un monde d'éléments

septembre 2017 modifié dans Écriture
la synopsis : quatre personne vont mourir, un monde va se créer avec eux comme dieux
«1

Commentaires

  • janvier 2017 modifié
    Un monde d'élément : chapitre 1 l'homme au rêve vert.

    Dans un carré potager à la frontière du bois de Vincennes, un jeune homme d'environ 15 ans vit en paix tranquillement, seul en autarcie.
    Il aime deux choses dans la vie : l'environnement et les mangas. Il consacre toute sa journée à son jardin et aux arbres qui le bordent mais la nuit pendant environ 4 h il lit des tonnes mangas sur internet comme un vrai otaku et parfois cherche des informations concernant la permaculture en poursuivant son plus grand but : remplir le monde d'un système de permaculture qui ferait évoluer tous les animaux et les hommes qui y vivent, même si pour cela il faudrait abandonner la wifi, les mangas et les novels.

    Note : permaculture : méthode de production agricole visant à mimer l'environnement.

    Le jeune se réveille de ses 365 courtes nuits (4 h) fatigué, les cernes noir charbon qui reflètent les quelques rayons de soleil passant au travers les nombreuses couches de pollution.
    Il se lève, va dans son jardin d'un hectare durement acquis de son grand-père il y a 5 années, lâche quelque larmes en hommage à son grand-père décédé depuis ces 5 dernières années puis enfin prend quelques kiwis, coupe quelques dizaines de têtes d'orties qui poussent sur un tas de fumier (en dessous des 4 premières feuilles), épluche les kiwis et met le tout dans son extracteur de jus (le goût est piquant à cause l'ortie et sucré grâce au kiwi). Il prend une tasse et boit cul sec.
    Suite à cela il prend une grande inspiration et 'entre' vaguement en communion avec la nature, sachant ce dont la nature a besoin pour grandir plus et pour donner de plus grands et meilleurs fruits. Il sent bien, apaisé, tranquille comme chaque matin ; alors il commence à faire un pas, mais un mal de crâne terrible puis un sentiment encore plus intense lui arrive, il ouvre les yeux et voit une onde de choc verte qui déborde de vie, parcourt tout jusqu'à l'horizon. Du moins de son point de vue. En réalité elle a continué jusqu'à englober la Terre et est revenue à une vitesse phénoménale pour retourner dans la tête de notre héros.

    L'énergie (précédemment l'onde) s'est concentrée dans la tête de notre héros et y a déversé 99% de tout le savoir sur la vie et les plantes, puis s'est déversée dans son corps et a augmenté en puissance à tel point que le corps n'a pas réussi à résister, les os ont commencé à exploser comme du papier bulle puis finalement son corps a triplé de volume et en "burst" a explosé éparpillant des dizaines de morceaux de chair, d'os, d'organes et de cerveau.

    Cela été long à expliquer mais en vérité du début de la propagation de l'onde à l'explosion du corps, il ne s'est passé que quelques dizaines de seconde.

    Son corps a explosé mais son âme s'est élevée, une âme de vie, de plante, d'imagination et de soif d'amélioration, bref une âme de la nature !!
  • Salut, je te propose de revoir l'orthographe et la grammaire, la conjugaison.
    Les phrases ne veulent rien dire a plusieurs endroits.
    C'est dur de lire ton webnovel dans ces conditions ^^



    MonPrecieux
  • ok merci
  • janvier 2017 modifié
    Un monde d'élément tome 1: prologue chap 2 : le sacrifice du feu : à cause de la pollution le climat a changé même dans l'Afrique. L'Afrique autrefois chaude et sèche avec parfois des îlots de forêt dense a changé en une Afrique tempérée chaude et un peu humide. Ce changement s'est effectué trop vite et la flore (arbres, arbustes, etc.) s'est énormément affaiblie, mais ces stupides politiciens et citoyens ont cru que ce n'était que passager. Seule une fille a compris le danger et elle a trouvé le moyen le plus simple et radical choix : le feu. Tout ce que le feu brûlera repoussera plus vite et mieux. Elle a commencé par apprendre tout sur le feu comment le faire, comment il est construit chimiquement, etc. Même la lave et les dieux en rapport avec le feu. Son rêve : maitriser le feu. Elle commença autour de sa maison de bois en contrôlant méticuleusement le propagation du feu comme une déesse, peu après elle alla dans plusieurs dizaines de forêts, les brûla, récupéra quelques kilos de charbon pour l'argent et s'en alla.
  • janvier 2017 modifié
    Un an après la fille sort et allume un feu de 1 mètre de large et deux mètres de haut et commence à danser autour, elle danse pour le feu, une danse si chaleureuse qu'elle vous brûlera votre colère et la remplacera par un immense bonheur. Elle arbore un sourire qui rayonne au travers des nombreux arbres maintenant gigantesques, quand une onde choc verte passe et souffle les flammes sur les arbres proches qui finissent par s'enflammer et le feu par se propager. La jeune fille se retrouve entourée de flammes mais elle ne faiblit pas, ses mouvements deviennent plus fougueux , acrobatiques en plaçant saltos et roue dans sa danse, jusqu'au moment final où son corps brûle et devient juste un tas de cendres. Mais chose étonnante son âme quitte son corps en dansant puis s'arrête, la jeune fille se rend enfin compte quelle est morte, elle inspire puis expire et un visage de stupeur remplace sa joie précédente mais un visage de surprise le remplace aussitôt une onde de choc rouge, jaune, orange éclate de son âme. Son âme s'élève enfin.
    Une âme de joie, une âme qui crée la destruction et encourage l'amélioration.
  • janvier 2017 modifié
    Chap 3 : l'eau et le vent
    Quelque part dans l'océan atlantique, une jeune femme dans la vingtaine navigue à bord d'un catamaran, elle est météorologue, les seules choses qu'elle aime sont le vent, l'eau et tout sport qui va avec. Elle est dans son bateau, s'ennuie et donc décide d'aller faire du kitesurf. Elle sort de son bateau, jette l'ancre et prend sa planche sous le bras, la voile sur son épaule droite, saute du bateau et met ses pieds dans les encoches. La voile se déploie comme un parachute et la porte. Sa planche glissant sur l'eau avec fluidité et sa voile voletant avec grâce dans l'air, semblant être en harmonie parfaite avec l'eau, la jeune femme ne remarque pas le réchauffement de l'air et soudain une bourrasque de vent chaud la soulève, elle tourbillonne en montant à une centaines de mètres dans le ciel puis tombe et atterrit sur l'eau en un “bplash”. Après l'impact son ventre s'est ouvert de la gorge à l'entre jambe, son sang a coulé à flot et finalement a attiré beaucoup d'oiseaux et de requins. Mais son âme s'est élevée, une âme fluide comme l'eau, froide comme la glace, voyageuse comme la vapeur et changeante comme le vent.
  • janvier 2017 modifié
    Chap 4 : un grand salut à la T(t)erre
    Françe - Quelque part dans les Alpes, dernier endroit non touché par la pollution (ou toute montagne). Un berger amoureux de la montagne sort ses moutons et brebis, il a 15 ans et aime profondément le montagne, sa roche, son air et ses brebis. Ce qu'il aime le plus c'est chasser aux jumelles les boucs, ces animaux qui quand ils lèvent leur tête fière le matin, avec le soleil derrière eux, comme si tout était en-dessous d'eux, même le soleil. Le berger est en haut d'un plateau montagneux en train de surveiller ses moutons qui broutent tranquillement quand soudain une vague bleu s'abat dans le ciel, se dissipe et est remplacé par un ciel de nuages noirs, des vents violents et une pluie torrentielle. Les moutons n'arrivent plus à avancer et une jeune brebis s'est envolée. Elle commence à tomber vers le berger à très grande vitesse. Il n'essaie même pas d'esquiver et à la place se prépare à la recevoir en toute confiance en ouvrant ses bras. Mais chose étonnante, le bouc alpha (celui qui mène le troupeau des boucs) plonge entre la brebis et l'humain semblant vouloir sauver les deux mais l'humain ne bouge toujours pas, la brebis percute le côté du bouc et le fait tomber un mètre plus bas. Le berger attrape le bouc en essayant de ralentir la chute du bouc et de la brebis.
  • janvier 2017 modifié
    Malheureusement il n'y arrive pas et chute sur le dos en portant le bouc et la brebis sur une centaines de mètres, jusqu'au moment où un rocher de 2 mètres de haut les stoppe. La brebis est sauvée, malheureusement le berger et le bouc sont morts. Pour eux deux la blessure fatale a été le cou brisé par le rocher, leurs corps meurent mais leurs âmes s'élèvent, deux âmes de confiance, de fierté et de puissance.
  • janvier 2017 modifié
    Tome 2 : l'évolution d'un nouveau monde
    Chapitre 1 : prévoyance à long terme

    La Terre - Quatre âme flottent dans l'atmosphère. Bien qu'elles soient invisibles aux mortels, certains peuvent en sentir une ou deux, l'âme de la vie et de la nature luisant d'un vert luxuriant, l'âme flamboyante du feu, l'âme fluide et légère de l'air et de l'eau, les âmes paisibles et fortes, et l'âme de la terre. Un bruit sourd retentit “SCRrrrAaTCH” et les âmes disparurent. Plus personne sur terre ne put sentir leurs présences.
    Quelques jours après, les humains ont estimé qu'il fallait environ une cinquantaine d'années avant de comprendre ces quelques informations (sons et données météorologiques) mais plus d'un milliard pour pouvoir l'utiliser totalement. Maintenant la question était comment survivre jusque-là.

    Carré de l'âme verte une dizaine d'années plus tard… Etant le plus avancé de la France en permaculture et en culture biologique, le carré du jeune homme n'a pas été rasé ni entretenu, mais il est resté le même à quelques exceptions près. 4 arbres ont commencé à pousser à côté de la maison de bois (qui a depuis longtemps été fouillée et mise en visite payante pour savoir comment vivait quelqu'un sans produit chimique, les seules choses qu'il ont trouvé ont été des résultats de test de plantes et un ordinateur rempli de mangas, novels, animés en tous genres mais plus fantastiques). Les quatre arbres ont poussé aussi vite que des bambous avec l'épaisseur d'un arbre en plus, leurs feuilles aussi grandes et trouées que des faux philodendrons laissant passer la lumière pour les plantes en-dessous, tout en restant rustiques. Quelques mois après, un trou bleu a commencé à apparaître, c'était le ciel. A ce moment-là des dizaines de biologistes, de fermiers bio et même le maire de Paris sont venus pour enquêter sur un source potentielle d'anti-pollution.


    Même si je sais qu'on ne peut pas considérer cela comme un chapitre....
    Je vais continuer l'histoire !
  • janvier 2017 modifié
    Chapitre 2 : de l'eau !

    Dans les confins de l'univers, quelques kilomètre au-dessus d'une planète tournant un orbite autour d'un astre solaire.

    Nos 4 âmes apparaissent soudainement sans bruit, sans mouvement d'air, seulement la lumière du soleil illuminant progressivement alors la face encore obscurcie de la planète.

    Note : à partir de maintenant l'histoire avec le protagoniste va commencer (l'âme verte).


    « Ah! Des âmes l , non d'abords on est où ?» s'exclama l'âme verte

    « Du con t'es aussi une âme et pour te répondre, hm..., je dirais qu'on est au-dessus d'une planète » répondi avec mépris l'âme bleu

    « bonjours!, je m'appelle atifa » intervint rapidement l'âme flamboyante.

    « Heureux de vous rencontré, je suis Robert »

    Aprés nos premier mot dis j'appris que l'autre se dénomma Lucie, mais on parla surtout du comment et du pourquoi on est venu.
    Mais ce qui est ressorti c'est
    1) L'espèce de vague de couleur différente à chacun qui nous tua tous.
    2) Que nos âme était probablement faite de matière ou énergie noir (le vide dans les atome).

    Ce qui m'a profondément réjoui car si on pourrait utiliser comme un simulacre de magie ou tout simplement amplifié l'évolution des êtres vivant mon rêve serait en bonne voix d'être réaliser.

    Alors que je pensais plus pronfondément à cela ( en oubliant complètement l'eau ESSENTIEL à l'apparition de la vie sur Terre )
    Une tempète de météorite formé de glace et roche s'abattu sur la planète tout en nous traversant de par en par.





  • Merci pour tes chapitres. N'hésite pas a faire des phrase plus courtes :smile:
    et comme il l'avait déja dit
    MonPrecieux a dit :

    Salut, je te propose de revoir l'orthographe et la grammaire, la conjugaison.

    Les phrases ne veulent rien dire a plusieurs endroits.

    Bonne fin de weekend.
  • Merci je ferais de mon mieux
  • janvier 2017 modifié
    Erreur.
  • janvier 2017 modifié
    Chapitre 3 Premiers pas dans le façonnage de planète.
    Je me fis la réflexion suivante "Entre une planète bleue et blanche, et une planète rouge; laquelle préfères-tu ? Une bleu et blanche avec de grosse de tâche de vert et parsemé rouge et de noir c'est bien, ajoutais-je.

    Suite a cette réflexion qui s'est avérée stérile, j'arriva cependant a la conclusion suivante "la vie doit naître sur cette planète".
    Et comme si les cieux m'avaient entendus quelque minute plus tard une tempête de comète formé de roche et de glace s'abattu sur la planète

    Si le premier problème était résolu un second surgit rapidement. Cette planète glaciale ne dégage aucune chaleur, élément indispensable a l'apparition de la vie. Cette chaleur permettra de faire fondre la glace a la surface de cette planète et créera des océans le berceau de toute vie.

    Tout d'un coup une idée surgit. J'ai pensé qu'il fallait que j'exprime oralement mon idée à Atifa. Et alors que j'allais le faire elle se tourna vers moi de tout son corps éthérique et me lança un « Ok je vais essayer. »
    Surpris, je n'ai pu m’empêcher de penser "C'est vrai, comment peut on parler alors que nous n'avons de corde vocale ni le même langage sinon par télépathie...."

    « "tsss" tu l'a enfin compris gamin stu..» répliqua Atifa.

    Avant qu'elle ait finit de m'insulter une onde de choc vrombissante éclata au centre de la planète. De plus plusieurs milliers de trous de plusieurs dizaine de mètre de diamètre se formèrent. De ses cavités sortaient des quantités impressionnantes de magma. Les éruptions volcaniques étaient accompagnés de vapeur d'eau, de soufre et d'autre gaz divers dont j'ignorait le nom. Ces derniers faisaient un bruit infernal en surgissant du sol.

    L'onde de choc fini par arriver sur nous et une sensation étrange parcouru mon âme. les sensation que je ressenti sont difficiles à décrire, c'est comme si mon âme avait été boostée ou comme quand le protagoniste d'un LN découvre l'énergie magique pour la première fois.

    « Je me demande comment devrais-je façonner ma future montagne » s'exclama télépathiquement Robert.

    « Déjà on ne fait pas une montagne mais une chaîne de montagne , elle sera profonde et mystérieuse, belle et mortellement dangereuse mais aussi accueillante, vivante et chaleureuse. »

    Tranquillement une autre âme se détacha de Robert sous forme de mouton en poussant des bellements joyeux " béééé bouééé ééé "

    « un mou..»

    « un bouc, précisa Robert, on est mort ensemble, mais ta façon de raconter la montagne la ému et il a pris la peine de sortir. »

    Robert repris « Bon les deux regardons la formation de notre planète »

    Et le bouc et moi répondirent à l'unisson "ouai!" "bééé!"


    note : Un grand merci à Vymarel plus grand éboueur saint prêtre pourfendeur des impuretés du forum de l'empire des novels qui m'a restructurer mon chap.
  • janvier 2017 modifié
    Chapitre 4 : formation de la Terre

    On regardait de haut les phénomènes se produisant sur la planète que l’on décida d'un commun accord d’appeler Terre en souvenir de notre ancienne vie.
    La roche en fusion recouvrait toute la planète tel un gigantesque océan liquide de couleur orangé. De plus la glace autrefois présente à la surface se sublimait et montait vers le ciel sous forme de vapeur.

    Ces événements se sont répétés durant environ une dizaine d'années. Pendant ce temps Julia en a profité pour m'enseigner à compter les jours, les mois et les années par rapport l’astre solaire et à la Terre.
    J'avais aussi commencé à étudier l'énergie dont nos corps spectraux étaient fait et avais obtenu quelques résultats : D’une part nous pouvions collecter l’énergie dans l'atmosphère de la planète. Cette énergie pouvait ensuite entrer en nous pour être condensé. Mais d’autre part, et c’est cela le plus important l’énergie condensée pouvait être utilisée pour remanier les règles de ce monde. Mais il semblait cependant seulement que les changements ne pouvaient se faire que dans un temps limité sauf si on avait un réceptacle.

    Supposons que l'énergie condensé soit du gaz dans un briquet si on allume le briquet et l'éteint, la flamme s'éteint de même ; cependant si l'on prend un morceau de bois la flamme brûle le bois et donc le temps de vie de la flamme est prolongé.

    La nouvelle planète en elle-même avait beaucoup changée. Elle s'était vêtue d’un dense brouillard blanc. De plus l’immense lac de lave avait cédé sa place à une croûte rougeâtre où des centaines de milliers de volcans vomissait en permanence une dense coulée de roche en fusion. Le paysage se composait ainsi de volcan atteignant parfois cent mètres de haut. Le plus haut dont Tifa revendiquait la possession montait à cent cinquante mètres d’altitude.

    Soudainement un déluge d’eau s’est abattu sur la planète. Mais cette eau n’est pas restée sous forme liquide bien longtemps en raison de la température a la surface de la planète. De ce fait elle s’est s'évaporée peu de temps après retournant dans l’atmosphère.

    Un mois plus tard, nous avons pu constater que la température à la surface de la planète était beaucoup moins importante. J’ai relié ce phénomène de refroidissement extraordinairement rapide avec la présence l'énergie naturelle qui s'était réveillée sur cette planète contrairement à notre bonne vieille terre.
    Deux continents majeurs étaient apparus. Le premier avait la forme de l'Afrique et le second celle de l'Amérique du Nord. Le volcan de Tifa se tenait désormais avec arrogance au-dessus des eaux tempétueuses de la mer. En plus de ses trois formations rocheuses la planète dénombrait aussi des dizaines d’îles grandes comme l'Australie et bien d'autres volcans et îlots.

    « La planète est enfin prête ! » me suis-je exclamé avec enthousiasme.

    « Malheureusement non, il faudra que tu attendes encore encore un peu avant de faire apparaître la vie, ah ah ah » dit Robert tout en passant devant moi.
    Sa taille atteignait désormais ma tête. Son massif corps céleste me faisais penser a une statue de Bouddha tel que j’avais pu en voir dans mon ancienne vie. De plus son corps céleste n'était plus aussi translucide qu'auparavant, il était désormais plus opaque et de couleur marron.

    « Alors c'est ça de passer les dix dernières années à stocker de l'énergie naturelle » fit remarquer Lucie avec intérêt.

    Le bêlement du bouc qui se fit entendre [bééé] nous rappela sa présence. Je pus constater que lui aussi avait changé. Son garrot atteignait désormais la tête de Robert et son corps de la même couleur que l’ancien berger culminait à plus de deux mètres et demi de hauteur.

    Robert et le bouc partirent peu après dans une grande onde de choc. Tels des météorites ils convergèrent vers la surface de la planète dans le but de réunir les deux plus gros continents en un continent unique.
    _________________________________________________________________________________________________________
    Correction offerte gracieusement par Vymarel

    Un petit chapitre ! On notera que ça fait deux semaines que je me tiens à un petit écrit par week-end...
    et donc petit poème. " Aux enfants dissidents qui se prennent pour des paons élevant leurs plumes d'arrogance. N'oubliez pas que vous en France vous n'êtes que des faisans."
  • Merci pour le chapitre.
  • février 2017 modifié
    Chapitre 5 : vie

    Tombant pendant plus d'une minute à des vitesse extrême les deux se séparèrent fonçant chacun vers un océans côtoyant un continent, dés leur arriver deux gros tsunami ont parcourus la planète de part en part.
    La terre c'est calmé mais du fond des eaux est venu deux explosion de puissance, solide comme une montagne et stable comme le monde, elles poussèrent les continant d'un côté et l'eau de l'autre.
    Ces puissances étaient causé par Robert qui poussais le continent ressemblant à l'Amérique et le Bouc qui poussais le continent ressemblant à l'Afrique de l'ancienne planète.

    "Inimaginable" ce mot ne saurait représenter la grandeur de l'évènement se déroulant sous mes yeux.

    Je savais alors que ça allais prendre une éternité, probablement un millier d'années en supposant que la vitesse de déplacement des plaque soit cent mille fois plus élevée grâce nos camarade Robert et Bouc, de plus il fallait aussi que la distance entre les plaque soit la même que sur l'ancienne Terre.

    « Bon sur ce, heureuse de t'avoir rencontré mais salut j'ai pas envie d'attendre mille ans de plus içi » la voix froide d'une femme ennuyé me vint évidemment de Lucie.

    « Au revoir » avec ce seul modeste salut de ma pare elle partis droit le nord.

    Bon moi non plus je ne vais pas attendre mille ans, créons la vie !
    [ magie du Tréant : graine de vie] Quand j'ai finit l'incantation, des millions de petites graines brillante ressemblant à celles du pissenlit voletaient autour de moi.
    Un coup de vent et ces millions de graines s'éparpièrent comme des luciole illuminé quittant leur arbre.

    La vie naquit.

    ////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////
    Note : ça fait longtemps depuis le dernier chap mais l'espoir fait vivre.
    Petite parodie de la reine des neige :smile:

    Libéré de la vie, délivré des ennuies ! Je me tire d'içi Go To THE PARADIS !




  • Merci pour le chapitre (enfin là)
  • Avec plaisir.
  • Merci pour ce chapitre.
  • février 2017 modifié
    Chapitre 6 : réincarnation

    Alors que la plus part des graines de vie avaient déjà commencé à formé des cyanobactérie[1] quelque centaine parcourait l'air comme attirée vers les différent endroit où étaient Robert, Latifa et Lucie. "Sans doute à cause du mana qu'ils dégage" fut ma première et dernière réponse à cette énigme.

    En regardant mes enfants produir leur première molécule d'oxygéne je me dirigeais lentement vers la terre ressemblant à l'Amérique en absorbant continuellement du mana.

    Passé une dizaine de jours de voyage, j'arrivais à destination ma couleur d'âme même si sans importance avait changé d'un vert clair transparent à celui d'un vert foncé opaque comme une feuille de philodendron[2]. Me tenant au milieu du continent de l'ancienne planète cela serait au environ de la forêt nationale de Mark Twain[3].

    Je me tenais me déterminant une fois encore à me réincarner en Tréant et pas en tortue, baleine, dragon ou autre chose.
    "yocha ! " criai-je de mon esprit, c'est bon, le choix était fais, ne pas pouvoir voler fiérement dans l'infini ciel bleu ni nager dans l'abondante mer, non au lieu de cela je ne ferais que regarder les autres de loin et pousser tranquillement, sans doute j'allais rencontrer quelques perturbateur mais j'allais vivre !

    [ magie du Tréant : fruit du Tréant originelle, père de la flore et protecteur de la faune, vis longtemps ! ]
    Encore une fois je récitai une incantation mais celle-ci était plus longue car il fallait plus de connaissances et de préçision lors de la création d'un fruit, la difficulté était au moins centuplée, je manipulai précautionneusement les atome auquel cas si la structure se casser, exploser et souflerais mon âme et se fessant je cesserais d'exister.

    La couleur de mon âme avait diminuer d'une teinte et était plus proche d'un vert fougère, ce que je venais de faire était la coque du fruit et pour faire un fruit il fallait bien évidemment une graine.
    Pour imager imaginons une noix de coco, la fibre et la coque serait ce que je vient de faire, la coque donc, et maintenant il ne resterais plus qu'à y mettre toute la pulpe et l'eau de coco qui serait mon âme.

    Donc il ne restait plus qu'a fourrer toute mon âme dans le coquille vide, je compressa mon âme au maximum puis entra dans la coque précédemment faite.
    //////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

    [1] Cyanobactérie : en gros c'est une des première bactérie qui est apparu, elle transforme le dioxyde de carbone (CO2) en oxygène (O2) par photosynthèse se nourrissant donc de carbone

    [2] Philodendron : Google image

    [3] forêt nationale de Mark Twain: Google map

    Note : Un grand merci à vous lecteurs / lectrices qui ont lu jusqu'içi et heureusement cette histoire fantastique que j'imaginais déjà en juillet dernier n'est pas prés de finir et ne fait que débuter.

    Une phrase que m'a dit ma mère il y'a peu :
    "Il n'y a pas que les Aigle qui arrive au sommet, les escargots y arrive aussi en bavant"
  • février 2017 modifié
    Aussi je manque d'information, si vous arrivez à trouver comme était le sol au moment où les première plante sont apparus, ça serait géniale.
  • Merci pour ce chapitre.
  • merci pour le chap , j adore l histoire ^^
  • il devrait y avoir des bonnes quantités de laves et de cendres un peu partout , surtout dans l atmosphere , ce qui fiat que la vie devrait plus apparaitre sous l eau , ou la temperaure est nettement plus moyenne et ca commencera a créer de l oxygene etc
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.