skip to Main Content
Menu

EoSP – Chapitre 9 – Danse avec les squelettes (2)

Traducteur Français : MelkAz
 Éditeur : MelkAz

Chapitre 9 - Danse avec les squelettes (2)

Les Tours de Classes.

C’était l’endroit où aller pour obtenir les classes de base, et aussi l’endroit pour obtenir temporairement des informations sur les livres de compétences. En même temps, c’était un point de rencontre où les joueurs ayant la même classe se rassemblaient.

En conséquence, quelle que soit la tour visitée, les Tours des Classes étaient toujours entourées de nombreuses personnes.

Comme partout ailleurs, la cupidité trouvait butin aux alentours des endroits bondés de monde.

Il y avait des joueurs ayant des fins différents près des Tours des classes. Les plus répandus étaient les recruteurs.

— Nous recrutons des mages de feu et de glace !

— L’Aran Guild recrute des mages de malédictions. Nous vous aideront pleinement jusqu’au niveau 50 !

Les recruteurs près des Tours de Classes avaient tous pour but de recruter de nouveaux joueurs.

Warlord était un jeu immensément populaire. Une année après son lancement en 2035, plus d’un million de joueurs s’étaient inscrits et le nombre augmentait de plusieurs milliers chaque jour.

Cependant, Warlord avait également une grosse pénurie de main-d’œuvre. Beaucoup disaient souvent qu’il n’y avait pas assez de personnes.

La plus grande raison pour cela était qu’il n’y avait pas vraiment de joueurs occasionnels. Les joueurs étaient généralement perçus comme étant hardcores ou addictifs. C’était parce que la plupart des jeux étaient free-to-play (gratuit à jouer) et les joueurs pouvaient payer avec de la monnaie du jeu pour obtenir des avantages. Mais Warlord n’était pas free-to-play. Il n’était pas cher que pour quelqu’un qui essayait le jeu par caprice.

La plupart des joueurs commençaient Warlord avec un objectif clair. En d’autres termes, ils avaient leurs propre plans. Même si l’on essayait d’en recruter d’autres, la plupart faisaient déjà parties d’un groupe.

Un autre problème était que les joueurs avaient besoin d’aide supplémentaire pour participer au principal contenu de Warlord : les raids. Les mages étaient particulièrement recherchés dans ce domaine. Les mages pouvaient faire jusqu’à deux-cent pour-cent de dégâts en fonction de leur compatibilité avec les attributs magiques. Ils pouvaient également recevoir une pénalité équivalente si leur attribut magique était incompatible. Pour cette raison, il était important de recruter des mages qualifiés de différents attributs.

De toute évidence, il était extrêmement difficile de recruter des mages compétents, connus et de haut-niveau.

Si vous ne pouviez pas en recruter un, il vous fallait en faire un !

Il était beaucoup plus efficace de recruter de nouveaux joueurs et de les élever pour obtenir le type de magie que l’on voulait. Bien sûr, même si quelqu’un se déplaçait dans la map (*carte du jeu) pour recruter des débutants, souvent on ne réussissait pas. Même si, c’était bien mieux que de publier un message de recrutement sur un forum en ligne. Il était logique que parler directement dans le jeu afficherait plus de résultats.

Cependant, après avoir échoué pendant longtemps, il y a eu ceux qui devenaient frustrés.

Ceux qui avaient déjà des niveaux décents et qui jouaient depuis un certain temps n’aimaient pas être des subalternes recrutant des débutants qui venaient de commencer le jeu.

Ainsi, les choses devenaient parfois quelque peu rudes.

— Hey, toi ! Attends un peu !

C’était actuellement le cas.

Un joueur qui recrutait des membres pour sa guilde cria soudainement et attrapa le poignet gauche d’un joueur sur le point d’entrer dans la Tour du Mage. Il tenit le poignet du joueur étroitement pour l’empêcher de s’enfuir.

— T’es nouveau, n’est-ce pas ? Écoute-moi un peu.

En disant cela, ce joueur nommé Suduri regarda le débutant face à lui.

L’apparence du débutant n’était pas quelque chose de spécial, mais Suduri avait eu une intuition au moment où il l’eu vu. Un sentiment qui disait : « Ce gars est un perdant ! »

« Ce mec est définitivement un déchet. Si je ne ramène pas au moins un mec comme lui, ce putain de maître de guilde pîquera une autre crise. »

Le maître de guilde de Suduri était un diplômé du lycée, qui l’avait entraîné comme s’il était son subalterne. Après avoir entendu que l’argent était impliqué dans Warlord, il avait acheté un V-Gear et avait amené ses soi-disant sous-fifres dans le jeu pour former une guilde.

C’était sans dire qu’ils n’étaient que peu dans la guilde. Il y avait moins de dix personnes. Le maître de la guilde avait ordonné à Suduri d’aller trouver de nouvelles recrues à moins qu’il ne voulait se faire battre. Suduri ne s’en occuperait pas s’il s’agissait simplement d’une menace en ligne, mais il était souvent frappé quand ils se rencontraient dans le monde réel pour boire un verre.

D’un autre côté, Hyrkan, qui était devenu sa cible, se moqua de l’homme à la face de rat en face de lui.

« Il doit probablement penser que j’ai l’air d’un déchet. »

Pour Hyrkan, ce n’était pas la première fois que cela arrivait. En tant que tel, il pouvait facilement comprendre ce que cet homme pensait. Il avait été traité comme un déchet durant toute sa vie, donc il avait plus ou moins pris l’habitude.

Bien sûr, les choses étaient un peu différentes dans Warlord. Dans le passé, après qu’il avait obtenu de la réputation et des techniques, il avait décapité tous ceux qui l’avaient traité comme un déchet et avait nourrit les monstres avec leurs têtes. Il leur avait montré qui était le véritable déchet.

Une telle chose n’était pas possible pour le Hyrkan au niveau 1 actuel.

Hyrkan regarda l’homme.

— Qu’est-ce que tu me veux ?

— Tu comptes devenir un mage, n’est-ce pas ? Nous te soutiendrons, alors viens dans notre guilde.

Même s’il avait dit cela, l’homme refusa de lâcher le poignet d’Hyrkan. Il n’y avait aucun moyen qu’Hyrkan ne sache pas quelle était son intention réelle.

« Est-ce qu’il me prend pour un idiot ? »

Dans cette situation, Hyrkan sourit légèrement au lieu de froncer les sourcils. En voyant son sourire, Suduri continua aussitôt.

— C’est bon, peu importe l’attribut que tu va choisir. Nous te prendrons volontiers sous notre aile, toi spécialement. Tout le monde ne peut pas entrer dans notre guilde, tu sais ? C’est seulement pour les quelques personnes spéciales sélectionnées.

L’homme commença à répugner des absurdités à la vue de la façon dont Hyrkan avait sourit, à moins que ses ancêtres étaient des hommes de vertu… À cette stupidité, Hyrkan lui posa une question rapide.

— Tu viens de dire que tout attribut est bon ?

— Bien-sûr !

— Même la magie noire ?

— Hm ?

Sur le coup, Suduri hésita pour la première fois. Plus de quatre-vingt-dix pour-cent des magiciens choisissait la magie blanche, car elle avait les options les plus diverses en termes d’attributs magiques. D’autre part, les arbres de compétences en magie noire étaient tous catégorisés dans un seul attribut.

— Est-ce que ton but est de devenir mage de malédiction ?

Parmi ceux qui choisissaient la magie noire, presque tous allaient vers l’arbre de compétence du mage de malédiction.

La magie de debuff* avait de nombreuses variétés. La magie de debuff du mage de malédiction avait un attribut unique, ce qui était à son avantage. Bien qu’ils n’étaient pas particulièrement avantageux en termes de compatibilité des attributs, ils n’étaient pas désavantageux non plus. Cela signifiait que l’on pouvait s’attendre à des résultats moyens, peu importe le monstre. Comme les guildes de taille moyenne et petite ne pouvaient pas se permettre d’acquérir des mages avec des debuff de divers attributs, beaucoup couvraient leurs besoins avec la magie de malédiction.

(ndt:*debuff :désigne sort ou une capacité dont l’objet consiste à affaiblir un adversaire en réduisant ses capacités ou résistances.)

Cependant, les mages de malédictions n’étaient pas populaires car ils ne pouvaient rien faire par eux-mêmes. Comme c’était le cas dans tous les jeux, il n’était pas très amusant de rester en arrière sans participer réellement à la bataille.

— C’est parfait ! Si tu veux être un mage de malédction, tu auras besoin d’un soutien à coup sûr.

Ce n’était pas mauvais du tout.

En fait, Suduri avait l’impression qu’il avait pêché gros avec ce perdant. Mais alors que Suduri pensait à cela, Hyrkan lui dit:

— Je ne prévois pas d’être un mage de malédiction. Je serai un nécromancien.

— Quoi ?!

En entendant cela, Suduri lâcha le poignet d’Hyrkan.

« Donc, il n’était pas un perdant, mais un pervers … »

« Il veut être un nécromancien ? Je ne pensais pas que ce perdant serait l’un de ces rares pervers. »

Pendant ce temps, après avoir vu que Suduri avait retiré son emprise, Hyrkan retira son bras en un instant. Il semblait que Suduri n’avait pas l’intention de tenir le poignet d’Hyrkan à nouveau, alors qu’il le regardait juste.

— Vous voulez toujours me soutenir ?

Au lieu de répondre, Suduri tourna la tête et cracha. Il disait en d’autres termes à Hyrkan d’aller se faire f*utre.

En voyant cela, Hyrkan murmura.

– Toi, la prochaine fois que je te vois…

— Qu’est-ce que tu viens de dire ?

Il avait parlé bien trop doucement pour que Suduri ne puisse l’entendre. Suduri répondit au son, mais Hyrkan était déjà entré dans la Tour du Mage après avoir dit ce qu’il avait à dire.

Les mots d’Hyrkan.

« … Si tu retiens encore ma main, je te tuerai. »

C’était son dernier avertissement.

★★★

 

Dans Warlord, la meilleure façon de faire la différence entre les PNJ et les joueurs était de regarder leurs poignets gauches. Les joueurs portaient leurs montres intelligentes sur leurs poignets gauche. Cette montre intelligente avait diverses fonctions. Les joueurs pouvaient vérifier leurs stats, les quêtes acceptés, vérifier la carte du monde et leurs données physiques, communiquer à l’intérieur et à l’extérieur du monde VR, prendre des photos ou des vidéos cinématographiques et changer rapidement leur équipement.

Les joueurs ne pouvaient pas enlever leurs montres. La seule façon de les retirer était de couper leurs poignets, ou encore quand ils mourraient. Les joueurs laissaient leurs montres derrière eux quand ils mourraient dans le jeu. Si d’autres joueurs reprennaient ces montres, ils pouvaient les ramener dans n’importe quel château ou ville. En retour, ils reçevaient un objet aléatoire contenu dans la montre.

Ainsi, les PK visaient souvent les poignets gauches de leurs adversaires en premier. S’ils pouvaient simplement couper leurs poignets, les victimes ne seraient plus en mesure d’utiliser les objets présent dans leurs slots*, et les PK pouvaient simplement s’enfuir.
(ndt:slot* emplacement pouvant contenir compétence/objet)

Dans certains cas, les PK menaçaient leurs victimes de laisser leurs poignets intacts en échange de leur vie. Cela était le pire, car les joueurs ne pouvaient pas utiliser les fonctionnalités de leur montre avant de la récupérer. Ils ne seraient pas capables de se déconnecter même si quelqu’un les appelait de l’extérieur. La plupart choisissait juste de se déconnecter et d’attendre que la situation s’amenuise. Les gens appelaient cette période la « fumerie » ou la « période sensible ». Quoi qu’il en soit, c’était comme être dans la merde. Les gens se demandaient souvent pourquoi ils payaient tellement d’argent pour jouer à Warlord, alors qu’ils pouvaient simplement devenir des PK.

En conséquence, les joueurs qui se faisaient beaucoup PK étaient sensibles à quiconque touchaient leurs poignets gauche.

« Je me souviens de quelques mauvais souvenirs à cause de lui. »

À ce sujet, Hyrkan était sensible au point d’en être fou. Quand son poignet gauche était saisi, il était dans un terrible état.

« Je me rappelle de ton visage. »

Et à ce sujet, Hyrkan montrait son extrême tempérament.

Il avait laissé passé la première fois, mais il n’y aura pas de seconde.

« La prochaine fois que cela se produira, je vais te détruire quel que soit ton niveau. »

Huu!

Après avoir réfléchi et s’être calmé, Hyrkan se dirigea directement vers le PNJ au premier étage. Comme dans les guichets de banques, deux PNJ étaient assis face aux joueurs. Ce qui était intéressant, c’était qu’il y avait une longue ligne de joueurs pour l’un des PNJ, alors qu’il n’y avait qu’une seule personne dans la ligne de l’autre.

La longue ligne était pour les joueurs voulant apprendre la magie blanche, et la ligne la plus courte était évidemment pour la magie noire.

Il était facile de voir la différence entre la magie blanche et la magie noire. Si ce n’était pas si grave, Suduri n’aurait pas montré autant de dégoût face à cet à priori déchet..

En fait, les gens en ligne pour la magie blanche voyaient Hyrkan marcher vers la magie noire et montraient de la pitié pour lui. C’était comme s’ils regardaient un homme qui marchait tout droit vers sa propre mort.

Sous les regards de pitié, Hyrkan fit face au PNJ. C’était un vieillard sombre avec une peau cabossée. Le PNJ parla, face à Hyrkan.

— Je suis le mage noir Golco. Êtes-vous intéressé par la magie noire ?

[Une quête de classe a débuté.]

[Après avoir choisi une classe, il n’y aura pas de retour possible.]

[Pour passer de la magie noire à la magie blanche, un prix conséquent devra être payé.]

Les alertes système remplirent les oreilles d’Hyrkan.

Ce dernier ignora les alertes.

— Oui.

— Vous ne pouvez pas parcourir la route de la magie noire avec juste des mots. Prouvez votre détermination ici.

Avec cela, Golco sortit un morceau de papier aussi ratatiné que son corps.

C’était un contrat, et il y avait cinq endroits pour qu’Hyrkan signe à la fois au recto et au verso.

C’était pour empêcher les joueurs de se plaindre aux administrateurs du jeu de pouvoir changer leurs classe. Cela se produisait plus souvent que l’on ne pouvait s’y attendre. Il y avait toujours des gens qui n’aimaient pas leurs choix dans les jeux et se plaignaient de ne pas pouvoir se rétracter. Certains embauchaient même des avocats. Le contrat prévoyait que quelque chose comme ça ne se produirait pas. Hyrkan signa les cinq taches sans même cligner des yeux.

Après avoir confirmé les signatures d’Hyrkan, Golco parla en regardant Hyrkan.

— Tendez votre main.

Hyrkan tendit sa paume, et Golco écrivit le numéro 3 avec ses doigts.

[Une clé a été inscrite sur votre paume.]

Golco expliqua ce qu’était ce nombre.

— Montez les escaliers jusqu’au deuxième étage et vous verrez quatre pièces. Si vous entrez dans la pièce avec ce numéro, vous trouverez une bibliothèque. Vous pourrez prendre un livre présent là-bas. Vous pourrez ensuite quitter la bibliothèque et recommencer autant de fois que vous le souhaitez, mais à l’instant où vous sortez avec un livre, vous ne pourrez de nouveau y entrer qu’avec une nouvelle clé.

Un tel système de clés était vraiment adapté aux mages.

[À tout moment, vous pouvez revoir votre conversation avec le PNJ via l’application installée sur votre montre.]

Après avoir entendu l’alerte finale, Hyrkan serra les poings.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Back To Top