skip to Main Content
Menu

EoSP – Chapitre 30 – Le Marais des Lézards (2)

Traducteur Français : MelkAz
 Éditeur : MelkAz

Chapitre 30 - Le Marais des Lézards (2)

Il n’était pas rare de rencontrer d’autres joueurs lors d’une chasse dans une zone qui n’était pas un donjon d’instance dans la plupart des jeux vidéos.

C’était le cas dans Warlord. Parce que le monde de Warlord était énorme et parce que ses terrains de chasse étaient généralement des montagnes ou d’autres grands espaces, il était légèrement plus difficile de rencontrer des joueurs. Même ainsi, on pouvait s’attendre à en rencontrer au moins trois voir quatre même dans des terrains de chasse impopulaires.

Lorsque les joueurs se rencontraient sur le terrain, la plupart ressentaient plus de joie que de méfiance. Après des situations tendues et épuisantes causées par des combats continus, les joueurs ressentaient un sentiment familier lorsqu’ils se rencontraient. Selon la situation, certains choisissaient même de former un groupe et de collaborer ensemble.

— E-Excusez moi !

Dans un terrain de chasse connu pour être impopulaire, Hyrkan avait maintenant rencontré un groupe de joueuses.

Pour être exact, il était celui qui s’était fait approché.

— Bonjour.

Hyrkan avait récemment tué un [Homme-lézard] et attendait actuellement qu’il se décompose. En entendant la voix, Hyrkan se tourna pour saluer une joueuse qu’il était sûr de n’avoir jamais rencontré auparavant. La joueuse était d’une grande beauté. Les longues et belles femmes aux cheveux lisses noirs était le genre de femme à pouvant facilement faire tourner les yeux des hommes. Hyrkan lui jeta un coup d’œil de haut en bas.

Elle portait une armure argentée brillante par dessus une robe. Avec ses cheveux noirs droits et sa longue épée bien conçue, il était facile de dire qu’elle portait ses objets pour le design plutôt que pour la défense. Son design avait été conçue pour attirer l’attention des autres joueurs plus qu’autre chose.

Hyrkan déplaça son regard sur les deux joueuses à l’arrière.

Derrière la belle épéiste était une prêtresse courte et mignonne, et une grande mage aux cheveux courts avec des yeux de renard. Il pouvait dire que ces deux là avaient également concentré leur équipement sur la mode. En plus de cela, il semblait qu’elles avaient eu beaucoup de problèmes, car la saleté de leurs vêtements attirait l’attention de Hyrkan.

Finissant son observation, Hyrkan en arriva à une conclusion.

« Qu’est-ce que c’est que ça ? »

Alors qu’Hyrkan remuait lentement sa tête …

— Est-ce que vous chassez seul ici ?

La joueuse posa soigneusement une question.

En tout cas, trois beautés avaient approché Hyrkan avec intérêt. C’était un événement rare. Non, la situation actuelle était passée au-dessus du niveau de « rare » car une telle chose ne lui était jamais arrivée dans la vraie vie. Bien sûr, il y avait déjà eu un moment où une fille s’était intéressée à lui. Sauf que ce ne fut pas le bon type d’intérêt.

« Je me souviens soudainement de cette sal*** de Choi Sulyeon. »

C’était la première fois qu’une fille s’était intéressée à lui, et cet intérêt lui avait causé du tort. À cause de cela, pour Hyrkan, l’intérêt d’une beauté était… quelque chose qu’il préférerait refuser.

Et donc…

« Qu’est-ce qu’elle me veut ? »

La suspicion était la première chose qui lui vint à l’esprit.

Tout d’abord, une situation dans laquelle la fille rougit et lui demande son numéro de téléphone était impossible. Si elle s’intéressait à lui en tant qu’homme, ce serait encore plus dangereux. Ce n’était pas seulement à cause de son apparence. Bien qu’il ne soit pas vraiment beau, son apparence n’avait rien à voir avec ça. Après tout, il portait son masque hahoe. Le problème était son style vestimentaire. Si elle était intéressée même après avoir vu sa mode grotesque, il serait préférable qu’il ne s’implique jamais avec elle.

En tant que tel, Hyrkan ne répondit pas. Il regarda seulement la femme à travers son masque hahoe. Leurs yeux se rencontrèrent, et quand cela arriva, la bouche de la femme s’élargit en un sourire radieux.

— Je vous ai regardé tuer cet [Homme-lézard]. C’était incroyable.

Hyrkan ne répondit toujours pas, tandis que la femme continuait à le louer.

— Même un ranker serait jaloux de vos compétences. Je suis presque tombée…

— Qu’est-ce que tu veux ?

Hyrkan parla pour la première fois avec une question qui ne pouvait pas être plus indifférente.

— Ah, je m’appelle Ilya.

À la question, la femme se présenta d’abord.

— Et ?

À sa réponse, Hyrkan répondit rapidement en un seul mot. C’était une forme d’intimidation. Il parlerait de moins en moins si elle continuait à traîner. Bien sûr, il n’était pas possible de parler moins que ce qu’il faisait actuellement. Ainsi, si Ilya n’entrait pas dans le vif du sujet, Hyrkan l’ignorerait simplement.

— Désolée de vous demander quelque chose alors qu’on vient tout juste de se rencontrer…

À la fin, elle se coupa elle-même.

— Mais aidez-nous s’il vous plaît à compléter notre quête !

— S’il vous plaît !

Au moment où Ilya termina sa phrase, la petite prêtresse derrière elle ouvrit la bouche comme pour faire un écho. Par ailleurs, elles avaient montré des yeux de chiot et une expression douloureuse qui mettraient facilement les hommes à leurs pieds.

En tant qu’homme, le cœur de Hyrkan palpita également. Cependant, ce n’était pas un battement provoqué par de l’intérêt contre le sexe opposé.

« Est-ce que ces chiennes sont sérieuses ? Elles me demandent juste de profiter de moi. »

C’était quelque chose que l’on rencontrerait au moins une fois dans les jeux en ligne. Le genre de filles qui demandaient des tours de manège gratuits juste parce qu’elles étaient de jolies filles. Pour Hyrkan, c’était tout simplement absurde. Si l’on voulait jouer avec des filles pareilles dans le monde VR, il était préférable de jouer à des simulations de relation amoureuse ou d’autres contenus pour adultes.

« Est-ce que c’est ce que signifie le dicton « toutes les bonnes choses ont une fin » ? »

En tout cas, Hyrkan n’avait pas la moindre envie d’effectuer leur requête. En plus du fait que c’était une demande absurde, il n’était pas de bonne humeur.

Depuis le moment où il était tombé sur ce joueur ranker au Château de Bangtz et qu’il s’était retrouvé incapable de mettre en ligne ses vidéos de chasse sur YouTube, il avait été agacé par beaucoup de choses. Alors qu’il avait finalement réussi à chasser quelques monstres durant une bonne et belle journée, la situation actuelle était comme si on lui jetait un seau d’eau froide sur le corps.

Ainsi, Hyrkan répondit du fond du cœur.

— Va te faire foutre.

Hyrkan n’avait aucun intérêt pour la romance, et il n’était certainement pas un gentleman.

À la réponse d’Hyrkan, Ilya joignit ses mains comme pour prier et s’inclina légèrement.

— S’il vous plaît, aidez-nous juste pour cette quête. Nous vous récompenserons à coup sûr.

Hyrkan se retourna simplement. On pouvait dire qu’il était le genre de personne avec qui les mots ne marchaient pas. Dans un cas comme celui-ci, il valait mieux ignorer.

— Attendez !

Ilya attrapa l’épaule de Hyrkan. À ce moment, Hyrkan s’arrêta et se retourna. Elle regarda Hyrkan avec un visage plein de misère…

— Juste dix… je vous en supplie. Nous vous rembourserons à coup sûr. Aidez-nous s’il vous plaît.

Ilya le supplia encore une fois.

S’il était possible de pleurer dans le jeu, des gouttes de larmes semblables à des perles auraient certainement dû tomber sur ses joues.

La fixant silencieusement pendant un moment, Hyrkan ouvrit sa bouche étroitement fermée.

— …Je dois juste t’aider à en tuer dix ?

En entendant cela, Ilya fit finalement un grand sourire.

— Oui !

— Alors je vais en tuer exactement dix.

★★★

Hyrkan se jura à lui-même.

Que dans cette vie, il ne ferait plus jamais confiance à qui que ce soit, et qu’il ne serait plus jamais avec personne.

Ce vœu n’était pas juste un bluff pour soulager son cœur amer. Avec les connaissances qu’il avait, s’il vendait un peu de sa fierté et décidait de profiter pleinement de sa nouvelle vie, la richesse et l’honneur auraient été les siens. Jetant l’idée d’une telle vie, il avait fait ce vœu, prêt à marcher sur le chemin de la difficulté.

« Ces chiennes … »

Est-ce qu’il trahirait un tel vœu juste pour quelques beautés ? Ce n’était pas impossible, mais tout du moins, ce n’était pas le moment.

Alors pourquoi Hyrkan avait-il accepté leur demande ?

« Ce sont des cygnes à l’extérieur, mais des hyènes à l’intérieur. »

Il avait changé d’avis au moment où son épaule avait été saisie. Quand Ilya lui avait attrapé l’épaule, Hyrkan sentit qu’il ne pouvait pas la secouer.

Cela signifiait que sa force était supérieure à celle d’Hyrkan.

Bien sûr, on pourrait s’attendre à ce que la force d’Hyrkan soit inférieure à celle d’un épéiste de son niveau, en considérant que ce même épéiste du même niveau n’était pas du type tank, mais du type tout-en-force.

En d’autres termes, Ilya n’était pas un tank. Hyrkan n’avait aucun moyen de comprendre ce que cela impliquait.

Dans une équipe de trois hommes, le rôle d’un tank était vital. Mais un groupe était venu dans un terrain de chasse de haute difficulté comme le Marais des Lézards sans tank ?

Leur plus grande erreur fut de demander de l’aide pour une quête assez importante pour aller jusqu’à proposer une compensation. Si la quête était si importante, elles demanderaient simplement de l’aide en ligne, et des joueurs compétents viendraient à leur secours. Cela, bien sûr, était seulement si elles avaient de l’argent… non, considérant qu’elles fassent usage de leur beauté, l’argent pourrait ne pas être nécessaire. Il y avait beaucoup de gens qui sauteraient pour aider un groupe de beautés.

Malgré tout, elles avaient demandé de l’aide à Hyrkan ? C’était un mensonge clair et net.

« Veulent-elles ma main gauche ? »

Elles visaient clairement Hyrkan. Sinon, il n’y avait aucune raison pour elles d’agir de cette manière.

Cela dit, elles n’essaieraient pas activement de le PK. Si c’était leur plan, il n’était pas nécessaire de l’approcher comme elles l’avaient fait. Elles l’auraient simplement attaqué quand il aurait été au dépourvu.

Considérant la façon dont elles l’avaient approché, il était probable qu’elles créeraient intentionnellement une situation dangereuse et que des monstres le tueraient.

« Ces chiennes sont encore pires que les autres minables d’avant… »

C’était un piège commun. Il suffisait d’utiliser le fait que les joueurs se sentaient heureux de rencontrer d’autres joueurs sur le terrain. Si un problème survenait durant le combat, ce serait un accident, et non un PK. C’était une méthode vraiment sale.

En tout cas, Hyrkan n’était pas du genre à se débarrasser d’un groupe d’intrigants.

Il n’était pas d’humeur.

« Si vous vous faites prendre en train de mentir, vos mains doivent partir. »

Il avait prévu de les voler proprement.

— Revenons-en à notre situation. Avez-vous de l’expérience avec les [Hommes-lézards] ?

— Nous en avons déjà tué.

— Combien ?

— Um… deux. Après cela, nous sommes tombées dans le marais. Nous avons terminé comme cela alors qu’on s’enfuyait.

— Votre groupe contient une prêtresse et une mage. Quel était le problème ?

— Le bémol c’est que… Je ne peux pas agir comme un tank, donc il n’y avait jamais eu de bonne occasion pour utiliser la magie, et le pouvoir magique de la prêtresse ne cessait de baisser. En fin de compte, nous ne pouvions rien faire.

« Ouais, c’est parce que vous avez pris vos objets pour chasser des gens et non des monstres. Vous êtes ici parce que c’est l’endroit le plus facile pour ce scénario, et une fois que vous êtes arrivé ici, vous n’avez trouvé pas un seul idiot à appâter. C’est probablement peu après que j’ai attiré votre attention. Il n’y a pas une seule once de vérité qui sort de ta bouche. »

Hyrkan réussit à peine à contenir son cœur enragé.

— Alors savez-vous comment attirer les [Hommes-lézards] ?

— Oui ! Nous pouvons au moins faire ça.

— Très bien alors, attirez-les vers le point désigné un par un, et je les aurai. N’intervenez pas inutilement quand je me bats. La mage ne devra intervenir que quand je l’appellerai. Au fait, si la prêtresse buff mes squelettes, on ne se connaît plus. Compris ?

Ilya hocha la tête alors qu’elle ajouta quelques mots.

— Merci d’avoir accepté notre demande égoïste… merci beaucoup.

— Merci, Oppa *!
(*jeune fille qui s’adresse à un homme plus âgé)

L’une des deux autres lui fit rapidement des remerciements, essayant de gagner la pitié d’Hyrkan en l’appelant « oppa », tandis que l’autre baissa légèrement la tête. Étant remercié par trois beautés, n’importe quel mec sourirait.

Hyrkan sourit aussi.

Sauf que lui l’avait fait exprès.

« Je vois que ces chiennes sont habituées à ça. Eh bien, je suppose que ça peut devenir addictif. Elles finiront par devoir payer pour tout ce qu’elles ont fait au final, toutefois. »

Comme Hyrkan avait déjà une idée sur leur véritable intention, il ne pouvait que ressentir de la froideur face à leurs talents d’actrices. Une fois qu’on avait goûté quelque chose comme ça, c’était dur de s’arrêter. C’était comme un jeu d’argent. Même si elles savaient que c’était mauvais, c’était amusant et stimulant. Parce qu’elles étaient dans un jeu de VR, elles ne seraient pas punis en vertu de la loi non plus.

« Avec leur beauté, n’ont-elles rien de mieux à faire ? Pourquoi faire quelque chose comme ça dans Warlord … »

« À bien y réfléchir, il n’y a qu’une poignée de beautés sensées dans Warlord. »

En y repensant, parmi les beautés qu’il avait rencontrées dans Warlord, seule une poignée était normale. Choi Sulyeon, que Hyrkan considérait comme la plus grande beauté qu’il ait jamais rencontrée, l’était encore plus…

« Merde. »

S’étant souvenu de Choi Sulyeon, l’humeur d’Hyrkan devint maussade. Il se souvenait d’un visage désagréable. À cause de sa beauté, il ne pouvait pas non plus l’effacer de son esprit. Elle était vraiment ce qu’il appellerait une ennemie à vie.

— Alors nous en attirerons un ici. Attends juste un moment.

Hyrkan ne prit pas la peine d’écouter ce que venait de dire Ilya. Il agita simplement sa main d’avant en arrière.

Les filles se dirigèrent alors vers la zone marécageuse.

Ainsi commença leur plan secret.

★★★

— Unni, est-ce que tu vas simplement le dépouiller ?

À la question de sa petite sœur, Ilya répondit immédiatement.
(ndt :ce n’est pas sa vrai petite soeur)

— Bien sûr, nous allons le voler proprement.

— Je ne pense pas qu’il possède grand chose. Ne serait-il pas mieux de le laisser tuer ces dix lézards ? Si nous l’amadouons un peu plus, nous pourrons probablement chasser toute la journée gratuitement.

À ce moment, la mage partagea ses pensées.

— Le nécromancien n’est pas une classe qu’on utiliser correctement sans avoir d’argent. Vous avez vu son combat tout à l’heure, non ? Pour que ses [Guerriers Squelettes] soient si forts, il doit avoir au moins trois ou quatre objets uniques.

À cela, Ilya ajouta sa propre explication.

— Vous avez vu son collier, n’est-ce pas ? En as-tu déjà vu un aussi gros ?

La petite prêtresse commença à réfléchir. Bien qu’elle ait déjà vu un nombre incalculable de colliers avec des joyaux, elle n’en voyait que rarement dans Warlord.

— Maintenant que j’y pense, je n’ai jamais vu un bijou pareil.

— Regarde juste son style. Son équipement doivent être d’un niveau différent. Notre profit, si on le vole, notre gain ne sera pas petit !

— Il a peut-être une aide ? S’il est si riche, il doit y avoir quelqu’un derrière lui.

— Si c’était le cas, il ne serait pas seul ici. De plus, ce n’est pas comme si on allait le PK ouvertement.

Ilya sourit profondément.

— Ça va juste être un petit accident. Le genre d’accident qui va attirer accidentellement beaucoup de monstres.

La regardant sourire, les deux autres sourirent aussi.

— Je pense toujours ça, mais Unni doit être la plus jolie chienne de Warlord.

Ilya rit.

— Vous n’êtes pas mal vous-aussi, vous savez ?

À ce moment, les trois éclatèrent de rire. Les rires furent courts. Un
[Homme-lézard] les avait trouvés et marchait lentement vers elles.

Cet article comporte 5 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Contenu protégé
Back To Top