[Skyfire Avenue] Proposition de trad

24567

Commentaires

  • Re bonjour :smile:

    Et voilà le nouveau chapitre,

    Bonne lecture !

    Chapitre 53 : Perds du Poids !

    La pelouse derrière le Bâtiment des Électifs n'avait rien de magnifique. Elle reposait à l'ombre du bâtiment devant elle, nourrissant peu les quelques brins d'herbes qu'il y avait.

    C'était l'après-midi, et les électifs étaient déjà finis. La pelouse était donc particulièrement tranquille.

    Lan Jue se tenait debout, ses mains dans son dos. Il avait le dos droit, dans un trois-pièces dépourvu de plis. Son antique bicyclette était posée non loin.

    Ses traits étaient calmes, sereins, comme s'il était une statue de jardin posée à l'ombre.

    Tout à coup, un étrange sourire remplaça sa façade stoique.

    « Ah ! Professeur, vous êtes là ! Moi aussi ! » Tang Xiao trotta vers lui, le souffle coupé, de l'excitation visible sur son visage.

    Lentement, Lan Jue se retourna pour faire face à un homme en surpoids, expirant pesamment en venant vers lui. Sa combinaison de vol étirée vaillamment autour de sa taille. Lan Jue se demanda silencieusement s'il pouvait rentrer dans un cockpit ou pas.

    Tang Xiao était plutôt grand à un mètre quatre-vingts, avec une taille du même diamètre. Sa graisse bougeait au rythme de son trot. Avec ses cheveux courts, petits yeux, et ses traits rondouillards, il était assez mignon. Pour ce qui est de son visage … eh bien, tout le monde se ressemble plus ou moins sous une certaine couche de graisse.

    « Présentations, » dit Lan Jue d'un ton froid en guise de salutation.

    « Oh... ok. Em, allez-y. » Tang Xiao devint silencieux, attendant respectueusement que Lan Jue continue.

    Le visage de Lan Jue s'assombrit, honteux pour le jeune homme. « Je veux que tu te présentes ! »

    « Ah ! » Le visage rondouillard de Tang Xiao rebondit. Il se dépêcha de répondre. «  Un malentendu, professeur. J-Juste un malentendu ! Je m'appelle Tang Xiao, je suis un Étudiant National en troisième année dans la section de combat. Rang Souverain, Seconde Classe. Au rapport ! »

    « Tang Xiao ? » Lan Jue roula le nom sur sa langue, et tourna autour du jeune pilote. « Combien pèses-tu ? »

    « Quoi … ? C-Cinq cent quinze livres*, » répondit fièrement Tang Xiao.

    « Niveau de Talent ? »

    « Sixième-Niveau. Professeur, ma Discipline est bien affinée, seulement … si vous devez me demander ce qu'elle est, je dois d'abord vous demander une pièce d'identité. » Tang Xiao ria nerveusement, ses petits yeux de cochon brillaient.

    « Très bien, » répondit Lan Jue. Il sortit la lettre de rendez-vous que le Doyen lui avait envoyé.

    « Étiquette ? Professeur Agrégé ? » Il regarda la lettre puis Lan Jue la bouche ouverte. « Professeur. Vous êtes … c'est une blague, c'est ça ? Qu'est-ce que ça enseigne en plus un professeur d'étiquette ... »

    Lan Jue eut un petit sourire privé. « Du bon sens. Ta Discipline ? »

    Tang Xiao éleva la voix. «  Métalmorphose. Je transforme la surface de mon corps en un métal incomparablement robuste. Génial, non ? »

    Le visage de Lan Jue se durcit. « A ce poids-là, ce n'est pas juste ta discipline – le surpoids augmente son efficacité aussi, non ? »

    Ce à quoi le visage de Tang Xiao s'éclaira. « Professeur, vous êtes vraiment la sorte de maître capable d'Oscillation ! Je le vois maintenant. C'est exactement la raison pour mon poids. Un talent de niveau huit me l'a appris. »

    Mais la révélation ne réussi qu'à faire baisser les coins des lèvres de Lan Jue. « Celui qui t'a dit ça se jouait de toi. Si tu veux progresser, augmenter ta métalmorphose, tu devras augmenter ton poids d'un facteur dix. Mais à ce moment-là, comment feras-tu pour marcher ? Tu veux devenir un bouclier ? De plus, si ta Discipline se développe au niveau huit, tu pourras te changer en titane – et combien ça pèse ça ? A ce moment là, à quoi te servira tout ce poids ? »

    « Vous pensez, » chuchota Tang Xio, « Vous pensez que je peux devenir un Talent de niveau huit ? »

    Lan Jue leva sa main pour lui tapoter le front. « Il n'y avait aucun adepte dans ta famille avant toi n'est-ce pas. »

    Le jeune hocha sincèrement la tête. « Exact. Ma famille est dans la politique. »

    « Ça se tient, » marmonna Lan Jue. « Mais gardons ça pour une autre fois. Revenons à nos moutons. »

    « Quels moutons ? » Tang Xiao écouta attentivement Lan Jue parler, extrêmement excité à l'idée que ses capacités naturelles puissent s'améliorer. C'était la première fois qu'on lui disait que c'était possible.

    Lan Jue le regarda. « N'es-tu pas venu pour étudier l'Oscillation ? »

    « Absolument ! » Tang Xiao sauta presque de joie.

    Lan Jue commença. « Ce n'est pas un problème, je suis sûr qu'on peut te faire arriver là où tu veux aller. Un court temps d'entraînement spécial et tu auras la capacité d'Osciller. Cependant, tu es définitivement trop en surpoids. A tel point que ça impacte ta vitesse, coordination et kinesthésiques. Ça entrave le développement de tes capacités. Et donc, la toute première chose que tu dois faire, c'est perdre du poids. Jusqu'à ce que ça n'affecte plus ton Talent. Améliore ta coordination, puis cultive ta Discipline. »

    « Bien, bien, alors dites-moi ce que je dois faire. » Écoutant le plan de Lan Jue, le visage de Tang Xiao reluisait d'excitation.

    « Ton poids actuel a déjà largement dépassé l'obésité morbide, tu as des réserves de graisse énormes. Mais la graisse est juste une forme d'énergie pour le corps. Tu ne peux pas juste perdre du poids directement – cela te ferait des marques et une peau toute lâche, et affecterait donc ta métalmorphose. En même temps qu'on extraie le surplus d'énergie de ton corps, on doit donc accroître ta masse musculaire et améliorer l'état de ta peau, son élasticité, etc. Ça augmentera aussi la sensibilité de ton corps. Après un temps, quand tu seras en meilleure forme et que ton corps sera redevenu normal, tu pourras alors apprendre à Osciller. »

    Tang Xiao prit note de l'expression sérieuse de Lan Jue. « Professeur, » supplia-t-il, « mais comment ? »

    Après un temps d'hésitation, Lan Jue répondit. « Il se trouve que je connais une méthode qui peut accélérer le processus. Mais, c'est douloureux. Seras-tu capable de la supporter ? »

    « Aucun problème, » répondit immédiatement Tang Xiao, hachant la tête emphatiquement. « Un peu de douleur n'est rien ! Les vrais hommes peuvent la supporter, allez-y ! » Son esprit était rempli de rêves de culture de Talent, et de l'envie de connaître les secrets de l'Oscillation.

    Lan Jue semblait impressionné. « Pas mal. Digne de mon disciple. On va obtenir le résultat voulu en me laissant tapoter ton corps. Ça fera mal, et tu pourras me dire quand tu n'en pourras plus. Tu dois aussi contrôler ta Discipline et l'empêcher d’émerger, sinon, tous les efforts seront réduits à néant. »

    « Très bien, quand commence-t-on professeur ? »

    Les yeux de Lan Jue s'éclairèrent. « Rien de tel que le présent. Es-tu prêt à commencer ? »

    « Prêt ! » Tang Xiao redressa ses épaules et releva sa poitrine. La détermination était ancrée sur son visage.

    Crack ! Un trait de cuir brun lui fouetta le visage.

    « Gaah ! » S'écria Tang Xiao. Mais le son fut rapidement couvert par le tonnerre produit par des milliers de coups.

    Crack-crack-snap-crack-snap...

    « Ah, Professeur ! AH ! Ça fait mal... ! »

    « Sois ferme ! On est en train d'extraire tout l'excès d'énergie ! » Cria Lan Jue.

    Pour te rendre humble, te rendre fort, je dois extraire la faiblesse de la manière forte !



    ---------------------------------------------------------------------------------------------

    *NdT2 : approximativement 234kg d'après le convertisseur de google.
  • merci pour le chapitre
  • Merci pour le chapitre !
  • merci pour le chapitre
  • Merci pour le chapitre !
    Un poids plu que correcte pour faire du sumotorie ^^
  • Coucou tout le monde, j'hésite un peu sur un bout de trad, et je me demandais ce que vous en pensiez (vu que je fais ça pour vous au départ <3)

    Dans la trad en anglais, il parlent beaucoup de "cultivation" et de "cultivating your abilities". Il n'y a pas vraiment d'équivalent en Français, parce que ça fait référence à de la culture asiatique des arts-martiaux. C'est l'idée qu'il faut travailler, cultiver et méditer pour progresser en arts-martiaux. Et dans notre cas présent, c'est utilisé pour parler de la Discipline, et de comment on y progresse.

    Du coup, vous préférez "cultiver", qui a la même racine, mais du coup est-ce que j'utilise le substantif approprié qui est "culture" (et qui fait penser énormément à la confiture ... ;) ), ou est-ce que je garde "cultivation" au risque de faire un néologisme ?
    Ou vaut-il mieux que j'utilise d'autres mots comme progresser, s'entraîner, et autres synonymes ?

    Dites-moi ce que vous en pensez, et je le prendrai en compte pour la suite :)

    Arpak

    PS : le prochain chapitre arrive, si ce n'est pas aujourd'hui, ce sera demain
  • +1 pour culture
  • décembre 2016 modifié
    Gardes la cultivation. Je considère que ça fait partie du monde des LN perso.

    Pour moi sa signification (même en anglais) est directement liée à ce type d'histoire et non à un emploi général dans le langage courant :)
  • Merci, ça me rassure :)

    Au fait, voilà le chapitre du jour ;)

    Le prochain sortira lundi, d'ici là, portez-vous bien

    Et bonne lecture ;)


    Chapitre 54 : Les Mémoires du Général

    « La première leçon du professeur ; être sombre, être féroce, être forgé dans le sang, améliorer ma motivation et ma tolérance à la douleur. Alors seulement mon pouvoir pourra grandir. »

    Mémoires du Renard Métallique, Général des Armées Tang Xiao.

    ζ

    Lan Jue passa une jambe sur sa bicyclette, s'apprêtant à retourner à la salle de simulation quand il tomba sur un autre visage familier.

    « Professeur Lan ! Ça a l'air d'aller ! » Sa crête rose et taquine bien redressée, la voix de Jin Tao coupa toute retraite à Lan Jue. Il était venu retrouver sa sœur, mais en entendant crier, il était tombé sur la scène de la pelouse.

    Les freins crissèrent, Lan Jue arrêta sa bicyclette et descendit. « Hm ? » Il tourna son regard vers Jin Tao.

    Le jeune homme ne vit pas l'étrange lumière dans les yeux de Lan Jue. Il continua excité. « J'ai tout vu, comment vous avez tabassé Gros Tang. Le type est une brute, vous ne pouvez pas savoir le nombre fois où il s'est attaqué à des innocents comme moi. Je lui ai volé une sucette une fois, quand je venais tout juste de rentrer à l'université. Ce que ça faisait du bien ... »

    Lan Jue fixa Jin Tao d'un regard dur. « De quoi tu parles, qui tabasse qui ? Tu penses comprendre ? J'étais en train d'essayer d'apprendre à Tang Xiao comment mieux cultiver ses capacités. »

    Jin Tao paraissait confus. « Cultiver ? »

    « Mmh. » Lan Jue hocha solennellement. « Ton camarade de classe a une Discipline très spéciale. Avec une stimulation appropriée de ses compétences, ses pouvoirs pourraient grandir rapidement. Le processus est douloureux, mais s'il y parvient, il pourrait devenir bien plus puissant qu'il ne l'est maintenant. »

    Tout d'un coup, Jin Tao avait pleins d'étoiles dans les yeux. « Vraiment ? Est-ce que ma Discipline peut aussi évoluer ? Mon Talent n'est qu'au Premier Niveau. Au début, je voulais apprendre votre méthode pour taper sur Gros Tang, mais si vous pouvez faire évoluer mes propres facultés génétiques, ce serait trop cool ! Vous savez, j'ai presque réussi à être promu au niveau intermédiaire aujourd'hui. Qui aurait pu savoir que j'allais tomber sur ce Nooblet, il devait être un pilote de Rang Souverain. Je me suis fait seckiller* comme un sac. Si mon talent était plus élevé, à tous les coups, je pourrais mieux manipuler mon mécha en plus. Hey mec, aide-moi aussi. »

    « Quelle est ta Discipline, » demanda Lan Jue doucement.

    Les lèvres de Jin Tao se fendirent en un sourire. « Métamorphose. Je peux me transformer en chien ! Seulement … c'est un chien très faible. Vous pensez que mon talent peut encore grandir ? »

    « Bien sûr, » répondit platement Lan Jue.

    ζ

    « La première leçon du professeur ; être sombre, être féroce, être forgé dans le sang, améliorer ma motivation et ma tolérance à la douleur. Alors seulement mon pouvoir pourra grandir. Même si j'étais Snoopy, avait il dit, il pourrait me transformer en Mastiff Tibétain. »

    Mémoirs du Mastif Lion Effréné, Général des Armées Jin Tao

    ζ

    « Où es-tu ? » Zhou Qianlin avait renvoyé Tang Mi, qui avait un regard particulier. Elle se tenait dans la porte de la salle trois du département des simulations. Elle parlait à quelqu'un au travers de son communicateur.

    « Regarde sur ta gauche. Le beau jeune homme en costume bleu, à environ cinquante mètres, » blagua Lan Jue.

    Zhou Qianlin tourna la tête et trouva Lan Jue adossé paresseusement contre le mur. Il lui fit un signe de la main.

    La plus fine trace de sourire menaça de briser son expression sérieuse. « Je ne vois pas de beau jeune homme, mais je vois un vieil homme. Vas-y, et garde toujours environ trois cent mètres entre nous. »

    « Pas de problème. » Contrairement à ce qu'elle attendait, Lan Jue n'en fit pas tout un plat.

    En vrai, Lan Jue était quelque peu abasourdi. Zhou Qianlin avait mis sa combinaison de vol qui – comme elles sont sensées faire – surlignait sa fine silhouette parfaitement.

    Elle n'avait pas les jambes exagérées de Tang Mi. La proportion entre ses jambes et son corps se tenait exactement au ratio d'or. Ses longs cheveux noirs étaient attachés en arrière, révélant la pâleur de son cou. La combinaison était étirée autour de sa poitrine, ronde et souple. Les fines courbes de son corps s'affinaient à sa taille, sans une once de gras. Des yeux bleu-ciels, translucides comme des pierres précieuses lui renvoyaient son regard.

    Il n'était pas le seul à avoir remarqué. Tous ceux qui entraient, tous ceux dans la classe, homme ou femme, avaient leurs yeux attirés vers elle comme par un aimant.

    Voilà quel genre de beauté était Zhou Qianlin dans sa combinaison de vol.

    Lan Jue chemina dehors. Ses pensées bourdonnaient de la fois où il avait tenu Zhou Qianlin dans ses bras, alors que Thor déchirait le ciel sous son contrôle.

    Zhou Qianlin sortit peu après, son corps séduisant couvert sous un long manteau. La capuche était redressée sur sa tête, et elle sortit les yeux au sol. Les ombres cachaient son visage.

    « Ta famille ne va pas t'envoyer de voiture ? » Lan Jue la regarda curieux.

    Elle releva la tête. « Ce n'est pas ton problème. Contente-toi de faire ton travail. »

    « Du coup, est-ce que je te ramène chez toi, » demanda-t-il impuissant.

    Qianlin secoua sa tête. « Amène-moi à l'Hôpital de Grâce. »

    Il ne connaissait pas ce nom. « Tu ne te sens pas bien ? » Soudainement, cependant, c'était comme si une pensée l'avait électrocutée. Les yeux grands ouverts, et la mâchoire pendante il la regarda. « Tu n'es pas … tu n'as pas ... »

    Le visage de Zhou Qianlin passa d'une rage de confusion, au choc, puis devint rouge de honte. « Tu rêves ! Cesse de dire n'importe quoi et dépêche-toi. » Elle le poussa vers son vélo en parlant.

    Lan Jue possédait un niveau de perception très aiguisé, et remarqua que le cœur de Zhou Qianlin battait au moins deux fois plus vite.

    Mais observant sa réaction, il était peu probable que ce soit comme il le pensait. Il poussa secrètement un soupir de soulagement.

    Lan Jue se hissa sur sa bicyclette, et regarda vers Zhou Qianlin. « Comment y allons-nous ? As-tu un moyen de t'y rendre ? »

    Zhou Qianlin laissa tomber sa tête, cachant son visage à Lan Jue. « Et toi ? » Elle montra le cadre de son vélo du doigt.

    Lan Jue cligna des yeux. « Toi, mademoiselle gosse de riche, accepte de t’asseoir à l'arrière d'un vélo ? »

    Elle releva la tête, le gratifiant d'un regard dépérissant. « Je n'ai jamais été une 'gosse de riche'. » Elle s'assit sur le porte-bagages.

    Lan Jue se commença à pédaler, et Qianlin dut rapidement s'accrocher à son siège.

    Les deux silhouettes ballottèrent au loin, éclairées par le soleil couchant. Leurs ombres s'étiraient loin derrière eux.

    Ils continuèrent dans un silence parfait pendant dix minutes avant que Lan Jue ne ralentisse et n'amène la bicyclette à l'arrêt sur le côté de la route.

    « Pourquoi t'arrêtes-tu ? » Zhou Qianlin éleva soudainement la voix, comme si elle avait été perdue dans ses souvenirs.

    Lan Jue la regarda en retour gêné. « Je ne sais pas comment y aller. »

    Un sourire tira les coins des lèvres de Zhou Qianlin. « Continue tout droit, puis prend la troisième à droite. Je te dirais quoi faire après quand on y sera. »

    « Bien reçu, » répondit Lan Jue. Il se remit à pédaler.

    « Ah, au fait ... » Se mit à dire Lan Jue.

    « Hm ? »

    « T'es tellement lourde. »

    Une paire de doigts pales et longs s'avancèrent adroitement pour se poser sur ses hanches. Ils trouvèrent un peu de chair, la tinrent … et tournèrent de cent quatre-vingts degrés.

    « AHH! »

    Le vélo vira à droite et à gauche, et soudain, prise de panique, la main pâle chercha à s'enrouler autour des hanches meurtries

    ----------------------------------------------------------
    *NdT : Seckill est un terme de gaming qui correspond aux fois où un joueur parvient à battre son adversaires en quelques secondes.
  • merci pour le chapitre
  • merci pour le chapitre
  • Merci pour le chapitre !
  • Merci pour le chapitre et à lundi =)
  • Salut tout le monde !

    J'espère que vous avez passé un bon WE, et que vous êtes prêts pour la suite !

    Il se peut que dans ce chapitre il y aie plus de fautes que d'habitudes : mon correcteur orthographique (scribens.fr pour ceux qui connaissent) à décider qu'il ne pouvait pas corriger une des pages ... :s

    En tous cas, voilà le premier chapitre de la semaine

    Bonne lecture ! ;)



    Chapitre 55 : Petite Fille Elfe

    « T'es en train de me dire que t'es mon grand frère ... » Tang Mi regarda, surprise, le visage enflé comme un cochon.

    Tang Xiao grimaça. « Aie un peu de compassion, pourquoi pas. »

    « Tu veux que je sois compatissante ? » Crache Tang Mi. « Je t'ai appelé pour que tu t'occupes de ce Nooblet, et à la place tu m'appelles sur communicateur pour que je vienne te sauver. Qu'est-ce que tu faisais d'ailleurs, à laisser quelqu'un t'enfoncer ton visage de cochon ? »

    Tang Xiao releva le torse et, ravalant la douleur de son corps, parla avec fierté. « Tu ne comprends pas. Je cultive mes pouvoirs. Tu comprendras plus tard ! »

    ζ

    « Tu ne comprends pas ! » Jin Tao dit à une Jin Yan visiblement paniquée.

    ζ

    « Si tu racontes à quiconque ce qu'on fait ici, tu peux oublier la cultivation. Et n'essaie même pas de venir me chercher. » Prévint Lan Jue.

    ζ

    Lan Jue avait du mal à imaginer comment cet hôpital avait fait pour devenir aussi délabré. C'était un bâtiment en pierre minable et assez simple, avec du fer décoratif rivé au bois des fenêtres. Cela devait être un des styles d'architecture les plus vieux de la Planète Skyfire.
    Un crucifix en néon vert distinctement moderne clignotait au-dessus de la grande porte. La lueur verte vacillante irradiait autour de la croix comme un halo, parfois là, parfois non. On la distinguait quand même d'une certaine distance.

    Lan Jue arrêta sa bicyclette. « Tu es sûre que c'est le bon endroit ? »

    Zhou Qianlin répondit en descendant du siège arrière du vélo et en se dirigeant sans un mot vers l'hôpital.

    Il tira le vélo sur le côté et entra après elle. Après tout, c'était son devoir en tant que garde du corps.

    L'odeur de liquide désinfectant l'enveloppa en entrant l'hôpital. Cette manière de nettoyer low-cost n'était plus que rarement vue dans les trois alliances.

    Toutes les installations qu'il croisa semblaient excessivement usées, à l'exception des blouses des quelques docteurs ou infirmières.

    Néanmoins, l'hôpital accueillait quand même beaucoup de patients. Ils étaient tous habillés simplement, sans exception, certains vêtements aussi usés que le bâtiment dans lequel ils se trouvaient.

    C'était un hôpital de quartier pauvre. Lan Jue le savait avant même d'y avoir posé le pied, parce que l'Hôpital de Grâce était en plein milieu du ghetto le plus connu de Skyfire.

    Ce qu'il ne comprenait pas, c'était pourquoi Zhou Qianlin voulait venir dans un endroit pareil. Regardant la silhouette se déplaçant habilement devant lui, il était évident que ces lieux lui étaient familiers.

    Zhou Qianlin ne s'arrêta pas, s'enfonçant au cœur de l'hôpital. Elle continua jusqu'à ce qu'elle passe une simple porte ne bois.

    Ils entrèrent dans un plaisant petit jardin botanique, pas plus de deux cent mètres carrés. La végétation n'avait rien de particulier ou de rare, mais elle était vibrante et bien entretenue. Du vert vivant vous emplissait les yeux, et le parfum frais était revigorant. Une vingtaine de personnes âgées se tenaient debout ou assis au milieu de la flore.

    Quand Zhou Qianlin entra, toutes les paires d'yeux jaunis, et enrhumées se tournèrent vers elle. Leurs visage s'illuminèrent, leurs sourires approfondissant les rides de chacun d'entre eux.

    « Linlin* ! » Un vieille femme ridée habillée de gris sourit à Zhou Qianlin et lui fit un faible signe de la main.

    Zhou Qianlin se hâta au côtés de la dame, un sourire radieux éclatant sur son visage.

    « Grand mère Meng ! Pourquoi êtes-vous assise sur ce banc en pierre sans coussin. Vous ne devez pas laisser vos jambes attraper froid. » Zhou Qianlin s'agenouilla devant la vieille femme et lui pris la main, un regard de légère réprimande sur le visage.

    Mamie Meng eut un petit rire. « Ce n'est rien, ce n'est rien. La météo est plutôt bien aujourd'hui. Je n'ai pas froid du tout. Tiens, j'ai eu ça spécialement pour toi. Mange vite tant que c'est frais. » Alors qu'elle parlait, elle mit sa main tremblante dans sa poche, y extrayant une pomme. Elle la passa à Zhou Qianlin.

    La peau de la pomme était déjà toute ridée, mais le sourire de Zhou Qinalin était large et authentique. « Merci Mamie* Meng. Oh, elle sent bon, » dit-elle en la prenant dans la main.

    Elle ignora l'extérieur ridé et poussiéreux de la pomme et mordit à pleines dents.

    Les autres occupants du jardin avaient commencé à s'approcher.

    « Petite Linlin, viens voir grand-père. Tiens, je t'ai apporté du pain. »

    « Ne t'occupe pas de ce pain. Tiens, Linlin, voilà du thé que mon petit-fils m'a apporté. Je savais que tu venais aujourd'hui alors je t'ai préparé une tasse, encore chaude. Tiens, prends une gorgée, arrose un peu ta gorge. »

    « Linlin, je t'ai apporté ça ... »

    La quasi-totalité de la vingtaine de patients amenèrent quelque chose à Zhou Qianllin. Elle prit chaque présent tour à tour, complimentant le donneur, et regardant chaque cadeau comme s'il était un bien précieux.

    Lan Jue se tenait debout non loin, regardant silencieusement devant lui. Il ressentait fortement la chaleur et l'amitié des vieux patients alors que Zhou Qianlin mangeait leurs cadeaux et leur faisait un câlin en retour.

    Pourquoi ? Quelle relation ont-ils avec elle ? Quel est cet endroit ?

    Une vieille voix tremblotante interrompit ses pensées. « Êtes-vous venu avec Linlin jeune homme ? »

    Lan Jue tourna la tête et aperçut un vieil homme dans un vieille veste militaire verte, une cane à la main. Il regardait Lan Jue en retour avec curiosité.

    « Oui. Bonjour, » répondit poliment Lan Jue. « Veuillez m'excuser monsieur, mais quel est cet endroit ? »

    Le vieil homme se radoucit. « C'est la Maison de Retraite de l'Hôpital de Grâce, qui s'occupe des bas quartiers d'ici. Linlin vient ici une fois par semaine comme volontaire. C'est notre petite elfe – on dit que quand elle vient c'est comme notre festival à nous. »

    Zhou Qianlin remonta ses cheveux, et les noua de ses mains habituées d'un simple morceau de tissu. Il ne s'aperçut rien quand tout d'un coup, un coupe-ongle apparu dans ses mains. Un à un, elle s'agenouilla devant eux, et coupa soigneusement chacun de leurs ongles. Ses yeux étaient pleins de concentration, et du début à la fin, son visage arborait un doux sourire. Entre deux, elle échangeait quelques phrases avec ses patients, ce qui faisait leur visage invariablement s'illuminer d'un sourire.

    « Jeune homme, venez prendre un verre d'eau si vous préférez ne pas parler. » Le vieil homme de tout à l'heure tendit une vieille tasse à thé remplie d'une eau claire ?

    « Merci beaucoup. » Lan Jue prit rapidement la tasse et la porta à ses lèvres.

    Le vieil homme se mit à ricaner mais le phlegme dans sa gorge le fit tousser. « C'est à mon tour de me faire couper les ongles, eh ! » Il se tourna vers Zhou Qianlin plein de vigueur juvénile.

    Cette jeune fille aux yeux verts qui sourit en travaillant … elle est vraiment le petit elfe de ce jardin. Une parfaite petite elfe.

    ---------------------------------------------------------

    *NdT : En Chine, répéter la dernière partie du prénom de quelqu'un est un surnom mignon dénotant la proximité

    **NdT : Papy et Mamy sont utilisés pour exprimer la proximité avec une personne âgée – pas nécessairement pour un lien de sang.
  • merci pour le chapitre
  • Merci pour le Chapitre... Petit Elfe XD
  • Merci pour le chapitre :)
  • Coucou tout le monde.

    Désolé mais il n'y aura pas de chapitre aujourd'hui :'( . Il est traduit, rassurez-vous, faut encore que je le relise, et que je le poste.

    Mais je suis en Espagne sans internet chez moi :( . Et c'est un jour férié ajd (et jeudi aussi d'ailleurs). Du coup, j'ai juste réussi a grappiller un peu d'internet pour vous prévenir.

    Pour me faire pardonner, j'essaierai de poster 2 chapitres demain. Et de ttes façons, il devrait quand meme y avoir 5 chapitres cette semaine.

    Bonne soirée, et à demain !

    Arpak
  • décembre 2016 modifié
    \o/ deux chapitres :)

    des nouvelles de Ptit Lu ?
  • Ok ça marche, profite bien de cette pose ;)
    Oui 2 chap. demain <3
  • Coucou tout le monde

    J'espère que l'attente n'a pas été trop longue ! ;)

    Ca y est, j'ai passé le 10eme chapitre traduit ! Et j'espère continuer encore cette aventure avec vous !

    Ptit Lu devrait bientôt me rejoindre pour checker mes chapitres, faut juste le temps qu'on arrive à s'organiser correctement.

    Voici comme promis les 2 chapitres suivants,

    Bonne lecture ;)



    Chapitre 56 : La Gentillesse devrait être préservée

    « Veuillez tous m'excuser un moment, je vais aller chercher de l'eau pour laver vos pieds. Venez l'un après l'autre s'il vous plaît. » Zhou Qianlin se retourna et fit signe à Lan Jue de la suivre. C'était la première fois qu'elle lui prêtait attention dans la demi-heure qu'ils avaient passé ici.

    Lan Jue était encore surpris par la scène, mais parvint à la suivre.

    Tandis qu'il marchait, il sentit tous les yeux se tourner vers lui.

    « Ey, Linlin, est-ce que c'est ton petit ami ? » Les yeux de Mamie Meng s'illuminèrent malicieusement avec ce nouveau morceau de ragot potentiel.

    Le visage de Zhou Qianlin devint cramoisi, et elle secoua la tête rapidement. « Pas du tout, c'est un ami à moi. » Elle s'adressa alors à Lan Jue. « Viens m'aider avec l'eau. »

    Elle attrapa sa manche et le tira à travers une autre porte de l'autre côté du jardin.

    Ils se retrouvèrent dans un long couloir bordé de part et d'autre par une série de portes, un numéro au-dessus de chacune.

    « Pourquoi me tires-tu ? » Demanda Lan Jue en se faisant traîner.

    « Ils prennent tous beaucoup soin de moi. Si je ne t'avais pas amené, tu ne t'en serais jamais sorti, » répondit-elle. « Avec toi pour m'aider aujourd'hui, aller chercher l'eau devrait être plus rapide. »

    Comme ils parlaient, elle l'amena dans une simple salle. Une chaise en bois et un cadre en acier avec des étendoirs accrochés au plafond servaient de seules décorations.

    « D'habitude ils utilisent cette salle pour faire des injections aux patients. » Elle offrit la simple explication alors qu'ils se déplaçaient vers le chauffe-eau dans le fond. Une bassine avait été disposée à côté.

    Zhou Qianlin prit la bassine et commença à verser l'eau chaude à l'intérieur. « Le tuyau pour l'eau froide est dehors. Va-nous en chercher qu'on puisse ajuster la température. »

    « De toute façon, pourquoi laves-tu les pieds de ces gens, » demanda Lan Jue honnêtement curieux.

    « Ils sont vieux et ont du mal à se baisser, » répondit-elle sans hésitation. « Et leur laver les pieds à l'eau chaude aide pour la circulation. »

    La bassine se remplit durant leur échange, et elle la plaça soigneusement sur le sol. Elle enleva son sac à dos et le plaça sur le côté.

    Debout à côté d'elle, Lan Jue put clairement examiner le contenu du sac alors qu'elle l'ouvrait pour farfouiller à l'intérieur.

    Il n'y avait pas de maquillage, d'accessoires, ou de jouets comme on pourrait s'y attendre ; juste des livres et deux sacs – un grand, et un petit.

    Elle commença par retirer le petit sac et y rangea le coupe-ongle qu'elle avait utilisé précédemment. Il y avait aussi une paire de ciseaux et une tondeuse à cheveux.

    Elle ouvrit ensuite le grand sac. Lan Jue y jeta un œil, et ne put s'empêcher de lever ses sourcils et d'intervenir.

    « A quoi servent les épluchures d'orange ? »

    Zhou Qianlin sourit, et sa réponse ne contenait pas peu de fierté. « Tu ne sais pas ? Mettre des épluchures d'orange dans l'eau n'aide pas seulement à la circulation, mais peut aussi repousser les cuticules, adoucir la peau des pieds et les empêcher de craqueler. »

    « Tu es homéopathe aussi, » marmonna Lan Jue étonné.

    Le sourire de Zhou Qianlin s'agrandit. « Va chercher l'eau. »

    « Bien, » dit-il, et se retourna pour le faire.

    Le premier groupe comprenait quatre patients âgés. Ils entrèrent rangés et prirent place assis. Quand Lan Jue revint, leurs yeux se tournèrent immédiatement vers lui, de la curiosité plein le visage.

    « Dis-moi, fils, qui es-tu en fait ? »

    « Tu n'es vraiment pas le petit ami de Linlin ? »

    « Hey gamin, t'es plutôt charmant, mais tu ne fais pas le poids face à notre Linlin. Cours toujours, eh ! »

    « Tu fais du mal à notre petite, et tu auras affaire à moi ! »

    Lan Jue était envahi de questions, mais sentit clairement combien Zhou Qianlin comptait pour ces gens.

    Avec l'aide de Lan Jue, quatre bassines chaudes pleines d'épluchures d'orange furent préparées rapidement. Chacune fut placée devant le patient avant que ses chaussures et chaussettes ne soient soigneusement enlevées et leurs pieds placés dedans.

    Ses gestes étaient habitués, fluides du début à la fin. Chacun des retraités rayonnait pendant qu'elle travaillait, leurs pâles yeux jaunes pleins d'appréciation et de satisfaction.

    « Est-ce que tu viens seule d'habitude, » demanda Lan Jue en l'aidant à verser l'eau.

    « Xiao Mi m'accompagne d'habitude, » dit-elle. « Elle avait quelque chose à faire aujourd'hui, sinon je ne t'aurais pas demandé de venir. C'est probablement la première fois que tu fais quelque chose comme ça, huh. Tu n'as pas l'habitude. »

    Lan Jue hocha son acquiescement.

    « Eh bien aujourd'hui nous allons utiliser un peu de ton temps, » continua-t-elle. « Ils vont se réchauffer les pieds pendant vingt minutes chacun environ. Jusqu'à ce qu'ils transpirent un peu c'est mieux. »

    « Pourquoi fais-tu ça ? »

    Zhou Qianlin le regard étrangement. « Pas de vraie raison ! Ces gens ont besoin qu'on s'occupe d'eux, alors me voici. Je suis heureuse quand je suis avec eux. J'ai perdu mes grands-parents durant la guerre, mais ici, j'ai pleins de grands parents avec qui passer mon temps. Ils ont vécu tellement de choses, j'adore les entendre parler de leurs vies. Si mes études n'étaient pas aussi prenantes, je serais ici plus souvent. »

    « Oh. »

    Plonge, lave, essuie. Et ainsi de suite.

    Cela continua pendant deux heures, lavant les pieds de chaque locataire, mais Zhou Qianlin ne perdit pas de temps. Quand ils partaient, elle récupérait aussi leur linge, l'amenant à la buanderie à rincer et sécher.

    Il faisait nuit quand ils sortirent de la Maison de Retraite de l'Hôpital de Grâce. Lan Jue était debout à la porte, portant le sac de Zhou Qinalin tandis qu'elle amenait ses mains à sa tête et s'étirait. Sa souple silhouette dans la faible lumière était quelque chose à voir.

    Lan Jue épaula son sac et commença à pousser son vélo. « Fatiguée ? »

    « Non, j'ai l'habitude. Et toi ? T'as pris le truc assez rapidement, et ils avaient l'air de t'apprécier. Je ne soupçonnais pas la grande noblesse d'être capable de faire ce genre de travail, hehe. » Le sourire de Zhou Qianlin avait éclot significativement. Sauf pour le tout début, Lan Jue avait été à ses côtés et avait aidé pendant les deux heures, son splendide trois pièces se froissant désespérément aufil du temps.

    Il sourit. « Aider les personnes âgées est une forme de respect. Nous devrions tous le faire. »

    « Il est temps de rentrer, » dit Zhou Qianlin.

    Lan Jue tapota le siège arrière du vélo avant de monter. Zhou Qianlin s'y assit comme si elle l'avait fait des centaines de fois, et enroula immédiatement ses bras autour de sa taille.

    Alors que le vélo commençait à avancer silencieusement, Lan Jue parla au-dessus de son épaule. « Ça fait combien de temps que tu viens ici ? »

    « Plus de deux ans. »

    « As-tu quelque chose de prévu demain soir ? »

    Zhou Qianlin répondit sur ses gardes. « Pourquoi ? »

    « Un ami m'a invité à un repas, et je peux amener quelqu'un. Voudrais-tu venir ? »

    Un éclair de surprise passa au travers des jolis yeux de Zhou Qianlin. Mais il y avait quelque chose d'autre encore plus profond.

    « Pourquoi m'invites-tu à venir à un repas avec toi ? »

    Lan Jue sourit. « La gentillesse devrait être préservée. »





    Chapitre 57 : Le Cristal Mundus

    « Hey l'ami viens voir. On a les résultats de l'inspection de la pierre. »

    « Excellent. »

    Située dans les Sous-Sols de Skyfire, la bibliothèque était debout comme elle l'avait toujours été. Le Gardien était assis sur sa chaise de bureau en rotin, ses doigts jouant sur la théière en terre cuite dans sa main. Il semblait à l'aise.

    Lan Jue était venu directement de sa joaillerie après avoir raccompagnée Zhou Qianlin au pied de sa maison au sommet de la montagne. La journée avait été bien remplie, une journée qui le laissait avec un sentiment de contentement, et après ce qu'il avait appris du Gardien, il commençait à penser que c'était son jour de chance.

    « Quels sont les résultats ? » Lan Jue fourra une main dans sa poche et se rapprocha du Gardien.

    Le Gardien ferma les yeux un instant. « Je vais commencer par dire que si tu trouves la veine dont vient ce joyau, tu vas faire fortune. »

    « Oh ? » Les yeux de Lan Jue s'illuminèrent. « Qu'avez-vous découvert ? Pour que le Gardien commence avec ce genre d'évaluation, il a dû trouver quelque chose d'important. »

    Le Gardien poursuivi. « Je ne vais pas passer en revue tout le processus analytique, tu ne le comprendrais pas de toute façon. »

    Lan Jue sourit alors que son homologue plus âgé continuait. « Pour ce qui est des résultats, nous avons découvert que si ce minerai était raffiné, cela créerait un cristal particulièrement spécial. Les capacités du cristal seraient immenses, et plus que cela, il posséderait une étonnante particularité en transformation énergétique. »

    « Dit simplement, les énergies injectées dans la pierre se verront dépourvues de leurs impuretés, ne relâchant d'énergie que sous sa forme la plus pure. Je l'appelle l'énergie Mundus. Si tu l'incorporais dans une sorte de structure procédurale, tu pourrais créer un étonnant système de purification d'énergie. Et l'énergie Mundus qu'il dégagerait pourrait être utilisée dans n'importe quelle recherche scientifique moderne. »

    « Qu'en est-il de la vitesse de conversion et du niveau de puissance, » questionna Lan Jue.

    « La conversion est exceptionnellement rapide, » répondit le vieil homme. « Tu pourrais recharger un mécha de classe dix de vide à plein en dix minutes. J'ai vérifié mes données, aucune gemme de pouvoir semblable n'a jamais été enregistrée. Elle a cinq fois plus de capacité que sa plus proche équivalente. Elle devait être enregistrée, alors je l'ai appelée le Cristal Mundus. Si on pouvait trouver un moyen correct de le développer, cela catapulterait la science et la technologie humaine dans une nouvelle ère. »

    Le maintien traditionnel, la marque de fabrique de Lan Jue, fut ébranlé face aux explications du Gardien. Il lui fallut toute son énergie pour ne pas rester la bouche ouverte comme un demeuré.

    « Cependant, » continua le Gardien malgré l'évidente stupéfaction de Lan Jue, « ne te méprends pas quant à ses dangers. Convertir l'énergie à sa vitesse la plus rapide entraîne peu à peu l'affaiblissement de la gemme. D'après mes expériences, j'ai conclu que si cette pierre à toi était raffinée en un Cristal Mundus, elle pourrait vider un mécha de top-niveau trois fois avant de subir des dégâts irréparables, et de devenir inutilisable. En conséquence, j'ai pensé qu'elle ne pouvait pas être classifiée au niveau-A - un C tout au mieux, mais un C très spécial évidemment. L'analyse montre que son stockage d'énergie n'est pas très différent de celles de rang A. Mais elle n'a aucune faculté d'auto-réparation, ou autre fonction – seulement cette capacité là. »

    Lan Jue n'était pas déçu par la désignation de rang C qu'avait fait le Gardien. Au contraire, la flamme qui brûlait dans ses yeux ne fit que s'intensifier alors que le Gardien continuait. Il n'était pas en manque de pierres qui compressaient l'énergie, fortifiaient les attaques, ou durcissaient les défenses. Mais cette pierre, avec sa capacité de recharger l'énergie aussi rapidement, était quelque chose de complètement différent, quelque chose dont il avait besoin.

    « Un autre aspect intéressant qu'on a découvert, cependant, est que l'énergie qu'elle produit est assez pure pour être absorbée et assimilée par nos Disciplines. Cela fit monter mon évaluation du rang C au rang B. Malheureusement, l'énormité de la sortie d'énergie implique que seuls des Talents de degré sept ou plus seraient capables de l'utiliser. Sinon, ce serait probablement un rang A. »

    « J'ai déjà soumis les résultats et le nom à l'association de recherche des Gemmes de Pouvoir. J'espère que tu n'y vois pas d'inconvénient ? » Le Gardien regarda Lan Jue.

    « Aucun, » répondit Lan Jue. Une gemme de pouvoir capable de refaire l'histoire avec un nom dont ils tenaient le brevet, cela lui serait certainement bénéfique. Une fois qu'elle sera révélée au public, tout le monde voudra la miner pour eux. Ils seraient contraints par les règles du brevet, et auraient besoin de son autorisation. C'était une politique adoptée par chacune des grandes alliances pour promouvoir l'exploration et le bénéfice public. Et avec l'aide du Gardien, tout le processus était assuré de se dérouler sans accroc.

    « Tu ferais bien de te dépêcher de trouver la veine alors. Quand ce sera fait, tu seras un homme riche. Je me contenterai de trente pourcent des ventes finales. » Le Gardien s'était alors redressé, une lueur dans les yeux.

    Eeeeeee- ! A ce moment-là, le cri perçant d'une alarme explosa à travers les Sous-Sols de Skyfire.

    « Hm ? » Lan Jue et le Gardien partagèrent une expression étonnée.

    Cette alarme était rarement entendue, un code rouge indiquant un conflit que l’Équipe de Police de Skyfire n'arrivait pas à gérer. Cela voulait dire que le Conseil de Skyfire lui-même devait intervenir, requérant la présence d'au minimum un membre.

    Il était de la responsabilité du membre du Conseil d'arrêter ce qu'il faisait pour immédiatement s'occuper du problème.

    « Je vais voir, » grogna Lan Jue. Il y eut un flash d'électricité, et le Gardien était soudainement tout seul.

    ζ

    Le halo brûlant d'un feu cramoisi rageait autour de Mika, mais c'était un feu dépourvu de chaleur. La Joaillerie de Zeus du Sous-Sol de Skyfire était debout derrière elle.

    Autour d'elle se tenait une douzaine d'officiers de l’Équipe de Police. D'autres en uniforme était éparpillés par terre.

    Il y avait six silhouettes en face d'eux. Cinq étaient habillés de cuir argenté, leur visage caché dans des capuches. Ils semblaient être dirigés par un homme en uniforme semblable, même si le sien était doré.

    « Donnez-nous le minerai. Nous paierons dix fois le prix demandé. Nous ne souhaitons pas causer de problème dans l'Avenue Skyfire, mais si vous refusez, je ne peux pas garantir que nous resterons polis. » La voix grondante d'un assaillant argenté flotta vers les autres.

    On pouvait clairement lire sur le visage de Mika, à quel point elle les trouvait ridicules. « L'audace ! Vous osez causer le trouble sur Skyfire, dans notre magasin. Si vous voulez la pierre, vous allez devoir me passer sur le corps. »

    Une voix glaciale siffla de la capuche dorée. « Si c'est le cas, alors cet établissement n'a aucun intérêt pour nous. »

    « L'haleine de ce crapaud me met la larme à l’œil. » La voix nonchalante de Lan Jue était en accord avec sa posture, il était apparu sans que quiconque ne s'en rende compte. Il plaça une main sur l'épaule de Mika, et ses feux s’éteignirent immédiatement.

    « Boss. » Un regard agréablement surpris naquit sur le visage de Mika. Elle lui sourit. « Que fais-tu là. Ce n'est pas quelque chose que je ne peux pas gérer. »

    Lan Jue soupira. « Comment pourrais-je ne pas ! Quand un tigre dort trop longtemps, les autres oublient qu'il a des griffes. »

  • Une petite question de trad pour la suite : on vois l'apparition des Moonfiend Pirates.

    Je serais tenté de garder le nom comme ça, sans le traduire en Français (parce que je trouve que ça fait plus stylé que Démon de la Lune, ou Lune-Démon).

    Vous en pensez quoi ?
  • merci pour les chapitres
  • Démons lunaires ? Démolune ( nouveau deck Heartstone mdr ? ) lune démoniaque ? Fais comme tu le sens, sors nous un tag bien stylé :p.
  • Et merci pour la reprise de SA , c'est vraiment cool :).
  • Merci pour les deux chapitres ! continue comme ça !
  • Merci pour ses deux chapitres =)
    Je préfère le terme anglais pour ma part ;)
    Bonne continuation :smiley:
  • Bonsoir tout le monde !

    Je sais, ça fait plusieurs jours que je n'ai rien posté, mais ne vous inquiétez pas, j'ai promis 5 chapitres cette semaine, il y aura bien cinq chapitres : voici les 2 derniers de la semaine

    Et je me suis dit que vous aimeriez avoir la suite avant le WE ;)

    Bonne lecture, et à la semaine prochaine pour un peu d'action ;)




    Chapter​ ​58​ ​:​ ​Fantôme​ ​de​ ​l'Eclair


    L'apparition de Lan Jue fit pousser un soupir de soulagement aux forces de l'Ordre. Les étrangers ne
    savaient probablement pas qui il était, mais eux connaissaient ce statut. Un des dix-huit membres du
    Conseil, le membre le plus récent, mais capable de monter les rangs en peu de temps. Cela faisait
    montre​ ​de​ ​ses​ ​capacités.

    «​ ​Maître​ ​des​ ​Joyaux,​ ​»​ ​saluèrent​ ​respectueusement​ ​les​ ​forces​ ​de​ ​l'Ordre.

    « C'est vous le propriétaire de cet établissement ? » La voix de l'homme à la capuche d'or sonnait
    presque​ ​métallique,​ ​étrange​ ​et​ ​petite.

    « Je le suis ! » Lan Jue semblait à l'aise, un sourire en coin sur les lèvres. Il se tourna alors vers les
    Policiers.​ ​«​ ​Occupez-vous​ ​des​ ​blessés,​ ​je​ ​prends​ ​la​ ​suite.​ ​»

    « Tout de suite. » Quelques gardes s'avancèrent pour aider les blessés. Les autres attendirent
    respectueusement​ ​derrière​ ​le​ ​Maître​ ​des​ ​Joyaux,​ ​attendant​ ​ses​ ​ordres.

    « Rendez-nous la pierre de l'autre jour, et nous partirons immédiatement. » La voix de l'homme en or
    était​ ​aussi​ ​froide​ ​que​ ​de​ ​la​ ​glace.

    Lan Jue secoua la tête. « J'ai bien peur que ce ne soit impossible. Vous avez fait du mal à mes amis.
    Partir maintenant serait fuir les conséquences. Pour ce qui est de la pierre, elle est déjà réduite en
    poussière.​ ​»​ ​En​ ​disant​ ​la​ ​dernière​ ​phrase,​ ​il​ ​ne​ ​put​ ​s'empêcher​ ​d'avoir​ ​un​ ​petit​ ​pincement​ ​au​ ​cœur.

    Il n'avait pas menti, car la pierre avait bel et bien été détruite. Tel était le résultat des expériences du
    Gardien​ ​pour​ ​trouver​ ​les​ ​limitations​ ​de​ ​la​ ​pierre.

    « Qu'est-ce que tu dis ? » L'homme d'or fit un pas menaçant en avant. C'était un petit mouvement,
    mais qui en disait long. Un pas qui parlait de meurtre. Même si son visage était invisible, ses
    intentions​ ​d'homicides​ ​étaient​ ​palpables​ ​alors​ ​qu'il​ ​faisait​ ​face​ ​à​ ​Lan​ ​Jue.

    Pour entrer dans Skyfire, il fallait posséder un talent réveillé. Face à la sombre aura, tous ceux
    présents​ ​–​ ​qu'ils​ ​soient​ ​Policiers​ ​ou​ ​simples​ ​spectateurs​ ​–​ ​laissèrent​ ​leur​ ​Discipline​ ​émaner.

    Debout à côté de Lan Jue, Mika leva les sourcils à la scène. Elle eut un geste comme pour engager
    l'ennemi,​ ​mais​ ​fut​ ​arrêtée​ ​par​ ​son​ ​employeur.

    Comme à l’accoutumée, le visage de Lan Jue ne trahissait que de l'indifférence. Sa main droite se
    leva, lentement et délibérément, pour claquer des doigts. Instantanément, une photosphère azure
    apparu flottant dans l'air. Mais elle ne se précipita pas vers l'homme d'or, à la place elle flotta environ
    à​ ​un​ ​mètre​ ​devant​ ​lui​ ​avant​ ​d'éclater​ ​dans​ ​l'oubli.

    A la vue de l'explosion, une pâle flamme rouge flotta dans les airs. Encore plus étrange, cependant,
    était le fait que la flamme se précipita sur l'homme en or, comme si elle était vivante. C'était comme si
    un nuage invisible d'essence avait pris feu en l'air, et la flamme filait vers sa source dans l'homme
    d'or.

    L'aura meurtrière suffocant la zone se dissipa presque immédiatement, comme dévorée par le feu.
    L'homme d'or hurla et recula d'un pas, sa main droite levée pour se défendre. Une lumière sanguine
    coupa​ ​le​ ​lien​ ​créé​ ​par​ ​le​ ​feu.

    « Fantôme de l’Éclair, qui es-tu ? » L'homme d'or releva la tête, révélant les contours de son visage.
    Malheureusement, il était caché par un masque d'or, mais une paire d'yeux bleu-clairs étaient quand
    même visibles. Les pupilles se dilatèrent, puis commencèrent à s'étirer verticalement, émettant un
    champ​ ​de​ ​peur​ ​palpable.

    Lan Jue gardait encore son sourire paresseux. « Je vois que vous êtes de l'Impératrice des
    Moonfiend. Chacun d'entre vous laissera un doigt, et cinq millions en frais médicaux. Ensuite, vous
    pourrez​ ​partir.​ ​»

    « Maintenant que tu sais qui nous sommes, tu devrais comprendre la Voix des Pirates de Moonfiend.
    Donne-nous Oliver et la pierre, ou nous te chasserons jusqu'à la mort, même si tu es fantôme de
    l'éclair​ ​!​ ​»

    Alors que le nom des Pirates de Moonfiend résonnait, presque toutes les personnes présentes
    reculèrent d'un pas. La foule qui avait entouré la Joaillerie de Zeus était soudainement moins dense.
    Un​ ​certain​ ​nombre​ ​baissa​ ​la​ ​tête​ ​sans​ ​un​ ​mot​ ​et​ ​fuit.

    Nonchalamment, Lan Jue répondit. « Vous êtes venus aujourd'hui de votre plein gré, me trompe-je ?
    »

    L'homme en or fut surpris, mais répondit encioe plus durement qu'avant. « Je demande une dernière
    fois,​ ​rendez-nous​ ​la​ ​pierre​ ​!​ ​»

    Lan Jue poussa un soupir. « Les désastres des cieux peuvent être pardonnés et évités, mais les
    fautes des hommes doivent avoir des conséquences. Même si c'était l'Impératrice Moonfiend en
    personne devant moi, elle paierait plus qu'un simple doigt. Crois-tu que, en t'appuyant sur ton Talent
    de​ ​niveau​ ​neuf,​ ​tu​ ​puisses​ ​te​ ​permettre​ ​de​ ​déranger​ ​l'ordre​ ​de​ ​Skyfire​ ​Avenue​ ​?​ ​»

    A ces mots, il se tourna vers un point dans la foule et hocha. « Maître des Vins, permettez-moi. Ces
    messieurs​ ​sont​ ​les​ ​subordonnés​ ​de​ ​quelqu'un​ ​que​ ​je​ ​connais.​ ​J'entends​ ​demander​ ​réparation.​ ​»

    « Très bien, » répondit une voix grave. Même si elle vint de loin, elle fut clairement entendue comme
    si​ ​elle​ ​venait​ ​de​ ​juste​ ​à​ ​côté​ ​de​ ​lui.

    Soudain, le ciel s'assombrit. Le climat contrôlé de Sous-Sol de Skyfire n'avait jamais vu un tel
    changement, mais à cet instant, la totalité de l'avenue fut plongée dans le noir. Sur cette toile noire
    éclata​ ​soudainement​ ​une​ ​grande​ ​lumière​ ​violette,​ ​s'étirant​ ​telle​ ​un​ ​halo​ ​énorme.

    Pendant un instant, c'était comme si la totalité de Skyfire se déformait violemment, et tout aussi
    rapidement, tout redevint clair comme avant. Tout excepté Lan Jue et les assaillants en capuche qui
    avaient​ ​disparus.

    « Retournez à vos devoirs ! » une voix sévère commanda. Une femme habillée en argent apparu de
    nul​ ​part,​ ​et​ ​se​ ​plaça​ ​devant​ ​les​ ​Policiers​ ​aboyant​ ​des​ ​ordres.

    Elle était grande, mince, et symétrique. Belle, les cheveux argentés coupés court aux oreilles. Ses
    yeux​ ​avaient​ ​la​ ​même​ ​lueur​ ​métallique,​ ​et​ ​une​ ​aura​ ​vacillante​ ​d'énergie​ ​entourait​ ​son​ ​agile​ ​silhouette.

    « Oui, Capitaine. » Les Policiers présents reprirent instantanément leurs esprits avant de se fondre
    dans​ ​la​ ​masse​ ​comme​ ​des​ ​moutons.

    Les adeptes originaires de Skyfire savaient qu'il fallait battre en retraite à l'approche de cette femme
    habillée en argent. Pour eux, la voir était synonyme de cauchemar. Ceux qui n'étaient pas habitués
    restèrent, la bouche ouverte, pleins d'effroi et d'émerveillement face à l'étrange singularité dont ils
    venaient​ ​d'être​ ​témoins.

    « Vous pensez pouvoir réagir encore plus lentement ? » Mika regarda la jeune femme
    sardoniquement.

    La​ ​femme​ ​en​ ​argent​ ​lui​ ​lança​ ​un​ ​regard​ ​dur.​ ​«​ ​J'étais​ ​surbookée.​ ​»

    La lèvre de Mika se recourba. « Eh bien, vous pouvez partir. On dirait que les problèmes ont été
    résolus.​ ​»

    Elle secoua sa tête en guise de réponse. « J'attendrais le retour du Maître des Joyaux. Il y a besoin
    d'explications.​ ​»

    Mika​ ​leva​ ​un​ ​sourcil.​ ​«​ ​Vous​ ​attendez​ ​des​ ​explications​ ​de​ ​notre​ ​boss​ ​?​ ​»

    «​ ​En​ ​effet,​ ​»​ ​vint​ ​sa​ ​réponse,​ ​sans​ ​hésitation.

    Les yeux de Mika brillèrent comme un démon. C'était comme si le feu était vivant à l'intérieur. « Et qui
    êtes-vous​ ​?​ ​»

    La femme en argent releva une main pour abaisser la capuche de son anorak. Les brillants yeux
    argent devinrent transparents et sombres, comme deux siphons d'argent souillé tournoyant dans
    leurs orbites. Sans peur, elle retourna le regard de Mika. « Je suis le Vice Capitaine de l’Équipe de
    Police​ ​de​ ​Skyfire​ ​Avenue.​ ​J'ai​ ​l'autorité​ ​pour​ ​gérer​ ​tous​ ​les​ ​magasins​ ​d'ici.​ ​»

    Mika renifla impoliment, et son corps se recouvrit d'inquiétantes flammes hyacinthe. Une odeur
    écrasante​ ​de​ ​poudre​ ​à​ ​canon​ ​se​ ​fit​ ​alors​ ​sentir​ ​entre​ ​les​ ​deux​ ​grandes​ ​beautés.







    Chapitre​ ​59​ ​:​ ​L'Impératrice​ ​Moonfiend

    « Bien, bien ma sœur. Si Mlle An Liu veut attendre, elle peut attendre. » La jolie voix venait de
    derrière,​ ​et​ ​la​ ​mince​ ​silhouette​ ​de​ ​Lin​ ​Guoguo​ ​se​ ​mit​ ​en​ ​travers​ ​du​ ​chemin​ ​de​ ​Mika.

    Son corps était recouvert d'une fine aura rose, rendant son apparence étrange et fantomatique.
    Couverte de cette lumière rose, et émanant sa douceur caractéristique, elle ressemblait à une fée.
    Les​ ​méchantes​ ​flammes​ ​rouges​ ​de​ ​Mika​ ​semblèrent​ ​diminuer​ ​en​ ​présence​ ​de​ ​Lin​ ​Guoguo.

    « Assez ! » souffla Mika, faisant remonter les flammes encore plus haut. « Allons-y alors. Si quelqu'un
    veut​ ​rester​ ​s'occuper​ ​du​ ​cabot​ ​sur​ ​le​ ​pas​ ​de​ ​la​ ​porte,​ ​qu'il​ ​le​ ​fasse.​ ​»

    Lin Guoguo regarda An Liu désolée. « Je suis vraiment désolée Mlle An Liu. Mika a vraiment très
    mauvais​ ​caractère.​ ​Vous​ ​ne​ ​devriez​ ​pas​ ​le​ ​prendre​ ​personnellement.​ ​»

    Les traits d'An Liu restèrent durs et froids, mais elle hocha la tête et se mit sur le côté de la Joaillerie
    de​ ​Zeus​ ​pour​ ​attendre.

    Lin​ ​Guoguo​ ​se​ ​retourna​ ​alors​ ​et​ ​suivi​ ​Mika​ ​à​ ​l'intérieur.

    « Mika, pourquoi es-tu si énervée à chaque fois que tu rencontres Mlle An Liu ? Le boss ne t'a-t-il pas
    dit d'éviter d'utiliser tes pouvoirs autant que possible ? »Lin Guoguo se tenait à côté de Mika et sa
    voix​ ​ne​ ​s'élevait​ ​pas​ ​au-dessus​ ​d'un​ ​chuchotement.

    Mika grogna. « Ce n'est rien, le simple fait de regarder ce visage de s*lope m'énerve. Tu ne devrais
    pas​ ​t'occuper​ ​d'elle​ ​non​ ​plus,​ ​elle​ ​n'a​ ​rien​ ​de​ ​bon.​ ​»

    ζ

    C'était un monde blanc. Le ciel, le sol – tout était blanc comme neige. Cela rendait le tout plat et à
    deux​ ​dimensions,​ ​les​ ​distances​ ​difficiles​ ​à​ ​jauger.

    La​ ​confusion​ ​était​ ​claire​ ​dans​ ​les​ ​yeux​ ​de​ ​l'homme​ ​d'or​ ​et​ ​de​ ​ses​ ​six​ ​subordonnés​ ​argenté.

    Aucun​ ​d'eux​ ​n'avait​ ​une​ ​idée​ ​d'où​ ​ils​ ​se​ ​trouvaient.

    En tant que pirates Moonfiend, sur leur propre planète ils étaient juges et bourreaux, maîtres de la vie
    et​ ​de​ ​la​ ​mort.​ ​En​ ​conséquence,​ ​ils​ ​étaient​ ​devenus​ ​dominateurs,​ ​arrogants,​ ​orgueilleux.

    C'était particulièrement vrai pour l'homme en or. Il sentait que, en tant qu'Adepte de niveau neuf, il
    était au-dessus de la populace et de leurs règles. Il y avait peu de choses dans son monde qui lui
    faisaient​ ​peur.​ ​C'était​ ​cette​ ​intrépidité​ ​qui​ ​l'avait​ ​amené​ ​à​ ​Skyfire​ ​Avenue​ ​malgré​ ​sa​ ​réputation.

    Lan Jue se tenait debout comme avant, les mains dans les poches de son jean. Même si maintenant,
    il​ ​y​ ​avait​ ​clairement​ ​de​ ​l'insatisfaction​ ​dans​ ​son​ ​regard.

    Il leva la main et enfonça une série de numéros dans le communicateur attaché à son poignet. Peu
    de​ ​temps​ ​après,​ ​la​ ​connexion​ ​pris​ ​vie.

    Beep,​ ​beep

    « Eh ? Pourquoi tu m'appelles ? Je croyais que t'étais mort depuis longtemps. » La voix qui ondula du
    communicateur​ ​était​ ​douce​ ​et​ ​tranquille.

    « Tes subordonnés voulaient détruire ma boutique, » répondit Lan Jue. « Je me suis dit que tu
    voudrais​ ​le​ ​savoir.​ ​»

    « Huh ? Tu as ouvert un magasin, où es-tu ? Cette pauvre femme t'a cherché pendant trois ans sans
    succès, alors imagine ma surprise quand j'entends que tu es commerçant. Qu'est-ce que tu vends ? »
    La femme à l'autre bout du fil semblaient venir de se réveiller, son ton précédemment paresseux
    devint​ ​peu​ ​à​ ​peu​ ​clair​ ​et​ ​doux.​ ​La​ ​surprise​ ​pouvait​ ​aussi​ ​s'entendre​ ​dans​ ​sa​ ​voix.

    Lan Jue parla dans son poignet. « Je n'étais plus intéressé dans mon ancienne vie. Je voulais juste
    que les choses soient tranquilles, alors j'ai ouvert une boutique sur Skyfire Avenue. Pour ce qui est du
    reste, tu devrais parler à tes gens. » Il enleva le communicateur de son poignet et le donna à l'homme
    en​ ​or.

    «​ ​Impératrice.​ ​»​ ​L'homme​ ​parla​ ​dans​ ​l'objet​ ​avec​ ​inquiétude.

    « Lequel est-ce ? » La voix douce et gentille de la femme avait à nouveau changé, cette fois froide à
    ronger​ ​les​ ​os.

    «​ ​Je​ ​suis​ ​Gao​ ​Yong.​ ​»​ ​De​ ​l'amerture​ ​naissait​ ​dans​ ​la​ ​gorge​ ​de​ ​l'homme​ ​en​ ​or.

    «​ ​Qu'est-ce​ ​qui​ ​s'est​ ​passé​ ​?​ ​»​ ​Demanda​ ​la​ ​femme​ ​connue​ ​comme​ ​l'Impératrice.

    Gao​ ​Yong​ ​n'osa​ ​pas​ ​froisser​ ​sa​ ​maîtresse​ ​et​ ​expliqua​ ​brièvement​ ​les​ ​circonstances.

    «​ ​Très​ ​bien.​ ​»​ ​Malgré​ ​ces​ ​mots,​ ​la​ ​voix​ ​de​ ​l'Impératrice​ ​Moonfiend​ ​été​ ​devenue​ ​encore​ ​plus​ ​glaciale.

    « Impératrice, cette pierre est très importante. Nous soupçonnons qu'elle contient une énergie
    énorme, une énergie qui n'a pas encore été utilisée. » L'homme en or essaya rapidement d'offrir une
    explication.

    «​ ​Et​ ​c'est​ ​ça​ ​ta​ ​raison​ ​pour​ ​amener​ ​des​ ​hommes​ ​à​ ​Skyfire​ ​Avenue​ ​?​ ​»

    Gao​ ​Yong​ ​était​ ​silencieux,​ ​comme​ ​s'il​ ​savait​ ​ce​ ​qui​ ​allait​ ​se​ ​passer.

    «​ ​Rends-lui​ ​le​ ​communicateur,​ ​»​ ​claqua​ ​l'Impératrice.

    Gao Yong releva la tête pour regarder Lan Jue qui se tenait debout sur le côté comme si rien ne
    s'était passé. L'homme en or prit une grande respiration et, avec un reflet sombre dans l’œil, fit un pas
    en​ ​avant​ ​pour​ ​se​ ​tenir​ ​devant​ ​Lan​ ​Jue.​ ​Il​ ​lui​ ​rendit​ ​le​ ​communicateur.

    «​ ​Veux-tu​ ​t'en​ ​occuper,​ ​ou​ ​préfères-tu​ ​que​ ​ce​ ​soit​ ​moi​ ​?​ ​»​ ​Demanda​ ​Lan​ ​Jue​ ​indifféremment.

    La voix douce de l'Impératrice sonna à nouveau dans le communicateur. « Je n'aurais vraiment
    jamais imaginé durant ces trois années que tu t'étais réfugié à Skyfire Avenue. C'est, en fait, un
    endroit​ ​assez​ ​agréable.​ ​Merci,​ ​je​ ​m'en​ ​occuperai.​ ​»

    Les coins des lèvres de Lan Jue se tordirent en un sourire. « Je vois que tu es enfin devenue un peu
    consciencieuse.​ ​»

    L'Impératrice ria. « Je sais que tu as des sentiments pour moi, tu ne veux pas affaiblir mon
    organisation.​ ​»

    «​ ​Gao​ ​Yong,​ ​»​ ​aboya-t-elle.

    L'homme​ ​en​ ​or​ ​releva​ ​la​ ​tête​ ​et​ ​regarda​ ​directement​ ​le​ ​communicateur​ ​dans​ ​la​ ​main​ ​de​ ​Lan​ ​Jue.

    « Conformément à ses désirs, vous vous couperez tous un doigt et lui paierez ce qu'il a demandé.
    Ensuite vous ramènerez vos miches ici. Vous oublierez que ce problème avec la pierre ait jamais
    existé.​ ​»

    Gao Yong se tint en silence, complètement abasourdi. Même si en son fort intérieur il savait ce qui
    allait arriver, il ne pouvait presque pas le croire venant de la bouche de l'Impératrice. C'était
    l'Impératrice Moonfiend, destructrice de cités ! Arbitre de vie et de mort, avec un cœur de pierre qui
    briserait n'importe quel adversaire qui se mettrait en travers de sa route comme un éclair. Pourtant,
    face​ ​à​ ​cet​ ​homme​ ​devant​ ​lui,​ ​elle​ ​demande​ ​à​ ​un​ ​général​ ​chevronné​ ​de​ ​se​ ​mutiler.​ ​C'était​ ​incroyable.

    «​ ​​Gao​ ​Yong​ ​!​ ​​»​ ​La​ ​voix​ ​puissante​ ​de​ ​l'Impératrice​ ​explosa.

    « Je ​refuse ​! » Laissa-t-il échapper, sa voix pleine d'indignation. Oui il refusait, comment pouvait-il se
    laisser​ ​convaincre​ ​de​ ​faire​ ​autrement.

    « Impératrice, je ne rien fait de mal. Je n'ai fait rien que ce qu'il y a de mieux pour les Pirates de
    Moonfiend. Comment pouvez-vous me traiter ainsi ? Vous n'avez pas peur de décevoir mes frères ? »
    Gao​ ​Yong​ ​cria​ ​en​ ​colère​ ​au​ ​communicateur​ ​dans​ ​la​ ​main​ ​de​ ​Lan​ ​Jue.

    L'Impératrice​ ​demeura​ ​silencieuse.

    Lan Jue soupira à nouveau. « Certaines personnes sont si bêtes qu'il n'y a pas de médecine dans le
    monde​ ​qui​ ​puisse​ ​les​ ​sauver.​ ​Impératrice,​ ​laisse-moi​ ​leur​ ​donner​ ​une​ ​bonne​ ​leçon.​ ​»

    L'Impératrice​ ​Moonfiend​ ​soupira​ ​aussi.​ ​«​ ​Quel​ ​est​ ​ton​ ​statut​ ​sur​ ​l'Avenue​ ​?​ ​»

    «​ ​Conseiller,​ ​»​ ​répondit​ ​Lan​ ​Jue.

    « Alors je te remercie de t'être dérangé, » dit-elle. « Laisse celui-là en vie, fais ce que tu veux des
    autres.​ ​S'ils​ ​continuent​ ​à​ ​poser​ ​problème,​ ​occupes-toi​ ​d'eux.​ ​»

    Lan​ ​Jue​ ​sourit.​ ​«​ ​Qu'il​ ​en​ ​soit​ ​ainsi.​ ​Je​ ​te​ ​reparlerai​ ​plus​ ​tard.​ ​»​ ​Il​ ​raccrocha.

    Ses​ ​yeux​ ​se​ ​levèrent​ ​pour​ ​se​ ​fixer​ ​sur​ ​Gao​ ​Yong.​ ​«​ ​Tu​ ​refuses​ ​de​ ​te​ ​soumettre​ ​?​ ​»

    Gao​ ​Yong​ ​le​ ​fusilla​ ​du​ ​regard​ ​en​ ​retour.​ ​«​ ​Pourquoi​ ​devrais-je​ ​me​ ​soumettre​ ​?​ ​»

    « Très bien, en ce cas. Je vais te donner une chance, » dit Lan Jue. « Bats-moi, et vous pourrez tous
    quitter​ ​Skyfire​ ​Avenue​ ​sans​ ​être​ ​dérangés.​ ​»


Cette discussion a été fermée.