Si vous êtes nouveau sur le forum et que vous souhaitez proposer votre traduction, merci de lire le post d'information

DKC - The Demonic King Chases His Wife: The Rebellious Good-for-Nothing Miss

septembre 2018 modifié dans Essayez-vous à la traduction
Salut,
Encore moi, Sun7Sun7. Je me lance dans la traduction de DKC - The Demonic King Chases His Wife: The Rebellious Good-for-Nothing Miss.

Author: ISu Xiao Nuan 苏小暖

Status: 9905 Chapters (Ongoing)

Translator: Alyschu ( J'ai l'autorisation d'Alyschu se traduire à partir de sa traduction anglaise)

genre: Action, Adventure, Comedy, Fantasy, Historical, Martial Art,s Matur,e Romance, Shoujo, Xianxia

Synopsis:
Elle – célèbre assassin du 21ème siècle – se réveilla dans le corps de la célèbre bonne à rien du Manoir Su

Lui – Wang Ye de l’Empire Jin – était un tyran autoritaire, impassible et possédant un talent sans rivale.

Parce que tout le monde savait qu’elle était bête et bonne à rien, ils se permettait de la brutaliser. Cependant, lui seul, le tyran impassible au regard aguerri, refusait de la laisser partir même si sa vie en dépendait.


Le synopsis et le 1er chapitre paraissent vraiment cul-cul. Si vous pensez que ça être une histoire d’amour à la Hélène et les garçons, vous vous trompez. C’est une histoire de vengeance plutôt comique où trahisons et plans machiavéliques s’enchaînent.

Rythme de parution: 2 chapitres par semaine pour le moment.



Chapitre 1: Une trahison déchirante

Il faisait nuit. Sous le ciel étoilé, au sommet du Mont Cloud Fall qui était balayé par une douce brise, le monde paraissait immobile. Le regard tendre et remplie de bonheur, Su Luo fixait l’homme devant elle:

“ Yun Qi, dès que je quitte l’organisation, on s’installe ici, d’accord?”
Les sourcils élégants et les yeux brillants, le visage de Yun Qi n’exprimait que de la tendresse:

“Mon amour, tu veux t’en aller comme ça?”
Su Luo leva la tête vers le ciel qui paraît si lointain puis se retourna avec un sourire resplendissant:

“Ces 10 dernières années, si je n’étais pas en train de m’entraîner, je ne faisais que tuer en me battant pour rester en vie. Je n’ai jamais eu de jours paisibles. Je suis tellement fatiguée de cette vie, je veux me dépêcher de changer et m’en aller. Ne me dis pas que tu ne penses pas la même chose?”
Tout en parlant, elle sortit une petite boîte en brocard et la secoua devant lui:

“Devine ce que c’est?”
Ses yeux brillaient et son visage était rempli de gaieté. Absorbée par les rêveries d’une nouvelle vie, elle ne remarqua pas la lueur perfide passée dans le regard de Yun Qi.

“La bague du Dragon? Tu as réussi à l’avoir? Comment as-tu fait? Quand l’as-tu eu?” Yun Qi la questionna avec gentillesse. (ಠ_ಠ)
“Tu étais encore en mission en Europe, j’ai eu de la chance, donc je l’ai prise. Tu peux d’en aller avec moi maintenant, n’est-ce pas?”
Su Luo prit les mains de Yun Qi dans les siennes, les yeux remplis d’espoir,

“Après avoir rendu la bague du dragon à l’organisation, on pourra enfin s’installer ici et vivre heureux, d’accord?”
“Bien sûre.”
Il embrassa son front et la serra fort contre lui. Sa tête sur son épaule, Su Luo ferma les yeux et sourit. Amoureux depuis l’enfance, ils avaient traversé des pluies de balles ensemble. Il était la personne en qui elle avait le plus confiance et aussi le seul membre de sa famille. Elle était enceinte de lui, une fois qu’ils auraient quitté l’organisation … Tout à coup, Su Luo sentit son corps entier se raidir et ses yeux affolés se remplirent d’une douleur amère. Elle ouvrit grand les yeux et laissa apparaître sa détresse. Elle repoussa Yun Qi et baissa le regard. Une dague était planté dans sa poitrine. Le flot incessant de son sang se déversait le long de sa fine jupe blanche, le sang qui jaillissait de sa poitrine ressemblait à une Lycoris Radiata en pleine floraison - étrange et passionnée.

Yun Qi était un assassin, sa dague était précise et sans la moindre erreur. Su Luo trébucha, tombant à genoux sur les cailloux, ses magnifiques yeux noirs débordaient d’incrédulité et de désespoir. Elle n’aurait jamais pensé que l’homme en qui elle avait tant confiance, celui qui lui avait dit ‘je t’aime’, lui aurait présenté une dague en cadeau et la poignarderai dans le dos! Un mouvement infaillible et sans remords.

Pourquoi … Elle ouvrit la bouche mais aucun mot ne sorti.

Yun Qi la fixa froidement, les lèvres se dessinant en un sourir malsain:

“ Su Luo, tu es vraiment une idiot. Toi qui est au courant d’autant de secrets sur l’organisation, tu pensais vraiment qu’ils allaient te laisser partir comme ça? Tu es vraiment naïve! Et tu croyais vraiment que j’allais partir avec toi en plus?”
“....” Su Luo ne put réprimer un sourire amer. Comme il l’a dit, elle avait été trop naïve de croire qu’il allait vouloir s’échapper avec elle.

“Ne sois pas aussi stupide dans ta prochaine vie!” Yun Qi récupéra la petite boite en brocard, contempla froidement la mourante avant de partir sans hésitation.
“Yun Qi, es-tu sure que tu ne sois trop naif?” La voix froide de Su Luo résonna derrière lui.
Il s’arrêta après avoir entendu Su Luo rire.

“Que pensais-tu trouver dans cette boîte?”
Yun Qi ouvrit la boîte et son expression changea soudainement:

“Où as-tu mis la bague du Dragon? Où l’as-tu caché?”
Un riche employeur avait avancé 3 milliard de dollar à l’organisation pour retrouver cette bague. S’ils n’arrivaient pas à la trouver finalement, non seulement ils n’allaient pas recevoir l’argent mais la réputation de l’organisation allait aussi sévèrement en souffrir. Su Luo se tenait sur le bord de la falaise and contempla l'abîme. Le coin de ses lèvres révélèrent un sourire satisfait pourtant triste qui était aussi beau qu’une Reine de la Nuit en pleine floraison.

“Yun Qi, tu n’obtiendras jamais cette bague. Pas la peine de pleurer sur ma tombe, tu vas gacher ma réincarnation.”
Tout en parlant, Su Luo s’élança et plongea au fond de l'abysse. Tout au fond, rugissaient les torrents d’eau de mer qui s’écrasaient contre la falaise.

Commentaires

  • Avertissement: Ce chapitre est quand même un peu violent. Je vous préviens, ne soyez pas trop choqué.

    Aussi, contrairement à la version anglaise, j’ai décidé de laisser le Pinyin, c’est à dire la prononciation chinoise. Principale raison, comme toujours, c’est plus classe. Parce que voir 40 000 milles fois, quatrième miss, ça craint! Je mettrai toujours un lexique au début et près des mots.

    DKC est une histoire de transmigration. Différence en transmigration et réincarnation.
    Transmigration: l’âme d’une personne du 21ème siècle se retrouve dans le corps d’une personne de la Chine antique ou d’un autre monde. Généralement dans ce genre d’histoire, l’hôte originale a été maltraité toute sa vie et est mort dans d’affreuses souffrances.
    Réincarnation: l’âme d’une personne du 21ème siècle renaît dans un passé très lointain ou plus souvent dans un monde parallèle.
    Je généralise un peu mais la mode des web et light novels est comme ceci: japonais=réincarnation; chinois=transmigration.

    Pinyin:
    Première demoiselle : da-jie
    Troisième demoiselle : san-jie
    Quatrième demoiselle: si-jie
    Miss ou Mademoiselle: Xiaojie
    _______________________________________________________


    Chapitre 2 – C'est tout simplement de la torture!

    L’espace et le temps se mirent à converger
    .
    Blue Sky Continent. (C’est plus classe que Le continent Bleu-ciel. Je dis ça, je dis rien)
    De la douleur. Su Luo ressentit une douleur aiguë à travers tout le corps, comme si elle s’était fait renversé par un semi-remorque. Elle avait tellement mal que son coeur s’était presque arrêté. Confuse, elle ouvrit lentement ses lourdes paupières. Remarquant la moustiquaire sale accrochée au dessus de sa tête ainsi que sa couverture miteuse, elle resta figée.

    “Su Luo, espèce de garce, pourquoi n’es tu pas encore morte? Pourquoi tu prends la peine de te réveiller! Crève!Crève!Crève!” Une forte voix stridente hurlait furieusement près de son lit.

    Su Luo réalisa qu’elle n’avait plus aucune force. Elle se tourna faiblement vers la direction de la voix. Il y avait une magnifique jeune fille, âgée de 14 ou 15 ans et vêtu d’une fine robe couleur lila. Dans ses cheveux relevés en chignon étaient accrochées une épingle à cheveux en forme de papillon et un autre en jade. Son visage était fin et légèrement round, les traits de son visages étaient délicats. La jeune fille était vraiment belle mais ses actions étaient très malveillantes.

    À ce moment là, elle brandissait une aiguille qui servait à coudre les semelles de chaussures. L’aiguille était épaisse et scintillait d’une lueur froide. La fixa d’un regard sinistre, elle se mit à poignarder le corps de Su Luo sans pitié. Elle frappa la chair cachée sous les vêtements, à moins que quelqu’un les déchire, personne ne pouvait voir ses blessures.

    Tellement douloureux! C’est tout simplement de la torture!

    Su Luo voulait dire quelque chose mais elle se rendit compte qu’on l’allait bâillonné avec un chiffon. Elle voulait se débattre mais elle n’avait même pas la force de lever le petit doigt.
    Voyant que Su Luo s’était réveillée, la malveillante jeune fille se tourna pour faire face à celle qui était légèrement plus âgée et la commanda froidement:
    “San-jie, vite, frappe la! Vite, bats la à mort!” (San-jie: troisième miss)

    De ce fait, cette San-jie a fait ce qu'on lui a demandé et levant la main bien haut, gifla Su Luo de toute ses forces. Les yeux de Su Luo brillèrent d'une lueur glaciale: cette humiliation, ces gifles; moi, Su Luo, je me souviendrai de tout! Su Luo ne put supporter l'assaut continu et sombra finalement dans les ténèbres.

    “Xiaojie…. Wuuu…. Xiaojie, ne mourrez pas…..” (Xiaojie: mademoiselle, miss)

    Les pleurs misérable d’une jeune fille se firent entendre, sa voix semblait se casser à force de pleurer. Réveillée par les pleurs et sentant que quelqu’un la secouait, Su Luo ouvrit faiblement les yeux
    “Xiaojie?” Lu Luo qui pleurait à chaude larme leva les yeux et croisa le regard de Su Luo. Le visage de la jeune fille s’éclaira immédiatement.

    À ce moment, Su Luo vit clairement la fille sous ses yeux. Elle avait environ quatorze ou quinze ans et avait des traits qui pouvaient être considérés comme gracieux, mais à l'heure actuelle, son visage était couvert d'empreintes rouges et enflées. Les deux yeux gonflés comme des prunes, elle semblait être mal-en-point. Sa vision (SL) parcourut l'intérieur de la pièce. Elle découvrit qu'il manquait une jambe à la table, que la chaise était usée et qu'il n'y avait même pas de tasse à thé. On avait l’impression que c’était une maison dans les bidonvilles d'Afrique.

    Soudain, l'esprit de Su Luo la fit souffrir alors qu’une marée de souvenirs l’envahissaient. On dirait qu'elle avait vraiment transmigré. Cet endroit n'était pas une dynastie qu’elle connaissait, le Blue Sky Continent ne figurait pas dans l'histoire de la Chine et était un monde qui respectait ceux qui maîtrisaient les arts martiaux. Le continent était composé de quatre pays. Ils étaient individuellement nommés Ling de l’Est, Jin de l’Ouest, Feng du Sud et Mo du Nord. Ensemble, les quatre pays encerclaient la légendaire Forêt-Noire où était endémique des bêtes magiques. À moins d'être un maître d’art martiaux, y entrer était tout simplement impensable.

    Maintenant, Su Luo était dans le Manoir du Grand Général de l'Empire Oriental Ling. Son père était Su Zian, le grand général qui protégeait l'empire et elle était la renommée si-jie idiote bonne-à-rien. (Quatrième miss)

    Dans le Blue Sky Continent, chaque enfant devait passer un test de talent inné à l'âge de cinq ans et cet examen était si important qu'il était suffisant pour déterminer la vie entière d'une personne. Avant cet examen, Su Luo était la fierté de la famille Su car durant sa naissance, le ciel était intervenu; un ciel multicolore pava les routes d’arc-en-ciel alors qu’un oiseau divin tournouilla au dessus de la capitale impériale. A cette époque, tout le monde pensait que la si-jie de la famille Su deviendrait une personne importante.

    Mais le jour de l'épreuve d'aptitude, cinq ans plus tard, cette si-jie de la famille Su, qui portait les attentes de tous, se révéla décevante. Son talent inné était un gros zéro et il était fondamentalement impossible pour elle de pratiquer les arts martiaux! À cause de l’immense déception et sous l’effet de la râge, Su Zian (le père) jeta Su Luo dans une cour latérale, laissant Su Luo à son propre sort. Sa mère fut également abandonnée et fini par périr de dépression.

    ____________________________________________________________
    Ah, la joie et la bonne humeur.
    Petite explication:
    Dans le temps jadis, en Chine, les résidences étaient composées de plusieurs cours et jardins, soit yuan. L’emplacement de la cour représente le statut de la personne qui y habite. Plus votre cour est loin de l’entrée principale, plus ça montre qu’on vous néglige. Su Luo a été placé dans une cour latérale, c’est à dire, un endroit où peu de gens vont: personne n’en a rien à foutre d’elle.
    La pauvre!



  • Avertissement: Ce chapitre est quand même un peu violent. Je vous préviens, ne soyez pas trop choqué.

    Aussi, contrairement à la version anglaise, j’ai décidé de laisser le Pinyin, c’est à dire la prononciation chinoise. Principale raison, comme toujours, c’est plus classe. Parce que voir 40 000 milles fois, quatrième miss, ça craint! Je mettrai toujours un lexique au début et près des mots.

    DKC est une histoire de transmigration. Différence en transmigration et réincarnation.
    Transmigration: l’âme d’une personne du 21ème siècle se retrouve dans le corps d’une personne de la Chine antique ou d’un autre monde. Généralement dans ce genre d’histoire, l’hôte originale a été maltraité toute sa vie et est mort dans d’affreuses souffrances.
    Réincarnation: l’âme d’une personne du 21ème siècle renaît dans un passé très lointain ou plus souvent dans un monde parallèle.
    Je généralise un peu mais la mode des web et light novels est comme ceci: japonais=réincarnation; chinois=transmigration.

    Pinyin:
    Première demoiselle : da-jie
    Troisième demoiselle : san-jie
    Quatrième demoiselle: si-jie
    Miss ou Mademoiselle: Xiaojie
    _______________________________________________________


    Chapitre 2 – C'est tout simplement de la torture!

    L’espace et le temps se mirent à converger
    .
    Blue Sky Continent. (C’est plus classe que Le continent Bleu-ciel. Je dis ça, je dis rien)
    De la douleur. Su Luo ressentit une douleur aiguë à travers tout le corps, comme si elle s’était fait renversé par un semi-remorque. Elle avait tellement mal que son coeur s’était presque arrêté. Confuse, elle ouvrit lentement ses lourdes paupières. Remarquant la moustiquaire sale accrochée au dessus de sa tête ainsi que sa couverture miteuse, elle resta figée.

    “Su Luo, espèce de garce, pourquoi n’es tu pas encore morte? Pourquoi tu prends la peine de te réveiller! Crève!Crève!Crève!” Une forte voix stridente hurlait furieusement près de son lit.

    Su Luo réalisa qu’elle n’avait plus aucune force. Elle se tourna faiblement vers la direction de la voix. Il y avait une magnifique jeune fille, âgée de 14 ou 15 ans et vêtu d’une fine robe couleur lila. Dans ses cheveux relevés en chignon étaient accrochées une épingle à cheveux en forme de papillon et un autre en jade. Son visage était fin et légèrement round, les traits de son visages étaient délicats. La jeune fille était vraiment belle mais ses actions étaient très malveillantes.

    À ce moment là, elle brandissait une aiguille qui servait à coudre les semelles de chaussures. L’aiguille était épaisse et scintillait d’une lueur froide. La fixa d’un regard sinistre, elle se mit à poignarder le corps de Su Luo sans pitié. Elle frappa la chair cachée sous les vêtements, à moins que quelqu’un les déchire, personne ne pouvait voir ses blessures.

    Tellement douloureux! C’est tout simplement de la torture!

    Su Luo voulait dire quelque chose mais elle se rendit compte qu’on l’allait bâillonné avec un chiffon. Elle voulait se débattre mais elle n’avait même pas la force de lever le petit doigt.
    Voyant que Su Luo s’était réveillée, la malveillante jeune fille se tourna pour faire face à celle qui était légèrement plus âgée et la commanda froidement:
    “San-jie, vite, frappe la! Vite, bats la à mort!” (San-jie: troisième miss)

    De ce fait, cette San-jie a fait ce qu'on lui a demandé et levant la main bien haut, gifla Su Luo de toute ses forces. Les yeux de Su Luo brillèrent d'une lueur glaciale: cette humiliation, ces gifles; moi, Su Luo, je me souviendrai de tout! Su Luo ne put supporter l'assaut continu et sombra finalement dans les ténèbres.

    “Xiaojie…. Wuuu…. Xiaojie, ne mourrez pas…..” (Xiaojie: mademoiselle, miss)

    Les pleurs misérable d’une jeune fille se firent entendre, sa voix semblait se casser à force de pleurer. Réveillée par les pleurs et sentant que quelqu’un la secouait, Su Luo ouvrit faiblement les yeux
    “Xiaojie?” Lu Luo qui pleurait à chaude larme leva les yeux et croisa le regard de Su Luo. Le visage de la jeune fille s’éclaira immédiatement.

    À ce moment, Su Luo vit clairement la fille sous ses yeux. Elle avait environ quatorze ou quinze ans et avait des traits qui pouvaient être considérés comme gracieux, mais à l'heure actuelle, son visage était couvert d'empreintes rouges et enflées. Les deux yeux gonflés comme des prunes, elle semblait être mal-en-point. Sa vision (SL) parcourut l'intérieur de la pièce. Elle découvrit qu'il manquait une jambe à la table, que la chaise était usée et qu'il n'y avait même pas de tasse à thé. On avait l’impression que c’était une maison dans les bidonvilles d'Afrique.

    Soudain, l'esprit de Su Luo la fit souffrir alors qu’une marée de souvenirs l’envahissaient. On dirait qu'elle avait vraiment transmigré. Cet endroit n'était pas une dynastie qu’elle connaissait, le Blue Sky Continent ne figurait pas dans l'histoire de la Chine et était un monde qui respectait ceux qui maîtrisaient les arts martiaux. Le continent était composé de quatre pays. Ils étaient individuellement nommés Ling de l’Est, Jin de l’Ouest, Feng du Sud et Mo du Nord. Ensemble, les quatre pays encerclaient la légendaire Forêt-Noire où était endémique des bêtes magiques. À moins d'être un maître d’art martiaux, y entrer était tout simplement impensable.

    Maintenant, Su Luo était dans le Manoir du Grand Général de l'Empire Oriental Ling. Son père était Su Zian, le grand général qui protégeait l'empire et elle était la renommée si-jie idiote bonne-à-rien. (Quatrième miss)

    Dans le Blue Sky Continent, chaque enfant devait passer un test de talent inné à l'âge de cinq ans et cet examen était si important qu'il était suffisant pour déterminer la vie entière d'une personne. Avant cet examen, Su Luo était la fierté de la famille Su car durant sa naissance, le ciel était intervenu; un ciel multicolore pava les routes d’arc-en-ciel alors qu’un oiseau divin tournouilla au dessus de la capitale impériale. A cette époque, tout le monde pensait que la si-jie de la famille Su deviendrait une personne importante.

    Mais le jour de l'épreuve d'aptitude, cinq ans plus tard, cette si-jie de la famille Su, qui portait les attentes de tous, se révéla décevante. Son talent inné était un gros zéro et il était fondamentalement impossible pour elle de pratiquer les arts martiaux! À cause de l’immense déception et sous l’effet de la râge, Su Zian (le père) jeta Su Luo dans une cour latérale, laissant Su Luo à son propre sort. Sa mère fut également abandonnée et fini par périr de dépression.

    ____________________________________________________________
    Ah, la joie et la bonne humeur.
    Petite explication:
    Dans le temps jadis, en Chine, les résidences étaient composées de plusieurs cours et jardins, soit yuan. L’emplacement de la cour représente le statut de la personne qui y habite. Plus votre cour est loin de l’entrée principale, plus ça montre qu’on vous néglige. Su Luo a été placé dans une cour latérale, c’est à dire, un endroit où peu de gens vont: personne n’en a rien à foutre d’elle.
    La pauvre!



  • Merci pour le chapitre
  • Ce chapitre était prêt depuis la semaine dernière mais par manque de temps, je ne l’avais pas posté. J’essaie de travailler sur le chapitre 8 de LMS mais c’est dur avec le travail.
    ( Ici au Québec, c’est 40h/semaine comparé à la france. Et la semaine dernière, j’étais à un peu plus de 50h. T-T )

    Je prends un peu d’avance, mais voici un morceau de l’arbre généalogique de la Famille Su.

    Su Jingyu : 1er enfant, male
    Su Qing: Da-jie, 2ème enfant, fille
    Su Wan: San-jie, 3ème enfant, fille
    Su Luo: Si-jie, 4ème enfant, fille
    Su Xi: Wû-jie, 5ème enfant, fille
    _______________________________________________________

    Chapitre 3 – Je vais définitivement la tuer la prochaine fois

    Serait-ce qu'elle était réellement la légendaire bon à rien? Su Luo observa un nuage blanc qui se déplaçait lentement tandis qu’un éclair machiavélique traversait dans ses yeux. Au 21ème siècle, elle, Su Luo avait survécu plus de 10 ans à un camps d'entraînement infernal. Même si son talent inné était nul, elle pouvait encore percer et un jour, un morceau de ciel sera le sien! Elle se rappela encore ce qui s'était passé le jour où elle avait transmigré, cette scène avec ces deux filles qui la torturaient.

    “Xiaojie, San-jie et Wû-jie se promènent dans les jardins. Elles n'ont aucune femme de chambre avec elles et je ne sais pas de quoi elles parlent.”

    Lu Luo (c’est la servante de Su Luo, ça peut porter à confusion vu que leurs noms sont similaire) entra en portant une petite boîte, la plaça sur la table et sortit les plats un à un pour les disposer sur la table. Une assiette de salade pourrie, un bol tofu séché à moitié moisi et deux bols de riz.

    “Pas faim. Je sors.” Su Luo repoussa le bol et les baguettes alors qu'une lueur glaciale traversait ses yeux. Elle, Su Luo n'avait aucune compétence en dehors de son amour de la rancune. Et si une rancune existait très certainement elle devait être vengé.
    À l'intérieur du Jardin de Fleurs, la San-jie, Su Wan et Wû-jie, Su Xi se promenaient le long de l'étang à Lotus.


    Wû-jie Su Xi était née de la première épouse donc son statut était haut. Son talent inné avait également étonné beaucoup à un jeune âge, elle était la chérie de toute la famille Su. Comme Su Luo, San-jie Su Wan était née d'une maîtresse mais sa langue était mielleuse et elle l'utilisait habituellement pour flatter Su Xi. Elle donnait de l’importance à Su Xi, les deux semblait donc avoir une assez bonne relation.

    Su Wan dit doucement: "Wû-mei, j'ai entendu que cette damnée s‘était réveillée à nouveau?" (mei= petite soeur. Vu que Su Wan est plus vieille, elle doit utilisée mei.)

    Su Xi se moqua: "Sa vie est tellement insignifiant. Quand elle a été empoisonnée, elle n'a pas été empoisonnée à mort et quand elle a été battue, elle n'a même pas été battue à morte. C'est odieux!”
    Su Wan demanda: "Alors, que faisons-nous? Cela ne veut-il pas dire que le mariage est toujours ... "
    Su Xi cria férocement: "Ne t'inquiète pas, je vais certainement la tuer la prochaine fois!"

    À ce moment, elles marchaient le long du de l’étang à Lotus. Su Xi marchait vers l'intérieur tandis que Su Wan marchait du côté extérieur.
    Su Luo mâchait une tige de paille de riz alors qu'elle écoutait leur discussion de comploter contre elle. Elle aimerait voir qui oserait jouer avec elle à nouveau!

    ‘J'ai entendu dire que le talent inné de Su Xi était extrêmement élevé et qu'elle était déjà un Guerrier de deuxième étape.’ Même si elle n'avait pas la possibilité de se venger maintenant, recueillir un peu d'intérêt ne posait aucun problème. Su Luo se cacha derrière l'arbre du parasol alors que ses yeux brillaient sournoisement. D'un coup de manche, un petit caillou se glissa par hasard près du pied de Su Wan. Su Wan était tournée vers l'avant, alors pourquoi prendrait-elle en compte ce qui se trouvait sous son pied? Elle fit un pas et son équilibre devint immédiatement instable et se balança dans vers de Su Xi.
    Quand on était sur le point de tomber, on avait inévitablement l’instinct d'attraper n’importe quoi à portée de main, et Su Wan était assez chanceuse pour saisir fermement la manche de Su Xi.

    Ce qui était assez malheureux était quand les deux trébuchèrent et essayèrent de retrouver leur équilibre, un coup de pied furtif fût soudainement donné aux fesses de Su Wan! L'assaut qui avait surgi à l'improviste a pris Su Wan par surprise, elle a donc encore une fois, fermement attrapait la robe de Su Xi.
    Soudainement, la paire vola vers le canal dans un bang et elles tombèrent lourdement dans l’étang tout en ressemblant à des rats noyés.
    Quant à Su Luo, elle était déjà retournée se cacher derrière l'ombrelle, les deux mains serrant sa poitrine alors que ses yeux coulaient de lumières vives et de couleurs vibrantes.(Oui, tout ça pour dire qu’elle pleurait de rire)

    Elle attendait là pour regarder le bon spectacle. Elle voulait voir à quel point le conflit interne entre ces deux proches collaborateurs allait tourner.
    Dans cet accident inattendu, Su Xi n’était en fait qu’un spectateur innocent. Mais qui lui a dit de vouloir obstinément offenser la Su Luo qui ne devrait jamais être offensé?
    Elle avait été entraînée par Su Wan et plongea, tête la première, dans l'eau.

    Elle qui était à l'origine une enfant choyée, elle se mit immédiatement à hurler de colère et à balancer sa main:
    “San-jie, qu’est ce que tu fais? Si tu glisses et tombes, fais le toute seule, pourquoi tu dois me traîner avec toi!!!!”




  • Chapitre 4 - Seule une mauvaise personne peut en harceler une autre

    Su Wan refit surface avec beaucoup de difficulté et fut accueillie par une grosse gifle de Su Xi. Su Wan était bien sur innocente et elle ne comprenait pas comment elle avait glissé et était tombée. Mais elle était certaine qu'elle était tombée dans le canal parce que quelqu'un lui avait brutalement donné un coup de pied aux fesses.

    Su Wan mis sa main sur la joue droite qui avait été giflée et pleura sans larmes: "Wû-mei, ce n’est pas de ma faute, quelqu’un m’a poussé."

    Su Xi ricana: "Il n’y a que nous deux ici, qui aurait pu te pousser? Pourquoi n'es-tu pas encore sorti pour m’apporter un manteau?”

    "Mais ..." Su Wan abaissa misérablement les paupières.


    Hanfu ou chinese fairy dress
    Le hanfu qu’elle portait était maintenant étroitement collée à son corps et sa silhouette était si clairement visible dans les moindres détails que l’on pouvait distinctement voir ses sous-vêtements rouges. Si elle sortait comme cela et qu'elle était vue par quelqu'un, ne perdrait-elle pas la face?

    “Que dirais-tu d'appeler quelqu'un?”, proposa Su Wan faiblement après avoir réfléchi pendant un bon moment.

    "Non! Si un homme arrive, qu’est ce qu’on va faire s’il nous voit comme ça? Vas vite!" Le visage de Su Xi était rempli de cruauté.

    "No, non ..." Su Wan secoua désespérément la tête et refusa d'accepter quoi qu'il arrive.

    "Et enlève tes vêtements et donne-les moi pour que je les porte!" Su Xi haleta de rage et commença à tirer sur la robe de Su Wan.

    "Wû-mei, arrête, arrête s'il te plaît..." Su Wan serra sa poitrine, comme si elle ne voulait pas lâcher ses vêtements même si elle en mourait. Elle avait seulement une couche de gaze pour l’extérieur de sa robe et à l'intérieur c’étaient ses sous-vêtements!

    "Pourquoi tu n’es toujours pas partir?!" Su Xi poussa implacablement Su Wan vers la rive. La Su Wan qui se tenait à terre, vêtements collés à son corps, avait les deux petits raisins soufflés par le vent. Ils s’érigèrent immédiatement comme s'ils étaient des seigneurs de guerre arrogants.
    [( • )( • )ԅ(≖‿≖ԅ)]

    Elle frissonna de froid et se mis à courir comme si sa vie en dépendait. Cependant, au même moment, sans savoir pourquoi, les arbres prirent feux soudainement.

    Des cris lointains résonnaient: "Feu .... Les arbres sont en feu ... Vite, nous devons éteindre le feu ... "

    Le petit bosquet se trouvait juste à côté de l'étang aux lotus. Son entourage était évident d'un coup d'œil. Il n'y avait aucune fausses collines ou fausses pierres, il était fondamentalement impossible de se mettre à couvert.

    Peu de temps après, un nombre incalculable de personnes arrivèrent en courant dans leur direction. Effrayée, Su Wan pâlit, les deux mains protégeant sa poitrine, elle se retourna rapidement.

    "Cours! Cours vite!” cria fortement Su Xi depuis l'étang. “Si tu ne cours pas maintenant, il sera trop tard!”

    Mais il était maintenant déjà trop tard. Les bruit de pas se rapprochant se furent entendre. Su Wan trembla d'effroi et elle se dirigea inconsciemment vers le canal pour y sauter une fois de plus. Dans un bang, les éclaboussures en vagues volèrent haut dans l'air. Su Luo failli éclater de rire. Mais la décision de Su Wan ne pouvait pas être considérée comme stupide. Même si dans l’étang avait fleuri beaucoup de nénuphars, l'eau n'était pas profonde et on y avait pied. Si elles se cachaient derrière les nénuphars, si quelqu’un ne les cherchait pas sérieusement, il était extrêmement improbable qu’on les découvrent.

    "Pourquoi es-tu revenue dans l’eau?" Su Xi avait les cheveux presque dressés à cause de la rage. Elle se balança pour gifler lourdement le visage de Su Wan.

    Su Wan n'était également pas contente: "Wû-mei, ne sois pas si déraisonnable!" Elle avait aussi le droit d’être un peu en colère, non?

    Su Xi la regarda méchamment: "Déraisonnable? Qui est déraisonnable? Si tu ne m’avais pas traîner ici, est-ce que je serais dans cette situation? Toi. Retiens bien, une fois que je serai sorti, je vais certainement te le faire payer!”

    "Mais je n’ai pas fait exprès, quelqu'un m'a vraiment poussé!"

    "Qui t'a poussé, montre le moi un peu!"

    Ignorant les bruits de pas, les deux soeurs commencèrent à se quereller immédiatement. Avec un sourire diabolique, Su Luo contempla froidement le spectacle qu’était la lutte sauvage entre deux soeurs. Elle avait hâte de voir la suite du programme, car cela promettait d’être merveilleux. Il ne fallait quand même pas gâcher le feu qu’elle avait allumé.

  • Chapitre un peu rose aujourd’hui, mais bon, première apparence du MC masculin.

    Je ne mets pas autant d’adjectifs que la version originale parce que l’auteur ADORE les adjectifs. Faut pas abuser non plus!

    _____________________________________________________________

    Chapitre 5 - Le jeune homme impeccablement beau

    Vêtu de vêtements blancs, Nangong Liuyun était assis tranquillement pas trop loin des arbres luxuriants près de l’étang. Son beau visage s’illumina légèrement alors que ses yeux intelligents débordaient d'intérêt, intérêt maximum.

    Il semble que la visite d'aujourd'hui au Manoir du Grand Général n'était pas une mauvaise décision. Assisté à ce genre de spectacle était réellement inattendu. Il n'était au courant que les filles du Grand Général étaient aussi divertissantes. La fille stupide des rumeurs était en fait vive et intelligente, et celle qui était généralement admiré par tous était réduit à un tel état. Le regard de Nangong Liuyun se dirigea vers Su Luo et il frotta le menton avec intérêt. Cette fille était si jeune, mais son esprit était extrêmement intelligent pour produire un tel guet apens . Ses compétences étaient aussi admirable. Quant à son apparence ... Nangong Liuyun l’examina en détail.

    Pas plus de quatorze ou quinze, un sourire insouciant sur le visage. Une magnifique paire d'yeux clairs qui scintillait de couleurs vibrantes. Mais il y avait une couche cachée à l'intérieur de ses yeux qui reflétait une sombre et déterminée obscurité. Il y faisait une noirceur abyssale et il semblait aussi impossible de deviner les profondeurs de son cœur. Les yeux de Nangong Liuyun flashèrent d’une touche d'espièglerie, il arriva à une conclusion: cette fille est vraiment sinistre, rusée, aime comploter contre les autres, aime se cacher dans des endroits secrets, et elle était capable de toujours afficher un petit sourire, même si elle devait tuer quelqu’un.

    Elle était exactement la même que lui, c'était juste trop intéressant.


    Nangong Liuyun ressenti soudainement qu'il avait trouvé un semblable, le sentiment merveilleux de trouver une personne qu’on ne pouvait trouvé qu'après avoir fouillé partout dans le monde, le sentiment sans précédent qu'il avait envers Su Luo l'a immédiatement fait bordé d’intérêt. En ce moment là, Su Luo senti qu’il y avait quelque chose qui clochait. Elle découvrit qu'il semblait y avoir un regard brûlant fixé obstinément sur elle. Su Luo leva la tête et découvrit un jeune homme impeccablement beau, allongé sur le plus haut wutong* (Wutong ou arbre à parasol), un léger sourire au coin des lèvres. Vêtu d'une robe blanche immaculée, des yeux de phénix qui se rétrécirent légèrement. Il avait beauté incomparable au monde des mortels et sur son visage, les coins recourbés de sa bouche évoquaient un charme démoniaque. Il était allongé contre la plus haute branche de l'arbre. Les fleurs de viburnum*(viburnum ou chinese snowbal tree) blanches translucide flottaient doucement depuis l’arbre. Ce paysage était aussi romantique que beau et, pour l'instant, il ressemblait à un joli garçon qui venait de sortir d'un manhua*. (*version chinoise de manga)


    Ses yeux brillants étaient clairs et pénétrants, comme s'il comprenait clairement tout. Alors que son regard était fixé sur Su Luo, les coins de sa bouche portaient la trace d'un sourire méchamment charmeur et le sous-entendu derrière ce sourire semblait être plutôt profond.

    "Tu vois quelque chose d’intéressant?" Il ouvrit la bouche et demanda, avec une expression qui semblait contenir de la pure joie.

    Bien que sa phrase ne fut pas longue , elle avait un double sens. Il pourrait parler du spectacle ou il faisait allusion à son apparence, ou peut-être les deux. Su Luo plissa les yeux. Quand est-ce que ce type est apparu? Avant ou après elle est venue ici? Elle n’avait même pas réussi à le sentir. Sa vigilance était-elle trop basse ou est-ce que ses arts martiaux étaient trop avancés? Comme elle savait qu'elle était toujours sur ses gardes, cela voulait que les arts martiaux de cet homme devaient être trop élevés. Le coin de la bouche de Su Luo se plia lentement alors qu'elle répondait froidement, "Assez vu?"

    Envers une personne qui était apparue sans invitation tout en admirant calmement le spectable, Su Luo ne possédait que de l'hostilité. Nangong Liuyun sentit son coeur éclaté de surprise et ses yeux d'encre rencontrèrent les beaux yeux de Su Luo. Tout à coup, il a découvert que son coeur battait la chamade dans sa poitrine.

    Il esquissa un sourire espiègle: “Quelle femme perfide et sinistre”.

    Su Luo haussa légèrement les sourcils. Portant un sourire qui n'en était pas vraiment un, elle répondit à son tour: “Quel gentleman d’un moral irréprochable”.

    Un rire florissi sorti de Nangong Liuyun après avoir entendu la réplique de Su Luo. Le rire était rauque et mélodieux et d’un charme démoniaque.

    "Non, non, benwang*est le même genre de personne que toi."

    Su Luo ricana encore une fois à sa réplique, ce qui voulait aussi dire qu'elle se moquait d'elle-même.

    (*Benwang veut dire ce roi, ce prince. Seul un wangye (prince de 1er rang) peut utiliser benwang pour parler d’eux-même. C’est un peu arrogant, comme si on parlait de soi à la 3ème personne et aussi pour montrer son status)
  • Chapitre 6 - Le gagnant est roi

    Quel hypocrite. Attends…. Il utilise benwang, ça veut dire qu’il est un Wangye?
    (Sun: un wangye est un prince de 1er rang.)

    "Viens." Lui dit-il d’une voix rauque et enchanteresse.
    Su Luo fronça légèrement les sourcils. Viens? Si elle approchait comme il lui a demandé, n’allait-elle pas perdre la face? Qui plus est, la branche où il était assis est étroite, où allait-elle s’assoir? Il ne veux quand même pas qu’elle s’assoit sur ses genoux?
    Mais avant qu'elle ait le temps de lui répondre, sa vision se brouilla subitement, son corps bougea, et en un clin d'œil, elle était déjà au sommet de l'arbre. En plus, elle était installée dans les bras de cet homme qu'elle venait juste de rencontrer!

    Comme si Su Luo allait laisser quelqu'un profiter d'elle à leur guise. Par réflexe, elle souleva son poignard pour trancher l'aorte de l’inconnu - cependant, la réaction de Nangong Liuyun était quand même assez rapide. La main de Su Luo n'avait même pas commencé à trancher qu’il l’avait déjà forcée derrière son dos. Cette posture poussa Su Luo à redresser sa poitrine bien ronde, qui remonta de façon impressionnante. Elle ne s'attendait pas à un tel écart entre son niveau d’arts martiaux et celui de ce type. Elle était juste en face de lui, mais elle ne pouvait même pas lui donner un seul coup!

    Nangong Liuyun ri sans cacher son côté mesquin. Son doigt mince et lisse caressa doucement le teint crémeux de Su Luo. Ses lèvres, élégantes et rosées, se soulevèrent en un sourire malfaisant avec un soupçon d'arrogance débridée.

    "Fillette, tu ne fais pas le point devant benwang. Quoi, veux-tu continuer?"La voix riche et grave de Nangong Liuyun portait une trace de charme extrêmement agréable à entendre.
    "Laissez-moi partir!" Su Luo le menaça d'une voix sévère mais basse, du coin de l’oeil, elle pouvait voir que les personnes s'approchant étaient presque arrivées.

    "Fillette, nous sommes libres et ennuyés, que dirais-tu de jouer à un jeu?" Demanda joyeusement Nangong Liuyun d’une voix enchantée alors que ses yeux se remplissaient d'un intense intérêt.
    Su Luo y réfléchit prudemment et se dit que cela n’allait pas changer grand chose, elle hocha froidement la tête: "Parle."
    "Parions sur les deux qui sont dans l’étang, si elles arrive à rester cacher sans être découvertes, tu gagne. Si elles sont découvertes, benwang gagne. Qu’est ce que tu en dis?”
    (Sun: en utilisant benwang, il parle de lui à la 3ème personne .)

    "Qu'est-ce qui sera en jeu?" Su Luo était extrêmement pauvre, alors elle ne pouvait pas jouer avec de l'argent, mais elle pouvait utiliser un tour de passe-passe.
    "Le gagnant est roi, perdant .... réchauffe le lit?" Les yeux de Nangong Liuyun scintillèrent à sa propre proposition.

    L'expression de Su Luo devint glaciale. Elle regarda froidement Nangong Liuyun sans retenu, comme si elle regardait un idiot. Nangong Liuyun pris un air blessé, se couvrit la poitrine et suggéra faiblement: "Le gagnant se couche .... le perdant est dessus?

    Su Luo était complètement sans voix! Cet homme n'avait-il pas honte? C'était seulement leur première rencontre. C'était la première fois qu'ils se parlaient, comment faisait-il pour être aussi franc? Même elle, une femme moderne, se mit à rougir.
    "Jamais et absolument pas."

    Nangong Liuyun joua langoureusement les mèches de cheveux près de l’oreille de Su Luo et parlait d'une manière calme et posée, “Se pourrait-il que tu insistes pour que le gagnant soit roi ... pour que le perdant devienne reine? Si tu insistes, ce n’est pas quelque chose d'impossible."

    Su Luo leva les yeux au ciel avec irritation.
    "Être roi, être reine. Tu n’es même pas le prince héritier. Pourtant, tu ne t'inquiètes même pas que le vent des rumeurs qui te coupent la langue." Su Luo le ridiculise froidement en roulant des yeux: "Ce n’est quand même si compliqué, non? Si je gagne, tu devras me rendre un service. Si je perds ... "
    "Alors, tu devras embrasser benwang." Nangong Liuyun répondit rapidement.

    Pourquoi cet homme agit-il comme s'il allait mourir s'il ne profitait pas de moi? Je veux sérieusement lui donner une bonne raclée! Su Luo le foudroya du regard pour montrer clairement sa rage.
    Ses yeux riaient d'insouciance, mais en même temps, ils contenaient une sorte d’éclat tranchant qu'il était incapable de dissimuler. Cet homme libérait, sans aucun effort, un air qui opprimait les autres et exsudait une aura de roi dominateur.
  • Chapitre 7 - Embrasse benwang alors.


    "D'accord." Après un certain temps, Su Luo lentement accepta.

    Quoi qu’on en dise, les conditions étaient en sa faveur. Juste un simple baiser n’allait blesser personne. La moderne Su Luo flirtait parfois, donc ce n'était pas comme si elle n'était pas expérimentée. La Su Luo actuelle ne possédais rien et avait juste besoin d'un pigeon devant sa porte. Ainsi, le duo perfides remplis d’arrière-pensées commencèrent leur première confrontation.

    La groupe de Su Jingyu s'est approchée rapidement. Su Jingyu était le fils aîné de la famille. Né de la première Furen* avec un talent inné pas trop minable, il avait vingt ans mais était déjà un expert de troisième rang, un niveau que la plupart des jeunes générations rêveraient être. Il n'était pas venu seul mais avait amené un formidable groupe de personnes. Le spectacle s'annonçait assez grandiose.
    (Sun: *Furen: la 1ère épouse légitime)

    Su Xi était folle de rage mais il n'y avait aucun moyen de sortir de cette situation. Craignant d'exposer la moindre trace d'elle, elle cacha toute entière derrière les fleurs de lotus. Dans son cœur, elle avait déjà crié à mort sur Su Wan. Elle n’aurait jamais pensé qu'elle, Su Xi, pourrait être un jour dans une situation aussi difficile!

    Si celui qui venait n'était que Su Jingyu, alors tout aurait été bien, mais il était accompagné de Son Altesse, le prince héritier, et d'autres fils de diverses familles de nobles. Si elle sortait maintenant et était vue dans un tel état, il était garanti qu'il ne se passerait même pas un quart d'heure avant que des rumeurs se répandent dans toute la capitale impériale. Quand ce temps viendra, comment pourrait-elle, Su Xi, se mêler aux autres nobles de la capitale?

    Su Xi foudroya du regard Su Wan et promit qu'après être sortie, elle ne laisserait jamais cette chienne de Su Wan s'en tirer! Su Wan était aussi folle au point d'être à moitié morte. Elle non plus ne s'attendait pas à ce que tout tournerait aussi mal. La situation actuelle était en train de s'aggraver et le nombre de personne qui arrivaient augmentait de plus en plus. Si elles devaient être découvertes comme ça ... devraient-elles dire qu'elles voulaient nager? Mais c'était le printemps et pas l'été.

    Que faire, que devrait-elle faire exactement? L'anxiété de Su Wan était comparable à celle de fourmis désordonnées. Les lèvres de Su Luo se retroussèrent en un sourire contemplatif alors qu'elle observait le groupe de jeunes aux vêtements colorés.
    C'était réellement inattendu. Elle n'aurait jamais pensé que la foule qui se rapprochait allait donner Su Xi et Su Wan un tel casse-tête, au point de se cacher furtivement derrière les fleurs de lotus. Su Luo alors compris que le statut de ceux dans ce groupe devrait être considérablement élevé. Celui en tête devrait être TaiZi*.
    (TaiZi : Prince héritier)

    Il portait une robe de brocart de jaune canari avec un dragon qui s'envolait à sa ceinture. Ses sourcils semblaient méticuleusement soignés, son nez surélevé trônait au dessus de minces lèvres pâles, qui se courbaient dans un air d’arrogance incomparablement privilégié. Comme il exsudait d’un flair d’arrogance débridé, il semblait être à la fois cruel et doux. Il ne fallut qu'un regard pour voir que son tempérament n'était pas bon.

    Su Jingyu portait une robe de brocart vert foncé avec une ceinture de jade. Il avait un beau visage brillant, des sourcils tranchants et des yeux étoilés, mais pour le moment, ses sourcils étaient froncées d’irritation.
    TaiZi éclata de rire après avoir vu le petit feu: "Jingyu, que fait ton manoir? Est-ce que vous jouez avec le feu?”

    Ce n’était pas que TaiZi. La jeune génération masculine de diverses familles de nobles qui étaient derrière le prince héritier commençait également à rire. Parce que ce qui était devant eux était une scène qui méritait vraiment d'être qualifiée de blague. Il lui a fallu seulement un coup d'œil pour voir clairement que c’était délibérément fait exprès. Où donc était le feu ? C'était clairement un canular.

    Ce qui était présent sous leurs yeux n’était juste qu’un feu de taille moyenne. Il brûlait sur une pile d'herbe desséchée facilement inflammable et recouvert d'une couche de feuilles vertes fraîches. Tout le monde savait que si le bois n'était pas complètement séché au soleil, le panache de fumée serait particulièrement important après avoir été allumé. Et ce faisant, il était évident que l'autre partie avait fait cela pour les attirer ici.

    À ce moment-là, Su Jingyu avait aussi des soupçons dans son cœur. L’espace entre ses sourcils s'ouvrit alors qu'il se mit à sourire et dit au prince héritier: “C'est probablement un serviteur qui a accidentellement commencé ça.”
    TaiZi se caressa le menton en balayant regard la scène devant lui: “Oh? Les servants de ton manoir sont en fait audacieux à ce point? "
    Le cœur de Su Jingyu s'arrêta, puis il a rapidement expliqué: “Cela pourrait aussi être le résultat du jeu espiègle de ma petite sœur. Puisque tout va bien maintenant, pourquoi ne pas rentrer? Jingyu* est un peu incertain au sujet du devoir que le Professeur m’a assigné aujourd'hui, et il se trouve que je voulais demander à Votre Altesse, TaiZi, des conseils.”
    (Sun: Il parle de lui à la 3ème personne.)

  • Chapitre 8 - Le souffle chaud langoureux



    Su Jingyu avait un mauvais sentiment. Cette affaire était trop étrange. Il avait l'intuition que s'il restait ici plus longtemps, quelque chose qu'il ne voudrait pas voir se produirait.



    TaiZi et lui étudiaient tous deux à l'Institut Avancé de la Capitale Impériale et étaient également dans le même département. Ils étaient dans le département des éléments du vent. Comme Su Jingyu était un lèche-cul minutieux, lui et TaiZi était devenu proche et il faisait déjà partie de la clique du prince héritier.

    Taizi se mit à rire: «Pour avoir l'impertinence de jouer ce genre de farce dans le Manoir du Grand Général, ils ont vraiment un courage surdimensionné. Jingyu, tu devrais investiguer ça de plus près. "



    Le groupe était autour de l'arbre le plus élevé, alors que la végétation luxuriante cachait les silhouettes de Su Luo et de Nangong Liuyun. La respiration des deux était extrêmement légère, personne ne les avaient donc pas encore découvert. Soudain, Su Luo sentit de la chaleur sur sa nuque. Une respiration chaude et langoureuse tout près du lobe de son oreille.



    Avant qu'elle ait eu le temps de réagir, la voix basse de Nangong Liuyun demanda joyeusement: "Veux-tu voir une scène encore plus merveilleuse?"

    "Oh?" Su Luo se pencha doucement vers l'avant pour mettre un peu de distance entre eux et leva les yeux alors qu'elle tournait la tête pour regarder ses (NL) yeux scintillants brillants qui étaient illuminées d'une lueur étoilée resplendissante. Ses yeux de phénix ressemblaient maintenant à l'éclat de l'eau de mer, calme et serein. La peau délicate de son visage était aussi belle que la porcelaine. C'était comme s'il était l'un des immortels exilés de Shangri-la; autorisé à regarder, mais qu’on ne pouvait pas toucher.

    Nangong Liuyun examina de près la fille devant ses yeux. Des yeux brillants, des dents blanches, une peau blanche et crémeuse, un petit visage sans maquillage qui pouvait vaincre quelqu’un qui en portait, on dirait qu'elle était la rosée matinale du soleil printanier et une personne rafraîchissante. Surtout ces yeux qui pétillaient, quand ses beaux yeux se promenaient, ils paraissaient d'une vivacité touchante. Ses yeux étaient clairs et indifférents tandis que son expression avait une apathie encore plus marquée. Le coin de sa bouche était recourbé en un arc froid comme un nuage blanc qui s'était transformé en néant brumeux. Elle était comme la marée, calme sans la moindre ondulation ou vague.

    (Sun: Seigneur, trop adjectifs, tue les adjectifs! Tellement mielleux que j’ai le diabète)



    Une pensée traversa soudainement l'esprit de Nangong Liuyun. Si je brise cette profonde tranquillité dans ses yeux, cela ne serait-il pas amusant? Tout à coup, il leva son bras mince et puissant, et utilisa l'autre doigt blanc et lisse pour soulever le menton pointu de Su Luo alors que l'ombre épaisse de la végétation recouvrait Su Luo. Et c'est à ce moment critique que Su Luo utilisa sa paume pour séparer leurs lèvres.



    Avec un sourire qui n'en était pas vraiment un, Su Luo jeta un regard oblique avant de demander d’une voix basse, "Le résultat du jeu n'a pas encore été décidé, pourquoi être aussi anxieux?"

    "Résultat? Cela ne va pas beaucoup de temps.” Le bord des lèvres roses de Nangong Liuyun se relevèrent en une expression enjouée. Il leva légèrement ses sourcils denses et pointus et arrêta de bouger.



    Soudainement, un cri retentit de pas trop loin. En ce moment là, TaiZi et Su Jingyu s'étaient déjà retournés. Mais ils n'avaient marché que quelques pas avant d'entendre un cri douloureux près de l’étang à lotus, ils s’arrêtèrent aussitôt. Su Luo était perplexe. Elle regarda au loin et vit clairement du sang frais sur le front de Su Wan. Elle resta bouche-bée pendant un moment. Enfin, elle se tourna vers Nangong Liuyun pour lui lancer un regard noir alors qu'elle serrait les dents folle de rage, en faisant une pause à chaque syllabe: «Toi. Tri. Cher! "

    "Y avait-il une règle qui disait que nous ne pouvions pas tricher?" Nangong Liuyun a commencé à agir sans vergogne.



    Su Luo leva les yeux au ciel, impuissante devant Nangong Liuyun, et il laissa échapper un resplendissant rire léger. Le beau visage qui était magnifique au-delà toute comparaison était semblable à une Lycoris Radiata en pleine floraison, un spectacle rare et attrayant.



    Su Wan qui avait été frappé par un caillou, cria inconsciemment à haute voix. Elle couvrit sa tête ensanglantée alors que son corps sautait presque hors de l’eau à cause du choc. Elle est dinde écervelée! Et la plus stupide aussi! Su Xi était tellement en colère qu'elle aurait aimé pouvoir gifler cette  San-jie*- qui lui causait problèmes après problème- à mort.



    Elle croyait à l'origine que les malheurs d'aujourd'hui étaient suffisants, mais ne s'attendait jamais à ce que le dieu de la malchance l’aime autant.

    "Qui est là ?!" Su Jingyu demanda à voix haute vers l'étang de lotus vide.
  • Voici le Chapitre 9. Le 10 va suivre un peu plus tard dans la journée. Je sais, je suis toujours en retard.

    _______________________________

    Chapitre 9 - Le résultat du jeu n'est pas encore décidé


    Le prince héritier révéla un visage émerveillé et parut avoir un intérêt certain pour cette affaire. Il regarda fixement l'étang de lotus avec des yeux étincelants.

    "Sortez de là! Si vous ne sortez pas, je vais attaquer!"Su Jingyu se tenait devant TaiZi pour le protéger, prêt à attaquer l'ennemi à tout moment.
    Comme prévu, ce geste a obtenu une impression favorable de TaiZi. Il tapota Su Jingyu sur l'épaule, lui indiquant qu'il pouvait s'en occuper seul.

    À l'intérieur de l'étang de lotus.

    À ce moment là, Su Xi était complètement perdue. Si elle sortait maintenant devant TaiZi, elle perdrait la face. Elle avait convoité le titre de Princesse héritière pendant très longtemps. Si elle sortait maintenant, elle ne le posséderait jamais.
    Bien, puisque cette catastrophe a été causée par Su Wan, c’est à elle de régler le problème.
    "Après leur départ, n'oublie pas de me donner ce manteau! Sinon, je te tabasserai à mort!" Après avoir été dans l'eau aussi si longtemps, les lèvres de Su Xi tremblèrent un peu. Après avoir dit cela, elle souleva la ceinture de Su Wan et la jeta sur la rive.

    Le "Ahhh--" de Su Wan était similaire au cri d'un cochon mourant. Elle projetta des gouttelettes d'eau alors qu'elle volait dans le ciel en arc de cercle jusqu'à finalement tomber sur le sol avec un bang. Son corps de jade gisait en désarroi sur la rive pendant qu'elle trempait complètement le sol.
    Ce qui était encore plus regrettable était que sa ceinture avait été arrachée par Su Xi. Elle était à l'origine détendue, mais maintenant qu'elle avait une telle perte et qu’elle avait atterri sur le sol pendant un certain temps, sans sa ceinture le devant de ses vêtements s'était ouvert pour révéler soudainement les sous-vêtements rouge vif et ses jambes de jade.

    Le sous-vêtement qui couvrait sa poitrine s'ouvrit largement alors que les pics des montagnes de jade de sa poitrine devenaient vaguement discernables et invitaient au crime.
    (Tout ça pour dire qu’on voyait un peu ses seins.)

    Les yeux de Su Jingyu étaient grands ouverts. C'était simple incroyable! Sa bouche ouverte était si large qu’on pouvait y mettre un œuf de poule .
    Quoi qu'il arrive, il ne se serait jamais attendu à ce que sa San-mei*apparaisse soudainement sur la rive de l’étang et d'une manière si humiliante. De plus, elle apparaît comme ça devant TaiZi.
    ( San-mei= 3ème enfant donc Su Wan.)

    Serait-il parce qu'elle voulait exprimer ses sentiments d'affection pour TaiZi de cette façon?
    C'est simplement juste ... simplement juste ... trop effronté!

    Des veines bleues apparurent sur le front de Su Jingyu. Il enleva son vêtement extérieur et le jeta sur le corps de Su Wan et couvrit ce corps impudique alors qu'il rugissait froidement: «Pourquoi ne t'es-tu pas encore levé?”

    Il avait l'impression de n'avoir jamais perdu autant la face devant TaiZi et maintenant, il avait l'impression que son visage était en feu. Malheureusement, Su Wan ne répondit pas à ses paroles. Elle resta toujours au même endroit devant tout le monde alors qu'ils se tenaient en cercle et regardaient, parce que Su Wan s'était déjà évanouie à ce moment là.

    "Votre Altesse, les bêtises de ma meimei* a créé des problèmes et vous a offensé par accident. Par tous les moyens, s'il vous plaît, ne soyez pas offensés." Su Jingyu grinça des dents et se força à adopter un sourire rigide alors qu'il essayait d'apaiser la situation. Cela dit, il fit signe à ses servants de transporter rapidement sa meimei ailleurs.
    (meimei= petite soeur)
    TaiZi rit de bon cœur et parut être d'humeur joyeuse. Il donna une tape sur l’épaule de Su Jingyu comme un grand frère et sourit: “C'est la petite sœur étonnamment douée de ta famille? La façon dont elle est sortie était plutôt ... Hmm, spécial? "

    TaiZi l’avait déjà vu auparavant, mais parce que Su Wan avait été projeté, son visage avait été couvert de cheveux en pagaille. Depuis qu'elle avait rampé hors de l'eau comme un fantôme, TaiZi n'avait pas vu distinctement son visage avant que Su Jingyu ne couvre le visage de Su Wan. Donc, TaiZi n'avait pas vraiment vu de quelle Xiaojie il s’agissait. Mais les paroles de Taizi avaient un but précis. Les paroles prononcées par TaiZi ont fait que Su Xi, qui était toujours dans l'étang à lotus, devint si déprimée qu'elle bouillait de rage! Elle tapa du pied dans l'eau avec colère.
    Qu'est-ce qui ne va pas avec les yeux de TaiZi, c'était évidemment San-jie? Comment ça pourrait être elle, Su Xi! Même si elle était secrètement heureuse que le Taizi se souvienne d'elle, comment pouvait-elle pardonner qu'il pensait que ce corps pathétique était le sien.
  • Chapitre 10 - Quel grand frère extraordinaire!



    Su Xi voulait vraiment sortir de là et annoncer haut et fort que ce n’était pas elle, pas elle…. mais dans les circonstances actuelles, elle n'avait pas d'autre choix que de rester cachée derrière les fleurs de lotus. Cependant, elle avait toujours un grand frère génial.

    Voyant que sa meimei préférée avait été mal comprise, il se mit à rire et expliqua: “TaiZi, votre altesse, celle qui était là il y a un instant n'était pas Wû-jie*. Ma Wû-jie est douce et distinguée avec un talent inné extraordinaire. Elle n'a même pas assez de temps pour s’entraîner, alors comment pourrait-elle être assez espiègle pour causer des problèmes.”

    (Wû-jie= Su Xi)



    Une lueur particulière traversa les yeux du prince héritier: «Oh? Alors qui était-ce?”

    Su Jingyu ne savait pas quoi dire. Il se reprocha secrètement d’être un imbécile, pourquoi a-t-il dit que c’était une ses sœurs et pas seulement une des servantes au hasard? Maintenant que TaiZi avait posé la question, comment devait-il réagir? Son père considérait toujours très bien sa San-mei. De plus, San-mei était vraiment proche de sa mère et de sa meimei. S'il était possible de la protéger, il n’allait pas la jeter sous le bus. Tout à coup, Su Jingyu eu un éclair de génie et réalisa qu’il pouvait tirer avantage de la situation et faire une pierre deux coups. Dans son excitation, il éleva légèrement la voix: “En fait…. Je ne garderai pas Votre Altesse dans le noir, cette fille est en fait…. réellement…."



    “Tu parles et tu interromps comme si tu ne veux pas dire la vérité. Ne me dit pas que cette fille est en fait…” Les yeux abyssaux du prince héritier vacillèrent alors que sa voix s’abaissait et semblait porter une sorte de suggestion.

    “Oui, Votre Altesse est un génie. Cette fille est en fait ma bonne à rien Si-jie*!” Après que Su Jingyu ait prononcé ces mots, il s’est immédiatement détendu et a eu l’impression que le ciel s’était éclairci. Même le vent qui soufflait doucement avait une odeur fraîche et pure.

    Si-jie*?

    (Eh oui, Si-jie est Su Luo)


    Le Su Luo qui était assis au sommet d’une branche voulait sérieusement exploser et le noyer d’insultes. Son rigide Da-ge*, qui était supposé être une personne de haute moralité, était en fait sans vergogne! Pour blâmer un innocent, il l'avait entraînée et a fait d'elle un bouc émissaire! Et a même dit que cette scandaleuse personne était en fait elle!

    ( Da-ge = grand frère/ 1er né de la famille)



    Elle compris finalement d'où venait sa réputation notoire. Tant que l'une des sœurs faisait une erreur, elles disaient aux étrangers que c'était de sa faute et attachait le chapeau de coupable sur sa tête. Les yeux de Su Luo brillaient d’une froideur glaciale. Bien, très bien. Su Jingyu, cette dame* va s’en rappeler. Cette dame* est extrêmement rancunière. En ce qui concerne cette vengeance, attends tu verras.

    (Su Luo parle d’elle à la 3ère personne pour montrer son arrogance)



    Nangong Liuyun observa avec amusement le teint changeant de la jeune fille alors que ses lèvres rosées formaient un sourire. Sa voix basse anormalement attirante portait un soupçon de sensualité: “Gamine, tu ne pars pas pour éclaircir le malentendu?”

    “Si je sors maintenant, ce Da-ge serait certainement surpris, puis il pourrait me rejette comme si j'étais une servante. Qu’est-ce-que tu crois?” Le sourire de Su Luo était aussi beau qu'une fleur alors que ses dents blanches brillaient d'un éclat froid.

    (Gurl, on est dans un roman ou on est dans une pub Colgate?)



    “Mais si tu ne sortes pas, ta position en tant que TaiZi Fei* va disparaître à jamais. Qu’est-ce-que tu penses?” Les lèvres rouges de Nangong Liuyun étaient de la couleur du sang; c'était une couleur brillante et éclatante. Ses yeux clairs et profonds pouvaient directement pénétrer son cœur.

    (Le diabète me rattrappe. TaiZi Fei= l’épouse du prince héritier et est destinée à devenir Impératrice)



    TaiZi Fei? Su Luo réfléchi longuement et finalement découvrit la vérité dans la mémoire de l'ancien propriétaire de ce corps. C'était vraiment réel. Comme il avait été dit que le Su Luo était la réincarnation d'un oiseau divin, l'impératrice l'avait fiancée à TaiZi. Après toutes ces années, même si sa réputation était aussi mauvaise que le contrat de mariage était si chancelant qu’il était sur le point de s’effondrer, le contrat n’avait toujours pas été annulé officiellement. Donc, le mensonge de Su Jingyu, qui lui avait fait porter le chapeau devant TaiZi, n’avait pas seulement effacé toute suspicion quant à l'implication de Su Xi et Su Wan d'une part et résolu le problème soulevé par le prince héritier mais ouvrait également un chemin vers son avenir. Parce que Su Xi aurait la chance de devenir princesse seulement si Su

    Luo s’embarquait sur cette route.



    Su Jingyu, ah Su Jingyu…. Dis-moi, qu'est-ce que je vais faire avec toi?
  • Chapitre 11 - Il est Jin wangye?!

    Même si je n'aime pas vraiment la méthode utilisée, le résultat me plait. Elle n’avait sérieusement aucun intérêt à être la princesse de ce prince. S’il fallait vraiment comparer, même si autoproclamé prince qui se tenait devant mes yeux était diabolique, fort, autoritaire, grossier et aimait profiter de la situation… Su Luo en avait tout de même une meilleure impression que du prince héritier.

    "Pauvre gamine, tu es sur le point de devenir le bouc-émissaire." Nanqong Liuyun fit semblant d’être compatissant alors qu’il tapa le délicat nez rose de Su Luo. Bien qu'il était inexpressif, un sourire satisfait lui traversa les yeux.

    "As-tu besoin d’un rappel amical?" Le coin de la bouche de Su Luo se recroquevilla avec un sourire qui n’en était pas vraiment un. "La personne que tu tiens actuellement est ta future belle-soeur."

    "Incorrect!" Les yeux de Nanqong Liuyun brillèrent alors qu’il exposait légèrement ses dents blanches. “La personne que benwang tient est ma future Wangfei.”

    Su Luo leva silencieusement les yeux au le ciel: “Mais quelle blague, elle n’est même pas drôle.” Elle était la légendaire bonne à rien des rumeurs et elle était née d’une concubine. En plus, sa position de fiancée du prince héritier était sur le point d’être retirée. Comment ce modeste prince osera-t-il l'épouser? Jusqu'à présent, Su Luo ne connaissait toujours pas le puissant passé de l'homme qui la tenait. Elle pensait toujours que Nangong Liuyun était l'un de ces petits seigneurs.

    Laissons de côté l’échange chaleureux entre ces deux là devant l’étang de lotus, après que TaiZi ait découvert la vérité que Su Luo était cette fille éhontée, toute son attitude s’éclaira alors que ses yeux scintillaient.

    Ayant appris cette vérité, rien d'autre ne comptait.

    TaiZi est parti heureux en emportant la bonne nouvelle avec lui. Après un claquement de tissu, on ne voyait même plus son ombre. Les gens devant l'étang à lotus étaient déjà partis. Une légère brise fit des ondulations à la surface de l’eau. Dans l'étang de lotus se trouvait une miss Su Xi qui tremblait. En attendant que l'après-midi devient crépuscule, puis du crépuscule à la tombée de la nuit, Su Xi attendit jusqu’à ce que son visage devienne pâle, et ses lèvres violettes, mais sa San-jie n’était toujours pas venue lui apporter des vêtements. La pauvre Su Xi ne savait pas que lorsqu'elle poussait Su Wan, elle utilisait trop de force et que Su Wan était inconsciente depuis longtemps.

    Su Xi, dans l'étang de lotus, devint tellement en colère qu'elle commença presque à grincer des dents. Dans son cœur, elle commença à détester Su Wan. Elle jura en silence qu'après son retour, elle ne laisserait pas Su Wan s'échapper. Elle attendit que la nuit devienne complètement noire, en utilisant la couverture de l’obscurité, Su Xi sauta finalement de l’étang à lotus sur la terre ferme.

    Soudain, un cri effroyable retentit: “Fantôme !!”

    Su Xi tourna lentement la tête vers la direction du cri, son visage affreusement déformé, ses yeux rouge de colère. Elle avait trop été énervé aujourd’hui. Elle se retourna et s'apprêta à déchaîner sa colère contre le malheureux valet quand elle réalisa qu’il s'était déjà évanoui après avoir été effrayé par le “fantôme”. Maintenant, sans aucun moyen de libérer sa frustration, Su Xi détourna les yeux et utilisa la couverture de l'obscurité pour s'enfuir rapidement vers ses quartier.

    La petite cour la plus éloignée de Su Manor.

    Su Luo avait un brin d'herbe dans la bouche, les deux mains derrière la tête, elle était allongée sur le toit, les deux pieds relevés, dégageant une impression de détente. Elle examina tranquillement ce qui s’était passé ce matin. En pensant à la façon dont Su Xi et Su Wan ont été humilié, elle devint heureuse. Penser aux futur combats et rancoeur entre les deux la rendait encore plus heureuse. Tout en pensant, soudainement un visage merveilleux lui traversa l’esprit. Surtout cette paire de pupille envoûtante, noir comme de l'encre, avec une lueur brillante pleine de fierté qui émanait de ses iris obsidiennes. Bien que son rire semblait insouciant, il cachait la force et la majesté d'un aigle; convaincante, méprisante mais en même temps, dégageait une forte attitude dominatrice.

    Elle a décrit le jeune homme à Lu Luo (sa servante), qui est immédiatement devenu tellement excité que le bol dans sa main a commencé à trembler. Elle a dit avec enthousiasme: “Xiaojie, si je ne me trompe pas, vous avait rencontré Son Altesse le Prince Jin! Oui, ça doit être Jin Wangye!”

  • Chapitre 12 - Soumettez-vous à moi et vous prospérez ou opposez-vous à moi et périssez.

    "Jin Wangye est-il vraiment si célèbre?" Demanda Su Luo, même l’âme originale ne connaissait pas grand-chose à propos de ce Jin wangye.

    “Bien sûr, Jin wangye est célèbre, dans ce monde, il n’y a personne de plus célèbre que Jin wangye. On dit que le talent du prince Jin est numéro un sur tout le continent et que, au cours des 5000 dernières années, son talent est classé deuxième. Xiaojie, que dites-vous?”

    “….” Classé numéro deux au cours des 5000 dernières années? N'est-ce pas trop exagéré?

    “Évidemment, ce n'est pas seulement à cause de cela. À l'heure actuelle, Jin wangye est un mage tri-élémentaire. Trois éléments! La plupart des gens n’ont même pas un élément, mais Jin wangye cultive trois éléments en même temps!” Le visage de Lu Luo était plein d’adoration. Avec des yeux pétillant, elle continua, “Il est dit que les mages tri-élémentaux ont de nombreuses chance d’achever la divinité. Le talent numéro un a atteint la divinité depuis longtemps et obtenu la vie éternelle.”

    Jin wangye, Nangong Liuyun, est aussi puissant? Si cela était vrai, alors “le gagnant devient roi, le perdant devient reine”, ce n'est pas quelque chose qu'il dirait au hasard. Avec son talent, il ne serait pas difficile pour lui de voler le trône. Alors que Su Luo était toujours absorbée par ses pensées, un visage en gros plan apparut soudainement sous ses yeux. Le visage étroit et élégant, sous les sourcils parfaitement dessinés se trouvait avec une paire de divins yeux noirs, comme si c’était le travail un maître sculpteur. Elle a vu ce visage parfait cet après-midi, elle ne pouvait donc pas se tromper de personne… A moins que ce ne soit qu’une illusion?

    Su Luo pensait utiliser ses mains pour se frotter les yeux mais une grande paire de mains saisit ses mains délicates. Les deux yeux d'obsidienne de Nangong Liuyun observèrent Su Luo avec un soupçon de sourire mystérieux. “Tu ne reconnais pas benwang?”

    "Nangon Liuyun?"

    “Bien sûr, benwang est déjà dans ton cœur, sinon tu ne voudrais pas te renseigner avec impatience sur benwang. Ai-je raison?” Les fines lèvres masculines de Nangong Liuyun se plissèrent en un sourire béa.

    Su Luo le fixa sans crainte tout en soulignant chaque phrase. “On dit que Nangong Liuyun est froidement arrogant, hautain, cruel, sévère et obsédé par le maintien de son espace personnel. Si quelqu'un lui touche la main, peu importe qui il est, il se fera couper la main. Si quelqu'un le bouscule accidentellement, peu importe qui, il deviendra de la viande hachée… Es-tu vraiment ce Jin wangye?”

    Les yeux magnifiques de Su Luo observaient la grande main qui la tenait. Sa voix était limpide alors que les coins de sa bouche se transformaient en un sourire détendu. Nangong Liuyun fixa tranquillement Su Luo avec une paire d'yeux perçants qui brillaient comme les yeux d'un loup sauvage; froid et brûlant. En ce moment, il était différent de la personne décontractée de l'après-midi. Maintenant, il semblait plus sérieux et vigilant. Soudain, une rafale de vent glacial commença à encercler la cour jusqu'au toit. Ce vent semblait condenser l'air ambiant en glace et devenait difficile de respirer. Son aura contenant une volonté de tuer à peine supprimée, une soif de sang effrayante, et une sorte d'air dominateur qui disait “Soumettez-vous à moi et vous prospérez ou opposez-vous à moi et périssez”. Il semblait que s'il frappait du pied, tout l'Empire du Ling oriental serait secoué par un tremblement de terre de niveau trois. Sous son regard déterminant et autoritaire, celui de Su Luo était aussi clair que l’eau. La surface était aussi calme que la glace; placide, tranquille et composé.

    Aussitôt, sa bouche se courba en une expression perplexe et le temps se mis immédiatement à changer, passant du gel brumeux à un ciel bleu clair. La glace semble fondre en une eau de source pétillante et remplie de fleurs épanouies. Le rire de Nangong Liuyun était comme les cerisiers en mars; doux, beau et enivrant. Ses douces mains blanches retenaient délicatement les mains de jade de Su Luo, il souriait tendrement, “Gamine, de quoi as-tu peur? Ce n'est pas comme si benwang allait te manger.”

    (ლ(ಠ_ಠლ) les descriptions de malades!)

    Dans ce concours de volonté, personne n’a pu prendre le dessus de cette guerre silencieuse. Nangong Liuyun fut agréablement surpris par ce qui venait de se passer. Il pensait qu'il avait peut-être accidentellement découvert une perle rare ou une jadéite au milieu d’une pile de caillou.

Connectez-vous ou Inscrivez-vous pour répondre.