[Skyfire Avenue] Proposition de trad

Bonjour à tous,

Je suis étudiant et ai découvert les LN pendants les cours ennuyants (Hum Hum, sisi je travaille, je vous assurre o:) )
Du coup je me suis dit que je pouvais aussi essayer d'en faire profiter les autres ;)

Je me lance tout juste dans la traduction, alors hésitez pas à me dire ce qui va et qui va pas.

Voici ma proposition pour le chapitre 46 de Skyfire Avenue,

Bonne lecture, ;)

Arpakshaad




Skyfire Avenue ch 46 DreamNet



Lan Jue descendait la rue sur son antique vélo, se promenant tranquillement le long des avenues un fin sourire au coin des lèvres.

Sa main droite pouvait encore sentir celle du Directeur des Études qui avait serré la sienne vigoureusement à la fin de la classe. “Merci,” avait-il dit avant de partir.

Pour ce qui est des élèves, ils avaient quitté la salle avec des mines terrifiées ou ramollies. Lan Jue, quant à lui, éprouvait un contentement de corps et d’esprit à la conclusion du cours. Peut-être était-ce la transmission d’énergie positive qui le mettait autant à l’aise.

Il se souvenait clairement de ses propres années étudiantes, ce professeur un peu lourdaud qui avait dispensé un cours très semblable au sien. Même maintenant, c’était comme si sa voix éclairante parlait à côté de lui. Il avait tant vécu ces quelques dernières années, mais il gardait ses origines fraiches dans sa mémoire.

Laissant l’université derrière lui, Lan Jue se dirigeait vers Skyfire Avenue. Il s’arrêta soudainement, se frappa le front comme s’il avait oublié quelque chose. “Faux ! C’est un cours d’Etiquette, pas de philosophie ! Je dois leur apprendre comment vivre une vie de qualité. J’étais complètement hors-sujet …”

Bip. Bip. Bip. La sonnerie familière de son communicateur interrompit ses pensées.

“Quoi,” Lan Jue cracha dans le communicateur, dérangé.

A l’autre bout, Zhou Qianlin regarda le numéro affiché sur le communicateur à son poignet. Elle entendit l’apathique et familière voix et l’espace d’un instant, de la confusion pouvait se lire sur son visage.

Etait-ce vraiment le même professeur passionné ? Celui qui avait fait s’asseoir ces élèves tapageurs en silence pendant plus de 10 minutes, et qui même à la fin du cours étaient sortis sans un mots ?

“C’était un bon cours,” dit-elle. Même si le ton de sa voix était un peu froid, Lan Jue ne put empêcher un sourire de fierté lui grimper aux lèvres.

“Seulement, n’étais-tu pas supposé être là pour me protéger ?”

“Exact !” Il sonnait comme si l’idée venait de lui traverser l’esprit.

La voix de Zhou Qianlin gronda à travers le communicateur. “Alors où es-tu ?”

“…”

Lan Jue serra les freins et s’arrêta. “Heh … ehm … J’ai oublié. Je reviens tout de suite.”

Je suis garde du corps ! Lan Jue se sermonna silencieusement.

“Où puis-je te trouver ?” Demanda-t-il platement, contenant son agitation.

“Je suis dans le département des méchas de combat. Retrouve-moi là-bas.”

“N’était-ce pas toi qui disais que nous voire ensemble souffrirait à ton image,” demanda Lan Jue. “Plus peur de ça ?”

“Tu ne peux pas te tenir un peu à l’écart ? Ne me parle juste pas. Tu es professeur, tu peux aller où tu veux sur le campus et personne n’y fera attention. On est dans l’aire de simulation, salle trois.” Zhou Qianlin raccrocha.

Lan Jue se frappa à nouveau le front. Cette femme DÉTESTABLE ! Il réprima l’ombre soudaine qui l’entourait et retourna le vélo vers l’école.

Le département des méchas de combat n’était pas le secteur le plus important de l’école, mais il prenait le plus de place. Un cours de mécha digne de ce nom nécessitait une batterie d’équipement high-tech et d’assez d’espace pour les utiliser. L’espace était divisé en diverses zones pour la théorie, la simulation, la pratique, etc.

L’Aile de Simulation que Zhou Qianlin avait mentionné était le module d’entrainement le plus utilisé du département.

Apprendre à piloter un mécha était un processus assez long. Avant même de commencer, un certain niveau de Talent était requis pour endurer l’effort ou contrôler la machine. Ces derniers temps, chacune des trois Alliances avaient un moyen de promouvoir les capacités des gens normaux à faire le travail, mais seuls les plus grands Talents pouvaient espérer être des pilotes de haut niveau.

Les méchas étaient chers à produire et requéraient des technologies avancées et délicates. Si on permettait aux étudiants de s’entraîner avec de vrais méchas, ce serait dangereux en plus de gaspiller les finances. Le département de Simulation fut créé à cet effet. En fait, la simulation était aussi efficace qu’en vrai. Il en résultait une diminution des accidents et moins de maintenance.

Seulement, Zhou Qianlin n’était-elle pas déjà diplômée en pilotage de méchas ? Pourquoi suivait-elle le cours de fonctionnement des méchas ?

Mais quand il arriva à la salle trois du département de simulation, il n’avait rien à dire. Parce que Zhou Qianlin était introuvable.

La salle était énorme et ressemblait à un entrepôt géant en métal. L’intérieur était rempli de plus d’une centaine de simulateurs sphériques, chacun de trois mètres de diamètre. Lan Jue n’eut aucun mal à le trouver, heureusement, même si c’était surtout dû à la puce qu’ils avaient installée dans son communicateur.

Plusieurs des larges sphères tremblèrent et vibrèrent dans l’entrepôt, occupés par les élèves en plein entraînement.

Malheureusement, toutes les sphères étaient fermées ! Zhou Qianlin avait dit qu’elle y serait, mais comment la trouver ?

Lan Jue n’avait pas d’autre option que de l’appeler à nouveau sur son communicateur. “Je suis là. Dans quel pod es-tu ?”

“Attends-moi à la porte,” fut sa réponse.

Je suppose que je suis vraiment son garde du corps ! Ses yeux, emplis de colère, balayèrent l’entrepôt. Il trouva un pod, le côté ouvert.

Il grimpa à l’intérieur avec les mouvements de quelqu’un d’habitué et s’y installa. Il ne pouvait pas rester sur place en vain, et il y avait un pod de libre. Laissant le couvercle entrebâillé, il ferma les yeux et s’installa dans le cockpit.

ζ

Département de Simulation Salle numéro Trois, dans le Coin, Pod 12

Zhou Qianlin était assise calmement dans le cockpit, mais n’avait pas démarré sa session d’entraînement prévue. Une fois la conversation avec Lan Jue terminée, elle avait trouvé ses lèvres humides, chaudes et serrées, ainsi qu’une larme emplissant son œil.

“Lan Jue … A-Jue … Zeus…”

ζ

“Zzzzzzg –” le tremblement du pod réveilla Lan Jue en sursaut. A sa grande surprise, la porte du cockpit se mit à se fermer rapidement.

Il savait qu’il avait la capacité de sortir du cockpit sans effort et en moins de temps que nécessaire, mais à ce moment précis, il vit deux étudiants approchants de l’extérieur. Sortir rapidement impliquait de révéler sa Discipline.

Et comme il hésitait, la porte du simulateur se scella.

“Ding. Scan de la puce.”

“Bonjour, Instructeur Lan Jue. Bienvenue au Département des Simulations de l’Université Nationale de l’Est. Utiliserez-vous un compte DreamNet existant, ou souhaitez-vous créer un nouveau compte ?”

Lan Jue fut étourdi un moment. Il n’avait pas utilisé de simulateur depuis longtemps. DreamNet était une entreprise interstellaire développée conjointement par les trois Alliances, conçue précisément comme une plateforme-réseau à grande échelle pour simuler l’entrainement aux méchas. Elle était utilisée aussi bien pour le divertissement que pour les études.

Eh bien, c’est mieux que de ne rien faire, pensa-t-il. Je pourrais tout aussi bien jouer un peu avec.

“Nouveau compte.”

Cinq minutes plus tard, un nouveau visage se baladait dans DreamNet. Flânant dans l’Alliance de l’Est, le long des avenue de l’UNE, Nooblet apparu.
«134567

Commentaires

  • novembre 2016 modifié
    Merci pour la traduction, mais en fait, je viens de remarquer que notre index n'est juste pas à jour sur EdeN, et que donc les chapitres 46 et 47 sont déjà postés. D'ailleurs, tu peux t'amuser à comparer si tu veux ! ^^
  • Ok ^^
    Dans ce cas je vais essayer le 48 d'ici quelques jours ;-)
  • merci d'avoir repris la traduction :)
  • Zareik a dit :

    Merci pour la traduction, mais en fait, je viens de remarquer que notre index n'est juste pas à jour sur EdeN, et que donc les chapitres 46 et 47 sont déjà postés. D'ailleurs, tu peux t'amuser à comparer si tu veux ! ^^


    Je n'ai pas trouvé le chapitre 47, du coup je l'ai traduit aussi :

    Alors voilà 2 chapitres de plus !

    Bonne lecture



    Chapitre 47 : Prométhée

    Alliance de l’Est, Planète An Lun

    De rondes collines et des montagnes étirées entourent une vallée. Dans la vallée vrombissait un monde de métal ; des bâtiments en métal, des machines en métal, des verti-cars en métal. Et des gigantesques armures en métal.

    De nombreux pics déchiraient le ciel, le plus grand à l’ouest avait la tête dans les nuages.

    Deux personnes se tenaient debout au sommet de cette grande montagne.

    Les nuages et la brume roulaient comme une mer volante, rendant leurs silhouettes aussi indistinctes que des esprits.

    Chu Cheng avait les mains dans les poches. La lumière d’une cigarette vacilla à travers la brume, rouge feu comme ses cheveux.

    “Je suppose que tu ne m’as pas appelé ici juste pour tailler une bavette, boss.” La voix lancinante de Chu Cheng pesa lourdement dans les nuages avoisinants. Il était toujours ainsi, quelle que soit la situation, comme s’il venait tout juste de se réveiller.

    Un homme se tenait à quelques pas de lui, habillé en treillis militaire noir. Il était grand, trapu, avec de larges épaules et le dos droit. Cependant, cela n’approchait pas l’excès – il n’était pas excessivement robuste, plutôt comme un javelot.

    Une étoile d’or était attachée à l’épaulette de son uniforme.

    Un général ! Cet homme aux cheveux de jais, sûrement pas plus de 30 ans, était en fait un général.

    Avec la progression de l’aire scientifique et technologique, il fallait un certain niveau de talent et d’habileté militaire pour s’élever au-dessus de la populace.

    D’après les estimations de la plupart des organisations militaires, un homme de trente ans commençait tout juste à grimper les échelons et rien de plus. Le général moyen avait 51 ans dans l’Alliance de l’Est. Avec une espérance de vie moyenne de cent vingt ans, un général de trente ans était sans précédent.

    “Comment va-t-il,” demanda l’homme, se retournant face à Chu Cheng.

    Ses yeux étaient d’un vert éclatant qui, couplés à ses cheveux noirs, lui donnaient une apparence maléfique. Mais pour l’instant, leur ferme expression poussait la sinistre lumière au loin. Son visage était stoïque, buriné, comme taillé au couteau. Un pouvoir oppressant, presque imperceptible suintait de son être telle une lame indestructible.

    “Pas si bien que ça,” Chu Cheng se gratta paresseusement le nez, luttant pour répondre face à la présence perçante de l’homme en face de lui.

    Les yeux de l’homme aux cheveux de jais se radoucirent un peu. “Trois ans, et il n’est toujours pas sorti ?”

    Chu Cheng répondit d’une voix frêle. “Tu connais son tempérament. Si c’était si facile de le sortir, pourquoi sommes-nous en train de nous inquiéter. Boss, si tu as le temps, le mieux serait que tu ailles les voir en personne. Vous avez un malentendu, mais tu as toujours été le plus convaincant. Sans oublier que tu es son grand frère par le sang”*

    Les yeux de l’homme redevinrent froids et durs. “Il n’a pas tort de me tenir responsable. Ce sont mes mauvais calculs qui ont entraîné la chute d’Hera.”

    Chu Cheng fronça les sourcils. “Boss, on sait tous ce qui s’est passé. Tu n’as pas besoin d’endosser toute la responsabilité. Regarde, en trois ans il n’est pas rentré à la maison, mais toi ? Trois ans dans ce camp, à entraîner tes recrues comme une machine.”

    “Je t’ai demandé de venir,” grogna le général, “pas pour que tu me dises comment vivre ma vie. Sa décadence, ton manque de progrès – vous avez chacun vos bazars à ranger.”

    Chu Cheng dégluti, et recula inconsciemment d’un pas. “T’es en colère contre A-Jue boss, ne te défoule pas sur moi !”

    “Ce n’est pas de la colère,” répondit à peine l’homme. “Mes pouvoirs ont besoin d’être affûtés, et par chance tu es là. Montre-moi comment tu as progressé ces dernières années.”

    Comme il parlait, ses longues jambes firent un pas en avant, et à cet instant, ses yeux verts se mirent à briller. Les nuages se dissipèrent, faisant place à une imposante colonne bleu-vert.

    “Boss, t’es sérieux ?” Couina Chu Cheng, son habituelle expression indolente fondant à vue d’œil. Une flamme ardente s’embrasa dans son dos. Il démarra rouge vif, mais face à cet opulent pilier, elle vira au pourpre, puis au cramoisi jusqu’à un bordeaux tirant sur le marron. Le cœur de la flamme était noir.

    L’homme aux cheveux de jais ne dit rien de plus. Il leva la main, et la colonne de lumière se fondit dans son bras, elle éclot comme une fleur de lotus pour créer une lance de lumière qui engloutit Chu Cheng.

    Dans la vallée, tout le monde s’arrêta pour regarder le sommet de la montagne de l’ouest se consumer en lumière.

    En l’espace d’un instant, tout l’horizon fut tinté de sarcelle** au sein duquel vacillait un pourpre persistant. Les deux couronnes d’énergie colorées s’entrechoquèrent, et leurs échanges firent fuir les nuages de la vallée.

    ζ

    Une demi-heure plus tard …

    “Boss, tu es juste inhumain !” Chu Cheng appuya une main à son visage rouge et enflé et s’assit par terre en soupirant. Ses habits étaient presque en lambeaux.

    Des bouts des vêtements de l’homme aux cheveux de jais étaient brûlés et noircis, mais il restait aussi droit et digne qu’avant leur combat.

    “Il n’y avait aucune volonté combattive. Je n’ai pris aucun plaisir à te battre, ” répondit l’homme platement.

    La mine de Chu Cheng s’assombrit. “Tu me frappes et me rabaisses après ? Comment quelqu’un pourrait dire que vous êtes des personnes respectables ? Tu es assoiffé de sang et A-Jue un loup qui se fait passer pour un mouton, méchamment intelligent en plus. Je me tire ! Et il est hors de question que je revienne. Si tu te sens mal, défoule-toi sur ton petit frère.”

    “J’irai le voir,” répondit l’homme.

    Chu Cheng était sur le point de partir, mais s’arrêta net. “Tu vas vraiment le voir …”

    L’homme aux cheveux noirs se contenta de hocher la tête.

    “Mais on m’a dit que tu étais à deux doigts d’une promotion,” dit Chu Cheng, “Peux-tu seulement partir tout de suite ?”

    “Qu’est-ce qu’un titre,” les yeux froids de l’homme fixés sur Chu Cheng

    Chu Cheng leva son pouce. “Bien. Tu mérites d’être appelé Prométhée.”

    L’homme répondit tranquillement. “Ici, appelle-moi Lan Qing. Je ne suis Prométhée que sur le terrain.”

    Prométhée, le dieu de la sagesse !

    “J’y vais. J’attends avec impatience le récit de comment tu as tabassé A-Jue. Si tu veux, dis-moi quand et je viendrais voir les festivités.”

    Lan Qing salua et s’en retourna vers la vallée.

    Sans nuage, la vallée était claire et nette. Le monde de métal reflétait le soleil sur toutes les surfaces, leurs rayons absorbant sa silhouette.

    Chu Cheng les regarda silencieusement et parti et, un sourire aux lèvres, adressa un majeur à son dos. Il se mit à descendre la montagne, mais s’arrêta après quelques pas. Un rayon de lumière rouge descendit des cieux, une figure noire et monstrueuse en son sein. Elle luisait d’une lueur sanguine.

    Parmi ses quatre frères, Chu Cheng avait aussi un surnom …

    Hadès, Seigneur du Monde Souterrain.

    -----------------------------------------------------------------------------------

    *NdlT (Note du traducteur du chinois à l’anglais) : Cela peut paraitre un peu bancal, mais cette distinction doit être faite parce que l’utilisation de terme comme “frère” et “sœur” en Chine ne sont pas réservés exclusivement aux membres de la famille. Ces termes peuvent aussi faire référence à des cousins, bons amis, etc.
    **Nd2eT : Je ne savais pas que c’était une couleur, mais apparemment si.




    Chapitre 48 : Nooblet le Tableau Blanc



    Gilet blanc et short long. C’est ce que Lan Jue avait choisi de porter. Du moins, ainsi était-ce dans DreamNet où il avait gagné le nouveau surnom de Tableau Blanc.*

    Lan Jue avait huit ans la première fois qu’il s’était connecté à DreamNet, et n’avait plus vraiment été un noob depuis. Couplé avec son choix de s’appeler Nooblet, il ne pouvait pas paraitre plus virginal.

    Regardant ses vêtements ridicules, Lan Jue ne put s’empêcher de rire. “Définitivement le mythe du ‘Blanc Bec.’”

    Les meilleures écoles avaient la possibilité de demander leur ‘espace’ privé dans DreamNet. C’était là que Lan Jue était actuellement, le centre étudiant de la zone de l’Université Nationale de l’Est dans DreamNet. Il n’y avait aucun magasin public ou de décoration ici, que des terrains d’entraînement pour des cours de mécha.

    Que ferait un nouveau, pensa-t-il. Lan Jue se tapota le front, comme il n’en avait aucune idée. Après tout, il n’avait pas été nouveau depuis de nombreuses années.

    “Hey gamin, stop !”

    Comme Lan Jue se remémorait ses comiques premiers pas avec le Tableau Blanc original, la voix l’arrêta net.

    Trois grandes silhouettes surgirent devant lui, chacune en tenue de vol.

    Ah oui, je devrais probablement commencer par acheter une combinaison. Elles devraient être gratuites vu que c’est une école. Puis me trouver un mécha de base. Ouais, c’est ce que je devrais faire.

    Il fut ramené au présent par les trois silhouettes devant lui.

    “Hey, j’te parle. T’es sourd ?” Un des gars, un gosse, tout juste la vingtaine, envoya un coup de pied à Lan Jue qui le fit piétiner.

    “Ach,” Lan Jue grogna de douleur, ça avait fait un peu mal. DreamNet avait été conçu ici avec une simulation de la douleur pour rendre le combat plus authentique. Dans le marché civil, la douleur pouvait être ajustée entre un et trente pourcent, mais à l’école ils étaient fixés constamment à cinquante pourcent.

    “Newbie, eh. Sors ton bonus,” menaça le jeune homme. Il s’approcha et attrapa Lan Jue par le col.

    Ahh c’est vrai. Les nouveaux ont le droit à un bonus – ça devrait être cinquante DreamBits pour s’acheter le minimum. Les DreamBits étaient en fait la monnaie virtuelle, mais pouvaient être échangés pour de la monnaie courante sur un coup de tête. En fait, elle était acceptée comme une quatrième monnaie universelle dans les trois Alliances.

    “Non,” Lan Jue répondit misérablement.

    Le jeune homme le poussa, le faisant tomber par terre. “Ecoute gamin, tu ne comprends clairement pas la situation. Alors je suppose que je vais devoir te la faire comprendre de force. Les niveaux de douleurs sont fixés ici. Et dans DreamNet, personne ne sait qui on est – un secret bien gardé dans les serveurs de DreamNet.”

    Lan Jue se releva. Il n’avait certainement pas l’intention de venir ici pour taper sur les gens, mais il n’était pas non plus enclin au masochisme. Malheureusement, DreamNet n’avait pas d’Adeptes ni de Disciplines. Il n’était qu’un citoyen moyen et en forme, ne possédant que le niveau un basique de talent nécessaire pour piloter les méchas de bas niveaux. S’il ne s’adaptait pas aux circonstances, il pouvait s’attendre à se faire taper.

    Les deux autres le contournèrent, Lan Jue était maintenant encerclé. Visiblement, ce n’était pas la première fois qu’ils avaient fait cela.

    Lan Jue soupira, et fixa des yeux chacun des trois jeunes, ils étaient pleins de pitié. Il commença à bouger son avatar virtuel.

    Soudain, une jolie voix sonna dans son dos. “Encore vous trois !”

    Suivant l’appel, une silhouette voltigea comme un éclair.

    Bang ! pow ! Crack ! Thwap ! En moins d’une seconde les trois types se mirent à voler dans toutes les directions comme des feuilles mortes. Ils tombèrent, en criant, une douzaine de mètres plus loin.

    Une figure héroïque apparu alors debout devant Lan Jue.

    Lan Jue la regarda stupéfait. Ses longs cheveux blonds, ses yeux bleu-ciel, et ses jambes exceptionnellement longues. N’était-ce pas l’amie de Zhou Qianlin ? Celle qui l’avait accompagné en classe ?

    Tang Mi n’avait rien changé de son avatar dans DreamNet.

    Les trois garçons se ramassèrent tant bien que mal, et partirent en courant sans se retourner. Visiblement, ce n’était pas la première fois qu’ils rencontraient Tang Mi.

    Tang Mi fulmina. “Si je savais dans quelle classe sont ces dégénérés, je les tabasserais jusqu’à ce qu’ils ne puissent plus essuyer leur derrière. Hey, Tableau Blanc, ça va ?”

    “Je vais bien, merci,” Lan Jue dit sincèrement.

    Tang Mi pointa un grand bâtiment devant eux. “Les noobs vont là-bas pour s’enregistrer et avoir un mécha. Prends-en un, puis va à l’aire de combat pour l’entraînement. Si tu rencontres ces punks une nouvelle fois, appelle. La sécurité sera là en un rien de temps. Et tu n’as pas besoin de t’inquiéter à leur propos, ils font peur à tous les nouveaux, mais ils ne sont pas dangereux.

    “Ah.” répondit Lan Jue.

    Tang Mi se retourna et partit, sa vaillante silhouette marchant dans le soleil couchant virtuel.

    Un certain sens de la justice chez cette fille, apprécia Lan Jue silencieusement.

    Il y avait une pancarte sur le grand bâtiment, ‘Bâtiment d’Instruction’. Cinq minutes plus tard, Lan Jue sorti, tout juste enregistré et avec une combinaison toute neuve. Il regrettait quand même le ‘Nooblet’ inscrit sur le dos.

    Il lui fallait ensuite choisir un mécha. Le développement des méchas s’assurait qu’ils avaient une apparence humanoïde, mais il y avait différents types de méchas à des fins différentes.

    Et donc, une ardoise vierge comme Lan Jue avait le choix entre deux types ; longue distance ou corps à corps. Il choisit le corps à corps sans aucune hésitation.

    “Voulez-vous choisir ce modèle et entrer dans l’aire d’entraînement ?”

    “Oui.”

    Une lueur emplit ses yeux et en un instant Nooblet était installé dans le cockpit de son mécha tout neuf.

    Sabre-Mech, c’était le nom de l’appareil que Lan Jue avait choisi. Dix mètres de haut, pesant dans les trente tonnes, le mécha léger était équipé d’un bouclier et d’une épée en alliage de titane.

    Ses dix doigts volèrent sur les contrôles du cockpit, et en retour, le Sabre-Mech se leva. Il se mit à avancer d’un pas stable et lourd.

    Les méchas modernes se contrôlaient par une combinaison de manipulation physique et de lecture d’ondes cérébrales. Les pilotes avec des Talents particulièrement avancés étaient capables de fusionner avec leur méchas, façon de parler, amplifiant leur pouvoir. Mais cela nécessitait des appareils de haut niveau.

    Le contrôle par la pensée seule était instable, et influencé par l’état du corps. Le contrôle manuel, en revanche, ne permettait pas un temps de réaction assez rapide. Ensemble, en revanche, ils permettaient un contrôle complet et parfait.

    L’aire d’entraînement avait été séparée en trois régions ; pour les pilotes débutants, intermédiaires et avancés. Dix victoires dans la région élémentaire vous amenaient au niveau intermédiaire. Cent victoires vous obtenaient une place en avancé. Une fois mille victoires obtenues, des niveaux encore plus élevés étaient disponibles. Cependant, en général, seuls les Etudiants Nationaux atteignaient ce niveau de réussite. En fait, obtenir mille victoires dans les simulations DreamNet était une condition pour être diplômé en tant qu’Etudiant National. Les étudiants en licence n’en avaient besoin que cent.

    En conséquence, tous les étudiants en méchas de combat étaient tenus d’y entrer. Leur cours requérait une maitrise basique du contrôle, et cela voulait dire un minimum de de dix victoires étaient nécessaires pour obtenir les crédits du cours.

    --------------------------------------------------------------------------------------------------------

    *’Tableau Blanc’ ici est l’équivalent d’une ‘ardoise vierge’, jamais testé.




    Encore une fois, n'hésitez pas à me dire ce qui va et ce qui va pas,

    PS : je ne pense pas que je vais continuer à ce rythme là, mais on verra bien ;)
  • merci pour les chapitres
  • novembre 2016 modifié
    Le 47 était effectivement traduis mais je n'avais jamais pris le temps de le publier. Mes plus plates excuses !

    Beau boulot sur la trad en tout cas. J'avoue que ce LN est cher à mon cœur donc je suis particulièrement regardant sur la qualité de la traduction mais je dois dire que l'ensemble est vraiment bien.

    Je tique un peu parfois sur des "présents" qui se baladent dans les phrases comme :
    "De rondes collines et des montagnes étirées entourent une vallée. Dans la vallée vrombissait un monde de métal ; des bâtiments en métal, des machines en métal, des verti-cars en métal. Et des gigantesques armures en métal".
    (et j'avais traduis verti-car par verti-véhicule mais c'est un détail ^^)

    (j'avais sinon bien reçu ton mail, mais j'étais pas mal pris ces deux derniers jours)

    Bonne continuation en tout cas ! :)
  • Merci pour les conseils, je vais en effet faire plus attention aux présents dans mes prochaines trads.

    Je comprend qu'il te soit cher, il est vrai qu'après quelques chapitres, les personnages deviennent très attachants. Et la qualité d'écriture est bien supérieure à un TDG par exemple.

    J'avoue que je ne suis pas allé chercher ta traduction de verti-car. Quand j'avais des doutes, je suis allé fouillé dans ce que tu avais fait, mais je n'ai pas pris le temps de lire tes 45 chapitres, tu ne m'en veux pas ? o:)

    Merci pour le soutien en tous cas, attendez vous à plus de chapitres (en fonction de mon temps libre) ;)
  • Merci de l'avoir dépoussiéré et remit en lice :)
    J'ai hâte de lire la suite ;)
    Bon courage pour la suite :smiley:
  • Wouah Miss X m'avait dit qu'on continuer Skyfire Avenue sur le Forum d'EdEN !
    C'est vraiment super de ta part !
    Merci continue comme ça ^^
  • De rien, je suis content que ça vous fasse plaisir :smile:

    Allez, c'est gratuit, un petit chapitre de plus ;)

    Bonne lecture !

    Chapitre 49 : Bizutage


    Comme dans le monde réel, on pouvait utiliser les communicateurs dans DreamNet. C’était pour trouver Zhou Qianlin que Lan Jue était entré dans l’arène de combat, pas pour s’entraîner aux méchas. Mais Qianlin devait être à l'entraînement dans les environs, et même s’il était entré dans DreamNet par erreur, la chercher ici revenait à la chercher dehors.

    « Où es-tu ? Je suis dans le secteur UNE de DreamNet, » dit Lan Jue.

    « Tu es entré ? » Quelque peu surprise, Qianlin continua. « Je suis dans la zone intermédiaire. Manœuvres défensives aujourd’hui. Attends que je finisse, puis ramène-moi chez moi, ce sera tout. Souviens-toi juste, ne laisse pas les autres savoir qu’on se connaît. Je t’appellerai quand j’aurais fini. »

    Le Nooblet de DreamNet se frotta le nez. Suis-je infréquentable à ce point ? Elle continue avec sa requête de faire semblant de ne pas se connaître.

    Zone intermédiaire ?

    Heh.

    Nooblet se secoua la tête et entra dans la zone débutante. Dix victoires pour passer au niveau intermédiaire. Ce sera fait en un rien de temps.

    La version DreamNet avait été simplifiée pour l’UNE, de sorte à ce qu’il fut instantanément transporté dans un grand espace vide en entrant dans la zone.

    L’espace était rond, comme une arène sportive géante de trois cents mètres de diamètre pour cinquante de haut. C’était une construction standard pour une arène de combat, et largement la plus utilisée.

    Il y eut un éclair et soudain un mécha noir apparu devant lui – un autre Sabre-Mech. Mais contrairement à celui de Nooblet, celui-là avait des pièces d’armure argentées sur sa tête et ses jambes.

    Dans DreamNet les élèves pouvaient améliorer leurs méchas en payant des DreamBits ou en gagnant des points de victoire. En théorie, cela voulait dire qu'on pouvait améliorer les méchas de plus bas niveau en des machines de combat avancées, mais cela prendrait un temps considérable. En réalité , la plupart des bons pilotes échangeaient simplement leurs vieux méchas pour des modèles des plus hauts niveaux, puis amélioraient ceux-là. Ils économisaient ainsi beaucoup de temps et d'effort.

    Le Sabre-Mech d'en face avait clairement été amélioré. De ce qu'il pouvait en voir, sa défense et sa vitesse avaient dû être augmentées.

    « Nooblet ? Haha, quelle chance ! On dirait que je vais enfin avoir ma dixième victoire. » La voix qui sortit du mécha était suprêmement arrogante. Sans prévenir les réacteurs dans le dos du mécha crachèrent et il s'avança rapidement.

    ζ

    Jin Tao était très excité. Il avait été touché par les histoires du cours d'Etiquette de Lan Jue, au point d'avoir fait complètement fondre sa paresse habituelle. Il était allé directement à l'espace d'entraînement pour travailler. Même s'il était étudiant en combat mécanisé, il n'avait toujours pas réussi à passer le niveau débutant. Il venait tout juste de maîtriser les bases.

    Peut-être était-ce à cause de l'inspiration qu'il avait gagné de la classe de Lan Jue, mais aujourd'hui il avait l'impression que son contrôle sur la machine n'avait jamais été aussi bon. Il venait de gagner un combat, amenant son total de victoires à neuf. Il ne lui en fallait plus qu'une et il serait enfin considéré comme Intermédiaire.

    Ainsi, il n'aurait pas besoin de se soucier des examens de fin de semestre. S'il parvenait au niveau intermédiaire, rester inscrit un an de plus serait donné.

    Celui d'en face venait visiblement de s'être tout juste inscrit à DreamNet. Son Sabre-Mech n'avait pas été modifié du tout. Il n'avait jamais eu autant de chance ! Il se souvenait des ses propres débuts, et se rappelait clairement les coups qu'avait pris sa confiance en lui quand il s'était fait terrasser par ceux des classes du dessus. Il n'avait même pas réussi à les toucher.

    Ahh, le bizutage, voilà quelque chose qu'il pouvait apprécier.

    En un éclair Le Sabre-Mech de Jin Tao était debout devant celui de Nooblet, et son épée en alliage de titane dessinait un arc meurtrier vers la gorge de son ennemi.

    Nooblet, apparemment figé par la peur, ne bougea pas. La lame fonça vers sa tête.

    Jin Tao était très satisfait, et pourtant un sentiment de pitié commença à le gagner. Si ce noob avait travaillé ne serait-ce qu'un tout petit peu, ses propres compétences se verraient plus !

    Pendant cet instant de réflexion, Nooblet bougea. C'était si simple … il s'accroupit !

    L'épée de Jin Tao rasa la tête de Nooblet. Et son bras droit qui retenait l'épée continua sa course, volant dans les airs. Tout devint noir, et une voix digitale et monocorde lui parla à l'oreille.

    « Défaite. Les dégâts du mécha excèdent quarante pourcent. Veuillez réparer votre armure avant de continuer. »

    Défaite ?! Comment c'est possible ? Jin Tao ne pouvait pas comprendre comment cela avait pu se produire, et il appuya rapidement sur le bouton replay.

    Le combat avait été bref, et Jin Tao ne prit qu'un moment à comprendre ce qui s'était passé. Il resta assis dans le cockpit d'entraînement, de l'incrédulité plein les yeux.

    Au beau milieu de son coup de grâce, Nooblet s'était accroupi, comme il avait pu le voir – mais ce qu'il avait raté, ce fut le pied droit du mécha basique clouant le sien avant que l'épée de Nooblet ne détache expertement son bras de son épaule.

    Son pied cloué empêchait l'armure de reculer et ajoutait de la puissance au coup, ce qui finalement amena le bras à s'envoler au loin. Nooblet avait profité du coup pour se glisser derrière lui, arme parée. Le coup du nouveau avait oblitéré le générateur dans sa tête et le combat fut terminé.

    Le tout ne dura pas plus de trois secondes. Les mouvements de Nooblet n'étaient ni rapides ni tape-à-l’œil. Ils étaient juste très, très précis.

    Jin Tao jura doucement, et parti réparer son mécha.

    Tous les élèves de combat mécanisés étaient tenus d'apprendre à maintenir un mécha, de manière à perfectionner leur efficacité au combat. On attendait des élèves qu'ils soient capables de réparer leurs armures après un combat, et s'il était possible de payer pour les faire réparer, le prix était exorbitant.

    ζ

    Alors que Jin Tao apprenait sa défaite, Lan Jue entendit aussi une voix digitale lui parler. « Victoire. Votre armure n'a pris aucun dégât. Victoire parfaite. Nombre de victoires : une. DreamBits obtenus : cinq. »

    En obtenant une victoire en débutant, les pilotes gagnaient de un à cinq DreamBits en moyenne. La prestation de Lan Jue lui avait clairement obtenue un vingt sur vingt.

    Heh. Le sourire de Lan Jue avoisinait l'obscène. D'une simple pression de bouton, il continua vers son prochain combat. Il y eut un éclair et il fut de retour dans la même arène, mais cette fois, un Fusil-Mech lui faisait face.

    Fusiller, huit mètres de haut, neuf tonnes, équipé du fusil-laser standard.

    Les fusillers avaient l'avantage en flexibilité et en vitesse, en plus d'avoir une portée considérable. Les Sabre-Mechs, eux avaient une meilleure défense et avaient une attaque de base plus élevée. Chacun avait ses avantages.

    Le Fusil-Mech semblait savoir ce qu'il faisait, et sorti rapidement son fusil pour le pointer à Lan Jue. Nooblet, de son côté, fit quelque chose d'inattendu.

    Se déplaçant rapidement sur le côté, son bras gauche fusa, le bouclier qu'il tenait fendit l'air comme un frisbee. L'arc vicieux filait vers le mécha, l'impact allait lui trancher les jambes à coup sûr.

    ----------------------------------------------------



    Pour la petite histoire, j'ai dû retraduire la moitié du chapitre, parce que l'éditeur de texte a planté, et j'ai perdu 2h de travail d'un coup ! :'(
    Ca m'apprendra à ne pas sauvegarder assez souvent ...

    A bientot pour la suite ;-)
  • merci pour le chapitre
  • Merci pour le chapitre :)
    Jamais quand il faut !
  • merci pour le chapitre
  • Et voici le chapitre du jour ;-)

    On va voir à la fin de la semaine, mais vu comment c'est parti, je pense pouvoir publier entre 3 et 5 chapitres par semaine.

    Bonne lecture !

    Chapitre 50 : Nooblet vs l'As


    Le Fusiller sauta, étonné, et se déplaça rapidement pour éviter le bouclier.

    Son contrôle était significativement meilleur que celui de Jin Tao, ce qui laissa le bouclier le raser sans faire de mal. Cependant, son écran devint quand même noir.

    « Défaite. Les dégâts du mécha excèdent trente pourcent. Veuillez réparer votre armure avant de continuer. »

    Comment c'est arrivé ?! La réaction du pilote du Lancier était similaire à celle de Jin Tao, et il enfonça le bouton replay.

    Nooblet ne s'était pas contenté de lancer le bouclier, mais son épée aussi juste après. L'attaque avait fait tituber le Fusiller. Et il s'était empalé tandis que la lame en titane transperçait le cockpit sans défense.

    « Lequel de nous deux est longue distance ?! » rugit le pilote du Fusil-Mech.

    Hehehe ! Gloussa Lan Jue en appuyant sur le bouton pour son troisième match. Que c'était agréable de bizuter les nouveaux ! Et personne ne sait qui je suis !

    Un nouvel éclair. Un nouveau combat. Un autre Sabre-Mech.

    Comme Jin Tao le Sabre-Mech fonça attaquer le Nooblet de Lan Jue. Ce faisant, Lan Jue put clairement lire le nom flottant au dessus de sa tête : L'As.

    Quel parallèle ironique !

    L'As vola en avant, épée en titane dans la main droite, et encore une fois comme Jin Tao, visant le cou.

    Nooblet attendit jusqu'au dernier moment, leva son pied-droit et essaya subrepticement de clouer son adversaire au sol.

    Mais ce fut au tour de Lan Jue d'être surpris, puisque par pure coïncidence, ou réel talent, son ennemi leva la jambe à l'instant ou son pied atteignait sa cible. L'action fit percuter le genou adverse en plein dans l'abdomen de Nooblet, alors qu'au-dessus, la course de l'épée la planta dans son épaule d'un coup féroce.

    Les deux étaient enchevêtrés, à un cheveu l'un de l'autre, ne laissant aucune place pour manœuvrer.

    Nooblet pivota son poignet pour pointer la pointe de son arme en l'air et la planter dans le bras exposé de l'As. En même temps il plaqua son bouclier sur le côté de son adversaire.

    Ding ! Peng !

    Les deux sons sonnèrent presque simultanément. L'As recula son bras et les gardes des deux épées s'entrechoquèrent. Le second bruit étouffé était le bouclier de Nooblet frappant le genou ennemi.

    Le coup n'arriva pas droit et fit pivoter l'armure de L'As. Quand votre équipement était identique à celui de votre adversaire, la victoire revenait à celui qui avait le meilleur contrôle.

    L'As ne fit aucun effort pour se stabiliser, se laissant au contraire vriller au loin et hors de portée. Ses pas étaient irréguliers et erratiques, tordant son corps.

    Mais au lieu de tomber, il devint clair que le corps compensait intentionnellement les pas.

    De la Marche Désordonnée ? Lan Jue regarda avec surprise. C'était une manœuvre assez standard pour des niveaux intermédiaires, utilisée à la fois pour éviter des attaques de corps-à-corps que de l'artillerie longue distance.

    C'était une technique qu'un cadet sans modification pouvait sortir ?

    Ce type était plein de surprises, et il piqua la curiosité de Lan Jue. Il modifia son propre jeu de jambes, mimant la marche désordonnée de son adversaire et virant dans son sillage.

    ζ

    Le joli visage de Tang Mi était un masque dur.

    C'est quoi ce bordel ? Ça n'a pas été facile de se réenregistrer avec un nouveau compte, spécifiquement pour empêcher ce genre de bizutage. Et qui aurait pu savoir qu'une mine aurait rencontré une mine ? Le coup de bouclier de ce Sabre-Mech avait expertement brisé son rythme. Ça faisait combien temps qu'elle n'avait pas rencontré quelque chose comme ça ?

    Et ce type ose me foncer dessus, tu penses que je suis une victime à ce point là ?

    Une pensée vicieuse envahit soudain Tang Mi ! L'épée en titane siffla, la lame brillante comme du mercure enroulée autour de son rival.

    Mais à cet instant précis Nooblet vit sa main se lever et la pointe de son épée vint rencontrer le plat de sa lame. La lame de l'As fut rejetée sur le côté. Tang Mi était assez énervée pour cracher du sang !

    La silhouette de Nooblet se précipita en avant, et presque que comme s'il l'avait traversée.

    Clink ! Le doux bruit lui parvint aux oreilles.

    On ne pouvait pas dire que Tang Mi réagit doucement. Elle fit tourbillonner son mécha, un coup tranchant destiné à Nooblet.

    Cependant, à son plus grand étonnement, quand elle se retourna, Nooblet était introuvable.

    Clink, clank, chink, clang, chink ! Le bruit du métal frappant le métal empli la cabine dans son dos.

    Tang Mi était estomaquée. Elle changea son jeu de jambes à chaque pas, mais quoiqu'elle essaie, elle n'arrivait pas à apercevoir Nooblet.

    Une goutte de sueur coula sur son front. Est-il en train de me filer ?

    La technique du miroir était une technique de corps-à-corps de niveau expert. La plus grande faute au corps-à-corps était de montrer son dos à son ennemi, et un maître du miroir pouvait en profiter quand il était moins fort que ses adversaires pour rester proche d'eux sans même qu'ils s'en aperçoivent.

    Mais Tang Mi savait où était son assaillant. Pourquoi n'arrivait-elle pas à s'en débarrasser ?

    Soudain, tout devint noir et calme. Une voix robotique emplit le cockpit.

    « Défaite. Cent pourcent de dégâts au mécha. Veuillez réparer votre armure avant de continuer. »

    Quoi ? CENT POURCENT de dégâts ?! Tang Mi, assise dans son cockpit, était complètement perdue. Les combats réels et simulés étaient presque pareils. Elle savait ce que cent pourcent de dégâts voulaient dire. Ce genre de chose n'arrivait qu'avec une explosion frontale et massive. Comment un Sabre-Mech pouvait faire quelque chose comme ça ?

    REPLAY !

    Elle enfonça le bouton.

    Ça commençait au début du combat, quand l'As se précipita sur Nooblet. Il s'accroupit, elle lui envoya son genou.

    L'As se mit à la marche désordonnée.

    Nooblet, marche désordonnée...

    Et puis ce coup surnaturel. Ce coup-là, qui déstabilisa l'As et permit à Nooblet d'aller derrière elle.

    Après, c'était coup sur coup, et une ouverture claire était ouverte pour clore le combat. Mais il avait continué à brandir son épée.

    L'épée en alliage de titane brillait d'une lueur métallique. Aucun coup n'était trop puissant, mais la vitesse était inhumaine. Même pendant le replay, Tang Mi dû réduire la vitesse pour voir clairement ce qui s'était passé.

    Comme elle continuait de regarder étonnée et admirative, elle remarqua que presque tous les coups de Nooblet trouvèrent une jointure – mas ne les tranchèrent pas complètement.

    Quand le dernier coup atteint sa cible, son mécha se raidit, et s'affala en un tas de ferraille. Comme les briques d'une tour en jouet renversée.

    Tang Mi connaissait cette technique ou, pour être précis, avait entendu parler de cette technique !

    L'assault Brunois ! C'était une technique rarement vue sur le champ de bataille, vu qu'elle était peu pratique.

    Exterminée ! Nooblet avait exterminé l'As !

    Victoire parfaite !


    --------------------------------------------------------------------------

    N'hésitez pas à me dire s'il y a des erreurs, ou des choses que j'ai traduites différemment de ce qu'avait fait Kayorko avant moi, et j'y ferais attention les prochaines fois

    A demain ;)
  • merci pour le chapitre
  • merci pour le chapitre
  • Super ! Merci pour le chap vivement la suite !
  • Merci pour le chapitre et vivement la suite =)
  • novembre 2016 modifié
    Salut tout le monde !

    Content de voir que ça vous plaise ! :smile: ça motive pour continuer ;)

    Voilà la suite, en tous cas.

    Bonne lecture !

    Chapitre 51 : Chaire Fraiche

    Bang ! Tang Mi frappa vicieusement le panneau de contrôle du point, son visage défiguré par la rage.

    Elle avait changé son compte, choisi un Sabre-Mech, le tout pour satisfaire une pulsion. Pleins de gens le faisaient, et on les appelait des mines ; si tu marchais dessus, tu allais passer un sale quart d'heure.

    Certaines personnes avaient proposé de faire quelque chose contre ce genre de comportement, en ajoutant un système de nom réel dans DreamNet. Cela assurerait que chaque numéro d'identité n'aurait qu'un seul compte, mais jusqu'à maintenant, l'autorité managériale de DreamNet n'avait pas approuvé. C'était quelque chose qui affecterait les trois Alliances. Ce ne serait pas un changement facile.

    Tang Mi ne s'attendait certainement pas à marcher sur une mine. C'est qui ce Nooblet ? C'est un bâtard voilà qui c'est, un vrai bâtard !

    Elle n'avait jamais été dans une pareille situation. Elle repensa au replay, à comment il l'avait découpée en petits dés, et qu'elle avait juste envie de disparaître quelque part au fond d'un trou.

    « Qui ! Qui ! Qui ! » Tang Mi cria à l'écran, seule dans son cockpit virtuel. Elle savait que c'était au moins quelqu'un de l'école, sinon il n'aurait pas pu rentrer dans l'espace d'entraînement de l'école. On ne pouvait y accéder qu'en utilisant un des simulateurs spéciaux de l'école.

    Mais l'école état énorme, comment allait-elle retrouver ce Nooblet ?

    Tang Mi prit une profonde et lente inspiration pour se calmer.

    Elle ne pouvait souffrir la présence de cet ennemi. Il devait être détruit.

    Son bras se leva et en un instant, son communicateur appelait un numéro.

    « Petite Mi*, ça va ? » La voix d'un homme, simple et sincère, bafouilla dans le communicateur.

    On pouvait entendre Tang Mi grincer des dents quand elle parla. « Je m'en fiche de savoir où tu es, ou ce que tu es en train de faire. Trouve un simulateur et connecte toi à DreamNet immédiatement. Retrouve-moi dans la zone novice de l'université. Il y a quelqu'un qu'on a besoin d'humilier. »

    « Huh ? » La surprise était évidente dans le ton de voix de l'homme. « La zone novice ? Tang Mi tu rejoues la mine n'est-ce pas. Je t'ai déjà dit de ne pas te préoccuper avec cette pourriture ennuyante. Pourquoi tu ne m'écoutes pas. Et quoi ? Tu as rencontré une autre mine qui t'a donné une fessée ? » L'homme avait su presque immédiatement ce qui s'était passé rien qu'au ton de la voix de Tang Mi.

    « Tu viens ou pas ?! » Grinça-t-elle.

    « Tu ne serais pas comme ça, hein ? » La voix de l'homme sonnait de plus en plus surprise au fil de la conversation. « Passe tout ton temps au bord de la rivière, et tu finiras mouillée. Va te calmer. Je suis au milieu de quelque chose là. »

    « Tang Xiao, ta petite sœur vient tout juste d'être réduite à des bouts de métal par quelqu'un qui utilise l'Assaut Brunois. Si tu ne viens pas ici tout de suite, tu prieras pour être mort. Je dirais à Qianlin comment tu faisais pipi au lit jusqu'à tes dix ans, et tu n'auras pas l'ombre d'une chance avec elle. Tu as une chance maintenant que ses fiançailles ont été rompues. Je ne peux pas offrir grand chose pour vous aider à être ensemble, mais un seul mot de ma part et tu mourras seul ! HAHAHAHA ! »

    « … laisse-moi trois minutes. » la voix était devenue soudainement très sérieuse. Le communicateur devint silencieux, et Tang Mi réintégra DreamNet.

    Attends un peu Nooblet. Si je ne peux pas te battre, je trouverais quelqu'un qui le peut ! Tang Xiao est un maître pilote mécha et il s'occupera de toi. Tu peux compter là-dessus !

    Bang !

    ζ

    Lan Jue enfonça expertement son épée en titane dans la boite crânienne de son neuvième adversaire, terminant le match du même coup.

    C'est le numéro neuf ! Plus qu'un et je m'en vais au niveau intermédiaire.

    Si A-Chneg et les autres savaient que j'étais ici à m'amuser avec les petits nouveaux, ils devraient ramasser leurs mâchoires
    . Le visage de Lan Jue se tordit en un sourire étrange. La vache, être une mine c'était amusant ! Hah ! Ça fait longtemps que je ne me suis pas sérieusement entraîné aux méchas. La prochaine fois il faudra que je vienne avec un compte de plus haut niveau. Le niveau débutant ne compte à peine comme échauffement. Mais ça exerce bien les compétences et la coordination pensée-main. Un mois, et je serais revenu au sommet de mes capacités.

    Durant les trois dernières années il n'avait fait quasiment aucun effort en terme de cultivation ou d'entraînement. Sa Discipline pouvait augmenter toute seule, mais il n'avait presque pas touché à un mécha. La plupart de ses facultés étaient ancrées profondément dans sa mémoire musculaire, mais il était quand même un peu rouillé.

    Dixième combat, allez.

    Une lumière brilla quelque part et il apparut une fois de plus dans une arène neuve. Une fois de plus son adversaire était un Sabre-Mech, sans modification, tout frais. Il était identique à tous les autres, il n'y avait eu que la fois avec l’assaut Brunois qui l'avait remué.

    Chaire Fraiche. Le nom scintilla au-dessus de la tête du Sabre-Mech.

    Celui-là n'a pas peur du ridicule, pensa Lan Jue. Un sourire naissant sur ses lèvres. C'était bien de ne pas avoir peur du ridicule. Cela voulait dire qu'on avait une bonne mentalité.

    « C'est toi la mine, eh? » La voix qui résonna dans le champ était honnête, simple et portait une sorte de magnétisme silencieux.

    Depuis le début, c'était la première fois que quelqu'un lui avait parlé avec l'intention d'avoir une conversation. Lan Jue ne répondit pas.

    « Si tu veux être une mine, tu ferais bien d'être prêt pour les conséquences. Tu as martyrisé ma petite sœur, ça veut dire que je vais devoir te découper en petits morceaux ! » Le Sabre-Mech de Chaire Fraiche fit une pas en avant, croisa ses jambes, puis fit un tour complet avant de s'arrêter avec son bouclier sur son torse et son épée tendue vers les cieux.**

    « Pas mal, eh ? » La voix de son adversaire était assez fière.

    Ce gars n'a vraiment pas peur du ridicule, pensa Lan Jue.

    « Tu n'as pas répondu alors je vais supposer que tu es d'accord. Il est temps que tes supérieurs s'y mettent. » Tandis qu'il parlait, son mécha pris soudainement de la vitesse, courant droit vers Nooblet sur une ligne droite.

    Lan Jue plissa les yeux, sa curiosité visible. Le gars avait un contrôle supérieur sur sa machine. Il n'y avait aucun mouvement superflu, aucune vitesse trop rapide. Il aimait certainement raconter n'importe quoi, mais il avait du talent.

    « Ah eh au fait mec, il s'est passé un truc intéressant aujourd'hui, » dit Chaire Fraiche alors que la distance qui les séparait se rapetissait.

    Lan Jue releva un sourcil. N'était-il pas venu prendre sa revanche ? Qu'a-t-il pu entendre qui puisse avoir un quelconque lien avec moi ?

    Chaire Fraîche continua. « On avait une meuf en classe qui avait vraiment besoin de péter. Définitivement péter. Alors elle a eu une brillante idée ; elle allait péter, puis frapperait dans ses mains au même moment pour cacher le son. Elle se pencha un peu en arrière et frappa dans ses mains … et au moment même où tout le monde se retourna vers elle, elle le laissa sortir. »

    « Pfft ! » Lan Jue ne put s'empêcher de ricanner. A ce moment précis, le reflet splendide d'une lame emplit son champ de vision, soustrayant à sa vue la silhouette qui se précipitait sur lui et toute forme d’échappatoire. Perdue dans cette vive lumière, la jambe de Chaire Fraiche s'élança et rencontra l'entre-jambe mécanique de Nooblet.

    --------------------------------------------------------

    *NdArpakshaad : Pour ceux qui ne savent pas, en Chine, on appelle fréquemment et affectueusement « petit ...(prénom) » les membres de sa famille qui sont plus jeunes. Ça n'a rien à voir avec un surnom européen, comme « Petit Jean » dans Robin des Bois par exemple.
    **NdArpakshaad : en gros il a fait une Michael Jackson.



    ----------------------------------------------------------

    Au fait, il est peu probable que je poste un nouveau chapitre demain mais on n'est jamais à l'abris d'une bonne surprise ;)

    A bientôt !
  • merci pour le chapitre
  • merci pour le chapitre

  • Merci pour le chapitre :)
    Comment vas-t'il sen sortir ?
    J'ai hâte de lire la suite ;)
  • Wow Merci pour le chap !
    Chaire Fraiche est ça blague à deux yuans XD
    J'suis toujours aussi content que tu es repris SA ! Merci
  • décembre 2016 modifié
    Coucou tout le monde !

    Je ne pensais que j'aurais fini le chapitre que demain, mais finalement il est déjà prêt alors je ne vois pas de raison de vous faire attendre ;)

    En plus, le titre rime \o/

    Bonne lecture

    Chapitre 52 : Indignation et Oscillation

    Lan Jue fut pris par surprise. Il ne s'attendait pas à voir Chaire Fraiche se lancer dans une tirade complète avant d'attaquer. Il ne pouvait s'empêcher de rire à la blague, et dans la fraction de seconde, avait baissé sa garde.

    Les attaques de Chaire Fraiche étaient instantanées et vicieuses. Même avec ses facultés, contrôler ce mécha de niveau usine sous ce type d'assaut se révélait difficile.

    Les pointes de ses pieds se levèrent et soudain, il fonçait en arrière. Au même instant, la lame dans sa main dessina un arc, arrivant tout juste à dévier l'arme de Chaire Fraiche. Sa jambe droite se leva pour rencontrer le coup de pied ennemi et le repousser sur le côté.

    « Un bon niveau de réaction mec ! » La voix de Chaire Fraiche sonnait pleine de louanges.

    « Je vais te crever les yeux, » cria-t-il et ses jambes mécaniques jaillirent soudainement pour s'enrouler dans celles de Nooblet.

    Nooblet était instable, sa rapide retraite le faisant tituber. Il ne pouvait éviter le croche-patte adverse. Le corps de Chaire Fraiche se tordit alors avec l'agilité d'un singe en essayant d'amener Nooblet au sol.

    Jiujitsu ! Chaire Fraiche avait appris à intégrer du jiujitsu dans ses techniques de combat de mécha.

    « Tu sais, j'ai eu ma part de malchance récemment, » continua Chaire Fraiche pendant sa prise. « J'étais à la cafétéria pour bouffer hier, et dans mon assiette, il y avait un morceau de porc couvert de poils. Je me suis dit, la vache, les gens de la cafétéria de l'école n'en ont vraiment rien à faire de l'hygiène. Alors, j'ai soigneusement enlevé les cheveux un à un, et l'ai mangé. Et bordel, qui aurait imaginé que c'était du gingembre ! »

    Si quelqu'un avait été dans la cabine de Lan Jue, il aurait pu voir tout son dégoût sur son visage.

    Chaire Fraiche avait cloué le mécha de Nooblet au sol, leurs jambes enchevêtrées. On dirait que les histoires inutiles de Chaire Fraiche lui donnaient un avantage significatif. Même après toute son expérience sur le terrain, c'était la première fois que Lan Jue faisait face à un adversaire comme … ça.

    Profitant de la situation, Chaire Fraiche s'extirpa de la prise et posa sa masse métallique directement sur le dos de Nooblet. Il s'appliqua à faire une clé au bras de Nooblet qui tenait son arme.

    « Heh ! Qu'est-ce que t'en pense mec, elle est cool ma blague, hein ? » Chaire Fraiche sonnait particulièrement fier de lui. « Mais tu n'es peut-être pas convaincu. Tu sais quoi, si c'est pas le cas, tu peux me taper. Vas-y, frappe-moi ! Hehehe ! »

    « Ne pense pas que tu as déjà gagné, » grogna Lan Jue.

    « Eh ? » Chaire Fraiche sonna surpris. « Gagné ? Oh ne t'inquiète pas, je ne vais pas te laisser partir aussi facilement – Je n'ai juste pas envie que tu fasses du mal à ton mécha ! Comme ça, DreamNet ne nous interrompra pas pendant notre petite conversation. »

    Soudain, Chaire Fraiche sentit le mécha de Nooblet trembler sous lui. L'amplitude n'était pas très forte, mais c'était très soudain. Le plus surprenant, cependant, n'était pas le tremblement – mais le fait que ça avait relâché sa prise !

    « Non … ! » Cria Chaire Fraiche. Nooblet se tordit et, d'une manière que Chaire Fraiche ne comprit pas, il était tout à coup celui pris dans la prise. Puisque, avec un coup à tordre du métal, Nooblet le jeta au sol, et l'y cloua.

    « Oscillation ! Tu oscilles ! » Chaire Fraiche était trop choqué pour essayer un contre.

    Oscillation, il avait essayé de s'y exercer pendant des années !

    Chaire Fraiche était bien le grand frère de Tang Mi, Tang Xiao. Il était bien connu, un des meilleurs élèves de la section de combat de mécha. Déjà pilote de Niveau Souverain Première Classe, et un des dix meilleurs dans tout le département de combat.

    Une fois évalué comme pilote de mécha Niveau Souverain, on se voyait attribuer le grade de Lieutenant par n'importe quel état des trois Alliances.

    Même pour les Étudiants Nationaux le prérequis pour être diplômé n'était que de Seconde Classe. Des pilotes de Niveau Souverain Seconde Classe étaient souvent appelés pour commander des escadrons de dix unités.

    Mais même avec tous ces classements et attentes – Niveau Souverain, Première Classe, top dix – Tang Xiao était toujours incapable d'effectuer la technique de l'Oscillation.

    L'Assaut Brunois était une technique de spectacle, peu utilisable en combat réel. Mais l'Oscillation, c'était une manœuvre de corps-à-corps hautement valorisée. Il était raisonnable de dire que c'était à un niveau d'aptitude que tous les pilotes rêvaient d'atteindre.

    Pour de vrai, même les plus bas pilotes de troisième classe s'entraînaient à l'Oscillation, mais même les pilotes classés Souverains … peut-être même certains pilotes classés Dieu n'arrivaient pas à la maîtriser. Il fallait un certain niveau de talent que tout le monde ne possédait pas.

    La technique connue sous le nom d'Oscillation faisait vibrer tout le mécha à très haute fréquence. Cela résultait en des lésions traumatiques pour l'adversaire, ou de s'extraire de prises difficiles. Les ondes cérébrales sont importantes dans la manipulation d'un mécha, mais l'oscillation – cela requérait une vitesse manuelle inconcevable !

    Les méchas modernes avaient besoin d'ondes cérébrales et de commandes manuelles pour opérer, mais l'oscillation était une autre paire de manches. Il fallait que le pilote exécute une série de mouvements à haut fréquence, parfaitement minutés et en un instant. Autant dire que cela nécessitait une dextérité exceptionnelle. Des mouvements répétitifs, effectués encore et encore en aussi peu de temps que possible. Voilà ce que c'était que l'oscillation.

    Les trois alliances avaient essayé de résoudre le problème de l'oscillation technologiquement, usant d'études et d'expériences exhaustives. Le problème persistait cependant, que l'oscillation ainsi produite était bien moins flexible que celle produite par le pilote. C'était aussi très coûteux, aussi bien fiscalement qu'énergétiquement.

    Il allait sans dire que le mécha de Nooblet ne possédait pas ce genre de technologie. La seule explication était que cela venait des facultés du pilote.

    Quand ils vantent la vitesse manuelle comme prérequis à l'oscillation, ce qu'ils veulent dire c'est que le contrôle effectif doit atteindre trois cents. C'est-à-dire que le pilote doit exécuter au moins trois cent actions parfaites en une minute avant de pouvoir parvenir à l'oscillation.

    Tang Xiao savait qu'il pouvait atteindre le marqueur de trois cent, mais rarement et avec beaucoup d'efforts. Il n'arrivait qu'à cent quatre-vingt efficacement.

    Nooblet pressa un poing contre la tête de Chaire Fraiche. « Vas-y, parle, » gronda-t-il.

    Chaire Fraiche bouillonna tout excité. « Comment as-tu appris à osciller ?! A-A quelle vitesse vont tes mains ? Quel âge as-tu ? Tu étudies ou enseignes ici ? Tu peux m'apprendre ? Tu dois être un prof, non ? Il n'y a aucun élève capable d'osciller ici. »

    « T'enseigner ? » Un sourire sadique s'étira sur le visage de Lan Jue. « Bien sûr, je peux t'apprendre, n'est-ce pas ? Où es-tu ? »

    La joie de Chaire Fraiche était assommante. « Je suis dans le département de recherche. Dis-moi juste où aller, et je viendrais à toi ! »

    « Il y a un petit carré d'herbe derrière le bâtiment des électifs. Je t'y attendrais. Sois-y dans dix minutes, où je m'en irais. » La voix de Lan Jue était douce et égale.

    « Bien, oui ! J'y serais ! » Tang Xiao était clairement extatique, comment pouvait-il ne pas l'être. Il n'avait jamais rencontré quelqu'un qui savait osciller. Qui que soit cette personne, il devait être arrivé récemment.

    « Mais avant que tu ne t'en ailles, on va te faire un peu plus expérimenter l'oscillation en direct... » Le poing appuyé contre la tête de Chaire Fraiche devint flou, et en un instant, se planta dans la tête du mécha.

    Crunch !
  • C'est cool de relire la version française, merci à toi :)

    (juste pour la première phrase : "fut priS par surprise" ^^)
  • merci pour le chapitre
  • merci pour le chapitre
  • Il est rand intermédiaire maintenant ^^
    Merci pour le chapitre =)
  • Kayorko a dit :

    (juste pour la première phrase : "fut priS par surprise" ^^)

    OOOOps o:) on n'a rien vu ^^

    Content que ça vous plaise. Au fait, je sais pas si tout le monde savait qu'en Chine, ils se présentent toujours sous la forme Nom Prénom. Du coup pour Tang Xiao, Tang c'est son Nom de Famille et Xiao c'est son prénom (d'où le fait qu'il soit le frère de Tang Mi)

    J'ai hésité à l'expliquer dans le chapitre précédent, du coup, je profite de ce post pour l'expliquer au quelques gens qui ne sauraient pas ;)

    N'hésitez pas à me dire s'il y a des choses que vous ne comprenez pas d'ailleurs, si ça ne spoile pas, j'essaierai de vous l'expliquer ;-)
Cette discussion a été fermée.