Le Monde des Arts Martiaux

1456810

Commentaires

  • Ce que je voulais dire, c'est qu'elle aurait pu se contenter d'une vie normal avec la personne qu'elle aime. Au lieu de trahir sa promesse et d'épouser un homme qu'elle n'aime pas simplement pour avoir accès à une école prestigieuse.

    Elle aurait même pu continuer de pratiquer les arts martiaux avec Lin Ming même si les chances d'atteindre l'étape de la Condensation de l'Impulsion auraient été infiniment réduites.

    En gros, elle est prête à jeter sa fierté, son honneur et sa parole à la poubelle du moment qu'on lui offre une école prestigieuse, et de l'or ? Si ce n'est pas être vénale alors faudra repasser m'expliquer .. ^^



  • JOKE', pour revenir a ton premier com, je pense pas qu'il va allé aussi loin que le tuer, après tout il n'a pas vraiment de rancune envers lui, c'est juste un 'rival'
  • etiennealbo a dit :

    jk rowling a envoyé son manuscrit a des dizaines de maison d edition d angleterre et accepté a une seul , tous les autres refusés. le jackpot , c etait pour ca

    Ah oui effectivement je n'y étais pas.. Mais dans l'idée on est d'accord, finalement ils refusent des inscriptions qui sont issues du Domaine des Dieux :o


    @JOKE'

    Il est important de contextualiser, de s'attarder sur le personnage. Effectivement si on dit juste: "la fille quitte son amour d'enfance pour épouser quelqu'un qu'elle n'aime pas, qui est prétentieux et ne l'aime pas non plus. Tout ça car il est riche et qu'il va lui permettre d'intégrer une bonne école." c'est clair que je ne mise rien sur elle...

    Mais bon, ici il y a le fait que la voie des arts martiaux n'est, la plupart du temps, qu'un chemin dangereux sur lequel ceux qui n'ont pas les moyens n'ont aucun avenir. En bas de l'échelle des arts martiaux, fauchés voir handicapés... bref pas très engageant. Pour moi elle fait plus ça pour survivre qu'autre chose. La réalité de leur monde est très éloigné de notre quotidien. Elle a peut être une famille qui compte sur elle derrière, des objectifs honorables qu'on ne connait pas... bref, si ce n'est dans la manière de l'avoir fait, moi elle ne m'est pas désagréable. Faut voir ses réactions aussi, elle a du mal à assumer, d'où le fait que ça n'est pas, à mon sens, motivé par seulement son intérêt.

    Disons qu'elle est comme l’héroïne d'une tragédie
  • Faites des dons pour Lan Yunyue
  • @Askidox

    Ouais je sais bien, j'était juste entrain de fantasmer un peu .. :D

    @Vilipendeur

    Premièrement jusqu'à preuve du contraire, ne pas pratiquer les arts martiaux n'est pas synonyme de mort heein .. Elle aurait très bien pu survivre en menant une vie simple aux coté de la personne qu'elle aime. Mais en vérité c'est même pas ce qui me dérange, ce qui me dérange c'est qu'elle n'était même pas obliger d'arrêter de pratiquer les arts martiaux..

    J'ai bien compris qu'elle a accepter de se marier avec l'autre guignole pour facilité sa pratique des arts martiaux. Et j'ai bien compris que les arts martiaux étaient extrêmement difficile pour les gens qui n'ont pas de haut revenus etc.. Le truck c'est que j'aurai préféré qu'elle conserve sa dignité, sa parole et son honneur et qu'elle reste avec Lin Ming et qu'elle pratique les arts martiaux même si elle n'avait qu'une chance sur un million, plutôt qu'elle bafoue sa dignité, sa parole et son honneur pour avoir de plus haute chances d'atteindre un haut niveau.

    Imagine Lin Ming avant qu'il tombe sur la pierre, est-ce que tu penses que si une noble lui aurait fait la même proposition qu'à Lan Yunuyue, il aurait accepté ? Lui même dit : " Je marcherai dans les flammes sans la moindre hésitation, et ce même si je n’étais qu’une petite et faible phalène. Je combattrai mon destin pour une chance sur un million de traverser mon propre samsara et d’être réincarné en un phénix flamboyant. " Cette phrase veut tout dire ..

    D'ailleurs il dit même : " Le chemin de l’artiste martial est semblable à cette flamme. Pratiquer les arts martiaux ne peut qu’apporter de la douleur. La route est pavée d’obstacles et les dangers sont innombrables. N’importe qui empruntant ce chemin doit s’attendre à être réduit en cendre. Mais les véritables artistes martiaux peuvent renaître de ces cendres."

    Ce qui veut dire indirectement, peut importe que tu sois riche ou pauvre, chaque artiste martial doit s'attendre à être réduit en cendre. Et le vrai artiste martial sera celui qui saura se relever .. C'est un autre point de vu ..^^
  • @JOKE' il faut aussi que tu prenne en considération sa position a elle dans l'histoire, dans un chapitre précédent on nous dit clairement qu'une femme avec ce niveau de talent inné est extrêmement rare hors des familles nobles et que dans ces familles ils préfèrent marier leur filles dans la familles plutôt que d'aider une autres familles en leur fournissant un talent héréditaire puissant, ça signifie bien que les nobles sont près a tout pour obtenir ce genre de femmes donc ils aurais pus finir par faire une offre impossible a refusé soit a elle, soit a sa famille, on a bien vue que les nobles peuvent prendre pas mal de liberté sans conséquence dans le chapitre du combat contre le suiveur de l'arrogant de service. Même si sa ne justifie pas le fait de ne lui avoir rien dit, il ne faut pas oublié que ce n'est "qu'une" femme et dans ce genre d'histoire le contexte historique est très souvent extrêmement misogyne , en plus du fait que pour sa propre cultivation ils lui faut des remèdes très couteux que sa famille à du mal a lui payer pour leur retirer un poids des épaules, s'assurer u futur stable et une place dans la meilleur école d'art martiaux de tout le pays même si son comportement n'est pas très clean il est compréhensible. Je vais m’arrêter la car je ne suis pas sur d’être totalement clair dans ce que je veux dire mais je pense que tu pourras comprendre en gros ce que je veux dire
  • Askidox a dit :

    Faites des dons pour Lan Yunyue

    Humm, moi je vote Lin Ming, pas Lan Yunyue. Les personnages principaux sont toujours promus à un grand avenir dans ce genre d'histoire, je prends à priori pas un très grand risque^^'

    @Dobharchu

    Tout à fait d'accord quant à la remise dans le contexte vis à vis de la société dépeinte dans l'histoire. Ça a son importance !

    @JOKE'

    Finalement, je suis d'accord avec tout ce que tu dis. Ce que je défends c'est que ses actions ne sont pas motivées seulement par l’appât du gain. Pas qu'elles ne le sont pas du tout. C'est ce que je pense par rapport aux quelques arguments que j'ai maladroitement exposés hier.

    Je te rejoins par rapport au tempérament de Lin Ming, ils sont à des kilomètres l'un de l'autre à ce niveau. Maintenant faut bien reconnaître que sans le cube magique la situation ne serait pas tout à fait la même :*
  • avec tout ces msg j avais cru qu il y avait un chap XD
  • etiennealbo a dit :

    avec tout ces msg j avais cru qu il y avait un chap XD

    Haha, désolé^^' Je suis encore en train de le traduire, je n'ai pas vraiment avancé hier soir pour différentes raisons. Ça arrive ;)
  • avril 2017 modifié
    Et voilà le chapitre de ce samedi, bonne lecture !


    ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


    Chapitre 18 - Vendu !

    .

    Le dernier arrêt de Lin Ming fut la salle de ventes de l’Erable Rouge. Lin Ming ne nourrissait pas vraiment l’espoir d'y faire affaire, et comme il s’y attendait, la belle commissaire-priseur de la salle de ventes prit elle-même la peine de l’éconduire.

    Toutefois, cette belle dame se dit que Lin Ming avait été traité de manière un peu injuste, elle lui donna donc deux conseils. Premièrement d’essayer l’Association de l’Inscription. Ils pouvaient éventuellement être intéressés par ses papiers à symbole pour les collectionner ou les utiliser à des fins pédagogiques. Un symbole d’inscription réalisé par un apprenti était déjà relativement rare à cause de la faible probabilité de réussite, pourtant Lin Ming en avait quatre, ce qui était encore plus incroyable. Il pouvait, en dernier recours, essayer d’aller faire du porte à porte avec ses produits sur la place de la ville.

    Lin Ming n’était encore jamais allé à l’Association de l’Inscription. Il n’avait ni recommandations ni références d’un authentique maître de l’inscription. De toute manière, même un maître de l’inscription de haut niveau serait incapable de déceler les mystères entourant ses inscriptions. Les différences entre les inscriptions du Royaume du Grand Avenir et celles du Domaine des Dieux étaient trop importantes.

    Il ne lui restait plus qu’une chose à faire, aller sur la place de la ville en espérant pouvoir y vendre ses papiers à symbole. Il était malheureusement impossible d’en tirer un prix décent de la sorte.

    Bien que la place de la ville soit un centre de commerce de rang inférieur, ça restait un établissement officiel soutenu par le gouvernement. On pouvait y vendre en consignation une grande variété de marchandises. Le centre de commerce prenait une commission de cinq pourcents. Un grand nombre de personnes utilisaient ces services, le centre avait bonne réputation et les gens ne craignaient pas d’être escroqués.

    Les prérequis qualitatifs du centre de commerce étaient bas ; n’importe quel produit pouvait être vendu à condition qu’il s’agisse d’un produit véritable et non d’une contrefaçon. Les symboles d’inscription de Lin Ming représentaient une affaire en or, personne ne pouvait le nier. Mais Lin Ming restait un apprenti et par conséquent son travail n’avait que peu de valeur.

    Le corpulent estimateur du centre de commerce examina les produits de Lin Ming et lui proposa un prix de départ de 100 liangs d’or.

    Lin Ming ne put que se figer en entendant ce nombre. Et ta sœur ? Qu’est-ce que c’est que ça !

    Les matériaux pour l’inscription lui avaient coûtés 7-800 liangs d’or et cet homme lui en proposait 100 par symbole. S’il les vendait à 100 liangs d’or unité, Lin Ming ne gagnerait qu’un total de 400 liangs d’or.

    « Alors tu veux les vendre ou non ? »

    Lin Ming grinça des dents, « Oui, je vais en vendre deux, » dit-il.

    Il avait récemment dépensé tout son argent et serait probablement déjà en train de mourir de faim dans les rues sans le salaire confortable et les bonnes conditions que lui offrait le Pavillon de la Grande Clarté.

    Il pouvait accepter d’en vendre deux, même si c’était vendre à perte. Quant aux deux derniers, il préférait attendre un peu. Son cœur n’était pas enclin à vendre les deux derniers pour 100 liangs d’or l’unité.

    « Laisse ton adresse au verso » dit le corpulent estimateur. Le centre de commerce n’était responsable que des produits vendus en consignation. Les vendeurs n’étaient payés qu’après que le centre de commerce ait vendu leurs produits. Lin Ming n’avait d’ailleurs aucune garantie que ces deux symboles se vendent.

    « C’est 1 liangs d’or la petite location, 3 liangs d’or la moyenne et 5 liangs d’or pour la location supérieure, et ce pour une durée d’un mois. Si ça n’est pas vendu d’ici là, le produit est sorti des rayons et l’argent n’est pas remboursé, » dit le corpulent estimateur.

    Putain ! Ça aussi c’était payant, Lin Ming n’avait vraiment pas de chance. Il tourna la tête et prit le temps d’y réfléchir. La location supérieure était évidemment la meilleure, suivie par la location moyenne. La petite location devait probablement correspondre à un coin sombre et poussiéreux où personne ne verrait ses articles.

    Lin Ming attrapa cinq liangs d’or dans ses poches et en déposa trois sur la table, « Je vais prendre la moyenne location, » dit-il.

    Il n’avait pas pensé en arriver là. Son inscription était sans aucun doute au moins aussi bonne que celle d’un maître, mais il était réduit à la vendre pour seulement 100 liangs d’or. Sachant qu’il devait, par-dessus le marché, s’acquitter de cinq pourcent de taxes et d’honoraires de location. Le tout sans aucune garantie que quelqu’un achète ses produits.

    Lin Ming soupira. C’était vraiment difficile d’être inconnu.

    Il fit un sourire forcé en remettant les deux liangs d’or qu’il lui restait dans sa poche. Le fait d’acheter de rares médicaments pour cultiver les arts martiaux mis de côté, il serait déjà chanceux s’il arrivait à subvenir à ses besoins alimentaires.

    Sans médicaments et sans aucun autre matériau, Lin Ming ne se sentait pas vraiment de demander à emprunter de l’argent à son gentil frère Lin Xiaodong. Il resta par conséquent aux abords de la Montagne Zhou pour pratiquer la Formule de l’Authentique Chaos Primordial. Les jours passèrent ainsi, l’un après l’autre.

    Sept jours s’étaient déjà écoulés.

    La place du commerce de la ville avait toujours été un lieu agité. Quelques individus y venaient pour faire les vitrines des magasins en espérant y trouver des objets dont la valeur aurait été sous-évaluée. C’était gratifiant que de découvrir un trésor caché.

    Cependant ces individus ne regardaient généralement pas les herbes médicinales ou les symboles d’inscription. C’était trop difficile d’en percevoir la qualité, du coup ils ignoraient ces objets la plupart du temps.

    A cause de cela, des centaines et des milliers de clients étaient venus sans même s’intéresser aux symboles d’inscription de Lin Ming qui ne quittèrent pas leur rayonnage.

    Mais aujourd’hui, un grand homme de large carrure et à la musculature développée vint déambuler dans le centre de commerce. Son corps était entièrement recouvert de muscles épais, il avait une apparence robuste. C’était un homme fort intimidant. Il portait une épée d’un mètre vingt dans le dos et sa démarche était pleine de fierté, comme celle d’un tigre cherchant le conflit.

    Il avait un regard froid. Son corps était quadrillé de cicatrices ; c’était un homme qui avait traversé d’innombrables situations de vie ou de mort. Un véritable tueur ; aucun de ces petits garçons qui s’entraînaient à la Maison Martiale ne pouvait se comparer à une telle présence.*

    Le corpulent estimateur se fit tout petit en le voyant. Cet homme était à la cinquième etape de l’Entraînement Physique ! Un puissant individu au sommet du Façonnage Osseux.

    Il n’était qu’à un pas de l’étape de la Condensation de l’Impulsion. Mais ce pas représentait une barrière infranchissable pour un grand nombre de gens, chez qui les efforts combinés de toute une vie ne suffiraient jamais.

    « Qu’est-ce que ce client souhaite acheter ? » Le corpulent estimateur s’était levé pour l’accueillir.

    L’homme ne dit pas un seul mot et regarda autour de lui, l’estimateur fit donc preuve de tact et resta également silencieux.

    Son regard de promenait sans que rien ne semble retenir son attention, quand soudainement, il fit un signe de la main vers deux bouts de papier qui étaient pressés entre des panneaux de verre. « Ce sont des symboles d’inscription ? »

    « Oui. »

    « C’est 100 liangs d’or ? » dit l’homme, quelque peu surprit. Un symbole d’inscription valait habituellement plus de 1.000 liangs d’or. Cent liangs d’or c’était vraiment peu.

    « C’est le travail d’un apprenti de l’inscription. Son niveau de cultivation n’en est qu’à la troisième étape de l’entraînement physique. Ça ne doit probablement pas permettre une augmentation de force de plus de 10%, » dit honnêtement l’estimateur.

    « Dix pourcents… » L’homme fronça les sourcils. C’était vraiment peu. Mais il n’avait, hélas, pas les moyens d’acheter de symboles d’inscription du genre de ceux qui coutaient au moins 1.000 liangs d’or.

    Ce héros s’appelait Tie Feng. Il venait d’un milieu ordinaire et ses revenus dépendaient directement de ce que lui donnait l’armée. Il devait entretenir ses parents vieillissants et s’acheter des traitements, il ne pouvait donc pas dépenser beaucoup d’or. Sans même parler de 1.000 liangs d’or, 100 liangs d’or ça représentait déjà une jolie somme.

    Tie Feng avait accompagné les forces armées au cours d’une expédition, un mois auparavant, durant laquelle il avait tué le leader ennemi qui était aussi au Façonnage Osseux. Il lui avait prit son épée en gage de récompense. C’était une épée du degré-humain !

    Les règles de l’armée disposaient que les trésors appartenaient à ceux qui les avaient obtenus. C’est ainsi que Tie Feng avait pu obtenir une si précieuse épée. Toutefois, l’épée avait été endommagée ; la pointe était brisée.

    Ce trésor incomplet ne pouvait plus déployer qu’un pouvoir limité. Qui plus est, une épée incomplète résultait en une puissance de combat réduite, car l’arme n’était plus capable de concentrer la force d’âme de la même manière.

    En outre, Tie Feng fut désappointé encore d’avantage en découvrant que l’épée n’avait pas de symbole d’inscription. Ce qui réduisait encore sa force d’un niveau supplémentaire.

    Il n’avait pas envisagé de graver une inscription sur l’épée, n’ayant pas les moyens d’en acheter une et parce que l’épée était endommagée, ce qui la rendait à priori inqualifiable pour une inscription. En revanche, ce symbole d’inscription réalisé par un apprenti était attrayant.

    Un symbole qui augmentait la force d’environ 30% coûtait généralement aux alentours de 1.500 liangs d’or. Quant à celui-ci, il n’augmentait la force que de 10% et son prix n’était que de 100 liangs d’or. Le ratio efficacité/coût était particulièrement élevé, et plus important encore, il avait les moyens de l’acheter !

    Le troisième round du tournoi d’arts martiaux de l’armée avait lieu le lendemain. Son prochain opposant allait être assez difficile à vaincre. Ses chances de victoires seraient bien meilleures s’il était capable d’augmenter la force de son épée, ne serait-ce qu’un tout petit peu.

    Le tournoi requérait la participation de tous les artistes martiaux de moins de trente ans au sein de l'armée. Il était possible d’obtenir de grandes récompenses voir même une promotion militaire, en fonction des résultats.

    Tie Feng avait accumulé de nombreux fait d’armes à travers les années. Il avait des chances d’être promu capitaine d’une dizaine de milliers d’hommes s’il montrait de bons résultats au cours du tournoi. Il désirait en outre obtenir les récompenses. Sa mère s’était brisé les deux jambes en chutant d’une falaise alors qu’elle ramassait des herbes médicinales pour l’aider dans sa pratique des arts martiaux, il y a dix ans de cela. Elle était condamnée depuis lors à vivre dans un lit. Tie Feng avait juré devant les cieux qu’il obtiendrait la Pâte de Jade Noir pour sa mère. C’était une ressource rare aux propriétés médicinales permettant de réparer des os brisés si elle était convenablement appliquée. Ça lui permettrait de soigner sa mère, de lui rendre l’usage de ses jambes et de lui permettre de remarcher. Mais cette préparation avait un prix, 5.000 liangs d'or! C’était tout simplement un chiffre inimaginable pour lui.

    Avec ces pensées à l’esprit, Tie Feng n'avait pas le choix, il devait obtenir la victoire par lui même et de ses propres mains. Demain avait lieu le troisième jour du tournoi, et Qin Xiao lui-même allait y assister. C’était la figure la plus importante du Royaume. Tie Feng ne pouvait pas se permettre de perdre alors qu’il y avait tant en jeu !

    Pour sa famille, pour sa mère !

    « Ce symbole d’inscription, je vais le prendre ! » dit-il au commerçant en serrant des dents.



    « Impossible ! Tu t’es débrouillé pour gagner 95 liangs d’or ? » Lin Xiaodong regardait les billets dans la main de Lin Ming, il n’en revenait pas. Un imbécile avait dépensé 95 liangs d’or pour acheter une feuille de papier toilette ? Il ne dit pas ce qu’il en pensait...

    « Plus précisément 92 liangs d’or, » répondit Lin Ming. Le centre de commerce de la place de la ville était très rapide en matière d’argent. Lin Ming avait reçu sa part dès le lendemain de la vente. Il restait 92 liangs d’or du prix du symbole après que le centre de commerce eut pris cinq pourcents de commission et 3 liangs d’or pour la rente.

    Un symbole d’inscription qui aurait dû avoir une valeur minimale de 1.000 liangs d’or avait été vendu 92 liangs d’or. Lin Ming était atterré de se dire que celui qui l’avait acheté avait fait un aussi gros bénéfice, d’un autre côté il fallait reconnaître que l’acheteur prenait aussi des risques.

    Quatre-vingt-douze liangs d’or c’était une somme ridiculement insuffisante pour acheter des préparations médicinales. C’était tout juste suffisant pour en acheter des communes qui servaient à soigner les plaies. Lin Ming haussa les épaules et partit en direction de l’échoppe médicale pour y chercher quelques matériaux.

    Il ne savait pas qu’était en train de se dérouler, au moment même, un tournoi d’une splendeur et d’une grandeur inégalées. La grande assemblée des artistes martiaux était rassemblée sur les terrains de l’armée !



    Au Terrain des Seize Kilomètres, portant de lourdes armures sous le soleil éclatant, dix mille soldats étaient rassemblés en formation serré, en carré. Quelqu’un qui s’approcherait d’eux ressentirait inévitablement l’aura de la guerre, comme s’il eut était en train de se noyer dans un ancien champ de bataille alors que le dieu de la mort galopait droit sur lui. Ces soldats étaient les plus fantastiques guerriers du Royaume du Grand Avenir. N’importe lequel d’entre eux pouvait se battre à dix contre un.

    Une rangée de fauteuils s’étalait devant l’une des lignes du carré. Un homme portant une armure dorée était assis au milieu. Bien que ses cheveux soit déjà grisonnant, son expression restait lumineuse et ses yeux étaient vifs comme ceux d’un faucon. Il dégageait une impression de pouvoir infini, c’était un héros parmi les héros. Ce n’était ni plus ni moins que l’homme dont la force avait repoussé le Pays du Soleil de l’Est il y a 80 ans, le Maréchal Qin Xiao !

    Sa présence ici témoignait de l’importance de ce tournoi. La famille Qin était également venue pour faire office de présence, incluant Qin Xingxuan et son maître, Monsieur Muyi. Monsieur Muyi était déjà âgé d’une centaine d’année. Sa cultivation avait atteint l’étape intermédiaire du Houtian. C’était un des plus grands maîtres du Royaume du Grand Avenir et également un maître de l’inscription. Même le Roi du Royaume du grand Avenir se devait de le traiter avec respect.

    Il y avait également des centaines d’officiels de l’armée derrière la famille Qin.





    --------------------------------------

    * Présence > Qualité d'un acteur qui, par son talent, s'impose au public, qualité de quelqu'un dont la personnalité exerce un puissant attrait, un rayonnement. C’était le terme utilisé en anglais, j’ai utilisé le même malgré le fait que je ne l’aime pas beaucoup.
  • Merci pour le chapitre moi aussi je me suis fait avoir par les nombreux commentaire je pensais que c'était des chapitres ^^
  • Merci pour le chapitre!!!
  • merci pour les chapitres :)
  • merci pour les chapitres
  • Merci pour le chapitre
  • Merci pour les trad de ce LN j'ai commencé hier a 3h du mat et je tout lue d'une traite il est vraiment super et la trad est de même de très très bonne qualité (pareil pour le rythme de sortie). On reconnait un bon LN quand il créer des débats et perso je pense que Lan Yunyue mérite une bonne correction elle a quand même trahie le promesse de tout une vie...
  • merci le guerrier a bien fait de l'acheter ^^
  • avril 2017 modifié
    @Riusma Bienvenue à toi et merci du compliment. Tout ce qu'on sait c'est que Lin Ming ne lui en veut pas vraiment, il est conscient de ne pas être en position pour se permettre d'aimer quelqu'un pour le moment. Ça lui a permis d'affermir sa volonté !

    merci le guerrier a bien fait de l'acheter ^^

    Hum, Lin Xiaodong n'est pas de cet avis, moi je dis wait & see :D
  • Vilipendeur a dit :

    @Riusma Bienvenue à toi et merci du compliment. Tout ce qu'on sait c'est que Lin Ming ne lui en veut pas vraiment, il est conscient de ne pas être en position pour se permettre d'aimer quelqu'un pour le moment. Ça lui a permis d'affermir sa volonté !

    Il est d'ailleurs bien sympas de pas lui en vouloir ^^

  • qui vivra verra, merci pour le chap
  • Si le guerrier gagne le tournoi grâce à son symbole d'inscription je pense que Lin Ming va avoir des problèmes mais le prix de son PQ va se multiplier par au moins 10.
  • Merci pour le chap' ;) hâte de lire la suite .. :*




  • Bon dimanche et bonne lecture à tous !


    ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


    Chapitre 19 - Les doutes de Muyi

    .

    Les arts martiaux étaient tenus en haute estime au sein du Royaume du Grand Avenir, en particulier dans l’armée. Un tournoi était organisé tous les trois ans pour promouvoir les talents et leur donner de meilleures positions. Ça permettait également d’entretenir l’esprit combatif du guerrier martial.

    Il fallait avoir moins de trente ans et avoir atteint, au minimum, la troisième étape de l’Entraînement Physique. Il y avait des milliers de participants, il n’en resterait que cinquante après de nombreux tests et trois rounds de combats.

    Le troisième et dernier round avait justement commencé. Les compétiteurs avaient passé leurs rounds et ils ne seraient bientôt plus qu'une cinquantaine.

    C’était la bataille finale. Les combattants allaient donner tout ce qu’ils avaient. Ils allaient utiliser toutes leurs capacités secrètes et combattre de toutes leurs forces, emplissant la scène de l’aura d’un feu déchaîné.

    Le début de la compétition n’avait néanmoins pas vraiment soulevé l’attention des hauts placés. Les compétiteurs étaient jusqu’à maintenant trop faibles ou il y avait une trop grande disparité entre eux pour que les duels soient intéressants. C’était déjà le vingtième match et il n’y avait toujours pas eu un seul combat suscitant de réel enthousiasme. Qin Xiao se préoccupait surtout des résultats.

    Deux nouveaux concurrents apparurent. Le premier était le fils d’un général, un séduisant jeune homme de 29 ans au sommet du Façonnage Osseux. Il avait participé à de nombreuses missions au cours de ces dernières années et il avait gagné de nombreuses médailles et récompenses pour services rendus. Sa force avait été renforcée par ces évènements et il possédait même deux trésors ; un set d’armure et un sabre. Le sabre avait également reçu la gravure d’un maître de l’inscription ; sa puissance n’était pas négligeable !

    Mais le second était un soldat né, malgré ses origines modestes. Son nom était Tie Feng. Il n’avait pas un talent incroyable mais il avait fait preuve d’une incroyable diligence dans sa pratique. Il était intrépide dans les batailles, la menace de la mort elle-même ne suffisait pas à le faire ployer. Il avait tué de nombreux ennemis et obtenu beaucoup de distinctions, encore plus que le fils du général. Tie Feng était aussi au sommet du Façonnage Osseux.

    Ça n’était vraiment pas courant pour deux soldats d’avoir une cultivation aussi proche et aussi élevée pour leurs âges. Il était probable qu’ils parviennent à atteindre, dans le futur, l’étape de la Condensation de l’Impulsion en massacrant leurs ennemis sur le champ de bataille, devenant ainsi des piliers du pays.

    Un général aux armoiries argentées sourit de bonheur et de satisfaction en entendant l’annonce de l’arbitre. C’était son fils qui allait combattre.

    « Haha, maître Liu, vous pouvez vraiment être fier de ce fils, » dit Qin Xiao en souriant. Ce général aux armoiries argentées avait été sous son commandement et c’était de vieux amis.

    « Le commandant est trop poli. Ce médiocre fils n’a jamais montré de grands potentiels malgré le fait qu’il ait toujours reçu le support de nombreux remèdes ; il ne fait vraiment aucun effort pour y arriver. » Le général ne pouvait cacher son sourire. Bien qu’il ait parlé sur un ton aussi désapprobateur, il était très fier et très content de son fils.

    « Mm, Tie Feng a eu de très bons résultats jusqu’à maintenant mais il va avoir du mal à l’emporter aujourd’hui. »

    Qin Xiao dit cela eu égard à leur compétence martiale et à la disparité de leur équipement.

    Le fils du général aux armoiries argentées possédait deux trésors renforcés par le travail d’un maître de l’inscription. Tie Feng venait lui d’un milieu modeste ; il n’avait naturellement pas ce genre de choses.

    Cette bataille ne semblait pas équitable mais les tournois du Royaume du Grand Avenir s’étaient toujours déroulés de la sorte. Les trésors et les équipements d’un soldat étaient considérés comme faisant partie de sa force intrinsèque. Est-ce qu’une fois plongé au cœur du champ de bataille il était question d’injustice ? Dès lors, il était possible de se faire mettre en pièces à cause de la disparité de l’équipement, c’était le quotidien des soldats.

    C’était impossible pour l’armée que de fournir de l’équipement précieux à chaque soldat. Par conséquent, le milieu familial avait une place capitale dans la force d’un soldat et dans sa capacité à se préparer.

    Tie Feng dégaina son épée d’un mètre vingt en prenant place sur scène. Qin Xiao se tourna vers Muyi qui se trouvait à côté de lui, « Monsieur Muyi, est-ce que l’épée de Tie Feng est aussi un trésor ? »

    Muyi caressa sa barbe et acquiesça, « C’est bien un trésor, mais endommagé. »

    « Oh, endommagé ? » Qin Xiao remarque qu’il manquait la pointe de l’épée après ce que venait de dire Muyi.

    « Un équipement endommagé est évidemment moins bon qu’un autre complet. Sans compter le fait que c’est l’unique trésor de Tie Feng, alors que Li Qi en a deux. Leur niveau de cultivation a beau être similaire, le manuel de compétence martiale de Tie Feng est inférieur à celui de Li Qi. Cette bataille, Tie Feng va la perdre, » dit Muyi.

    « Même s’il va perdre, le fait qu’il soit arrivé à aller aussi loin avec une épée endommagée est déjà une prouesse en soi. S’il arrive à encaisser vingt mouvements dans cette bataille, je le promouvrais dans les armées de la salle martiale. Xingxuan, fais bien attention à cette bataille ; tu entreras aussi dans la cinquième étape de l’entraînement physique. Tu as beau pratiquer une compétence martiale spécialisée pour les femmes, toutes les créatures sont identiques et ça t’aidera de regarder ce match avec attention, » dit Qin Xiao.

    Ses derniers mots étaient destinés à Qin Xingxuan. « Oui, grand père, » dit-elle en acquiesçant poliment.

    Li Qi se précipita en avant dès lors que l’arbitre annonça le début du match, donnant des coups féroces. Il espérait terminer le combat le plus rapidement possible. Il avait l’avantage sous tous les aspects. Le plus tôt il l’emporterait, meilleur ça serait.

    Il commença à utiliser la compétence secrète transmise dans la famille Li, l’Art du Sabre des Cinq Montagnes Sacrées. Ce type d’habileté à l’épée était accablant pour l'adversaire, c’était comme si vous étiez écrasé par une montagne. Chaque coup et attaque était accompagné d’un genre de pouvoir infiniment imposant. Pouvoir capable d’instantanément submerger n’importe qui d’un niveau de cultivation inférieur. Même avec une cultivation similaire, ça restait difficile de se défendre contre cette frappe qui s’écrasait sur vous telles d’indénombrables montagnes. La plupart des gens succomberaient à cette attaque destructrice.

    Le sifflement du vent emplit l’air dès lors que Li Qi brandit son sabre, c’était comme si un orchestre entier était en train de jouer un air de bataille. Le sabre dans ses mains pesait 500 jins ; c’était la combinaison parfaite pour déployer l’accablant pouvoir de l’Art du Sabre des Cinq Montagnes Sacrées. Si la qualité de l’arme de l’adversaire était inférieure, alors elle se briserait sur le coup.

    Tie Feng vit Li Qi fondre sur lui et son regard se durcit, son teint était en train de changer. Il connaissait le mouvement secret de Li Qi. Il baissa la taille et stabilisa ses jambes. Un flot turbulent de véritable énergie jaillit de son corps pour se déverser dans l’épée endommagée qu’il agrippait fermement avec ses deux mains.

    Il n’avait pas le choix, il devait parer cette irrésistible frappe de plein fouet et en utilisant toute sa force.

    Mais alors que Tie Feng déversait sa véritable énergie dans l’épée, son cœur fit un léger saut. La véritable énergie s’écoulait librement comme si… comme si elle était plus lisse qu’auparavant.

    Tie Feng avait déjà eu cette épée pendant plusieurs semaines. Jusqu’à maintenant, lorsqu’il versait sa véritable énergie dans la lame c’était comme s’il versait de l’eau dans un caniveau. L’épée ne pouvait pas en absorber beaucoup et il en perdait finalement une grande partie. Mais cette fois-ci, l’épée était en train d’absorber sa véritable énergie comme un tourbillon au sein d'un courant. La régularité de l’absorption était incomparable et il n’y avait pas une seule sensation de perte.

    Comment pouvait-il en être ainsi ?

    Tie Feng n’eut pas le temps de réfléchir, le sabre de Li QI s’abattait sur lui, il poussa un cri et donna un coup d’épée vers le haut.

    Il fit face à la compétence martiale secrète de haut-grade de Li Qi, l’Art du Sabre des Cinq Montagnes Sacrées, avec sa compétence martiale commune de bas-niveau, la Frappe de l’Annihilation Totale. Une puissante explosion se dégagea dans l’air lorsque les deux armes s’entrechoquèrent. La collision de véritable essence fut si violente que le sol de la zone autour d’eux se brisa en morceaux. Li Qi fut forcé à reculer de quelques mètres, tout comme Tie Feng.

    Force égale !

    Tie Feng était haletant, il regarda l’épée qu’il avait dans les mains, l'air incrédule. Il n’avait jamais combattu avec Li Qi dans le passé, il avait seulement entendu parler de lui. Il réalisait finalement à quel point cet homme était terrifiant après la frappe qu’ils venaient d’échanger. Auparavant cet échange aurait dû le blesser légèrement, et pourtant il venait de se débrouiller pour tenir Li Qi et son sabre en échec.

    Il savait avec certitude que ça n’était pas sa propre force qui avait augmentée, mais son épée était différente… est-ce que ça pouvait être grâce au symbole d’inscription de la veille ?

    Tie Feng ne savait pas exactement comment fonctionnaient les inscriptions mais il savait qu’elles permettaient de renforcer les armes. Il avait pensé que ça augmentait le tranchant de la lame mais il l’avait essayée sur des arbres et n’avait rien remarqué de différent, ce qui l’avait désappointé. Il n’avait pas réalisé que la technique d’inscription utilisait de la véritable énergie pour accroître la force de l’arme.

    Est-ce que c’était réellement le symbole d’inscription d’un apprenti ? Comment est-ce que ça pouvait être aussi violent ? Bien qu’il ne sache pas non plus comment le prix des inscriptions était établit, il était persuadé qu’avec une telle force et un pouvoir aussi puissant, une inscription pareille ne pouvait définitivement pas être acheté avec seulement 100 liangs d’or.

    Li Qi avait été ramené sur terre avec une seule collision. Cet homme avait paré la frappe de son sabre avec son épée endommagée et était parvenu à dégager… peut-être encore plus de puissance. Cet homme… était terrifiant !

    « Bien ! La compétence martiale ordinaire de l’armée a été capable de repousser l’Art du Sabre des Cinq Montagnes Sacrées de Li Qi avec une épée endommagée. Ce Tie Feng est bon ! Très bon ! » félicita Qin Xiao. « Monsieur Muyi, qu’en pensez-vous ? » demanda-t-il.

    Muyi avait le front plissé et était bouche bée. Il avait un niveau de cultivation plus ou moins similaire à celui de Qin Xiao, en revanche, il était également maître de l’inscription. Sa compréhension vis-à-vis des trésors dépassait donc amplement celle de Qin Xiao. Il avait clairement pu voir que l’épée endommagée de Tie Feng n’était pas moins formidable que le sabre de Li Qi lors du bref échange qui venait d’avoir lieu. Et c’était parce que la véritable énergie qu’avait dégagé l’épée l’avait lui-même choqué.

    Comment pouvait-il en être ainsi ? Il pouvait voir en la regardant que l’épée endommagée n’était pas un trésor de haut-grade.

    Est-ce que ça pouvait être à cause d’un symbole d’inscription ?




  • Merci pour le chapitre :smile:
  • Merci pour le chapitre
  • Merci pour le chapitre
  • merci pour le chap , ca commence !!! on va poutrer du noble!
Cette discussion a été fermée.