skip to Main Content
Menu

EoSP – Chapitre 3 – Une classe que vous pouvez jouer seul (1)

Traducteur Français : MelkAz
 Éditeur : MelkAz

Chapitre 3 - Une classe que vous pouvez jouer seul (1)

2010 était l’ère des smartphones. Ils avaient changé la vie de millions de personnes.

Mais la technologie avait continué à progresser, et en 2030, l’ère des smartphones prit fin. C’était maintenant la nouvelle ère de la réalité virtuelle. Le dispositif de connexion à la réalité virtuelle de la société Peach, le V-Gear, entra en scène au début de cette époque. Pour seulement vingt-mille dollars, tout foyer pouvait plonger dans le monde de la réalité virtuelle.

L’ère des smartphones n’était rien par rapport à l’ère de la VR. La réalité virtuelle n’avait pas seulement absorbé les technologies du monde réel, car un nouveau contenu s’était développé dans le monde virtuel.

Parmi eux, les jeux de réalité virtuelle étaient les plus populaires.

Les sociétés de jeux n’avaient pas hésité à investir des millions ou même des milliards de dollars dans le développement de cette nouvelle technologie. Par conséquent, ils pouvaient créer un contenu de qualité supérieure à n’importe quelle autre entreprise dans le monde réel.

À ce moment, ce fut le début d’une guerre.

En raison de l’afflux d’investissements dans le développement des jeux VR,  ces derniers avaient tous une qualité similaire, et aucun ne se distinguait comme étant le meilleur.

C’était  le début d’une ère de guerre.

Les sociétés de jeux avaient expérimentés de nouvelles méthodes pour augmenter leurs parts de marché, et beaucoup avaient fait faillite en conséquence. Celle qui avait mis fin à cette ère de guerre n’était pas une société de jeux, mais une entreprise de développement d’intelligence artificielle appelée Tobot Soft. C’était avec leur programme d’IA que Warlord avait été créé.

Warlord.

Avec son cadre fantaisiste typique, ce jeu n’était pas trop différent des autres jeux sur le marché. En plus, il coûtait beaucoup plus cher par rapport aux jeux où les joueurs se battaient dans l’espace ou volaient dans l’air avec des ailes.

C’était l’ampleur de son monde et sa stabilité qui rendait le rendait insurpassable pour les autres.

Le secret derrière Tobot Soft était un programme d’intelligence artificielle appelé M.I.

Autrement dit, le jeu n’était pas contrôlé par l’entreprise mais par un programme d’intelligence artificielle. Son coût de développement initial était énorme, mais le coût de gestion était énormément faible. Au moment où le salaire des programmeurs de jeu VR montait vers le ciel, cette méthode s’était révélée particulièrement efficace. Les IA n’avaient pas besoins de salaires.

Aussi, il était facile de copier et de produire en masse une I.A. Embaucher un millier de programmeurs professionnels avait prit au moins six mois, mais obtenir un millier de copies d’IA n’avait pris qu’environ un mois.

D’innombrables IA avaient travaillé pour contrôler et gérer le serveur, et par conséquent, Warlord était devenu un jeu qui avait dépassé tout autre jeu existant.

Le 11 mars 2035, un an après le début du jeu, la base de joueurs actifs était bien supérieure à un million. À son quatrième anniversaire, le nombre était passé à plus de dix millions, ce qui était digne du titre du plus grand jeu ayant jamais existé.

Dix millions n’était pas un petit nombre.

Pour jouer à un jeu VR, il fallait un appareil VR. La société Peach contrôlait 70% du marché des appareils VR et son appareil VR le moins cher, le niveau 1 V-Gear, coûtait vingt-mille dollars.

En outre, il fallait deux-mille-cinq-cents dollars seulement pour créer un personnage Warlord. Après la création de son personnage, on pouvait jouer gratuitement au jeu durant trois mois, à la suite de quoi des frais mensuels de sept-cent-quatre-vingt-dix-neuf dollars devaient être payés.

Dans les normes coréennes, cela coûtait vingt-millions de won pour acheter le dispositif de jeu, trois millions supplémentaires pour faire un personnage et huit-cent-mille de plus chaque mois.

Il y avait dix millions de personnes qui pouvaient répondre à de telles exigences.

Un économiste avait dit un jour,

« Si vous calculez le revenu moyen d’un joueur Warlord, ce serait environ de l’ordre de quatre-vingt-mille dollars. Un jeu avec plus de dix millions de joueurs ayant un revenu moyen de quatre-vingt-mille dollars. C’est assez de pouvoir d’achat pour égaliser celui d’un pays. »

Les entrepreneurs sentaient l’argent facile.

De nombreuses entreprises et sociétés étaient alors devenues des sponsors de joueurs de Warlord qui avaient obtenus de la renommée et de l’influence. Les rankers célèbres, en particulier ceux du top 100 officiel, étaient des publicités ambulantes, et leurs corps valaient au minimum un milliard de won.

Plus important encore, Warlord était amusant.

Les joueurs ayant des pouvoirs surhumains tuaient des monstres avec des compétences de fantasy et la magie était plus excitante que dans n’importe quel film, et le fait qu’un joueur puisse mourir à tout moment rendait le jeu plus bien plus excitant que n’importe quel sport dans le monde.

Quelqu’un avait déjà dit,

« La prolifération des jeux de réalité virtuelle a eu le plus grand impact que les industries du sport et du cinéma n’aient jamais connu. Quelle que soit la sensation d’un sport, aucun sportif ne met sa vie en jeu, mais dans le monde du jeu, tout le monde lutte avec sa vie en jeu. Peu importe comment un film est bien conçu, un film est un film en fin de compte. Il a un scénario fixé, tandis que les joueurs créent leurs propres scénarios. Un personnage de jeu est une seconde vie, et dans ce monde virtuel, un film ne pourra jamais battre cette seconde vie.  »

Dans cette époque, on pouvait gagner la richesse et le prestige d’un footballeur professionnel ou d’une vedette de ligue majeure juste par le jeu. En conséquence, d’innombrables personnes avaient cherché à devenir le protagoniste de cette époque.

Toutefois,

« Devenir un joueur célèbre ? Une personne sur mille peut le faire. À l’heure actuelle, dans Warlord, il n’y a que trois-mille personnes qui gagnent plus de cent millions de won. Compte tenu de la base de joueurs de Warlord, c’est moins de 0,01 pour cent des joueurs. De plus, imaginez le montant d’argent que vous devrez dépenser pour maintenir votre classement élevé. Prenez l’une de ces trois-mille personnes, elle a probablement dépensé autant d’argent sur Warlord qu’elle n’en a gagné. »

Seule une très petite minorité de joueurs pouvait profiter d’une vie de richesse et de renommée.

« Sans oublier que les jeux VR sont complètement différents des jeux PC. Vous ne pouvez pas vous améliorer en vous basant sur votre niveau. Il s’agit de talent. Bien qu’il s’agisse d’un RPG, (jeu de role) vous ne pouvez pas finir dans le classement avec juste avec un bon niveau. Si vous commencez à jouer avec cette mentalité, vous finirez par arrêter dans un mois. Il suffit de l’apprécier. Warlord est le jeu le plus injuste du monde. Si vous vous comparez aux autres, vous ne vaincrez pas votre complexe d’infériorité. »

Les jeux de réalité virtuelle étaient plus injustes que les autres jeux.

Même dans les jeux PC, il y avait de bons joueurs et de mauvais joueurs. Dans un monde VR où chaque personne avait des pouvoirs surhumains, la différence était encore plus claire.

Ce n’était pas tout.

Dans Warlord, la meilleure façon de gagner de l’argent était à travers des diffusions en direct.

Toutefois, seuls 30 canaux avaient été autorisés à diffuser du contenu lié à Warlord. Dans le passé, lorsque des problèmes avaient commencé à surgir du jeu et que des disputes éclataient dans des émissions privées, la plupart des canaux exigeaient des licences pour la diffusion de certains contenus. Dans le cas de Warlord, seulement 30 chaînes avaient reçu des licences.

C’est ainsi que le Top 30 Guild fut créé. Les guildes qui avaient obtenu des chaînes de radiodiffusion n’avaient reçu aucun avantage.

Cependant, ces guildes utilisaient l’argent et l’influence obtenus grâce aux émissions en direct et des billets en direct pour empêcher d’autres sociétés de remettre en cause leur autorité. Bien que toutes visaient à prendre la place de l’une des guildes du Top 30 au début, l’écart entre les guildes du Top 30 et des guildes n’en faisant pas partit  n’avait fait que s’accroître avec le temps.

Au moment où Warlord était entré dans sa quatrième année de service, aucune guilde ne pouvait menacer de combler cette lacune.

Sauf une.

La Hahoe Mask Guild.

Ses membres se battaient tous en portant des masques hahoe. Malgré une majorité d’entre eux ayant commencé un an après les rankers existants, ils avaient montré des compétences et des résultats incroyables. Avec le temps, ils avaient même commencé à menacer les positions des guildes du Top 30.

Et au milieu de cette tempête, il y avait Hyrkan.

Son surnom, Le Massacreur de Héros.

Ce surnom lui avait été donné parce qu’il avait massacré sans effort les rankers qui représentaient Warlord.

C’était un monstre qui défiait toute logique.

« Hyrkan ? Il est un véritable monstre, le genre de monstre qui perturbe les écosystèmes. De plus, il a un style de jeu plus difficile que quiconque. C’est ce que sont les jeux VR. Peu importe combien de temps vous investissez, quelqu’un sans talent ne peut pas battre quelqu’un avec du talent. Même si quelqu’un avec du talent réalise quelque chose en investissant du temps, il ne devient rien devant un plus grand talent. Je vous assure, Hyrkan est au sommet tant du talent que de l’effort. S’il avait commencé un an plus tôt, personne ne serait son égal.  »

Un monstre qui perturbe les écosystèmes.

C’était une bonne description.

C’était aussi la raison pour laquelle Hyrkan avait été exclu.

« Pourquoi Hahoe Mask Guild a-t-elle trahi Hyrkan ? C’est simple. Ils auraient été exclu par le Top 30 Guild autrement. Au début, ils se sont tous battus pour recruter Hyrkan, mais ils se sont vite rendus compte que cela n’arriverait pas. Hyrkan n’est pas le genre de type à incliner la tête devant les autres. Un tigre peut grandir en buvant du lait de chien, mais un tigre reste tigre, un chien reste chien.  »

Le Top 30 Guild faisait déjà fait d’énormes bénéfices dans leur propre écosystème.

Il n’y avait aucun moyen pour eux de rester immobile et de regarder un monstre comme Hyrkan les ruiner. Même ainsi, ils avaient subi plus de mal que de bien en essayant de l’emporter.

Hyrkan. Bien qu’il ait été surnommé « Massacreur de Héros », il n’avait jamais cherché activement à tuer les autres. Il y avait toujours trois ou quatre rankers qui l’attaquaient en premier, et il ne faisait que riposter. Hyrkan n’avait jamais voulu devenir un « massacreur ».

Donc, lorsque Stormhunter Guild avait absorbée la Hahoe Mask Guild et avait déclaré la guerre à Hyrkan, le reste du Top 30 Guild avaient promis leur soutien tacite. Ce n’était pas quelque chose d’inattendu.

« La Hahoe Mask Guild est probablement reconnaissante envers Hyrkan, mais son complexe d’infériorité doit avoir été tout aussi important. Trahir Hyrkan et rejoindre la Stormhunter Guild ou lutter contre le Top 30 Guild. Le choix était évident.  »

Peu importe à quel point Hyrkan était impressionnant, il n’était pas capable de se battre contre le Top 30 Guild.

« En fin de compte, Hyrkan était trop puissant pour son propre bien. C’est pourquoi il a été trahi.  »

Méprisé par le monde entier, Hyrkan n’a eu d’autre choix que de quitter Warlord.

Bien sûr, tout cela …

« Je ne peux pas croire que cela m’arrive. »

Ce n’est arrivé que maintenant.

« Je suis retourné dans le passé. . . »

An Jaehyun était revenu en 2036…

Avec tous ses souvenirs intacts !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Back To Top