un monde d'éléments

2»

Commentaires

  • mars 2017 modifié
    Petite musique sympathique pour la lecture : ten million voice

    Chapitre 7 partie 1 : La pousse !

    Du temps à passer mais je ne saurais dire combien, des centaine, des milliers ou bien des millions, sous forme de graine je ne pouvait soliciter que le sens du toucher pour pouvoir ressentir la température et l'humidité du sol et de l'aire.
    En Bref je savais que beaucoup de temps avait passé et le moment de régner été venu.

    Pour un autre Homme de développer les racines, tige et feuilles d'un végétal n'était aucun cas possible, seulement moi avec les connaissances de la vie ( vie au sens animal/végétal) d'un autre monde et le corps d'un végétal pouvait détourner les lois du monde.

    (rappel: le protagoniste est actuellement une graine)

    Je me concentra et créer une petite racine à partir du mana qui était stocké à l'intérieur de moi puis une petite tige avec deux feuilles.
    la terre était lourde se faisant ma racines pu directement être au contact de la terre et commença à absorbé des nutriments dilué par l'eau contenue dans le sol, en réponse mes feuilles expulsa de la vapeur pour fair monté la sève brute ( nutriment dilué dans l'eau ), commença la production de dioxyde de carbone via la photosynthèse et la respiration.

    Mes organe vital se mirent en marche tout seul, ma racine comme mon estomac et mes feuilles comme mes poumons et mon cœur.
    Mon cerveau reste encore à trouver où il se trouve, soit au niveau de collet soit mon âme ou bien autre part...

    Je viens de remarquer mais je ne suis pas seul.

    /////////////

    Note : je veux toujours continuer à écrire !
    Un chapitre "d'un monde draconique " sera libéré sans doute dans le mois.
    Et je sais pas trop comment expliquer que je suis en stage bac pro ( aménagements paysager)

    Merci d'avoir lu.


  • juin 2017 modifié
    Chap : Tréand Vs polypodes

    Je ne suis pas seule.
    Cela pensé j'attendais ce moment pour pousser dans de bonne condition. Le hic étant que à ce moment c'était un match où se joué ma vie en 2 round et fallait que je gagne au deux. L'un dans le sol l'autre dans l'autre au-dessus du sol.
    À ce moment là des ombre se déplaçaient au-dessus du sol tandis que dans le sol serpentais des racines, a chaque avancé des racines une ombre se créa et grandissait.
    Ces saletés de polypodes* prenne de l'avance, merde !

    Round 1 : sous le sol, GO !
    Les rhizomes** m'entourais alors que je déployais ma propre raçine mais pivotante car elle ont la particularité d'avoir une force et une vitesse de pénétration bien supérieur aux autres, ses polypodes avaient finis de m'entourer et se préparait à envahir les profondeurs du sol.
    D'un coup des racines grandissaient de leurs rhizomes qui visait à m'étouffer, non à m'étrangler toutes tournait autour de moi se resérant petit à petit, la panique monta alors je n'eu plus le choix soit utiliser massivement la magie sans en connaître les répercussions soit mourrir.

    Round 2 : dans le sol, GO !
    Des dizaine de jeune polypodes poussèrent au-dessus de moi face à ça j'avais deux solution soit éssayer de les écraser comme les pissenlits soit pousser plus vite et plus haut qu'eux et m'emparé de la lumière comme un bambous , mais les deux plan me plaisaient moyennement et sans autres choix je décida d'appliquer les les deux en même temps, ce que je fis.
    //////////////

    *polypode = fougère

    ** rhizome = tige souterraine

    Bonjours ! Je sors ce chapitre par ce que j'en ai envie et qu'il est cool. Merci
  • ouaiiis un chap merci :joy:
  • C'est pas vraiment un chap mais de rien
  • l'histoire continue : le conte d'un monde changeant
    juste aprés le rassemblement des deux continent deux forme humaine marron flottait en plein milieux de cette Terre inhospitalière

    AHAHAHAH ! BÉÉÉBEBEBE ! À croire que nous Robert et Bouc arrivions vraiment à rassembler c'est deux continent.
    Mais qu'est-ce que c'est moche ! Sans haute montagne verdoyante, sans vie, juste un amas de roche plate se déroulant jusqu’à l'horizon...
    Quelle déception mais enfin c'était à prévoir une montagne ne se créer pas en cinquante ans, bon plus qu'a nous rétablir et laisser la Terre accepter se changement puis l'emmener vers des hauteur inimaginable. Bééé. Ouai, d'accord alors nous allons le faire à sa place AHAH.

    les deux formes entrèrent profondément dans la Terre et se mirent dans des position confortable et commencèrent à absorber l'énergie magique voracement.

    Au même moment dans le nord

    Un être féminin d'un bleu immaculé marcha avec grâce au dessus d'une banquise s'étendant à perte de vue, ses pas parfois flottant, d’autre fois impactant ou à de rare moment transcendant la matière.
    Elle marchait avec une sorte d’obsession, savant mélange de curiosités et d’exitation, dans sa longue marche à travers l’étendue polaire elle y vue un phénomène étrange ; il y avait là-bas un trou d’environ quatre mètre de diamètre dans la banquise où un tourbillon d’eau tournait si vite qu’il ne pu être gelé, mais de par sa nature l’eau reste toujours plate, des vagues irrégulière se forma et bien qu’à cause de sa vitesse l’eau ne pu retrouver son calme, elle créa des vents violent, ces même vent violent tournère aussi se transformant en véritable tornade.
    Ce mic-mac d’eau, de glace et de vent s’entretenait lui même par le simple fait de son existence !
    Sans penser plus que ça à la chose, elle entra dans cette incroyable phénomène mais ces pensées furent perturbées par son cycle naturel ; les éclaboussure d’eau se compacta en glace, la glace broyée par le vent et l’eau se vaporise en gaz, la gaz se liquéfie en eau ( note : chère enfants ce n’est pas le cycle naturel de l’eau ( aller réviser vos cours )

    Alors par sa force magique elle cristalisa un bloc de glace cônique et l’y enfonça pointe vers le bas en plein milieu de la tornade et du tourbillon, se fesant cela n’arréta pas le phénomène mais écarta son cycle de la vue de notre belle femme.

    Au même moment quelque sur le volcan d’Atifa

    Enfaite pas grand chose c’était passé le volcan se tenait toujours au-dessus des eaux tempétueuse des mers équatoriales. montant désormais à mille cinque cent mètre de hauteur.
    Seule Atifa en plus du volcan montant désormais à mille cinq cent mètre de hauteur avaient changé.
    Atifa avait pris la forme d’un phénix immortel se baignant dans la lave.


    Le monde, bien des années après la dispersion de la magie du Tréant : fruit du Tréant originelle ( voir chapitre 5 )

    Le monde entier c’était considérablement embelli sur terre, l’étandue de roche c’était transformé et sous différents climat sont appru, forêts, steppes et deserts mais pas seulement la magie de la Terre a emplifié certain phénomène et en a déréglé d’autre.
    De l’océan est appru une faune de plus en plus diversifiée qui colonisa la Terre toute entière ainsi dragon,krilin et bête mythique on afflué sur le monde.
    Sur cette Terre comme sur l’autre Terre se fut la lois du plus fort et à l’image des oursidée, des canidées et des félidées.
    Les dragons ont pris l’ascendant sur les autre espèces.

    note :
    Quand les autres ont peur de nous, qu’on en devient parano, que la tristesse et la solitude s’empare de notre être.

    Avoir un endroit où les compliment, l’honnêteté et la joie sont de mise.
    Voir un mignon agneau potelé broutant joyeusement la vie telle quelle,
    Une juman belle et sauvage s’enfuyant en hennissant tranquillement,
    Un champs de blé frémissant sous le vent de la vie,
    Un beau serpent aux écailles de platine dont ses yeux et ses courbes nous envoutes,
    Une mignone petite sourit souriant béatement.
    Une beauté illusoire dont chaque hommes rêverait de voir.
    un oiseau virevoltant aux vents, ne montrant que son penchant pour la joie, le temps d’un instant, l’instant que sa vie peut lui offrir, il vole.


    je ne suis pas amoureux ou peut être, cependant j’essaie juste d’imiter l’oiseaux en exprimant ces quelque vers et ma pensée solitaire qu’est :

    Le bonheur est dans l’action, la tristesse est dans l’inaction.
    L’instinct ou l’intuition
    L’animal survit ou est-ce l’homme qui montera pour mieux redescendre ?

    Extrait de moi ou plus précisément de ma vie , on va appeler ça:
    " Mémoire des amours fantasque incertains "
  • le temps
    Le monde se stabilisa, les phénomène faisaient rage, nous voici au début de la vie; les graines de vie avaient fait leurs travaillent car les première bactérie photosynthétique et chimiotrophe apparurent dans les océan, puis s’ensuivire flore marine ( algue ), faune marine, flore terrestre ( bryophyte, ptéridophyte, gymnosperme - plante à fleur)

    Les mousse et les fougère c'était installer depuis quelque temps déjà alors moi l'humain, non le premier arbre pensant, oui les chose évolue souvent vers une direction bizarre et je me dois d'accepter entièrement cette identité mais alors quelle forme à mon âme ? Enfin bon ci j'arrive à survivre jusqu’au moment ou des êtres douée de conscience arriveront peut être à me trouver, je pourrais-peut le savoir.

    Je pouvais sentir l'humidité et la chaleur, la rugosité et la densité de l’environnement autour de moi, petite graine, le premier obstacle à ma croissance fut la mousse, leurs racines ne s'accrochant qu'au rugosité du terrain ne me géna pas, leur tige laissant passer largement la lumière ne fut pas un obstacle. Mes racine atteignirent les premiers centimètres du sol et s'encrèrent dedans, ma première feuille apparurent elle aussi juste au-dessus des tige de mousse après que ma tige ais fait une ascension phénoménale de vingt centimètre.

    Des feuilles de fougère s'étendaient au-dessus de ma tête, un obstacle tenace pour lequel j’eus préparé deux feuille de plus et une solide racine pivotante, aprés mon premier petit combat et le temps que la lumère disparaissent une bonne centaine de fois

    micro note :
    l'écrit ressemble plus à un début de cour sur l'évolution des plantes mais plus ta base est profonde moins ta de chance de tomber

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.