[Sovereign of the three realms] traduction

1910111315

Commentaires

  • salut, je crois que psycho attend ce moment avec impatience. (ça concerne Du Rhuai).
    Dans le chapitre qui suit, j'ai mis une petite phrase entre parenthèse qui commence avec N.T (note de traducteur), c'est juste un commentaire qui va avec le sens du texte que j'ai ajouté et qui n'existe pas dans l'oeuvre originale.

    Chapitre38
    Le moment de vérité



    Le quatrième examinateur était en charge des "articles d'arts martiaux".

    Jiang Chen était encore plus à l'aise dans ce domaine. Il résolut facilement successivement les trois questions que l'examinateur lui demanda.

    Ces trois questions faisaient partie des interrogations qu’avait l’examinateur et qui l’empêchaient d’avancer. Ils l'avaient restreint pendant de nombreuses années et il avait un sentiment de voir soudain la lumière après les explications de Jiang Chen.

    « Votre Majesté, votre humble sujet est un homme d'arts martiaux et ose mettre sa tête en jeu pour se porter garant du jeune duc Jiang. Si avec son niveau il ne peut pas passer les examens fondamentaux, alors personne dans la jeune génération ne sera capable de les passer. »

    Ces mots étaient encore plus directs et plus absolues.

    Le visage du duc du Dragon Montant s’assombrît légèrement quand il entendît les paroles du quatrième examinateur. Etait-ce une gifle au visage? Ma fille longue Juxue est née avec une constitution du phoenix bleu. Son potentiel et son expérience peuvent-ils être inférieur à ceux de ce morveux ? Humph. Tu n’es qu’un simple examinateur, quels aspects de la vie as-tu vu? Comment oses-tu parler si délibérément?

    Le duc du Dragon Montant était assez furieux.

    Du Ruhai sauta immédiatement, « Votre Majesté, votre humble sujet a été chargé par Votre Majesté pour administrer et gérer les épreuves du dragon caché. Je suis diligent et travailleur, mais j’ai été battu par ce jeune présomptueux aujourd'hui. Je prie Votre Majesté de prendre une décision judicieuse et un jugement pour votre vieux sujet. »

    « Votre Majesté, ce Jiang Chen est sans foi ni loi. Bien qu'il ait un certain talent, il a à plusieurs reprises commis de graves infractions. Votre sujet est d'avis que nous ne pouvons plus tolérer ce jeune homme. »

    Le duc du Dragon Montant avait finalement prît la parole.

    Ses paroles représentaient la position d'une partie de l’assemblée.

    En effet, de nombreux courtisans et officiels avaient également sauté sur l’occasion et tous supplièrent sincèrement Eastern Lu de gérer cela durement en conformité avec les lois de leur territoire!

    «Mes ministres, Jiang Chen est un jeune débordant de talent. Comment aurait-il pu donner des réponses d’une telle absurdité? Cependant, Je nommerai ministre Du pour enquêter rapidement sur ces circonstances. Y a-t-il des gens indignes dans les bas rangs qui utilisent des méthodes louches en privé? »

    Eastern Lu coupa net ces proclamations agressives envers Jiang Chen. Ses paroles étaient l'équivalent d’une protection en public de Jiang Chen.

    Le duc du Dragon Montant était sur le point d'ouvrir la bouche quand un faible bruit venant de l’extérieur du Hall se fît soudainement entendre.

    « Pas besoin d'enquêter! J’ai déjà découvert la vérité. »A ce moment, la princesse Gouyu, vêtue d'une armure, marchait d’un air puissant et courageux.

    Les guerriers semblables à des tigres et des loups qui la suivaient derrière étaient évidemment la garde royale du palais.

    Ces gardes royaux avaient ligoté quelques personnes.

    Le visage de Du Ruhai changea radicalement quand il avait vu le groupe de personnes ligotées.
    C’étaient tous ses confidents! Ces gars avaient-ils lâchée le morceau sous la pression de ce moment critique?

    Il y avait aussi une femme d'âge moyen portant de l’or et de l’argent, possédant des bijoux aux mille éclats. Son visage était brillant et elle était bien maquillée. N’était-ce pas la femme de Du Ruhai?

    La femme d'âge moyen commença à maudire bruyamment quand elle vît Du Ruhai. « Du Ruhai, n’as-tu pas commis de crime et été transporté à la prison royale? Que fais-tu ici? »

    Du Ruhai bondît. « Qui a dit que j’étais à la prison royale? Ce sont que des mensonges! Idiote de femme, as-tu dit quelque chose que tu ne devrais pas dire? »

    La femme pâlît, «Je ... Je leur ai tout dit. Ils ont dit que la clémence suivra la franchise? »

    Princes Gouyu rît froidement, «Mon frère, j'ai depuis longtemps entendu des rumeurs de corruption et d'abus de pouvoir concernant Du Ruhai. Je suis allé observer en secret et collecter des preuves. Cette collecte de preuves nous a en effet permis de trouver quelque chose. Ce Du Ruhai est une vermine nocive absolue! Ceci est la confession de la femme de Du Ruhai et son témoignage paraphé. Il existe des preuves flagrantes concernant la tricherie Du Ruhai aux épreuves du Dragon Caché.
    Et celui là est Ma Datong, le confident de Du Ruhai. Du Ruhai lui a ordonné de commettre ce crime. Ma Datong, c’est maintenant votre chance de vous racheter en face de Sa Majesté! »

    Ce Ma Datong était en effet le confident Du Ruhai, et depuis que la femme de Du Ruhai avait tout avoué, il se forçait sur le chemin de la mort s'il continuait à couvrir les choses.

    Il n’osa pas regarder Du Ruhai puis s’inclinât en tremblant. Il déballa toute l’affaire depuis la façon dont il avait échangé les parchemins des réponses à la manière comment il avait trompé les autres.

    Le visage d’Eastern Lu s’assombrit de plus en plus en continuant à l’écouter.

    « Où sont alors les rouleaux de réponses originaux ? »

    Princesse Gouyu les prît des mains d'un garde royal puis les présenta. « Ce Ma Datong est un bonhomme intelligent et sait quand est ce qu’il faut garder les choses. Il les gardât secrètement quand Du Ruhai lui demanda de les détruire. Ces rouleaux sont sa bouée de sauvetage. »

    Les témoins et les preuves matérielles étaient tous présents.

    Par la suite, un intendant qui avait imité l'écriture de Jiang Chen avait également avoué honnêtement.
    Tous les crimes et les preuves mettaient en évidence Du Ruhai sans exception. Ces personnes avaient tous étaient menacés et contraints par Du Ruhai ne leur laissant pas d'autre choix que de le faire.
    Ensuite c’étaient les chefs d'accusations.

    Du Ruhai était complètement dépassé par la situation de son environnement et sa tension artérielle était montée en flèche. Son expression faciale était misérable puis il se laissa tomber lourdement sur le sol.

    « Comment cela peut-il se passer, Comment cela peut-il se passer? »

    Soudain, ses yeux regardèrent le duc du Dragon Montant, c’était comme si Du Ruhai avait trouvé une paille pour respirer sous l’eau. « Duke Long, dite quelque chose en mon nom. Moi, Du Ruhai, j’ai accompli beaucoup de choses pour vous auparavant. »

    A ce moment, Du Ruhai était comme un tas de mer**. Celui qui se salirait avec lui serait malheureusement dans le fossé. Le front de Duc Long se froissa légèrement quand il le maudît en privé "incappable" puis lui donna un coup de pied avec une jambe.

    « Dans ma vie, les petits méchants comme toi qui sont avides et jaloux des gens honnêtes sont les plus qui m’exaspèrent.» Le ton du duc du Dragon montant était rempli de dégoût, comme si dédaignant une grosse mouche qui devait être évité comme la peste.

    « Votre Majesté, la chose que votre sujet long Zhaofeng ne peut tolérer le plus dans cette vie sont des traîtres comme celui-là. Votre sujet demande sincèrement que Votre Majesté prononce une sentence pour permettre à votre sujet de transporter ce voleur dehors et de le décapiter pour l’afficher publiquement! »

    Eastern Lu sourît légèrement, pensa un instant puis hocha de la tête. « Nous sommes réconfortés par la loyauté de Duc Long. Approuvé! »

    Même Jiang Chen était un peu surpris par ce développent.

    Princes Gouyu était également un peu confuse. Mais misa à part sa confusion, elle n’était pas sur le point de dire quelque chose après qu’Eastern Lu ait pris une décision.

    Du Ruhai avait très peur (N.T : qu’il se pissa dessus) quand il entendît ces mots. « Duc Long, ne me tuez pas. Je peux toujours vous être utile ».

    Il commença également à secouer le mauvais arbre dans sa panique. Quand il vît que le duc du Dragon montant l'ignorait, il rampa en arrière vers Jiang Chen, « jeune duc Jiang, j'eu tort. Je ne suis pas humain. JE…. mais j’ai des informations privilégiées. J’avais était contraint. Jeune duc Jiang, je sais que vous êtes actuellement le favori de Sa Majesté. Plaider en mon nom et moi, vieux Du, je deviendrai votre chien à partir de maintenant. Je mords la personne que vous m’ordonnez de mordre. J'ai des informations à vous révéler. JE… »

    Jiang Chen avait vu quelques petits vilains misérables après être venu en ce monde, mais il n’avait pas pensé que Du Ruhai pourrait élever les choses à un autre niveau.

    « Du Ruhai, je t’ai dit que tu le regretteras lorsque tu as mis le mauvais pied. Mais qui aurait cru que tu mourras aux mains du duc long. Quelle ironie. »

    Jiang Chen rit de bon cœur et donna au duc du Dragon Montant un regard significatif.

    Il n'avait pas besoin de traiter quoi que ce soit comme un tabou devant le duc du dragon Montant. Même un fou pouvait voir l'ombre du Duc Long derrière cette affaire.

    Quant à savoir pourquoi Eastern Lu ne l’avait pas dévoilé sous son vrai jour, ça devait être parce qu'il ne voulait pas affronter ouvertement le Duc Long, encore. Ce n’était pas le temps encore de montrer les cartes qu’il avait en main.

    Du Ruhai était rapidement transporté dehors et avait été personnellement décapité par le duc du dragon montant!

    Lorsque le duc du dragon montant traîna le sanglant cadavre décapité, même Jiang Chen était un peu impressionné par la cruauté de cette personne.

    Bien que Du Ruhai fusse l'un de ses chiens, c’était un chien qui obéissait à Duke long.

    Il avait décapité Du Ruhai comme il avait dit. C’était en effet une personne féroce et impitoyable.

    Cette perturbation se transformât rapidement en une opération de lutte contre la corruption. Eastern Lu était extrêmement furieux et ordonna les raids des maisons!

    Les complices restants avaient tous été envoyés en exil lointain!

    Quant aux vrais rouleaux contenant les réponses de la victime Jiang Chen, après une ronde de vérification par les quatre examinateurs, ils avaient découvert que les réponses étaient exactement les mêmes que les nouveaux rouleaux de réponse qu'il rédigea ce jour-là, sans un seul mot différent.

    De cette façon, les gens étaient très surpris par l’étonnante mémoire de Jiang Chen.

    La vérité était révélée. En tant que principal organisateur des épreuves du Dragon caché, Princesse Gouyu annonça immédiatement que Jiang Chen avait passé les trois examens fondamentaux qui le qualifiaient aux examens finaux des épreuves.
    « Je t'en dois une. »

    Lorsque la cour avait été congédiée, Jiang Chen hocha la tête en direction de la princesse Gouyu. Jiang Chen était bien obligé car il était sauvé de beaucoup de mal sinon.

    « Pas besoin! » Les bras minces de la princesse Gouyu bougèrent pendant qu'elle parlait d’une manière professionnelle. «Je suis l'organisateur des épreuves du Dragon caché et cela fait partie de mes fonctions pour faire en sorte que l'héritier de chaque duché reçoive un traitement juste et équitable. »

    Jiang Chen sourit involontairement. « Devez-vous être si arrogante? »

    « Excusez-moi?» Les yeux de phénix de la princesse Gouyu se déplacèrent puis elle fronça des sourcils.

    «Les femmes ne sont pas jolies quand elles froncent les sourcils. » Jiang Chen sourit légèrement. « Et, quand je dis que je vous dois une, alors je vous dois une. »

    « Peu importe » Princess Gouyu retourna ses cheveux ondulés et son ton resta toujours évasive. « Y a-t-il autre chose? Sinon, j'ai beaucoup d'autres choses à prendre en charge. »

    Il fallait dire que les pensées des femmes étaient toujours assez bizarres. Princesse Gouyu ressentait la même chose envers ce Jiang Chen.

    Son impression avait en effet été médiocre la première fois qu'elle avait rencontré Jiang Chen. Elle avait senti que c’était un jeune homme frivole.

    Ces pensées étaient devenues encore plus résolue quand il lui avait fait chaudement la leçon au cours de cette première réunion.

    Par la suite, Jiang Chen était encore plus sans réserve en dictant les ordres à la princesse Gouyu pour réorganiser les quartiers de la princesse Zhiruo.

    Certains sentiments bizarres étaient apparus dans le cœur de la princesse Gouyu à ce moment, parce qu'elle n’avait jamais encore rencontré quelqu'un qui osa lui parler de cette façon.

    Et, cette personne était au moins six ou sept ans plus jeune qu'elle.

    Ensuite, lorsque la princesse Gouyu avait appris que l’état de santé d’Eastern Zhiruos s’était vraiment amélioré après les diagnostiques et le traitement de Jiang Chen, son point de vue avait inconsciemment pris un virage de 180 degrés à ce moment.

    Lorsque Jiang Chen causa l'énorme agitation au manoir des Dragon Montant après, la princesse Gouyu avait dû admettre qu'elle avait mal jugé ce jeune homme précédemment.

    Et maintenant, la princesse Gouyu savait mieux que quiconque que Jiang Chen n’était pas aussi simple qu’il le faisait savoir. Ce soi-disant bellâtre et dandy qui refusait d'apprendre et n’avait aucune compétence dans les arts martiaux était absolument de la comédie!

    Mais, la princesse Gouyu était aussi une personne têtue. Elle n'avait pas reçu de concessions de Jiang Chen dans leurs interactions précédentes et la pudeur d'une femme l'empêchait de mettre sa dignité de coté et de parler calmement avec ce jeune homme.

    Cependant, Jiang Chen n’avait aucune idée que les pensées de la princesse Gouyu étaient ceux là. Il pensait que cette femme lui tenait toujours une rancune après qu'il lui avait crié dessus ce jour là au palais.

    Un sourire ironique envers une princesse Gouyu possédant une silhouette sexy essayant de s’enfuir, il sourît et augmenta le volume de sa voix. «Les conflits du qi entraînent des difficultés de son contrôle. Tu as été bloqué au dixième méridien de qi pendant au moins trois ans de cela, non? Pourquoi as-tu continué d’échouer pour atteindre le onzième méridien? Je voulais initialement profiter de cette occasion pour te rendre cette faveur, mais oublie cela puisque tu n’en veux pas. »

    Le corps de la princesse Gouyu qui était fier comme un phénix, frémît à peine et ses pas de lotus s’arrêtèrent soudainement.

  • merci pour le chapitre
  • merci pour le chapitre
  • octobre 2016 modifié
    Merci pour le chapitre :smiley: j'avais oublier il va se faire toute les princesses ;) <3
  • Merci
    tu ma battut
  • C'est pas bouche baie mais bouche bée dans le chapitre 37. Et merci pour ce fantastique novel!
  • Oh mais.. Je sais pas pourquoi mais j'ai l'impression qu'il va se faire la princesse. (la plus vieille).
  • Merci pour ce chapitre :D
  • octobre 2016 modifié
    salut tout le monde, actuellement je cherche une nouvelle photo de profil. je suis un grand fan de one piece et je pense utiliser le drapeau de pirate de luffy. qu'en pensez vous?
  • Chapitre39
    Jiang Chen paie ses dettes



    Avec la nature fière de la princesse Gouyu, si Jiang Chen avait dit quoi que ce soit d'autre, elle l’aurait carrément ignoré.

    Mais, Jiang Chen arriva à toucher son point le plus sensible, le plus profond et le plus inquiétant!
    Oui, elle était bloquée à dix méridiens de qi pendant trois bonnes années. Quand elle avait 18 ans, la princesse Gouyu dans son heure de gloire avait fait sensation en passant neuf méridiens de qi successifs. En arrivant à dix méridiens de qi, elle devint le plus jeune maître de qi du royaume.

    A ce moment là, la princesse Gouyu avait résolument affirmé que sa vie serait dédiée à la pratique du dao martiale.

    Elle s’entraina et poursuivît la quête du Dao martial tout le temps au cours de ces trois dernières années et laissa presque complètement toutes les missions ordonnées par son frère Eastern Lu à Du Ruhai.

    Ce fut aussi la raison pour laquelle Du Ruhai pouvait commander la pluie et le beau temps dans les épreuves du Dragon caché. C’était vraiment parce qu'elle lui avait donné trop de pouvoir.

    Mais durant ces trois années, peu importe ce qu’elle avait essayé, elle s’était aventurée pour se former, avait voyagé du nord au sud, elle était tout de même incapable d’atteindre le onzième méridiens du qi.
    Ce moment d’ascension traîna ses pieds et ne voulait arriver.

    Durant ces trois ans, elle avait tout essayé, combattu courageusement, agi follement et même pleuré en silence dans l'obscurité de la nuit quand personne d'autre n’était là.

    Mais ce fut comme si des cadenas avaient été placées sur son chemin du dao martial. Elle n'a jamais été en mesure d’atteindre le monde des onze méridiens de qi.

    Elle avait presque soupçonné qu'elle s'était surestimée.

    Dix méridiens de qi étaient-ils la limite supérieure de son potentiel?

    La période quand elle était revenue à la capitale, qui était aussi la plus terrible, était la période ou elle était la plus anéantie dans sa vie.

    Cette expression froide sur son front s’étala légèrement et de subtiles notes d'émotions surgirent visiblement de ses yeux limpides. Cependant, cette apparence ne parut qu’un bref instant.

    Princesse Gouyu reprît son attitude froide après.

    « Tu es jeune, il ne faut pas dire n’importe quoi concernant les problèmes du dao martiale. »

    « Est-ce vraiment dire n’importe quoi? » Jiang Chen sourît alors qu'il était assis et attendît. « Tu ne sais probablement même pas que l'anxiété d’être incapable d’atteindre le niveau 11 que tu arbores est écrit sur ton visage. »

    Ce qui est probablement en train de t’arriver, a ce rythme, non seulement tu seras incapable d’atteindre les onze méridiens, mais tu n’es pas loin d'une déviation de ton chemin d’entrainement qui se retournera contre toi.

    Tu dois aussi admettre qu’à chaque fois que le soleil se couche, tes émotions deviennent agitées et irritables, comme si ta poitrine était brulée par des centaines d’incendies cherchant à te réduire en cendres.

    Tu peux le nier, mais je dois encore te le dire. Prend le comme si je te retournais ta faveur. Quant à savoir si oui ou non tu veux m’écouter, là, c’est ton problème. »

    Jiang Chen afficha un gentil sourire. Le sourire d'un jeune de quinze ou seize ans était le plus brillant et rempli de soleil et aussi celui qui dissipe le plus facilement les nuages sombres.

    En effet, ce genre de sourire avait pu étonnamment abstenir la têtu princesse Gouyu de s’en aller et réfuter Jiang Chen. Elle le regardait plutôt avec un regard compliqué.

    Regarder un jeune homme qu’elle comprenait de moins en moins.

    « Ton potentiel, la méthode avec laquelle tu t‘entraines, sont suffisant pour te permettre de percer au onzième niveau de qi. Ton corps possède même le potentiel pour atteindre le dao spirituel.

    Mais malheureusement, tu es trop plié sur la victoire. Ta personnalité d’entêtée affecte ton état d'esprit ».

    « Et alors » Princesse Gouyu était un peu insatisfaite mais souhaitât toujours que Jiang Chen puisse poursuivre rapidement la parole.

    « Très simple, un seul mot -. Tranquillité » Jiang Chen sourit légèrement. « Le feu qui est en toi brûle trop fort, ce qui entraîne une surabondance du qi de yang dans ton corps et provoque un déséquilibre de ton yin et de ton yang. Cela affecte aussi la circulation de tes méridiens. Ajoute à cela ta nature impatiente qui affaiblit encore davantage ton contrôle des méridiens. »

    « Seulement ça? » Princesse Gouyu ne semblât pas le croire tout à fait.

    « Si tu dis que c’est simple, c’est simple. Mais si tu dis que ce n'est pas si simple, ce n’est également pas si simple. S’entrainer au dao martial n’est pas que seulement lire des livres et des théories. On doit aussi cultiver un état de tranquillité et de bannir les démons de nos cœurs. Comment est-ce si simple? Avec ta personnalité, je pense que la difficulté est très élevée. N’as-tu pas remarqué que tu marches de plus en plus vers une déviation du chemin d’entrainement ? »

    Princesse Gouyu était touchée. Une trace de faiblesse d’esprit apparût à travers la beauté incomparable de son visage. Elle ne voulait vraiment pas l'admettre, mais son instinct lui dît que c’était la vérité.

    Soudain, ses sourcils légèrement froncés se levèrent légèrement puis posât une question, « Jiang Chen, as-tu un moyen de résoudre ce problème? »

    Princesse Gouyu avait utilisé presque toute sa force pour poser cette question. Elle avait même senti qu'elle était vraiment faible. Pourquoi était-elle si puéril pour lui demander des réponses? S'il répondait qu'il ne savait pas, quel honte ça serait?

    Les émotions de Gouyu étaient extrêmement complexes en l'espace d'un instant, elle ne possédait même pas le courage de croiser les yeux de Jiang Chen. Le regard de ce jeune homme semblait qu'il pouvait percer à travers les roches métalliques et profaner directement son esprit intérieur.

    « Je te dis que je t’en dois une. » Sourît Jiang Chen. «Je vais aller voir la princesse Zhiruo, veux-tu venir? »
    Princesse Gouyu frappa du pied, mais ses pieds lâches la trahirent pour le suivre.

    Princesse Zhiruo était ravi de voir Jiang Chen. Tout son être semblait voler d’exaltation et un air de bonheur incomparable jaillissait de ses yeux.

    « Frère Jiang Chen, n’avez vous pas dit que tu viendrais une fois par mois? La raison de la visite d'aujourd'hui est-elle parce que Zhiruo vous manque? » La petite fille était jeune et possédait naturellement quelques réserves quand elle parlait.

    « Comment pourrais-je être à l'aise si je ne te surveillais pas. Et s’ils te torturaient et ne suivaient pas mes instructions? Si quelque chose t’arrive, alors ma tête sera coupée pour t’accompagner. » Jiang Chen était tout aussi détendue et décontractée avec princesse Zhiruo.

    Les deux avaient ri et parlé sans aucune trace de détachement.

    La princesse Gouyu nouvellement arrivé était témoin de cette scène et se sentait un peu bizarre dans son cœur. Elle enviait plutôt le fait qu'ils pouvaient discuter si intimement.

    Mais elle avait vaguement aussi senti que ce n’était pas tout à fait approprié.

    Mais elle ne dît rien à la fin.

    «Tata, vous êtes venu me voir. Que c’est merveilleux, Zhiruo a pu voir deux de ses gens les plus aimés en l'espace d'une seconde aujourd'hui. Quelle joie! »

    « Zhiruo, va chercher un pinceau et du papier, je vais écrire quelque chose pour ta tante. » Jiang Chen avait tenu une attitude de je-suis-le-boss. Il était également la seule personne qui osait ordonner Eastern Zhiruo de cette manière dans tout le royaume.

    Même Eastern Lu était trop tendre pour ordonner à sa fille comme une femme de chambre.

    Mais, cette petite fille courut joyeusement, comme si un adulte avait donné un bonbon à un enfant plein d'énergie.

    Elle semblait être honoré de faire quelque chose pour Jiang Chen.

    Après avoir reçu le pinceau et le papier, Jiang Chen réfléchit en silence pendant un moment alors qu'il tenait le pinceau, puis commença à écrire.

    Deux formes avaient été rapidement écrites.

    « La première forme est un ensemble d'incantations pour attendrir ton qi. Prend le pour l’étudier, il te sera absolument utile pour rechercher la tranquillité. Quant à la seconde forme, c’est une prescription. Tu peux la prendre et te prescrire des médicaments. » Jiang Chen mît ces deux éléments dans les mains de la princesse Gouyu avec un mouvement fluide.

    Elle les avait acceptées avec des mouvements robotiques.

    « Tu dois penser, tu n’es qu’un idiot, tu es en train de me bombarder avec ces choses? » Jiang Chen sourit joyeusement. « Tu peux choisir de croire, ou de ne pas croire. De toute façon, je t’ai retourné la faveur.

    Ah oui, si vraiment tu ne me crois pas, tu peux alors prendre la prescription et la vendre aux enchères au manoir de la guérison. Peut-être cela te rapportera trois ou cinq millions de taels d'argent. »

    Jiang Chen commença à se promener dans les quartiers de la princesse Zhiruo après qu'il lui ait donné ces instructions.

    La pierre du yang couchant avait été placée selon ses instructions. Mais pour le moment, ces pierres de yang couchants étaient encore des éléments morts qui ne communiquaient pas les uns avec les autres et n’avaient pas encore formé un effet de matrice.

    Cependant, ce fut le maximum qu'il pouvait faire en ce moment. Avec son niveau actuel d’entrainement, il serait un peu irréaliste de manipuler une matrice.

    Temporairement, c’était plus une forme qu’une fonction. Il serait tout à fait convenable si l'on pouvait développer un dixième de sa puissance.

    «Très bien, vous deux avez eu une belle discussion, j'ai encore des choses à faire et besoin d'y aller. Ne sois pas malicieuse et n’oublie les choses que je t’ai dites. »

    Jiang Chen sentit que l'atmosphère de la scène était un peu bizarre et décida de prendre son congé.
    Eastern Zhiruo était un peu déprimé. « Frère Jiang Chen, me quitter quand vous venez à peine d'arriver? Ne vous inquiétez pas, Zhiruo va vivre sainement pour frère Jiang Chen et je ne vous tirerai pas vers le bas avec moi. »

    Jiang Chen était sans voix après avoir entendu ces mots et prît congé.

    Princesse Gouyu dévisagea la figure fuyante de Jiang Chen et murmura: «Cette personne aime bien se vanter et être arrogante. »

    « Heh heh, tata, ce n’est pas bien de dire des mauvaises choses sur une personne qui a le dos tourné.» La petite fille se mit à rire malicieusement. «Sans oublier que quelqu'un vient de bénéficier de cette personne arrogante. »

    «Très bien, petite gamine, tu prends parti avec des étrangers et tu oublies ta propre famille? » Princess Gouyu était assez proche de cette nièce et elles agissaient généralement beaucoup plus comme sœurs.
    Les éclats de rire, d’amusement et de jeu retentissaient. La joie résonnait dans toute la cour à ce moment.

    L’esprit de Jiang Chen s’était finalement calmé quand il quitta le palais. Il résumait les gains et les pertes de la journée quand des hommes et des chevaux remplirent la rue.

    Le chef était vêtu lourdement d’une armure. Il était le chef de la Garde de fer de la famille Jiang, Jiang Ying.

    « Jeune duc, duc Jiang m'a ordonné de venir vous aider. » Jiang Ying descendît de son cheval avec douceur, d’un mouvement bien pratiqué. Ses yeux étaient remplis de méfiance, ils scrutaient tout le voisinage pendant qu’il parlait.

    «Oncle Ying, que faites vous ici? » Des pensées commençaient à affluer quand Jiang Chen semblât comprendre immédiatement quelque chose.

    « Nous discuterons de cela après que nous auront escorté le jeune duc au manoir.» Le contingent de la Garde de fer avait déjà entouré Jiang Chen pour une protection rapprochée pendant que Jiang Ying parlait.

    « Quelque chose est arrivé? » Jiang Chen demanda doucement.

    «Quand Sa Seigneurie était sorti tout à l'heure, il a été pris en embuscade à la porte du manoir. La situation est assez chaotique dans la capitale, ainsi Sa Seigneurie m'a ordonné de venir aider le jeune duc. »

    « Quoi? Mon père est-il blessé? »Le visage de Jiang Chen s’assombrît. Il semblait qu'il avait sous-estimé la situation chaotique dans la capitale.

    « Juste quelques blessures légères, il sera très bien après un repos de quelques jours.» Les yeux de Jiang Ying patrouillaient constamment la zone comme un faucon quand il répondît. Son niveau de méfiance était assez élevé.

    « Qui l'a fait? Avons-nous des indices? »Jiang Chen s’était détendu légèrement en entendant que son père n’était pas sérieusement touché. Pour être honnête, la première personne qu'il avait vu dés son arrivée en ce monde était cet adorable père.

    «Je n'ai pas eu le temps d'enquêter. » Jiang Ying répondît simplement.

    « Hmph. On dirait qu'ils ont été incapables de prendre nos terres avec la veine spirituelle par la ruse, alors maintenant ils sont prêts à utiliser la force. »Jiang Chen pourrait utiliser seulement ses orteils pour comprendre que cela devait être une autre marionnette que le duc du dragon Montant , long Zhaofeng, avait utilisé.

    Du Ruhai avait joué le rôle d'un attaquant en bloquant Jiang Chen durant les trois examens fondamentaux. Ajoutez maintenant à cela l'agression de son père à la porte d'entrée - ce fut de toute évidence une série d'attaques interconnectées.

    Jiang Chen était furieux, vraiment furieux du fond de son cœur.

    Les provocations avec lesquelles il avait été accueilli depuis son arrivée dans ce monde, étaient toutes de petites interludes, des combats mineurs et bagarres aux yeux de Jiang Chen. Il avait toujours vu cela avec une attitude détachée.

    Mais maintenant, une vérité sanglante était en face de lui. Ce n’était pas une bagarre mineure mais un combat sanguinaire à mort.

    « Long Zhaofeng ... » Jiang Chen répéta silencieusement ce nom dans son cœur, une forte envie de tuer se précipita pour la première fois.


  • merci pour le chapitre
  • Merci pour le chapitre ^^
  • merci pour le chapitre
  • octobre 2016 modifié
    j'ai découvert ce light novel sur l'accueil de l'empiredesnovels et je dévore avec plaisir chaque publication des chapitres! Merci!
    PS: je pense que changer ta photo de profil est une bonne idée... mais je vois partout des luffy au chapeau de paille ça manquerait peut-être d'originalité mais si tu aimes vraiment one piece je te soutiens ! :blush:
  • A génial ce dernier chapitre. Merci beaucoup!
  • grave accro , merci :D
  • Merci pour ce chapitre :D
  • Chapitre40
    Père attaqué



    Ce que Jiang Chen et Jiang Ying ne savaient pas, c’était que le duc de Jiang Han, Jiang Feng, avait une blessure qui n’était pas aussi simple qu’elle ne paraissait. Il n’avait pas seulement souffert d’une petite blessure.

    Son adversaire avait effectivement appliqué du poison sur la lame de son couteau. C’était un poison qui possédait une action violente et rapide!

    Le peu de temps que Jiang Ying était sorti pour escorter Jiang Chen - moins d'une heure - les blessures de Jiang Feng s’étaient rapidement détériorées.

    Lorsque Jiang Chen était revenu au manoir, le duc de Jiang Han avait déjà sombré dans un coma et son visage était aussi noir que les cendres.

    « Jeune duc, Maître Ying, vous êtes enfin de retour. Sa Seigneurie ... » Le chef intendant du manoir, Jiang Fu, était si inquiet que des larmes coulaient sur son visage.

    Jiang Chen combina trois pas en deux quand il se précipita vers Jiang Feng, « Père! »

    La conscience de Jiang Feng avait déjà sombré dans le coma. Il gémissait légèrement et ses paupières n'étaient même pas ouvertes.

    Les yeux féroces de Jiang Ying étaient remplis de grands regrets. En tant que chef de la Garde de fer de la famille Jiang, il considérait que c’était un manquement au devoir de ne pas avoir bien protégé le duc.
    «Votre Seigneurie, votre subordonné a échoué et ne peut vous remercier que par sa mort." Jiang Ying sortît le poignard de sa ceinture et d’un coup ferme il cibla son propre cou.

    Le coude de Jiang Chen le heurta légèrement, comme par hasard, il le toucha dans une zone située entre sa taille et sa cage thoracique. Jiang Ying sentit que son bras s’était engourdi. Il se trouva dans l’impossibilité de saisir fermement le couteau dans ses mains, le poignard tomba de ses mains sur le sol avec un clank.

    « Jiang Ying, il est facile pour un homme de mourir. Peiner à vivre et faire face aux difficultés est la partie difficile. Tu ne vas pas me dire que le chef de la garde de Fer de notre famille Jiang est un lâche, l’es-tu? »

    Le ton de Jiang Chen était froid et sévère et en même temps avait aussi une trace de serment.

    C’était comme si la foudre avait frappé Jiang Ying. Quelle scène comique ! Depuis quand le jeune duc sermonnait-il de cette manière ? Depuis quand un gandin pourri gâté qui donnait des migraines à Jiang Ying était devenu équipé d’une telle habileté? Le rendant incapable de tenir son poignard fermement d’un coup de coude?

    Jiang Chen ne paya plus aucune attention à Jiang Ying et demanda Jiang Fu, « Avons-nous envoyé chercher un médecin? »

    « Oui nous l’avons fait. Nous avons reçu trois ou quatre médecins, ils sont tous parti sans un mot à la vue de cette situation. Ils avaient tellement peur que leurs visages avaient tournait au vert. »Les paroles de Jiang Fu possédaient un ton larmoyant.

    Ce type de poison s’était propagé incroyablement très vite. Si Jiang Feng n’était pas un fervent praticien à neuf méridiens de qi, il aurait depuis longtemps succombé à la mort.

    Comment se pourraient-ils à des médecins ordinaires, qui n’avaient jamais vu ce genre de poison, être en mesure de le guérir?

    « N y a-t-il aucun alchimiste spirituel aux alentours? » Demanda Jiang Chen.

    Jiang Fu était en détresse. «Je suis allé personnellement au jardin de la pilule royale mais j’ai fait face à des moqueries et on m’a ridiculisé. Je n'ai aucun contact avec les deux autres places. »

    Le jardin de la pilule royale était en partenariat avec la famille Jiang. Par conséquent, Jiang Fu n'avait pas trop réfléchi quand il se dirigea au jardin pour demander l’aide d’un alchimiste spirituel. Il avait été ridiculisé et sujet aux moqueries. Il était en fait tellement en colère que son corps tout entier tremblait encore.

    Jiang Chen était sans voix. Ce Jiang Fu s’était tourné vers tous les médecins qu'il pouvait trouver durant le besoin. Ce serait en effet bizarre, si le jardin de la pilule royale était prêt à venir guérir Jiang Feng maintenant.

    Qui sait, peut-être que le jardin avait même eu une main dans l'entreprise de ce poison.

    Après tout, la situation maintenant était tout à fait claire. Le jardin de la pilule royale s’était allié au duc du Dragon Montant et devint son chien de garde qui mordait à ses ordres.

    Jiang Chen ne resta pas les bras croisés. Il mît ses doigts sur le pouls de Jiang Feng et son front se plissa légèrement.

    Jiang Chen avait également mené de nombreuses recherches dans le domaine du poison durant sa vie antérieur.

    Il réfléchît un moment, se leva, puis appela Jiang Fu pour apporter un pinceau et du papier pour lui prescrire une liste d’ingrédients. « Jiang Fu, rend toi au manoir de la guérison et donne cette liste au troisième responsable Qiao Baishi. Aussi, demande-lui de venir avec les ingrédients de la liste. »

    Jiang Chen prît de sa poche le médaillon du dragon et le donna à Jiang Ying. «Oncle Ying, prend ce médaillon et accompagne Jiang Fu. »

    Jiang Chen était calme en face de cette panique et ordonna selon son pouvoir.

    Pour une raison quelconque, Jiang Ying avait soudain mystérieusement gagné un peu de confiance envers le jeune duc depuis qu'il était sermonné par ce dernier.

    « J'entends et obéis. » Jiang Ying savait que sauver une vie était aussi urgent que d'éteindre un feu et prît avec lui Jiang Fu, puis se dirigea rapidement vers la porte.

    Il fallait admettre que Qiao Baishi respectait énormément Jiang Chen. Il était arrivé au manoir des Jiang avec les médicaments spirituels sur la liste en moins de cinq minutes.

    Qiao Baishi était également très choqué de voir l'état de Jiang Feng.

    Après un moment de diagnostique, son expression était devenue encore plus grave. Il y avait des traces d'incompréhension dans son expression qui était à moitié dans une pensée profonde et l’autre reflétait un peu l’impuissance.

    « Jeune duc Jiang, Sa Seigneurie a été empoisonné. Sur ce, il ne fait aucun doute. Mais la théorie derrière ce poison est difficile pour moi de la saisir. Je crains que je sois impuissant avec mon simple niveau de pratique. Le seigneur maitre possède beaucoup de ressources et des pouvoirs extraordinaires, mais il est malheureusement parti pour un voyage hier ... »

    Le ton de Qiao Baishi était plein de regret et d’excuses. Il regarda Jiang Chen, momentanément sans savoir comment le réconforter.

    Il était également choqué intérieurement. Penser que la situation puisse se détériorer dans la capitale aussi soudainement! Un duc régional avait été pris en embuscade sur le seuil de sa maison!

    « Troisième responsable, selon vous, combien sont capable d'utiliser ce poison dans la capitale?
    Qiao Baishi fronça ses sourcils en réfléchissant profondément et répondît après un long moment. « Les trois poids lourds de la médecine spirituelle dans la capitale ne sont pas particulièrement adepte à utiliser du poison. Je pense que ce n’est pas l’œuvre d'un expert en poison de la capitale.

    Jeune duc, le poison qui est dans ton père a envahi les vaisseaux sanguins. Nous devons nous dépêcher et prendre des mesures. Pourquoi ne pas agir selon les méthodes habituelles de traitement et percer les acupoints avec des aiguilles d'argent afin de laisser sortir le sang empoisonné? »

    Bien que Qiao Baishi ne puisse pas saisir pleinement le fonctionnement de ce poison, il savait que le traitement du poison suivait habituellement cette procédure. Faire sortir le sang empoisonné en premier pourrait au moins ralentir la vitesse à laquelle le poison attaquerait le cœur.

    Cependant, Jiang Chen secoua la tête. « Non, nous serions tombé dans un piège si l'on utilise des aiguilles d'argent pour percer les acupoints. Ce poison ne ce propage pas dans le sang, mais dans les nerfs. Si nous utilisons des aiguilles d'argent pour stimuler les acupoints, cela ne fera qu’accélérer la propagation du poison. »

    «Quoi?» Qiao Baishi était extrêmement étonné. Ce fut la première fois qu'il entendît quelque chose de pareille.

    Même les expressions de Jiang Ying et ceux aux alentours changea radicalement en entendant ces mots.

    Traiter ce poison de la manière habituelle augmenterait en fait la vitesse du poison. Ce fut une bonne chose qu'ils ne se crurent eux-mêmes intelligent et utilisèrent les aiguilles d'argent. Sinon, n’était-ce pas placer le duc encore dans une situation encore plus dangereuse?

    Qiao Baishi se rappela soudainement de quelque chose puis sourcilla. « Jeune duc, vous m’avez donné une liste pour apporter ces médicaments spirituelles. Avez-vous déjà un moyen de le guérir? »

    Jiang Chen hocha la tête légèrement. « Si mon niveau de qi étaient semblables à celui de mon père, je serais capable de le guérir facilement de ce poison. Cependant, le niveau de mon père est beaucoup plus élevé que le mien, il me faudra donc un certain effort pour le guérir. Mais j’ai ma technique.
    Jiang Fu, prépare la pièce secrète.

    Jiang Ying, active le plus haut niveau d'alerte du manoir!

    Troisième responsable, je vous remercie de vous être dérangé. S'il vous plaît attendez-moi ici, je viendrai discuter avec vous quand j'aurai guéri mon père de ce poison. »

    Qiao Baishi trouva difficile de gratter la démangeaison de son cœur en entendant les paroles de Jiang Chen. Il n'avait jamais vu ce genre de poison avant et voulu vraiment l’observer de prés. Mais il savait aussi qu'il ne pouvait y avoir aucun moment de distraction durant le processus de cure du poison. Il contenu ainsi farouchement sa curiosité.

    Mais il n’acceptera jamais de revenir au manoir de la guérison en ce moment si quelqu'un lui demandait. Il ne saurait renoncer à cette excellente occasion pour élargir ses perspectives.

    De plus, il voulait aussi profiter de cette occasion pour bien comprendre la théorie qui était derrière la cure de ce poison.

    En tant qu’alchimiste spirituel, Qiao Baishi était un érudit passionné. Comment pourrait-il manquer une chance d'apprendre et d'accroître ses compétences?

    Il était prêt à attendre pendant dix jours et dix nuits sans le moindre sourcillement – et que dire pendant juste un moment.

    Ce poison, bien que très incompréhensible dans sa composition, ne suffisait pas à arrêter l’encyclopédie qu’était Jiang Chen. Bien qu'il y ait certaines méthodes rares utilisées dans ce poison qui confondaient même Qiao Baishi, un responsable du manoir de la guérison. Celui qui utilisa ce poison
    pouvait être considéré comme un adepte du poison.

    Cependant, pour Jiang Chen, ces trucs étaient tous encore du niveau pédiatrique.

    Il faut savoir que Jiang Chen avait passé des milliers d'années à étudier le dao de l'alchimie durant sa vie passée, que n'avait-il pas vu? Bon nombre d’immortels en alchimie était souvent venu pour poser des questions à Jiang Chen.

    Durant sa vie antérieure, Jiang Chen était un vaurien à l’entrainement du dao martial mais c’était un maître proéminent au niveau de pouvoir rire fièrement en termes de dao d'alchimie.

    Durant tous ces événements quand Jiang Chen empêcha Jiang Ying de se suicider, leur demandant de ramener Qiao Baishi, écrit la liste et discuta avec Qiao Baishi tout à l'heure, il était effectivement en réflexion continuelle sur comment contrecarrer le poison.

    Finalement, il opta pour une méthode qui était la plus fiable dans ce genre de cure.

    Après être entré dans la chambre secrète, Jiang Chen écrasa soigneusement tout les médicaments spirituels et les dispersa complètement à l'aide du qi des vagues immenses, incorporant le médicament dans le qi qui le dirigea dans le corps de Jiang Feng.

    La théorie d’utiliser le qi pour conduire les médicaments semblait simple en théorie, mais ce n'était pas quelque chose que n’importe qui pourrait utiliser pour guérir ce genre de poison.

    Tout d'abord, le qi des deux personnes devait être d'une origine commune et il ne pouvait y avoir le moindre conflit. Sinon, les qi s'opposeraient les uns aux autres et le moindre conflit entre les qi serait suffisant pour stimuler le poison et le faire répandre dans toutes les directions.

    Ce processus ne tolérait pas la moindre interférence.

    Pour Jiang Chen, le seul problème réside dans la différence entre ses six méridiens de qi et les neuf méridiens de qi de Jiang Feng. Comme ce fut le cas, il fallait faire attention à la contre-attaque du poison quand il serait en train de guérir son père.

    Ce fut une bonne chose que Jiang Feng était dans le coma. Bien que sa conscience puisse encore manipuler le qi par habitude, il n'y avait aucun moyen pour qu’il puisse activer les limites de son qi.
    Ajouter à cela le fait que Jiang Chen pratiquait le "Secret des Neuf Océans du Rire", une méthode qui était des centaines de fois plus sophistiqué que "la méthode des vagues immenses" de Jiang Feng.

    Par conséquent, les vagues immenses de qi de Jiang Chen possédaient un avantage absolu et se dirigèrent solidement dans le corps de Jiang Feng, portant l’antidote à tous les recoins de son corps.

    Dans ce cas, le processus de la cure du poison était devenu simple.

    Jiang Feng se réveilla tranquillement après une heure.

    « Chen'er, tu m’as guéri de ce poison? » Jiang Feng étendu immédiatement ses sens et fut encore plus surpris. « Ces vagues immenses riches et purs de qi, tu ... Chen'er, à quel niveau est ta 'Méthode des vagues immenses'? »

    Jiang Feng sentit que les vagues immenses de qi riche et pur de Jiang Chen étaient tout simplement incroyable.

    Jiang Chen rît: «Père, je voulais te parler de cette question. Je ne pratique pas la "méthode des vagues immenses", mais le "Secret des Neuf Océans du Rire". "Méthode des vagues immenses" n’est seulement qu’une dérivation de celle-ci, c’est une méthode qui partage une origine commune avec elle. »

    « Secret des Neuf Océans du Rire? » Jiang Feng était devenu complètement pétrifié.

    « Oui, par exemple. Ce secret des Neuf Océans du Rire est l’ancêtre de la "méthode des vagues immenses". Père, trouve ta paix intérieure et je vais te le dire. Pratique le "Secret des Neuf Océans du Rire" dés maintenant et je te promets que tu vas briser les chaînes des neuf méridiens de qi dans un mois et tu joindras les rangs des vrais maîtres de qi! »

    Dans le domaine du qi, dix méridiens de qi à douze méridiens de qi étaient tous appelés des maîtres de qi.

    Devenir un maître de qi signifiait entrer dans les niveaux supérieurs du domaine du qi. Le praticien serait appelé à devenir l’un des sommets du Royaume d'Eastern!

    C’était comme si Jiang Feng était dans un rêve et son expression n’avait toujours pas été retrouvé complètement.

    Mais la phrase suivante de Jiang Chen l’avait encore complètement sidéré.

    « Père, ce" Secret des Neuf Océans du Rire "est une méthode avancée. La pratique de cette méthode te permettra à soixante-dix pour cent d'assaillir le royaume du dao spirituel! »

    «Royaume du dao spirituel?" Jiang Feng était complètement estomaqué.

    Le royaume du dao spirituel était une existence légendaire pour les praticiens du royaume d'Eastern. Il était dit que, durant les centaines d'années d'existence du Royaume d'Eastern, un seul était apparu!

    Atteindre le dao spirituel était comme devenir un dragon écaillé d'or. On pourrait monter en flèche dans le ciel, se lever comme une météorite, briser les cages du monde et survoler les nuages!
  • merci pour le chapitre
Cette discussion a été fermée.