Douluo Dalu Traduction (de retour)

124

Commentaires

  • merci pour le chapitre
  • Merci pour le chapitre
  • décembre 2016 modifié
    Bonsoir tout le monde, comme d'habitude, un chapitre posté très tôt mais dans le mauvais jour... Kenshin a pris du retard dans sa trad, le troisième chapitre de cette semaine arrive demain.
    Sinon dans nos recherches pour une image de Douluo Dalu, nous sommes tombés sur les fanarts des personnages de la série, donc pour ceux que ça intéresse: (attention spoilers)



    Sur ce, je n'ai plus qu'une chose à dire:

    Enjoy le chapitre 11: Fu**** furries
    Wait non

    Chapitre 11 : Xiao Wu, alors tu es vraiment un lapin?

    Partie 1

    Se souvenant de leur dernier duel, où Tang San lui avait lancé pierre après pierre, Xiao Wu foudroya Tang San du regard, encore furieuse, « T’attendre, qui a le temps de t’attendre ? Dieu sait quand tu avais prévu de rentrer. Nous nous faisons harceler par tout le monde. Si j’avais pu supporter le fait que ce fils de pute de chef Xiao veuille me prendre comme animal de compagnie, mon nom ne serait plus Xiao Wu. »

    Tang San fronça les sourcils, se demandant comment un tel enfant pouvait avoir ce genre d’idée obscène. Il semblerait qu’il doive leur infliger une sévère correction, leur faisant savoir que les étudiant-ouvriers ne se sont pas des cibles faciles.

    Pensant ainsi, ses doigts frôlèrent sa ceinture tandis qu’il portait son regard vers le champ de bataille.

    À ce moment, la majeure partie du corps de Wang Sheng était couverte d’ecchymoses. Malgré ses rugissements incessants, son pouvoir spirituel se faisait de plus en plus faible alors que son adversaire, qui n’avait jamais été touché, ressemblait à un chat jouant avec une souris.

    Les attaques de Wang Sheng étaient vraiment trop simples et son pouvoir spirituel supérieur était quasiment épuisé. Dans ce moment crucial, il lança une dernière attaque, faisant deux pas en avant et sautant à nouveau vers Liu Long. Cette fois il était décidé à atteindre son adversaire, même s’il devait se faire violenter pour cela.

    Liu Long et Wang Sheng se battaient en duel depuis longtemps et Liu Long avait naturellement compris ce que voulait faire Wang Sheng. Fixant Wang Sheng qui s’élançait, son expression devint sérieuse. Levant le bâton dans ses mains, trois coups rapides tombèrent vers sa tête et ses épaules. Tant que Liu Long arrivait à repousser ce dernier assaut, Wang Sheng ne se relèverait plus.

    Mais à cet instant, Liu Long sentit comme une piqûre de moustique sur ses mains et ses trois attaques perdirent en puissance.

    Ses attaques à l’origine presque parfaite, suite à ce petit choc, révélèrent une faille. Le premier coup atteignit le tête de Wang Sheng mais celui-ci arriva à résister et à continuer son avancée, rendant les deux autres coups de Liu Long inutiles.

    Possédant un Esprit Bestial, une fois que Wang Sheng réussissait à s’approcher de sa cible, ses attaques étaient dévastatrices, en particulier contre Liu Long, qui avait un Esprit Utilitaire. À cet instant, même si Liu Long était plus fort que Wang Sheng, le résultat aurait été le même.

    Peng, les griffes de tigre de Wang Sheng atteignirent le visage de Liu long et celui-ci s’envola à cause de la baffe. Son corps partit en vrille et sa jambe fut saisie au vol par Wang Sheng, qui se servit ensuite de Liu Long comme d’un fouet, l’abattant violemment sur le sol.

    Liu Long ne pouvait bien sûr pas résister aussi bien aux coups de Wang Sheng, tout son pouvoir spirituel étant dans son bâton. Ses capacités défensives étaient pitoyables et après les deux attaques de Wang Sheng, il était déjà au bout du rouleau. Le moment de son impact au sol étant celui où il tomba inconscient.

    Wang Sheng laissa alors échapper un rugissement de satisfaction, qui semblait apaiser plusieurs années de souffrances.

    Chef Xiao était calmement entrain de regarder Liu Long se jouer de Wang Sheng, quand le renversement de situation le choqua énormément.

    Il était important de savoir, que Liu Long était classé troisième en force dans son groupe. Si chef Xiao ne possédait pas d’Anneau Spirituel, sa victoire ne serait pas assuré contre Liu Long.

    Xiao Wu railla alors : « Pour sûr, un saule flétri est un saule flétri, incapable de résister à plus d’un coup. Qu’en dis-tu, chef Xiao ? »

    Agitant la main, celui-ci fit signe à ses subordonnés de traîner Liu Long hors de la zone, afin de le soigner. Ils n’étaient tous que des étudiants d’une académie primaire au final, leur faible pouvoir spirituel ne suffisait pas à tuer quelqu’un.

    « Le premier match est notre défaite. Ling Feng, à toi. »

    La seconde personne à se battre était un étudiant de sixième année maigre et fin, ses yeux et son nez tout aussi petit. Personne ne lui donnerait douze ans au premier coup d’oeil. Il semblait plutôt appartenir à la même catégorie d’âge que Tang San et Xiao Wu.

    « Dis à Wang Sheng de revenir, je vais aller me battre. » Dit Tang San à Xiao Wu en murmurant.

    Xiao Wu n’avait bien sûr rien à redire, elle savait que le nouveau venu était un Maître Spirituel de type agilité, juste ce qu’il fallait afin de mettre Wang Sheng au tapis. Le fait que Wang Sheng ait épuisé son pouvoir spirituel rendait cette conclusion encore plus certaine.

    « Wang Sheng, reviens. Laisse ce combat à Petit San. Tu peux aller te reposer. »

    Wang Sheng n’avait toujours pas récupéré de son excitation, mais entendre Xiao Wu l’interpeller le fit revenir à la réalité. Il savait très bien que dans son état, bien qu’il ait battu Liu Long, il n’avait absolument pas la force de se battre une seconde fois. Il savait aussi que si Tang San n’avait pas lancé trois petites pierres, rendant inefficace l’attaque de Liu Long, il n’aurait jamais pu obtenir la première victoire.

    « Tu es un étudiant-ouvrier ? » Ling Feng fixait Tang San, hésitant clairement.

    Tang San ne répondit que d’un hochement de tête puis dit : « Commençons s’il te plaît. »

    Bien que Ling Feng soit petit et maigre, il était toujours un peu plus grand que Tang San. Comme il ne s’agissait que d’un petit combat pour savoir qui serait le chef des étudiants, après avoir jeter un dernier regard vers la ceinture de Tang San, Ling Feng sauta dans les airs, les bras tendus, le faisant de manière inattendue planer vers la tête de Tang San.

    Un Esprit Bestial, Tang San reconnut cet esprit en un instant. Ces jours d’études auprès de Grand maître montraient enfin leur utilité. Ce Ling Feng était un Maître Spirituel de type agilité, son Esprit étant un animal pouvant voler. De part son apparence ni féroce ni puissante, son Esprit ne devrait pas être un vautour, mais plutôt un oiseau proche de l’hirondelle ou du corbeau.

    Regardant son adversaire s’élancer vers lui, Tang San resta immobile, comme s’il n’existait pas.

    Ling Feng était très rapide ; il était même le plus rapide des sixièmes années. Il était le bras droit du chef Xiao et il était très malin. Atteignant rapidement Tang San, il effectua une rotation à cent quatre-vingt degrés et d’un battement de bras, il se propulsa jusque derrière Tang San, ses deux bras s’abattant vers les côtés de la nuque de Tang San.

    Même après que Ling Feng soit passé au-dessus de sa tête, Tang San ne bougea pas. Face à un adversaire dont il ignorait tout, la meilleure stratégie était d’attendre le dernier moment pour réagir.

    Partie 2

    Si Tang San n’avait pas eu son premier Anneau Spirituel, il n’aurait pas pu être aussi arrogant. Cependant, depuis qu’il l’avait obtenu, son agilité, sa force, ses réflexes, toutes les caractéristiques naturelles de son corps avait progressé. Le meilleur atout des disciples de la Secte Tang était leur réflexes et juste après se trouvait leur agilité ; Lors d’un concours d’agilité, de qui aurait-il peur ?

    De son côté, Ling Feng avait décidé d’utiliser son mouvement le plus fort afin de montrer sa supériorité. Après tout, à ses yeux, Tang San n’était qu’un première année et ne pouvait pas être très fort. Son but était donc de maîtriser rapidement Tang San afin de forcer Xiao Wu à se battre.

    Mais, alors que ses paumes allaient se refermer autour de la nuque de Tang San, celui-ci commença à bouger.

    D’un hochement de tête de phœnix(1) juste assez grand pour esquiver les mains de Ling Feng, Tang San baissa la tête en même temps qu’il levait sa jambe droite vers l’arrière violemment sans même regarder derrière lui.

    Aussi silencieux qu’un enfant endormi, aussi rapide qu’un lapin en pleine fuite, le coup de Tang San était parfaitement placé. Si rapide que seules quelques personnes de chaque côté avaient pu le voir.

    Le talon de Tang San rentra en collision avec la mâchoire de Ling Feng. Ling Feng repartit dans les airs d’un triple salto arrière, son corps continuant à tourner jusqu’à la fin.

    D’un peng, il retomba plusieurs mètres en arrière et de la même manière que Liu Feng, tomba directement dans les pommes. Sa mâchoire avait été déboîtée par le coup de pied de Tang San. Cela était le résultat d’un coup de pied sans sa force interne, sinon la mâchoire de Ling feng aurait été brisée.

    Un parfait coup de pied retourné, une des bases des coups de pied d’art martiaux. La rapidité du coup allait de pair avec la vitesse à laquelle Tang San se débarrassait de ses adversaires.

    Les étudiants du côté du chef Xiao étaient tous bouche bée. Ils étaient incapable de croire que ce qu’il venait de se passer devant eux était réel.

    Ling Feng, qui était le deuxième plus fort de leur groupe, avait été mis au tapis par le coup de pied d’un première année si rapidement que même sa meilleure attaque n’avait pas eu le temps d’arriver.

    Chef Xiao dit : « Merde, le Ciel nous aurait-il abandonné ? Pourquoi est-ce que ces bouseux sont si forts ? »

    Ayant entendu le bruit de Ling Feng s’écrasant au sol, Tang San rabaissa lentement sa jambe, avant de dire d’une voix nonchalante : « Un de moins. »

    Boss Xiao était choqué, Xiao Wu était également choqué. Elle s’était battu de nombreuses fois contre Tang San et en le voyant se battre à l’instant, elle s’était rendu compte qu’il avait progressé et que cette progression n’était pas maigre. Elle se rendit également compte que lorsque Tang San se battait réellement, il était différent de son apparence habituelle. La plupart du temps, Tang San ressemblait à un enfant inoffensif, mais durant un combat, son attitude était violente et rapide.

    Wang Sheng ne faisant même plus attention à la douleur qu’il ressentait ; regarder Ling Feng s’envoler provoquait en lui un sentiment de joie, «  Alors, chef Xiao, convaincu ou pas ? Notre Tang San n’a même pas utilisé son pouvoir spirituel. Je pense que tu devrais abandonner, au moins tu ne prendra pas de coups comme ça. »

    Chef Xiao s’avança, le visage sombre. Après deux défaites consécutives, il n’avait plus d’autres choix que d’aller se battre lui-même. Intérieurement il se demandait également qui parmi ses subordonnés pouvait égaler Ling Feng en force. S’il ne pouvait gagner rapidement, il n’y aurait aucun intérêt à continuer ces duels. Seule une victoire rapide et écrasante lui permettrait de sauver la face.

    Chef Xiao fixa froidement Tang San, la seule différence était que maintenant, son expression n’était plus pleine de dédain et de mépris. On ne pouvait plus qu’y voir de la dignité.

    « Xiao Chen-Yu, sixième année, Esprit : Loup. Maître Spirituel Guerrier de niveau 11. »

    Annoncer son rang et son Esprit était une marque de respect durant les duels entre Maîtres Spirituels.

    Pendant qu’il parlait, son corps avait commencé à émettre une lumière verte foncée. Dans cette lumière, ses muscles se mirent à gonfler, ses yeux devinrent vert pâle alors qu’il levait les bras, griffes en avant. Un Anneau Spirituel blanc apparut autour de lui, Xiao Chen-Yu avait activé la compétence de son premier anneau, amélioration corporel.

    En tant que chef des étudiants, Xiao Chen-Yu montrait son côté intelligent. Peu de personnes dans l’académie ignoraient son Esprit, mais il en était autrement pour celui de Tang San qui lui faisait face : son Esprit était toujours un mystère. Annoncer son Esprit n’avait d’autre but que de pouvoir connaître l’Esprit de Tang San. De cette façon, il pourrait se préparer quelque peu au combat.

    Grand maître avait parlé à Tang San de cette coutume. Il était nécessaire d’annoncer son Esprit lors des duels amicaux afin d’exprimer son respect envers l’adversaire, mais pas tout le temps pour autant, par exemple lorsque l’adversaire était trop faible ou qu’il allait devenir un ennemi mortel.

    « Tang San, étudiant-ouvrier de première année, Esprit : Herbe Bleu-argentée, Maître Spirituel Artisan de niveau 11. »

    Quand Tang San annonça que son Esprit était l’Herbe Bleu-argentée, tous les étudiants derrière Xiao Chen-Yu explosèrent de rire, toute la nervosité qu’ils avaient accumulées, avait complètement disparu. Au point qu’ils n’entendirent même pas le rang de Tang San.

    En effet, tout le continent savait que l’Herbe Bleu-argentée était un Esprit inutile. Même si Tang San n’était pas faible, la différence entre leur Esprits faisait qu’aucun des étudiants ne pensaient que leur chef Xiao pouvait perdre ce duel.

    « Peux-tu répéter ton rang ? » Xiao Chen-Yu ne pouvait pas être aussi négligent que le reste de son groupe, de plus le bruit derrière lui l’avait empêché d’entendre correctement Tang San lorsqu’il annonçait son rang.

    « Niveau 11, Maître Spirituel Artisan. » Pendant qu’il parlait, une lumière blanche commença à s’élever du corps de Tang San. Quelques brins d’herbe bleu-argentée poussèrent discrètement dans sa paume et disparurent sous ses pieds. Finalement un Anneau Spirituel jaune apparut autour de Tang San, flottant de haut en bas et inversement.

    L’apparition de cet Anneau Spirituel jaune ressemblait à une énorme gifle pour ces étudiants plus vieux, arrêtant immédiatement leur rire. Certain avait la bouche grande ouverte, tandis qu’ils fixaient Tang San comme s’il était un monstre.

    « Anneau Spirituel centenaire ! » s’exclama Xiao Chen-Yu.

    Partie 3

    Blanc représentait dix ans, jaune cent ans. Quand deux Maîtres Spirituels étaient au même niveau, la moindre différence d’Anneau Spirituel était un élément décisif.

    Impossible. L’Anneau Spirituel autour de Tang San avait complètement détruit ce que ces étudiants savaient sur son Esprit. Être en première année signifiait que l’étudiant avait six ou sept ans. Un première année atteignant le niveau de Maître Spirituel était un fait inexistant dans l’histoire de Nuoding. Sans même parler du fait que le cultivateur en question posséde l’herbe bleu-argentée comme Esprit.

    « Chef, détruisez le, ce n’est que l’Herbe Bleu-argentée. Est-ce qu’un Anneau Spirituel peut vraiment le rendre fort ? » Un sixième année ne put pas s’empêcher de s’exclamer.

    « Idiot, ferme la ! Xiao Chen-Yu hurla, coupant la parole à son subordonné.

    Seulement une Herbe Bleu-argentée ? Xiao Chen-Yu ne pouvait pas croire que tout cela était aussi simple. L’Herbe Bleu-argentée était sans aucun doute un Esprit inutile, mais une Herbe Bleu-argentée ayant atteint le niveau de Maître Spirituel était quelque peu différente. De plus il s’agissait d’un Anneau Spirituel centenaire. Il était impossible qu’il l’ait obtenu seul et puisqu’il avait des gens capables de l’aider à obtenir un Anneau Spirituel centenaire et surtout capables de l’aider à cultiver jusqu’au niveau de Maître Spirituel, quel genre d’influence terrifiante existait derrière cet enfant ?

    Le père de Xiao Chen-Yu était le châtelain de Nuoding et il était justement la raison pour laquelle il pouvait être arrogant à l’académie, même parmi les professeurs très peu pouvaient le contredire. Ayant observé son père travailler depuis qu’il était jeune, Xiao Chen-Yu connaissait quelques notions de politique, ainsi la première chose à laquelle il pensa fut l’origine de Tang San. Son père lui avait dit mille fois et répété dix mille fois que dans ce monde, certains clans ne pouvaient absolument pas être provoqués. Même la famille impériale n’était pas aussi terrifiante que ces clans. La famille impériale devait faire attention à sa réputation mais pas ces clans. Les provoquer ne signifiait qu’une chose, la mort.

    « Tu es vraiment un étudiant-ouvrier ? » Xiao Chen-Yu demanda une fois de plus.

    Tang San hocha la tête nonchalamment. Après qu’il ait sorti son premier Anneau Spirituel, il avait l’impression que tout le sang de son corps bouillonnait et il ne voulait qu’une seule chose : trouver un adversaire assez fort pour qu’il puisse se battre de tout son cœur. Vérifier quel niveau avait atteint sa force après son évolution.

    « Dépêche toi de commencer. »

    À ce moment, Xiao Chen-Yu était l’illustration parfaite de l’expression « une flèche armée ne peut être retiré ». Cependant il conservait à l’esprit que même s’il gagnait ce duel contre Tang San, il ne pouvait absolument pas le blesser.

    S’il était possible de décrire le saut de Ling Feng comme agile, alors celui de Xiao Chen-Yu était explosif. Et puisqu’il possédait son premier Anneau Spirituel, sa force était fondamentalement incomparable à celle de Wang Sheng. Même si son Esprit était le roi des animaux, étant un rang plus bas que Xiao Chen-Yu, il était énormément plus faible.

    Face à la charge de Xiao Chen-Yu, Tang San était aussi tranquille et insouciant que lors de son combat contre Ling Feng. La différence entre quelqu’un avec et quelqu’un sans Anneau Spirituel était maintenant parfaitement visible, alors que Xiao Chen-Yu chargeait vers l’avant, son pouvoir spirituel s’était déjà répandu hors de son corps et avait entouré une zone de trois mètres carrés autour de Tang San. De plus sa charge ne contenait que de la force et aucune technique. Il ne cherchait qu’à utiliser force contre force.

    Force contre force ? Aucun problème. Même si la force pure n’était pas l’atout principal des disciples de la Secte Tang, Tang San voulait savoir quel niveau avait atteint sa Technique Céleste Mystérieuse. Tout de suite, il activa sa force interne dans ses mains et ses bras, avant de rencontrer les griffes de Xiao Chen-Yu.

    Voyant cela, les subordonnés de Xiao Chen-Yu souriaient tous triomphalement. Quel est l’intérêt d’avoir un Anneau Spirituel centenaire, cet idiot a utilisé ses mains pour contrer les griffes de Xiao Chen-Yu, il cherchait simplement à mourir. Ils avaient tous personnellement vu cette pair de griffes saisir et briser des morceaux de pierre.

    Les mains de Xiao Chen-Yu étaient plus grandes que celles de Tang San et il hésitait intérieurement : devrait-il utiliser ou non la force de ses griffes ? Il croyait pouvoir utiliser le pouvoir de ses griffes pour casser les mains de Tang San et ainsi mettre fin au duel. Mais s’il faisait cela, est-ce que les gens derrière Tang San… ?

    La charge rapide de Xiao Chen-Yu n’attendit pas qu’il ait fini de penser et ses mains et celles de Tang San entrèrent en collision.

    D’un peng étouffé et au travers des lumières vert-foncée et blanche brillant fortement, une onde de choc se répandit dans l’air jusqu’aux pieds des spectateurs.

    Cependant, après l’impact, Tang San se tenait debout parfaitement droit alors que Xiao Chen-Yu avait été repoussé. À ce moment, presque inconsciemment, les griffes de Xiao Chen-Yu s’étaient resserrées sur les mains de Tang San. Le fait que son pouvoir spirituel soit plus faible que son adversaire l’avait tellement choqué et rendu furieux, qu’il avait oublié son appréhension.

    Mais quelque chose d’encore plus choquant se produisit alors.

    Au moment où Xiao Chen-Yu resserrait ses mains, il pouvait clairement sentir que les mains de Tang San étaient dures comme du fer ; peu importe combien il serrait, il était incapable de leur faire le moindre mal. Juste après cela, Tang San sortit ses mains de l’emprise de Xiao Chen-Yu et avec celles-ci, il saisit les poignets de Xiao Chen-Yu, l’empêchant de reculer à cause du choc aussi facilement. Ses deux mains tirèrent alors Xiao Chen-Yu vers lui et Tang San enfonça son épaule dans son ventre.

    Le grand corps de Xiao Chen-Yu s’envola à cause de ce coup, l’envoyant rouler sur plus de trois mètres.

    Les subordonnés de celui-ci, qui un moment auparavant se préparaient à applaudir, ne purent que fixer bouche bée Tang San en voyant leur chef se faire soulever. Est-ce que cet enfant était vraiment humain ?

    Seuls des adversaires au-dessus du niveau onze pourraient permettre à Tang San de tester la véritable force de sa Technique Céleste Mystérieuse. La couleur de jade de ses mains disparaissant, Tang San dit calmement : « J’ai encore des choses à faire et surtout plus le temps de jouer avec vous, je vais donc terminer ça rapidement. Herbe Bleu-argentée, ligote. »

    Xiao Chen-Yu venait à peine de se relever, sans aucune blessure suite au coup de Tang San qui non content de ne pas contenir toute sa force, avait été bloqué par le corps robuste de Xiao Chen-Yu sous amélioration corporel, lorsqu’il entendit les mots de Tang San.

    Plus de dix brins d’herbes bleu-argentées sortirent de sous ses pieds sans crier gare avant de s’enrouler autour de ses jambes.

    « Qu’est-ce que c’est que ça ? » Xiao Chen-Yu devint pâle de peur, alors qu’il essayait de se libérer de toutes ses forces. Cependant depuis son évolution, l’Herbe Bleu-argentée était extrêmement résistante et peu importe combien de force Xiao Chen-Yu utilisait, il ne pouvait pas se libérer.

    Partie 4

    Tang San avança pas à pas vers Xiao Chen-Yu, « N’essaie même pas, tu ne peux pas te libérer. Mon premier Anneau Spirituel vient d’un Serpent Datura, mon Herbe Bleu-argentée a donc hérité de sa résistance. Bien sûr, elle possède aussi un peu de son poison. Si tu penses avoir encore envie de te battre, je me ferai un plaisir de te laisser tester son poison. Oh, je devrais aussi te dire que je n’ai pas l’antidote. »

    Derrière Tang San se tenaient dix brins d’Herbe Bleu-argentée, qui ressemblait fortement à dix Serpents Datura prêt à mordre.

    Un sentiment de peur commença à apparaître dans le cœur des vieux étudiants, il y en avait même certains qui reculaient rapidement de manière désordonnée.

    Car même s’ils n’avaient jamais rencontré de Serpent Datura, ils en avaient tous entendu parler. Qui serait d’accord pour entrer en contact avec ce genre d’horreurs venimeuses ?

    « N’utilise pas le poison, j’admets ma défaite. » Même si Xiao Chen-Yu était le chef des étudiants, il n’était qu’après tout un enfant de douze ans et il possédait lui aussi des peurs enfantines, en plus d’être confus.

    En vérité, même si l’Herbe Bleu-argentée de Tang San était empoisonnée, il ne s’agissait après tout que d’une capacité du premier Anneau Spirituel. Le Serpent Datura qui avait été absorbé n’était aussi pas un serpent très puissant, le poison qui en découlait n’avait donc qu’un effet paralysant, rien de plus et certainement pas une toxicité hautement mortelle. Mais comment Xiao Chen-Yu aurai-il pu oser tester cela avec son corps?

    Après les mots de Xiao Chen-Yu, l’Herbe Bleu-argentée disparut silencieusement de ses jambes et un sourire aimable très familier aux étudiant-ouvriers apparut sur le visage de Tang San, « Puisque tu as admis ta défaite, tu dois respecter le pari que tu as fait avec Xiao Wu. »

    Xiao Chen-Yu fixa de manière maussade Tang San, « Qui dois-je reconnaître ? Toi ou elle ? » Il ne pouvait toujours pas croire que Xiao Wu pouvait être plus forte que Tang San. Un Maître Spirituel de six ans dépassait déjà largement son imagination.

    Tang San répondit avec un léger sourire : « Tu dois bien évidemment reconnaître Xiao Wu. Elle est plus forte que moi, sinon le chef de la chambre sept serait moi et pas elle. »

    « Ahh ? » La bouche de Xiao Chen-Yu prit la forme O, alors qu’il disait en son for intérieur, tu es déjà si violent et comparé à toi, elle est encore plus forte ? Êtes-vous vraiment des étudiant-ouvriers ? Avez-vous vraiment six ans ?

    Xiao Wu marcha tranquillement jusqu’à Tang San et à la manière d’une grande sœur, mit la main sur son épaule et dit : « Pas trop mal Petit San, tu as fait du bon travail. »

    Tang San rit et dit : « Professeur m’a demandé de faire plusieurs tâches, tu vas devoir t’occuper du reste ici toute seule. Après tout ça, tu pourras être la plus grande des grandes sœurs de l’académie. »

    Souriante, Xiao Wu frappa légèrement l’épaule de Tang San, « Pas de problèmes, vas-y, je m’occupe du reste. »

    Ayant finit de parler à Tang San, elle tourna la tête vers Xiao Chen-Yu et lui dit, « Quoi ? Tu n’es toujours pas convaincu ? Pas de problème. Je vais me présenter une fois. Xiao Wu, étudiante-ouvrière de première année, Esprit : Lapin, Maître Spirituel de niveau 12. »

    Sans parler du choc que ressentait Xiao Chen-Yu, même Tang San qui n’était pas encore parti était choqué. Il venait de réaliser que Xiao Wu était elle aussi un Maître Spirituel et surtout qu’elle avait un niveau de plus que lui. Seulement, elle avait le même âge que lui, ce qui signifiait qu’elle avait également un pouvoir spirituel inné maximum ?

    Le corps de Xiao Wu se mit à émettre une lumière rouge. Sous cette lumière rouge, les yeux de Xiao Wu devinrent rouge, ses oreilles grandirent, se tenant droites de chaque côté de sa tête couvertes d’une fine fourrure blanche. Sa silhouette grandit un peu et une ondulation de pouvoir spirituel semblait tourner autour de son corps. Finalement, un Anneau Spirituel de la même couleur que celui de Tang San apparut, un Anneau Spirituel centenaire.

    Xiao Chen-Yu se gifla le front immédiatement, « Xiao Wu Jie, je me soumets. À partir de ce jour, tu es la Grande Sœur de l’académie. Que tout le monde vienne saluer Xiao Wu Jie. »

    Un Maître Spirituel Utilitaire de niveau 11 avec l’Herbe Bleu-argentée était déjà si fort, il n’était même pas nécessaire de parler d’un Maître Spirituel Guerrier de niveau 12. Xiao Chen-Yu n’avait pas besoin de se battre contre Xiao Wu pour savoir qu’il n’était pas de taille.

    Xiao Wu regarda fièrement tous les étudiants plus âgés qu’elle qui s’inclinaient afin de la saluer, puis tournant le regard vers Tang San, qui se tenait immobile et ébahi, « Tu n’avais pas quelque chose à faire ? Pourquoi n’es-tu pas encore parti ? Il n’y a que toi au monde qui a le droit d’avoir un pouvoir spirituel inné maximum ? »

    Tang San fut sorti de sa stupeur par Xiao Wu et regardant attentivement Xiao Wu, il leva la main pour caresser ses longues oreilles douces et dit en hochant la tête, « Xiao Wu, alors tu es vraiment un lapin ? »

    « Tu... » Les oreilles d’un lapin étaient la plus partie la plus sensible de leur corps. Se transformant en son Esprit, Xiao Wu avait gagné ces caractéristiques particulières. Le beau visage de la fillette gagna rapidement deux petites taches rouges. Lorsqu’elle leva enfin la main pour le frapper, Tang San avait déjà fuit tel le vent.

    Si on ne prenait pas en compte la vengeance de Xiao Wu, après que Tang San soit sorti de l’académie, il n’avait enfin plus rien qui lui pesait sur l’esprit. Mis à part l’empoisonnement de Grand maître, tout ce qu’il avait prévu de faire s’était passé merveilleusement bien. La cultivation de la Technique Céleste Mystérieuse avait enfin pu avancer, son Herbe Bleu-argentée avait gagné la capacité ligotage et sa force avait grandement augmenté. Tang San croyait que, s’il cultivait sérieusement son Esprit, sa Technique Céleste Mystérieuse avancerait à pas de géants. En maximum dix ans, il serait capable d’atteindre le cinquième niveau de la Technique Céleste Mystérieuse et pourrait enfin avoir une certaine réussite dans sa cultivation ; quand il atteindrait ce niveau, il pourrait enfin utiliser la majorité des techniques des Précieux Écrits Célestes Mystérieux.

    Professeur n’a pas parler du nombre de clans spirituels, peut-être pourrait-il rétablir sa propre Secte Tang dans ce monde ?

    Revenant au présent, Tang San demanda à un passant quelconque où se trouvait le Hall Spirituel et celui-ci lui indiqua la direction. Après tout, que ce soit dans l’Empire du Dou Céleste ou dans l’Empire du Luo Étoilé, on pouvait trouver un Hall Spirituel dans chaque ville.

    Aider les étudiant-ouvriers dans leur problème avait coûté beaucoup de temps à Tang San et il devait toujours retourner donner son repas de midi à Grand maître. Tang San courut donc du plus vite qu’il pouvait vers le Hall Spirituel, ne souhaitant pas être retardé.

    « Stop. Petit garçon, ce lieu est le Hall Spirituel, tu ne peux pas y entrer n’importe comment. » Tang San venait à peine d’arriver au Hall Spirituel lorsqu’il fut arrêté par le garde à l’entrée.

    Le Hall Spirituel de Nuoding était un immense dôme, dont rien que la largeur à l’entrée devait dépasser cent mètres, sa hauteur dépassant vingt mètres avec trois étages.

    Le bâtiment entier était brun et l’emblème à l’entrée n’avait qu’une épée longue. Après l’explication de Grand maître, Tang San savait qu’un emblème avec un seul symbole signifiait que le Hall Spirituel de Nuoding était un Hall Spirituel du plus bas rang.


    - - - - - - - - - - - - - - -
    1- Vous voyez une poule en train de becqueter ? Bah chez les chinois, c’est devenu un hochement de tête de phœnix, pour transformer une simple esquive en technique d’arts martiaux trop cool.


    Enjoy!
    Kenshin et Yu
  • Pas mal les fan-arts ^^
    Merci pour le chapitre et vous êtes à l'heure pour moi en tous cas :p
    Bonne continuation ;)
  • merci pour le chapitre
  • Merci pour le chapitre.
  • merci pour le chapitre!!!
  • merci pour le chapitre
  • Merci pour les chapitre
  • Merci pour le chap, j'ai bien rigoler et pour ce qui me concerne j'aurais préféré la poule en train de becqueter sa en jette ! ^^
  • décembre 2016 modifié
    Salut à tous !

    Cette semaine vous allez être gâtés ! Après aujourd'hui, le rythme normal de traduction (trois chapitres par semaine) continu, donc si tout ce passe bien Mardi/Jeudi/Samedi vous aurez le délicieux contenu (toute ressemblance avec un Youtubeur français existant ou ayant existé est purement fortuite). Autrement, petite surprise pour Noël :wink:

    Chapitre 12 : Technique de Marteau du Vent fendant le Chaos


    Partie 1

    Les deux gardes à l’entrée semblaient avoir dans les vingt ans. Le pouvoir spirituel fluctuant sur leur corps était indistinct, comme si ni l’un ni l’autre n’avait atteint ne serait-ce que le rang de Maître Spirituel. Nuoding était effectivement très reculée, du point de vue du Hall Spirituel cette cité n’avait pas d’importance dans l’Empire du Dou Céleste.

    « Salutations, oncles, je suis un étudiant de première année de l’académie primaire de Maître Spirituels de Nuoding, Professeur m’a dit de venir ici pour mesurer mon niveau spirituel. »
    Tang San montra l’uniforme d’école qu’il portait en s’adressant aux gardes à la porte.

    Avec un regard à l’insigne de l’académie de Nuoding que portait Tang San, les deux gardes révélèrent inconsciemment une expression d’envie. Le premier garde qui parla dit :
    « Alors c’est ainsi, entre dans ce cas. En atteignant le hall de réception du premier étage, cherche le Grand Maître Spirituel Ma Xiu-Nuo, il pourra t’aider. »

    « Merci. » répondit Tang San, avant de s’avancer précipitamment dans le Hall Spirituel.

    Les deux gardes le suivirent du regard, envieux. Alors qu’il pénétrait dans le Hall Spirituel, l’un d’eux dit :
    « Si seulement j’avais pu dans ma jeunesse être accepté à l’académie primaire de Nuoding, peut-être que maintenant je pourrais devenir un Maître Spirituel. Eh mais l’Académie devrait avoir ses propres moyens pour tester le pouvoir spirituel, les étudiants ne viennent que lorsqu’ils avancent d’un rang, qu’est ce que ce gamin fait là ? »

    « Qui sait ? Peu importe, quelque soit son âge, son professeur l’a peut-être envoyé porter une sorte de message et il ne peut pas en parler clairement. »

    Le dôme haut de vingt mètres dégageait une certaine atmosphère, et alors que Tang San arrivait dans le Hall Spirituel, il fut immédiatement influencé par la grandeur solennelle ambiante. Le dôme était recouvert de fresque murales. Dans chaque petit carré étaient peintes diverses représentations d’Esprits. Au bas brillait de l’or éclatant, donnant aux gens la sensation à la fois de l’or et de la jade dans une splendeur glorieuse et une simplicité sans ornements.

    Le Hall Spirituel était percé tout autour de grandes fenêtres de cristal, la lumière solaire se réfractant sur les fresques en une brillance dorée, amplifiant la sensation d’éblouissement et de stupéfaction des observateurs.

    Le hall de réception, où était le hall de réception ? Influencé par l’atmosphère du Hall, Tang San commença à chercher sa destination.

    Il n’y avait pas beaucoup de monde à l’intérieur, seuls quelques serviteurs en train de nettoyer étaient visibles aux alentours. Comme Tang San ne savait pas où trouver le hall de réception, il s’apprêtait à approcher un serviteur lorsqu’il aperçut une connaissance. Il s’agissait du Grand Maître Spirituel qui l’avait aidé à éveiller son Esprit et possédait l’Esprit du Loup Solitaire, Su Yuntao.

    Tang San s’approcha rapidement de lui. Au côté de Su Yuntao se trouvait une Maître Spirituel, son silhouette longue et fine mais bien développée, les traits de son visage la plaçant dans les rangs des beautés. Deux personnes parlant et riant, ne remarquant absolument pas l’approche de ce minuscule Tang San.

    « Grand Maître Su Yuntao. »
    Tang San l’appela.

    Su Yuntao découvrit de ce fait son arrivée, la femme à ses côtés émit un son surpris, avant de dire : « Comment ce fait-il que notre Hall Spirituel ait un enfant si jeune ? Quel fils de noble vient faire éveiller son Esprit à notre Hall Spirituel ? »

    Les yeux de Su Yuntao ne pouvaient identifier Tang San, il aidait après tout beaucoup trop d’enfants pour se rappeler de tous et de plus, les habits de Tang San n’étaient plus aussi rapiécés qu’auparavant.

    « Tu es ? »

    Voyant l’expression incertaine de Su Yuntao, Tang San s’empressa d’expliquer :
    « Grand Maître Su Yuntao, je suis Tang San, celui chez qui vous avez éveillé l’Herbe Bleu-argentée au Village de l’Esprit Sacré, Tang San ayant le pouvoir spirituel inné maximum. »

    « C’est donc toi, pourquoi cours-tu ici ? »
    Il était en effet facile de se souvenir des personnes ayant un pouvoir spirituel inné maximum et Su Yuntao se rappela de Tang San immédiatement.

    Tang San dit : « Professeur m’a laissé venir au Hall Spirituel pour faire enregistrer ma progression ainsi que pour tester le niveau de mon pouvoir spirituel. »

    Su Yuntao était choqué :
    « Tu as déjà obtenu ton premier Anneau Spirituel ? Quelle rapidité. Cet uniforme est celui de l’Académie de Nuoding, elle est digne d’être la meilleure académie de Nuoding, les professeurs prennent vraiment leur responsabilités. »

    Su Yuntao remarqua que sa compagne semblait agacée d’être ignorée et dit d’un ton obséquieux : « Sisi, c’est l’enfant dont je t’ai parlé avec un pouvoir spirituel inné maximum, c’est vraiment trop bête que son Esprit soit l’Herbe Bleu-argentée. Si ce n’était pas le cas ses développements futurs seraient sans limite, mais hélas ! Il a déjà obtenu son premier Anneau Spirituel, il est donc considéré comme faisant partie des Maîtres Spirituels. Permet-moi de t’ennuyer en te demandant d’attendre ici un instant, je vais m’assurer qu’il atteigne Grand maître Ma Xiu-Nuo au hall de réception. »

    Lorsque Sisi entendit Su Yuntao parler du pouvoir spirituel inné maximum de Tang San, ses yeux s’allumèrent un instant, mais en entendant que son Esprit était l’Herbe Bleu-argentée, la surprise ravie disparut de son visage et se transforma en une touche de dédain, acquiesçant elle dit :
    « Va-y, je t’attend ici. »

    « Merci. »
    L’impression laissée par Su Yuntao sur Tang San n’était pas mauvaise, il devait être considéré comme un intendant consciencieux du Hall Spirituel.

    Su Yuntao amena Tang San vers une volée de marches menant au deuxième étage. Tang San vit qu’il était entouré de pièces et qu’il pouvait aussi voir le hall du premier étage. Sans qu’il soit besoin de poser la question, c’était l’espace des bureaux du Hall Spirituel.

    Su Yuntao était évidemment impatient d’accompagner Sisi, amenant Tang San à la vitesse de l’éclair devant la porte d’une pièce et sans frapper, la poussa et entra.

    « Qui est-ce, ah, quelle audace. »
    Une voix quelque peu éraillée résonna dans la pièce. Il s’agissait d’une étude bien éclairé, avec un vieil homme assit derrière un bureau spacieux, habillé d’une robe de Maître Spirituel propre et ordonnée, avec les trois symboles d’épées standards, indiquant qu’il était un Grand Maître Spirituel Guerrier.

    « C’est toi Yuntao, pourquoi les enfants sont-ils toujours aussi irréfléchis. Pour la cultivation d’un Maître Spirituel, il faut concentrer son attention et avoir un naturel stable. Sinon tu deviendras comme moi, pour quelque raison incapable de dépasser le niveau trente. »

    Su Yuntao grommela :
    « Grand maître Ma Xiu-Nuo, ne soyez pas volubile. Cet enfant est venu pour faire valider son avancement, je vais vous confier cette tâche. »

    La relation entre Su Yuntao et ce vieux Maître Spirituel était clairement très bonne car le vieux grand maître ricana. Lorsque son regard tomba sur Tang San, il ne put s’empêcher d’être ébahi,
    « Yuntao, tu es sûr que cet enfant est venu faire enregistrer son avancement et pas faire éveiller son Esprit ? »


    Partie 2

    Su Yuntao dit avec un sourire ironique :
    « Bien sûr que j’en suis certain, l’Esprit de cet enfant a été éveillé par moi. Il est cet enfant dont je t’ai parlé avec le pouvoir spirituel inné maximum et comme Esprit l’Herbe Bleu-argentée. Il a déjà obtenu un Anneau Spirituel, je vais donc me permettre de te le laisser. Sisi m’attend toujours, je pars en premier. »
    Ayant finit de parler, il tapota l’épaule de Tang San et sortit en hâte.

    Regardant le dos tourné de Su Yuntao, le vieux Maître Spirituel ne put s’empêcher de secouer la tête, « Un autre jeune dont la tête est retournée par l’amour. C’est dommage, Sisi ne lui correspond pas du tout. Le cœur de cette fille est trop grand, comment le capturer ? »

    Tang San se tenait devant le bureau de Ma Xiu-Nuo, l’écoutant murmurer pour lui-même, s’impatientant quelque peu en son for intérieur,
    « Bonjour grand maître Ma Xiu-Nuo. »

    Ma Xiu-Nuo sourit légèrement en regardant Tang San et dit : « Mon enfant, inutile de m’appeler grand maître, je ne puis être considéré comme tel, appelle-moi simplement grand-père Ma Xiu-Nuo. J’ai quatre-vingt-un ans cette année, en regardant mon âge, m’appeler comme tu appellerais ton grand-père ne semble pas incorrect. »

    La voix aimable et affable de ce vieil homme augmenta la bonne impression que Tang San avait de lui et il redit précipitamment : « Bonjour grand-père Ma Xiu-Nuo. »

    Ma Xiu-Nuo sourit légèrement en disant : «  Viens, je vais t’emmener évaluer ton avancement. Tu es un enfant très poli. C’est très dommage que ton Esprit soit l’Herbe Bleu-argentée. »

    En parlant, Ma Xiu-Nuo, il ouvrit la porte de gauche, amenant Tang San à l’intérieur.

    Entrant dans cette pièce, Tang San eut un sentiment particulier ; la force interne de la Technique Céleste Mystérieuse bougeait légèrement dans son corps, comme si elle suivait une sorte d’étrange rythme.

    Cette pièce était très grande et aussi très haute, faisant deux-cents mètres carrés. Une immense fenêtre fournissait amplement assez de lumière.

    Tang San découvrit tout de suite la cause affectant sa force interne : sur les quatre murs tout autour étaient incrustés d’innombrables rocs noirs de la taille d’un poing, d’un matériaux semblant similaire à celui utilisé par Su Yuntao pour l’éveil spirituel.

    Sur le sol apparaissait un énorme symbole, une épée longue pointant vers le bas, juste vers les portes d’entrée.

    Ce symbole était le même que celui monté à l’entrée du Hall Spirituel.

    Grand maître Ma Xiu-Nuo vit Tang San remarquer le motif au sol et dit avec un sourire :
    « Nous sommes ici au plus bas rang des Halls Spirituels, aussi connu sous le nom de Hall Spirituel Subsidiaire. Sur le Continent, même les plus petites cités ont un Hall Spirituel de la même envergure que le nôtre. Au-dessus des Halls Spirituels Subsidiaires se trouvent les Hall Spirituels Enfants et encore un niveau au-dessus sont les Halls Spirituels Seigneurs. À ce niveau, ils sont tous placés dans des grandes villes. Dans les deux capitales impériales, il y a des Halls Spirituels Saint de quatrième rang. Le cinquième rang est le Hall Spirituel Papal, c’est l’endroit le plus sublime de notre Hall Spirituel. Au-dessus, il n’y a que le légendaire Hall de Consécration du Douluo. Seul un Maître Spirituel atteignant le rang de Douluo est qualifié pour y entrer. C’est aussi la destination finale des Maîtres Spirituels étant enregistrés au Hall Spirituel comme ayant un rang supérieur à Douluo. C’est l’endroit que tous les Maîtres Spirituels désirent. »

    Les six sortes de Halls Spirituels qu’avait évoqués Ma Xiu-Nuo correspondaient aux six types de signes dont avaient parlé Grand maître, ce que Tang San comprenait déjà en son cœur.

    « Merci de m’avoir parlé de cela, grand-père Ma Xiu-Nuo, peut-on commencer ? »

    Ce dernier sourit et dit :
    « Les jeunes de nos jours, ah, leur tempérament est toujours impatient comme ça. Très bien. Alors nous allons commencer. Laisse libre cours à ton Esprit, libère ton Anneau Spirituel. »

    Tang San s’avança pour se tenir au centre du symbole, levant sa main droite, avec une concentration totale et une respiration calme, la force interne de la Technique Céleste Mystérieuse se combinant avec l’Herbe Bleu-argentée pour produire un courant chaud s’élevant lentement de la paume de sa main.

    D’épaisses et robustes lames d’Herbe Bleu-argentée s’élevèrent en nuée, pendant jusqu’au sol en un instant, le brillant Anneau Spirituel centenaire du Serpent Datura s’élevant de sous les pieds de Tang San autour de son corps, bougeant de haut en bas.

    Ma Xiu-Nuo arborait au départ un demi-sourire, mais lorsqu’il vit l’Herbe Bleu-argentée surgir de la main de Tang San, son expression était déjà figée par le choc,
    « Ce-, c’est de l’herbe bleu-argentée ? »

    Dans les yeux de Tang San miroita une faible lueur bleuté, c’était l’effet caractéristique lié à l’utilisation de l’Herbe Bleu-argentée,
    « Y a-t-il un problème grand-père Ma Xiu-Nuo ? »

    Ma Xiu-Nuo se frotta les yeux, il n’avait certainement pas mal vu. À ce moment, son attention se porta sur l’Anneau Spirituel jaune sur le corps de Tang San,
    « Un Anneau Spirituel centenaire, c’est bien un Anneau Spirituel centenaire. Il n’est pas étonnant qu’un aussi grand changement puisse arriver même à de l’Herbe Bleu-argentée. Mon enfant, je ne connais toujours pas ton nom. »

    « Je m’appelle Tang San. »

    Ma Xiu-Nuo exhala longuement, calmant son cœur agité,
    « Je peux confirmer que tu as un bon tuteur à l’académie de Nuoding. Cependant, la capacité des tuteurs de l’académie de Nuoding à t’aider à chasser une Bête Spirituelle de cent ans est déjà très compliquée. C’est dommage que le potentiel de croissance de l’Herbe Bleu-argentée soit si pauvre, sinon tu pourrais vraiment devenir un puissant Maître Spirituel, ton Esprit n’a après tout été éveillé que depuis quelques mois. »

    Ma Xiu-Nuo attrapa une boule de cristal jaune sur la table à côté, et revint devant Tang San,
    « Déverse-y ton pouvoir Spirituel, laisse moi regarder quel niveau tu as atteint. Selon la théorie tu devrais être niveau onze... »

    Ma Xiu-Nuo n’avait pas encore prononcé le mot rang alors que la boule de cristal jaune dans les mains de Tang San brillait progressivement d’un éclat jaune et brumeux de plus en plus radieux. L’éclat n’était pas très puissant, mais extrêmement clair.

    « Ce-, c’est… treizième niveau de pouvoir spirituel. »
    Ma Xiu-Nuo regarda Tang San un peu comme s’il regardait un petit monstre,
    « Serait-ce parce que l’Anneau Spirituel lui-même est puissant qu’il a accessoirement augmenté ton pouvoir spirituel ? Mais il ne devrait pas te faire sauter deux rangs, si ? Mon enfant, peux-tu me dire de quelle Bête Spirituelle provient cet Anneau ? »


    Partie 3

    Tang San dit sans se retenir :
    « C’était un Serpent Datura. »

    Ma Xiu-Nuo fut grandement choqué,
    « Pas étonnant, surprenamment c’est le Serpent Datura, au sein des Bêtes Spirituelles de bas niveau la plus dangereuse. Et même un âgé de cent ans, c’est pourquoi il a ce genre d’effet. Non, attend, ah, ton Esprit appartient au système des plantes, comment peut-il utiliser un Anneau Spirituel du système animal ? Mon enfant, tu ne peux pas mentir ainsi. »

    Ce chef Xiao était après tout seulement un enfant, concernant les Esprits, sa compréhension n’était pas complète, mais ce Ma Xiu-Nuo avait travaillé en tant qu’intendant au Hall Spirituel pendant plusieurs décennies, il était au fait des règles en matière d’Anneau Spirituel, se rendant compte immédiatement du nœud du problème.

    Tang San secoua la tête en disant :
    « Grand-père Ma Xiu-Nuo, je ne mens pas du tout. Pourquoi les système plante ne pourraient-ils pas utiliser des Anneaux Spirituels du système animal ? Sous certaines conditions, cela est faisable. Mon Professeur l’appelle le principe d’imitation de l’Esprit. »

    L’expression de Ma Xiu-Nuo changea grandement,
    « Puis-je te demander qui est ton professeur ? »

    Tang San répondit :
    « Tout le monde l’appelle Grand maître. »

    « Grand maître ? Le même Grand maître qui a un jour publié les dix grands principes fondamentaux de l’Esprit et après quoi a été expulsé du Hall Spirituel ? Il est en fait à Nuoding ? »

    En entendant les mots de Ma Xiu-Nuo, Tang San appris seulement maintenant que Grand maître venait surprenamment du Hall Spirituel. L’espace d’un instant, il ne sut pas comment réagir.

    L’expression de Ma Xiu-Nuo se fit sérieuse,
    « Tang San, serais-tu consentant à rejoindre le Hall Spirituel ? »

    Tang San fut ébahi l’espace d’un instant et dit :
    « Grand-père Ma Xiu-Nuo, ne suis-je pas déjà enregistré au Hall Spirituel ? »

    Ma Xiu-Nuo secoua la tête en répondant :
    « Non, cela est différent. S’enregistrer au Hall Spirituel est une chose qu’une large majorité de Maître Spirituel fait. Afin d’obtenir la subvention nationale. Mais rejoindre le Hall Spirituel signifie devenir un Maître Spirituel exclusif du Hall Spirituel. La cultivation spirituelle est également prise en charge en entrant dans une institution spéciale du Hall Spirituel. »

    Note de Kenshin : Ensemble nous pourrions régner sur le Continent, passe du côté obscur du Douluo Tang San…

    Tang San secoua la tête à son tour :
    « C’est probablement impossible, j’ai déjà commencé à étudier à l’académie primaire de Nuoding. »

    Ma Xiu-Nuo soupira :
    « Nous avons en effet un coup de retard, surtout que notre Hall Spirituel ne peut forcer quelqu’un à quitter l’académie sans justification . Oublie ça. C’est de la faute de cet enfant Su Yuntao, il aurait dû dès le départ t’amener directement au Hall Spirituel. Peut-être que Grand maître n’accepterais pas que tu rejoigne le Hall Spirituel, après tout... »

    Tang San sourit légèrement et dit :
    « Ne parlez pas comme ça, si j’étais venu au Hall Spirituel, peut-être n’aurais-je pas un aussi bon Anneau Spirituel. Qu’en dîtes vous grand-père Ma Xiu-Nuo ? »

    Ma Xiu-Nuo fut abasourdi un moment, puis dit en souriant :
    « Tu dis vrai. Bien, l’enregistrement de ta progression est effectué. À partir d’aujourd’hui tu es un Maître Spirituel honoré de l’Empire du Dou Céleste. Que les rangs des Maîtres Spirituels te fassent bon accueil. À l’avenir, tu pourras te servir du badge qu’on va te remettre dans un instant pour retirer ton salaire chaque mois au Hall Spirituel. Il est d’une pièce d’or spirituel pour les Maîtres Spirituels. Quand tu atteindras le rang de Grand Maître Spirituel, le salaire passe à dix pièces d’or spirituel. Pour ce qui est de l’histoire d’un Esprit plante absorbant un Anneau provenant d’un animal, je vais transmettre l’affaire aux autorités supérieures aussi vite que possible. »

    « Merci. »

    Quand Tang San quitta le Hall Spirituel, il avait déjà stocké le badge spécialement forgé du Hall Spirituel dans Vingt-Quatre Ponts Éclairés par la Lune. Le badge était rond, son nom gravé au dos et sur le devant étaient gravées deux ronces entrelacées, symbolisant le rang de Maître Spirituel. Même Tang San, pourtant descendant d’un forgeron, ne pouvait voir quel métal avait été utilisé.

    Après le Hall Spirituel, Tang San se précipita dans la direction de l’académie de Nuoding, et suivant les instructions de Ma Xiu-Nuo, il prit un raccourci lui permettant de réduire le trajet d’au moins la moitié.

    Alors qu’il allait d’un instant à l’autre atteindre l’académie, soudain, Tang San entendit un bruit familier. Sa course s’arrêta inconsciemment.

    Dingdang, dingdang, dingdang

    Un symbole de marteau, un grand et quelque peu rude bâtiment d’où provenait un son de battement régulier, c’était précisément une forge.

    De l’extérieur, cette partie de la forge était bien plus grande que la maison de Tang San, avec un grand nombre de visiteurs entrant et sortant.

    Une forge... Tang San ne put s’empêcher de se rappeler les mots de son père : Tang Hao lui avait dit une fois de trouver du travail dans une forge pour payer ses dépenses quotidiennes.

    Seulement, devant remplir son office d’étudiant-ouvrier à l’académie, avait-il encore du temps pour venir ici travailler ?

    D’avoir grandi dans une forge, Tang San avait un certain attachement à l’occupation de forgeron, jetant un dernier regard affectueux à la forge, avant de courir à nouveau vers l’académie.

    Afin que le corps de Grand maître récupère rapidement, Tang San utilisa l’argent que Grand maître lui avait donné pour acheter de la nourriture au réfectoire et la lui rapporter, mangeant avec lui. Grand maître pouvait déjà marcher et lui dit qu’il n’avait plus besoin qu’il s’occupe de lui, l’envoyant pour la première fois de ces dernier jours aux cours normaux, mais également pour qu’il étudie le livre que lui avait donné Grand maître.

    Quittant la chambre de Grand maître, Tang San retourna au dortoir des étudiant-ouvriers. Cette fois la chambre sept n’était pas déserte, les étudiant-ouvriers étaient essentiellement tous là, parlant de quelque chose avec des sourcils dansant et des visages éclatants.

    « Petit San, tu es de retour. »
    Xiao Wu était assise penchée en arrière dans le lit. Bien sûr son dos était appuyé sur leur couette commune.

    « Xiao Wu, amène-moi à l’endroit que nous devons balayer. Je tiendrai ma promesse, à partir de maintenant, donne moi la corvée de balayage. »
    Respecter ses promesses était la base des bonnes manières. Cette partie était réalisée par Tang San avec brio depuis le début.

    Xiao Wu lui jeta un regard et dit :
    « Encore entrain de balayer, ah, c’est petit de ta part, à l’avenir personne n’aura besoin de balayer quoi que soit. »

    Tang San fut décontenancé et dit :
    « Pourquoi ? »

    Xiao Wu dit d’un air suffisant :
    « Penses-tu que moi, cette Xiao Wu Jie, fait les choses sans raison ? Ce type Xiao Chen-Yu est entrain de charger des gens de faire notre travail d’étudiant-ouvrier. Après ça, nous n’auront plus à le faire, mais continuerons à recevoir le salaire. Toi qui est si fort par ailleurs, tu me sembles manquer de sens pratique. »

    Bien que Tang San tienne ses promesses, il n’était pas non plus une personne inflexible, ricanant, il dit :
    « Ça s’est plutôt bien arrangé. Maintenant tu es la Xiao Wu Jie de toute l’académie. »

    Xiao Wu s’assit toute droite, étreignant ses genoux, son petit visage devenant rose et regardant curieusement Tang San, elle dit :
    « Quel est le résultat de ton voyage au Hall Spirituel ? »

    Tang San répondit :
    « C’est fait. Je suis déjà un Maître Spirituel. »


    Partie 4

    Les autres étudiant-ouvriers avaient tous une lueur envieuse dans le regard. Bien sûr c’était seulement de l’envie, rien de plus. La scène de Tang San vainquant Xiao Chen-Yu plus tôt dans la journée était marquée au fer rouge dans leur Esprit, spécialement celui de Wang Shen qui lui vouait une admiration sans fin. Il avait atteint la conclusion que même après avoir obtenu un Anneau Spirituel, il ne serait pas nécessairement en capacité de le battre.

    Xiao Wu, pleine de curiosité, demanda :
    « Quel avantage y a-t-il à devenir un Maître Spirituel ? Ça ne peut pas être un simple titre vide. »

    Tang San gloussa et dit :
    « Il y a en effet des bénéfices, au moins, à l’avenir je pourrai manger de bonnes choses. Les Maîtres Spirituels gagnent une pièce d’or spirituel par mois. »

    « Une pièce d’or spirituel ? Tant que ça. »
    Xiao Wu comprenait à présent l’importance de l’argent, et bien que Xiao Chen-Yu ait affirmé que dans le futur les dépenses de nourriture des étudiant-ouvriers seraient à son nom, avoir de l’argent de côté était toujours mieux que devoir se reposer sur d’autres personnes.

    En parlant, Xiao Wu sauta du lit, courant au-dehors avec excitation.

    « Xiao Wu, où par tous les dieux vas-tu ? »

    « Je vais m’enregistrer au Hall Spirituel, une pièce d’or spirituel permet d’acheter tellement de bonnes choses, ah. »

    « Alors il n’y a pas besoin de te presser comme ça. »

    « Comment pourrais-je ne pas me presser, aurais-tu oublié que c’est le dernier jour du mois aujourd’hui ? En y allant maintenant, si on ajoute le mois prochain, je peux peut-être obtenir deux pièces d’or spirituel. »

    « Mais tu pourrais au moins mettre des chaussures avant d’y aller. »

    « Eh... »
    Xiao Wu finit tout de même par partir énergiquement en direction du Hall Spirituel et Tang San riait secrètement en son cœur, peut-être que grand-père Ma Xiu-Nuo n’allait pas se remettre de son choc. Après tout, Xiao Wu serait une véritable Maître Spirituelle Guerrière avec un Esprit Animal. En comparant les dispositions innées, c’était beaucoup mieux que son pouvoir spirituel inné maximum sorti de nul part.

    Sans travail d’étudiant-ouvrier à faire, l’esprit de Tang San revint immédiatement aux pensées de ce clair et mélodieux son de battement. L’ancien du village Jack lui avait un jour dit que plus tard, l’académie intermédiaire de Maîtres Spirituels aurait de gros frais d’inscription, et qu’il devait aussi acheter beaucoup de choses pour la maison, et qu’ainsi, avoir plusieurs moyens de gagner de l’argent était une bonne chose. De plus, c’était la requête de son père. Plus encore, seulement en travaillant à une forge aurait-il une chance d’augmenter son armement. Après avoir forgé lui même son dard caché, Tang San avait découvert que lorsqu’une arme secrète était complètement faite par lui personnellement, le sentiment de familiarité lié à cette arme secrète en était grandement augmenté.

    « Tang San, je m’excuse pour l’histoire de l’autre jour, tu n’en prendras pas ombrage n’est-ce pas ? »
    Tirant Tang San de ses pensées, Wang Shen surgit à ses côtés, parlant avec une expression sincère.

    Voyant Wang Shen arborant un sourire simple et honnête, Tang San secoua la tête, disant avec un léger sourire :
    « Ombrage de quoi, j’ai oublié depuis longtemps. Wang Shen dage, je dois sortir pour un moment, je reviendrai probablement dans la soirée. »

    Wang Shen acquiesça et dit :
    « Va-y. Au fait, félicitation pour ton passage au rang de Maître Spirituel. »

    Toujours avec un léger sourire, Tang San répondit :
    « Dans pas longtemps, ce sera également ton tour. »

    Quittant à nouveau l’académie de Nuoding, Tang San se sentit quelque peu fatigué. Après être rentré avec Grand maître, il s’était un peu battu avec le groupe de Xiao Chen-Yu sans se reposer convenablement entre-temps. Bien que sa Technique Céleste Mystérieuse soit déjà dans la seconde strate de cultivation, un sentiment de fatigue l’envahit tout de même.

    Cependant, aller à la forge était une affaire importante, au pire il commencerait le travail seulement demain matin. Ce que redoutait Tang San le plus en ce moment était qu’on n’accepte pas un si petit forgeron.

    En arrivant à la forge, Tang San entra sans attendre. En entrant, la chaleur souffla dans sa face ; toute forge était comme ça bien sûr, mais à la maison de Tang San, cette forge délabrée, la température était bien plus faible qu’ici.

    L’entrée était un large hall. Sur la droite étaient accrochées une grande variété d’outils en fer bien forgés. Il n’y avait pas que des ustensiles de ferme, mais aussi tout type d’armures et d’armes. Après tout, dans ce monde, les Maîtres Spirituels étaient une minorité. Et le prix des armes était naturellement beaucoup plus haut que celui des outils de ferme.

    Voyant ces armes, Tang San ne put que se rappeler le travail qu’il avait fournit dans son ancienne vie. À cette époque, les armes secrètes mécaniques manufacturées de la secte Tang étaient son principal piller économique. La secte Tang avait beaucoup de règles, bien qu’ils échangent des armes mécaniques à l’extérieure, ils n’en échangeaient que des non empoisonnées et des biens ordinaires. Les connaissances vraiment secrètes étaient impossibles à faire sortir. Bien que la situation soit ainsi, les armes secrètes produites par le secte Tang étaient toujours rare en Jianghu.

    S’il commençait lui aussi une production d’armes secrètes, quel genre de revenus cela lui apporterait-il ?

    « Mon jeune ami, quelque soit la raison pour laquelle tu es venu, si tu veux acheter des choses, appelle les adultes de ta famille. Sort vite, c’est dangereux ici. »

    Alors que Tang San était plongé dans ses pensées, une voix forte et claire le ramena à la réalité.

    Levant les yeux, il découvrit un type torse nu et musculeux le regardant, sa peau basanée recouvrant des muscles saillants, l’air très solide, tenant dans sa main un marteau de forgeron de grande taille, son front couvert de sueur.

    « Oncle, salutations. Je pensais venir demander si vous prenez des apprentis ici. »
    La voix jeune, claire et mélodieuse de Tang San, bien que la forge soit emplie du bruit des marteaux cognant le fer et l’acier, fut distinctement entendue par tout le monde.

    La plupart des forgerons arrêtèrent leur travail avec leur main encore en l’air, regardant Tang San avec des sourires bienveillants. Être forgeron pouvait être considéré comme la vocation la plus humble, tous étaient des gens venant d’une famille pauvre, se reposant sur leur force physique et leur savoir-faire pour manger, et bien qu’ils semblent durs, la plupart étaient très bons et honnêtes.

    Le grand type qui avait parlé mesura Tang San de haut en bas une fois ou deux et dit :
    « Mon jeune ami, n’essaie pas. Part vite. Tu n’es pas en sécurité ici. Ton vêtement est-il celui d’un forgeron ? De plus, notre maison ne prend pas d’apprenti aussi petit. Tu serais probablement incapable de lever le marteau. Ha-ha. »

    Tang San réalisa qu’il portait encore son uniforme d’école propre et repassé, comment pourrait-il être vu comme un forgeron en portant ceci.
    « Excusez-moi, oncle, je reviens dans un instant. »
    Ayant finit de parler, il se retourna et couru dehors.

    La forge était très proche de l’académie de Nuoding et quand Tang San revint il s’était déjà changé dans ses habits d’origine, pleins de grosses pièces recousus couvrant de plus petites pièces, ce genre de vêtement, même en mangeant des centaines de repas, il n’y aurait toujours pas besoin de contrefaire la pauvreté.

    En entrant, Tang San ne chercha pas quelqu’un d’autre, se dirigeant directement vers l’oncle de tout à l’heure,
    « Oncle, tu penses que comme ça on peut me voir comme un apprenti ? »

    Le grand type regarda Tang San portant cents coutures, et fut immédiatement interloqué un instant,
    « Petit, tu ne te moques pas de moi n’est-ce pas ? »

    Tang San répondit honnêtement :
    « Bien sûr que non. Oncle, c’est ainsi. Je suis étudiant-ouvrier à l’académie de Nuoding, j’ai du temps libre tous les après-midis, mon père était un forgeron de village. Depuis petit j’ai étudié la forge avec mon père, et je pensais venir ici pour gagner mes repas. »


    Partie 5

    Entendant les mots de Tang San, l’expression du grand type s’adoucit immédiatement. Ils venaient tous de familles pauvres et ils ressentirent tous un grande compassion dans leur cœur ; de plus, cet enfant était étudiant à l’académie de Nuoding. Le grand type dit simplement :
    « Très bien, si tu veux venir, viens. Il y a de petit boulots à faire pour nous, tu pourras toujours nous apporter le thé. Mais le salaire ne sera pas très élevé, bien que la nourriture soit assurée. Comment cela te semble-t-il ? »

    « C’est parfait, pas de problème. »
    Tang se réjouit et s’empressa de répondre.

    Les forgerons regardèrent tous Tang San avec des sourire bienveillants. Le grand type les foudroya du regard en disant :
    « Qu’est ce que vous regardez, vous avez encore du boulot. Dépêchez-vous, ce soir je vous invite tous à boire de la bière. »

    À ces mots, l’enthousiasme des forgerons redoubla et ils abattirent leur marteaux de nouveau.

    Le grand type leva son marteaux, forgeant la fonte devant lui et s'adressa à Tang San :
    « Je m’appelle Shi San, le Shi de la pierre, tu peux m’appeler Oncle San. Cette forge est mon héritage. Lorsque tu travailleras ici pour moi, j’assurerai les déjeuners et les dîners chaque jours, en plus de te donner dix pièces de cuivre spirituel. Si tu es efficace, je t’en donnerai un peu plus. Oh, c’est vrai, quel est ton nom ? »

    « Oncle, je m’appelle Tang San. »

    « Tang San ? Ha-ha, bien, nos deux noms ont San dedans, il semblerait que c’était vraiment prédestiné. De quel village viens-tu? »

    Tang San dit :
    « Je viens du village de l’Esprit Sacré. »

    Shi San continua :
    « Tu disais à l’instant que tu as étudié la forge avec ton père depuis l’enfance. Tu es si petit, qu’a pu t’apprendre ton père ? »

    Tang San répondit :
    « À forger bien sûr. Oncle San, il ne faut pas me voir comme petit, j’ai de la force et forger de la fonte n’est pas un problème. »

    Shi San rit bruyamment,
    « Mes frères, notre nouvel assistant dit qu’il peut aussi forger. Vous le croyez ? »

    Les forgerons explosèrent immédiatement de rire. Tang San avait l’air d’avoir six ou sept ans, et c’était après avoir obtenu un Anneau Spirituel et que sa carrure ait grandit quelque peu. En regardant son apparence physique, qui pourrait croire qu’il était capable de forger ?

    Être pris de haut est toujours désagréable et Tang San dit :
    « Oncle San, je peux vraiment forger, si tu ne le crois pas, laisse moi essayer. »

    Shi San arrêta son travail, posant son marteau de forgeron sur le sol,
    « D’accord, alors si tu peux soulever mon marteau, je te croirai. »
    En parlant, il passa la poignée à Tang San. Comme la tête du marteau reposait sur le sol, il n’avait pas peur que Tang San soit écrasé.

    « Oncle San, comme tu es en train de purifier ce morceau de fonte, je vais t’aider à le faire pour te prouver que j’ai raison. »
    Tang San prit la poignée du marteau des mains de Shi San.

    Avec la force extraordinaire innée de Shi San, le marteau qu’il utilisait était clairement plus gros que celui des autres. Il était plus grand que Tang San d’un demi chi à peu de choses près. Tang San était à nouveau devenu le centre d’attention de la forge, les forgerons le regardant prêt à rire. Mais leur sourires s’éteignirent très vite, car Tang San avait déjà soulevé le marteau et le levait avec aisance devant lui.

    Comparé à des marteaux normaux, sont poids était trente pourcent plus important, du moins telle fut l’appréciation de Tang San lorsqu’il le leva du sol. Bien qu’un peu lourd, même avant d’avoir obtenu son Anneau Spirituel il aurait déjà pu l’utiliser sans effort, sans parler de maintenant.

    Voyant Tang San lever lentement le marteau, Shi San le regardait avec des yeux prêt à sortir de leurs orbites, s’exclama avec admiration,
    « Une bonne force, digne d’un fils de forgeron. »

    Tang San, les yeux brillants, regarda fixement la fonte dans le four, expira bruyamment, et abattit férocement le marteau de Shi San.

    « Hei. »

    La plante des pieds fermement encrée dans le sol, ses mollets générant abruptement de la force, la force se transmettant par la hanche, son corps effectua une demi rotation et l’énorme marteau tournoya en une courbe oblique autour de lui, s’abattant lourdement sur le morceau de fonte.

    Un clang résonnant transforma les expressions souriantes des forgerons en expressions de stupeur. Immédiatement après, en rythme avec le rebond du marteau, Tang San tourna rapidement sur lui même, le marteau de fer tournoya à nouveau dans ses mains, faisant à nouveau un grand fracas en tombant encore plus lourdement sur le morceau de fonte chauffé au rouge.

    « Oncle San, aide-moi à activer les soufflets s’il-te-plaît. La température est trop basse. »
    Dit Tang San rapidement, son troisième coup déjà armé en l’air. Cette fois la puissance du marteau était encore plus destructrice, faisant siffler l’air avec des wuwu.

    Shi San était quand même un vieux forgeron et comprenait évidemment les conséquences d’une température insuffisante. Il s’accroupit prestement à côté, levant les soufflets.

    La scène qui suivit marqua les forgerons présent à vie. Ce lourd marteau de forge semblait vivant entre les mains de Tang San, dessinant un cercle après l’autre dans les airs, sur un rythme précis, le sons des battements résonnant tel une tempête violente dans la forge.

    Personne ne prêta attention aux mains de Tang San, devenus blanche étincelante comme la jade. Accompagnant les clangs, le morceau de fonte pulsait sans arrêt sous le marteau de forge.

    Shi San activait les soufflets de toute sa force d’un côté et regardait Tang San balançant le marteau de l’autre, son expression au-delà du choc.

    Les autres forgerons savaient à quel point le marteau de Shi San était lourd, et connaissaient la difficulté que représentait un martellement continu. C’était encore plus vrai pour Tang San.

    Clang. La dernière rotation accomplie, Tang San ramena le marteau à son ancienne place, et fit deux tours pour dissiper l’élan du marteau. La grosse tête du marteau pointant vers le bas toucha à nouveau le sol, causant un moment de choc dans le cœur des forgerons.

    Vingt-sept coups, vingt-sept coups complets et sans arrêt. Lorsque Shi San forgeait la fonte auparavant, il n’y avait pas eu de modification, pas même d’un iota, mais elle était maintenant en forme de cercle.

    Ce que Tang San venait de faire, Shi San se savait capable de le faire aussi, mais cela lui aurait pris toute une journée. Et il était forgeron depuis quinze ans déjà.

    Voyant Tang San haletant et son front suant, Shi San bégaya :
    « Ça-,ça n’aurait pas été la Technique de Marteau du Vent fendant le Chaos ? L’art de forge le plus puissant parmi les arts de forge en continu ? »

    « La Technique de Marteau du Vent fendant le Chaos ? Qu’est-ce que c’est ? »
    Demanda Tang San, incertain.

    Les joues de Shi San étaient déjà rouges d’excitation,
    « Ce qu’on appelle la Technique de Marteau du Vent fendant le Chaos est une méthode de martellement continu, utilisant un levier de force, capable d’utiliser au mieux la force physique de nous autre forgerons. On raconte que les forgerons les plus extraordinaires peuvent soutenir quatre-vingt-un coups, modelant l’apparence de la fonte comme ils le veulent directement. Plus important, la Technique de Marteau du Vent fendant le Chaos est la technique la plus puissante pour enlever les impuretés dans le métal. Je pensais qu’elle avait été perdue il y a longtemps, je ne m’attendais pas à la voir aujourd’hui entre tes mains. »

    ----------

    Enjoy !
    Kenshin & Yu
  • Merci pour le chapitre.
  • merci pour le chapitre
  • La fabrication des armes secrètes, check O.K !
    Merci pour le chapitre et bonne période de fête ;)
  • Merci pour le chapitre!!!!
  • Merci ^^
  • merci pour le chapitre
  • Merci pour le chapitre
  • Oh mon dieu, il est pas encore 1h du matin et je poste un chapitre, c'est bien les vacances, on a plus de temps pour traduire :p

    Au passage, on l'a pas dit, mais il y a des volumes dans Douluo Dalu: tous les volumes font 7 chapitres (de 0 à 7 puis de 8 à 14, etc), je vais donc balancer le nom des deux premiers volumes tout de suite ^^

    volume 1 : Continent de Douluo
    volume 2 : Le premier Anneau Spirituel

    et le chapitre:

    Chapitre 13 : Le message de père

    Partie 1

    Était-ce vraiment la Technique de Marteau du Vent fendant le Chaos ? Dans les yeux de Tang San flottait la silhouette démoralisée de son père, se pourrait-il que son père ait été un forgeron extraordinaire ?

    « Oncle San, Je ne sais pas non plus s’il s’agit de la Technique de Marteau du Vent fendant le Chaos, il s’agit juste d’une technique que mon père m’a appris. »

    Shi San respira profondément et dit d’un sourire plus que joyeux : « Il semblerait que nous ayons obtenu un trésor. Le contrat de travail précédent est rompu, pour le moment tu recevra la même paie que tout le monde, une pièce d’argent spirituelle par mois. Si les affaires sont bonnes, tu recevras une prime. »

    Et aussi simplement que cela, Tang San devint un employé dans la forge de Shi San, commençant une vie bien remplie.

    Le programme de l’académie n’était pas du tout utile à Tang San, il avait après tout les enseignements de Grand maître, qui étaient beaucoup plus utiles que les cours des professeurs.

    Il lut également avec attention le livre que Grand maître lui avait donné. Comme il s’y attendait, les techniques de cultivation que Grand maître avait découvertes, étaient similaires aux routes de cultivation de la force interne. Bien sûr, il ne s’agissait que de théories établies par Grand maître, elles étaient encore loin d’atteindre le niveau des techniques de cultivation de la force interne et surtout de la parfaitement établie Technique Céleste Mystérieuse de la Secte Tang.

    Xiao Wu quant à elle obtint le titre de Maître Spirituel et après qu’elle soit devenue la Xiao Wu Jie de toute l’académie, les étudiant-ouvriers commencèrent à mener une vie détendue.

    Tous les matins, Tang San cultivait son Œil du Démon Violet au lever du soleil, puis assistait aux cours durant la matinée. Durant l’après-midi, il allait travailler à la forge, pour enfin terminer sa journée dans le bureau de Grand maître où il étudiait. Cependant même la nuit ne lui accordait pas de repos, car il cultivait la Technique Céleste Mystérieuse durant celle-ci. On pouvait vraiment décrire ses journées comme remplies.

    À la forge, Tang San gagna le respect des autres forgerons rapidement. Shi San lui avait confié le raffinement des métaux, tandis qu’il utilisait des morceaux de métal abandonnés afin de commencer la production de ses armes secrètes durant son temps libre. Bien sûr, il ne forgeait que les composants à la forge et attendait d’être seul à l’académie pour les assembler.

    Pendant ce temps, Xiao Wu utilisait sa force monstrueuse et l’aide de Xiao Chen-Yu afin d’être reconnue comme la chef des étudiants rapidement et contrairement à Tang San, elle menait une vie calme et paisible, au point de sécher certains cours. Tang San ne savait cependant pas comment elle s’entraînait, mais sa force augmentait continuellement.
    À l’académie primaire de Nuoding, la période scolaire durait un an, durant laquelle les étudiants n’étaient pas autorisés à retourner chez eux, même si leur famille pouvait aller les voir. Tang San souhaitait vraiment que Tang Hao passe le voir, mais pas une trace de Tang Hao n’apparut à l’académie de toute l’année. Fort heureusement, la vie de Tang San était bien remplie et il n’avait donc pas le temps de s’en attrister.

    Quant au Hall Spirituel, peu après que Tang San soit allé enregistrer son rang, des gens du Hall Spirituel étaient venus à l’académie afin de rencontrer Grand maître. Celui-ci ne dit jamais à Tang San de quoi ils avaient parlé et Tang San ne posa pas la question non plus. Mais il était certain que Grand maître était plus souriant qu’auparavant, laissant Tang San deviner que les relations entre Grand maître et le Hall Spirituel s’étaient améliorées.

    « Xiao Wu, tu rentres chez toi pour les vacances demain ? »
    Demanda Tang San à Xiao Wu en faisant sa valise.

    Une année scolaire était déjà passée et il était finalement autorisé à rentrer chez lui pour voir son père. L’après-midi même il avait déjà demandé des congés à Shi San, achetant même un nouveau marteau de forge pour son père.

    Depuis que Tang San avait commencé à travailler à la forge, tous les outils et les armes de celles-ci étaient devenus meilleures, permettant à la forge de mieux marcher. Le salaire de Tang San était maintenant de cinq pièces d’argent spirituelle, la moitié du salaire de Maître Spirituel.

    Xiao Wu était allongée sur son lit, ses yeux révélant une légère tristesse, quelque chose d’entièrement différent de d’habitude,
    « Je ne rentre pas. Je vais peut-être rester à l’académie. »

    Tang San resta abasourdi un moment avant de répondre,
    « Tu ne vas pas aller voir tes parents de l’année ? »

    Les yeux de Xiao Wu s’illuminèrent soudainement et ignorant la question de Tang San, elle dit :
    « Petit San, tu n’habites pas loin de l’académie non ? Je n’ai qu’à aller chez toi et on pourra jouer ensemble, qu’en dis-tu ? De toute façon, Wang Sheng et Xiao Chen-Yu vont tous les deux participer à l’examen d’entrée de l’académie intermédiaire ; il n’y a donc personne pour jouer avec moi à l’académie. »

    Tang San sourit, après avoir passé un an avec Xiao Wu, il pouvait dire qu’il comprenait quelque peu Xiao Wu. Cette petite fille était gai et vive et semblait toujours vouloir voir le monde sombrer dans le chaos ; quand elle faisait semblant d’être douce et gentille, elle ressemblait à une adorable poupée, avant de se transformer un instant plus tard un violent ouragan. Son titre de grande sœur de l’académie était totalement creux. Dieu seul savait combien d’étudiants avaient souffert à cause d’elle.

    « Ma famille est très pauvre et ne possède rien pouvant t’occuper. »

    Xiao Wu leva les deux mains au ciel et fixant de ses grands yeux Tang San, elle dit :
    « Tu économises tout ton argent tous les mois, tu ne veux même pas dépenser une pièce de cuivre et mais tu as peur de ne pas pouvoir t’occuper de moi? »

    Tang San sourit légèrement en entendant cela et lui répondit en lui tendant sa main droite :
    « En parlant d’économies, je crois maintenant me souvenir qu’une certaine personne me doit cinq pièces d’argent spirituel. »

    Xiao Wu resta stupéfaite, son visage tendre et mignon rougissant d’embarras. Un salaire d’une pièce d’or par mois ne pouvait pas être décrit comme maigre, mais les dépenses de Xiao Wu étaient vraiment extravagantes. Si elle voyait quelque chose qui lui plaisait en ville, elle revenait pour l’acheter l’instant d’après, ne prenant même pas en compte l’utilité de l’objet. À ce jour, elle avait acheté ses propres draps depuis longtemps et ne partageait plus son lit avec Tang San. Et finalement, étant incapable de gérer ses dépenses, elle eut besoin rapidement d’emprunter de l’argent à Tang San jusqu’à que cela en devienne une habitude.

    « Tu es sûr que je te dois six pièces d’argent ? Attend la fin du mois, je te rembourserai. En plus tu ne m’as toujours pas dit si tu voulais bien que je vienne avec toi. »

    Tang San dit avec un léger sourire :
    « Si tu veux venir, viens. Retiens juste que mon père a un sale caractère. »

    Xiao Wu n’était pas du tout impressionné par cette remarque et répondit : « Quelqu’un d’aussi adorable que moi ? Ton père ne pourra jamais me rejeter. » En parlant, son visage montrait une expression adorable tandis qu’elle clignait des yeux.

    Son apparence aurait pu influencer certaines personnes, mais Tang San l’avait vue trop souvent exploser de colère. Il ne put pas s’empêcher de secouer la tête, incapable de croire ce qu’elle disait. « Pas la peine de faire ton numéro avec moi. Heureusement que tu n’as que sept ans, si tu étais un peu plus âgée, tu aurais vraiment un charme de renarde. »


    Partie 2

    « Un charme de renarde ? C’est quoi ? » Demanda Xiao Wu avec curiosité.

    Tang San lui expliqua en souriant : « C’est une sorte de Bête Spirituelle qui s’est transformée en démon se spécialisant dans la séduction d’hommes. »

    Xiao Wu fut stupéfiée un long moment, son regard, qui fixait Tang San, devenant quelque peu étrange. Son humeur devint clairement énervée alors qu’elle dit :
    « Va mourir ! Tu oses me dire que j’ai un charme de renarde ? Je vais te frapper. »
    Tout en parlant, elle avait déjà sauté de son lit vers Tang San, les deux bras tendus.

    Les autres étudiant-ouvriers qui regardaient cette scène ne semblaient pas le moins du monde perturbés. De leur point de vue, ce genre de bruit était devenu monnaie courante ; Ce qui les choquerait était au contraire de ne pas les entendre se chamailler de la journée.

    Tôt le lendemain matin, Tang San se mit en route vers son village accompagné d’une petite fille excitée et bondissante, portant tous les deux l’uniforme de l’académie de Nuoding.

    Pour Tang San, cette année avait été remplie d’événements et extrêmement satisfaisante. Atteindre le deuxième niveau de la Technique Céleste Mystérieuse, puis avec une cultivation régulière, la faire progresser rapidement. D’après ses estimations, il devrait avoir dépassé le niveau intermédiaire de la seconde strate tandis que son pouvoir spirituel s’approchait du niveau 17.

    À l’académie, il n’y avait, parmi les étudiants, que Xiao Wu qui pouvait l’égaler en pouvoir spirituel : bien qu’il ne la voie jamais cultiver, les résultats de leur comparaison de pouvoir spirituel n’étaient jamais très distants. Parfois Tang San la surpassait, d’autres il était celui qui était surpassé par Xiao Wu. Même s’ils n’étaient tous les deux que des enfants, aucun d’eux n’acceptait de laisser l’autre gagner, ce qui provoquait de nombreux duels.

    Au début, Xiao Chen-Yu et Wang Sheng, deux étudiants de sixième années, se joignaient aux duels, mais suite à la progression beaucoup trop rapide de Tang San et Xiao Wu, plus aucun étudiant ne voulait se joindre à eux. Après tout, très de peu de gens accepteraient de devenir un sac de frappe volontairement.

    Ainsi, même si Xiao Wu était officiellement la chef des étudiants de l’académie, en réalité, les autres étudiants appelaient Tang San Tang San Ge.

    Quand Tang San faisait des duels contre Xiao Wu, il perdait plus souvent qu’il ne gagnait. Les coups de Xiao Wu émergeaient en un flot continu, en particulier sa Technique Souple donnait l’impression d’être un gâteau de Nouvel An(1). Durant les duels où ils n’utilisaient pas la compétence de leur Anneau Spirituel, Tang San perdait presque à coup sûr et même s’ils l’utilisaient, il pouvait au mieux faire match nul dans la majorité des cas.

    Pour ce qui était des armes secrètes que Tang San pratiquait secrètement, il ne pouvait absolument pas les utiliser pendant un duel amical ; premièrement parce que la létalité de ses armes était beaucoup trop grande, il était trop facile de blesser gravement quelqu’un avec et deuxièmement parce qu’il souhaitait améliorer son niveau en combat rapproché au travers de ces duels. Aussi peut-être était-ce leur duels incessants ayant un effet bénéfique, mais leur force réelle avançait de concert et rapidement. À tel point qu’aucun professeur de l’académie n’acceptait de les prendre en charge et bien qu’étant en première année, ils étaient déjà reconnus comme les génies de l’académie.

    « On est encore loin?’ »
    Demanda Xiao Wu, l’air dépité et regardant partout autour d’elle.

    « On va arriver bientôt. Tu vois le sommet de la colline là-bas ? Le village de l’Esprit Sacré est à son pied. »
    Étant sur le point de rentré chez lui, Tang San ne pouvait s’empêcher d’être quelque peu excité. Si les règles de l’académie n’étaient pas aussi strictes et qu’il n’y avait pas de professeurs faisant la ronde durant la nuit, Tang San serait parti beaucoup plus tôt afin de revoir son père, je ne t’ai pas vu depuis un an, papa, est-ce que tu vas bien ?

    Peut-être était-ce parce qu’il était orphelin dans sa vie antérieure, Tang San chérissait particulièrement sa famille dans cette vie.

    Impatient, il passa la main sur Vingt-Quatre Pont Éclairés par la Lune à sa taille, dans laquelle se trouvaient un nouveau marteau en fer pour son père, des habits neufs et même quelques bouteilles de bon vin.

    Le petit village dans lequel il avait vécu six ans était déjà visible et dans le cœur de Tang San, un sentiment indescriptible apparut progressivement. Si on voulait vraiment le décrire avec des mots, on pourrait dire que Tang San appréciait particulièrement le fait d’avoir une famille, même si celle-ci ne comportait que son père et lui.

    Très rapidement, les deux enfants rentrèrent dans le village. Sa maison était dans la périphérie du village et une fois qu’ils arrivèrent devant, Tang San montra du doigt la pancarte usée sur la façade et dit :
    « Regarde, c’est ma maison. »

    Étant enfin devant sa maison, Tang San devint de plus en plus excité, sa démarche devenant de plus en plus rapide.Après quelques derniers pas, Tang San arriva devant la porte de sa maison.

    La porte d’entrée était toujours grande ouverte comme avant, mais cela importait peu, car il s’agissait d’une des habitudes de Tang Hao et il n’y avait de toute façon rien à voler à l’intérieur.

    « Papa, je suis de retour »
    Cria Tang San avec excitation.

    Xiao Wu de son côté n’avait jamais vu Tang San aussi excité, se tenant derrière lui, elle regardait son dos avec curiosité. Tang San était un ami très gentil, qui ne parlait pas beaucoup, mais qui semblait toujours avoir quelque chose à faire. Elle ne pouvait voir son côté sérieux que lorsqu’ils faisaient des duels et même lorsqu’il perdait violemment contre elle, elle n’avait jamais vu son côté énervé, ni même agité.

    Tout en criant, Tang San entra rapidement à l’intérieur.

    Rien ne semblait avoir bougé, la forge était toujours en désordre et même encore plus qu’avant qu’il ne parte. Le désordre immonde et ce sentiment de désolation apportaient à Tang San un sentiment de familiarité.

    « Oh, Petit San, tu es de retour. »
    Un voix légère se fit entendre et une personne sortit d’une des chambres.

    Voyant celle-ci, Tang San ne put s’empêcher d’être stupéfait,
    « Papy Jack, tu es là ? Mais alors, mon père ? »

    Cette personne était en réalité le doyen du village, vieux Jack. Il avait un sourire ironique sur son visage et tendant un bout de papier à Tang San, il dit :
    «Tiens, regarde le message que ton père t’a laissé. Je suis passé le voir un peu plus tôt, pensant le faire sortir pour que nous puissions aller à ta rencontre. Je ne pensais pas que tu serais de retour si tôt. »

    Tang San devint nerveux en entendant cela et il arracha presque le papier des mains du vieux Jack, baissant la tête pour le lire.

    Seuls quelques lignes étaient lisibles sur le morceau de papier, l’écriture était peu soignée, mais elle donnait l’impression d’être indomptable et puissante.


    Partie 3

    « Petit San :
    Quand tu liras ces mots, je serais déjà parti. Ne me cherche pas, tu ne seras pas capable de me trouver.

    Bien que tu sois encore jeune, tu possèdes assez de force pour survivre seul et un oiseau doit quitter le nid un jour pour pouvoir voler de ses propres ailes.

    Tu n’as pas besoin de t’inquiéter pour moi. Je dois aussi te dire que tu tiens beaucoup de ta mère, particulièrement pour ton caractère, aussi doux que le sien. Contrairement à ton père inutile, au passage.

    Grandit tranquillement de ton côté, je dois récupérer certaines choses qui m’appartiennent. Nous nous retrouverons inévitablement dans le futur.

    J’espère que tu pourras devenir quelqu’un de fort et en même que tu ne le deviennes pas, cependant tu es maître de ton destin.

    Si un jour, tu penses que la vocation de Maître Spirituel n’est pas pour toi, retourne juste au village de l’Esprit Sacré et devient comme moi un forgeron.

    Ne t’en fait pas pour moi,

    Tang Hao »

    Lisant le lettre dans ses mains, Tang San resta stupéfait, la joie qu’il ressentait auparavant s’était transformée en solitude.

    Papa est parti… Papa, pourquoi est-ce que tu es parti ?

    Vieux Jack remarqua la détresse de Tang San et lui dit d’un sourire ironique :
    « Tang Hao est partit sans rien dire. Je lui ai encore commandé des outils de ferme avant-hier. Avec son départ impromptu, nous devons trouver un nouveau forgeron. Cet homme est vraiment irresponsable. »

    Tang San regagna lentement ses esprits et dit,
    « Papy Jack, tu es en train de dire, que papa n’est parti que hier ou aujourd’hui? »

    Vieux Jack hocha la tête,
    « Cela devrait être le cas. Petit San, ne soit pas triste, ce genre de père ne le mérite pas. Suis moi, nous allons rentrer chez moi. »

    Tang San secoua la tête en silence et plaça avec grande attention la lettre de son père dans la poche intérieure de son uniforme.

    « Merci papy Jack, mais ma maison est en désordre, je suis donc obligé de décliner ton invitation afin de rester ici. Je dois tout ranger en premier. »

    Vieux Jack fut surpris un instant, il n’avait pas pensé que le tout petit Tang San le mettrait à la porte et d’un soupir, il dit :
    « Très bien. Rappelle-toi juste que si tu as le moindre soucis, tu peux venir me voir. »
    N’ayant plus d’autres choix que de secouer la tête, il se tourna vers la porte et sortit.

    Après que vieux Jack soit parti, il ne restait que deux personnes dans la forge : Tang San et Xiao Wu. Tang San ne dit mot et commença à ranger le désordre de la pièce et nettoyant les meubles de toutes les pièces.

    Contrairement à son habitude, Xiao Wu n’était pas bruyante et excitée, elle restait silencieuse et s’approchant de Tang San, elle commença à calmement ranger les affaires à ses côtés et aussi à apporter de l’eau fraîche depuis le puits afin de nettoyer la terre à l’intérieur.

    . . . . . . .

    Pendant ce temps, à l’académie de Maîtres Spirituels de Nuoding.

    Grand maître était en train de lire dans sa chambre. Petit San était rentré chez lui, il se sentait un peu seul. Le connaissant depuis maintenant un an, bien qu’il ne l’ait jamais dit à haute voix, il s’attachait de plus en plus à cet enfant.

    Jusqu’à ce matin, il hésitait encore à accompagner Tang San afin de voir à quoi ressemblait sa maison. Finalement, il décida de ne pas y aller. Il avait beaucoup de raison, tellement même qu’il n’était même plus capable d’expliquer clairement pourquoi.

    Peng, peng, peng. On toqua alors à ce moment à sa porte.

    Grand maître fronça les sourcils, normalement mis à part Tang San, personne ne venait ici.

    « Entrez. »
    Grand maître posa le livre qu’il tenait dans la main et dit nonchalamment.

    Ouvrant la porte, une large silhouette entra dans la pièce. Il portait une robe grise simple. Il avait des cheveux noirs décoiffés qui pendaient sur ses épaules. Son visage portait les traces des vicissitudes de la vie, ses yeux étaient ternes et ressemblaient à deux chandelles sur le point de s’éteindre à cause du vent. Ses traits ne correspondaient pas du tout à sa cinquantaine d’années.

    « Bonjour Grand maître. »
    La voix grave et rauque du visiteur se fit entendre.

    Sans savoir pourquoi, le corps de Grand maître se tendit lorsque cette personne entra dans la pièce, au point qu’il recouvrit son corps du pouvoir spirituel.

    « Vous êtes ? »
    Se levant lentement, Grand maître exprima son manque de certitude.

    La personne en gris dit calmement :
    « C’est vrai que nous ne nous sommes pas vus depuis vingts ans. Il n’est pas étonnant que tu ne m’aies pas reconnu. Je suis Tang Hao. »

    « Tang Hao ? »
    Le visage habituel de Grand maître qui était la définition même de l’expression « un vieux puits ne fait pas de vagues » révéla une forte surprise, ses yeux se mettant tout de suite à fixer la silhouette devant lui tandis qu’il serrait la table à ses côtés fortement,
    « Vous, Vous êtes Hao(2)... »

    Tang Hao lui fit signe de se taire et dit froidement :
    « Les titres du passé ne doivent plus être évoqués. De nos jours, pour certaines raisons, beaucoup croient que tu es un fou, mais je sais que tu n’es qu’une personne tenace. »

    Grand maître se calme peu à peu, son visage rigide revenant à la normal,
    « Il semblerait que ma théorie soit vraie, vous êtes bien le père de Tang San. Il vient juste de rentrer chez vous, pourquoi êtes-vous ici ? »

    Tang Hao baissa la tête et répondit calmement :
    « C’est justement parce qu’il est rentré que je suis ici. Je sais que qu’il est devenu ton disciple. En tant que son père, j’aurai dû passer te voir il y a longtemps. Je dois partir, ma seule inquiétude est sa sûreté, j’espère donc pouvoir te confier Petit San. »

    « Vous devez partir ? Pour aller où ? Il est votre fils ! »
    Grand maître fixait Tang Hao, son regard quelque peu violent.

    Tang Hao conserva son expression froide et dit :
    « Mais il est aussi ton disciple. Je dois partir, j’ai beaucoup de choses à faire. De plus il ne pourra jamais être heureux en restant à mes côtés. Je ne te demande rien d’autre, il doit choisir sa propre voie. J’ai déjà quitté ce monde dix ans, dix ans. Maintenant qu’il a grandit, je dois aller m’occuper de certaines affaires. »

    Note de Yu : je tiens juste à rappeler que Tang San a bien sept ans à ce moment de l’histoire, Tang Hao était déjà dans l’ombre avant sa naissance.

    Grand maître inspira longuement avant de dire,
    « Je ne sais pas ce qu’il vous est arrivé mais de ce que j’ai pu voir, Tang San semble très attaché à vous. Vous ne trouvez pas qu’il est un peu cruel de partir comme cela ? »

    Tang San répondit indifféremment,
    « Il a choisi lui-même de suivre une voie extraordinaire ; qu’il reste à mes côtés serait la chose cruelle. Bien, j’ai dit ce que j’avais à dire, mais souviens-toi, peu importe quand et où, il est mon fils. »

    Ayant dit cela, Tang Hao leva sa main et lança un laissez-passer noir sur le bureau de Grand maître. Ce laissez-passer était identique à celui de Grand maître à un détail près… Il y avait six symboles sur celui-ci.


    Partie 4

    D’un peng, la porte se referma sur la silhouette de Tang Hao. Fixant la porte, Grand maître se tint debout sans bouger pendant un long moment.

    Revenant finalement à lui-même, il ne put que baisser le regard sur le laissez-passer, son visage laissant apparaître un sourire ironique,
    « Je n’aurais jamais imaginé que mon idole soit déjà devenue comme ça. »

    . . . . . . .

    Le soleil commençait déjà à tomber vers l’ouest alors que deux petites silhouettes habillées de manière identique se tenaient assises côte-à-côte.

    La lumière du soleil couchant les éclairait d’une lumière rouge, on aurait pu croire que ces silhouettes émettaient une lueur rouge et dorée.

    La fille sur la gauche tourna la tête vers le garçon alors que son menton reposait sur ses mains. Elle semblait vouloir dire quelque chose, mais finit par se retenir.

    Ce fut finalement le garçon qui parla en premier, alors qu’il tenait dans ses mains un marteau de forge flambant neuf.
    « Xiao Wu, merci. »

    « Pourquoi me remercies-tu ? »
    Demanda Xiao Wu, curieuse.

    « Merci d’être rester avec moi toute la journée. »
    Tang San baissa le regard, fixant le sol à ses pieds. Ses yeux étaient brumeux, mais aucune larme ne tomba au final.

    Xiao Wu gloussa et bouscula Tang San, le faisant presque tomber par terre,
    « Ne sois pas si morose. Ton père n’est pas parti pour toujours après tout. Vous allez forcément vous revoir un jour. Peut-être même qu’il est parti afin que tu grandisses mieux et que tu deviennes plus fort. Si tu restes déprimé tout le temps, est-ce que tu ne vas pas finir par le décevoir ? »

    L e visage de Tang San révéla un sourire ironique et il dit,
    « Peut-être, mais je veux savoir pourquoi il ne m’a pas laissé le voir une dernière fois. Xiao Wu, est-ce que tu sais que mon père est ma seule famille ? Ma maison sans mon père, ce n’est plus ma maison. »

    Xiao Wu balança sa tête en arrière pour ramener sa queue de cheval devant elle et dit,
    « Même sans ton père, je suis toujours là, comme amie non ? Et si tu as vraiment besoin d’une famille, je pourrais devenir ta grande sœur. Pas mal comme idée, dépêche toi de m’appeler Xiao Wu Jie. Tout le monde m’appelle comme ça, sauf toi. »

    Regardant la silhouette adorable et intelligente de Xiao Wu, tandis que la lumière du soleil couchant éclairait son petit visage rouge, Tang San ne put retenir un sourire. Après tout, avoir quelqu’un proche de soi quand une personne est triste est toujours d’une grande aide.

    « Je n’ai rien contre le fait que tu deviennes ma petite sœur. Après tout, bien que nous soyons de la même année, tu es plus jeune que moi de quelques mois : je suis né le premier mois de l’année et toi le huitième, non ?. »

    « Même pas dans tes rêves. Je ne serai que la grande sœur, je ne suis pas faite pour être la petite sœur. »
    Avec cela, Xiao Wu, en colère, leva sa main afin de frapper Tang San.

    Mais en un instant, Tang San avait déjà sauté en avant et se tenait trois mètres devant Xiao Wu,
    « Xiao Wu, suis moi sur la colline, je vais te montrer quelque chose. »

    L’expression de Tang San était sérieuse, comme s’il venait de décider quelque chose.

    Xiao Wu arrêta de jouer et son visage révélant son intelligence, hocha la tête.

    Tang San prit l’initiative de prendre la main délicate de Xiao Wu et de la tirer jusqu’à la colline en courant. Leurs deux ombres s’allongeant sur le sol au fur et à mesure que le soleil se couchait.

    Tang San amena Xiao Wu en haut de la colline sans s’arrêter une fois, et bien qu’il ait mis à contribution la Technique Céleste Mystérieuse pendant sa course, il était tout de même un peu essoufflé.

    Tous les deux debout au sommet de la colline, Tang San regardait le soleil couchant, ses deux yeux émettant déjà une lueur violette.
    « Xiao Wu, il s’agit de mon ancien terrain d’entraînement. Je vais te poser une question très sérieuse et j’espère que tu pourras y répondre sérieusement. »

    Xiao Wu se mordit la lèvre,
    « Tu sais que tu ressembles beaucoup à ton vieux professeur à l’académie en ce moment? »

    Tang San se tourna lentement vers Xiao Wu et la fixa sérieusement,
    « Est-ce que tu veux bien devenir ma petite sœur ? J’aimerai vraiment avoir à nouveau une famille. »

    Xiao Wu était sur le point de répondre avant d’être interrompue par Tang San,
    « Laisse moi finir de parler. Je ne possède rien, tu as vu mes circonstances familiales, je ne suis qu’un simple descendant de forgeron. Je ne peux pas te rendre riche ou puissante. Tu possèdes comme moi un pouvoir spirituel inné maximum, mais nous ne sommes pas pareil, je peux voir que tu ne viens pas d’une famille normale. Mais j’espère vraiment avoir une petite sœur comme toi et bien que je ne sois pas capable de te donner ce que les nobles possèdent, je peux te promettre quelque chose. Je protégerai toujours ma petite sœur, elle ne souffrira jamais. »

    Voyant que Tang San était sur le point de pleurer, les yeux de Xiao Wu rougirent également,
    « Si un jour, il y a beaucoup de gens qui veulent ma mort et que tu n’es pas capable de les battre, que feras-tu ? »

    Étonnamment, Tang San sourit légèrement,
    « Ils devront d’abord marcher sur mon cadavre. »

    Xiao Wu était silencieuse et Tang San ne dit plus rien pendant un long moment. On pouvait déjà voir les étoiles dans le ciel quand le silence fut brisé.

    « Ge. »
    Xiao Wu ne dit qu’un seul mot.

    Retenant ses larmes depuis le début, Tang San les laissa finalement tomber. Les mains tremblantes de Tang San saisirent et levèrent celles de Xiao Wu,
    « Merci petite sœur. »

    Son père était parti, mais il avait gagné une petite sœur. Tang San leva son regard vers le ciel étoilé et, dans son cœur, jura de respecter la promesse qu’il avait faite à Xiao Wu.

    Il faisait déjà nuit et les deux enfants étaient assis au sommet de la colline, se contentant de sentir le vent sur leur visage et de regarder les étoiles et la lune dans le ciel. L’atmosphère tranquille ainsi que l’air frais créaient une sensation de confort.

    « Est-ce que je suis obligée de t’appeler grand frère ? »
    Xiao Wu tourna la tête vers Tang San à ses côtés et lui demanda.

    Tang San, abasourdi, demanda :
    « Pourquoi ? »

    Le visage de Xiao Wu rougit légèrement,
    « Comment dire ? Je suis la chef des étudiants à l’académie. Comment pourra-je le rester si je gagnais un grand frère soudainement ? »

    Tang San sourit,
    « Tu n’as qu’à continuer à m’appeler Petit San. Tant que dans mon cœur tu es ma petite sœur, est-ce que la façon dont tu m’appelles est importante ? »

    Tout en parlant, Tang San leva sa main et replia sa manche avant d’enlever le dard dissimulé sur son poignet gauche.

    « Maintenant que tu es devenue ma petite sœur, bien que je possède rien, je peux au moins t’offrir quelque chose qui peut t’aider à te défendre. C’est ma première œuvre. »

    Xiao Wu examina curieusement le dard dissimulé offert par Tang San et dit,
    « Qu’est-ce que c’est ? »


    - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
    1- Encore une bonne expression ça ! En gros ça veut dire que quelque chose arrive de manière répétitive et que vous l’attendez mais vous ne pouvez rien y faire.
    2-en chinois, la phrase comprenait un titre personnel contenant le caractère Hao de Tang Hao (qui veut dire « Sans limite » ou « Ciel dégagé », merci google trad hehe) mais comme mettre le vrai début de titre serait un spoiler, je garde Hao :)

    Enjoy!
    Kenshin et Yu
  • *Se frotte le yeux* Je ne rêve pas il n'est même pas minuit, qu'un chapitre de Douluo Dalu est sortie ! Ah vous nous gâtez aujourd'hui ;)
    Merci pour le chapitre et bonne continuation à vous =)
  • merci pour le chapitre
  • merci pour le chapitre
  • Merci pour le chapitre!!!!
  • Merci pour le chapitre ^^ :D !!!
  • Merci pour le chapitre.
Cette discussion a été fermée.