré que, dans les quatre mois suivant sa création, aucune nation ne pouvait être attaqué par quiconque. Pourtant, même s’il n’y avait aucun grands royaumes proche, les pays récemment crée pouvait devenir une cible facile pour les petits et moyens royaumes.

    Contre tout attente cependant, le destin maudit du Royaume ne se réalisa pas. Le chef d’Arkite, Salomon, était ami avec Dunbalf depuis la β Ouverte. Et ce même Salomon avait invité Dunbalf dans son pays, à une époque où la persécution des utilisateurs de classe Experts avait encore lieu. Suite à cela, les joueurs Experts entendirent parler d’une nation qui les accepterait et, cherchant à devenir des citoyens, se déplacèrent vers le Royaume d’Arkite les uns après les autres.

    Salomon avait déjà surveillé Dunbalf, donc il savait déjà les épreuves que les utilisateurs de classe Expert avaient traversées. En raison de ce fait-là, le chef d’Arkite avait une ambition.

    Quand Salomon rassembla et accepta tous les Experts, un phénomène intéressant commença à prendre place dans le Royaume: c’était l’échange d’information entre les pairs joueurs Experts. Trouver une méthode pour apprendre de nouvelles capacités était assez dure et quand quelqu’un découvrait une compétence complètement nouvelle, il voulait la monopoliser, obtenant un grand avantage sur les autres; pendant cette époque-là, l’information pouvait être vendu à prix d’or.

    Mais ce n’est pas ce qui ce passait à Arkite. Tous ceux qui étaient rassemblés dans le Royaume travaillaient ensemble comme des camarades et voulaient apprendre des uns et autres comment obtenir leurs capacités et quels effets ces compétences avaient.

    Concernant les guerres, Salomon y avait déjà renoncé, mais les citoyens se préparaient encore pour la bataille. Ils voulaient être utile au seul pays qui les avait acceptait. Les Experts avaient finalement abandonné l’idée de travailler seul, devenant encore plus puissant avec leur force combinée.

    Et c’est alors que Salomon vit une chance de victoire.

    Le souverain octroyât une part du territoire du Royaume aux joueurs Experts dans le seul but de rechercher des capacités. Et sur ce terrain, ils construisirent neuf installations, un pour chaque type de classe Expert; Plus tard, ces bâtiments serviront comme fondations pour les actuelles Tours Unis Argentées. Cela marqua le moment où la plus forte nation naquit, un petit pays qui pouvait s’opposer et détruire l’invasion des plus grands que lui. C’était l’histoire du Royaume d’Arkite.

    


    Dans ce monde, ces événements s’étaient passés il y a plus de trente ans. Tout en se remémorant profondément son passé, Mira entra dans un ascenseur, amenant à l’Antichambre du Sage au dernier étage.

    Accessoirement, ce n’était pas un ascenseur habituel que l’on pouvait voir dans le monde réel. Il fonctionnait comme un tube transparent dans lequel une pierre mince et ronde pouvait monter et descendre. Ensuite pour compléter le dispositif, il y avait un cercle magique dessiné sur la surface de la pierre.

    Un couloir s’étendait de chaque étage au tube de l’ascenseur et, si on la regardait d’en dessous, son apparence pouvait ressembler à une épine dorsale de poisson. Pour cette raison, les gens avaient commencé à l’appeler “Ascenseur-Arête“. Mais c’était une autre histoire du temps de Mira.

  • merci pour le chapitre
  • Merci pour ce chapitre ^^
  • Au passage, le Xian c'est (vas-y wikipédia, envoie la sauce !) le concept d'immortalité dans le taoïsme.
  • Merci pour le chat pitre
    MIAOUUUUUUU
  • Ok chaton, bien compris ^^ du coup je repasserais plus tard quand tu auras sortis plus de chapitres :D si tu continue jusque là :) d'ici là bon courage pour la suite , ça fait zizir de revoir ton petit poil tout doux :')
  • Merci pour le chapitre :)
  • décembre 2016 modifié
    Chapitre 5


    L’Antichambre du Sage occupait l’ensemble du plus haut étage de la Tour de la Sorcellerie et était divisé en quatre zones distinctes: la chambre privée du Sage, son laboratoire, un bureau et la chambre de son assistant.

    Une membrane transparente bloquait l’entrée et la sortie de l’ascenseur en mouvement. Mira attendit que le dispositif soit arrivé à sa destination et, quand la membrane se rétracta pour libérer l’accès à l’étage, elle passa par la sortie devant. Alors, après avoir traversé le tube semi-transparent qui reliait l’ascenseur à l’étage, elle arriva à un corridor circulaire et regarda ce qui était droit devant elle: la porte du laboratoire.

    « Heeey ! Luminaria ! Es-tu là ? Réponds moi !! »

    Mira frappa la porte de ses petits poings à plusieurs reprises. Sa jeune et sonnante voix, ainsi que le son menaçant d’une porte sur le point de céder sous ses coups.

    Après être devenu un des Sages, presque tout le temps de jeu de Luminaria était utilisé confiné à l’intérieur de son laboratoire. Donc, s’il y avait un endroit où elle pourrait être, c’était sûrement celui-là.

    C’était pourquoi Mira était venue directement devant cette porte et avait commencé à la frapper, attendant que Luminaria cri “ Silence, veux-tu !?“ tout en ouvrant d’un coup de pied l’entrée du laboratoire. Toutefois, cet échange habituel entre eux n’arriva pas cette fois. Enfin, Mira arrêta ses coups et essaya d’écouter à travers la porte.

    « Elle n’est pas à l’intérieur…? »

    Luminaria, dans les rares moments où elle quittait effectivement sa chambre, menait des expériences dangereuses dans la forêt à proximité.

    (Comme prévu de quelqu’un qui ne sait pas lire l’ambiance.)

    Déçue, Mira pensa à son amie et, tout en plaçant une main sur son menton, elle se demanda ce qu’elle allait faire maintenant.

    


    « Puis-je savoir qui vous êtes ? »

    Mira, qui déambulait de droite à gauche devant la porte, commença à se demander s’il fallait, oui ou non, attendre jusqu’au retour de Luminaria. Tout d’un coup, à exactement cet instant-là, une calme et posée voix de femme l’appela de derrière elle. Une voix qui était très familière à la jeune fille.

    Et en effet, quand elle se retourna, son champ de vision accueilli une belle femme en habit de secrétaire. Portant des lunettes seyant à sa position et ayant des cheveux blonds qui tombaient jusqu’à ses épaules, elle fixait Mira avec ses yeux bleu tout en révélant une expression mitigée sur son visage.

    « Ohh, cela fait longtemps, Litalia. Savez-vous à quel endroit se trouve Luminaria ? »

    Cette beauté, nommé “Litalia“, était une assistante travaillant directement pour un Sage. C’était connu que, afin de les assister dans leurs recherches, le Royaume pouvait dépêcher un PNJ à ceux qui devenait des Sages. Donc, en bref, Litalia était l’assistante de Luminaria.

    Entre parenthèse, cette femme appartenait à la race elfique. Vu par beaucoup comme une espèce de rêve, leur longévité signifiait que, même après une longue période, sa beauté pouvait toujours rester intacte.

    Bien que les joueurs dans 『Ark Earth Online』 ne pouvaient choisir aucune autre race que celle des humains, les PNJ n’étaient pas restreint par cette limitation. Et non seulement les Elfes, il y avait beaucoup d’autres espèces célèbres de fiction auxquelles ils pouvaient appartenir, tel que les Nains, les Gnomes, les Sirènes, les Loups Garous et les Géants. Des groupes uniques au jeu existaient aussi, incluant le Clan Garidia au corps robuste et ceux connu pour avoir une apparence humaine, hormis pour leur oreille et queue de chat: la Tribu Miaou.

    « Qui pouvez-vous être, jeune dame ? Cet étage peut seulement être atteint par l’ascenseur et même ainsi, seul une poignée de personnes devrait savoir comme le faire. »

    Émettant une aura tendue autour d’elle, les yeux de Litalia se plissaient de suspicion.

    « Comme je viens de le dire, je — oh… bien sûr… »

    À ce moment-là, Mira se rappela que, actuellement, son visage était celui d’une petite fille et pas celui du grave Dunbalf. Et puisque Litalia ne pouvait pas utiliser “Examiner“, elle devait se demander qui cette petite fille était. Mira n’était pas sûre que l’assistante la croit si elle lui disait son vrai nom. Mais le plus gros problème n’était pas ça. Et si ceux qui connaissaient déjà le grand Dunbalf commençaient à penser, à tort ou non, qu’il appréciait vraiment de vivre comme une petite fille ? Ce serait absolument insupportable pour Mira si cela arrivait.

    Ça ne la dérangerait pas de dire ce secret à Luminaria, néanmoins. Avant tout, Mira avait été témoin de ça un nombre innombrable de fois avant et savait que son amie était quelqu’un qui appréciait ce genre de chose plus que quiconque. SI Luminaria devait voir l’état actuel de Dunbalf, elle pourrait dire avec confiance que c’était “mignon“.

    Cependant, ce qui se passait maintenant était un peu inattendu.

    


    Tout en caressant son menton du bout du doigt, Mira était plongée dans ses pensées, essayant de trouver une façon de sortir de cette situation délicate. Elle devait penser à une explication acceptable qui devait garder son identité secrète et aussi justifier comment elle connaissait le mécanisme de sécurité de l’ascenseur. Ça devait être aussi quelque chose qui lui autorisait de se déplacer librement à l’intérieur et à l’extérieur de la tour.

    Soudain, une bonne idée lui vint.

    « Madame, savez-vous qui est Dunbalf ? »

    Montrant un sourire confiant, Mira brisa le silence et leva ses yeux sur Litalia.

    « Évidemment ! Il est le Sage de la Tour de l’Invocation ! »

    Avec une voix un peu plus vive, l’assistante répondit immédiatement.

    « Oui, bien. Je suis l’élève de ce même Dunbalf. Il avait quelques mots à dire à Lumi —… Dame Luminaria, donc il m’a ordonné de venir ici et de transmettre le message. »

    Avec son cœur battant comme un fou, Mira avait quand même réussi à ne pas laisser son corps la trahir tout en racontant une histoire complètement fabriquée. Elle essaya ensuite de vérifier la réaction de Litalia à cette histoire.

    « L’élève de… !? Si c’est la cas, alors certainement… non, attendez. Je n’ai jamais entendu que maitre Dunbalf avait une élève telle que vous. »

    L’espace dans un instant, juste après que Mira se soit autoproclamée, Litalia trahit une pointe d’excitation sur son visage. Bien sûr, la réaction de l’assistante était quelque chose de complètement naturelle. Juste devant elle, cette jeune fille s’appeler elle-même l’apprentie de quelqu’un qui avait été considéré disparu depuis trente ans.

    « En effet. Je ne suis seulement devenu son élève qu’après l’incident de la disparition. »

    « Après qu’il ait disparu !? Alors, cela signifie que maitre Dunbalf est revenu au Royaume !? »

    Ne paraissant pas satisfaite, Litalia serra Mira encore plus, au point que l’expression de la jeune file perdit un peu de son habituelle confiance.

    « Exactement. Cependant, en égard à certaines circonstances, il est incapable de se déplacer de là où il est. C’est pourquoi il m’a envoyé à sa place. »

    « C’est vrai ? Maitre Dunbalf est… mais qu’est-ce qui peut bien le garder coincé là-bas ? »

    « Ahh… hmm, vous voyez… »

    L’idée était parfaite, mais il manquait encore des détails précis. Avec cela à l’esprit, Mira pensa à une excuse appropriée qui utilisé quelque chose qu’elle avait souvent fait en tant que Dunbalf. En supposant que c’était aussi un fait qui était arrivé dans l’histoire de ce monde, ça marcherait probablement.

    « Il a été retenu dans la Ville des Bêtes Mythiques afin d’entrainer un nouveau Esprit. »

    Répondit Mira avec gêne, se demandant si cela allait vraiment fonctionner.

    « … Entrainer encore un nouvel Esprit. C’est tellement du genre de maitre Dunbalf. Quelques fois, il pouvait soudainement partir pour cet endroit afin d’améliorer un de ces Esprits. Je présume qu’il n’a pas changé, hein ? Si tel est le cas, je peux comprendre pourquoi il ne peut pas bouger de là. Ohh, maitre Dunbalf, je voudrais déjà voir votre visage. »

    C’était une excuse née d’une tentative désespérée, mais apparemment, Litalia en était satisfaite comme le hachait la tête. Aussi, Mira était maintenant assurée que, d’une manière ou d’une autre, ses actions passées étaient gravées dans l’histoire.

    La Ville des Bêtes Mythiques était un endroit assez populaire pour farmer parmi les joueurs. Mais même si elle était appelé une “vile“, personne n’y résidait vraiment. C’était parce que les ruines d’une cité antique occupaient l’ensemble de l’endroit, servant seulement de maison à une grande variété de monstres et de bêtes mythiques. Il y avait dans cette ville une ancienne bénédiction qui pouvait être obtenu après y avoir tué des monstres. Elle augmentait constamment en puissance tant que le joueur vainquait encore plus de monstres, augmentant son taux d’expérience et de récupération, ainsi qu’augmentant les chances qu’un item rare apparaisse. Avec le grand nombre d’ennemis qui apparaissaient dans cette ville, c’était un endroit classique de farming pour les joueurs de haut rang.

    Cependant, une fois que le joueur quittait la ville, la bénédiction pouvait être réinitialisé. Donc il était de bon sens pour tous que, si on voulait vraiment y farmer, on devait acheter une grande quantité d’objets et passait tout le temps qu’on pouvait à tuer des monstres.

    « Oui, voilà ce qui est arrivé. Donc, à propos de ce que j’ai affaire avec Lumi—… Dame Luminaria… »

    Mira pensait que c’était la bonne opportunité pour le demander à Litalia, qui semblait être dans une sorte de transe.

    « Oh, c’est vrai. En ce moment, maitresse Luminaria est… oh non, attendez un instant… je ne peux pas le dire pour l’instant, vraiment. En effet, ce que vous m’avez raconté était quelque chose que maitre Dunbalf faisait souvent. Mais quiconque qui le connaît pourrait savoir ça, donc ça ne prouve pas que vous soyez son élève. Avez-vous une autre sorte de preuve pour le prouver ? »

    Le respect de Litalia pour Dunbalf, qui avait un fois supporté le Royaume avec Luminaria, allait au-delà de l’admiration. Après avoir entendu la possibilité qu’il soit toujours en vie, l’espoir illumina son visage mais elle se reprit rapidement, déterminée à trouver si c’était la vérité ou non.


    « Une preuve ? Huummpf… ceci devrait suffire, non ? »

    Après avoir un peu considéré ses options, Mira ouvrit son Inventaire et en sortit quelque chose que seulement Dunbalf possédait, un item qui pouvait facilement servir de preuve. Bien sûr, c’était la carte argentée ornée des neuf tours, la Maitre-Clé.

    « C’est… la Maitre-Clé de la Tour de l’Invocation ! Donc vous êtes vraiment l’élève de… me feriez-vous l’honneur de me dire votre nom, jeune dame ? »

    Aussitôt qu’elle eu fini de vérifier l’item, Litalia laissa échapper un sourire.

    « Mon nom est Mira. Litalia, j’ai déjà entendu parler de vous par mon maitre. Et encore une fois, est-ce que Dame Luminaria n’est pas là ? »

    « En effet. Maitresse Luminaria est parti pour Lac Lunatique et reviendra seulement demain. »

    « Oh, je vois. Donc je n’ai pas d’autre choix que de revenir plus tard. »

    Si elle n’était pas là, Mira ne pouvait rien y faire. Voyager jusqu’à Lac Lunatique maintenant serait trop ennuyeux, donc elle conclut qu’il serait mieux qu’elle revienne à la tour après le retour de Luminaria.

    « Ça alors, regardez l’heure ! Il est déjà tard et vous pouvez simplement rester dans ma chambre. Si vous êtes d’accord avec ça, nous pourrons y attendre jusqu’à ce que maitresse Luminaria revienne, d’accord ? Ensuite, si possible, je voudrais entendre plus de choses à propos de maitre Dunbalf ! »

    Litalia approcha soudainement de petite fille, comme un chat de sa de sa proie. Le dos à la porte, l’expression de Mira se crispa alors qu’elle détournait le regard de l’assistante.

    Bien que Litalia voulait seulement parler de Dunbalf, ce serait juste quelque de fabriqué sur place par Mira. Ce n’était pas une bonne idée de prolonger une histoire qui pouvait s’effondrer sans inspiration du moment.

    « Non, j’ai d’autres choses à m’occuper, donc j’espère que vous me laisserez revenir ici demain. »

    Mira parla sans aucune hésitation. Fuir rapidement était la meilleure chose qu’elle pouvait faire.

    « Ahh, non… oubliez la nuit entière alors, je veux juste un peu de votre temps. Mademoiselle Mira, que s’est-il passé il y a trente ans ? S’il vous plait, dites moi par quoi maitre Dunbalf a dû passer ! »

    « Ce n’est pas le moment pour ceci. Je dois d’abord m’occuper des tâches que m’a confiées mon maitre. »

    En se libérant de l’étreinte de Litalia, Mira sauta dans l’ascenseur et l’activa, et descendit vers le rez-de-chaussée. Là, elle décida de penser à une excuse appropriée à donner en cas d’urgence — tel que celle qu’elle venait d’expérimenter. Bien que regrettant un peu ce qu’elle avait dit, Mira essaya de lever les yeux jusqu’aux dernier étage, seulement pour voir le changement complet dans l’apparence de Litalia, tout son corps pressait contre le tube transparent. La jeune fille poussa un profond soupir à cette vue.

    « Elle semblait bien plus intellectuelle… »

    Ce genre de comportement n’était pas quelque chose que le PNJ Litalia avait avant. Quand ce monde était encore un jeu, elle donnait toujours l’impression d’être une secrétaire travailleuse. Était-ce à cause des trente ans qui étaient passés ? Ou était-elle comme ça depuis le début ? Tout en supportant son menton avec une main, Mira sourit ironiquement, en regardant les étages qui passaient devant elle.

    Après plusieurs secondes, Mira atteint le rez-de-chaussée et, en ayant retrouvée son sang-froid, saisit l’occasion d’encourager des chercheurs en criant un “Faites de votre mieux !“ juste quand elle passait près d’eux. C’était une habitude qu’elle avait en tant que Dunbalf et, à son insu, quand les chercheurs entendirent les encouragements d’une jeune fille inconnue qui traversait soudainement la tour, plusieurs d’entres eux furent enflammés pour une nuit blanche.

    Ayant quittée la Tour de la Sorcellerie, Mira alla directement à la Tour de l’Invocation. Luminaria allait revenir demain, mais jusque là, le jeune fille voulait confirmer quelque chose par elle-même. Le fait qu’elle avait à des tâches à s’occuper n’était pas entièrement un mensonge: Mira devait vérifier sa base d’opérations, l’Antichambre du Sage. Si elle pouvait l’utiliser de la même manière qu’elle l’avait toujours faite, alors ça ne serait pas un problème d’y passer la nuit.

    


    L’organisation à l’intérieur de la tour était la même que celle de la Tour de la Sorcellerie. Son intérieur, silencieux comme un cimetière, était aussi clair qu’en plein jour, illuminé par la lumière vacillante générée avec l’Abstractionnisme. Mira plissa un peu les yeux à cause de ça et, tout en pensant à ajuster plus tard la quantité de lumière générée, utilisa l’ascenseur pour aller au dernier étage.

    Différemment de l’autre tour, cet endroit était complètement désert et elle n’avait pu voir aucuns chercheurs travaillant dans les étages qu’elle avait traversé. À cette vue, Mira se rappela comment les chevaliers lui avaient dit l’Invocation était quelque chose d’inhabituelle. C’était évident, maintenant que le nombre d’Experts en Invocation avait diminué. Après avoir connu un tel fait, ça donnait l’impression qu’elle devait faire ses adieux à ses camarades retraités, un sentiment d’impuissance jaillit au plus profond de son cœur.
  • décembre 2016 modifié
    Et donc, je vais pas pouvoir traduire et sortir d'autres chapitres pendant un moment à cause d'impondérable privé, donc j'espère que ce chapitre ne vous met pas l'eau à la bouche.

    Et donc, avant de partir pour un moment, j'aimerai votre avis sur ce LN, pas sur ma trad et ma mise en forme, mais sur le LN en lui-même, l'histoire
  • décembre 2016 modifié
    Merci pour le chapitre.
    Je trouve que le LN est original, j'avais encore pas vu d’héro coincés dans un corps de loli....
    Pour la trad et mise en page: bien
    *Gratouilles entre les oreilles du minou*
  • merci pour le chapitre
  • Moi j'aime bien ^^
    Mais je pensais qu'il aurait plutôt dit qu'il était sa fille !
    Mais qu'il soit son élève..,
    En tout cas merci pour le nouveau chapitre ! ^^
  • Je lui met la note de 16/20 ;)
    Car je ne sais pas encore comment va se dérouler la suite ^^'
    Mais j'apprécie sa lecture ;)
    Merci pour le chapitre et bon courage i.r.l =)
  • merci j'aime beaucoup ce LN ça va etre dur de ne plus avoir de chap mais j'espere que la suite sera continuer dans un proche avenir et bonne chance dans votre vie privé
  • Fabulas a dit :

    Merci pour le chapitre.
    Je trouve que le LN est original, j'avais encore pas vu d’héro coincés dans un corps de loli....
    Pour la trad et mise en page: bien
    *Gratouilles entre les oreilles du minou*

    *Ronronne*
    Attends une minute, je dois prendre cette gratouille comment ?
    nickylaboum a dit :

    merci j'aime beaucoup ce LN ça va etre dur de ne plus avoir de chap mais j'espere que la suite sera continuer dans un proche avenir et bonne chance dans votre vie privé

    Oh, t'inquiète pas pour la suite, j'ai traduit jusqu'au début du chapitre 8, et là, j'étais en période d'exam à la fac, et là, je rentre dans une autre période de trouble, donc voilà pourquoi je pourrais pas reprendre avant un moment, mais je reprendrai, je le jure sur mes moustaches !
  • décembre 2016 modifié
    Magycio a dit :


    *Ronronne*
    Attends une minute, je dois prendre cette gratouille comment ?

    Comme tous les chats: avec encore plus de ronrons et en frottant ta petite tête contre la main qui te gratouille ^^)

  • décembre 2016 modifié
    Chapitre 6


    Le dernier étage de la Tour de l’Invocation. Son agencement était le même que celui à l’intérieur de la Tour de la Sorcellerie, un grand couloir circulaire donnant accès à chaque une de ses quatre zones. Et suivant le couloir sans l’ombre d’une hésitation, Mira arriva devant sa destination : l’Antichambre Privée.

    Un tapis rouge était étalé sur le sol du couloir et une collection d’armure noire, semblable au Chevalier Noir, décoré le chemin jusqu’à la chambre. C’était des objets accordés à Dunbalf comme preuve de ses exploits lors des guerres où il avait combattu pour le Royaume. Après avoir jeté un rapide regard aux deux armures devant elle, elle tendit le bras vers l’imposante porte noire qui se trouvait entre elles.
    « Oups, je l’ai presque oublié. »

    Elle arrêta soudainement sa main et, bien que se disant qu’elle n’allait jamais s’habituer à le faire, sortit la Maitre-Clé de son Inventaire. Comme si elle était contente du retour de son maitre, au moment où Mira tint l’item près de la porte, un “click“ pu être faiblement entendu près de la poignée de la porte et elle se déverrouilla. Avec la sensation de fraicheur du métal se répandant dans sa main chaude, la jeune fille tourna la poignée et entra dans son Antichambre Privée, seulement pour être assaillit par un étrange malaise.

    Premièrement, puisque l’entrée n’avait pas un endroit spécial pour poser les chaussures, Mira ne pu trouver aucun endroit convenable pour retirer et poser ses bottes, donc elle les laissa juste là. Quand c’était encore un jeu, elle n’avait jamais dû enlever ses chaussures en entrant dans une pièce. Mais maintenant, avec cette impression vivace de la réalité, la jeune fille ne pouvait pas s’empêcher de se sentir mal à l’aise de porter des bottes à l’intérieur.

    Enfin à pieds nus, la fille avança dans la pièce qui lui était déjà familière, et aperçu quelque chose qui couvrait les quatre cinquièmes du plancher: un tapis fait avec la fourrure d’un roi bête-démoniaque, le Grand Caecus. Sa fourrure dorée était douce au toucher mais incroyablement résistante; ce ne serait pas exagéré de dire que même si un artiste martial utilisait ce tapis comme sac de frappe, il en sortirait intact.

    Cet item rare était quelque chose que Dunbalf avait demandé à un artisan, en utilisant la fourrure qu’il avait reçue comme récompense pour le “Voyage d’Extermination du Roi Bête Démoniaque“, un événement auquel les Neuf Sages avaient participé au grand complet. Les matériaux bruts collectaient à partir des monstres de ce calibre étaient considérés comme des composants de qualité pour les meilleurs types d’équipement. Donc c’était sans surprise que, quand il ordonna de faire un simple tapis de cette fourrure, le tanneur de première classe se plaignait et demandait, encore et encore, à Dunbalf s’il était vraiment sûr de faire ça avec une fourrure si précieuse.

    En un sens, ce tapis amenait des souvenirs à Mira.

    Le tapis gisait là, comme s’il se prosternait devant son maitre, partageant la pièce avec plusieurs autres meubles que Dunbalf avait rassemblé. Cependant, leur position était légèrement différente de celle des souvenirs de Mira.

    « Est-ce du fait de Mariana? »

    Elle ne pouvait penser que à une seule personne comme origine de ce sentiment de “pas à sa place“ : l’assistante personnel de Dunbalf, une résidente de la Tour de l’Invocation. La jeune était parvenue à cette conclusion car personne d’autre ne pouvait entrer dans l’Antichambre Privée — excepté elle, qui détenait la Maitre-Clé, et son assistante. Puisque le propriétaire avait été absent pendant trente ans, c’était clair pour Mira que ce n’était nul autre que Mariana qui rangeait la pièce, exactement comme elle l’avait toujours fait avant.

    La Mariana des souvenirs de Mira était exactement le genre de personne qui pourrait faire ça. Il y avait beaucoup d’espaces de rangements dans l’Antichambre Privée; quand Dunbalf revenait après avoir farmer des monstres, laissant son butin en désordre là, quand il se connectait à nouveau, tout était parfaitement rangé dans leur emplacement respectif. En résumé, à chaque fois que la pièce était encombrée, le lendemain, elle était rangée.

    Grâce à ça, depuis que Dunbalf était devenu un sage, il n’avait jamais eu à faire de ménage. Si on devait décrire Mariana comme un personnage de comédie romantique, elle serait l’amie d’enfance têtue qui prend soin du personnage principal.

    Maintenant, en rapport avec la position des objets qui gênait Mira, c’était parce que, quand c’était encore un jeu, son assistante les rangeait diligemment chaque mois. Mariana était quelqu’un d’obsédée par ce qui concernait la divination et le Feng Shui, donc à chaque fois que Dunbalf lui en laissait l’occasion, la pièce pouvait réapparaitre comme ça. Il était possible que, durant ces trente ans, l’assistante avait continué de faire la même chose, tout les mois. À cette soudaine pensée, Mira se sentit un peu inquiète pour Mariana.

    Toutefois, la jeune fille décida de laisser ces questions pour demain, puisque son corps était déjà près de s’écrouler — et elle devait encore trouver où le lit se trouvait. Avant, si Kagami se sentait fatigué pendant qu’il jouait, il pouvait simplement se déconnectait et s’endormir dans son propre futon. Mais les circonstances étaient différentes maintenant: il n’y avait pas de moyen de “déconnecter“ de sorte que Mira devait dormir ici. Le problème était que, puisque elle n’avait jamais eu besoin de la chambre de la pièce, elle ne savait pas où elle se trouvait.

    Elle était évidemment là, parmi les pièces qui occupaient son Antichambre Privée, donc Mira devait tout les visitait, une par une.

    La première fut la Salle de la Collection. Y était rangé les rares et étranges objets collectaient partout dans le monde.

    La seconde fut la Raffinerie. Elle était pleine de matériels et d’informations en lien avec les techniques de raffinage que Dunbalf avait développé.

    La troisième fut la Réserve. Les choses comme les armes, les armures et les objets expérimentaux améliorés y étaient rangés avec soin. En sachant que Dunbalf était une personne du genre à tout laisser trainer, si Mariana avait vu cette pièce, elle aurait hurlé, le prenant personnellement.

    Ensuite suivirent les Toilettes. Mira se souvint instantanément que depuis qu’elle était arrivée dans ce monde, elle n’avait pas encore pu se soulager. Et comme si y pensait le faisait arriver, la jeune fille se vit affliger d’une très familière sensation dans son abdomen, indiquant que son corps avait besoin de faire une certaine chose.

    Ce n’était pas qu’elle l’avait oublié. C’était juste qu’elle voulait l’oublier. Même avant qu’elle soit arrivée à Cornargent, les signes étaient déjà là, allant et venant de temps en temps. Mais peu importe comment, elle refusait de l’acceptait. Tout son être lui crié qui se elle faisait cette chose avec la corps d’une petite fille, il n’y aurait plus de retour en arrière possible.

    Malheureusement, ce n’était pas quelque chose qui allait disparaître si la fille l’endurait. Pour être plus précis, plus elle le retenait, pire cela serait. Et maintenant, après avoir vu un pièce avec tous les outils nécessaires pour assouvir ce besoin, les choses que Mira essayait durement d’oublier refaisaient surface, exactement comme quelque chose jeté dans la Mer Morte . C’était un avertissement que son corps était proche de ses limites.

    Avec toute sa résolution envolée, elle ferma la porte des toilettes et, après un court moment, un bruit de chasse d’eau pu être entendu de l’intérieur de la pièce.

    (Luminaria aurait ri comme une folle si elle avait vu ça.)

    Simplement imaginer le type d’expression que son amie aurait faite à un tel moment était suffisant pour que Mira sourit un peu.

    « Bon, c’était simple. En y repensant, c’est quelque chose de tout à fait normal. »

    Ce n’était pas adressé à quelqu’un d’autre, mais a Mira elle-même, un simple murmure pour se convaincre que tout allait bien. La partie la plus difficile de son problème était de faire ça, mais maintenant qu’elle l’avait fait, elle se sentait fraiche et dispose.

    Cependant, des pensées sales lui traversaient encore l’esprit; c’était joué d’avance, sa vraie personnalité était celle d’un homme bien portant et vigoureux. En effet, sans l’ombre d’un doute, Mira se sentait un petit peu excité. Etre franche sur ça et agir comme si ce n’était pas un problème était un moyen qu’elle avait trouvé pour se justifier.

    Ensuite, quand elle ouvrit la porte de la cinquième pièce, ce fut une Mira exubérante qui retira tous ses vêtements à l’intérieur de la Salle de Bain et, en tenu d’Eve, prit un bain.

    (Avoir des cheveux longs est un peu pénible… ça va prendre un moment pour finir ça.)

    Tout en se sentant ragaillardis après avoir pataugé dans l’eau chaude, la — toujours nue — jeune fille commença à sécher ses éclatants cheveux argentées avec la serviette. Quand elle eut finalement fini, elle accrocha les vêtements à l’endroit prévu à cet effet puis s’assit immédiatement sur le canapé en cuir, son petit derrière nue touchant directement le meuble.

    Alors qu’elle se relaxait là, Mira ouvrit le menu des objets disponibles, essayant de trouver un vêtement qu’elle pourrait utiliser comme peignoir. La fillette l’avait remarqué une fois sorti du bain, mais sa robe habituelle était couverte de sang et de poussière. Même si elle n’était pas une maniaque, Mira refusait de porter cette robe crasseuse juste après avoir pris un bain.

    Parcourant la liste des objets, un icône spécifique attira son attention. C’était un objet appelé 『Robe de la Vierge Céleste』. Disponible seulement pour un Expert Xian, cet équipement spécial était une récompense pour l’accomplissement de la quête 『la Légende de la Vierge Céleste』 et, une fois équipé, renforçait les capacités Xian de l’utilisateur. Cependant, le design de l’objet n’allait pas du tout à Dunbalf, donc il avait été abandonné.

    Quand c’était encore un jeu, elle avait prit extrêmement soin de l’apparence de tous les équipements que Dunbalf portait. Cette obsession était si forte que si un objet ne convenait pas à l’apparence d’un grand sorcier, il n’était pas équipé, peu importe les bons bonus qu’il aurait apportés.

    Mais les choses étaient différentes maintenant et Mira se demandait se que cela donnerait si elle la portait. La robe en elle-même avait une apparence ondulé et était sans imperfection aucune. Elle s’imagina porter cette robe et pensa que cela pourrait marcher maintenant, puisque son visage était celui d’une jeune fille. C’est le moment ou jamais, n’est-ce pas ? Avec juste ce genre de raisonnement, Mira sortit la Robe de la Vierge Céleste de son Inventaire et l’enfila immédiatement.

    Au premier regard, on dirait une nuisette légèrement plus grande que la norme. L’ourlet du bas atteignait les mollets de Mira et ses manches couvraient au plus la moitié de ses bras. Conjugué au tissu légèrement rose de la robe, qui n’offrait aucune résistance au toucher, cet objet était à la hauteur de son nom “céleste“. Évidemment, pas seulement Dunbalf, mais quiconque avec un avatar homme serait contre porter ça.

    « Ça alors, ça me va assez bien. »

    La nuit noire régnait en suprême maitresse hors de la pièce, la seule chose la séparant de l’intérieur étant la fenêtre. De là, une faible lueur était projeté et, même si elle éclairé à peine le visage de Mira, elle pouvait discerner son apparence. Tout en utilisant cette fenêtre comme un substitut de miroir, la jeune fille observa son corps légèrement vêtu, ne portant rien qu’une robe. Elle sourit tout du long, comme si elle était complétement envoutée par cette image.

    Cette même expression avait encore un peu de lubricité en elle, mais toute son apparence semblait plus proche de celle d’une espiègle et séduisante jeune fille, arborant simplement un sourire innocent.

    Ensuite, Mira continua sa recherche de la chambre, regardant chaque pièce qu’il y avait. En outre, afin d’avoir une tenue de rechange prête pour elle, elle sortit différentes autres robes de la Réserve et les jeta sans plus de cérémonie sur la canapé. C’était des vêtements que Dunbalf avait utilisés il y a trente ans; des magnifiques robes décorées et colorées qui exhalaient un air de noblesse. Pour faire simple, Mira choisit seulement sa favorite pour la porter plus tard.

    La fillette se demanda alors ce qu’elle ferait du linge sale, mais puisque Mariana était là, elle pouvait laisser cette partie à son assistante, ainsi que tout les vêtements éparpillés dans la pièce. Pas comme si ça ne s’était pas passé ainsi avant.


    

    Mira se pencha contre la fenêtre et, en observant les réverbères au loin, poussa un petit bâillement. Ensuite, elle plaça ses mains sur ses hanches et s’étira légèrement, avec pour seul résultat de se sentir encore plus somnolente, ses paupières commençant à être lourdes. Vérifiant l’heure actuelle avec le menu, elle vit qu’il était déjà 10 heure.

    Habituellement, c’était le moment où Kagami en profitait pour jouer à plein régime, mais comme Mira avait dû marcher dans la forêt le jour précédent, son petit corps avait accumulé beaucoup de fatigue. Le bain qu’elle avait prit juste après l’avait seulement gardé éveillé un peu plus longtemps, et maintenant, sa fatigue était clairement visible; alors qu’elle se frottait les yeux, un second bâillement jaillit de sa toute petite bouche.

    De toute façon, la raison pour laquelle Mira était à l’intérieur de sa tour personnel n’était pas juste pour vérifier si tout était bien là. Elle était aussi venue pour rencontrer l’autre joueur qui aurait probablement traversé la même situation qu’elle, Luminaria. Cependant, puisque Litalia avait dit que son maitre pouvait seulement arriver demain, il n’y avait rien d’autre que Mira pouvait faire pour l’instant. Après être arrivé à cette conclusion, la petite fille marcha en direction de la chambre, comme attiré par une force invisible, et s’effondra finalement dans le lit.

    La douceur du matelas pressé contre le jeune et petite corps de Mira. Elle pouvait sentir les vrais sentiments de Mariana qui imprégnaient le lit, fait chaque jour par l’assistante qui attendait impatiemment le retour de son maitre.


    ○○○

    Relié par ses limites à un grand lac en forme de croissant, Lac Lunatique était la capitale du Royaume d’Arkite. Il y avait près du milieu de la ville le Château Arkite, la résidence du Roi.

    Le Roi Salomon laissa tout son corps s’appuyer contre le dossier de son fauteuil en cuir, juste après avoir fini ses devoirs royaux pour la journée. Alors, apparemment agacé par la pile de documents qu’il venait de traiter, il donna un coup de pied dans le bureau où ces documents étaient posés. Il résultat de cette action que les roulettes du fauteuils tournoyèrent, envoyant Salomon près de la fenêtre. Là, sous la lumière généré par Abstractionnisme, il toucha du bout des doigts le bracelet en argent enserrant son bras gauche, tout en fixant l’air apparemment vide. Visible seulement par son propriétaire, l’écran projeté flottait devant lui et affichait une liste de noms, chacun d’eux coloré soit en blanc, soit en gris.

    « Dunbalf… »

    Salomon vérifiait cet écran chaque jour. Flottait là le nom de Dunbalf, écrit en lettres blanches. Le Roi leva la tête et, après avoir tourné son fauteuil pour qu’il fasse face à la fenêtre, observa la nuit silencieuse et sombre. De l’autre côté des montagnes à peine visible se tenait la Merveilleuse Ville Magique de Cornargent, la terre de tous les héros qui servaient ce pays. Alors que Salomon était perdu dans ses pensées, des souvenirs à propos de cette ville, on frappa discrètement à la porte, le faisant revenir à lui.

    « Vous pouvez enter. »

    « Excusez moi, votre Majesté. »

    L’homme qui ouvrit la porte et s’inclina était l’un des hérauts du Royaume d’Arkite. Avec une feuille de papier à la main, il fit un pas à l’intérieur de la pièce puis attendit la permission de son suzerain pour commencer. Après que Salomon l’ait encouragé d’un regard, le héraut déplia le papier et commença à le lire d’une voix forte.

    « Ceci est le rapport de sieur Graia des Chevaliers Magiques qui était prévu. 『Nous avons identifié le groupe de monstres qui était apparu près des frontières. Avec l’aide d’une jeune aventurière, l’extermination fut achevé. Toutefois, un monstre inconnu s’est échappé, de sorte qu’une équipe de recherche composée de mes chevaliers est en cours. P.S: Le nom de l’aventurière est Mira. Elle est une jeune et belle dame avec une longue chevelure argentée.』

    Après avoir entendu le rapport, Salomon fronça les sourcils de manière à peine visible. Jusqu’à maintenant, chaque groupe de monstres qui était apparu était seulement composé d’êtres vivant dans les alentours du Royaume. Tout chevalier chargé de protéger le pays serait capable d’identifier ces monstres, de fait que trouver un individu inconnu était vraiment quelque chose d’inhabituel.

    « C’est-il mêlé à cette horde de monstres par accident ? Quand ils se déplaçaient, il a pu… ou peut-être… hmmpf, je ne comprends pas. »

    Le Roi soupira et laissa tomber cette réflexion. Ensuite, quand il leva le visage, il rencontra par hasard le regard du héraut qui tenait toujours le rapport dans ses mains.

    « Y a-t-il autre chose ? »

    « Oui, sire. »

    « Très bien, j’écoute. »

    « C’est un message de la Tour de la Sorcellerie de Cornargent. Son assistante, mademoiselle Litalia, nous a contacté avec la téléphone magique que cette “Mira“, une jeune fille proclamant être l’élève de Dunbalf, était apparu là-bas. »

    « Avez-vous dis… son élève ? »

    Salomon regarda son bracelet-terminal, affichant le nom de Dunbalf. Depuis trente ans et jusqu’à hier, ce nom était en gris. Maintenant, après que les lettres aient viré au blanc, une jeune fille apparaissait, disant être la disciple du héros du Royaume, son meilleur ami. Il y avait aussi l’aventurière qui avait aidé les Chevaliers Magiques dans l’extermination de la horde de monstres. Et tout les deux étaient appelés “Mira“.
    « Mon Dieu, ça ne peut pas être une simple coïncidence. »

    Jusqu’à il y a un moment, les yeux du Roi étaient dénué de couleur après l’incessant et fatiguant travail qu’il avait fait; cependant, ils étaient maintenant illuminé par une puissante et joyeuse étincelle.

    « Envoyez rapidement un émissaire à Cornargent. Ils doivent traiter cette “Mira“ avec la plus grande courtoisie et l’invitaient à une audience avec moi. Je vous laisse le choix des hommes. »

    « Certainement, votre Majesté ! Tout de suite ! »

    Pliant son rapport et s’inclinant, le héraut quitta la pièce. Après avoir suivit son sujet des yeux, Salomon dirigea une fois de plus son regard vers la cité lointaine, l’endroit célèbre pour ses neuf tours. Sur ce chemin, les montagnes sombres semblaient absorber toute la lueur lunaire qui les frappait. Au contraire, autour du château, le lac qui avait donné son nom à la ville brillait légèrement en reflétant la lumière, un spectacle éclatant et éphémère qui couvrait toute sa surface.
  • merci pour le chapitre
  • Merci pour le chapitre, en récompense grattouilles entre les oreilles et un peu de croquettes ^^)
  • Merci pour le chapitre =)
  • Merci pour le chapitre ^^
    J'ai hâte de lire la suite
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.