Si vous êtes nouveau sur le forum et que vous souhaitez proposer votre traduction, merci de lire le post d'information

Maou No Hajimekata (18+)

124»

Commentaires

  • Bonsoir,

    Comme vous avez pues le constatez j'ai pris des vacances... Et j'ai surtout bien procrastiné.
    Je ne vous ai abandonné mais j'ai un peu abusé tout de même... Désolé.

    Outre ma témérité d'avoir commençai une nouvelle traduction en plus de celle-ci,
    je voudrais vous informez que je vais mettre a jour cette traduction au dernier chapitre (anglais) disponible avant la rentrée donc je vais mettre en pause la traduction de Yôjo Senki.

    Pendant mon absence la série a été mis à jour et donc il reste à ce jour encore 6 chapitre (avec celui ci-dessous)

    Sur ce, bonne lecture :)


    Chapitre 16 : Punissons les imbéciles partie 2

    « C'est Spina qui fait ça !?

    - C'est le scénario le plus probable.

    - Oh, qu'est-ce que fait cette fille.... »

    Lilu a mis sa main sur sa tête et a soupiré. Elle a immédiatement senti qu'il ne s'agissait pas tant d'une trahison, mais de sa façon de forcer Aur à s'arrêter. Spina avait été inflexible pour empêcher Aur de déclarer la guerre à Lafenice avant qu'elle ne disparaisse.

    « C'est comme si elle essayait de vous empêcher de faire quelque chose de scandaleux, en sortant et en faisant quelque chose de beaucoup plus important. »

    Alors que c'était quelque chose qu'elle était susceptible de faire, c'était excessif de n'importe quel point de vue.

    « Alors, qu'allez-vous faire ?

    - ....J'ai une idée générale du chemin. Nous allons commencer notre assaut. Le seul problème est de savoir comment nous devrions nous occuper de ce slime.... »

    Le slime était très probablement une variante améliorée du slime magique que Spina avait autrefois fabriqué. Il serait très difficile de préparer une grande quantité d'eau dans le labyrinthe où la pluie ne pouvait pas atteindre. Et de toute façon, ils n'avaient aucune confirmation que celui-ci était faible à l'eau comme le dernier.

    « Sommes-nous sûrs que ce n'est pas un slime invincible où rien ne sera efficace ? »

    De tous les gens, Spina trouverait un moyen, dit Lilu de façon inquiétante. Aur secoua la tête.

    « Une telle chose n'est pas possible en principe. Même s'il est bien équilibré, cet équilibre se déforme lorsqu'il mange quelque chose, ce qui l'affaiblit. C'est la base, vous ne pouvez pas créer librement en ignorant cela. Vous devez choisir parmi les options établies. »

    Lilu a bien réfléchi et a ensuite levé le petit doigt lorsqu'une idée l'a frappée.

    « En y repensant, ne serait-il pas plus rapide de demander directement à Spina ?

    - Est-ce que vous parlez avant même de penser..... »

    Soupira Aur. Il n'y avait aucune raison de croire qu'un ennemi qui les avait attaqués donnerait cette information. Cependant, il était vrai que faire face à Spina semblait plus facile que de faire face au slime.

    « Très bien, nous irons dans cette direction générale pour l'instant.

    - Eh, alors pourquoi ai-je été réprimandé ? »

    Aur a abandonné Lilu, qui a une expression insatisfaite et a commencé ses préparatifs pour l'attaque.

    Un assaut d'un donjon à l'autre était un peu différent de la conquête d'un donjon par des aventuriers. Pour un seigneur de donjon, le labyrinthe était comparable à leur propre corps. Ils ont maintenu une conscience générale de ce qui s'est passé à l'intérieur et, à leur tour, ils ont été en mesure de le contrôler de façon générale.

    En d'autres termes, une bataille entre donjons était une lutte pour des territoires. Comme manger dans le corps de l'autre. C'était très différent de la guerre sophistiquée entre États ou même de l'exploration des donjons.

    « Maintenant, en position ! Cassez le mur ! »

    Les chiens de l'enfer tuèrent et dévorèrent les hordes d'orques, et la salle fut éclaboussée de sang et de cervelle alors qu'Aur entrait et dressait une barrière autour d'elle. Les Kobolds et les diablotins attaquaient continuellement la surface des murs avec des pioches, la détruisant en un rien de temps.

    Il n'était pas nécessaire d'errer dans le labyrinthe et de tuer lentement les ennemis. Ils pourraient percer les murs et les planchers et se diriger vers le centre en ligne droite. Telles étaient les batailles entre deux maîtres de donjon.

    Aur a recueilli les cadavres des orcs et a dessiné un carré magique avec leur sang. Le labyrinthe d'Aur était densément couvert de barrières qui interdisaient la téléportation. Mais le labyrinthe de Spina était différent. Elle n'avait que quelques barrières simples, mais leur intensité était faible par rapport à celle d'Aur. S'il dessinait un carré magique et réinitialisait les barrières, il pourrait très facilement créer des carrés de téléportation.

    « Vous défendrez cette zone. »

    Aur a utilisé le carré de téléportation pour appeler plusieurs géants et elfes blancs et les a fait stationner là. Les géants fonctionneraient comme un blocus pour l'ennemi, les elfes appuieraient par derrière avec des volées de flèches. C'était une combinaison bien adaptée à la défense.

    En plaçant les rôles de défense à son dos, il pouvait éviter les attaques en tenailles et les attaques surprises par derrière, en plus de contenir toute autre tentative d'invasion de son donjon.

    « Creusez à travers le mur après ! Nous entrerons dans la veine d'eau ! »

    Une fois que les kobolds avaient détruit le mur jusqu'au sol, la ruée rugissante d'un ruisseau souterrain a été dévoilée. Les mouches géantes n'auraient eu aucun problème à survoler légèrement le courant, mais Aur et sa force ne pouvaient pas en faire autant. Ils devaient faire un détour.... Du moins, Spina était sûre de le penser.

    « Posez la passerelle ! Dépêchez-vous ! »

    Aur avait invoqué un pont monstrueux et ordonné aux géants de le placer sur les rives de la rivière. Le pont avait été construit à la hâte par les nains et était d'une simple construction en bois, mais sa durabilité était garantie. Il n'y avait même pas un bruit de flexion du bois quand les géants, qui étaient plusieurs fois plus grands que les humains, marchaient dessus.

    « Détruisez le mur de la rive opposée ! »

    De l'autre côté du pont, les kobolds et les géants ont commencé à travailler ensemble alors qu'ils balançaient leurs pioches ; le mur s'est effondré en un rien de temps. Et dans le même instant, les cris de mort résonnaient dans les tunnels.

    « Qu'est-ce que.... !? »

    De gigantesques rochers assez gros pour remplir les sentiers ont commencé à rouler, écrasant les kobolds et avalant les géants. Un piège à sphère.... C'était un piège des plus diabolique, il avait une capacité de destruction excessive qui le rendait difficile à utiliser.

    « L'imbécile, de l'installer dans un endroit comme celui-ci... Non, c'était peut-être parce que c'était un endroit comme celui-ci. »

    Spina connaissait bien la personnalité et les schémas d'action d'Aur. Cet endroit ne pouvait pas être traversé par des méthodes conventionnelles. Et c'est pour cette raison que Spina avait prévu qu'Aur passerait par ici, et qu'elle avait donc posé un piège.

    « Après cela, je pense qu'on peut supposer sans risque de se tromper qu'elle aurait anticipé toutes les autres routes. »

    Aur a dessiné une carte du labyrinthe de Spina dans son esprit. En y repensant, tous les itinéraires qu'il avait pensé utiliser pour la surprendre semblaient maintenant discutables. Trop d'entre eux ont rendu difficile la mise en place de gardes. Aur avait considéré ces ouvertures comme de simples ouvertures, mais elles étaient plus susceptibles d'être des pièges. Elle avait sûrement installé des dispositifs brutaux dans la zone au lieu d'envoyer des gardes. Même ainsi, faire une attaque frontale pourrait difficilement être considéré comme une bonne stratégie. L'ennemi avait des hordes de monstres.

    Même si l'on s'attendait à ce qu'ils soient faibles en tant qu'individus, ils avaient un avantage géographique. Pour illustrer, si une pluie de flèches se détachait d'une plate-forme surélevée, le côté d'Aur ne pourrait rien faire d'autre que subir l'attaque unilatérale. Si cela se produisait, la perte serait énorme, même s'il n'était pas vaincu.

    « ....Eh bien, je vais vous montrer alors. Spina, voici une stratégie dont vous n'avez jamais été témoin. »


    _____________________________________________________________________________________________________

    Aur a finalement atteint la partie la plus profonde du labyrinthe de Spina. Le slime géant remplissait toute la pièce, battant fort comme un cœur vivant.

    « Brisez les motifs sur les murs ! »

    Aur a ordonné aux kobolds et ils ont commencé à détruire les murs du tunnel qui mène à la salle du slime. L'énergie magique était transportée au centre du labyrinthe à travers les motifs sur les murs. S'ils détruisaient tout ce qui entourait la pièce, cela stopperait la plus grande partie de la magie du slime.

    Si cela se produisait, le labyrinthe ne pourrait pas se maintenir, le slime ne pourrait pas se développer davantage.

    « Sors, Spina ! Nous avons coupé vos réserves de magie. Vous avez perdu. »

    Cria Aur dans le vide. Où qu'elle soit, elle surveillerait cette pièce, le cœur du labyrinthe.

    « ....Bien joué, maître. »

    La surface du slime tremblait et se déformait, une paire de bras sortis. Ensuite suivit un visage pâle, et Spina sortit lentement de l'intérieur de la forme de vie mucoide. Laissant son corps nu généreusement exposé, elle s'inclina lentement devant Aur.

    « Vraiment, je ne m'attendais pas à ce que vous arriviez si vite ici.

    - Je ne vous les avais pas encore montrées. Des tactiques comme celles-ci. ...Eh bien, on peut difficilement les appeler tactiques. »

    Aur a fait demi-tour et a indiqué vers le fond du passage.

    Ce qui se trouvait au-delà était une salle bien excavée qui avait juste assez de piliers pour garder la structure en bon état et il y avait des géants, des lutins et des kobolds brandissant des pioches.

    « Ce n'était rien. Une question de quantité écrasante utilisée à pleine puissance. »

    En fin de compte, les pièges n'étaient efficaces que lorsqu'ils étaient utilisés dans des espaces étroits comme les tunnels et les petites pièces. Comme il avait tout simplement tout détruit et tout renversé, il n'était pas facile de le qualifier de mesure stratégique. Mais s'il avait utilisé toute sa force de combat pour atteindre ce but, ses capacités défensives auraient chuté, augmentant le danger. Trouver cet équilibre précaire pourrait être considéré comme une partie de l'ingéniosité.

    « .....Plus important encore, à quoi vous jouez ? »

    Spina a clairement souri en répondant à la question d'Aur.

    « Je me préparais à vous accueillir. ....Toi et moi, on peut vivre dans ce labyrinthe ensemble.

    - Tu n'aurais pas dû t'embêter. Dépêche-toi de t'occuper du slime. ....Nous rentrons à la maison.

    - Je ne peux pas faire ça. »

    Comme si en réponse aux paroles de Spina, le slime a commencé à bouger et à trembler, elle a bloqué le passage de sortie, comme si elle l'entourait. Aur ne comprenait pas comment elle contrôlait le slime, qui n'avait ni intelligence ni volonté.

    « Vous voulez dire que je dois le faire..... Même par la force ? »

    Même en voyant cela, Aur n'a pas paniqué en posant la question. Il ne se permettait pas de s'étonner davantage des capacités de cette fille.

    « Non. Je ne m'inquiète que de votre bien-être. »

    Spina s'approcha d'Aur et porta lentement une main sur sa joue. Sa main était d'une froideur choquante, une sensation plus froide que le labyrinthe souterrain qui était déjà froid.

    « ....Vous semblez être sérieuse. »

    Quand je pense que j'ai un apprenti si peu naturel, Aur soupire. Si Spina s'était rebellé contre Aur en tant qu'ennemi, il pouvait l'arrêter avec la malédiction qu'il avait précédemment lancée. Mais Spina avait été poussé à l'action par un véritable souci, celui de protéger Aur.

    « Mais je ne peux pas faire ce que vous voulez. Enlevez le slime, Spina. Dépêchez-vous et..... »

    Il a ordonné, avec un sort. Mais l'ordre n'a eu aucun effet sur Spina.

    « Que... Tu...! »

    Ce n'est pas parce que la magie n'a pas eu d'effet sur elle.

    C'est parce qu'il comprenait le prix qu'elle avait payé pour cela.

    « Espèce d'idiote.... toi, tu comprends ce que tu as fait !?

    - Oui, je comprends. Mais même ainsi, il n'y avait rien d'autre que je pouvais faire pour vous égaler....pour être à côté de vous. Et ainsi, je ne considère pas mes actions comme stupides. »

    Spina embrassa lentement Aur. La moitié inférieure de son corps était déjà enveloppée par le slime. Et le slime était relié à la moitié inférieure du corps de Spina.

    Non.

    La moitié inférieure de Spina se changeait en slime. Les extrémités s'allongent, se connectant au slime géant et pulsant qui était le cœur du donjon. Il était évident maintenant, pourquoi elle était capable de contrôler librement un slime qui n'avait pas d'intelligence.

    Parce qu'elle était elle-même devenue un slime.

    « Maître, n'avez-vous pas vous-même abandonné votre propre humanité.... ? Maintenant, au fond de ce labyrinthe, aimons-nous les uns les autres dans l'éternité ... »

    Le corps de Spina avalait rapidement le corps d'Aur. Bien qu'elle n'ait pas dissous sa chair, elle l'a privé de magie et l'a empêché de bouger.

    « …. Neris Bia Spina »

    Juste au moment où son corps était presque complètement immergé, Aur parlait avec la bouche qui était la seule partie de lui qui était encore exposée. Il l'a appelée par son nom.

    À ce moment-là, Spina a instantanément cessé de croître.

    « Relâchez-moi »

    Et avec ces mots, le corps d'Aur s'est séparé de celui de Spina.

    « Non..... »

    Même en état de choc, son corps s'est éloigné de celui d'Aur, même les slimes environnants se sont éloignées. Peu importe combien elle essayait, elle ne pouvait pas se battre contre ça, elle ne pouvait pas arrêter ses propres mouvements.

    « Il y a une chose que je ne t'avais jamais apprise. »

    Dit Aur pendant qu'il reprenait son souffle et envoyait de la magie à travers ses membres affaiblis.

    « Un sorcier ne peut jamais aller à l'encontre du professeur qui les a nommés. Peu importe que vous puissiez annuler la magie ou la transformer en quelque chose d'inhumain, rien de tout cela n'a d'importance. Votre nom est votre existence même. C'est l'équivalent de l'âme après tout. »

    Sans bruit, une larme a coulé sur la joue de Spina.

    « ....Ne pleure pas. Je comprends vos préoccupations et je les accepte. Dépêchons-nous de partir.

    - ....pleurer ? »

    Spina amena lentement une main sur sa propre joue et vit qu'il y avait des larmes.

    Et puis sa bouche s'est transformée en un sourire.

    « Ce ne sont pas des larmes de tristesse. Ce sont des larmes de joie. Parce que j'ai enfin....

    - !? »

    Les mouvements d'Aur se sont arrêtés. Il ne pouvait pas bouger son corps du tout, comme Spina n'avait pas pu le faire il y a un instant.

    « Devenu votre égal. »

    Non, la vérité était que c'était exactement comme Spina l'avait été il y a un instant.

    « Est-ce que c'est.... de la magie d'imitation.... ! »
  • Bonsoir,

    Je me pose des questions au niveau de la traduction, sur le problème du possessif, il y a des moments dans le texte surtout lors des scènes érotiques où la description fait référence à des partie du corps d'un personnage puis d'un autre dans la même phrase sans pour autant marquer à qui elle est possédait.

    Du coup il faut bien lire la phrase pour comprendre le possessif et je me demandais si on pouvais sans trop changer le contenue, rendre plus lisible ce genre de scène.

    Bref, sur ce, bonne lecture :)

    ATTENTION AUX PERSONNES DE -18 ANS : ce chapitre contient des thèmes ou des scènes qui ne conviennent pas aux jeunes lecteurs, donc lisez seulement au-delà de ce point si vous avez 18 ans ou plus.

    VOUS ETES AVERTIES.

    ____________________________________________________________________________________________________


    Chapitre 16 : Punissons les imbéciles partie 3

    La sorcellerie.
    C'était un vestige d'une époque où tous les arts mystiques qui utilisaient des pouvoirs surnaturels étaient appelés magie.

    La sorcellerie, la thaumaturgie (NdT : domaine religieux, le fait de faire des miracles), les sentiers du mal, les miracles. Ceux qui avaient beaucoup de noms ont été étudiés et catégorisés par de nombreux sorciers et résumés en un seul enseignement connu sous le nom de sorcellerie. Et toutes les anciennes méthodes qui existaient auparavant étaient maintenant considérées comme des arts peu pratiques, vulgaires et ont été rapidement oubliées.

    _______________________________________________________________________________________________________

    Mais même ainsi, il y avait des arts profondément enracinés qui restaient parmi les populations civiles. La sorcellerie.

    Elle était considérablement moins efficace que les autres formes de magie, ses applications étaient très limitées et elle était difficile à utiliser. Mais il y avait une raison pour laquelle elle a survécu parmi les gens et non parmi les sorciers.

    Et c'était qu'il était facile de le ressentir à travers les sens.

    La sorcellerie est, pour le dire simplement, un terme général pour la Magie qui est pertinente.

    Les choses similaires se rejoignent. Les choses qui étaient les mêmes sont liées.
    Si vous voulez de la pluie, vous l'imiteriez en éclaboussant de l'eau sur le sol pour appeler la pluie.
    Si vous vouliez tuer quelqu'un, vous mettiez son ongle ou ses cheveux dans une poupée et vous y enfonciez un pieu.

    Bien sûr, si quelqu'un qui n'était même pas un sorcier faisait une telle chose, il y aurait très peu de chances qu'il atteigne l'effet désiré. Mais les gens croiraient qu'il détenait le pouvoir, et que cette croyance se combinerait en un pouvoir en soi, qui était utilisé par les sorcières.

    Parmi eux, ce qu'on appelle la magie d'imitation utilise la relation de choses similaires ayant des propriétés similaires.

    Et maintenant.

    Spina avait renforcé sa relation avec Aur en expérimentant la coercition déraisonnable d'un maître qui était la racine de l'être d'Aur.

    Maître et étudiant, étudiant et maître. Leur relation était devenue obscure, Spina l'avait utilisé pour jeter un sort à Aur.

    Alors que la sorcellerie était inefficace et manquait d'efficacité, Spina elle-même avait d'immenses quantités de mana stockées en elle. Et contrairement à Aur, qui stockait son énergie magique dans un objet extérieur connu sous le nom de cœur de donjon, Spina avait tout stocké à l'intérieur d'elle-même. Et avec la force de cette immense source d'énergie, elle avait complètement empêché Aur de bouger.

    « Maître....oh, maître.... Je vous admire..... »

    Spina tournait et pivotait, puis se séparait en deux. Comme elle était maintenant devenue une créature qui existait entre un slime et un humain, elle pouvait se déplacer librement entre sa forme gluante et sa forme humaine. De plus, elle était capable de séparer son corps en de multiples formes.

    Contrairement aux substituts d'Aur, ils étaient tous les vrais Spina, ils avaient chacun une intelligence indépendante et une volonté commune. Une fois que Spina avait arraché les vêtements d'Aur, elle s'est mise à faire des clapotements amoureux à son membre. Au même moment, l'autre Spina a gentiment jeté ses bras autour des épaules d'Aur et a sucé ses lèvres.

    Derrière elle, une foule de Spinas sortait de la surface du slime. Nus, elles ont piégées Aur en caressant son corps. Avant qu'il ne s'en rende compte, Aur était entouré de Spinas nus.

    La bouche d'Aur était comblée par la langue humide de Spina, il ne pouvait même pas émettre un son. Aur a essayé d'abandonner le substitut et de retourner dans son corps, mais il n'a pas pu. Il faudrait qu'il ait accès à un petit bassin de magie pour quitter ce corps. Mais dès que Spina sentit ses tentatives de faire de la magie, elle aspirait tout.

    Son âme reviendrait naturellement à son corps d'origine si le substitut était détruit. Mais Spina n'était pas susceptible de le faire. Elle n'avait l'intention que de passer l'éternité avec lui.

    « Aimons nous pour l'éternité.... Maître. »

    Spina poussa Aur sur son dos et s'abaissa lentement sur sa queue.

    « Ahhhh..... »

    Spina a poussé un cri quand Aur a rempli son utérus. La sensation n'était pas celle d'un slime, il n'y avait pas de changement par rapport à l'époque où elle avait été humaine. La seule différence était que cette fois, elle s'était multipliée plusieurs fois.

    « Je vous servirai, maître. »

    Tandis que Spina tenait Aur à l'intérieur de son utérus, elle a soulevé son corps juste un peu. La tête d'une autre Spina est entrée par le côté et a commencé à lécher les parties du manche qui étaient à l'extérieur du corps de Spina. Et encore une autre Spina vint et commença lentement à lécher les sacs remplis de sperme. Sur le côté, deux Spina pressaient les bras d'Aur entre leurs seins, elles suçaient ses doigts comme s'ils étaient sa bite, en esquissant soigneusement leurs langues, elles lui faisaient plaisir avec leurs bouches.

    La bouche d'Aur était complètement scellée par les lèvres de Spina, même sa langue était emmêlée avec celle de Spina comme si on lui donnait l'intérieur de sa bouche. Son corps était soutenu par les mains d'une autre Spina, dont les seins étaient fortement pressés sur lui.

    Dans cet enfer céleste, Aur a sans cesse déchargé sa semence. Normalement, il était capable de contrôler complètement ses éjaculations, mais le flux de la magie de Spina l'empêchait, et il ne pouvait rien faire.

    « Ahhhh....maître.... ! »

    Avec de faibles voix, les Spinas émettent tous des soupirs ravis à l'unisson. Chacune avait sa propre capacité de penser, mais ses sens étaient partagés, elles pouvaient unir leurs volontées. Elles ne se battraient jamais entre elles, elles existaient toutes pour l'existence connue sous le nom de Spina.

    « Je serai toujours....toujours à vos côtés, maître. »

    Spina descendit d'Aur et, amenant son visage vers son entrejambe, commença à le nettoyer avec sa langue. Trois Spinas ont serré leur tête autour du pénis d'Aur pour l'entretenir, les autres Spinas ont nettoyé ses bras, pieds, poitrine, chaque partie de son corps avec leurs langues.

    « Je ne te demanderai pas de m'aimer seul. Mais s'il vous plaît, permettez-moi d'être toujours....toujours à vos côtés. »

    Lorsque le membre d'Aur a commencé à se relever une fois de plus, Spina l'a mis à l'intérieur de son vagin et a permis à son corps de reposer sur sa poitrine. Et comme ça, sa forme a commencé à s'estomper, elle a lentement enveloppé le corps d'Aur. Tout son corps avait fondu, et un brouillard commençait à tomber dans la conscience d'Aur, il éprouvait un plaisir comme celui de ne faire qu'un avec le corps de Spina.

    « Arrête ça, Spina. »

    Une voix très familière résonnait dans ses oreilles. Dans la conscience d'Aur, sa forme apparut dans sa vision, c'était son familier le plus fidèle....Lilu.
  • septembre 2018 modifié
    Bonsoir,

    Tel un requin, je continue à posté les chapitres la nuit...

    Sur ce, Bonne lecture :)


    Chapitre 16 : Punissons les imbéciles partie 4

    Elle a dû venir en vitesse pour sauver Aur. Le corps de Lilu était couvert de blessures, l'une de ses ailes était cassée, ses épaules se soulevaient à chaque respiration grossière.

    Les Spinas la regardaient avec des expressions effrayantes.

    « ....Ne nous dérange pas, espèce de pathétique familier. Le maître restera avec moi pour toujours. Nous n'avons pas besoin de vous. Disparais de notre vue. »

    Pathétique familier. Lilu ressentit une étrange sensation lorsque Spina prononça ces mots avec un éclat glacial. Spina avait toujours construit des murs entre elle et les autres, elle n'avait pas essayé de communier avec quelqu'un d'autre qu'Aur. Bien que Lilu ait eu des conversations avec elle, Spina ne l'avait jamais appelée par son nom.

    Mais même ainsi, Lilu avait eu le sentiment qu'une sorte de confiance existait entre eux. Du moins, elle n'avait pas l'impression que leur relation était du genre à justifier des mots aussi dédaigneux que, pathétique et familier pour elle.

    « Ce ne sera pas le cas ! Aur est....à moi ! C'est mon maître ! »

    Les mains de Lilu s'étendirent et essayèrent d'attraper Aur. Mais dès qu'elles ont touchées le corps de Spina, elles ont disparu comme si elles se dissolvaient.

    « … ! »

    Dans la panique, Lilu a retiré le bras qui était maintenant coupé au niveau du coude.

    « Mon corps va dissoudre toute l'énergie magique et l'absorber. Il n'y a rien qu'un démon comme toi ne puisse faire. je le dirai une dernière fois. Va-t'en. »

    C'était la plus grande concession que Spina pouvait faire.
    Ce n'était pas comme si elle ne ressentait absolument aucune amitié entre elle et Lilu ou Yunis. Si quoi que ce soit, elles étaient les quelques personnes dans ce monde en qui elle pouvait avoir confiance, elle avait le même sentiment de respect envers elles.

    Ce qui l'avait rendue craintive plus que toute autre chose, c'était la mort de Yunis.

    Spina, qui n'avait aucune aptitude au combat, avait beaucoup admiré la force de Yuni et avait une confiance inébranlable en elle, même si elle n'a jamais exprimé ces sentiments en mots.

    Pourtant, même quelqu'un comme Yunis est mort si facilement. Et si c'était possible, Aur ne devrait pas être différent. Lui aussi pourrait un jour perdre la vie. Imaginer cela l'avait rendue folle de peur.

    « Non, je ne le ferai jamais. Je ne peux pas le laisser partir non plus. »

    La main gauche de Lilu a glissé le long de son bras droit sectionné. La souche a commencé à briller d'un jaune brunâtre, son bras a commencé à se régénérer lentement.

    « Je suis désolé Aur, j'ai promis de n'utiliser qu'un dixième.... Mais je dois prendre plus de ta magie ! »

    Un tourbillon de magie de couleur ambre entourait Lilu comme une chaîne, ses blessures se guérissaient lentement et son aile cassée revenait à la normale. Comme ses ailes s'étendaient largement, elle a chargé vers l'avant dans Spina avec autant de vitesse qu'elle pouvait réunir.

    « C'est inutile.... Vous ne comprenez pas ! »

    Sur le nombre incalculable de Spinas, deux d'entre eux sont sortis et ont arrêté Lilu, saisissant à la fois ses jambes et ses bras. En un instant, Lilu n'était rien de plus qu'un corps et une tête ; elle a roulé sur le sol.

    « Tout votre corps est une masse d'énergie magique. Vous ne pouvez pas me battre quoi que vous fassiez. Et.....

    - Et alors quoi ? Abandonneriez-vous Aur, si vous ne pouviez rien faire pour lui ? »

    Le corps de Spina a soudainement tremblé lorsque Lilu a crié.

    « Pourquoi, pourquoi allez-vous si loin ?

    - Je ne sais pas, comment le saurais-je ! Je vais te dire quelque chose, je.... ! »

    Lilu a régénéré ses membres une fois de plus, au milieu de ses émotions bouillonnantes, un côté plus calme de sa pensée :

    Ohh, c'est la deuxième fois. Vraiment, le maître et l'élève sont les plus exaspérants.

    « Je suis furieuse !!! »

    Click. Une sensation semblable au clic d'un interrupteur résonnait dans la tête de Lilu.

    Elle a encore une fois regénéré son bras droit dans Spina et a tendu sa main vers Aur. Comme prévu, le bras à l'intérieur de Spina a commencé à se dissoudre, mais Lilu a forcé la magie à travers son bras et l'a régénérée.

    « Toi, tu es folle.... ! »

    Comme Spina absorbait instantanément la magie, Lilu l'égalait en régénérant le bras avec une vitesse féroce. C'était une vitesse impossible. Même en tenant compte du fait que les démons ont une structure moins complexe que les humains, il faudrait généralement beaucoup plus de temps pour reconstruire un corps comme celui-ci. À tout le moins, ce n'était pas quelque chose qui pouvait être fait immédiatement.
    Elle devait avoir des compétences avancées et complexes de manipulation magique pour y parvenir.

    ...comme Aur par exemple

    « Impossible, comment une simple succube pourrait-elle avoir de telles compétences.... ! »

    La régénération du bras de Lilu a commencé à prendre de la vitesse. Et malgré le fait que son bras ait été enfoncé dans Spina, la zone traversée par son coude était restée obstinément. Et maintenant, cette vitesse commençait à dépasser la capacité de Spina à l'absorber. Et au milieu du conflit entre la dissolution et la régénération, le bras de Lilu s'est rapproché de plus en plus près d'Aur.

    « Juste, un petit peu.... ! »

    D'abord, ses ailes ont disparu. Puis ce fut sa jambe gauche, son bras gauche, sa jambe droite et le reste du corps de Lilu commença à se détruire. Elle n'avait plus de magie, elle utilisait maintenant les parties restantes de son corps pour nourrir la régénération de son bras.

    « Lilu ! S'il vous plaît, abandonnez !

    - ....Tu m'as finalement appelé par mon nom. »

    Lilu sourit avec ce qui restait de son visage, elle saisit Aur avec son bras droit. Et alors qu'elle sortait son corps, ce bras droit aussi, s'est dissous et il ne restait plus que son visage.

    La tête de Lilu est tombée par terre. Sans réfléchir, Spina est retournée à sa forme humaine et a tenu la tête dans ses bras.

    Et avec toute sa force restante, Lilu a enterré ses crocs dans le poignet de Spina.

    « … !? »

    En un instant, Lilu a drainé la magie de Spina et régénéré tout son corps une fois de plus.

    « Je le savais. Il en restait encore beaucoup. »

    Lilu s'est retournée comme si elle inspectait l'état de son nouveau corps, elle a souri joyeusement.

    « La magie d'Aur, qui est entrée dans ton estomac. »

    Contrairement à Lilu qui avait un type de magie similaire, il n'y avait aucun intérêt à ce que Spina garde la magie qui a été combinée avec la semence d'Aur. Si elle n'en faisait rien, cela serait absorbé comme faisant partie de sa propre magie.

    Mais Spina l'aurait sûrement gardé. C'est ce que Lilu croyait, et elle était capable d'utiliser sa propre magie jusqu'à ses limites, sans hésitation.

    « Maintenant, êtes-vous satisfaite ? Rentrons à la maison.

    - ....je ne peux pas. »

    Spina a levé les deux mains et les a tenues sur ses joues.

    « Parce que....j'ai fait une telle chose...le Jizo va me haïr..... »

    Et puis elle s'est mise à pleurer comme une petite fille.

    Lilu a regardé cela avec un silence stupéfiant, elle a finalement soupiré et a forcé un sourire. Après avoir mené à bien un plan aussi scandaleux, elle pleurait maintenant comme un enfant à cause d'une telle chose. Vraiment, c'était une fille très gênante.

    « Arrête de pleurer, ça ne correspond pas à ton personnage. Tu vois.... Je vais faire quelque chose à ce sujet. Tu comprends ? »

    Lilu a tapoté Spina sur la tête et l'a réconfortée avec un ton approprié pour un enfant.

    Elle a légèrement tapoté la tête pendant que Spina hochait la tête et a essayé d'arrêter de pleurer même si elle était prise par le hoquet. Elle s'est approchée d'Aur. Privé de toute magie, il semblait maintenant inconscient.

    En regardant le dos de Lilu, Spina a senti que quelque chose d'étrange. Qu'est-ce qu'elle voulait dire par je vais faire quelque chose à ce sujet ? D'habitude, elle aurait dit quelque chose comme je m'excuserai auprès de vous. Mais lui dire en toute confiance que je vais faire quelque chose semblait très étrange.

    Lilu prit une grande respiration et cria haut et fort.

    « Ein Sof Aur ! Réveillez-vous ! »

    Avec des mots pleins de pouvoir magique, le corps d'Aur frissonnait et ses yeux s'ouvrirent.

    « La....Lilu.... ? »

    Aur cligna des yeux, ne pouvant pas comprendre ce qui s'était passé, Lilu sourit vivement et leva la main.

    Et en un clin d'œil, la main a basculé vers le bas et a giflé le côté du visage d'Aur avec une grande force.
    Spina ne pouvait que se faire minuscule devant ce bruit fort et satisfaisant.
  • Chapitre 16 : Punissons les imbéciles partie 5 (et fin)

    « ...Wha... »

    Les yeux d'Aur continuèrent à cligner après la dure gifle. Une empreinte de main rouge s'est affichée sur sa joue.
    Lilu, qui n'aurait pas dû être capable de lui faire du mal, venait de le frapper, et le visage dur de Spina pleurait fortement. Lilu souriait maintenant, il n'avait aucune idée pourquoi elle avait été émue par une colère sans précédent il y a un instant.

    Et surtout, il venait d'être réveillé par l'utilisation de son vrai nom. Il ne s'agissait pas de savoir si quelqu'un le savait ou non. Mais il n'aurait pas dû rester dans ce monde qui puisse le faire.

    « C'est parce que tu n'étais pas assez fort, que Spina est devenue folle par souci pour toi ! Vous êtes censé être notre maître, vous devez jouer le rôle et vous comporter avec aisance comme si vous étiez invincible ! »

    Aur était à court de mots lors de cette explosion ridicule. Lilu l'a reformulé pour qu'il puisse comprendre.

    « Tu vas la récupérer ? Yunis.

    - ...Oui. »

    Tandis qu'Aur acquiesçait fermement, Lilu posa les deux mains sur ses hanches et fit un signe de tête en arrière, « Très bien ! »
    Il y avait quelque chose de terriblement nostalgique dans ce geste envers Aur.

    « ... Tu....es-tu....Raz.... ? »

    Demanda Aur, regardant profondément le visage de Lilu. Il y avait quelque chose dans son expression qui semblait à la fois différente et exactement la même.

    « ...Aur, votre mauvaise habitude d'utiliser trop de magie, cela n'a pas beaucoup changé. »

    Lilu rit malicieusement, elle donna sa main à Aur et l'aida à se lever.

    « L'invocation des démons. C'est un peu comme la pêche. Depuis le monde des démons, nous pouvons voir la race invoquée et la quantité de magie utilisée. Les démons peuvent le voir, ce sorcier a l'air prometteur, celui-ci ne sert à rien, disent-ils en choisissant de prendre l'appât ou de l'ignorer. »

    Lilu a gloussé en se souvenant des événements d'il y a un an.

    « Aur, vous aviez utilisé un degré de magie habituellement réservé aux démons de haut rang, juste pour invoquer une succube. Il a eu l'effet contraire et tout le monde est devenu prudent et n'a pas voulu mordre. ...Mais pour moi, il y avait quelque chose de très nostalgique à propos de votre magie de couleur ambre. »

    Lilu posa ses mains sur les deux joues d'Aur et le regarda dans les yeux.

    « Je m'en suis souvenu après m'être fait aspirer toute ma magie et m'être régénéré avec ta magie. Radix Fullman, qui avait trahi son élève et offert sa propre âme au diable, elle était devenue...une succube dans le monde des démons. »

    C'était quelque chose que l'on pouvait considérer comme une coïncidence et qui était pourtant inévitable. Raz avait pris Aur comme un étudiant car il tenait une magie très semblable à la sienne, Lilu avait été attirée par une magie dont les propriétés se sentaient similaires et est devenue le familier d'Aur.

    « Mais même ainsi, je ne suis pas Raz. La plupart des souvenirs de Raz me sont revenus, mais je suis toujours moi. Votre familier, Lilushana.

    - ....Je vois. »

    Répondit Aur simplement. Ce n'était pas qu'il était encore hanté par sa mort. Mais il sentait quelque chose, c'était comme si la chose qui bloquait un chemin dans son cœur commençait à fondre lentement.

    « Eh bien, Raz était une femme lucide, calme et mature. Même si vous lui ressemblez, vos personnalités ne se ressemblent en rien.

    - Hmph, c'est impoli ! Elle en avait peut-être l'air, mais elle s'est beaucoup tendue, cette femme ! Elle a peut-être eu l'air cool devant son élève, mais à l'intérieur, elle était souvent secouée, vous voyez ?

    - Arrêtez ça maintenant, ne ternissez pas mes souvenirs. »

    Comme Aur et Lilu commencèrent à argumenter, une expression de chaleur absente depuis longtemps apparut sur le visage d'Aur. Et puis il regarda Spina qui le fixa d'un regard maladroit, et sans un mot, se mit à marcher devant lui.

    Sa main se serra dans un poing dur, qu'il fit tomber au-dessus de la tête de Spina.

    « On rentre à la maison, Lilu, Spina.

    - Ouiii.

    - ….Oui »

    Spina hocha joyeusement la tête, même si elle tenait sa tête des deux mains et avait les yeux en larmes.

    « Sophie ! … ? »

    Après leur retour au labyrinthe d'Aur, Mary vit Spina qui s'approchait et courut vers elle avec un sourire qui allait d'oreille à oreille. Mais à mi-chemin, ses pieds se sont arrêtés. Elle a regardé Spina avec une expression suspecte.

    Peut-être avait-elle senti que Spina n'était plus aussi humaine qu'elle l'était autrefois.

    « Es-tu.... vraiment Sophie ? »

    Tandis que Lilu s'avançait pour expliquer, Mary demanda d'une voix pleine de suspicion.

    « Vos seins sont plus gros qu'avant. »

    Smack.

    L'expression de Spina s'est figée avec une force qui pouvait presque émettre un son.

    « Qu'est-ce que tu dis ? Je n'ai pas changé du tout.....

    - Mensonges. Ils sont définitivement plus grands ! »

    Aur regarda instinctivement les seins de Spina. Mais il était difficile de distinguer la taille car ils étaient couverts par ses vêtements.

    « Ils ont dû grossir pendant mon absence. Ce n'est pas une chose étrange du tout.....

    - Cela n'arriverait pas. Ils n'ont pas changé pendant une année entière. Ça ne va pas changer maintenant.

    - ...alors, vous avez utilisé votre capacité à vous transformer en slime....Je suppose.

    - Ahh, je suis sûr qu'elle peut au moins changer sa morphologie comme elle le souhaite. »

    Aur et Lilu hochèrent la tête en signe de satisfaction tandis que Mary continuait obstinément. En entendant cela, l'expression de Lilu a dépassé son état congelé et est devenue quelque chose de plus fou.

    « Ah, c'est Sophie. »

    Dit Mary avec joie en voyant cette expression.

    « Jusqu'à quel point allez-vous m'humilier avant d'être satisfait ? Mary ! »

    En un instant, Spina a transformé tout son corps en slime et ses tentacules ont jailli comme des flèches. Mary a crié à tue-tête et les a facilement esquivés. Il est apparu que pour elle, ce qui lui semblait anormal pour Spina, c'était l'attitude louable et de plus gros seins seuls, la transformation en slime était traitée comme quelque chose d'ordinaire.

    « Aur »

    Dit Lilu en regardant la scène qui réchauffe le cœur.

    « Raz. Elle était heureuse jusqu'à la fin.

    - ... Est-ce que c'est le cas. »

    Pour Aur, ces mots n'avaient pas beaucoup de sens. C'est quelque chose qui s'est produit il y a soixante-dix ans. Le temps qu'il a passé avec Raz commençait à s'estomper dans son esprit, devenant un souvenir important, mais lointain.

    Aur regarda au loin et dit :

    « Je le ferai.....

    - Eh ? »

    Lilu avait manqué ce qu'Aur avait chuchoté et se tourna vers lui.

    « J'ai dit, toi aussi.

    - ....Oui ! »

    Lilu hocha la tête, et un sourire assez vif pour faire fleurir les fleurs apparut sur son visage.
  • Bonsoir,

    Nouveau chapitre qui sera fort intéressant... Il semble qu'une future victime de la perversion d'Aur est apparue...

    Sur ce, bonne lecture :)


    Chapitre 17 : Puisons notre salut vers le ciel partie 1

    L'Etat religieux Lafenice.
    Ce qui se dresse au plus profond du cœur de la capitale n'est pas un palais, mais le QG qui règne sur toutes les églises du continent. Melisande Grand Temple.

    Au plus profond du temple, Sainte Meria priait tous les jours pour une bonne moisson et pour la paix. On la voyait rarement à l'extérieur de ces murs. Au lieu de cela, un groupe connu sous le nom du conseil s'occupait des affaires de la gouvernance, il n'y avait pas un seul chef avec une autorité totale. Chaque politique proposée a toujours été décidée par un vote majoritaire du conseil.

    S'il y avait des alliances, de la corruption et de l'illégalité, elle serait découverte par la sainte elle-même, et cette personne serait alors remplacée. C'était le Saint seul qui avait le pouvoir de décider qui siégerait au conseil, et cette décision serait dérivée d'un message divin.

    En d'autres termes, bien qu'indirect, c'était un pays gouverné par Dieu. C'était ce qu'est Lafenice, l'État religieux.

    Bien que Sainte Meria soit connue et adorée dans tout le pays, elle n'occupe que rarement le devant de la scène. Les seules exceptions étaient les changements de membres du conseil et les cérémonies de bonnes récoltes qui avaient lieu plusieurs fois par an, ainsi que la cérémonie décennale (qui dure 10 ans) pour le remplacement de la Sainte elle-même.

    Cela serait vrai même lors d'attaques ou de visites de personnes de l'extérieur. Dans les deux cas, une personne du conseil les accueillerait en tant que représentant du Saint.

    Juste lorsque ces changements de membres du conseil se produirait, ce n'était pas prédéterminé, et comme ils avaient lieu à l'intérieur des murs du Temple, ils ne seraient pas vus par le public.

    Le seul événement qui avait une date fixe où les civils pouvaient voir la Sainte de leurs propres yeux était le jour de la cérémonie annuelle de la moisson.

    La Sainte revêtait la robe du temple et dansait la danse de la bonne moisson sur le dessus de l'autel devant le Temple. Ce n'était pas un simple rituel, c'était rempli de force, qui était la puissance de Dieu. Lafenice recevrait la bénédiction d'une bonne récolte par cette cérémonie, et ils ont toujours eu des récoltes abondantes.

    Les gens recevraient cette protection et travailleraient leurs champs, bâtiraient leur fortune et l'offriraient au saint et à leur pays. C'est la raison pour laquelle Lafenice a pris de l'importance sur le continent.

    Et encore une fois, ce jour de l'année est arrivé.

    La cérémonie de la moisson a été un grand événement qui a duré toute la journée. Les environs du Temple étaient gardés par des chevaliers sacrés qui portaient une armure bleue et argentée. Ils protégeaient la Sainte de la foule pressante de citoyens et de personnes imprudentes.

    La ville regorgeait de voyageurs qui venaient contempler la Sainte, les hommes étaient stupéfaits par sa beauté, les femmes se souvenaient de leurs rêves passés. Le prochain saint serait choisi par les oracles du temple. Il y avait beaucoup d'églises dans le monde, et il y avait beaucoup de moines, mais il n'y en avait que très peu qui pouvaient devenir oracles.

    Et il n'y en avait qu'un seule qui serait choisi comme prochaine Sainte. Personne de plus de vingt ans n'a jamais été choisi pour être Saint. Les filles qui ont été choisies ont toujours été douées d'intelligence en plus d'être belles et jeunes.

    Et lorsqu'ils atteignent bientôt trente ans, la prochaine Saint est choisi et leur mandat prend fin.

    « Sainte Meria, comme elle est belle.... »

    Meria a été reconnu comme étant particulièrement belle parmi les saintes, qui étaient toutes belles, sans exception. Elle avait vingt-quatre ans cette année, son apparence surpasse même celle d'une fée des fleurs ou d'une déesse. En effet, elle était encore plus belle que les fées elfiques.

    Ses cheveux étaient blancs, comme une lumière pure qui avait été liée ensemble, qui était assez longue et douce pour atteindre ses pieds. Ses yeux clairs étaient comme une améthyste précieuse qui avait été polie pendant cent ans. Ses lèvres avaient la fraîcheur d'un fruit mûr, ses mains et ses pieds étaient minces et longs. Alors que ses seins étaient deux monticules abondants, elle avait une beauté mystique qui garantissait que tout sentiment de luxure serait accompagné de culpabilité.

    Elle était strictement gardée par les saints chevaliers, forts et pieux, et aucune tentative imprudente de la toucher n'avait été faite depuis plusieurs décennies. Même les voyageurs qui avaient succombé à l'atmosphère festive et qui s'enivraient perdaient leur souffle en voyant sa beauté, et ils se redressaient souvent en sa présence.

    Ainsi, pour les nombreux habitants de Lafenice, cette journée serait inoubliable.

    Sortis de nulle part, un bruit assourdissant remplissait la zone, l'autel sur lequel se tenait la Sainte était recouvert d'un nuage de poussière.

    « Qu'est-ce que c'est !? Que s'est-il passé !?

    - Merde, la Sainte est-elle en sécurité !?

    - Quelqu'un ! Lancez un sort de vent ! Nous devons souffler cette poussière ! »

    (NdT : J'ai marqué sort de vent mais dans la traduction anglaise il dise plutôt «Faites venir un vent »)

    Les saints chevaliers entouraient l'autel de visages pâles, les sorciers tentaient désespérément de repousser la poussière en soufflant les vents. D'innombrables pleurs et cris ont résonné, certains ont essayé de fuir la terreur, d'autres ont essayé de voir ce qui se passait, et certains étaient des visiteurs qui sont venus après avoir entendu le vacarme, créant beaucoup de chaos dans la région.

    « C'est un trou ! »

    Un des saints chevaliers cria.

    « Un trou géant s'est ouvert ! Apportez une corde, vous tomberez dedans si vous ne faites pas attention ! »

    Ce qui est devenu visible une fois que la poussière s'est déposée, c'est un trou géant qui entourait la zone où se trouvait l'autel. La surface de l'autel était légèrement visible au fond de la fosse, et il y avait un tunnel sur le côté. ...La Sainte avait été enlevé.

    « Nous allons les poursuivre ! »

    Plusieurs chevaliers sautèrent dans le trou, le vent les emportant par magie. Peu de temps s'était encore écoulé. La Sainte avait été enlevée, s'ils les poursuivaient à toute vitesse, ils pourraient encore les rattraper.

    Ces convictions que les chevaliers tenaient s'écroulèrent rapidement après avoir traversé plusieurs mètres du tunnel.

    Le plafond du tunnel s'était effondré, le chemin était complètement bloqué. Ils ont dû le faire s'effondrer pendant qu'ils fuyaient. Il faudrait plus de dix fois plus de temps pour dégager le chemin qu'il n'en faut pour le bloquer. Ils ne pourraient pas les rattraper.

    Dans ce tunnel sombre, les chevaliers ne pouvaient que se résigner à leur propre inutilité.

    « On dirait que ça s'est bien passé. »

    Aur, qui était resté dans sa chambre les yeux fermés, les ouvrit rapidement.

    « ...et, que faites vous ? »

    Alors qu'il revenait à son vrai corps, il vit que ses bras étaient tenus à la poitrine de Lilu sur la main droite et celle de Spina sur la gauche. Mary était assise sur ses genoux.

    « Hmm, restaurer mon énergie ?

    - Revendiquer mon territoire, je suppose.

    - Je ne fais rien du tout ! »

    Les filles ont toutes répondues.

    « ...je suis certain que vous avez tous votre propre travail à faire ?

    - Ne vous inquiétez pas, tout va bien. Vous voyez. »

    Lilu et Spina ont toutes deux créé des duplicatas d'elles-mêmes. Ni l'un ni l'autre n'étaient des substituts, mais des Lilus et des Spinas indépendantes avec leur propre capacité de penser mais avec une volonté unifiée.

    Maintenant que Spina était à moitié visqueuse, elle pouvait se multiplier à l'infini tant qu'elle avait une énergie magique. Lilu, qui avait retrouvé les souvenirs et la connaissance de Raz, était maintenant capable de recréer son corps avec magie. Grâce à cela, l'efficacité de leur travail s'est considérablement améliorée.

    Bien sûr, Marie n'avait pas de telles capacités, mais comme elle n'était d'aucune utilité auparavant, ce n'était pas un problème.

    « Pourtant, quand avez-vous commencé à construire un tunnel vers Lafenice ? »

    La capitale de Lafenice était loin. Il faudrait une semaine entière pour parcourir cette distance en calèche. Malgré le fait qu'Aur avait le privilège d'avoir des kobolds en pierre et en métal ou des mineurs nains, ce n'était pas une distance qui pouvait être couverte en une journée.

    « C'était à l'époque où les kobolds ont commencé à nicher à l'intérieur du labyrinthe.

    - C'était il y a longtemps ! C'est à ce moment-là qu'Ellen est venue ici... euh, il y a plus d'un an ? »

    Lilu comptait sur ses doigts, elle était plus exaspérée que surprise.

    « Vous aviez l'intention d'attaquer Lafenice depuis déjà longtemps....

    -Je t'avais dit que j'avais l'intention de les attaquer un jour. »

    Aur la regarda fixement et lui demanda si elle ne l'avait pas cru.

    « C'est la vitesse, et aussi la précision que j'ai du mal à croire. Est-ce que les Kobolds pourraient vraiment creuser un tunnel pour atteindre si précisément juste sous l'autel ? »

    Ils n'ont pas pu confirmer l'exactitude en creusant un autre trou à la surface, car il y avait un risque que l'existence du tunnel soit connue. Bien que ce ne soit pas tant sous terre qu'à l'extérieur du pays, l'intérieur de Lafenice était épais avec la barrière des Saints. Une telle chose aurait été découverte immédiatement.

    « Les Kobolds peuvent en effet maintenir une précision complète de la distance et de la direction lorsqu'ils sont sous terre. Mais ils ne pourront toujours pas savoir ce qui est en surface. Mais tant qu'ils comprennent la distance de la surface, c'est une promenade dans le parc pour eux de creuser un tunnel précis en fonction de cette information. »

    Aur l'a dit facilement, mais à Lilu et Spina, ça avait l'air encore plus gênant. A la surface, il y avait des montagnes, des forêts et des lacs. Même en l'absence d'un tel terrain, il y avait des montées et des descentes plus petites, il ne semblait pas possible de mesurer la distance directe.

    « Existe-t-il vraiment une carte aussi précise ?

    - Il y en a une. Il était nécessaire d'avoir une carte précise pour explorer la veine du dragon. J'ai appris à prendre des mesures d'un cartographe et j'ai fait la carte en explorant. C'est un chef-d'œuvre qu'il a fallu vingt-cinq ans pour réaliser.

    - Tu l'as fait toi-même !?

    - Je crois que personne d'autre ne possède une carte aussi précise que la mienne. »

    C'était évident. Une personne qui passe en moyenne vingt-cinq ans sur un projet serait comme consacrer sa vie entière à un projet.

    « Actuellement, il ne contient que Figuria, les environs et les capitales de chaque pays, mais j'ai l'intention de faire une carte de toutes les terres du continent un jour. »

    Ce n'était pas seulement une année. Aur pensait de telles choses il y a vingt-cinq ans

    « ...Depuis quand es-tu devenu comme....non, tu as toujours dû l'être. »

    Une image d'Aur ouvrant joyeusement un agenda rempli d'écrits est apparue au fond de l'esprit de Lilu. Son expression n'avait aucune ressemblance avec le visage solennel qu'Aur avait maintenant, mais il n'a pas changé dans certains domaines depuis l'époque où il avait vécu avec Raz.

    « ...Ils semblent être arrivés. »

    Aur sentit le mouvement de la magie de la téléportation et se leva. Marie, qui s'était endormie, tomba par terre avec un son mugyuuu étouffé.

    « Bien alors, allons vénérer le visage du Saint. »
  • Bonsoir,

    Malgré que la côte de mon paris sois basse....
    Ce rituel que chaque nouveau personnage féminin subis ne peut être éviter.

    Sur ce, bonne lecture :)

    ATTENTION AUX PERSONNES DE -18 ANS : ce chapitre contient des thèmes ou des scènes qui ne conviennent pas aux jeunes lecteurs, donc lisez seulement au-delà de ce point si vous avez 18 ans ou plus.

    VOUS ETES AVERTIES.


    Chapitre 17 
    : Puisons notre salut vers le ciel partie 2

    « Saint Meria. Merci d'être venu d'un endroit si lointain. Permettez-moi de me présenter. Je suis Aur. On m'appelle le Seigneur Démon.

    - ...Qu'est-ce que tu comptes faire de moi ? »

    Aur l'avait accueillie avec un ton de respect exagéré, et Meria répondit d'une voix maîtrisée sans faire de bruit ni se replier.

    « Tu es vraiment une sainte. Rien ne peut te secouer. »

    Elle ne pouvait pas bouger car ses mains et ses pieds avaient été liés. Aur bougea ses cheveux avec ses doigts et saisit sa mâchoire comme si c'était pour la dominer.

    « Mes exigences sont simples. je vous demanderai de me parler de la thaumaturgie. »

    La thaumaturgie était semblable à la magie, mais c'était une compétence qui différait à la fois dans la source et dans le système. Contrairement à la magie communément connue, seules les saintes apprennent et transmettent cette connaissance. On dit que cette énergie provient d'une source connue sous le nom de la force.

    Les prières offertes pour la Cérémonie des Moissons, la barrière qui entoure le pays, sont le résultat de cette thaumaturgie. Aur comprit que ce n'était pas de la sorcellerie, mais il n'était pas capable de comprendre ce que c'était vraiment et comment l'utiliser.

    « Je ne peux. »

    Meria répondit de façon définitive. Cela dit, Aur s'attendait à une telle réaction.

    « Je vais être franc. J'ai pris des mesures brutales pour vous inviter ici, mais je n'ai pas l'intention de faire de Lafenice un ennemi. Si vous m'enseignez la thaumaturgie, je vous ramènerai sain et sauf dans votre pays et je jure de ne plus jamais lever la main sur vous. Soyez assurés que je n'abuserai pas de cette thaumaturgie. je veux juste récupérer quelque chose d'important que j'ai perdu. C'est tout ce que j'ai à dire.

    - Je ne peux. »

    Aur avait parlé avec passion, mais Meria répondit sans changement d'expression et sans l'ombre d'un doute.
    « ...Alors je n'ai pas le choix. Je vais devoir envahir Lafenice, je vais devoir la prendre de force. Vous pensez peut-être que votre pays ne peut être vaincu, mais nous sommes bien préparés. Mais plus que cela, il y aura des victimes. Ne souhaitez-vous pas empêcher que cela ne se produise ?

    - Malgré tout, je ne peux pas vous enseigner la thaumaturgie. »

    Répondit Meria désespérément.

    Aur prétendait avoir un regard furieux alors qu'il inspectait Meria. Son expression n'avait pas changé du tout, elle ne transpirait pas. Ses yeux ne bougeaient pas, ils regardaient sans cesse droit devant eux, il n'y avait pas de tremblement dans sa voix, même le bout de ses doigts ne bougeait pas.

    Elle avait de grandes qualités d'actrice si elle cachait effectivement sa peur et son agitation, si elle ne les ressentait même pas, alors elle avait un courage exceptionnel. Même si elle avait une carte cachée à jouer, les humains n'étaient pas capables de garder leur calme dans de telles situations.

    Aur se tut un moment, il réfléchit à ce qui pourrait la soutenir en ce moment. Les humains, qu'il s'agisse de vous ou des autres, ne peuvent pas se tenir droits sans le soutien de quelque chose. Ce qu'est ce quelque chose différera d'une personne à l'autre, mais ce quelque chose existera toujours.

    Etait-ce un amour pour son pays ? Ou un sens de la justice ? Son orgueil de sainteté et sa foi en Dieu... Il n'en pensait qu'à quelques-uns, mais aucun d'eux ne semblait correspondre à Meria.

    Il y avait trop peu d'hésitations à Meria pour que ce soit le cas. Beaucoup trop peu. Il y avait quelque chose qui dépassait la connaissance humaine... Avait-elle un esprit d'acier semblable à celui de Dieu ?

    ...C'était grotesque. Aur secoua la tête, effaça la pensée de son esprit. Que vous ayez cessé d'être humain, que vous ayez été un héros, que vous ayez vécu de nombreuses années, tant que vous êtes humain, vous ne pouvez changer les voies de votre cœur.

    « Dans ce cas, je vous ferai regretter cette décision. »

    Aur a pris les vêtements de Meria et les a arrachés bruyamment. Les yeux d'Aur attrapèrent la peau blanche de porcelaine, des seins aux extrémités comme des cerisiers en fleurs et le sexe caché par le buisson blanc clair qui était de la même couleur que ses cheveux.

    Même alors, le visage de Meria ne changeait pas d'expression, pas même un seul sourcil n'avait bougé. Elle n'a continué à regarder Aur qu'avec des yeux immobiles.

    « ...Spina. Viens ici. »

    Spina apparut dans l'obscurité, elle tendit une petite bouteille à Aur. Le contenu était un slime aphrodisiaque qu'elle avait précédemment créé. Mais cette fois, les effets ont été doublés.

    Quand Aur a ouvert le biberon, le slime s'est immédiatement accroché à Meria et a absorbé ses vêtements restants. Il a pris de la masse en glissant à la surface de sa peau.

    « Mm..... »

    La peau de Meria a commencé à rougir après un certain temps, elle a poussé un petit cri. Ce type de médicament était efficace. Ce n'était pas complètement inattendu, mais Aur était quand même soulagé par le résultat.

    Meria était d'une nature inconnue. Comme elle utilisait l'art inconnu de la thaumaturgie, il était préparé à la possibilité que quelque chose d'imprévisible se produise. Mais maintenant, une agitation encore plus grande s'empara d'Aur.

    Lorsqu'il a déterminé que l'aphrodisiaque était bien entré dans son corps, Aur a remis le slime dans la bouteille et a poussé Meria sur le lit.

    « Je vais entrer en vous. Êtes-vous prêt ?

    - Je vous en prie. »

    Même si Aur a attrapé les jambes de Meria et que son membre est devenu visible, son expression n'a pas changé. Comme la Sainte répondit sans hésitation, Aur entra sans retenue.

    Son sexe était humide à cause de l'aphrodisiaque, mais il était bien serré. Il était évident qu'aucun homme n'était jamais entré en elle. Aur s'en fichait, il continuait à s'enfoncer à l'intérieur. D'une poussée, il entra profondément à l'intérieur, alors qu'il retirait le sang et les fluides de l'excitation s'écoulaient dans un mélange.

    « Regarde. La preuve de votre perte de pureté.

    - C'est....donc. »

    Elle fronça un peu les sourcils à cause de la douleur, mais elle ne semblait pas se soucier beaucoup dans sa réponse.

    « J'ai hâte de voir combien de temps ce calme va durer. »

    Dit Aur en pétrissant les deux seins de Meria en faisant des mouvements circulaires avec ses mains.

    « Mm....ck........ »

    Elle poussa un petit cri et son corps bougea légèrement. Peut-être à cause de l'aphrodisiaque, sa peau était devenue rouge vif jusqu'au cou.

    « Mmm, ahhh, aaahh.... ! »

    Meria poussa un cri particulièrement fort alors qu'Aur déplaçait ses doigts vers son clitoris.

    « Il semble que vous ayez exploré cette partie vous-même.

    - Mmm....uh, ahhhh..... »

    Aur a continué à pousser pendant que ses doigts frottaient cette zone qui était devenue plus sensible sous l'effet de la drogue. C'était une vierge sans expérience à proprement parler. Rien ne pouvait être fait tant qu'elle n'avait pas appris ce qu'est le plaisir au moins une fois.

    « Penser qu'une Sainte bave et élève la voix avec un homme au fond d'elle. Ne trouvez-vous pas cela honteux ?

    - Aaahh.... mmm, fuu, uhh.... »

    Alors même qu'Aur lui parlait, elle ne répondait pas, mais continuait d'élever la voix de façon intermittente. Il était certain qu'elle le ressentait par la sueur et les fluides de l'excitation, mais il n'y avait pas de réaction par les mots à ressentir. C'était comme si elle ne pouvait pas entendre la voix d'Aur. Il n'y avait rien de plus difficile que cela.

    Aur a abandonné ses provocations par les mots et a concentré son attention sur la stimulation physique. Il répéta lentement ses poussées et frotta le clitoris de la main droite, de la main gauche il caressa son sein droit pendant que sa bouche sucait son sein gauche. (NdT : On dirait qui joue au twister sur elle ^^....)

    « Mmm...nnnnnnnn !!! »

    Ses sourcils se sont plissés, son corps a tremblé quand elle a été amenée à un orgasme. Sans pitié, Aur a continué à stimuler son corps qui venait d'atteindre son paroxysme.

    « Ahhhh, ah, aaaa !!! AAAAaaaaaa !!! »

    Sa voix devenait de plus en plus forte, son dos se cambrait à mesure que son corps tremblait.

    « Je vais jouir, Meria.... ! »

    Alors qu'Aur se pénétrait en elle, il libéra sa semence au plus profond d'elle.

    « …............. ! »

    N'arrivant plus à élever la voix, elle ne pouvait que serrer les draps du lit pendant qu'Aur sortait d'elle et libérait de grandes quantités de ce liquide laiteux.

    Tandis que Meria se couchait sans force à cause des réverbérations du climax, Aur posa un doigt sur son front. C'est ici que ça commencerait.

    « Meria. A partir de là, il vous est interdit d'atteindre l'orgasme. »

    Son expression, qui ne s'était pas brisée jusqu'à présent, montrait soudain de l'incertitude.

    « Peu importe le plaisir que vous aurez, vous ne pourrez pas jouir sans ma permission. »

    Ces mots teintés de magie étaient autant une suggestion qu'une malédiction. Sainte ou pas, il n'était pas possible pour une personne vaguement consciente d'y résister.

    « Maintenant, profitez pleinement de ce plaisir illimité. »

    Aur a retourné le corps de Meria et l'a pénétrée par l'arrière alors qu'il la renversait sur le lit.

    « Aaaaahhhhh !!! »

    Le fait d'être stimulé si tôt après avoir atteint l'orgasme a poussé Meria à pousser un grand cri.

    « Qu'est-ce qui ne va pas ? Tu vas t'abîmer la gorge si tu lèves la voix si tôt. »

    Aur attrapa le cul blanc de Meria et bougea ses hanches comme s'il traçait un cercle. Il bougeait simultanément ses doigts comme s'il secouait son clitoris et le faisait vaciller.

    « Aaaaa, aaaaaaAAAaaaaa...!!! »

    Meria éleva la voix et secoua le cul comme si elle en désirait plus. Aur a suivi ses mouvements et a continué à pousser plus vite.

    « Ah! Ah! Ah! Ah! Aahhhhhhh! »

    A chaque poussée, elle hurlait, serrant son sexe contre celui d'Aur. Et chaque poussée lui apportait un autre niveau de plaisir. Mais l'apogée promise a été empêchée par la malédiction d'Aur, une frustration comme une démangeaison ingrattable l'a envahie et elle en a crié comme si elle avait perdu la tête.

    « Aaah, haaaa... en... core..... »

    Finalement, Meria n'en pouvait plus, elle bavait et avec une expression de méfiance sur son visage, elle se retourna et poussa Aur sur le lit.

    Et pendant qu'elle enterrait le membre d'Aur en elle, elle posait ses mains sur sa poitrine d'Aur et secouait ses hanches comme une folle. Son monticule pubien se pressait continuellement contre son entrejambe. Aur fixa malicieusement la vue alors qu'il jouait avec ses seins amples.

    « Aaaaaaaaahhhhh, aaaaAAAaaaa....... »

    La voix de Meria devenait une bête, ses organes génitaux déversaient sans cesse des fluides comme une fontaine. Elle plissait ses sourcils avec douleur chaque fois qu'Aur serrait ses seins, poursuivant le désir insatiable, elle lui poussait ses seins en lui et secouait ses hanches.

    « Aimeriez-vous jouir ? »

    Aur lui demanda et elle hocha la tête avec impatience. Ses yeux étaient remplis des flammes intenses de la luxure, comme un chien qui n'avait pas mangé depuis des jours, ils brillaient de mille feux.

    « Alors, dites-moi. Tout ce que vous savez.

    - Aah, aaaa...Je, je, Ahhhh..... »

    Son expression enflammée n'avait plus aucun soupçon de caractère sacré, Meria tenta laborieusement de faire une phrase.

    « Je ne suis pas, non, la Sainte. »

    Et à cet instant, elle tomba sur la poitrine d'Aur comme une marionnette dont les fils avaient été coupés.

    « Que.... !? »

    Aur sentit rapidement son pouls. Son cœur s'était complètement arrêté. Aur se demanda s'il s'agissait d'une attaque due à une sorte de maladie alors qu'il tentait de la ressusciter.

    Et il était stupéfait.
    Ce qui était là était une âme pure, si libre de toute impureté à un point tel qu'elle était transparente.
    Les âmes des humains deviendraient inévitablement souillées et obscures au fur et à mesure que la vie avançait.

    Il ne serait pas surprenant que l'âme d'une Sainte soit plus claire que la moyenne des gens, mais il y avait une limite à cela.
    L'âme de Meria n'avait même pas le moindre point d'obscurité, ce n'était pas quelque chose que l'on pouvait appeler beau.

    « Ah, c'est une imitation bien faite. »

    Elle ne ressemblait à rien de plus qu'un objet fabriqué par l'homme.

    « C'est donc vrai, alors. »

    Aur gémit en entendant les paroles du démon rouge qu'il venait tout juste de réaliser qu'il se tenait à côté de lui.

    « O Roi. Je n'aurais jamais confondu l'âme d'un humain. Même si c'était quelque chose qui a été créé, surtout si c'était l'âme d'une jeune fille nouvellement née. »

    Les mots étaient légers, mais il n'y avait pas de malentendu avec les mots d'un démon qui a vécu pendant des milliers d'années. C'est la cupidité qui a causé la corruption de l'âme. Même un nouveau-né a des désirs insatiables. Sans cela, sans désirs et sans besoins, vous ne seriez rien de plus qu'une machine.

    Meria n'avait été rien de plus qu'une machine portant le titre de Sainte.
    C'était différent de faire un homoncule ou un golem.
    On pourrait leur donner de l'intelligence, mais ils ne porteraient jamais une âme. La création des âmes était reconnue comme impossible, et Aur ne faisait pas exception.

    Cela signifiait qu'il y avait quelqu'un d'autre que Meria qui pouvait utiliser la thaumaturgie.

    « ...Ce sera beaucoup plus difficile que je ne le pensais. »

    A la toute fin. Marmonna Aur en regardant l'âme, il y avait maintenant une petite tache nuageuse qui était apparue de la convoitise de la chair donnée par Aur.
    L'ennemi était au-dessus de Meria. Et probablement, cet ennemi était très similaire à Aur.
    En d'autres termes, une personne prudente et astucieuse qui valorise la fin plutôt que les moyens.

    La nouvelle Sainte de Lafenice a été annoncée trois jours plus tard.
  • septembre 2018 modifié
    Chapitre 17 : Puisons notre salut vers le ciel partie 3

    « La Sainte de l'Ombre. ... La Sainte Cachée. La Vrai Sainte. ...Hmmm. Tous ont le côté méchant. Qu'est-ce que t'en penses ? »

    Demanda Melisande.
    Blanc. Blanc. Blanc. Les murs, les sols et les plafonds aussi.
    Les meubles et les vêtements, tout avait été peint en blanc dans le château blanc.

    « pourquoi pas la Grande Sainte ? »

    L'homme qui a été interrogé était aussi complètement couvert de blanc de ses cheveux à ses vêtements. Seuls ses deux pupilles étaient de couleur rouge.

    « ...Hmm. Cependant, serait-il sage de prendre le nom de Grande Sainte compte tenu de mon apparence ? »

    Contrairement à son ton calme, elle avait une apparence qui ne semblait pas avoir plus de cinq ou six ans. Elle avait de longs cheveux qui atteignaient le sol et un visage chérubin. Une belle jeune fille qui ressemblait à une jeune Maria, mais avec des yeux qui brillaient d'intelligence et son expression était mature.

    « ...Peut-être que cet écart n'est pas si grave en soi. »

    L'homme a dit qu'il n'avait clairement pas le sentiment que c'était important.

    « Divergence....hmmm, très bien. Je prendrai alors le nom de Grande Sainte Melisande.

    - ... Vous semblez excitée. »

    Melisande le regarda avec un sourcils levé.

    « Ne soyez pas stupide, c'est le premier danger pour notre pays depuis des centaines d'années. On n'a pas le temps d'en profiter. »

    Vous ne nierez donc pas que c'était excitant, se dit l'homme sans le dire.

    « Seigneur Démon Aur. Vous êtes venu attaquer beaucoup plus tôt que je ne le pensais. Et pour lancer une attaque surprise depuis le sous-sol, assez impressionnant.

    - Ne gagnerions-nous pas du temps en suivant les mines et en le tuant ? Si c'est le cas, j'irai le faire moi-même. »

    Dit l'homme doucement, mais Melisande secoua la tête.

    « Ne soyez pas trop orgueilleux, Immortel. Bien que vous ne puissiez pas mourir, vous n'êtes pas imbattable. Si vous le sous-estimez et l'attaquez, vous subirez de douloureuses représailles. Notre ennemi est celui qui a vaincu le roi loup.

    - Hmm, alors combien devrions-nous en appeler ?

    - Ahhhh. »

    Melisande hocha la tête et claqua des doigts bruyamment.

    « Je les ai déjà appelés. »

    De derrière elle, six personnages vêtus de blanc et coiffés de cheveux blancs sont apparus.

    « Si....six d'entre eux !? On y va en force !? »

    L'homme qu'on appelait l'Immortel élargit les yeux et cria. Sept dont lui. C'était le nombre maximum de Héros Défunts que Melisande pouvait employer.

    « Je ne viens pas de dire que ce Seigneur Démon n'est pas du genre à prendre à la légère. On a déjà perdu une Sainte. ...Nous irons avec toute notre puissance et nous l'écraserons. »

    Dit Melisande avec un sourire espiègle. L'Immortel savait, par ses longues années passées à la connaître, que c'était une expression de fureur. Elle n'avait pas du tout apprécié cela. Elle en voulait à ceux qui s'opposaient à elle.

    « Chevalier de l'Ignorance. »

    Un homme qui portait un casque sans fente aux formes étranges qui couvrait tout son visage s'avança et leva sa lance.

    « L'Étalon Dansant. » (NdT : Prancing Stallion, littéralement ça serait l'étalon se pavanant mais bon je pense que ''dansant'' rends mieux)

    Un chevalier qui portait un costume d'armure blanc pur s'agenouilla devant Melisande.

    « L'Archer aux Tirs Démoniaque » (NdT : Archer Demonshot, je fais comme je peux...)

    Un homme légèrement vêtu qui portait un arc vint et s'inclina avec respect.

    « Héros de Plomb. »

    Un grand homme qui ne portait pas d'arme se tenait debout sans bouger.

    « Princesse Flamboyante. » (NdT : Flamehead Princess, mais qui ça pourrait être ? ^^)

    Une petite fille lève silencieusement son épée.

    « Tueur de dragons. » (NdT : Dragonslayer)

    Un homme à la barbe abondante croisa lentement les bras.

    « Et l'Immortel. ...Les sept Héros Défunts. Vous irez tous tuer le Seigneur Démon.

    - Trois nouveaux venus, hein. ...Eh bien, j'ai hâte de travailler avec vous tous. »

    L'Immortel rit joyeusement. Mais les Héros Défunts n'ont pas réagi. C'est ainsi que les choses se passaient. L'Immortel n'était qu'une exception, il avait toujours un soi.

    « Alors, comment va-t-on s'y prendre ? Est-ce qu'on va attaquer tous les sept d'un coup ? »

    Ces anciens Héros ont été capables d'affronter des milliers, voire des dizaines de milliers. Avec sept d'entre eux, leurs pouvoirs dépassaient ceux d'une division et étaient comparables à ceux d'une seule armée. Cependant, Melisande secoua la tête sur le côté.

    « Nous devons d'abord analyser ses capacités militaires. Nos ennemis sont le Seigneur Démon Aur et les monstres qu'il dirige, et les soldats de ses nations vassales. »

    Melisande a commencé à parler sans s'arrêter pendant qu'elle marchait d'avant en arrière devant les Héros Défunts.

    « Figuria a près de dix mille hommes, Grandiera en a près de cent cinquante mille, Ravana en a cinq mille, Alfheim en a trois mille....ajoutez à tout ce qui reste de la populace et il en reste vingt mille environ. Bien sûr, ce n'était pas comme s'il pouvait mobiliser ce nombre d'hommes d'un seul coup. Il pourrait peut-être mobiliser environ la moitié d'entre eux pour une attaque offensive. De plus, la plupart de ces pays étaient devenus ses vassaux après avoir été envahis par le Seigneur Démon. Même s'ils étaient des soldats compétents, leur moralité ne devrait pas être élevée. »

    L'Immortel offrit un grognement sans engagement alors que Melisande se tourna vers lui comme s'il demandait une confirmation. Il n'avait aucune expérience du service dans une armée ou de la participation à une guerre. En vérité, il ne comprenait pas ce qu'elle disait.

    « Si c'était tout, nous aurions pu nous occuper de lui avec notre propre armée de saints chevaliers au lieu d'appeler les Héros Défunts. Le problème, ce sont ces monstres qu'il a. Nous ne pouvons pas prédire leur nombre ou leur type. Et nous serions terriblement incommodés s'il amenait son armée ici par un tunnel comme lorsqu'il a enlevé la Sainte. Nous ne pouvons pas construire une barrière sous terre.

    - Ahhh....Oui, ce serait terrible. »

    Les mots suivants étaient assez faciles à comprendre pour l'Immortel. Dans un scénario extrême, il y avait une possibilité réelle que l'ennemi apparaisse soudainement dans le temple en tant qu'armée de dizaines de milliers de personnes. C'était un grand bâtiment spacieux, mais c'était quand même un bâtiment. C'était un peu difficile de prétendre sans aucun doute qu'ils seraient capables de protéger la Sainte s'ils devaient se battre ici.

    « Et le plus gênant de tous est le Seigneur Démon Aur lui-même. Prudent et rusé, un homme qui ne se soucie que de la fin et non des moyens.

    - J'ai déjà entendu cette phrase quelque part.

    - En effet. Moi aussi, je l'ai entendue. Il me ressemble beaucoup. »

    L'Immortel redressa le dos en entendant cette honnête reconnaissance.

    « Je vois. Dans ce cas, nous devons prendre cela très au sérieux, faute de quoi nous souffrirons énormément.

    - ... Je l'accepterai comme un compliment. Ce qui est gênant, c'est qu'il utilise constamment des substituts, sa forme réelle n'est jamais au premier rang de toutes les attentions. Cette forme réelle est probablement cachée quelque part dans les profondeurs de ce labyrinthe. Mais ce labyrinthe lui-même pose tout un défi. Il est difficile d'attaquer et facile à défendre, la forme la plus avantageuse.

    - Elle n'est pas seulement entourée de montagnes mais aussi de murs.

    - ...Et pourtant, vous pensiez pouvoir le vaincre seul. »

    Melisande le fixa d'un regard aiguisé alors qu'il répondait tranquillement.

    « Oh, vous avez remarqué ? Mais n'est-ce pas la vérité maintenant ? »

    Comme son prénom l'indiquait, l'Immortel était littéralement immortel. Il ne mourrait pas même si on lui coupait la tête ou si son corps était réduit en bouillie. Peu importe le nombre de ses ennemis. Il pouvait prendre son temps pour descendre dans le labyrinthe et assassiner le Seigneur Démon, du moins il l'avait cru.

    « Des pièges trop profonds pour en sortir. Des slimes qui peuvent faire fondre n'importe quoi. Des pièges qui vous téléporteront profondément sous terre ou dans les zones de lave. Des malédictions puissantes qui empêcheront tout mouvement. La sorcellerie qui affecte votre esprit. C'était juste une rêverie superficielle et pourtant j'ai été capable de penser à tant de façons de te neutraliser, ai-je tort ?

    - Pardonnez-moi, je me suis emporté ! »

    L'Immortel s'excusa sans hésiter en inclinant la tête. Il était immortel mais pas invincible. Et c'était son défaut qu'il oubliait souvent ce fait, Melisande l'avait répété avec lassitude mais les mots ne semblaient pas avoir beaucoup d'effet sur lui.

    « Je suis sûr qu'au moins quelques-uns de ces pièges existent réellement dans le labyrinthe. Héros Défunts ou non, vous ne pourrez pas facilement entrer par effraction. Si nous perdons les Héros Défunt, il y a une possibilité que nous devions nous battre armée contre armée, ils pourraient percer nos lignes de front.

    - C'est-à-dire... »

    L'Immortel était sur le point de dire que c'était trop y réfléchir, mais il a avalé ses paroles. Il s'est échappé en paraissant encore plus téméraire devant son maître qu'il ne l'avait déjà fait. C'était vraiment trop tard, bien sûr.

    « Tant que la taille de l'ensemble de la force de nos ennemis est inconnue, nous ne pouvons pas baisser notre garde. Nous devons toujours supposer que le pire pourrait arriver pendant que nous agissons. »

    Dit-elle, comprenant ce que l'Immortel avait pensé.

    « Cela étant dit, si je ne peux pas envahir seul le labyrinthe et que nous ne pouvons pas attendre que nos ennemis se dirigent ici, car ils peuvent lancer directement une attaque sur le temple, alors que pouvons-nous faire ? Enverrons-nous d'abord nos troupes pour l'attaquer ?

    - Ce n'est pas une mauvaise idée, mais j'en ai une meilleure. »

    Dit Melisande avec un sourire espiègle, l'Immortel éprouvait un soupçon d'appréhension.
  • Chapitre 17 : Puisons notre salut vers le ciel partie 4

    « Attaquer en force serait le comble de la folie. »

    Déclara Aur sans détours.

    « Les pouvoirs de nos ennemis nous sont inconnus. Nous ne devons donc en aucun cas montrer notre main en premier. Les avantages que nous avons sont les capacités défensives des donjons et les monstres qui s'y cachent. Attaquer en force comme première étape serait comme réduire tous ces avantages en poussière. »

    Ce n'est pas qu'il a sous-estimé son ennemi, mais plutôt qu'Aur prenait les plus grandes précautions en n'envoyant pas tous ses hommes. C'était l'orientation tactique dont Aur avait discuté.

    « Même ainsi, ce ne sont pas des ennemis qui peuvent être battus en utilisant avec parcimonie votre force de combat ? »

    Aur secoua la tête à la question de Lilu.

    « Il n'y a pas besoin de gagner en premier lieu. Nous n'avons pas besoin d'être vaincus quand ils attaquent. Nous avons juste besoin de prendre leur cœur. »

    Sainte Meria était morte sans laisser aucune information. Mais le fait que ce soit arrivé a donné à Aur l'impression que quelqu'un existait dans les coulisses. Ce n'était pas une organisation ou un groupe qui était derrière elle. C'était un individu rusé et volontaire. Aur serait le vainqueur s'il pouvait vaincre cette personne.

    « Cependant, nous ne savons même pas où se trouve ce cœur. »

    Aur secoua de nouveau la tête à la question de Spina.

    « Non, il est très probable que le cœur se trouve dans le Grand Temple de Melisande.

    - ...Pourrait-il vraiment se trouver dans un endroit aussi évident ?

    - Eh bien, laissez-moi vous demander. Si une telle chose était possible... penseriez-vous que ce serait une bonne idée de déplacer notre cœur de donjon à un endroit éloigné qui était à l'extérieur du labyrinthe ? »

    Lilu et Spina furent rapidement convaincues par ces mots. Le cœur du donjon était littéralement la vie d'Aur. Il fallait qu'il soit dans le donjon pour stocker la magie, mais même si ce n'était pas le cas, ils ne penseraient pas à le placer ailleurs.

    « Bien sûr, le placer ailleurs nous prendrait par surprise. Mais si cet endroit a été exposé, que se passe-t-il ? Ils ne peuvent pas le protéger adéquatement. Et s'il y avait une défense constante en place, on le découvrirait facilement. En fin de compte, il est évident que le choix de l'emplacement où l'on peut le garder le plus longtemps possible est le plus évident. Dans tous les cas, la simple existence du cœur est tenue secrète. »

    On pourrait dire la même chose d'Aur si l'on considère le cœur du donjon. C'était quelque chose qui avait été décidé après mûre réflexion, il ne pouvait pas se tromper.

    « Le problème n'est donc pas tant la force militaire que le potentiel de guerre. Par exemple, dans quelle mesure sont-ils capables d'utiliser ces Héros Défunts et les anges. »

    Lafenice n'avait pas été attaqué depuis plusieurs centaines d'années. Il ne restait plus aucun document enregistrant leur potentiel de guerre, et rien ne garantissait que les choses n'avaient pas changé depuis lors. Mais le fait que c'était vrai a été confirmé à quelques décennies d'intervalle lors de la cérémonie de remplacement du Saint.

    Car les Héros Défunts et les anges viendraient bénir le nouveau saint. Ce n'était pas une simple formalité, c'était aussi une feinte envers les pays voisins. Aur en avait lui-même été témoin, et il savait avec certitude que ce n'était pas une illusion, mais qu'elles étaient réelles.

    « Anges et héros Défunts....je ne peux pas les dévorer ? »

    Dit Spina alors que son corps tremblait et se tordait.

    « Non, j'en doute. Ils ne sont pas faits de magie, mais de force.

    - ...Et quelle est cette force ? »

    Spina a demandé avec une expression qui suggérait qu'elle pensait qu'elle pourrait facilement faire un slime mangeur de force si elle savait ce que c'était.

    « La magie est un pouvoir qui plie et déforme la logique, changeant le monde. La force est exactement le contraire. C'est une puissance qui encourage la logique et façonne le monde... on dit que c'est une puissance qui rend possible ce qui est évident.

    - Rend l'évidence possible... vous dites. »

    Spina ne pouvait que répéter bêtement ses paroles à l'explication confuse, Aur hocha la tête.

    « Je ne peux pas utiliser la thaumaturgie moi-même, donc mes réponses ne peuvent être que vagues. Mais c'est comme si quelque chose tombait par terre, un enfant grandissant jusqu'à l'âge adulte et finissant par mourir. La magie défie cette logique, les choses vont flotter dans l'air, les personnes âgées redeviennent jeunes. »

    Spina comprenait en voyant un exemple vivant devant elle. Mais si oui, qu'est-ce que la thaumaturgie a fait exactement ? Des choses qui étaient évidentes se produiraient d'elles-mêmes, sans l'utilisation de la thaumaturgie. Ce n'était pas un art, juste une loi.

    « On dit que, bien que la plupart de la magie existe sous terre, la force existe surtout dans l'air... dans le ciel. Mais je ne connais pas la vérité.

    - Le ciel... C'est donc à cause de la thaumaturgie que le soleil bouge ?

    - Je doute que la thaumaturgie à cette échelle soit à la portée des humains. ...Mais le soleil a souvent été considéré comme une manifestation de la puissance de Dieu depuis longtemps. C'est peut-être pour cela qu'ils disent que le ciel est plein de force. »

    Tandis qu'Aur commençait à répondre à la question de Lilu, il y avait quelque chose dans le coin de l'esprit de Spina. Quelque chose dont elle était sur le point de se souvenir, mais qu'elle ne pouvait pas. Elle a été submergée par un sentiment d'irritation.

    « En tout cas, les anges ne sont pas si différents des démons. Le vrai problème viendra des Héros Défunts. »

    Les héros étaient des êtres nés pour devenir des Héros Défunts. Tout comme les démons lient les contrats avec les humains, rassemblent les âmes et augmentent leur pouvoir, les anges célèbrent les humains comme des Héros, polissant leurs âmes pendant qu'ils sont vivants pour qu'ils puissent monter au Paradis comme un Héros Défunt après leur mort.

    Les démons préfèrent la quantité à la qualité, les anges préfèrent la qualité à la quantité. Mis à part de petites différences, la vérité était que les deux parties s'en prenaient aux humains.

    « Aptitude au combat égale ou supérieure à celle de Yunis..... »

    Lilu se souvient de l'époque où Yunis avait attaqué le labyrinthe de façon fracassante, et de quand son corps a frissonné. Elle ne voulait même pas imaginer plusieurs personnes qui portaient une telle force.

    « Je ne sais pas combien de Héros Défunts ils peuvent déployer à la fois... mais s'ils en ont plus de cinq, nous serons sûrement battus. »

    Aur ne pouvait que prier pour que ce ne soit pas le cas.

    « Êtes-vous prêtes ? »

    Demanda Aur dans le tunnel sombre et étroit.

    « Hmm, oui.

    - Je vous suivrai partout, maître, jusqu'à ce que mon corps cesse d'être. »

    Répliqua Lilu avec légèreté et Spina avec force.

    Tandis qu'il souriait ironiquement à leurs réactions extrêmes, Aur s'assit debout et éleva la voix.

    « Ce sera probablement notre dernière bataille ! Allez-y tous avec prudence ! L'ennemi est ivre de joie et de sérénité, ce sont des serviteurs détestables du Ciel qui chantent le bonheur et l'amour. Pillez, souillez, piétinez-les ! Décorez les portes de leurs maisons avec leurs entrailles, suspendez leurs têtes et mettez le feu ! »

    Sa voix était amplifiée avec magie pour résonner dans les tunnels, les demi-hommes barbares criaient tous à l'unisson. Gobelins, kobolds, nains et géants. Aur avait amené tous ses sous-fifres qui étaient dignes de confiance pour leur force et qui étaient habiles à creuser.

    « On y va maintenant.... Accélération ! »

    Aur a puisé dans la magie de Lilu et Spina et l'a appliquée. Il a renforcé les muscles des demi-hommes afin que leurs mouvements soient accélérés.

    Les tunnels pouvaient être creusés au même rythme qu'une personne marchant. Des piliers et des poutres ont été construits, ça s'est allongé. La terre et le sable ont été déterrés et broyés, puis immédiatement emportés par les diablotins.

    Le tunnel a continué jusqu'à ce qu'ils atteignent la zone sous le Grand Temple. S'ils pouvaient dessiner une case de téléportation, la victoire d'Aur serait assurée. Il n'y avait pas de château qui ne tomberait pas si une fosse était créée juste à côté du bâtiment principal.

    « Mais, n'auraient-ils pas pris une sorte de précaution en ce qui concerne le sous-sol ?

    - En effet. »

    Après tout, leur Sainte avait été enlevé si récemment. S'ils savaient qu'Aur viendrait du sous-sol, ils pourraient le détecter. Il ne faisait guère de doute que l'ennemi avait pris une sorte de mesure pour protéger la clandestinité.

    Et c'est exactement la raison pour laquelle Aur a décidé d'attaquer à partir de là.

    « Plus que tout, c'est sans danger, » dit-il.

    L'ennemi était susceptible de creuser le tunnel précédent, ou de créer un chemin à partir du flanc et d'essayer de lancer une attaque contre eux. Dans ce cas, ce dont ils se méfieraient le plus, ce sont les espaces ouverts. Ils se méfieraient sûrement de la zone ouverte entre le tunnel qui se trouvait sous l'autel et le Grand Temple pour qu'Aur ne puisse pas envahir plus loin.

    Il n'était pas réaliste pour eux de garder une zone beaucoup plus large que cela. Comme même cette surface avait la question de la profondeur. Peu importe si vous avez utilisé la magie ou la thaumaturgie, cela aurait peu d'effet à un niveau souterrain aussi profond.

    Mais là où Aur creusait maintenant, c'était dû à une autre façon de penser. Ils étaient déjà positionnés directement sous le temple. De là, ils creusaient en spirale vers le haut, en remontant lentement vers le temple.

    C'était un endroit qui avait été creusé avant même qu'il n'enlève la Sainte, et il y avait déjà un carré dessiné. Il avait même creusé un autre tunnel pour qu'en cas d'échec de l'enlèvement, il ait un endroit d'où attaquer.

    Parce que l'entrée avait été soigneusement couverte et profondément enfouie pour qu'elle ne soit pas découverte, ils ne pouvaient pas aller l'occuper directement d'ici, mais c'était une pièce qu'Aur avait préparée comme une forteresse souterraine.

    « Sorcier ! Nous sommes sur le point d'atteindre l'autre côté ! »

    Aur resserra les sourcils quand le nain cria.

    « Quoi ? Quoi ? C'est étrange, ça. Il nous reste encore une centaine de mètres jusqu'à la surface. »

    Aur a dû se fier à des estimations, car il n'avait pas une idée précise de la distance et de la direction, mais même lui ne pouvait pas se tromper sur une distance de cent mètres.

    « C'est vrai aussi, mais c'est le bruit d'un mur mince qu'on creuse. C'est peut-être une caverne naturelle.

    - Une caverne... »

    Ce n'était pas la tournure la plus accueillante des événements. Si la terre était bien compactée devant eux, ils pouvaient facilement creuser un tunnel et avancer. Mais s'il y avait une grotte entre les deux, ils devraient faire un détour ou construire des escaliers. Les deux causeraient une perte de temps énorme et un détour augmenterait le risque d'être pris dans les mesures de sécurité des ennemis.

    « Il n'y a pas de mal à le découvrir. Entendez-vous de l'eau ?

    - Oui, il n'y a rien de tout ça. Eh bien, faisons-le alors. »

    La chose dont il fallait être le plus prudent quand on creusait sous terre, c'était les veines d'eau... les veines d'eau. Surtout dans la position actuelle où ils creusaient vers le haut, l'équipe d'excavation serait annihilée.

    Mais c'était quelque chose de bien pire qu'une veine d'eau qui les attendait de l'autre côté de l'endroit où ils creusaient.

    « Qu.... »

    Les nains grimacèrent alors que le plafond s'effritait et qu'une lumière aveuglante tombait d'en haut. Ils n'avaient même pas atteint la surface, et pourtant l'ouverture était remplie de lumière.

    Et ils ont été frappés de stupeur quand leurs yeux ont finalement attrapé la vraie forme de ces lumières.

    Bien que ce qu'ils avaient creusé était en effet une grotte, ce n'était pas une grotte faite naturellement. Le manque de stalactites et de surfaces de pierre altérées par les intempéries le prouvait d'un coup d'œil.

    Et devant eux, il y avait une foule innombrable d'anges.

    Un massacre a ensuite eu lieu. Les beaux anges qui se paraient à la lumière de la noblesse, aux cheveux d'or et aux ailes blanches des oiseaux commencèrent instantanément à se rassembler autour des demi-hommes et à les taillader avec l'épée qu'ils portaient. Les mineurs n'étaient pas de simples ouvriers. Chacun d'entre eux était un guerrier.

    Et pourtant, il n'y avait aucun espoir pour ceux qui étaient mal équipés pour creuser les tunnels, pour rivaliser avec les anges. Et comme le tunnel étroit ne permettait pas à leur grand nombre d'être un avantage, ils ont tous été réduits en pièces.

    L'Immortel regarda cette scène et soupira profondément. Une serviette était enroulée autour de son cou et il tenait une pioche dans sa main. Ses vêtements blancs étaient couverts de terre.

    « Je suppose que la première bataille peut s'appeler une victoire facile. Mais j'ai du mal à croire ce que notre patron a fait. Dans quel monde une Sainte emploie-t-elle des Héros Défunts pour des travaux de construction ? »

    Avec le pouvoir des Héros Défunts, une telle caverne pourrait être terminée en une seule journée et une seule nuit, ne pensez-vous pas ?

    Il se souvint de son sourire quand elle dit cela, et l'Immortel gloussa d'un rire sinistre.
  • Bonsoir,

    C'est la rentrée pour ma part donc maintenant poster des chapitres traduits avec le rythmme que j'avais sera compliqué.
    Sachant que je suis à la fac donc j'ai beaucoup de taff à faire même si dans l'immédiat c'est pas le cas mais c'est que la première semaine...

    Sur ce, bonne lecture :)


    Chapitre 17 : Puisons notre salut vers le ciel partie 5

    « ...Ils nous ont eu »

    Alors qu'il ouvrait les yeux, Aur claqua la langue. En plus d'un bruit de tonnerre qui lui traversait les oreilles, il a vu un toit qui tremblait au dessus de lui. C'était l'intérieur d'une voiture. Si les choses avancent comme prévu, alors ils devraient bientôt arriver à temps à destination.

    « Bon retour, Maître »

    La voix de Spina enveloppa le corps d'Aur, chatouillant la région près de ses oreilles. Elle a également compris que les forces d'invasion avaient été annihilées dans les passages souterrains.

    « Comment ça se passe ici ?

    - Nous arriverons bientôt. »

    Lilu éleva la voix depuis le siège du conducteur. Penser qu'ils pouvaient être vaincus si facilement... Aur a dû admettre que même lui ne s'y attendait pas. Mis à part le fait qu'il avait anticipé une invasion par le bas, pour que l'ennemi creuse une caverne gigantesque afin de les prendre en embuscade, truffés d'anges, les ennemis doivent vraiment avoir perdu la tête.

    « Qu'est-ce qu'il y a ?

    - .........Oh non, je me disais juste, pouvez-vous encore appeler ça une calèche même s'il n'y a pas de cheval ? »

    Murmura Aur, émergeant à côté de Lilu assise dans le siège du conducteur. Devant eux, il n'y avait pas le sol, mais une vaste forêt que l'on pouvait voir de loin.

    Cette voiture volait dans le ciel.

    « Ahhh....C'est vrai. En y repensant, je n'y ai jamais attaché un cheval, huh. Je l'avais oublié. »

    Ce que Lilu tenait dans ses mains, assise sur le siège du conducteur, n'était pas des rênes, mais un joystick. Fabriqué par elle, cette calèche volante était un arsenal polyvalent qui pouvait transporter jusqu'à 10 personnes dans les airs. Il n'avait aucune force particulière autre que le transport, et lorsqu'on le compare à la vitesse d'un dragon volant, il était assez lent.

    Pourtant, le fait qu'il pouvait ignorer le relief et transporter une grande quantité de personnel, ainsi que le fait qu'il était relativement facile à fabriquer et à reproduire, étaient des points où il excellait plus que tout. Avec Aur en tête et la compagnie des calèches , il y avait environ 500 autres voitures derrière eux. 5000 soldats montaient à bord.

    S'élevant au-dessus des portes et des forteresses, c'était un moyen économique de viser de près la capitale. L'invasion souterraine était autant une diversion qu'elle était susceptible d'être la clé de la victoire. Si l'une de ces stratégies était contrecarrée, l'autre stratégie pourrait être utilisée pour subir une attaque surprise. C'était à l'origine le plan, mais le côté souterrain a été rapidement contrecarré de façon inattendue.

    Cela dit, cela ne signifiait pas que l'attaque surprise elle-même était un échec. Si l'on en juge par l'importance de la protection axée sur le sous-sol, il devrait être plus rare en surface, et ils avaient réussi à gagner du temps.

    « Allons-y..........envahissez-les d'un seul coup ! »

    Ses yeux surplombant les portes de la capitale, Aur commença à donner des ordres.

    « Tu es en retard, idiot.

    - S'il te plaît, ne sois pas si déraisonnable, j'ai vécu quelque chose de vraiment terrible. »

    Couvert de terre et dans un état délabré, l'Immortel grogna.

    « ...Que s'est-il passé ? »

    A la question de Melisande, l'Immortel soupira, « Que s'est-il passé ? »

    « Au moment où j'ai crus les vaincre, l'ennemi provoque une magnifique explosion massive. Tout le tunnel est enterré et la plupart des anges sont écrasés à mort. Si je n'étais pas immortel, je serais mort aussi. »

    Utiliser les anges comme boucliers sur l'impulsion du moment pour sécuriser une petite zone dans la caverne et avoir un passage à portée de main, voilà les petites miséricordes au milieu du malheur. S'il n'y avait pas eu cela, il aurait probablement été enterré tout de suite après et incapable de prendre des mesures.

    « Il semble qu'il ne s'agisse pas d'un adversaire que l'on peut affronter par des moyens ordinaires. Regarde »

    Melisande pointait le ciel du balcon du temple. Flottant, il y avait 500 calèches volants.

    « Il semblerait que ce soit les forces militaires du Roi Démon Aur. Je ne m'attendais certainement pas à ce qu'ils aient ce genre de choses en leur possession. Des outils magiques....Non, peut-être que je devrais les appeler des armes magiques ou quelque chose comme ça.

    - Non, honnêtement, je m'en fous du nom. »

    Dire cela d'une voix exaspérée en réponse à l'habitude de Melisande d'être obsédée par des choses étranges, L'Immortel leva les yeux vers le ciel.

    « C'est plutôt mortel, non ?

    - Ouais. Assez mortel »

    Melisande acquiesça d'un signe de tête franc.

    « Il y a une distance considérable de Figlia pour venir ici. Comme ils ne transporteraient probablement rien en grande quantité, j'ai supposé qu'il n'y aurait pas d'attaque frontale, mais... »

    Melisande gémit d'une expression douloureuse.
    Ces voitures qui s'envolent dans le ciel pourraient transporter de nombreux soldats. De plus, s'envoler leur donnerait tout l'avantage. Il faudrait les considérer comme plus redoutables que leur nombre ne le laisse supposer.

    « Bien que je ne m'attendais pas à ça. »

    Melisande a rapidement tiré les cordons, sonnant la sonnette d'alarme. En réponse au carillon de la cloche, plusieurs tours se sont élevées, faisant des bruits de cliquetis dans le processus.

    « Ça ne veut pas dire qu'on ne doit pas s'y préparer »

    Les soldats s'alignaient en rangées au sommet des tours, préparant leurs arcs.

    « Notre adversaire s'est donné la peine de nous préparer de grandes cibles. Je les abattrai avec joie.

    - Dire qu'ils avaient ce genre de tours en réserve... » (NdT : l'ennemie à préparer des tours... tours en réserve ^^ jeu de mots de merde)

    Murmura Aur, regardant vers les tours construites à proximité qui entourent les murs d'enceinte de la capitale. Bien qu'ils ressemblaient à des tours de guet utilisées pour des choses comme tirer des flèches ou ériger des murs de château, ils allaient au-delà de ces objectifs avec leur grande taille. Il était clair que c'était une contre-mesure contre Aur et ses tactiques de haute volée.

    Les projectiles ont été tirés successivement à partir des arbalètes et des balistiques montés au sommet des tours. Aur augmenta la vitesse du chariot et esquiva, mais il n'y avait pas moyen de s'approcher plus près. Peu importe l'avantage qu'ils avaient par le ciel, c'était une distance que l'arc et les flèches ne pouvaient pas encore atteindre.

    « Vous savez, Laz... »

    Dit Lilu d'un regard lointain.

    « Avant de rencontrer Aur, fabriquer des armes était facile pour elle. La recherche était tout simplement amusante en soi, et elle a cherché à inventer des armes plus efficaces pour tuer des gens. »

    Lilu sortit une masse de fer d'un sac sur le chariot.

    « Elle ne comprenait pas très bien ce que c'était ou ce que cela signifiait. Elle ne le savait pas. Mais en te rencontrant, Aur, elle a pu comprendre ce qu'est la guerre... ce qu'elle faisait... et elle a arrêté de fabriquer des armes... »

    Et comme elle l'a montré à l'extérieur, elle a appuyé sur la détente sans hésitation.

    « Mais je suis un démon, donc je me fiche de toooouuuut ça.

    - Vous avez gâché beaucoup de choses. »

    Répondant au tir de Lilu, les forces alliées ont commencé à tirer. De forme cylindrique et composées de fer, ces armes étaient de l'artillerie, baptisées Flèches Eclairs. (NdT : Flash Arrows)

    L'artillerie a été construite de telle sorte que des balles de la taille d'un poing ont été tirées en déclenchant une petite explosion à l'intérieur du cylindre. En raison de cette construction, il était presque impossible de se déplacer en utilisant ces armes gigantesques et difficiles à gérer. De plus, la précision du tir n'avait rien de spécial, et le tir consécutif n'était pas une option efficace. Cependant, il y avait plusieurs avantages à tirer de l'utilisation de ces armes.

    Le premier avantage était la puissance. Ces armes pouvaient catapulter des munitions balistiques à la vitesse d'une flèche. Comme il se doit, leur puissance était énorme, il suffisait d'être à portée de tir pour faire voler la moitié d'un corps, même s'il s'agissait d'un chevalier portant une armure métallique. Si l'on utilisait des obus de plomb, même la sorcellerie protectrice n'aurait absolument aucun effet.

    Le deuxième avantage était la facilité d'utilisation. N'exigeant pas des quantités excessives d'entraînement comme des arcs et des flèches ou des balistes, n'importe qui pourrait les utiliser après environ 1 ou 2 heures d'entraînement.

    Et le troisième avantage était la longueur de la portée de l'arme. Tout en pouvant les porter sur soi, l'artillerie dispose également d'un champ de tir pouvant rivaliser avec des armes de grande taille telles que la baliste ou les arbalétriers.

    Comme maintenant, si on leur tire dessus depuis le ciel, ils pourraient même être attaqués d'un seul côté. C'était le résultat du démon Lilu maniant la connaissance de la sorcière Lazu sans réserve.

    Frappés par les Flèches Eclairs, les soldats qui utilisaient l'équipement sur les tours ont commencé à tomber successivement des tours. Contrairement aux cris d'exultation des soldats successifs qui écrasaient tour après tour, Lilu fronça les sourcils avec perplexité.

    « Bizarre... Qu'est-ce que ça veut dire ?

    - Qu'est-ce qu'il y a ? »

    LIlu a préparé sa Flèche Eclair en appuyant sur la détente. Sans erreur, la balle a touché directement une tour, éparpillant des éclats.

    « ... Ça ne tombera pas »

    Cependant, la tour a continué de résister sans s'effondrer. Selon les calculs de Lilu, même ce type de tour devrait pouvoir être détruit à partir du sol en tirant 2 ou 3 coups.

    « Plus grande que la normale, donc sa force est aussi augmentée...ne semble pas être le cas, n'est-ce pas ? »

    Lilu acquiesça immédiatement au commentaire d'Aur. Les éclats qui volaient si vite constituaient, pour ainsi dire, une sorte de bouclier. Pour ne pas affecter l'indépendance de la tour elle-même, les boucliers ont été conçus pour être faciles à briser.

    La plupart des tours étaient déjà détruites par l'armement aérien, en plus de laisser les soldats armés d'arcs criblés de blessures. On ne pouvait même pas dire que les armes assumaient la plupart du temps leur rôle. Dans la mesure du possible, on a fait preuve d'habileté dans ce genre de choses pour qu'il soit difficile de les briser.

    « Ce n'est pas bon, toutes les troupes, marche arrière.... »

    Avant que Lilu puisse finir de parler, des ombres scintillantes se précipitèrent de l'intérieur des tours en nombre infini.

    Paniqués, les soldats ont pointé les flèches Flash sur eux, mais pas un seul coup de feu n'a été capable de toucher ces ombres qui s'accéléraient progressivement vers le haut.

    « Ils nous ont eus... ! C'était donc leur objectif depuis le début !? »

    D'innombrables anges s'élevèrent des ombres de la tour. Ils tenaient des arcs et des flèches dans leurs mains. Venant de si près, l'évasion et l'interception n'étaient pas possibles. Ces tours n'étaient pas destinées à attaquer mais à cacher et protéger les anges.

    « C'est mauvais, qu'est-ce qu'on fait Aur ! Ils prennent les devants ! »

    À sa grande consternation, Lilu demanda de l'aide à Aur, qui était à côté d'elle.

    Pour éviter les tirs amis, la formation des voitures volante dans le ciel a été mise en place avec la première rangée comme limite supérieure. En faisant cela, on pourrait éviter de viser en diagonale vers le bas et de tirer accidentellement avec la Flèche Eclair sur un coéquipier à l'avant de l'appareil.

    Cependant, l'adversaire se trouvant dans les limites supérieures, cette formation de combat a plutôt fait demi-tour. Si quelqu'un essayait de tirer sur l'ennemi, il frapperait son coéquipier.

    Les première ligne forcés dans cette situation, étaient les seuls à pouvoir tirer avec les flèches Eclair, mais quand ils l'ont fait, cette fois-ci, lur nombres étaient trop faibles. Comme s'ils se moquaient des soldats parce qu'ils n'étaient que complétés par des tirs de balles et une précision de tir adaptée au tir vers le bas, les anges voltigeaient dans les airs en esquivant les balles et leur montrant une sorte d'exemple.

    Au lieu de cela, les flèches lâchées par les anges ont percé les chariots avec précision, les abattant l'un après l'autre. Aur a dressé des barrières magiques, arrêtant de justesse les tirs qui s'approchaient, mais il n'a pas pu protéger les troupes alliées ou leurs chars. En plus des artilleurs brandissant des flèches Flash, il devrait y avoir des sorciers dans les chariots, mais les flèches lancées par les anges étaient équipées d'une puissance suffisante pour faire de courtes manœuvres et pénétrer ces protections.

    « Aur, vos ordres pour annuler !

    - Ce n'est pas bon. Si nous exposons nos flancs ici maintenant, cela signifierait en soi l'anéantissement pour nous. »

    L'inconvénient des voitures était qu'elles étaient peu maniables. Toute l'armée ne pouvait pas battre en retraite. Il n'y avait pas d'autre choix que de tourner en sens inverse, mais l'armée ennemie ne semblait pas le permettre du tout.

    « Malgré tout, à ce rythme...Maître »

    Voulant au moins protéger Aur, Spina s'est préparée. Devant son regard, un ennemi s'est écrasé.

    Comme si certains anges avaient été frappés par hasard par des munitions de Flèche Eclair, Spina regarda les anges tomber : un, et encore un autre.

    « Qu'est-ce que.... ? »

    Sans réfléchir, Lilu et Spina sont apparues à l'extérieur de la voiture, surveillant leur environnement.

    Dans leur ligne de mire flottaient des dizaines de dragons volants et d'innombrables torrents de flèches.

    « Ils sont enfin arrivés, hein ? »

    Un large sourire se leva sur le visage d'Aur.

    « ...Le Clan Noir, Elen. Nous sommes venus dans l'obligation d'apporter notre aide au combat ! »

    Une voix nostalgique résonnait dans tout le ciel.
  • Bonsoir,

    C'est le centième message sur cette discussion ! *fête*

    Sur ce, bonne lecture :)


    Chapitre 17 : Puisons notre salut vers le ciel partie 6

    « Enfin... Attendez, alors vous saviez qu'ils allaient venir !?

    - Bien sûr que oui. C'est parce que je savais déjà depuis le début que nous ne pouvions pas gagner contre eux avec ce petit nombre. »

    Dehors, chevauchant un dragon volant, Mio et Elen agitaient leurs mains simultanément. Tout en rendant leur salut, Lilu pressa Aur.

    « Dites-moi ce genre de choses à l'avance !!!

    - On dit que pour tromper ses ennemis, il faut d'abord commencer par tromper ses alliés, non ? »

    Les noms d'Elen et de Mio se répandaient plus loin que prévu. La jeune fille qui pouvait chevaucher un dragon volant comme ses propres mains et pieds, et la belle elfe noire qui pouvait envoyer des flèches comme la pluie. L'unité de dragons du roi démon était d'une popularité comparable à celle des armées de sagas poétiques épiques et était bien connue pour être la branche principale de l'armée de l'Aur.

    C'est pourquoi Aur les avait sortis du labyrinthe. Leur confier une mission secrète à l'insu même de Lilu.

    « Haahahhahhahha ! Regarde bien mon arc ! Ma force militaire est de cinquante-trois mille hommes !!!

    - ...Elen est de bonne humeur...Cette fille, son caractère change quand il s'agit de se battre, n'est-ce pas ?

    - Plus précisément, peu importe la façon dont je vois les choses, je ne pense pas que les forces militaires soient de cinquante-trois mille hommes... »

    Lilu et Spina se moquèrent d'une manière calme en réponse à Elen, qui laissait tomber un torrent de flèches tout en riant fort. Ils ont calculé plusieurs dizaines de dragons volants dirigés. Aucun de ces dragons n'avait vécu dans le labyrinthe d'Aur et étaient probablement des dragons volants sauvages que Mio avait apprivoisés avec son propre pouvoir. (NdT : elle était paysanne à la base... Paye-ton-ascension)

    « Il y a probablement 53 personnes. Ce sont de puissants guerriers avec la force de cinquante-trois mille hommes. »

    La mission secrète qu'Aur a donnée à Elen et aux autres. Il s'agissait de rechercher les restes des elfes noirs et d'assurer le potentiel de guerre des bêtes magiques. Avec les elfes blancs sous le contrôle d'Aur, personne ne pouvait s'y opposer. Cela leur a apporté la liberté de chercher leurs camarades.

    De plus, plutôt que de laisser Mio seul et de s'occuper du rassemblement des bêtes magiques, il serait plus facile de mesurer l'augmentation du potentiel de guerre en sortant et en capturant des bêtes magiques.
    La dissimulation et le renforcement du potentiel de guerre. Aur les a envoyés hors du labyrinthe avec ces deux aspects à l'esprit. Attendez le bon moment, et ensuite, persuadez la Mio confuse.

    Et maintenant, ce temps était venu.

    Même si les anges avaient des ailes et s'envolaient dans les airs, il ne leur était pas du tout possible de gagner contre la vitesse des énormes et puissants dragons volants. En termes de combat terrestre, ce serait comme un combat entre les fantassins et la cavalerie. De plus, ladite cavalerie déclenchait d'innombrables flèches à volonté. Le nombre d'anges diminuait au fur et à mesure qu'ils regardaient.

    « Aur, ils sont....

    - Ouais, je sais »

    Aur hocha la tête en réponse aux paroles de Lilu. Les nombres étaient bien là, mais même parmi les anges, ils étaient au plus bas/moyen niveau. En comparaison avec les classes de démons, ils n'avaient pas plus que la puissance équivalente aux gargouilles ou aux chiens de l'enfer. Ce qui signifie que l'ennemi n'avait pas encore libéré sa principale force.

    « Préparez-vous. Nous y allons

    - Eh bien c'est mauvais.... »

    Murmura l'Immortel, regardant avec anxiété les anges qui tombaient et disparaissaient. Il suivait Melisande depuis plus de mille ans, mais c'était la première fois qu'il l'apercevait poussée dans une situation difficile en termes de tactique de combat.

    « Mauvais ? Qu'est-ce que c'est exactement ? »

    Mais Melisande a répondu avec un sourire.

    « Avidya, d'autres renforts ennemis ?

    - ...Aucun »

    Le Chevalier Avidya répondit d'une voix étouffée de l'intérieur de son casque en forme d'œuf, sans couture, qui bloquait toute vue. Ses yeux aveugles ne pouvaient rien voir. Cependant, sa clairvoyance lui permettait de voir sur des milliers de kilomètres sans obstruction et pouvait exposer toute chose cachée. (NdT : Wallhack)

    « Alors, on en finira avec ça. D'abord, faites taire cet archer grincheux, Balle Magique. (NdT : Magic Bullet)

    - Comme vous le souhaitez. »

    Saluant gracieusement, l'homme à la cape de plumes encochant son arc et tirant des flèches d'un coup sec.

    « Suivant. Tueur de Dragon, Plomb »

    Les deux grands hommes à la chair costaude se sont alignés.

    Se concentrant sur les dragons qui volent loin dans le ciel, le Tueur de Dragon a dégainé son épée. Puis il balança son épée horizontalement.

    « Chute »

    Plomb tendit les mains vers l'extérieur, augmentant sa puissance en murmurant.

    « Bien. Maintenant, enfin. Pion Bondissant, Cheveux de Feu. Finissez-les. » (NdT, Leaping Piece, je ne sais pas le retranscrire en Français.... et c'est peut-être un surnom d'un autre Héros Défunt, donc je ne le traduirai pas.)

    Hochant la tête, le chevalier blindé à corps plein a porté la jeune fille à petit gabarit et a sauté. Ils ont disparu instantanément.

    « Avec ceci, tout est en ordre....Tout se passe en gros comme prévu... »

    « Vous allez bien, Maître ? » Quand Aur a ouvert les yeux, il a vu le visage de Spina. Elle s'était transformée en liquide translucide à partir du cou vers le bas et était enroulée autour d'Aur. Il semblerait qu'elle l'ait protégé instantanément de la chute.

    « ...Que s'est-il passé... ? »

    D'abord, la pluie et la grêle de flèches qu'Elen et les autres avaient lâchées ont été interceptées et abattues. Il serait compréhensible que les flèches soient simplement bloquées. Mais ils ont été abattus à l'aide de flèches de la même façon. Aur ne pouvait même pas imaginer quelles compétences sacrées étaient nécessaires pour abattre des flèches à grande vitesse dans les airs.

    De plus, il était impensable de tirer des centaines de flèches simultanément. Un autre impact a secoué l'armée d'Aur alors qu'elle se remettait encore de la confusion de cet événement sans précédent. Soudain, les dragons volants ont été coupés en deux, aucun d'entre eux n'a été épargné. Les dragons volants étaient encore des dragons communs, loin de la puissance du dernier dragon, Metus. Même dans la famille des dragons, ces dragons n'étaient que la pointe de l'iceberg, manquant à la fois de force et d'intelligence.

    Pourtant, cela n'a pas changé le fait qu'il s'agissait de la race la plus forte du monde, les dragons. Loin de surpasser la force des bêtes magiques moyennes, leurs écailles ne pouvaient même pas être percées par les épées d'épéistes sans cœur. De plus, aucun type d'épéiste ou de mage ne pourrait diviser un dragon en deux... Bissectuer des dizaines de dragons sans même se révéler au grand jour.

    Au même moment, une irrégularité s'est produite avec les voitures qui s'envolaient vers le ciel. C'était comme si un vent bizarre s'était soudain mis à souffler, arrêtant le mouvement des chariots et les réduisant à des caisses en bois. C'est ainsi que les chariots ont naturellement commencé à plonger vers le bas, devenant les cercueils des soldats.

    « Seigneur. Qu'est-ce que c'était que ça... ? »

    Elen est apparue, légèrement égratignée. Mio et ses subordonnés étaient aussi derrière elle. Bien que tout le monde ait été légèrement écorché, il ne semblait pas y avoir de blessures graves.

    « Tu as survécu, Elen.

    - Oui, la forêt en dessous de nous était d'une grâce salvatrice »

    Les elfes étaient une race issue des fées de la forêt. Bien qu'ils aient souvent dévoilé leur habileté au tir à l'arc, leur aptitude magique n'était pas une raison de se moquer de leur talent. Il était simple pour eux de contrôler les feuilles des différents arbres et de créer un réseau qui adoucissait l'impact des chutes.

    « Ça fait longtemps, Elen, Mio. J'aimerais fêter nos retrouvailles, mais il semble que ce ne soit pas le bon moment... Les soldats semblent avoir été exterminés, Maître. »

    Avec une expression exceptionnellement tendue, Lilu revint aux côtés d'Aur. Ils avaient patrouillé autour des wagons tombés, mais il n'y avait en effet aucun autre survivant.

    « je ne comprends pas ce qu'a été la dernière attaque. Mais c'est pourquoi je pense que c'est probablement l'œuvre des esprits héroïques »

    La chose qui a abattu les flèches, la chose qui a fait tomber les dragons, et la chose qui a fait tomber les chariots. Tant que chaque méthode était entièrement différente, il était naturel de penser que chaque méthode était le fruit d'esprits héroïques différents.

    S'il y avait 5 esprits héroïques ou plus, cela signifierait la défaite. C'est ce qu'Aur a dit avant le début de la bataille. Il n'en restait plus que deux pour que la défaite se solidifie.

    « En tout cas, les voitures et les soldats sont tombés, et nous n'avons plus de renforts. Pour l'instant, nous retournerons dans le labyrinthe et réorganiserons notre position de combat. »

    Dessinant un carré magique, Aur a utilisé la magie de Lilu et Spina et s'est fait transporter. Deux ombres sont apparues à cet endroit une fois que tout le monde était parti. L'un d'eux, Leaping Piecet, saisit l'encens de mana restant, puis emporta à nouveau Cheveux de Flamme et sauta loin.

    Il s'agissait de l'attaque surprise la plus inédite à ce jour. Le clameur de l'alarme qui sonne, et la douleur de brûler son corps. En contrôlant un objet sacré, Aur était censé avoir échappé à la souffrance propre aux humains, et pourtant il sentait une douleur intense envelopper son corps, le tourmentant. C'était la preuve que le noyau du donjon était attaqué.

    « Qu'est-ce que ça veut dire... !? »

    Quand Aur a quitté la pièce, il était entouré de flammes pourpres.
    Le labyrinthe brûlait. Le mur de pierre imperméable, le sol, le plafond, tout jaillissait des flammes et prenait feu.

    « Une attaque ennemie.... !? »

    Même lorsque Spina avait attaqué depuis le sous-sol, il y avait encore de la liberté en termes de temps. Quelle que soit la méthode utilisée, il y avait des préparatifs pour gagner suffisamment de temps pour faire face à d'éventuels intrus dans le labyrinthe.

    C'était, impossible... Mais encore une fois, la défaite précédente était aussi impossible et difficile à comprendre. Il était clair que cette attaque ainsi que ces flammes de pierre à rôtir et de fer ardent étaient l'œuvre des grands esprits.

    Au milieu des flammes brûlantes et florissantes, Aur trouva deux personnages. Une fille à petit corps, et un chevalier dont le corps était en armure. La Princesse aux Cheveux Flamboyant et Leaping Piece... Confirmant la défaite, ce furent les 4e et 5e esprits héroïques.
    Puis Aur a dirigé sa voix vers cette figure familière.

    « ...Ça fait longtemps qu'on ne s'est pas vus. Yunis »

    Ne réagissant pas du tout, Cheveux de Flamme tira son épée.

    « Vous avez.... beaucoup changé. »

    N'écoutant pas ses actions, Aur continua à parler.

    « Je me souviens de vos derniers mots. ...Comme vous l'avez dit, je vous croirai. »

    Aur tendit rapidement les mains. Les yeux vides et vacants, Cheveux de Flamme a soufflé des flammes de son corps et s'est élancé vers lui.

    L'épée enveloppée de flammes transperça la poitrine d'Aur, brûlant son corps. Aur pourrait dériver de la douleur que ces flammes n'étaient pas des flammes ordinaires. Les flammes passionnées que Cheveux de Flamme avait gardées pour elle-même avaient tout brûlé. Que ce soit la pierre, que ce soit le fer, que ce soit l'âme, elle a tout brûlé.

    S'il était brûlé comme ça, même l'objet sacré n'aurait aucun effet. L'existence même d'Aur serait réduite en cendres. Et pourtant, Aur n'a pas bougé un seul muscle. Faisant confiance à Yunis, il la regarda tranquillement. L'épée glissa dans le ciel, brillante comme elle était balancée en un whoosh, décapitant le cou. Le cou a roulé sur le sol et a été instantanément entouré de flammes et brûlé jusqu'au sol. A ce moment, les flammes qui dérivaient autour du labyrinthe s'éteignirent. C'était parce que leur propriétaire, Cheveux de Flammes, était morte.

    « .....Tu me comprends assez bien, hein ? »

    Une voix étouffée se fait entendre à l'intérieur du casque.

    « Tu comprends, n'est-ce pas ? Pour qui pensais-tu que je faisais ces choses ? »

    Aur fit consciemment une grimace, répondant en guérissant ses blessures brûlées. Même si c'était pour créer une ouverture décisive, cela l'a fait frissonner alors qu'il était sur le point de faire brûler sa propre existence.

    « Je suis rentré....Alors, d'abord. Ça fait un moment, alors j'aimerais manger tes pâtes, Aur. »

    Dit Leaping Piece en jetant le casque et en montrant un sourire habituel, comme lorsqu'ils étaient encore vivants.

    (NdT : je viens de remarquer que cette partie est assez confuse mais en gros Leaping Piece est Yunis et Cheveux de Flammes est quelqu'un d'autre, Aur n'a pas mentionné a qui il parlait)
  • Merci Bien, MrDeni.
  • Bonsoir,

    Je pense avoir trouvé un rythme de partage décent, je vais l'appliquer pour voir si c'est faisable,
    on verra ça à la fin de la semaine.

    Sur ce, bonne lecture :)


    Chapitre 17 : Puisons notre salut vers le ciel partie 7 (et fin)

    « Yunis~~~~~ !

    - Wha, Lilu, uwah !? »

    Renversée par le plongeon de la pénible Lilu dans ses bras, Yunis roula de sa chaise. Juste avant cela, l'assiette qui contenait une fourchette et une montagne de pâtes ainsi que la table sur laquelle elle était assise ont été instantanément transférées dans le coin de la pièce.

    « ...Bon retour parmi nous, Yunis.

    - C'est bon d'être de retour, Spina. Tu as changé un peu ou quoi ? »

    Yunis a répondu à Spina à son propre rythme, se faisant serrer par Lilu tout le temps. Un point d'interrogation flottait au-dessus de sa tête quand elle a remarqué l'expression dure et la posture fermée de Spina.

    « Il y a beaucoup de choses que tu veux demander... Manges d'abord. »

    Tandis qu'Aur tenait deux assiettes de pâtes pleines dans ses deux mains, il les a posées sur la table.

    « Euh, ouais, je ne pense pas que même moi je puisse manger autant !?

    - Idiote, c'est ma part et celle de Marie. »

    Dit Aur d'un ton exaspéré en arrachant Lilu à Yunis et en ramenant la table à sa position originale. Cependant, cette assiette pleine était clairement trop grande, même pour Mari.

    « Aaah, Yu.... Pâtes ! »

    Marie a crié dès qu'elle est entrée dans la pièce. Elle avait regardé Yunis un instant, mais son attention s'est immédiatement portée sur les pâtes sur le dessus de la table.

    « Tu n'as pas beaucoup changé non plus, n'est-ce pas, Marie ? »

    Yunis a fait un sourire ironique en caressant Marie, qui se mettait intensément des pâtes dans sa bouche.

    « Mais c'était un peu inattendu. Je ne pensais pas que tu me ferais confiance d'une manière aussi directe, Aur. »

    Dit Yunis en lui apportant de la nourriture à la bouche.

    « J'ai simplement conclu que c'était la possibilité la plus probable. Ne vous méprenez pas. »

    Lilu a levé un sourire gai sur son visage en réponse à l'étonné Aur.

    « Si tout le reste a échoué, nous avions un plan B préparé pour vous forcer à retourner dans votre corps et vous laver le cerveau. Ouais, on n'a plus besoin de ce cadavre, alors vas-y, débarrasse-t'en.

    - Certainement

    - Attends, ne brûle pas mon corpsー !? »

    Quand les Yunis stupéfaits arrêtèrent Spina, qui hocha la tête sans hésitation, le professeur de magie et étudiant dit avec des visages sérieux, C'est évidemment une plaisanterie Bien sûr, c'était une plaisanterie. Elle n'avait jamais vu de plaisanterie sur aucun d'eux. ... Pensez-y comme s'ils se réjouissaient de nos retrouvailles, pensait Yunis alors qu'elle se forçait à accepter cela.

    « Oh, alors c'est pour ça que vous avez laissé le cadavre là... »

    Lilu poussa un soupir exaspéré.

    « Pour quoi pensiez-vous que ce serait encore là ?

    - Eh bien...Umm, valeur sentimentale...etc.

    - … Hah. »

    Tandis que Lilu donnait sa réponse, Aur ricana de rire.

    « Tch, cela m'offense un peuー ! »

    Yunis sourit ironiquement à leur échange habituel de va et vient.

    « Yunis, tu as faim ou autre chose ? »

    Demanda Marie en comparant avec ses yeux l'assiette vide de Yunis et le visage de Yunis.

    « Hein ? »

    Des larmes coulaient sur les joues de Yunis à un moment donné.

    « ...Voilà pour vous »

    Dans un malentendu, Marie a poussé son assiette vers Yunis sans hésitation.

    « Merci, mais je vais bien. »

    Yunis répondit avec un sourire joyeux, ne prenant pas la peine d'essuyer ses larmes qui coulaient sans cesse, submergée par le fait qu'elle était retournée à l'endroit où elle avait sa place.

    « ...Parce que ma poitrine est déjà pleine.

    - Alors pourquoi avez-vous porté ce casque ? »

    Une fois le repas bien animé terminé, Lilu fit un geste en direction du casque intégral qui se trouvait dans un coin de la pièce, et elle demandait. Elle avait favorisé les vêtements légers dans sa vie antérieure, il n'était donc pas possible qu'elle se soit donné l'occasion de porter un casque.

    « Je ne suis pas douée pour jouer la comédie... Alors je l'ai portée pour ne pas trahir mes visages avec mes expressions faciales. Il y a aussi le fait que les esprits héroïques ne changent généralement pas leurs expressions. »

    Les esprits héroïques pourraient apparemment changer leur équipement jusqu'à un certain point. C'était fondamentalement la même idée que la capacité de Lilu à façonner des vêtements avec du mana.

    « Ce qui veut dire que comme je le pensais, vous pouviez vous déplacer librement dès qu'ils vous traitaient d'esprit héroïque. Je ne ressentais aucune intention de tuer, alors j'ai pensé que c'était bizarre...

    - Ouais... C'est parce que mon grand frère m'a aidé »
    Yunis marmonna cela avec une expression un peu douce.

    « Le pouvoir du grand frère est le plomb. Cela nie tout artefact/technique, niant leur existence. Et les arts légitimes ne font pas exception. Ainsi, sans être lié par les arts légitimes du saint, j'ai pu agir librement.

    - C'est donc Zitelid qui a fait tomber les voitures qui planaient dans le ciel. ...Mais si c'est le cas, ne gardent-ils pas aussi leur ego ? »

    Yunis acquiesça à la question d'Aur.

    « Oh, et Père m'a aidé aussi. C'est juste qu'ils semblaient plutôt déterminés à te vaincre, Aur, alors je ne pense pas qu'ils seront des alliés.

    - ...Alors Wolf est aussi là, hein ? »

    Dire des choses comme Prends soin de ma fille...Aur en avait assez de lui. C'était quelqu'un qu'Aur n'aimerait plus jamais revoir si il pouvait s'en empêcher.

    « Êtes-vous prêt à vous prosterner devant lui en disant Donnez-moi cette jeune femme, s'il vous plaît ?

    - Si ça s'arrête là, je m'inclinerai autant de fois qu'il le voudra. »

    Après tout, une longue histoire le révélerait comme le plus grand et le plus célèbre roi héros de la terre. Il était réputé pour vivre jusqu'à un tel âge, engendrant des enfants qui devinrent aussi des héros connus dans le monde entier. S'il allait plus loin et devenait un esprit héroïque, il serait raisonnable d'imaginer que la vieillesse n'aurait plus d'importance pour lui, regagner 100% du pouvoir de l'âge d'or de Wolf.

    « Combien y a-t-il d'esprits héroïques ?

    - Avec moi inclus, ça ferait 7 personnes. Et, chacun d'entre eux a ses propres capacités uniques... en utilisant quelque chose comme la magie. »

    Yunis bondit avec une secousse, se transportant juste en face d'Aur.

    « J'ai ceci. Ça s'appelle Le saut en longueur. Cette capacité ignore les barrières ou les longues distances et vous permet de vous déplacer n'importe où en un instant. On dirait que vous pouvez aussi poursuivre le mana de quelqu'un pour traquer sa destination de transport magique. Je suis limité à me porter moi-même et tout au plus à une autre personne, bien que »

    C'est ridicule, pensa Aur. Ignorant les barrières et la distance, c'est le genre de pouvoir qui a renversé les fondements mêmes de la magie.

    « Grand frère a le Plomb, l'annulation de tout type d'art/technique. Le père est le Tueur de Dragon, et si son adversaire est un dragon, il peut les tuer sans condition, apparemment.

    - ...Donc ça a un rapport avec son grand exploit, hein ? »

    La naissance de la porte de transport que Yunis avait accomplie quand Aur a été capturé à Figuria. C'était en fait probablement sa plus grande réalisation de ses grands exploits, en utilisant son pouvoir. Et maintenant, Aur était venu se faire une bonne idée de ce qu'étaient vraiment les arts légitimes.

    Tout comme les choses tombent sur la terre, Wolf ne pouvait pas perdre contre un dragon. De mettre en place des règles elles-mêmes qui rendent une telle chose naturelle. C'était l'essence même de l'art légitime.

    La raison magique tordue, mais la magie avait ses propres règles magiques. On pourrait peut-être les appeler la logique de la magie. Ce qui pouvait et ne pouvait pas être fait avec la magie était clair, et certaines choses étaient gravées dans la pierre et dans le bon sens. Les arts légitimes l'ont déformé, l'ont tordu.

    « Je ne peux pas dire exactement quelles sont les capacités des 4 autres. Je viens d'en tuer un, donc trois de plus, je suppose. On les appelait Balle magique, Avidya et l'Immortel. »

    « ... Balle Magique et Avidya sont probablement La Balle Magique de l'Archer Rex et, Gaius l'Aveugle. Quant à l'Immortel... Je ne sais pas. »

    Aur a fouillé dans ses souvenirs, trouvant des noms de héros applicables. Rex était aussi connu sous le nom de Cent en un coup, un maître archer qui ne manquait jamais ses flèches. Il n'y a eu qu'une seule fois dans sa vie où le but de la flèche a été dévié par le plan de quelqu'un, tuant sa femme sur le coup.

    Gaius l'Aveugle était un cas particulier d'avoir acquis son statut de Héros. Baignant dans le sang des saints, on disait qu'il recouvrait la vue. Par la suite, on a dit qu'il a tué avec dévouement de nombreux monstres et qu'il s'est battu pour le bien du monde, mais qu'il a été tué par le disciple d'un saint.

    « Heeey, les esprits héroïques sont ce que deviennent les héros après leur mort, non ?

    - Qu'est-ce que tu dis si tard dans la conversation »

    Lilu frappa des mains aux mots exaspérés d'Aur.

    « Non... Je me disais que si Immortel ne meurt pas, comment est-il devenu un esprit héroïque ? »

    Unh, Aur marmonna un instant. Mais ce n'était pas parce qu'il pensait que les mots de Lilu frappaient juste.

    « ...Au contraire, les héros immortels ne sont pas rares. Cependant, comme le suggère le sens, il n'y a pas de héros qui ne meurent pas. »

    La capacité d'un héros était généralement donnée par Dieu. Si même ce dieu était détruit, il n'y avait aucune chance que les héros ne soient pas détruits.

    « Pour la plupart d'entre eux, il y a une sorte de point faible, et si vous frappez là, ils meurent. Cela pourrait être leur cheville, leur dos, ou même la garantie d'une sorte de contrat. »

    Mais ce n'était que la loi de la surface de la terre. Les arts légitimes des héros qui ont poli sur terre leur pouvoir donné par Dieu et se sont levés au ciel étaient des capacités qui dépassaient de loin cette limite.

    Un homme immortel devenu esprit héroïque mourrait-il après tout... ?
    Une teinte d'inconfort flottait sur le cœur d'Aur.
  • septembre 2018 modifié
    Bonsoir,

    Actuellement le rythme d'une partie de chapitre de Maou no hajimekata et de Yojo Senki par semaine est le meilleur que je peux faire pour le moment...

    Malgré avoir dis de vouloir "prioriser Maou" pour pouvoir le mettre au même niveau que la traduction anglaise et après pouvoir me concentrer sur Yojo Senki.
    C'est compliqué car la traduction anglaise est maintenant très actifs (1 partie de chapitre par jour) car que le créateur du site de traduction a commencé grâce aux dons a engager des traducteurs, ils m'ont mis 1 sidestory et 1 chapitre d'avance, alors qu'à l'époque (début septembre) il y avait juste 2 partie d'avance...

    Donc dorénavant, le rythme sera de : 1 partie de chapitre de chaque par semaine.

    Sur ce, bonne lecture :)


    ATTENTION AUX PERSONNES DE -18 ANS : ce chapitre contient des thèmes ou des scènes qui ne conviennent pas aux jeunes lecteurs, donc lisez seulement au-delà de ce point si vous avez 18 ans ou plus.

    VOUS ETES AVERTIES.
    _______________________________________________________________________________________________________

    Chapitre 17 Histoire Parallèles
    : Préparons nous pour la bataille finale partie 1

    « Vous avez fini vos préparatifs, tout le monde ?  »

    A la question d'Aur, Lilu, Yunis et Spina acquiescèrent de la tête avec obéissance.

    «  Ce sera probablement la dernière bataille, alors profitons-en pleinement. »

    Répondant à sa déclaration silencieuse, les filles se sont rassemblées autour de lui.

    Ils se trouvaient maintenant dans un énorme hall qui était fait en reliant plusieurs pièces. Toutes les maîtresses d'Aur y étaient rassemblées.

    Outre les trois mentionnées ci-dessus, il s'agissait de toutes les femmes qu'il avait incluses dans les rangs de ses sous-fifres : Marie, Ellen et Mio, Nadja, Sharl, Wikia et les membres du groupe d'aventuriers de Faro. Derrière, il y avait un groupe de marchands de nains astucieux. Plus loin, Olivia, l'ancienne reine de Figlia, et ses deux belles filles, Patricia et Priscilla, qu'il avait déshonorées et humiliées devant leurs propres sujets, et derrière elles se tenaient les filles déprimées du village, qui ont été sacrifiées. En dehors d'eux, il y avait aussi des harpies qui aimaient manger par-dessus tout, des succubes semblables à celles de Lilu et d'autres membres du genre démoniaque et les belles dames de la forêt de White Alv gouvernée par Celes, dont on disait qu'elles étaient non seulement exquises de beauté, mais aussi très travailleuse.

    Le nombre total de personnes rassemblées a dépassé la centaine. Comme il y a longtemps qu'il n'a pas été présent devant un si grand groupe d'adeptes, Aur a décidé de les rencontrer non pas par l'intermédiaire d'un substitut de lui-même, mais en personne.

    «  Dans ce cas, permettez-moi de commencer. Aur, tu aimes les seins, non ?

    - Je ne perdrai pas quand il s'agit de taille ! »

    Lilu et Olivia ont libéré leurs fortes poitrines des chaînes de leurs vêtements, les exposant à Aur pour qu'il puisse les voir. Cela ne devrait surprendre personne. Il était tout à fait normal que les propriétaires de ces magnifiques bustes se battent entre eux pour l'affection de leur maître bien-aimé.

    «  Peu m'importe qu'ils soient grands ou pas, mais.... »

    Entouré des deux côtés par les fruits mûrs de ses maîtresses, Aur prit l'une d'elles dans chacune de ses mains. Les seins de Lilu avaient la forme d'une déchirure avec des mamelons rigides et durs comme du roc qui en sortaient. Malgré leur énorme volume, ils ne s'affaissaient pas du tout, se tenaient raides et fiers, se penchant légèrement vers le haut comme s'ils voulaient défier la gravité. Leurs pointes étaient de la couleur des cerisiers en fleurs, à l'air savoureusement raides, comme s'ils invitaient Aur à en prendre une bouchée.

    Pendant ce temps, les seins d'Olivia avaient une forme de cloche splendide qui pouvait vous faire vous demander si oui ou non elle avait déjà donné naissance à deux enfants. En termes de taille, ses seins pourraient facilement rivaliser avec ceux de Lilu. Elle était vraiment une digne adversaire pour une succube. Au contraire, ses mamelons étaient un peu plus gros et brunâtres, mais il ne servait qu'à amplifier son charme. Quand il les a sucées, le lait frais et sucré a commencé à déborder.

    Pour les deux, non seulement la taille, mais aussi le goût et la douceur étaient vraiment une première qualité.

    « Vraiment, ils sont tous les deux splendides.

    - Ahh~~~ Il n'y a pas de plus grand plaisir pour moi que de recevoir un tel éloge de vous, Seigneur Aur.

    - Allez-y, goûtez-les à votre guise. »

    Réjouis après avoir entendu les louanges de leur maître, les deux femmes s'approchèrent lentement du bas de son corps et commencèrent à appuyer leur poitrine contre lui.

    « Et ce trésor, Sire ?

    - Je suis aussi prête à vous servir en échange d'une compensation monétaire, ô puissant Seigneur Démon.

    - Moi aussi. »

    Faro s'approcha d'Aur et enleva son pantalon avec des mouvements légers et nonchalants pendant que la femme gnome essayait de s'en tenir à la chose qui en sortait. Marie profita de cette occasion pour se jeter sur sa virilité, l'avalant de toute sa gorge. (NdT : toc* toc* F.B.I. OUVREZ)

    En ce moment, il y avait trois filles qui le servaient entre ses jambes.

    « Vous pouvez vous joindre à elle, ça ne me dérange pas. »

    La fille gnome s'est approchée de lui et a jeté ses vêtements sur le côté, ce qui lui a permis de voir de près son physique et ses traits faciaux, si différents de ceux d'un humain normal. Maintenant, elle n'était vêtue que d'une mince robe soyeuse qui montraient clairement son corps, mais qui gardaient sa partie la plus importante hors de vue.

    «  Ahhhh, il est devenu si grand. »

    Souriant joyeusement, Faro a léché le truc d'Aur avec vivacité. En observant attentivement les réactions de ce dernier, elle lui a étendu la gorge et a décelée ses points faibles partout.

    «  Nnn, nmuuuuuu..... »

    Comme un chat en chaleur, Marie a aussi fait plaisir à Aur avec sa langue. Il n'y avait pas de technique dans ses mouvements, ce sont les caresses simples d'un petit enfant. Il est fort possible qu'elle ne comprenne même pas le sens de ce qu'elle fait en ce moment. Cependant, son désir de rendre Aur heureuse était sincère, et la voir essayer de le faire lui apportait plus de satisfaction que tout plaisir physique.

    «  Alors, nous allons aussi.... »

    La femme gnome sortit de sa robe et positionna son corps robuste entre les jambes d'Aur et se mit à ramper sa langue sur lui. Envoûté par les côtés par deux paires d'énormes seins et par l'avant par trois langues, Aur se noyait littéralement dans un désir irrésistible, et comme tel, il atteignit son apogée.

    En conséquence, le visage enfantin de Marie a été souillé par l'essence nuageuse de la vie d'Aur. Faro a léché avec empressement son sperme sur son visage et s'est mis à aspirer les graines restantes à l'arrière de l'urètre de son membre encore debout.

    « Je serai le premier à recevoir ta semence en moi. »

    Lilu annonça à Aur et aux autres qu'elle le chevauchait, dévorant son pénis avec ses parois charnues qui aspiraient avidement chaque goutte de sperme de lui.

    « Alors je m'occuperai de cet endroit. »

    Olivia s'est déplacée dans le dos d'Aur et a pressé ses collines jumelles contre lui. Faro et la fille gnome ont rempli les taches vidées par Lilu et Olivia et poussé leurs seins dans les paumes d'Aur.

    « Aaah, Aur, encore, touche-moi plus !

    - Seigneur Aur, s'il vous plaît.... amusez-vous encore plus ! »

    Dès qu'il toucha leurs seins, Faro et la fille gnome élevèrent la voix avec joie. Quant à Marie, elle a continué à faire plaisir aux parties de l'entrejambe d'Aur qui n'ont pas été avalées par le pot de miel érotique de Lilu.

    « Nhaaaa....... Aur.... ! »

    La salive ruisselait du coin de la bouche de Lilu, tandis qu'elle regardait Aur avec une expression enchantée, alors qu'elle enroulait ses jambes minces autour de sa taille dans une serrure de jambe qui lui faisait atteindre son pénis jusqu'à l'entrée de son utérus.

    « Il n'y a pas de raison d'avoir peur. Je ferai tout pour vous.... Ain..... »

    Quand les yeux d'Aur s'ouvrirent à cause de ce murmure inattendu, il vit que Lilu souriait d'une expression espiègle.

    « ...Tout comme elle ?

    - Non, pas du tout. »

    Ce sont les mots de Raz. Les mots que la femme qui allait devenir son mentor lui a murmurés à l'oreille le jour de leur première rencontre.

    «  Tu ne l'as peut-être pas remarqué, mais à cette époque, Raz était aussi vierge. Même si elle a essayé d'agir comme une grande sœur expérimentée. »

    Découvrir ça après soixante-dix ans a vraiment choqué Aur. Pour lui, son professeur était la femme parfaite qui pouvait tout faire.

    «  Je vois, donc c'était comme ça. Bon à savoir, bon à savoir en effet. Je vous récompenserai pour me l'avoir dit. »

    Aur éjaculait avec force à l'intérieur de Lilu, y mettant beaucoup de son pouvoir magique.

    « Eh ?! A-atten.... uuooh, a,a,aaaaaaaaaaaaaahhh ! »

    Lilu cria d'une voix aiguë, sentant l'énergie magique inonder son corps après si longtemps.

    « Voilà, je vais te donner beaucoup de la semence que tu aimes tant ! »

    Tant qu'il avait une source d'énergie magique, sa force vitale était pratiquement inépuisable. De plus, il maîtrise l'art d'éjaculer sans éprouver de plaisir sexuel. Donc s'il l'avait voulu, il aurait pu continuer à jouir comme ça pour toujours. (NdT : c'est n'importe quoi...)

    « A-Attends... c'est... trop...... Je vais devenir folle... !!!!!!!!!!! »

    Pour Lilu, une succube, le sperme d'Aur ressemblait à un puissant aphrodisiaque. Il continuait à sortir de lui, et son corps tremblant et affamé avalait tout, quelle qu'en soit la quantité.

    « A,aaaaaaaaaaaaahhh ! Aaaaaaaaaaaaaaaaahhhhhhhhh !!! AaaaaaaaaaAAAAAAAAAAHH !!!!!! AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH !!!!!! »

    Aur n'arrête pas l'élan de son éjaculation, même lorsque l'estomac de Lilu devient si gonflé par son sperme comme s'il y avait un enfant à l'intérieur. Le plaisir a agressé Lilu comme une vague, l'amenant à l'orgasme si violemment que ses yeux se sont retournés et elle s'est évanouie. Ce n'est qu'alors qu'Aur a arrêté son éjaculation.

    Quand il a finalement retiré son membre glissant d'elle, tout son sperme a commencé à sortir du vagin de Lilu, accompagné d'un bruit obscène et négligé. La laissant aux soins d'autres personnes, Aur a cherché autour d'elle une nouvelle fille avec qui jouer. Cependant....

    Il fallait s'y attendre, mais après avoir vu Lilu vivre une telle dévastation sexuelle, Faro et la fille gnome ont essayé de ne pas le regarder directement dans les yeux. Seule Marie bougeait d'impatience, mais Aur hésitait encore à avoir des rapports sexuels avec elle. S'il l'avait fait, la fille aurait pu finir coupée en deux.

    «  Seigneur Aur, s'il vous plaît, remplissez-moi l'intérieur avec votre semence ensuite. »

    Balançant ses énormes seins, Olivia se tint devant Aur, se pencha et lui ouvrit sa place secrète avec ses doigts.

    «  Je veux que tu me fécondes à nouveau. Alors s'il vous plaît, remplissez-moi de beaucoup, beaucoup de votre sperme, mon Seigneur. »

    Même après avoir été témoin de la scène qui pouvait faire vomir, elle voulait quand même le faire. Voyant sa détermination, le cœur de toutes les filles présentes sur les lieux s'est rempli du respect fraîchement découvert pour l'ancienne reine.
  • Nice, merci!
  • octobre 2018 modifié
    ATTENTION AUX PERSONNES DE -18 ANS : ce chapitre contient des thèmes ou des scènes qui ne conviennent pas aux jeunes lecteurs, donc lisez seulement au-delà de ce point si vous avez 18 ans ou plus.

    VOUS ETES AVERTIES.
    _________________________________________________________________________________________________________

    Chapitre 17 histoire parallèle
    : Préparons nous pour la bataille finale partie 2

    « Ahhhh, Seigneur Aur, Seigneur Auuuuur ! Là, juste là ! Plus, je vous en supplie ! S'il vous plaît, allez encore plus loin à l'intérieur de moi !!!!!  »

    Les seins généreux d'Olivia tremblaient, tout comme son corps tout entier, alors qu'elle se faisait percer par derrière par un immense plaisir.
    Pendant qu'il la violait, sa main droite caressait les seins de Faro, tandis que sa main gauche caressait légèrement les fesses de la fille gnome. Un jus collant et transparent débordait de leur entrejambe. Peu de temps après, Aur a encore joui, répandant son sperme partout sur les filles, mais pour Olivia, c'était en fait la deuxième portion de son sperme.
    Tout en fondant de plaisir, le vagin d'Olivia s'enroule et se resserre autour du membre d'Aur, implorant jusqu'à la dernière goutte de sa semence. C'était peut-être dû au sang de succube, mais dernièrement, elle est devenue beaucoup plus obscène et audacieuse.

    « Je vais jouir ! Prends tout, Olivia !

    - Aaah, le sperme du Seigneur Aur... il en sort tellement ! Encore, remplissez-moi de ça, s'il vous plaît ! »

    Elle s'effondrait sur sa masculinité avec ses fesses grassouillettes si sauvagement qu'à un certain point Aur a commencé à s'inquiéter qu'il pourrait effectivement casser sa colonne vertébrale. Et elle a tout fait pour s'assurer qu'aucune goutte de sperme de son maître n'échappe à son vagin serré. Grâce à cela, tout ce qu'Aur a libéré en elle est allé directement dans son utérus sans faute. Et le plus effrayant, c'est qu'Olivia faisait tout cela inconsciemment sans même s'en rendre compte.

    « Passons aux suivantes. Ellen, Ceres, venez ici ! »

    Finissant la premiere série de ses maîtresses, Aur a décidé d'aller chercher ensuite les chefs des Elfes Noirs et Blancs.

    « Mou... Pourquoi dois-je aller avec elle ?

    - De tout le monde, pourquoi le chef du clan noir ? »

    Leur relation était profondément enracinée dans la haine mutuelle. Depuis qu'ils sont devenus les sous-fifres d'Aur, ils ne pouvaient plus se battre entre eux, alors ils ont fait de leur mieux pour s'éviter mutuellement. Mais maintenant, leur maître les a appelés tous les deux à ses côtés, de sorte qu'ils ne pouvaient rien y faire, si ce n'est se regarder l'un l'autre avec des expressions troublées.

    « N'oubliez pas que vous êtes mes subordonnés. Tous les deux. Et il en va de même pour vos clans. C'est pourquoi je veux que vous oubliiez toutes vos petites querelles et que vous consacriez tous vos êtres à me servir.

    - Comme on peut s'y attendre de la part de mon maître. Cependant, s'il est vrai que je ne ressens rien d'autre que de l'amour et de l'affection profonds pour vous, je n'ai jamais juré de tout vous donner. Je ne peux tout simplement pas t'offrir toute ma vie. »

    Entendre Ellen le dire sur un ton froid, a fait rire Ceres.

    « Comme je le pensais, je ne supporte vraiment pas les membres du clan noir.

    - Qu'est-ce que c'était ?! »

    Les yeux d'Ellen s'illuminèrent d'une lumière dangereuse, mais Ceres l'ignora tout simplement et s'accrocha à Aur.

    « Seigneur Aur, contrairement à cette catin ingrate, j'ai décidé de t'aimer de tout mon être. Toute ma vie, dans toute sa longévité, est maintenant à toi de la contrôler. Je le jure sur mon nom de White Celestia. »

    Cérès a fait son vœu à Aur par un baiser respectueux. Aur s'en est réjoui, vu qu'à l'origine les membres des Elfes Blancs juraient leur amour et leur loyauté envers un seul partenaire dans leur vie. Sachant que Cérès était maintenant sa femme malgré son amour pour Evan, il a ressenti une immense satisfaction.

    « Wha- ! Tu sais ce que ça signifie pour les Elfes Blancs ?

    - Mais bien sûr. Mais s'il vous plaît, Dame Ellen, n'y pensez plus. D'ailleurs, ce n'est pas comme si vous pouviez faire la même chose pour les Elfes Noirs, n'est-ce pas ? »

    Dit Celes à Ellen en lui envoyant un sourire radieux mais venimeux. Ellen répondit de la même façon, jetant un regard méprisant à Ceres.

    « C'est une provocation si facile, mais je vais laisser passer cette fois. Cependant, ne vous méprenez pas. Je n'ai pas l'intention de rivaliser avec vous. Tout ce que vous avez à faire est de vous rendre utile au Maître. Mais sachez ceci ! Personne n'apprécie le Maître plus que moi ! Et je n'ai pas à rivaliser avec vous pour le prouver !

    - Ouais, ouais, peu importe si ça vous fait plaisir, je suppose. »

    Après s'être énervée sur Ceres, Ellen s'est tournée vers Aur et s'est raclée la gorge.

    « Ekhem. Alors.... c'est comme ça entre nous. Seigneur Aur, moi, Eleonora des Elfes Noirs, je jure ma loyauté envers vous en mon nom. Aussi incompétent que je sois, j'espère que vous continuerez à veiller sur moi. »

    En entendant la déclaration d'Ellen, Aur hocha la tête avec un sourire satisfait.

    « Pourquoi ne pas me servir vos magnifiques seins pour prouver votre loyauté ? »

    N'attendant pas leur réponse, Aur sortit son truc de son pantalon et le poussa devant les deux visages des femmes. En le voyant de près, les visages de Cérès et d'Ellen étaient tachés d'un rouge profond. Pressant leurs seins avec leurs mains, elles ont pris en sandwich le membre d'Aur entre elles.

    « En termes de taille, je suis évidemment la gagnante. »

    Ellen ricana et sourit triomphalement. Avec sa peau sombre, douce et élastique, elle émettait un sentiment d'élégance et de dignité semblable à celui d'un chat. Ses seins volumineux étaient également lisses au toucher et si élastiques que si vous les pressiez avec un doigt, ils rebondissaient tout de suite. Ça doit être la même chose pour son vagin.

    « Être gros n'est pas la seule chose qui compte. Ne pensez-vous pas que la douceur soit plus féminine après tout ? »

    Contrairement à Ellen, la peau de Ceres était soyeuse et blanche comme neige. Sa poitrine était si moelleuse et douce que les doigts d'Aur y sont aspirés et sa forme a changé, même avec le plus petit de ses mouvements. Les caresser ressemblait à un rêve devenu réalité.

    « Peu importe lequel d'entre vous est supérieur à l'autre. Ce qui est vraiment important, c'est de combiner vos forces et de travailler ensemble. »

    Aur parlait ainsi tout en étant enveloppée de seins noirs et blancs.

    « Une option peut devenir ennuyeuse après un certain temps, mais avec les deux options combinées, les possibilités sont infinies ! C'est pourquoi je vous ai ordonné de me servir ensemble. »

    Aur essaya d'arranger ses mots avec soin, mais il n'avait aucune garantie que ces mots leur parviendraient.

    « Si c'est le désir du maître, alors je suppose qu'on ne peut rien y faire.

    - Tu m'as enlevé les mots de la bouche. C'est pour le bien de Seigneur Aur. »

    Les chefs des deux clans allongèrent leur langue et léchèrent le bout de la chose d'Aur tout en tenant le reste entre leurs seins. Il était complètement recouvert de sensations douces et engourdissantes car il était massé par quatre seins et deux langues.

    Et même si tous deux se détestaient avec passion, elles en savaient aussi plus l'une sur l'autre que quiconque, et utilisaient cette connaissance pour coopérer entre elles. Si Ellen léchait le dessus, Celes s'occupait des testicules, et si Celes léchait le manche, alors Ellen faisait plaisir au gland.

    « Kuh...... ! Je vais bientôt jouir ! »

    Sentant que ses hanches commençaient à bouger et à trembler, les deux Elfes ont renforcé leur attaque sur la virilité d'Aur. Désirant ardemment sa semence, leurs langues s'enroulèrent autour d'elle et s'enroulèrent autour d'elle.

    Le pénis d'Aur n'a pas mis longtemps à céder. Enthousiasmé par les deux langues habiles, il jeta son liquide blanc sur les seins et les visages des elfes. La peau brune devient blanche et la peau blanche est peinte d'un blanc plus foncé. C'était un spectacle incroyablement érotique, mais très beau.

    « Haaaaaaaa...... ! »

    Sentant l'essence chaude d'Aur sur leur peau, Ellen et Celes gémissaient toutes les deux de la même voix ensorcelée.

    « Je vais ensuite vous remplir l'utérus. Allongez-vous. »

    Suivant les ordres d'Aur, Celes s'allongea sur le lit sur son dos et Ellen la chevaucha comme si elle voulait l'embrasser. Ils étaient maintenant dans une position où leurs lieux les plus sacrés se frottaient fortement entre eux.

    « Fuaaaaaaaaaa!!!!! »

    Sans prévenir, Aur a attrapé le derrière d'Ellen et l'a pénétré avec son truc. Elle était déjà si mouillée que le jus qui s'écoulait d'elle lui permettait de se déplacer librement sans aucune résistance.

    « Haaaaaaaaaaaaaaannnn !!!!!!!! »

    Ensuite, Aur se retira rapidement d'Ellen et pénétra dans Celes. Comme avec Ellen, son pot de miel était glissant et mouillé.

    « Aaaaa, aaah, haa, haaaaaaah, aaaaaaaaaaaaahhhhhhhnnn !

    - Haaaa, nnnnnnnn, yaaaaaaaa, aaaaaahhhh !!!!!! »

    Chaque fois qu'Aur passait d'une fille à l'autre, ses oreilles recevaient une belle symphonie de voix lascives et de sons indécents et négligés.

    « Aaaaah, maî....tre ! Assez... Je suis... Je suis à ma limite !

    - S'il vous plaît, Seigneur Aur, ayez pitié ! »

    Ellen et Celes criaient en même temps. Même si Il l'est enfoncé en eux, il s'est immédiatement retiré, les laissant insatisfaites. C'était un test ultime d'endurance sexuelle et de patience. Et ils ne pouvaient plus le supporter, car ils secouaient leurs fesses et étalaient leurs pétales, invitant leur maître à se libérer en eux.

    « Comme vous le souhaitez. Je vais jouir! »

    Aur inséra sa lance charnue entre leurs ventres et augmenta la vitesse de ses mouvements, stimulant leurs bourgeons floraux avec Son embout.

    « A, a, a, a, aa, aa, aaaa, aaaaaaAAAAAAAAAAH !!!!!!!!!!!!!!!!

    - Ahn, aaaaaah, haaaaaaaaaaAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA !!!!!!!!!!!!!! »

    Incapables d'en supporter davantage, les deux elfes se sont embrassés. A ce moment, Aur perça violemment Ellen et se libéra en elle de toutes ses forces.

    « FUUUUUUUUUUUUAAAAAAAAAAHHHHHHH !!!!!!!!!!!!!!!!!!! »

    Creusant en elle pendant quelques secondes, il sortit et inonda le ventre de Cérès avec une autre portion de sa semence.

    « HAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA !!!!!!! »

    Celes a crié aussi fort qu'Ellen. Tout en les remplissant, Aur contrôlait sa respiration et ajoutait de l'énergie magique à son sperme.

    En fin de compte, les chefs des clans blancs et noirs s'embrassaient encore, fatiguées et essoufflées. Aur les regardait avec une expression satisfaite et le sperme coulait encore d'eux, sentant que c'était le début d'une nouvelle et durable alliance.
  • octobre 2018 modifié
    Bonsoir,

    Je tiens à vous prévenir que mes études me prennent du temps, ce qui explique pourquoi j'ai pas sortis la suite de Yôjo Senki.
    Pour ceux qui suivent cette discussion je vais essayer de le sortir ce week-end, d'ailleurs il y aura une importante question au sujet de cette traduction.
    Sur ce, bonne lecture :)


    ATTENTION AUX PERSONNES DE -18 ANS : ce chapitre contient des thèmes ou des scènes qui ne conviennent pas aux jeunes lecteurs, donc lisez seulement au-delà de ce point si vous avez 18 ans ou plus.

    VOUS ETES AVERTIES.
    ___________________________________________________________________________________________

    Chapitre 17 histoire parallèle
    : Préparons nous pour la bataille finale partie 3

    « Qui sera le prochain ? Oh, c'est vrai, ça pourrait être sympa. Aletto, Betty, Chloé, Delfina, montrez-vous !  »

    Quand Aur a déclaré qui sera sa prochaine victime, les quatre élus se sont regardées avec un mélange de choc et de surprise.

    « Qu'est-ce qu'il y a ? Pourquoi êtes-vous si choqué ?

    - C-Ce n'est rien, mon seigneur. C'est juste... Je ne pensais pas que vous alliez vous rappeler les noms de quelqu'un d'aussi insignifiant que nous. »

    La fille qui s'appelait Aletto expliqua timidement.

    « Hmm... vous avez raison, c'est en effet la première fois que je vous appelle par vos noms. Cependant, vous ne devriez pas en être si surpris. En tant que votre maître, je connais les noms de tous mes subordonnés. »

    Les quatre filles sont les membres du clan des Elfes Noir qui sont venues au donjon avec Ellen. Il n'a entendu leurs noms qu'une seule fois lorsqu'ils se présentaient, mais il s'est tout de même assuré de les mémoriser.

    « Dans ce cas, permettez-nous de vous servir, mon Seigneur. »

    La première à approcher Aur a été Betty. Elle avait les plus gros seins des quatre. Elle a piégé le truc d'Aur entre eux et en a mis le bout dans sa bouche.

    « Allez, Betty, un peu de retenue. Seigneur Aur, pardonnez-la. Nous sommes peut-être inférieurs à Dame Ellen, mais notre désir de vous servir est tout aussi sincère. »

    Aletto, la chef des quatre, s'agenouilla à côté de Betty et suivit les mouvements de sa langue par elle-même.

    « Trouvez-vous cela à votre convenance, Seigneur Aur ? »

    Celle qui a demandé ça était la petite Delfina, qui léchait la poitrine droite d'Aur. Parmi les quatre subordonnées d'Ellen, elle était la meilleure quand il s'agissait à la fois de s'occuper de l'arc et des rapports sexuels.

    « Seigneur Aur, permettez-moi d'emprunter votre bouche. »

    Dit l'aînée, Chloé, en posant ses mains sur le cou d'Aur pour le caresser avec ses doigts tout en lui caressant joyeusement les lèvres avec les siennes.

    Chloé masse la langue d'Aur, Delfina lui lèche la poitrine, et Aletto et Betty lui font plaisir, faisant preuve d'une magnifique coopération. Aletto léchait son membre de haut en bas, Betty suçait son bout, Delfina suçait ses mamelons, et Chloé devenait folle avec sa langue dans sa bouche. Ils travaillaient ensemble si magnifiquement comme s'ils ne formaient qu'une seule entité.

    « Maintenant, je veux que vous me déclariez votre loyauté toutes les quatre ! »

    Aur a donné l'ordre à Aletto et ses camarades. Avec Ellen, elles étaient les membres de l'équipe de recherche des Elfes Noire de quarante-huit personnes qui sont venues au donjon depuis la surface. Rien que cela en faisait un atout précieux à conserver.

    Et maintenant elles se sont rassemblées autour de lui, exposant leur peau brune.

    « Seigneur Aur, permettez-nous de vous offrir nos vrai noms, tout comme Dame Ellen l'a fait. »

    Aletto et les autres s'agenouillèrent sur un genou, regardèrent Aur droit dans les yeux et dirent à l'unisson :

    « Je m'appelle Alexia !

    - Je m'appelle Brigitte !

    - Je m'appelle Claudine !

    - Je m'appelle Delphinia ! »

    Les quatre ont alors déclaré leurs Vrai Noms ensemble.

    « Nous offrons nos corps et nos âmes et tout ce que nous avons, Seigneur Aur !

    - Très bien. Et pour votre loyauté, je promets de vous chérir jusqu'à la fin des temps. »

    Quand les filles entendirent Aur dire cela, leurs visages s'illuminèrent de bonheur.

    « Nous sommes donc à jamais sous votre contrôle, Seigneur Aur.

    - En effet, vous l'êtes. »

    Aur hocha la tête avec un sourire satisfait, impatient d'essayer le reste des Elfes Noir.

    « La moitié d'entre eux sont encore vierges, alors prenez votre temps et amusez-vous, maître. »

    chuchota doucement Betty à son oreille.

    Comparé aux Elfes Blanc, qui considèrent le fait de vivre avec leur conjoint comme une forme suprême d'amour, l'idée d'amour et de fidélité des Elfes Noir peut être considérée comme extrêmement hédoniste. Elles ont bien sûr des partenaires avec qui elles partagent leur vie, mais pour eux, il n'est pas rare d'avoir plusieurs épouses, maris ou maîtresses en même temps.

    C'est pour cette raison qu'une Elfes Noir vierge peut être considéré comme un trésor, une rareté précieuse.

    « Je suis Elaine. Seigneur Aur, s'il vous plaît, utilisez mon utérus comme bon vous semble.

    - Theodora, à votre service.

    - Galatéa, j'espère pouvoir vous être utile, mon Seigneur.  »

    Aur ordonna à Betty et Chloé de se tenir à l'écart et de laisser la place auxElfes Noir qui affluaient vers lui, écartant les jambes et secouant leurs fesses en pêche de manière séduisante.

    Pendant ce temps, Aletto et Delfina sont allés de fille en fille, les aidant à se mouiller pour que leurs premiers fois se déroulent en douceur. Grâce à ces préparations, vierges et non vierges ont pu satisfaire Aur, criant d'extase et agitant violemment leurs hanches pendant que leurs entrailles et utérus étaient pénétrées par lui. Et quand il en a fini avec eux, elles se couchent à bout de souffle sur le lit pendant un moment avant de passer aux suivantes. Pendant ces courts intervalles, Betty et Chloé utilisent tout leur corps pour faire plaisir au Maître.

    Finalement, Aur s'est retrouvé dans une situation assez particulière où il a été littéralement enterré sous une pile de beautés à la peau brune qui voulaient lui faire plaisir.

    Il s'engage envers elles une à la fois, remplissant leurs entrailles à ras bord de sa semence alors qu'il apprécie la sensation des seins, mains, lèvres, langues et ventre des autres se frottant contre sa peau. Cela a continué pendant un certain temps : il s'est emparé d'une nouvelle fille, a fait son chemin avec elle, a éjaculé en elle, et est passé à la suivante. Parmi toutes ces filles, cependant, il y en avait une qui se sentait malheureuse de ne pas avoir été violée par son maître. Cette jeune fille se frayait maintenant un chemin vers l'avant de la file des filles qui attendaient encore leur tour, et vola sans vergogne la première place.

    « Betty ! »

    Cria Aletto en voyant son amie sauter de force de la file d'attente, s'emparant de la chose d'Aur pour elle.

    _______________________________________________________________________________________________

    « Permettez-nous de vous laver, Seigneur Aur. »

    Quelque temps plus tard, Aur s'est dirigé vers un bain afin de se purifier de tous les fluides corporels qui le recouvraient après son orgie avec les Elfes Noire. Mais il n'avait pas l'intention de s'abaisser au point de le faire lui-même. Cette tâche a été laissée aux filles du village qui lui ont été offertes en sacrifice. Elles étaient toutes magnifiques et avaient leurs charmes, mais finalement pâles en comparaison avec les femmes du clan des Elfes Noir, qui ne comprenaient que des beautés de la plus haute qualité. Ces filles l'ont parfaitement compris, d'où leur dévouement sans précédent.

    « Si vous voulez bien nous excuser.... »

    Couvrant leur corps de savon, les filles entourent Aur de l'avant et de l'arrière, et utilisent leurs seins glissants pour le laver. Ils glissent doucement autour de chaque recoin de son corps, en s'assurant de ne laisser aucun endroit négligé.

    Sentant les corps doux et glissants glisser sur lui, la lance d'Aur s'élève de nouveau vers le ciel.

    « Ah.... »

    Sentant sa dureté toucher son abdomen, la fille qui le lavait à l'avant rougit furieusement, mais pas parce qu'elle était gênée. C'est parce qu'elle se sentait heureuse que son maître était attiré par des filles comme elles, même s'il était entouré de si belles femmes au quotidien.

    « Nettoyez-moi les bras ensuite. »

    Assis sur une simple chaise de toilette, Aur étendit ses bras sur les côtés pour que les filles puissent les laver.

    « Comme vous voulez, maître. »

    Comme avant, les filles se couvraient le corps de savon et chevauchaient les bras d'Aur, les prenant en sandwich entre leurs cuisses. Puis elles ont commencées à lui laver les bras en agitant leurs hanches d'avant en arrière, utilisant leurs entrejambe comme brosses à gratter.

    Pendant tout ce temps, Aur regardait leurs seins et leurs fesses trembler tout en appréciant la sensation d'être frottée par le jus de leurs entrejambe et de leurs cuisses. Se faire frotter comme ça a été la meilleure chose qui soit, et voir toutes ces parties coquines trembler a été un ajout sympathique.

    « Laissez-nous vous laver ici aussi. »

    Les deux filles suivantes chevauchèrent les jambes et les cuisses d'Aur et les lavèrent avec leurs entrejambe, tout comme celles qui lui lavaient les bras. Mais cette fois, les sensations étaient plus intenses, parce que leurs seins tremblaient juste devant lui.

    « Yaaahn, Seigneur Aur, non ! Si ça continue, on ne pourra pas vous laver correctement. »

    Aur a tendu la langue et léché leurs mamelons en forme de cerise, les faisant gémir doucement et les poussant à nouveau vers lui.

    Tous ses membres étaient retenus par les filles couvertes de savon. Mais le mâle humain a un autre membre. Et les filles n'ont pas manquées ce détail.

    « Nous allons vous laver ici aussi, Seigneur Aur. »

    La cinquième personne, la petite fille à l'air petite, a mis sa tête entre les jambes d'Aur et a avalé sa virilité jusqu'à sa gorge. Elle n'était pas aussi belle que les autres filles et son ventre ne contenait pas autant de pouvoir magique que les autres, mais néanmoins elle faisait de son mieux pour servir Aur avec tout ce qu'elle avait, parce qu'elle était une des filles choisies, et Aur respectait cela.

    « Je vais jouir ! »

    Les joues de la fille ont tellement gonflé à cause de tout le sperme que du sperme est entré dans sa gorge. Mais même alors, elle ne l'a pas avalé ou craché. Au lieu de cela, elle ouvrit sa bouche pleine et montra à Aur tout ce qui y était stocké, puis commença lentement à l'avaler. Et une fois qu'elle a tout bu, elle a remis le truc d'Aur dans sa bouche et l'a nettoyé avec sa langue.

    Après cela, le corps d'Aur a été lavé à l'eau chaude, après quoi les filles se sont préparées à quitter la salle de bain. Après tout, leur maître avait encore beaucoup de femmes à satisfaire.

    « Et où pensez-vous aller exactement ? »

    demanda Aur aux filles pendant qu'il les attrapait par les bras.

    « Tu te crois moins important que les autres ? C'est absurde. Vous êtes toutes mes femmes, et il est de mon devoir, en tant que votre maître, de vous satisfaire toutes. »

    Après cela, des gémissements lubriques dans la salle de bains pouvaient être entendus pendant des heures à venir.
  • ATTENTION AUX PERSONNES DE -18 ANS : ce chapitre contient des thèmes ou des scènes qui ne conviennent pas aux jeunes lecteurs, donc lisez seulement au-delà de ce point si vous avez 18 ans ou plus.

    VOUS ETES AVERTIES.
    _______________________________________________________________________________________________________

    Chapitre 17
    histoire parallèle : Préparons nous pour la bataille finale partie 4

    Quand Aur a quitté les bains après avoir nettoyé son corps, quatre filles l'attendaient déjà.

    « Je vous attendais, Seigneur Aur. S'il vous plaît, libérez beaucoup de votre merveilleux sperme en moi et bénissez mon ventre avec votre enfant.  »

    Celle qui a parlé était la première princesse de Figlia, Patricia, s'agrippant à sa jupe. Il est à noter que ladite jupe était terriblement courte, couvrant seulement la moitié de ses cuisses. Bien sûr, elle ne portait pas de sous-vêtements en dessous. Les seules choses qui lui couvraient les jambes et le jus qui dégoulinait du lieu secret étaient la jupe, les bas blancs et le porte-jarretelles qui les soutenaient.

    L'autre jour, elle a donné naissance à l'enfant d'Aur alors qu'elle n'avait que dix-sept ans. Lorsque ses seins modestes ont connu la grossesse et l'accouchement, ils sont devenus de magnifiques fruits qui rappellent ceux de sa mère, Olivia. L'innocence enfantine avait disparu de son visage lorsqu'elle a atteint une frontière séparant une fille d'une jeune femme.

    « Seigneur Aur, le bébé de Rishi se sent si seul sans ton pénis épais et chaud. S'il vous plaît, remplissez-le avec beaucoup, beaucoup, beaucoup de votre jus pour bébé pour que je puisse avoir un autre enfant rapidement ! »

    Dit la sœur de Patricia, Priscilla, qui se tient à côté de sa sœur et porte également une jupe. Elle s'étend jusqu'aux chevilles, mais elle tient sa partie avant tirée vers le haut de sa poitrine, ce qui permet à Aur de voir ses parties intimes. Bien sûr, tout comme sa sœur, elle ne porte pas de sous-vêtements, ses parties intimes sans poils, son ventre mince et son nombril séduisant. Elle a aussi donné naissance à l'enfant d'Aur il n'y a pas si longtemps, mais malgré cela, son physique n'a pratiquement pas changé. Peut-être était-ce dû au fait qu'elle n'avait que treize ans, donc l'équilibre entre sa poitrine et son derrière était un peu inégal, mais son pot de miel renversait plus de jus que celui de sa sœur, ce qui lui faisait brûler les joues de gêne.

    « Seigneur Aur, je vous en prie, s'il vous plaît, utilisez votre magnifique bâton de viande et remplissez le sac à bébé de votre esclave avec votre truc chaud, je vous en prie ! »

    A côté des sœurs se tenait une des Elfes Blanche, Sharl. Elle avait déjà enlevé tous ses vêtements et se tenait devant Aur, étalant largement ses pétales pulpeuses.

    En tant qu'Elfe Blanche, elle aurait dû avoir un âge considérable, mais elle ressemblait à Priscilla du point de vue de l'apparence. Dès qu'elle vit Aur, son expression quelque peu solennelle s'éclaircit, ses yeux s'élargirent et ses joues furent teintes d'une jolie nuance de rose. Elle était si mouillée que son jus coulait sur ses cuisses, et le seul signe de son statut d'esclave était le collier de cuir rouge autour de son cou.

    « Vous pouvez faire de moi ce que vous voulez. C'est à ça que servent les esclaves sexuels. »

    La dernière personne présente était Wikia, une amie de Sharl la mage. Elle ne détourne pas le regard d'Aur même si elle est complètement nue. Du moins, c'est ce qu'il semblait à première vue. Elle a peut-être une expression désintéressée sur son visage, mais un regard sur ses joues rougissantes a montré qu'elle était dans une certaine mesure troublée par cette situation. Il fallait s'y attendre, car c'était le résultat de l'entraînement d'Aur et d'une malédiction particulière qu'il lui a infligée, celle qui lui a fait ressentir un plaisir sexuel insatiable et l'a rendue dépendante d'Aur. Parce qu'elle n'a pas de fortes résistances mentales, elle ne peut rien faire pour s'y opposer ou le supporter.

    En d'autres termes, elle essaie juste d'avoir une façade en étant tout aussi, sinon plus, obsédée par le sexe, comme presque tout le monde ici.

    « Très bien, j'accède à votre demande. Maintenant, ramène ce cul par ici ! »

    Les trois d'entre eux ont joyeusement accompli l'ordre de leur maître, en particulier Wikia, qui a sauté sur son lit en premier et a pointé avec enthousiasme ses fesses complètement vers lui.

    « Ahhhh, Seigneur Aur, vous pouvez tout voir.... »

    Marmonna doucement Patricia, écrasée par l'embarras. Même si elle portait des vêtements, dans cette position, elle ne peut cacher aucun de ses trous indécents aux yeux d'Aur.

    « Aaaaahh, il entre, il entre, il entre ! La chose dure du Seigneur Aur va à l'intérieur de moi ! C'est bon, ça fait du bien ! »

    Pénétrée par derrière, Patricia lève une voix forte.

    « Seigneur Auuuuur, Rishi veut votre chose dure aussi !!!!!! »

    Incapable de se retenir plus longtemps, Priscilla pointe aussi son derrière vers Aur. Maintenant, il pouvait alterner entre les sœurs avec chacune de ses poussées.

    « Haaaaaaaahnnnn, si grand, Seigneur Aur, je peux vous sentir jusqu'au fond de mon ventre ! »

    L'intérieur de Priscilla était serré et étroit comme toujours. Aur saisit ses fesses immatures avec ses deux mains, profitant pleinement du goût de ce fruit immature.

    « Seigneur Aur, s'il vous plaît, faites-le avec moi aussi. Prends ton bâton solide et chaud et bousille mon méchant trou ! »

    Sharl l'a supplié avec une expression larmoyante. Quand il se retira de Priscilla et s'inséra en elle, elle se serra tellement autour de lui comme si elle voulait lui dire de ne jamais la délaisser.

    « AAAAAAAAHHHHHHHHHHH, c'est ce que je voulais ! Pénis, le pénis de Seigneur Aur est si bon !!!!!!!!! »

    Sharl cria fort et commença à secouer ses hanches comme une folle.

    « Moi aussi, Seigneur Aur, moi aussi ! »

    Patricia lui a aussi jeté son derrière sur lui. Il s'occupait maintenant de trois d'entre eux en même temps, les faisant se sentir si bien qu'elles étaient bientôt à bout de souffle.

    « Ne me laissez pas attendre, s'il vous plaît ! »

    Cria pathétiquement Wikia. Depuis qu'Aur s'est attaquée aux trois autres, elle l'attendait à quatre pattes, intacte, se sentant humiliée.

    « Wikia, ça ne marchera pas, ça ne marchera pas du tout. Si tu le veux, tu dois le supplier correctement. »

    Dit Sharl à Wikia alors qu'elle tendit les mains vers elle et embrassa son bras avec une expression vigoureuse.

    « Elle a raison. Avec cette attitude, le Seigneur Aur ne vous considérera même pas comme un insecte à écraser sous la semelle de sa chaussure. »

    Patricia a retenu l'autre bras de Wikia.

    « Rishi, ses jambes, si vous voulez.

    - Okay~~~ »

    Priscilla suivit docilement les instructions de sa sœur et saisit les deux jambes de Wikia. Puis, tous les trois l'ont placée devant Aur dans une position qui rendrait la pénétration aussi facile que possible, et ont écarté ses jambes de force aussi largement qu'ils le pouvaient. Tout ce temps, Wikia haletait frénétiquement. Elle ne portait rien, alors tous ses endroits embarrassants et sales ont été clairement vus par Aur.

    « Maintenant, Wikia. Supplie le Seigneur Aur de tout ton cœur.

    - M-Même si tu dis ça... hyyyyyyaan ! »

    Sharl y a mis un peu de force, Sharl a pincé les tétons de Wikia.

    « Si vous êtes toujours aussi effrayée et réticente, comment allez-vous expliquer le fait que vous êtes si mouillé ici que vous semez la pagaille avec les draps du lit ?

    - Yaaaah, a-attends, où penses-tu toucher.... uhyaaaaaaaaaaaaaa »

    Patricia a suivi ses doigts le long de la fente de Wikia tout en lui mordant les oreilles.

    « Oh mon Dieu, si tu ne te dépêches pas de parler honnêtement, Rishi va prendre le Seigneur Aur pour elle toute seule, tu sais ? »

    Pendant ce temps, Priscilla souriait joyeusement tout en étant encore baisée par Aur.

    « ............... à moi. »

    Murmura Wikia d'une voix à peine audible.

    « On ne t'entend pas, Wikia. Tu dois le dire plus fort. »

    Sharl chuchota à l'oreille de Wikia tout en brutalisant encore ses seins.

    « S'il vous plaît, donnez-le-moi ! Le... pénis... Seigneur Aur... Je le veux dans mon... dans mon... trou sale... ! »

    Avec son visage cramoisi de honte, Wikia a tourné le dos et s'est exposée à Aur. Le symbole sur son ventre, symbole de son esclavage, brillait d'un éclat magique.

    « Puisque tu me supplies si gentiment, je vais te donner une récompense et pardonner ton comportement grossier. »

    Voir ses maîtresses timides et obéissantes était agréable et tout, mais une telle attitude rebelle était aussi un bon changement de rythme. Mais bien sûr Aur a dû garder cette pensée pour lui alors qu'il perçait Wikia avec sa virilité d'un seul coup.

    « Aaaaaaaaaaaaaaaaah !!!!!!!!! »

    Obtenant finalement ce qu'elle voulait, le corps de Wikia trembla violemment lorsqu'il accepta Aur en lui-même, et des jus jaillirent d'elle comme un ruisseau.

    « Ah, aah, aaahh, aaaaaaaaaahhhhhh !!!!!!!! »

    Wikia hurlait la langue ouverte à chaque fois qu'Aur frappait un de ses points faibles.

    « Tu voulais tellement que je sois en toi ? »

    Sans aucun problème, Aur se leva, soulevant Wikia avec lui, continuant leurs rapports sexuels comme ça. De cette façon, à chaque poussée, il avait l'impression de frapper Wikia avec son os pelvien directement. Si ça continue comme ça, elle tombera sûrement enceinte quand il éjaculera enfin en elle.

    « Non, pas à l'intérieur, vous ne pouvez pas jouir à l'intérieur !

    - Si tu ne veux pas ça, alors tu devrais partir ! Je le permettrai cette fois-ci. »

    Entendant les paroles d'Aur, Wikia a voulu partir. Cependant, ses membres ont refusé de l'écouter. La prise de conscience que son corps le voulait tout seul, sans y être forcé par aucun sort, l'a frappée comme un marteau sur la tête, brisant son sens de la raison.

    « En moi, s'il vous plaît, Seigneur Aur ! Versez votre substance blanche à l'intérieur de moi !

    - Je n'aurais pas pu mieux dire ! »

    Aur caressa doucement sa tête et ses lèvres pendant qu'elle attrapait ses fesses et poussait le tout vers le bas sur sa viande. Ses yeux se sont élargis de larmes et elle moussait à la bouche, mais elle ne s'est pas arrêtée. Voyant ça, Sharl est tombée à genoux, sans voix.

    Quand Aur a fini de noyer le ventre de Wikia de sa semence, il l'a lâchée, et elle est tombée sur le lit, enveloppant ainsi les draps. Elle était à peine consciente, mais elle semblait incapable de bouger d'un pouce.

    « Euh, Seigneur Aur ? »

    Patricia a parlé en frottant ses cuisses mouillées ensemble.

    « Si ça ne vous dérange pas, j'aimerais aussi que vous m'embrassiez et me bénissiez avec beaucoup de votre amour.... »

    Elle regarda Aur avec des yeux de chiot.

    « Rishi aussi.... Je veux que vous soyez tout aimants et attentionnés avec moi aussi, Seigneur Aur. »

    Il semblerait que sa liaison avec Wikia ait déclenché une sorte de boom d'amour et d'attention.

    « S'il vous plaît, Lord Aur, je veux que vous violiez ma bouche, ma c****e et mon cul. Si cela vous plaît, traitez-moi comme vos toilettes personnelles ! »

    Sharl l'a supplié en bavant abondamment. Il semblait que cet étrange boom n'avait aucun effet sur elle.

    « Très bien, très bien. Si tel est votre honnête désir, alors je le réaliserai. »

    Aur a tiré Sharl vers lui et a scellé ses lèvres avec les siennes. Et c'est ainsi que le banquet de luxure de grande classe se poursuivit.
  • ATTENTION AUX PERSONNES DE -18 ANS : ce chapitre contient des thèmes ou des scènes qui ne conviennent pas aux jeunes lecteurs, donc lisez seulement au-delà de ce point si vous avez 18 ans ou plus.

    VOUS ETES AVERTIES.
    ______________________________________________________________________________________________________

    Chapitre 17 histoire parallèle
    : Préparons nous pour la bataille finale partie 5

    « Je peux enfin revenir à la normale !  »

    Yunis s'accrocha joyeusement à Aur. Grâce à l'aide d'Aur pour la préservation de son corps, ses cheveux et sa peau sont finalement passés du blanc fantôme au rouge feu et au brun tanné habituels.

    « Alors.... c'est vraiment correct pour moi d'être ici ? »

    Nadja, qui gardait ses distances avec eux, a demandé car elle se sentait plus qu'un peu mal à l'aise. Comme Yunis, elle avait les cheveux roux et la peau bronzée à la teinte claire du bronze. C'était la combinaison de caractéristiques la plus commune pour les citoyens du continent méridional de Grandiera. Cela dit, s'il compare les deux, les cheveux de Yunis étaient brillants comme la flamme et sa peau n'était que légèrement bronzée, et Nadja était tout à fait plus sombre.

    « Bien sûr que si ! Nous allons tous les deux démontrer la grandeur des femmes de Grandiera à Aur ! »

    Nadja était une aventurière qui n'appartient à aucun pays en particulier du moment qu'elle est en voyage, mais Yunis était une princesse de naissance. On pourrait penser que Nadja essaierait de prendre ses distances avec quelqu'un comme Yunis, mais quand elle a souri et lui a tendu la main, elle s'est approchée sans grandes plaintes.

    « J'y vais en premier.... ou tu sais quoi Nadja, tu peux y aller en première.

    - Hein ? Ça ne te dérange vraiment pas ?

    - Hé, vous deux, qu'est-ce que vous complotez exactement ? »

    Aur regarda avec suspicion les deux filles qui se chuchotaient quelque chose dans le plus grand secret.

    « Rien, nous ne complotons rien. Allons Aur, allongez-vous, d'accord ? »

    Yunis a un peu poussé Aur avec force sur le lit.

    « Maintenant, pardonnez-moi de cette intrusion. »

    Nadja est montée sur Aur et a inséré sa virilité dans son vagin. C'est la soi-disante Femme en top position (Ndt : appelé aussi « cowgirl » qui d'après une étude est une position très dangereuse car responsable de nombreuses fractures du pénis...)

    « Aur, prends soin de moi, s'il te plaît. »

    En disant cela, Yunis a fait face à Nadja et s'est assise sur le visage d'Aur. Nadja les a observés de près, curieuse de voir comment il va réagir.

    « Humph, une telle chose n'est peut-être pas si mal de temps en temps. »

    À la surprise des filles, Aur a répondu en étalant les pétales de Yuris et en insérant sa langue en elle. Sa fissure rosâtre semblait séduisante et obscène sur sa peau bronzée.

    « Ahhhh, nggh, haaaaa, bien, tu es si bon, Aur ! »

    L'expression de Yunis a rapidement fondu, et sa voix s'est teintée de plaisir.

    « Et toi, qu'est-ce que tu crois faire ? Dépêche-toi de bouger ces hanches !

    - O-Oui monsieur ! »

    Nadja s'est mise à sauter rapidement sur le membre d'Aur. Chaque fois que ça sort de son pot de miel et retourne à l'intérieur, ça lui gratte l'intérieur sous tous les angles, faisant jaillir des étincelles de plaisir sur tout son corps à travers sa colonne vertébrale. Avec chaque impulsion de ce genre, Nadja a l'impression que sa conscience était sur le point de s'envoler.

    « Aur, incroyable, ta langue est tellement incroyable ! Aaaaaaahhhh, ça va si loin en moi ! Non, pas comme ça, ne me lèche pas comme ça !!!!! »

    L'ouverture vaginale de Yunis était frottée par la langue d'Aur sans s'arrêter, ce qui la la poussait plus que jamais à presser son derrière contre le visage d'Aur.
    Quand Aur la voit réagir comme ça, il ajuste le mouvement de sa langue, et en même temps, iI lui enfonce la taille par le bas.

    « Ahh, non non, arrêtez... troop, sen... sible ! Ne... me lèche pas là... si... fort... tement !!!!! Uwaaaahh !!!!!

    - Seigneur Aur ! Seigneur, Aur ! Seigneur...Aur !!!!! »

    En raison de l'offensive féroce d'Aur, les deux filles approchaient de leur orgasme ensemble. Leurs respirations deviennent irrégulières et erratiques, et elles se serrèrent l'une contre l'autre pour se soutenir.

    « Vous pouvez m'expliquer ce que vous complotiez tout à l'heure ? »

    Aur a demandé aux deux personnes alors qu'elles s'effondraient sur le lit. Cependant, il semblait que la seule chose que Yunis était capable de dire maintenant était Jouir, tellement bon... et était incapable de bouger même un doigt.

    « Maintenant que c'est fait, permettez-moi de vous montrer de quoi sont capables les femmes du clan du Démon, Seigneur Aur. »

    L'interrogatoire d'Aur a été interrompu par Mio, qui a secoué son doigt de manière espiègle contre lui.

    « Seigneur Démon, Seigneur Démon !

    - Sil vous plaît, honorez-nous de votre essence, ô Seigneur Démon.

    - Seigneur démoniaque, j'ai faim, nourrissez-moi s'il vous plaît ! »

    Les harpies sont apparues avec Mio, battant leurs ailes gris cendre. Il y avait aussi une femme-loup, une fée aux ailes de papillon, une lamia et une Undine (Ndt : sorte de sirène), un esprit aquatique à moitié transparent.

    « Vous en avez rassemblé tant.

    - Et tous feront de leur mieux pour vous faire plaisir, Seigneur Aur. »

    Mio répondit aux louanges d'Aur sans que ses émotions ne changent de façon visible.

    « Jessy, Jeri, Jeni, faites ce que je vous ai dit. Juanita, fais attention à ne pas blesser le Seigneur Aur. Judith, on ne joue pas avec l'eau dans le corps du maître. Juria, tu peux faire ce que tu veux, et quant à toi, Justinia, ne mords pas, c'est clair ? »

    Mio donna des instructions à plusieurs filles démons avec son attitude autoritaire.

    « Je me suis toujours demandé, pourquoi tous leurs noms commencent par J ?

    - Hein ? »

    Mio envoie à Aur un regard je n'ai absolument aucune idée de quoi tu parles.

    Quant aux filles démons : Juanita, une lamia, le haut du corps est une belle femme et un énorme serpent à partir de la taille vers le bas. Elle s'enroula doucement autour du corps d'Aur et pressa sa poitrine ronde contre son dos. Une Undine est un esprit de l'eau en forme d'être humain. C'est comme un fantôme, mais à l'origine, ce n'était pas un être vivant. En outre, ils étaient connus pour avoir pris l'apparence d'une belle fille, et Judith n'a pas fait exception à cette règle : elle avait les cheveux longs et un corps bien équilibré. Elle a flotté autour du corps d'Aur, l'embrassant jusqu'au dernier centimètre.

    Quand on parle de loups-garous, ou lycanthropes, comme on les appelle plus communément, le terme décrit les humains qui peuvent se transformer en loups les nuits de pleine lune ou par la progéniture d'un humain et d'un Loup-garou, Justinia étant le dernier exemple en la matière. Elle ressemble surtout à des humains normaux, sauf qu'elle a des ongles pointus au bout des doigts, des oreilles triangulaires d'animaux sur la tête, une queue qui remue entre les fesses et un peu plus de poils que l'être humain moyen. A vrai dire, elle ressemblait plus à un chien qu'à un loup. Elle s'accrocha au cou d'Aur et le lécha avec luxure.

    La fille appelée Juria est l'une des habitantes de la quatrième dimension. Elle a à peu près la taille de la paume de la main d'Aur, mais ses seins et ses fesses sont aussi fermes que ceux d'une femme normale. Elle a volé le long de la taille d'Aur, l'a serré dans ses bras et l'a massée de tout son corps.

    Enfin, Jessy, Jeri et Jeni sont les harpies qui léchaient maintenant le bout d'Aur avec luxure. Mio a dû les former personnellement, parce que leurs compétences étaient très similaires aux siennes.

    « Hmm, ce n'est pas mal du tout. »

    Tandis que la langue de Lamia parcourait le cou d'Aur, il ressentait le plaisir comme il ne l'avait jamais ressenti avec un partenaire humain.

    « Je suis heureuse de l'entendre. »

    Mio avait l'air vraiment contente. Tellement en fait, qu'elle a commencé à se toucher.
    (Ndt : Les femmes se touchent quand elles sont contentes...okay^^)

    « Ne reste pas là à te faire plaisir. Viens ici !

    - J'allais le faire de toute façon ! »

    Elle est allée à côté d'Aur et a jeté ses vêtements par terre.

    « A. U.R. ! Je ne t'ai pas encore senti en moi aujourd'hui ! Ça ne va pas du tout ! »

    Soudain, un nouveau challenger, Yunis, est apparu. Mais ses cheveux n'étaient pas de la couleur d'une flamme vive, ils étaient blancs. C'était Yunis dans sa forme spirituelle. Apparemment, elle a dû acquérir la capacité de passer de la forme spirituelle à la forme matérielle à volonté. De cette façon, elle a pu éliminer toute fatigue physique et, en prime, presque tout son poids a également disparu. Un gadget pratique, ne serait-ce qu'un peu inattendu.

    « Techniquement, je suis comme un démon maintenant, donc tout va bien, non ?!

    - Si tu le dis toi-même.... »

    Techniquement, il y avait une énorme différence entre un esprit et un démon, mais Aur a choisi d'ignorer cette question pour le moment. Si Lilu ou Spina avaient entendu ça, ça aurait pu lui causer beaucoup de maux de tête.

    « Eh bien, vous êtes certainement persévérantes. Tch, d'accord, peu importe. Les filles, faites-moi une petite place ! »

    Suivant l'ordre, les harpies se posèrent sur les épaules d'Aur, et la fée se déplaça sur sa tête.

    « Veuillez m'excuser ! »

    Mio sauta sur Aur et s'assit sur lui en position renverse cowgirl (cowgirl à l'envers). Aur ne peut pas voir son visage à cause de la lamia qui restreint ses mouvements.

    « Nnn, nfu, uaaaaah, nghaaaaaa ! »

    Ce qu'il est capable de faire, c'est de se pencher en avant et d'attraper les riches collines jumelles de la démone et d'y caresser les joies de la vie. (Ndt : je suis pas sûr de la traduction pour la fin mais ça passe)

    «  C'est bon, Mio. Assieds-toi et profite.

    - O-Oui.... ! »

    Mio a fait ce qu'on lui a dit, fermant les yeux et serrant les bras d'Aur contre elle.

    « Mio, tes seins sont aussi gros et doux que d'habitude, je vois. »

    Yunis toucha les seins de Mio avec ses doigts, essayant mal de cacher l'envie dans sa voix.

    « Hyaaaa, no, Yunis... nooooooo ! »

    Souriant malicieusement, Yunis suçait les tétons de Mio.

    « NOOOOOOOOON !!!!!!!! »

    En même temps qu'elle jouissait avec ses seins, Aur éjaculait à l'intérieur d'elle alors qu'elle se serrait autour de sa lance charnue. Mio voûta le dos et trembla dès qu'elle fut ébranlée par une crise.

    « Haaaaaaaaaaa...hhnnnnnnn, Seigneur...Au...r....... »

    Aur détourna le regard avec une expression quelque peu pitoyable. Il semble que Mio était terriblement faible face aux taquineries sur ses seins.

    « Aur, je le veux aussi. »

    Aur, Yunis et les filles démons ont toutes aidé à mettre Mio inconsciente sur le côté. Quand ils ont fini, Yunis s'est approché d'Aur et l'a embrassé.

    « Je veux te sentir ici aussi. »

    En pliant un peu la taille, Yunis s'assit sur le pénis d'Aur de manière à ce qu'elle puisse lui faire face. Puis elle a placé ses jambes sur les épaules de lui. C'était une position qui permettait une pénétration en profondeur, et une position que Yunis était facilement capable de faire dans son état actuel.

    « Nghhhhh, qu'est-ce que... c'est... ça... tellement... incroyaaaaable... ! »

    Yunis était normalement serrée à l'extrême, mais maintenant, dans une position où ses jambes étaient également serrées, Aur avait l'impression que la tension avait au moins doublé.

    « Yunis, je vois tout dans cette position.

    - Aaaaaaaaaaah, ne dis pas ça ! »

    Yunis a couvert son visage rouge betterave avec ses deux mains. Avec ses jambes si hautes, Aur pouvait facilement se glisser jusqu'à l'entrée de son ventre. Quand il lui a fait remarquer cela, elle s'est resserrée encore plus.

    « Seigneur Aur.... »

    S'élevant faiblement, Mio qui venait de reprendre conscience embrassa Aur alors qu'il couchait encore avec Yunis. Aux caresses de sa langue, Aur répondit par les siennes.

    « Aaaaah, ce n'est pas juste.... »

    Yunis a aussi essayé de l'embrasser, mais il ne peut pas l'atteindre. Néanmoins, elle n'abandonne pas et continue à plier son corps, se rapprochant lentement de la distance qui les sépare.

    « Yunis, ne te force pas trop. »

    Quand Aur a parlé, l'espace entre leurs visages s'est déformé, ce qui les a rapprochés.

    « Nnn, nnnnnnnnnnnmuuuuuu....... »

    Yunis enroula ses bras autour d'Aur et suça ses lèvres. Ce faisant, elle s'est tellement serrée qu'Aur a fini par jouir à l'intérieur d'elle.

    « Haaaaaaa....... »

    A bout de souffle, mais satisfait, Yunis tomba lentement sur les draps du lit à côté d'Aur. À ce moment-là, l'espace qui les séparait est redevenu normal.

    « Yunis, qu'est-ce que tu veux faire à propos de ça ?

    - Hein ? A propos de quoi ? »

    On aurait dit que Yunis ne s'était pas rendu compte qu'elle revenait à la forme matérielle, même quand Aur lui tapotait la tête. La capacité qui n'était unique qu'à elle. Pour qu'il soit découvert de cette façon, il a vraiment servi de preuve que l'univers devait avoir un sens de l'humour vraiment pauvre.
  • Bonsoir,

    Je me dois de vous prévenir que pour cause de mes études, je n'ai plus le temps de respecter le planning d'une partie de chapitre de chaque traduction.
    Dorénavant je posterais du contenu de manière moins régulière, mes études passe avant vous...

    Sur ce, je vous souhaite une bonne soirée.
  • Bonjour,

    Cela fait depuis plus d'un mois que j'ai rien posté. Je ne trouve plus le temps pour vous, donc je suis au regret d'annoncer que cette traduction s'arrête...
    Evidemment, pour ceux qui veulent prendre la relève, vous pouvez, et sans problème, continuer.
    Je tiens à préciser qu'une traduction est disponible sur Novel de glace (je ne sais pas si elle est aussi avancée mais vous pouvez y aller)
    J'espère que vous avez passés un bon moment à lire cette traduction amateur.

    Sur ce, passez une bonne journée, un joyeux noël et une bonne année :)
Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.