AnotherLife

28 févr. modifié dans Écriture

Je tiens à dire que ce texte contient sans doute beaucoup de faute d'orthographe, d'ailleurs l'écriture ou même l'histoire ne pourrait pas plaire à tout le monde. (je débute en quelque sorte).
Mais bref si l'histoire vous intéressez, n'hésitez pas à m'envoyer vos retours et vos impressions la dessus.

Note : Une histoire mélangeant entre surnaturel et moderne avec une touche de comment dire... quelque de chose bizarre, mais bref bonne lecture ^^





Dans un monde parallèle, où un phénomène fait que les défunts peuvent l’apparence d’objet aussi appelée Trésor Passé, nous suivons le récit d’Akaru Kazami. Un jeune homme âgée de 15 ans ayant été témoin de ce phénomène alors qu’il rentré du lycée.

Prologue :
Quand on était petit à l’orphelinat Kazami, on jouait souvent à cache-cache à l’intérieur. Ce jour là, j’étais cachée sous le lit de ma chambre, mais au moment où je pensais avoir trouvée une bonne cachète, la couverture venait de se levait brusquement :
-Boo ! s’écriât Akane en me retrouvant.
Sa présence me fit soudainement sursauter comme si je venais de voir un fantôme, j’avais finis par me prendre la barre du lit.
-Aïe !
-Akaru est-ce que tu vas bien ? Tu t’es pas fait trop mal ? Demanda ma sœur inquiet en voyant ce que je me suis prit.
-Raah ! C’est pas juste ! C’est toujours moi qui perds le premier à ce jeu. J’en ai marre. Me plaignais-je en commençant à pleurnicher après le coup. J’ai plus envie de joué !
Akane commença à rire en voyant ma réaction qui ne faisait que me mettre plus en colère.
-Pourquoi est-ce que tu rigole ? Arrête c’est pas drôle !
-Désoler Akaru, c’est juste que t’est si mignon quand tu t’énerves.
-Arrête de te moquer de moi ! Et puis je suis pas mignon !
-Oh tu veux pas un peu arrête avec ça. Ajouta-t-elle tout souriante. Tu feras mieux la prochaine fois après tout c’est qu’un jeu.
Son rire, son sourire, c’été devenue tellement contagieux que j’en avais oubliée ma rage et finissez même par en rire aussi :
- Oui ta raison !
Mais il n’y avait jamais eux de prochaine fois depuis ce jour…Ce jour là, j’étais de nouveau cachée sous le lit et la pluie venait de s’abattre. Je me mis alors à entendre des bruits d’os cassé, d’organes déchiquetés, jusqu’au moment où je vis le corps d’Akane s’effondrait sur le sol, son sang c’était répandue sur tout le sol et les murs, l’odeur remontait jusqu’à mes narines.
-Je ne veux pas mourir, je ne veux pas mourir. Me disais-je dans ma tête alors que j’étais recroquevillé sur moi-même.
Je ne pouvais m’empêcher de pensais à leurs morts, je ne pouvais m’empêcher de trembler, de pleurer. L’angoisse, la peur, la crainte prenaient le dessus sur moi mais je ne devais pas. Il ne fallait pas qu’il me trouve. Mais à ce moment là, autre chose subsistait en moi, cette chose me rongeait de l’intérieur et été pire que ma peur de mourir. Pourquoi est-ce je suis faible ? Pourquoi est-ce que je n’ais pas pu les protéger ?
Cette vue, cette odeur, ce bruit, ces sensations jamais je ne pourrais les oublier, jamais je ne pourrais oublier ce qui s’est passé ce jour là, jamais je ne pourrais me pardonner…

Chapitre 1 : Un mauvais souvenir

Il est 18h30
Dans les couloirs du lycée Hara située dans la ville de Rain, un élève observer la pluie depuis la fenêtre glaciale, celui-ci avait les cheveux noirs, de magnifiques pupilles écarlate et une peau aussi blanche que la neige. Puis tandis que le garçon été perdu dans ses pensée :
-Oh Akaru ? Akaru ? Appeler une voix à sa droite. Tu m’entends ?
Le lycéen reprit soudainement ces esprits qui lui donnèrent des frissons puis regarda à sa droite, il vit alors un jeune homme aux cheveux bruns clairs, ayant les yeux vert et abordant un air décontractée.
-Tiens c’est toi Shin.
-Dit t’est sûre que ça va ? Ça fait un moment que je t’appelle.
-Désoler, je pensée juste à quelque chose.
-À quoi est-ce que tu pensais ? À moi ? Ou est-ce que tu pensais au fait que tu sois vraiment une…
Soudain, Akaru attrapa la bouche de son camarade par les joues puis rétorqua :
-Tu veux pas arrête avec ça, tu sais très bien que je suis un mec et sinon pourquoi est-ce que tu m’as appelée ?
-Mmph mmph. Essayer d’expliquer le jeune homme mais il n’arriver pas à articuler.
Son camarade se mit à lâcher prise sur sa bouche.
-Tu t’en rappelles pas ? Poursuit-t-il. Faut qu’on finisse de rangée le matériel de labo.
Akaru et Shin prirent par la suite plusieurs carton qu’ils transportèrent jusqu’à une pièce situé au fond du couloir. Arrivée dans la salle, les deux lycéens rangèrent le matériel sur l’étagère à droite et après avoir finis le travail, repartirent aussitôt vers la sortie. Une fois devant celle-ci, les garçons constatèrent que la pluie continuer de s’abattre, ils se mirent alors à sortir leurs parapluies puis quittèrent le bâtiment.
-Bon on dirait que nos chemins se séparent là. Dit Shin sous la pluie devant la rue où se trouvait l’établissement. Allé à plus Akaru !
-Salut.
Tout à coups tandis que Shin s’apprêter à partir de son côté, le jeune homme s’arrêta brusquement :
-Ah oui maintenant que j’y pense, fait attention ce soir. Avertit-t-il en regardant au loin. Ça risque peut être d’être agité dans le coin.
-Sa marche, attend quoi ?
-Bon il commence à se faire tard, allé j’y vais.
Shin se mit alors à partir de son côté alors que le jeune homme n’avait eût le temps de terminer sa question.
-Il est vraiment bizarre…Comment ça agitée ? Se dit le jeune homme après que son ami soit partir. Bon c’est pas tout, mais il faudrait que je parte moi aussi.
Akaru se mit alors à marché sous pluie de son côté. En chemins, alors que la pluie et l’humidité se faisait de plus en plus, le garçon s’arrêta brusquement devant une rue où il un bâtiment abandonné depuis des années reposé. Le bâtiment été devenue des décombres, des ruines et une atmosphère lourde en émaner. Ce bâtiment, Akaru savait exactement de quoi il s’agissait, puisqu’il fut autrefois l’orphelinat Kazami, l’enseigne l’ayant recueillie enfant. La vue de celui-ci rappeler au jeune homme des souvenir nostalgique passé avec ses amis et sa sœur, des moments de joie, de bonheurs mais tout ça avait disparue avec un souvenir qu’il aurait préférer oubliez…
***
9 ans auparavant, des bruits incessant se faisait entendre dans toute la maison, des corps gisait sur le sol, les murs été recouvert de sang et un tueur rodée dans l’orphelinat à recherche de victime. Ce jour-là, paniqué et angoissé Akaru venait se refugiée dans sa chambre accompagnée de sa sœur Akane. Une fille ayant les cheveux bruns mi-longs, des yeux rouge et une peau blanche rosée.
-Je t’en pris ne fait pas ça ! Supplia Akaru frustré, pleurant et tremblant. J’ai…J’ai pas envie que tu me laisse tout seul !
A ce moment là, le jeune garçon ne cessait de s’accrocher à sa sœur alors qu’elle été de dos.
-Akaru est-ce que tu voudrais bien me lâcher ?
- Non je ne veux pas !
-Essaye de comprendre la situation, tu…
- Non, je ne veux pas… Coupa-t-il en tirant de plus en plus fort sur le pull d’Akane.
-Tout ce que tu as à faire c’est te cachée sous le lit, dit toi que c’est comme jouait à cache-cache.
- Je ne veux pas…
-S’il te plaît Akaru, essaye de…
- Non je ne veux pas ! Je ne veux pas que tu partes toi aussi ! Je n’ai pas envie que…
Soudain Akane se retourna et gifla brusquement son frère au visage :
-Abruti ! Cria-t-elle furieusement. Dépêche-toi de faire ce que je te dis !
A ce moment là, Akaru fut choqué en voyant le visage de sa sœur angoissée, attristé. Ces yeux rouges fondaient en larme et son corps ne faisait que greloter. Elle aussi avait peur, elle aussi été triste de devoir partir mais elle devait être fort, elle devait le faire pour son frère, pour qu’il puisse vivre.
-Je t’en prie Akaru, fait le pour moi, fait le pour nous. Il reste peu de temps avant que le tueur en est fini avec nous tous. Disait-t-elle en entendant les cris s’éteindre peu à peu dans le fond. Alors s’il te plaît fait-le.
C’est à ce moment là que garçon compris qu’il n’été pas le seul à pensée cela, que sa sœur aussi ressentait ce remord, cette tristesse. Akaru se sentit alors coupable de n’avoir compris les sentiments de sa sœur avant, que pour elle cela a dû être encore plus dure. Elle allé mourir pour permettre à son frère de vivre…
-…Mais…Mais…Pourquoi est-ce que t’est obligé de faire ça ? Pourquoi est-ce qu’on fait tout ça pour moi ?
-C’est parce que c’est le rôle d’une grande sœur de protéger son petit frère adoré, tu ne trouves pas ? Dit-t-elle tout souriante toujours en ayant les larmes aux yeux.
Akane se mit par la suite à serré Akaru dans ses bras alors que son frère ne cessait tremblée et pleurée puis lui chuchota :
- Ne t’en fait pas Akaru, dit-toi que quoiqu’il arrive. Je serais tout toujours là pour veiller sur toi, je te le promets…
Tout à coups, alors que le garçon été plongée dans son passé, celui-ci retrouva ces esprit après avoir entendue des cris de détresses non loin d’ici.
-A l’aide ! Que quelqu’un vienne m’aidée ! Criez la voix.
Le jeune homme accourue jusqu’à l’endroit d’où porté la voix, puis arrivée devant une petite ruelle, Akaru n’en croyait pas ces yeux :
-Mais qu’est-ce que ?!
Une bête ? Une chose ? Ou bien un monstre ? Ce que venait de voir le jeune homme dépassait ceux à quoi il pouvait s’imaginer. Cette chose été recouvert d’une sorte d’aura noire maléfique, était pourvue de griffes, avait des yeux globuleux, une taille imposante et une bouche cousue. Celle-ci venait de prendre en chasse une jeune fille.
-Kyaa ! A l’aide ! Au secours ! Criat-t-elle alors qu’elle était prise au piège par cette chose.
À cet instant, Akaru ne savait pas quoi faire, perdu, déstabilisé, la peur venait de prendre le dessus sur la situation, la peur de prendre des risques, de mourir. Mais cette fois-ci un sentiment au fond de lui le fit avancer, sans doute le sentiment d’aider les gens, de ne vouloir voir des gens partir. Akaru se mit alors à foncée en direction de la créature puis lui jeta son sac en pleine tête :
- Vas-y fuis ! Averti-t-il en s’adressant à la fille tandis que le monstre été déstabilisé.
La fille courue du plus vite qu’elle pouvait avant de disparaître sous la pluie… De son cotée, le garçon été désormais seule en face en face contre cette bête noire. Le sac n’avait eût aucun effet mais permis à la fille de fuir, Akaru de son cotée ne pouvait s’empêcher de trembler, son rythme cardiaque s’accélérait, le stress finis même par venir.
-Bon sang, mais qu’est-ce que je fais ?
Le monstre déchiqueta le sac du lycéen, tout ce qui resté à Akaru été désormais le parapluie qu’il avait entre les mains, ce parapluie que le jeune homme se mit à brandir comme si il avait sabre. En voyant que sa proie venait de partir, la créature se retourna puis prit pour cible le jeune homme en sortant ces griffes. En retour, Akaru tenta de paré le coup en se servant de son parapluie comme bouclier, mais les griffes passèrent à travers et transpercèrent le tissu.
-Merde ! S’écriât-t-il en voyant qu’il été à quelques centimètres des griffes.
Le garçon tenta de reculé mais à penne venait-t-il de faire un pas en arrière qu’Akaru se reçut un violant coup dans le ventre, l’envoyant valser par la suite jusqu’au mur derrière lui. L’instant d’après, Akaru retomba sur le sol, son parapluie déchiré à la main et une importante douleur au niveau du ventre qui lui fit vomir :
-Beurgh ! Beurgh ! Dégueula-t-il en essayant de se relever. Bordel, ça fait un mal de chien !
En relevant la tête, le jeune homme compris d’où lui a été infligée les coups, des sortes de câbles noires venaient de sortirent du dos de la bête. Le garçon tenta alors de se relever mais le coup lui faisait atrocement mal, si mal qu’il ne pouvait se relever. De son cotée, la bête se mit à marchée lentement vers Akaru en sortant ces griffes comme si il été sur le point de l’achever.
-Ça y est c’est la fin. Se dit Akaru en voyant les choses se passer sans qu’il ne puisse rien faire. Qu’est-ce que je peu être débile de penser que j’avais une chance contre cette chose, au moins j’aurais sauvé la vie de quelqu’un d’autre. Mais pourtant moi aussi je n’ai pas envie de mourir…

À cet instant, Akaru ne cessait de se lamenter sur son sort et sa faiblesse, il pensait que c’était désormais la fin. Mais il n’avait pas envie de mourir et ferait tout pour vivre.
-Que quelqu’un vienne m’aider…Je vous en pris…
Tandis que la fin devenait de plus en plus proche, le jeune homme se mit à entendre une voix sous le bruit des gouttes tomber sur le sol en béton :
- Tu as fait du bon travail Akaru, repose-toi bien. Maintenant c’est à mon tour de veiller sur toi, après tout je te l’ais promis non ? Alors laisse-moi m’occuper du reste.
Soudain une lumière rouge entoura le corps d’Akaru, la lueur été si forte qu’elle illumina toute la ruelle, aveuglant en passant la bête. L’instant d’après la lumière s’arrêta, la chose retrouva alors sa vue, mais à penne venait-t-il d’ouvrir les yeux que son bras fut sectionnée en deux et voltiger désormais dans les airs.
-Tu croyais vraiment que tu pouvais t’en prendre à mon petit frère comme ça ! Sortie Akaru après qu’il ait tranché le bras de la bête avec un sabre. Petit tas de merde.
En regardant le jeune homme, la bête vit qu’Akaru été entourée d’une aura écarlate, que le parapluie qu’il avait entre les mains venait de se changer en un sabre rouge. Mais le plus impressionnant, c’est l’énorme pression posé sur la bête par le garçon, cette pression été si forte que son instinct lui disait de fuir cependant la bête ne pouvait bouger, il était tétanisé, figé comme si les rôles venaient de s’inverser.
-Tout ça ne te serait pas arriver, si tu ne lui avais pas fait du mal. Dit-t-il tout souriant en s’approchant de la bête. Mais bon, pour moi c’est pas mal ça m’aura permis de revenir à la vie.
Puisque que la créature ne pouvait s’échapper, celui-ci se mit à attaquer Akaru sous la panique en sortant les câbles qu’il avait dans le dos dans l’espoir de le tuer, mais le garçon esquiva puis les tranchas en un instant, puis enchaîna en coupant son second bras. La créature se mit alors à pousser des cris d’agonie et de douleurs malgré le fait que sa bouche soit cousue.
-Aller crève !
L’instant après qu’Akaru avait prononcé froidement ces mots, la tête de la créature fut décapité et voltigea dans les airs avant de retomber sur le sol et disparaître en poussières, la carcasse de la chose elle s’effondra sur le sol et y resta inerte.
-Bon maintenant que c’est finis, il faudrait peut être que je lui rende son corps, j’espère juste qu’il ne se passera rien entre…
Soudain, Akaru commença à sentir des vertiges, ses paupières devinrent lourdes, sa vision devenait trouble, ses forces quittaient peu à peu son corps. Au final, le jeune homme s’effondra lui aussi sur le sol….
À son réveille, alors qu’Akaru venait à penne d’ouvrir les yeux, celui-ci fut éblouie par une lumière blanche qui été braqué sur lui.
-Mais...Mais où est-ce que je suis ?! S’écriât-t-il en essayant de se débattre, mais le jeune homme été attachée à une chaise. Qu’est-ce que je fais là ?! Et puis pourquoi est-ce que je suis ligoté ?!
Le lieu dans lequel été emprisonné le jeune homme n’été qu’une salle noire et obscure, dans laquelle Akaru ne distinguer que de légère forme en vue du manque de visibilité.
- Ça y est t’es réveillé ? Demanda une voix dans l’ombre.
-Quoi ?! Qui est là ? Qu’est-ce qui se passe au juste ? Et puis qu’est-ce que je fais ici ?
Le garçon se mit alors à paniquer en regardant tout autour de lui, c’est alors qu’il vit un forme humaine non loin en face de lui.
-Tais-toi ! Ordonna-t-il. Ici c’est moi qui pose les questions, Ok !
La voix été assez grave et semblable à celui d’un homme. Tandis qu’Akaru été affolé par la situation, la mystérieuse personne se mit à s’approcher de la lumière.
-Akaru Kazami, j’aurais une question à te posé.
A mesure que l’inconnue se rapprocher de plus en plus du garçon, Akaru se mit à reconnaître les formes jusqu’à complètement reconnaître celui qu’il avait en face de lui.
-Mais c’est ?!
Des cheveux bruns en pétard, des pupilles vert émeraudes. Il n’y avait plus aucun doute la dessus, il s’agissait de Mutsuki Shin, le camarade de classe d’Akaru.
-Dit moi, t’est sûre que tu serais pas une fille par hasard ? Questionna-t-il d’un air curieux.
-Tu te foutrais pas de mal gueule par hasard ?
Akaru l’avait sortie avec un air si direct et indifférent, c’était comme si sa frustration et sa panique venait de laisser place à du dégoût et de la haine, à cause d’une question absurde.
-Non pas du tout, c’est une question très sérieuse.
-Dans ce cas…Dit le garçon d’un ton hésitant. Pourquoi est-ce que tu ne viendrais pas vérifier de plus près.
En voyant le visage rouge d’Akaru, Shin n’été que attirée par ce jolie minois semblable à celui d’une fille, le jeune homme se rapprocha alors de plus en plus du garçon, au point que leurs lèvres étaient allé se toucher quand tout à coup :
-Arrête de rêver bouffon ! Résonna Akaru en frappant Shin au crâne.
-Aïe ! Aïe ! Ça fait mal ! Ma tête. S’écriât-t-il en ayant un mal de crâne alors que le jeune homme été à terre. Pourquoi est-ce que t’as fait ça Akaru, je croyais qu’on été ami.
-Ça t’apprendra espèce de gros con ! Tu crois vraiment que c’est le moment pour ça ! Dit moi plutôt ce qui se passe !
***
Sous la pluie, tandis que le jeune Shin Mutsuki venait de faire un détour à une intersection dû à des travaux, celui-ci se mit à apercevoir une fille courir du plus vite qu’elle pouvait sous la pluie. En voyant la fille passé devant lui, le garçon remarqua l’expression de panique et d’angoisse sur son visage, Shin se mit alors à la rattraper :
-Excuse-moi, est-ce qu’il y a un problème ? Demanda Shin en touchant l’épaule de la fille.
- Une personne est en danger à cause de moi ! Il faut vite que j’aille chercher de l’aide !
-Attend du calme, dit moi plutôt ce qui s’est passé, il est pris dans un incendie ? Il s’est blessée ?
-Non ce n’est rien de tout ça, c’est difficile à croire mais elle en ce moment en train de se battre contre une chose noire.
Soudain à l’entente ces mots, Shin se mit à avoir les yeux grands ouverts comme si quelque chose l’avait frappé.
-Et où se trouve-t-elle ?
-là-bas. Répondit-elle en indiquant la ruelle située à deux pâtées de maison plus loin.
-Compris, va vite rentrer chez toi, je m’occupe de reste.
-Mais…
Soudain, alors que la mystérieuse fille n’avait finit sa phrase, celle-ci vit partir à tout vitesse Shin qui venait de prendre une grande accélération sous la pluie :
-Ne t’en fait pas, c’est mon job de gérer ce genre de truc ! Dit-t-il en partant au loin.
En chemin, Shin prit la première sortie à gauche, s’en suis de la deuxième à droite puis arriver une fois arrivée sur place. Le jeune homme trouva la carcasse d’une bête noire qu’il vit disparaître en poussière mais autre chose le surpris et attirer son attention, il s’agissait de son ami Akaru qui c’était évanouie sur le sol, avec un sabre entre les mains. Paniquer par l’inconscience de son ami, Shin accourue afin de l’aider et vérifier son état de santé, heureusement pour lui le jeune homme son ami n’avait rien de grave.
- Et voilà ce qui s’est passé. Conclue Shin en soupirant après être revenue dans le présent. Il y pas dire Akaru, t’est vraiment incroyable.
Après avoir entendue l’histoire de son ami, le jeune homme aux yeux rouges fut tétanisée, choquée en apprenant ce qui venait de se passé. Les séquences de cette scène revinrent dans sa tête :
-Attend…J’y crois pas, tu...Tu veux dire tout ça était bien réel ?!
-Désoler de te dire ça mais oui. Tout ça était bien réel, c’est pour ça que tu mérites quelques explications.
Après s’être relevée, Shin alla détacher les cordes qui ligotée Akaru à la chaise quand tout à coup un fracas se fit entendre. L’instant d’après, la porte fut enfoncé avant de tomber au sol, des rayons de lumière en sortie comme si un esprit divin venait faisait son entrée. Une femme en jaillie de cette lumière blanche, elle avait une longue chevelure bruns, portée une longue robe marron, à penne venait-elle de faire son entré sur scène que la femme se jeta sur Shin :
-Tiens c’est toi Suzune, t’est déjà rentré ? S’écriât-t-il en la voyant.
Soudain, le jeune homme reçut un violant coup pied de plein dans le ventre qui l’envoya valser contre le mur à sa gauche. La femme en profita par la suite pour lui faire une clé de bras et le plaquer au sol.
-Shin ! Espèce de gros con ! Qu’est-ce qui t’as pris de le ligotée et de le séquestré ici !
-Attend ! Attend je peux tout t’expliquée !
-Il y a intérêt ! Dit-elle en appuyant sur son bras.
-Aïe ! Aïe ! Je t’en pris arrête !
Ces yeux verts émeraude, cette chevelure brune, Akaru reconnue immédiatement de qui il s’agissait :
-J’y crois pas, Su...Suzune c’est bien toi ? S’écriât Akaru en reconnaissant la femme. Mais...Mais qu’est-ce que tu fais là ?
-Salut ! Mon petit Akaru ! Alors tu vas bien ? Dit-t-elle en prenant un sourire gênée. Désoler pour cette accueille un peu brutale, hé hé hé.



Chapitre 2 : Des explications.


Mutsuki Suzune, une magnifique femme âgée de 32 ans qu’Akaru reconnue instantanément dès son arrivée dans la salle. Suzune fut la tutrice du garçon peu de temps après les tragiques incidents de l’orphelinat Kazami, c’est elle qui hébergea et éleva Akaru pendant ses 9 ans.
-Attendez ! Attendez ! Mais qu’est-ce qui se passe au juste ici ?! Et puis qu’est-ce que tu fais Suzune là ?
-Tiens tu ne sais pas où on est ?
-Non aucune idée.
-Je vois, franchement. Ajouta-t-elle en appuyant sur le bras de Shin. T’es vraiment pas croyable !
-Aïe Aïe ! Je t’en pris arrête. Gémit-il au sol.
-Oui, oui d’accord.
Suzune relâcha son ami qui n’en pouvait de plus de ses souffrances, la femme se dirigea ensuite près de la porte où se trouvait un interrupteur qu’elle alluma. L’instant d’après, une lampe accrochée au plafond illumina la pièce qui été en réalité blanche, il été alors possible de voir une table remplie d’outil à droite, une étagère en métal à gauche et un grand espace au centre sur lequel été placé Akaru. En regardant ce qu’il avait autour, le jeune homme reconnue l’endroit :
-Mais c’est ?! S’écria-t-il en constatant où il été. Notre garage !
-Oui. Désolé Akaru à la base, on devait amener dans ta chambre ou sur ton canapé. Mais à ce que je vois certaine ne pense qu’à leur tête, n’est-ce pas Shin ?
La tutrice l’avait dit avec un ton si menaçant que Shin en eu la chair de poule.
-Dé…Désoler, vraiment désoler Akaru. Dit-t-il rigoureusement.
-Bien ! Bon maintenant que c’est fait, libère-le et raconte lui tout. De mon côté, je vais réparer la porte.
-O…Oui.
Après que Shin ait libéré Akaru, les deux garçons allèrent ensuite s’installer dans le salon. Une fois dans la pièce, les garçons s’assirent dans un canapé de couleur vert, deux lampes été plaçaient de par et d’autre de la salle afin d’éclairer celle-ci, une télévision éteinte était placé en face d’une table basse en bois se trouvait devant, devant cette table trouvait le canapé avec en dessous un tapis de couleurs vert, le sol lui été fait en bois, tous ces éléments donnaient une ambiance chaleureuse à la chambre voir agréable qui relaxais Akaru et Shin :
-Bon alors, par quoi tu veux commencer ? Proposa Shin en croisant ces jambes. Akaru.
-Je sais pas moi, peut-être la raison pour laquelle tu m’as ligoté ! Hein ?
-Ok, ok j’ai compris. Dit-il avant de se racler la gorge. Akaru, la question autour de ton sexe reste un mystère à mes yeux, alors j’ai voulue vérifiée par moi-même.
- Non mais sérieusement ! Ça t’est jamais venu à l’idée d’écouter ce que je dis ! Je suis bien un mec compris ! M ! E ! C !
-Oui, oui c’est bon, j’ai compris.
-Franchement…Bon sinon, tu voudrais bien me dire ce que c’était cette chose ? T’as l’air de la savoir vue comment tu en as parlé.
-J’allais en venir, ce que tu as vu est ce qu’on appel un Geist.
-Un Geist ?
-C’est en quelque sorte un esprit qui incarne les mauvais sentiments qu’auraient eux une personne morte durant son existence.
-Tu veux dire que…
-Oui, en outre la chose qui t’a attaqué été une personne morte.
-Je vois, ça explique certaines choses.
-Tiens ?
-Quoi qu’est-ce qu’il y a ?
-Ta réaction est bizarre, tu trouves pas ça dingue ou impossible de te dire qu’une chose morte pourrait revenir à la vie ?
-A vrais dire, ce que tu me dis me suffit parfaitement à expliquer ce que j’ai vu. Après tout, je crois ce que je vois alors bon.
-Oui mais tu te dis pas que cette chose pourrait être une sorte d’animaux mutant ou un truc du genre extraterrestre.
-Peut-être bien mais de toute façon, plus rien ne me surprend, après ce que j’ai vécue…
Akaru se mit à avoir un air mélancolique en rappelant de l’évènement qui l’avait marquée à ses 6 ans, l’odeur du sang, les cadavres de ses amis, de sa sœur qui gisait sur le sol, l’image de ces scènes ne cessait de revenir dans la tête du garçon. En voyant le visage de son ami, Shin se mit à ressentir de la compassion envers lui :
- Désoler si ça t’as rappelé de mauvais souvenir.
-Non t’en fait t’as rien fait, je me disais juste…Que si j’avais été plus fort, j’aurais peut-être eu une chance de les sauver
-Je vois, d’ailleurs Akaru j’aimerais te montrer quelque chose. Dit-il en prenant un objet derrière le canapé. J’ai trouvé ça à côté de toi quand je suis arrivée, est-ce que ça te dit quelque chose ?
L’objet que venait de montrer Shin été un sabre abordant les couleurs rouge et noire, le fourreau était d’un noir éclatant sur lequel reposer des lycoris rouges, le manche lui était brodée avec un tissus rouge et noir. Akaru fut fascinée en voyant la beauté de ce sabre qu’il en eu les yeux écarquillés
-Non ça ne me dit rien du tout.
-Ce sabre, Akaru serait peut-être la raison pour laquelle tu as réussi à en sortie indemne, est-ce que tu veux bien le prendre ?
-Bien sûr.
-Mais avant je tiens à te le dire. Dit Shin en prenant son air sérieux. Si ce que je dis s’avère vrais, alors ce que tu va voir risque de te surprendre, alors est-ce que tu es prêt ?
-Compris.
Soudain, alors qu’Akaru venait à penne d’effleurer le sabre que celui-ci fut transporté dans un autre monde. Ce monde été vide et froid, les ténèbres y régnait. Tandis qu’Akaru observée le monde qui l’entourer, le jeune homme fut surpris en voyant qui se présenter devant lui :
-J’y crois pas…Se dit-il en yeux écarquiller. Aka...Akane !
Cette chevelure brune, ces yeux rouges, cette joue rose, il n’y avait plus aucun doute. La personne qui présenter devant Akaru était sa sœur Akane, à la vue de cette rencontre le jeune homme en avait les larmes aux yeux, jamais il n’aurait pensé revoir sa sœur morte :
-Ça faisait longtemps Akaru. Dit-elle en souriant.
-Mais qu’est-ce que tu fais là ?!
-Tiens ? Tu ne t’en rappel pas ? Je te l’ais dit pourtant dit. Quoiqu’il arrive, je serais toujours là pour veiller sur toi.
-C’est vrais maintenant que j’y pense. Se dit-il en se remémorant la scène avec le Geist. C’était donc toi.
-Oui ! Répondit-elle en souriant.
A ce moment-là, Akaru ne pouvait s’empêcher de pleurer, il été ravi de revoir sa sœur, mais regrettait de n’avoir réussi à la protéger.
-Merci, merci grande-sœur. Remercia-t-il en séchant ces larmes.
De son côté, Akane se mit à éclater de rire :
-HAHAHAHA ! Qu’est-ce que tu peux être drôle Akaru !
-Quoi qu’est-ce qu’il y a ?
- Tu n’as jamais douté, un moindre instant que j’aurais pu être un démon qui aurait pris l’apparence de ta sœur.
-Parce que c’est le cas ?!
-Mais non, je rigole. Dit-elle en riant.
-Arrête de te moquer de moi ! C’est pas drôle !
-je sais désoler, c’est juste que tu es tellement naïf Akaru.
-…
-Mais c’est ce qui fait de toi ce que tu es. Continua Akane en rapprochant de son frère. Et c’est ça que j’aime chez toi, tu serais prêt à faire n’importe pour revoir ceux que tu aimes.
En se mouvant, la fille donnait l’impression de flotter dans les airs comme si celle-ci était aussi légère qu’une plume. Arriver en face d’Akaru, Akane se mit à poser son front sur celui de son frère.
-Pardon, d’avoir mis autant de temps à venir, Akaru.
Ce contact procurée une agréable et paisible sensation au jeune homme comme s’il était libéré de son fardeau du passé.
-Non, tu n’as rien à te reprochée, c’est plutôt de ma faute, si j’avais été plus fort ce jour là, j’aurais pus…
-Imbécile ! Coupa Sèchement Akane en lui tapant la tête avec sa main. Tu veux pas arrêter avec ça.
-Aïe ! Désoler…
-Arrête de penser dans le passé, pense plutôt au futur et deviens plus fort pour protéger les gens que tu aimes. Tu me le promets Akaru ?
Les paroles d’Akane avaient tellement touché Akaru que cela l’avait marquée au plus profond de son âme au point de lui faire prendre conscience d’une chose :
-Oui ! Dit-il avec courage. Je te promets !
-Bien, je suis ravie de l’entendre. Conclue-t-elle en souriant. Bon, allé il serait peut-être temps de nous quitter.
-Quoi ?! Déjà !
-Désoler Akaru, il nous reste peu de temps avant que le contrat soit finalisé.
-Le contrat, mais de quoi est-ce que tu parles au juste ?
-Tu en seras bien assez tôt.
-Je vois...
-Oh, mais ne fait pas cette tête Akaru. Dit-elle en caressant la tête de son frère. Comme je te l’ais dit quoiqu’il arrive, je serais toujours-là pour toi, alors ne t’en fait pas pour ça et deviens plus fort.
-Merci grande-sœur, ça m’as fais du bien de parler avec toi. Ajouta-t-il en ayant les larmes aux yeux.
-De même.
-A bientôt.
-A bientôt Akaru.
Akane se mit à disparaître par la suite dans une sorte de nuage de lumière comme si son corps été composé de mille lucioles.
-Ah oui une dernière chose, fait attention à toi petit-frère, je t’aime. Avertit-elle en disparaissant pour de bons.
-Compris.
L’instant d’après se réveilla comme si de rien n’était puis après avoir ouvert les yeux, celui-ci surpris en voyant une considérable poitrine dressé devant son visage.
-Tiens, tu es réveillé Akaru ? Demanda Suzune alors que le jeune homme était sur ses cuisses. Tout va bien ?
La vue des seins de sa tutrice mit le jeune homme dans une situation embarrassante qui ne cessait de le faire rougir :
-O…Oui. Dit-il en se levant.
-Tant mieux.
-Merci d’avoir veillé sur moi Suzune.
-De rien.
Akaru était encore un peu confus après ce qu’il venait de vivre, quand celui-ci remarqua que son ami Shin n’était plus dans le salon :
-Tien, il est passé où Shin ?
-Pendant que je veillais sur toi, il est parti acheter à manger pour ce soir.
-Je vois.
-Désoler de te redemandais cela Akaru mais est-ce que tu es sûre que tout va bien ? Tu as l’air un peu déboussolé.
-Oui, je vais bien merci de t’en faire pour moi Suzne, c’est juste que…
Le garçon se mit à repenser à ce qu’il venait de vivre avant de répondre :
- Je t’avoue que revoir ma sœur m’avait un peu surpris, ça m’avait fait un bien fou de la revoir, de parler avec elle, de rigoler avec elle, de lui faire part de ce que je ressentais. Mais le plus important, c’est que ça m’as permis de prendre conscience de quelque chose, si je ne veux pas que cela se reproduise de nouveau, si je ne veux perdre de nouveau ce que j’aime, alors je dois devenir plus fort !
-Je suis ravie que tu dises ça. Ajouta-t-elle en souriant.
Tout à-coups, Akaru se leva puis se mit à brandir devant lui le sabre qu’il avait entre les mains.
-C’est pour ça qu’à partir d’aujourd’hui, je vais devenir plus fort ! Et ceci grâce à ça !
En entendant ce que venait dire le jeune homme avec audace, Suzune se mit à pouffer de rire :
-Désoler de te dire ça. S’excusa-t-elle en ne pouvant s’empêcher de rire. Mais est-ce que tu sais exactement ce que tu as entre les mains ?
Après avoir écouté la remarque de sa tutrice, Akaru ne pouvait s’empêcher de se sentir embarrassé par ce qu’il venait de dire sans savoir précisément de quoi il parlé.
-Bien...Bien sûr que je le sais, il s’agit d’un sabre et qui…Qui a un lien avec ma sœur !
-Dis plutôt que tu ne sais pas vraiment ce que tu as entre les mains. Tu sais, ce n’est pas grave si tu ne sais pas.
-Compris… Dit-il d’un air abattu en s’asseyant dans le canapé
-Bien dans ce cas laisse-moi t’expliquer clairement les choses. Ajouta-t-elle en souriant. Tout à l’heure Shin t’avait parlé des Geist, est-ce que tu t’en souviens encore ?
-Oui, c’est des âmes égarée qui n’ont pas sût trouver le repos éternel et qui sont devenue d’abominable monstre, en quelque sorte.
-Mais est-ce que tu savais, qu’il exister aussi un autre type d’âme errante.
-Quoi ? Comment ça ?
-Ces autres âmes errantes sont appelées des Trésors passés. Ils seraient l’incarnation d’une personne morte sous forme d’une relique ou d’un objet. Les individus maîtres de ces objets sont alors appelés des Spiritualiste.
-Ça dire que ?! Ce sabre…
-Oui. Continua-t-elle en pointant le sabre du doigt. En outre Akaru, ce sabre est l’incarnation ou plutôt, je dirais que ce sabre est ta sœur.
-Hein ?!
En apprenant la nouvelle, Akaru paniquer se mit à regardait avec ses yeux écarquillés le sabre qu’il avait entre les mains.
-Tu l’as bien vu non ? Quand tu es rentré en contact avec elle.
- C’est vrais que maintenant que j’y pense, tous colle avec ce que tu as dit. Mais d’ailleurs ! Est-ce que par hasard ça aurait un lien avec ce qui s’est passé tout à l’heure avec le monstre ?
-Tout à fait, durant les premiers moments de sa vie en tant que trésor passé, une âme peut prendre le contrôle de son propriétaire pendant un cours instant. C’est ce qui a dû se passer dans ton cas Akaru.
-Je vois, ça me rassure de me dire que tu as vraiment tenu ta promesse Akane. Souris le garçon en regardant le sabre qu’il avait entre les mains. Et merci à toi Suzune, sans toi j’aurais jamais su tout ça.
-Il y pas de quoi.
Tout à-coups alors que le jeune homme et la femme étaient installés dans le salon, ceux-ci se mirent à entendre la porte d’entrer s’ouvrir. L’instant d’après, Shin venait d’entrer avec trois boîtes de pizzas et d’un sac remplie de boissons et de pots de glaces.
-Désoler Suzune, si j’ai mis un peu plus de temps que prévu. Dit-il en arrivant dans le salon. Tiens, t’es réveillé Akaru, alors tu vas bien ?
-On peut dire ça.
-Super dans ce cas, on peu commencer à manger.
Shin se mit à poser la nourriture sur la table du salon quand soudain, celui-ci reçus un appel provenant du portable qu’il avait dans la poche droite de son pantalon bleu.
-Excusez-moi, j’ai un appel. Dit le jeune homme en montant à l’étage après avoir sortie le téléphone de sa poche. Du coup mangé sans moi.
Suzune et Akaru suivirent ce que venait de dire Shin puis commencèrent à ouvrir les boîtes à pizzas et les boissons.
-Tien, tu ne manges rien Akaru ? Se demanda Suzune en voyant que le jeune homme avait à penne toucher à son repas.
-Oui, pourquoi ça ?
-Tu n’as pas beaucoup mange à ce que je vois.
-Ah désoler, je pensais juste au tas de question que je me pose depuis tout à l’heure.
-Si tu veux, tu peux m’en parler peut être que je connais la réponse.
-Et bien pour commencer, quel genre de relation tu as avec Shin ?
-Shin est mon petit frère.
-Je vois…Attends quoi ?! Ton petit frère !
-Oui, tu n’as pas remarqué ? On a les mêmes yeux et la même couleur de cheveux.
-Maintenant que j’y pense, j’avoue que vous vous ressemblez, mais en regardant ton caractère et le sien, j’ai quand même du mal à le croire…
-C’est parce que tu ne le connais pas encore assez bien, je sais que Shin peu parfois être débile, immature et incompétent, mais tu découvriras bien assez tôt comment il est réellement.
L’avis de Suzune sur la remarque d’Akaru surprit le jeune homme qui était resté bouche-bée pendant quelques secondes.
-Mais d’ailleurs Suzune, tu as dit qu’il était ton frère mais comment ça se fait que j’apprends que maintenant ?
-C’est vrais que je te parle pas beaucoup de ma vie, c’est peut être pour ça que je n’aie pas eux l’occasion de le dire, désoler Akaru.
Du côté de Shin, celui-ci été encore au téléphone dans le couloir à l’étage :
-Oui, oui, compris, je lui tiens au courant, allé à plus tard. Dit-t-il en arrêtant l’appel. Bon sang, comment est-ce que vais leurs annoncer ça ?
Le jeune homme descendit par la suite au rez-de-chaussée, afin de rejoindre Akaru et Suzune qui étaient encore en train de manger.
-Tien, tu es revenue Shin. Ajouta Suzune en le voyant. Qui c’était au téléphone ? Encore l’académie Kanon qui te demande des nouvelles ?
-On peu dire ça…
-L’académie Kanon ? Des nouvelles ? Demanda Akaru perdu dans la conversation. Mais de quoi est-ce que vous parlez ?
-Avant de parlée de l’académie Kanon, il faudrait…
-Attend Shin. Coupa Suzune. Je lui ais déjà parlé des trésors passé, alors tu peux lui expliquer la suite.
-D’accord, je vois.
Shin se tourna ensuite vers Akaru puis répondit à la question du jeune homme :
-L’académie Kanon est une enseigne spécialisée dans les arts occultes et le spiritualisme, notamment en ce qui concerne les trésors passé et les Geist. Elle situe à actuellement à Arcus.
-Arcus ?! S’écria-t-il avec enthousiasme. Tu veux parler de la capitale qu’on surnomme la ville aux mille couleurs !
-Oui, on parle bien de la ville aux mille couleurs mais pour revenir à Kanon, l’académie est plus précisément un lycée dont le but est de former ces élèves à devenir des spiritualistes approuvée.
-je vois.
-Et pour revenir à la discussion au téléphone que j’ai eu avec eux. Dit-il d’un air gêné et hésitant. J’ai parlé de toi et du coup…
-Et du coup ?
-Ils ont décidé que tu allais rejoindre leurs lycées, Akaru demain, tu pars pour Arcus.
-Quoi ?! Mais…Mais c’est quoi ce délire ?! Attend-on parle bien de demain ?
-Désolé, le fait qu’ils ont appris que tu avais acquis un trésor passé a beaucoup jouer.
-Attends ! Attends ! Répéta-t-il sous la panique. Mais les frais de scolarité ? Le logement ?
-T’as pas à t’en faire tout te sera donner.
- Quoi ? Tout ? Se dit-il. Ça sent l’arnaque à plein nez.
- à oui ce propos Akaru, t’as pas le droit de refuser.
-Hein ?! Mais c’est quoi leurs problèmes ?!
-S’ils le font, c'est parce qu'ils ne veulent pas une fuite d'information dans les petites villes, en plus d'avoir de nouveau souffrir dans leurs classes... Enfin bref, c’est pour leurs biens quoi.
-Bon sang. Soupira-t-il en s’allongeant sur dans le canapé. À ce que je vois, j’ai pas le choix, bordel dans quel pétrin je me suis mis.
-On va partir tôt demain, je te conseille d’aller te coucher.
-Compris.


Commentaires

  • Je viens de finir de lire ton chapitre, j'ai quelques petits trucs à dire :

    Je sais que tu dis qu'il y aura des fautes d'orthographe et ce n'est pas grave d'en avoir quelques une (après tout, fallait voir la tronche de mes premiers chapitres x)) mais c'est beaucoup trop. Il y en a pratiquement une à chaque ligne. Attention, loin de moi l'idée de me moquer de toi, ABSOLUMENT pas, mais pour ton prochain chapitre (si tu continues), essaie de passer ton texte dans un correcteur. Oui c'est assez long et il subsistera quelques fautes mais ça corrigera la plus grosse partie et rendra le tout beaucoup plus digeste à lire.

    Fais attention à donner des détails sur l'environnement des personnages, tu en donnes quelques un mais je trouve personnellement que cela ne suffit pas. S'imaginer l'ambiance dans une histoire est toujours plaisant mais c'est assez difficile avec ton texte.

    Voilà, j'avais envie de te faire remarquer ça. J'espère que tu ne le prendras pas mal car ce n'est pas du tout mon but, j'insiste là-dessus. Mais sinon, ton histoire à l'air sympathique.

    À plus, je l'espère ! :)
  • Je tiens à dire que j'apprécie vraiment le retour que tu me fais, même après m'être fait à l'idée que l'histoire été vraiment pourrit mais bon pour les fautes je ferais de mon mieux pour m'améliorer. Mais sinon en ce qui concerne l'histoire c'est plutôt le scénario qui m'inquiète, il l'a l'air peu structuré voir absurde. Donc si des éléments hormis les fautes d'orthographe te blesse, n'hésite pas à m'en faire par ^^
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.