skip to Main Content
Menu

Douluo Dalu – Chapitre 79

Traducteurs Français : Kenshin et Yu
 Éditeurs : Kenshin et Yu
Checkeurs : Kenshin et Yu

Chapitre 79 : L’énigme de toute une vie du Douluo du Ciel Dégagé

Cliquez ici pour lire la partie 2
Cliquez ici pour lire la partie 3

Partie 1

Pensant à tout cela, Tang San se rappela que son père lui avait laissé une lettre avant de partir. Plaçant sa main sur Vingt-Quatre Ponts Éclairés par la Lune, il en sortit la lettre jaunie.
« Senior, reconnaissez-vous cette écriture ? Lorsque j’avais six ans, mon père a laissé cette lettre avant de quitter la maison pour ne jamais revenir. »

Tang San montra la seule trace de son père qu’il avait et qu’il lisait souvent à Tai Tan. Chaque fois que Tang San sortait cette lettre, il ne pouvait réprimer l’envie de voir son père.

« Petit San,

Lorsque tu verras cette lettre, je serai déjà parti. Ne cherches pas à me joindre, tu ne me trouvera jamais. Bien que tu sois encore jeune, tu es capable de te débrouiller seul. Les jeunes aigles doivent déployer leurs propres ailes et voler, seulement ainsi pourront-ils atteindre de grandes hauteurs. Inutile de t’inquiéter pour moi, il y a beaucoup de la douceur de ta mère dans ton caractère. Ton père est un homme inutile. Tu as bien grandi, ton père doit aller récupérer des choses qui lui appartenaient au départ. Un jour, nous nous reverrons. Je te souhaite de devenir fort mais en même temps, je ne souhaite pas que tu deviennes fort. C’est ton propre chemin et ton propre choix. Si un jour tu sens qu’être Maître Spirituel n’est pas ta voie, tu peux retourner au village de l’Esprit Sacré et devenir forgeron comme moi.

Ne me regrette pas,

Tang Hao »

Tang San avait toujours considéré cette lettre comme un memento, chargé des pensées de son père à son égard. Mais en la relisant aujourd’hui, avec l’éclairage nouveau qu’avait apporté Tai Tan sur sa potentielle identité, elle prenait un tout nouveau sens.

En particulier la ligne « Je te souhaite de devenir fort mais en même temps, je ne souhaite pas que tu deviennes fort » montrait les sentiments partagés de Tang Hao au moment d’écrire cette lettre. Aussi, la chose que Tang Hao voulait récupérer, quelle était-elle ?

Après avoir lu la lettre, Tai Tan eut un petit rire découragé et ne put s’empêcher de penser à voix haute,
« Oh Maître, comment pouvez-vous dire que vous êtes inutile ? Dans le cœur de ce vieil esclave, vous serez éternellement un pilier du clan. »

Baissant la tête pour regarder Tang San devant lui, Tai Tan rendit la lettre qu’il tenait dans ses mains,
« Jeune Maître, il n’y a pas d’erreur1. C’est l’écriture de Maître. »

« Alors mon père vient vraiment de l’École du Ciel Dégagé ? Senior, je vous en prie, dites moi la vérité sur cette affaire. Puisqu’il était membre de l’École du Ciel Dégagé, pourquoi vivait-il avec moi au village de l’Esprit Sacré ? Que s’est-il passé entre eux ? Dites-le moi s’il vous plaît, je dois connaître la vérité. »

Tai Tan regarda Tang San, ne pouvant empêcher des larmes de couler à nouveau. Il pouvait parfaitement imaginer comment la vie sans une mère et sans père à partir de six ans avait été. À quel point la vie qu’avait mené Tang San durant toutes ces années était solitaire et amère. Tai Tan ne put s’empêcher d’écarter les bras, attirant Tang San contre lui,
« Jeune Maître, mon pauvre jeune Maître, vous avez dû souffrir toutes ces années. »

À ce moment, les émotions de Tang San jaillissaient et il ne savait plus quoi faire. Les nouvelles si soudaines avaient perturbé ses pensées et les mots ‘École du Ciel Dégagé’ étaient trop choquants.

« Jeune Maître, je ne peux vous parler des affaires du Maître dans le temps. Ce secret appartient au Maître lui-même et même moi ne suis pas sûr de ce qu’il s’est passé. Tout ce que vous devez savoir est que le Maître était un homme avec un tempérament indomptable, l’entité la plus terrifiante du monde, personne ne pouvait se mesurer à lui. Mon Clan de Force était au départ un des quatre clans subsidiaires de l’École du Ciel Dégagé, c’est à cause du Maître que j’ai décidé de me séparer du Clan Hao Tian2, pour retrouver notre indépendance dans la Cité du Dou Céleste. Puisque le Maître est réapparu, le Clan de Force sera le subordonné du Maître. Bien que le Maître ne soit pas là à l’heure actuelle, il y a encore vous, jeune Maître. À partir de maintenant, le Clan de Force sera sous votre commandement. Un total de deux cent dix-sept Maîtres Spirituels qui vous suivront jusqu’à la mort. »

Les yeux de Tang San se brouillèrent, son père était parti depuis huit ans, sans un mot depuis tout ce temps.

Il aurait été impossible de dire qu’il n’y avait pas un peu de rancœur. Mais à présent, Tang San pouvait sentir l’impuissance de son père, s’il était vraiment de l’École du Ciel Dégagé et celui que Tai Tan appelait Maître et avait quand même été réduit à la pauvreté en tant que forgeron et alcoolique dans le village de l’Esprit Sacré pendant six ans.

À quel point cette tristesse et cette impuissance étaient profondes ?

Repensant aux cris d’agonie de son père lorsqu’il était venu au monde, Tang San comprit quelque chose.

Il agrippa le solide bras de Tai Tan,
« Senior, pour l’instant, mes pensées sont désordonnées, je dois me calmer et y penser à tête reposée. »

Tai Tan ajouta rapidement,
« Jeune Maître, vous ne devez plus m’appeler senior ou par un autre nom du même genre. Appelez moi juste vieil esclave Tai Tan. »

Tang San sourit ironiquement,
« Vous êtes le grand-père de Tai Long, lui et moi sommes camarades de classe et je suis plus jeune que lui. Si cela ne vous dérange pas, je vous appellerai papy Tai. »

« Mais… »
Tai Tan hésita.

Tang San dit :
« Même si mon père était ici, il serait sans doute d’accord pour que je vous appelle ainsi. Papy Tai, je dois aller voir le Maître d’École Ning, à bientôt. Pour ce qui est de ma vie depuis ma naissance, gardez cela secret s’il vous plaît. Je dois y réfléchir calmement. »

Tai Tan répondit d’un ton grave,
« Jeune Maître, vous devez vous méfier de Ning Fengzhi. Votre père a un jour dit que le nouveau Maître de l’École de la Pagode Cristalline aux Sept Trésors était un homme au potentiel élevé, qu’entre ses mains, l’École de la Pagode Cristalline s’élèverait. Vous appartenez à l’École du Ciel Dégagé, vous ne pouvez rejoindre l’École de la Pagode Cristalline sous aucun prétexte. »

Tang San acquiesça d’un hochement de tête léger,
« Papy Tai, ne vous inquiétez pas. Même si nous avions pas parlé aujourd’hui, je n’avais quand même pas l’intention de rejoindre une école quelle qu’elle soit. Je n’abandonnerai pas ma liberté pour du pouvoir. »

Écoutant Tang San, Tai Tan eut l’air distrait un moment, ses yeux se troublant. Au travers des mots calmes et sereins de Tang San, c’est comme s’il pouvait voir le Tang Hao des jours passés.

Quittant la pièce avec Tai Tan et sa famille, Tang San prit deux profondes inspirations, essuya l’humidité de ses yeux et se calma avant d’entrer dans l’autre salle de réunion.

Ning Fengzhi était assis dans le siège d’honneur de la salle de conférence, buvant calmement son thé. À ses côtés, le Douluo Osseux Gu Rong était assis les yeux fermés jusqu’à ce que Tang San entre dans la pièce. Ouvrant les yeux, son regard passa sur Tang San avec une acuité non dissimulée.

Ning Rongrong se tenait derrière Ning Fengzhi avec un air obéissant, tirant la langue à Tang San.

« Salutations, oncle Ning, je vous ai fait attendre. »
Tang San s’inclina légèrement vers Ning Fengzhi.

Celui-ci sourit légèrement,
« Peu importe. Assieds-toi. Petit San, puis-je t’appeler ainsi ? »

Tang San hocha la tête,
« Vous êtes le père de Rongrong, bien sûr. »

Ning Fengzhi rit malgré lui,
« Il semblerait que j’ai été infecté par l’enthousiasme de Rongrong. Depuis que j’ai entendu parler de toi par Rongrong, ainsi que par notre rencontre, j’ose affirmer que même ton père n’avait jamais accompli de telles choses à ton âge. Pour être honnête, j’étais venu ici pour te faire rejoindre le clan à tout prix, mais je ne m’attendais pas à ce que tu sois le fils d’un vieil ami. »

« Oncle Ning, vous connaissez mon père3 ? »
Le pouls de Tang San qu’il avait difficilement maîtrisé s’emballa à nouveau.

Ning Fengzhi acquiesça,
« Naturellement. Le plus jeune Douluo Unique du Continent, rares sont ceux qui ne le connaissent pas dans le Monde des Maîtres Spirituels. »

Bien que Tang San ait deviné la force de son père, lorsque Ning Fengzhi prononça les mots Douluo Unique, il fut tout de même frappé d’un grand choc.

Ce père qui s’était noyé dans la bière bon marché, ne comptant que sur la forge pour vivre, aurait en fait été un Douluo Unique ?

Lorsque Ning Fengzhi se mit à parler de Tang Hao, même le Douluo Osseux ne put retenir une expression respectueuse.

Rien n’échappait aux yeux de Tang San et voir cela renforçait encore plus la véracité des paroles de Ning Fengzhi.

Ce dernier continua :
« Ton estimé père a disparu depuis de nombreuses années, sais-tu où il se trouve ? Lui et moi ne nous sommes pas vus depuis si longtemps et si possible, j’irais le voir personnellement. »

Tang San répondit amèrement,
« J’ignore également où se trouve mon père. Il a disparu il y a huit ans. Depuis ces huit années, j’attends encore un mot de sa part. Si c’est comme senior le dit et que mon père vient de l’École du Ciel Dégagé, alors peut-être est-il là-bas. »

Ning Fengzhi et le Douluo Osseux échangèrent un regard ébahi. L’expression de Ning Fengzhi revint très vite à la normale et il s’adressa à Tang San :
« Petit San, j’étais venu te recruter dans mon clan, mais puisque tu es le fils d’un vieil ami, c’est naturellement impossible. Cependant, ton oncle est toujours très intéressé par tes armes secrètes, serais-tu d’accord pour nous vendre la méthode de production ? Tu peux nommer ton prix, ton oncle ne négociera pas. »

Bien que Ning Fengzhi apparaisse raffiné et élégant, ses paroles donnaient un sentiment de large magnanimité, quelque chose de clairement impossible pour une personne ordinaire.

Tang San secoua la tête fermement et répondit :
« C’est impossible. Je ne vendrai pas la méthode de production des armes secrètes. Mais j’ai promis à Rongrong que je vendrais des armes secrètes à votre école. Je peux vous donner la procédure de forge, mais l’assemblage final doit être réalisé par moi. Premièrement, parce que la recherche en matière d’armes secrètes est complexe et je ne veux pas la vendre et deuxièmement parce que former un artisan à la création d’armes secrètes prendrait plusieurs années. Je dois toujours consacrer la majeure partie de mon temps à la cultivation, je n’ai pas le temps pour ça. »

Ning Fengzhi ne s’était pas attendu à ce que Tang San refuse si fermement. Ce qu’on appelle ‘donner un poisson à un homme est toujours moins que d’apprendre à l’homme à pêcher’ était un argument qu’il comprenait parfaitement.

Les armes secrètes finiraient par se casser et par être consumées avec le temps.

 

Partie 2

Si elles avaient vraiment un tel effet, l’École de la Pagode Cristalline aux Sept Trésors ne reposerait-elle pas sur cet enfant à partir de maintenant ?

Observant l’expression pensive qu’affichait Ning Fengzhi, Tang San n’hésita pas et dit avec indifférence :
« Je ne sais pas si oncle Ning désire ces armes secrètes ou non. »

Ning Fengzhi sortit de sa réflexion. D’après le ton de Tang San, il devinait que les méthodes de fabrication des armes secrètes n’étaient clairement pas discutables. Bien que Tang San ne soit qu’un adolescent, la détermination calme et à toute épreuve qu’il avait révélé ne serait pas facilement ébranlée.

Ning Fengzhi décida donc de choisir la deuxième meilleure chose et dit à Tang San :
« Nous avons vu les armes secrètes que porte Rongrong. Je veux cinq cents ensembles d’équipement comme le sien. Je paierai dix mille pièces d’or spirituel pour chaque ensemble, qu’en dis-tu ? »

Tang San dit :
« Le prix n’est pas un problème, mais je dois préciser quelque chose. Cet ensemble complet d’armes secrètes n’inclura pas la Griffe Divine Volante. Je peux la remplacer par un autre Dard Dissimulé. Le reste restera le même. Je fais cela car la Griffe Divine Volante n’est pas une arme secrète et bien qu’il soit possible d’attaquer avec, sa principale utilité reste le soutien. De plus, les composants de la Griffe Divine Volante sont très durs à faire, il sera difficile pour un artisan ordinaire de les créer. »

« Eh ? »
Ning Fengzhi n’avait pas vu Ning Rongrong utiliser la Griffe Divine Volante et n’avait appris que maintenant de Tang San que sa fille possédait une telle chose. Mais il était déjà extrêmement satisfait des armes secrètes que Ning Rongrong avait utilisées auparavant et hocha immédiatement la tête et sourit,
« Bien, c’est décidé. En plus de cela, j’aimerais te donner un million de pièces d’or spirituel en plus, comme payement pour la Tulipe de Soie Magnifique que tu as donnée à Rongrong. En même temps, j’en profite pour te demander si tu as en ta possession d’autres Tulipes de Soie Magnifique ? Si tu en as, peu importe le prix je suis prêt à te les acheter. »

Même pour Ning Fengzhi, avec son statut, l’attrait d’une Pagode Cristalline aux Neuf Trésors était vraiment trop grand. C’était la seule chance pour lui, qui avait déjà atteint le niveau maximum de son Esprit, d’atteindre le rang supérieur.

Malheureusement, Tang San secoua la tête,
« La Tulipe de Soie Magnifique est considérée comme une herbe immortelle et peut-être n’y en a-t-il qu’une seule au monde actuellement. De plus, il n’en poussera pas plus d’une au même endroit. Peut-être y en a-t-il d’autres sur le continent, mais je ne les ai pas trouvées si c’est le cas. Celle que j’ai donnée à Rongrong était un cadeau pour elle, comment pourrais-je demander à oncle Ning de me payer ? Cinq millions de pièces d’or spirituel sont largement suffisants. Cependant, je dois clarifier une dernière chose : je suis seulement responsable de leur montage. Pour la fabrication des composants, je dois demander à oncle Ning de trouver un moyen de les fabriquer. D’après Rongrong, votre école possède des forgerons spécialisés, cela ne devrait donc pas être difficile. De la même manière, à l’avenir il sera facile de recréer des munitions pour ces armes avec ces forgerons, en particulier les carreaux d’arbalète, aiguilles et autres. »

Tout en parlant, Tang San sortit une pile de plans de Vingt-quatre Pont Éclairés par la Lune et après les avoir étudiés avec attention, il les donna à Ning Fengzhi :
« Avec ceci, les composants du Dard Dissimulé, de l’Arbalète Tape-Pied et des Lames Volantes de Botte peuvent tous être fabriqués. »

Regardant Ning Fengzhi accepter avec attention les plans, le Douluo Osseux sur le côté ne put s’empêcher de dire :
« Gamin, tu es vraiment doué en affaires ! Sans même avoir à fabriquer les composants, tu as gagné ces cinq millions de pièces d’or spirituel trop facilement. »

« Oncle Osseux. »
Ning Fengzhi secoua la tête vers Gu Rong, lui indiquant qu’il devait rester silencieux.

En ce moment, Tang San n’était pas trop intéressé par l’argent, il voulait plutôt obtenir des informations sur son identité. Avec un sourire calme, il dit :
« Si oncle Ning pense que ce prix est trop haut, vous pouvez le baisser. C’est vous qui avez proposé le prix auparavant. Je n’ai rien à redire. »

Ning Fengzhi sourit légèrement :
« Pas la peine de le baisser. Bien que mes mots ne soient pas aussi précieux que de l’or ou de la jade, l’École de la Pagode Cristalline possède encore une certaine réputation. »

Tang San hocha la tête et dit :
« Alors c’est décidé. Oncle Ning, merci pour votre assistance juste avant. S’il n’y a plus rien à discuter, j’aimerais rentrer et me reposer. En ce qui concerne les armes secrètes, je vous prierai de forger cent ensembles de composants d’armes secrètes et de me les livrer ici. Une fois assemblés, je vous les ferai livrer. En ce qui concerne les munitions de ces armes, vous aurez à les forger vous-même. »

Ning Fengzhi ne le retint pas et l’accompagna personnellement hors de la pièce. En même temps, il plaça une carte d’un doré brillant et éblouissant dans sa main. Ning Fengzhi ne dit pas combien d’argent se trouvait à l’intérieur, se contentant de dire à Tang San qu’il s’agissait d’un acompte. Le reste lui serait donné une fois toutes les armes secrètes livrées et assemblées.

Regardant Tang San sortir, Gu Rong ne put s’empêcher de froncer les sourcils,
« Fengzhi, pourquoi lui as-tu promis autant ? Bien que notre École de la Pagode Cristalline soit riche, nous ne pouvons tout de même pas nous permettre ce genre de dépense. »

Ning Fengzhi montra délicatement les plans et dit avec un sourire :
« Ne t’inquiètes pas oncle Osseux. Les plans que m’a donné Tang San sont extrêmement détaillés, en plus d’indiquer les matériaux requis, ils indiquent aussi en détail le processus de création des composants. De plus, il n’y a aucune confusion possible entre les composants, tous sont classés en fonction de l’arme secrète de laquelle ils proviennent. Notre École de la Pagode Cristalline ne manque pas d’artisans talentueux, ne me dis pas que nous ne pourrons pas les assembler. Il me semble que cinq millions de pièces d’or spirituel pour acheter cet ensemble de plans n’est pas de trop. Même si nous n’avions pas ces plans, penses-tu vraiment que cinq millions de pièces d’or spirituel est assez pour payer la Tulipe de Soie Magnifique ? »

Écoutant Ning Fengzhi, l’expression de l’oncle Osseux se détendit et il marmonna :
« Si tu le dis comme cela, ça ne ressemble effectivement pas à une perte. »

Ning Rongrong sur le côté ne put plus se contenter d’écouter et dit :
« Papa, papy Osseux, que manigancez-vous contre mon troisième frère ? »

Ning Fengzhi fusilla Ning Rongrong du regard et dit :
« Sotte, n’appelle pas ça une manigance. En tant que chef de l’École de la Pagode Cristalline aux Sept Trésors, tout ce que fait papa doit être pour l’école. Allez, pars sans nous. N’oublie de continuer à cultiver sérieusement à l’Académie. »

Ning Rongrong fixa son père du regard avec mécontentement, avant de regarder le Douluo Osseux d’un air suppliant. Mais cette fois, celui-ci ne l’aida pas, ne lui montrant qu’une expression pleine de sens et lui indiquant qu’elle devait partir.

Après que Ning Rongrong ait quitté la salle de réunion, les deux seules personnes restantes étaient Ning Fengzhi et Gu Rong. Avec la force de ce dernier, il était impossible pour qui que ce soit de les espionner.

« Fengzhi, qu’est-ce que tu penses de ce gamin ? Est-il vraiment le fils de Tang Hao ? »
Demanda Gu Rong à voix basse.

Ning Fengzhi hocha la tête et dit :
« Je pense que c’est vrai. Le Marteau du Ciel Dégagé de l’École du Ciel Dégagé ne peut pas être imité. Selon ce que je sais, aucun descendant direct n’a quitté l’École du Ciel Dégagé durant ces dernières années, car toute l’école fait profil bas. Seul Tang Hao n’est pas recensé. De plus, cet enfant a admis que le nom de son père est Tang Hao. Si on regarde son âge, il n’y a pas trop de différence. Je ne m’attendais vraiment pas à ce que Tang Hao élève un fils si extraordinaire après avoir quitté l’École du Ciel Dégagé. »

Gu Rong dit avec un sourire ironique :
« Comment pourrait-il ne pas être extraordinaire ? Après tout, les parents de cet enfant sont Tang Hao et cette femme. Ce gosse n’est pas seulement terriblement fort, son esprit est aussi hors du commun. Au vu de sa réaction, il ne connaissait pas l’identité de Tang Hao. La découvrir dans de telles circonstances et quand même réussir à rester calme, ce n’est pas quelque chose qu’un enfant de dix ans devrait être capable de faire. J’ai peur qu’il devienne un nouveau Tang Hao avec le temps. Ne vaudrait-il pas mieux… »

Après ces mots, l’expression de Gu Rong devint sévère et sa main droite mima un couteau coupant quelque chose devant lui.

« Non. »
Ning Fengzhi rejeta résolument la proposition de Gu Rong,
« Oncle Osseux, ne dis jamais plus quelque chose comme ça. Bien que l’École du Ciel Dégagé ait toujours été placée au dessus de notre École de la Pagode Cristalline aux Sept Trésors, les trois sectes supérieures se sont toujours considérées comme des sœurs. Peu importe comment nous abordons le sujet, nous ne pouvons pas faire de mal à cet enfant. Bien que je ne puisse pas deviner la vitesse de développement que cet enfant aura à l’avenir, à en juger par son Esprit double, peut-être que dans quelques années il aura une puissance équivalente au Pontife Suprême. Face à cet enfant, même si nous sommes incapables de le faire rejoindre notre école, nous devons faire tout ce que nous pouvons pour gagner son amitié. »

Gu Rong dit alors quelque peu confus :
« Pourquoi ? Ne me dis pas que nous allons regarder une telle menace grandir ? Si dans quelques décennies il devient un Douluo Unique, l’École du Ciel Dégagé deviendra une secte avec trois Douluos Uniques. Si cela se produit, peut-être serons nous à jamais dominés par eux. »

Ning Fengzhi soupira,
« Ce que tu as dit est tout à fait vrai, mais je me dois de penser encore plus loin. Oncle Osseux, tu n’as pas quitté l’école depuis longtemps et tu ne t’ai jamais occupé des affaires du monde extérieur. Cependant, ne sens-tu pas que le Continent des Maîtres Spirituels a été trop silencieux pendant ces vingt dernières années ? »

L’expression de Gu Rong changea légèrement,
« Chef d’école, que voulez-vous dire ? »

Ning Fengzhi dit :
« Je me souviens encore des vents qui soufflaient et du glissement des nuages du Monde des Maîtres Spirituels de ma jeunesse. Des luttes visibles et invisibles se déroulaient partout. Mais durant ces vingt dernières années, ces troubles ont pratiquement tous disparu. Tout le Continent, du Monde des Maîtres Spirituels aux deux Grands Empires, est terriblement silencieux. Mais je ressens les signes de la pluie de montagne dans les vents nouveaux. Peut-être que dans juste quelques années, la situation du Monde des Maîtres Spirituels va changer. »

Quelque peu incrédule, Gu Rong dit :
« Fengzhi, n’es-tu pas paranoïaque ? Le calme du Continent me semble être quelque chose d’inévitable. Le Monde des Maîtres Spirituels est majoritairement contrôlé par le Hall Spirituel et nos sept grandes écoles, tout le monde ne s’occupe que de ses affaires et la majorité des Maîtres Spirituels décident de suivre un côté ou l’autre. Même si ces deux entités n’existaient pas, il y a toujours les deux Grands Empires et même les royaumes et duchés pour gérer la situation. Il est naturel que tout se stabilise. Quelque chose changerait-il dans cette situation ? »

Ning Fengzhi rit amèrement,
« Si tout se passe comme tu l’as dis, c’est naturellement la meilleure solution. Mais j’ai peur que ce ne soit pas si simple. J’ai déjà découvert de petits indices, mais je ne suis pas encore certain. Tout doit être géré avec précaution. Mais je suis sûr que si quoi que ce soit change sur le Continent, nos sept grandes écoles doivent se serrer les coudes. Je n’ose pas parler pour les quatre sectes inférieures, mais nos trois sectes supérieures ont toujours été sœurs et tant que cette relation est stable, je ne craindrai pas un changement de dirigeant chez l’un d’entre nous. »

 

Partie 3

« Je suis très optimiste pour Tang San ; je crois également qu’en utilisant toutes ses capacités et ses dons, il deviendra un Maître Spirituel hors normes avant longtemps. En y regardant de près, cet enfant est une personne qui n’aime pas être restreinte mais son désir pour l’argent et la gloire est très faible. Sinon, il n’aurait pas offert ces précieuses herbes à ses compagnons. En ce qui le concerne, nous devons seulement avoir une bonne relation avec lui car à l’avenir, il pourrait nous aider. Je pense mais qu’il serait très bon que nous puissions augmenter le statut de notre École de la Pagode Cristalline par le mariage. »

« En faire un parent par mariage ? Mais Rongrong n’a-t-elle pas dit qu’il avait déjà une amie dont il était très proche ? »
Demanda Gu Rong, confus.

Ning Fengzhi sourit indifféremment,
« Peu importe à quel point il est extraordinaire, il reste un enfant et sa volonté est donc loin d’être définitive. Qui sait ce qui pourra changer à l’avenir ? Ne me dis pas que ma fille n’est pas bien pour lui ? Ça reste quelque chose dont on devra s’occuper plus tard, nous devons d’abord observer le développement de cet enfant dans les prochaines années. S’il est capable de garder cette même vitesse, j’aurai naturellement des moyens de régler cette situation. Oncle Osseux, lorsque nous serons rentrés, tu ne dois révéler les informations apprises aujourd’hui à personne, en particulier sur la potentielle origine de l’École du Ciel Dégagé de Tang San. Je ne souhaite vraiment pas que des membres de l’École du Ciel Dégagé le recherchent. Bien que Tang Hao ait quitté l’Académie du Ciel Dégagé, cela reste l’endroit où il a débuté. Même maintenant, il n’y a probablement personne qui oserait dire qu’il ne fait pas partie de la paire de Douluos du Ciel Dégagé. Si Tang San retournait vraiment à l’Académie du Ciel Dégagé, ça ne serait pas bon. »

« Je sais. »
Gu Rong hocha la tête. Il pouvait voir que Ning Fengzhi avait encore des choses dans son cœur qu’il n’avait pas exprimé. Cependant, ces mots n’étaient pas importants pour lui ; ils ne l’étaient que pour Ning Fengzhi, le timonier de l’École de la Pagode Cristalline aux Sept Trésors, afin de tout voir clairement.

Lorsque Tang San revint au dortoir, il découvrit que Oscar, Zhu Zhuqing, Ma Hongjun et Xiao Wu l’attendaient tous ici. De plus lorsqu’il entra, Ning Rongrong arriva en courant de derrière lui.

« Avez-vous quelque chose à me demander ? »
Tang San passa son regard sur tout le monde, son visage révélant une trace de sévérité.

Oscar fut le premier à secouer la tête,
« Je n’ai rien à demander. Tes propres affaires sont tiennes à gérer. Je sais simplement que tu es le troisième frère des Sept Démons de Shrek. »

Ma Hongjun se gratta la tête,
« Je ne suis pas encore sûr de ce qu’il s’est passé donc il n’y a rien à demander. »

De l’autre côté, Zhu Zhuqing prit la parole,
« Tu n’as rien demandé non plus sur nos origines ; chacun a ses secrets qui devraient être considérés comme des informations privées. »

Xiao Wu enchaîna immédiatement,
« Nous sommes seulement inquiets pour toi en tant que personne ; rien d’autre n’a d’importance. Que tu sois revenu sain et sauf, nous sommes déjà soulagés. »

Ning Rongrong s’exclama avec colère,
« Xiao Wu, ne me dit pas que mon père ferait du mal à petit San ? En. Laisse-moi te dire un secret : petit San est devenu riche. Il a vendu cinq cents ensembles d’armes secrètes à mon père pour un total s’élevant à cinq millions de pièces d’or spirituel. »

« Quoi ? »
Oscar entendit cela et bondit immédiatement du lit, se tournant vers Ning Rongrong avec un regard excité,
« Rongrong, où est l’endroit le plus cher de la cité du Dou Céleste ? »

Ning Rongrong eut l’air perdue,
« Que vas-tu faire ? »

Oscar pointa le doigt vers Tang San et dit :
« Battre le tyran local et diviser ses terres évidemment4. »

Ning Rongrong éclata de rire,
« Si tu veux battre un tyran, tu devras d’abord attendre quelque jours. Ne vois-tu pas à quel point troisième frère est fatigué ? Tu devrais essayer de supporter la pression d’un Douluo Spirituel pendant aussi longtemps. »

Oscar jeta un regard facétieux à Tang San,
« Peu importe, il est dans le même dortoir que moi donc il ne peut pas s’enfuir. Bien, puisque petit San est fatigué, vous devriez rentrer et le laisser se reposer. »

Ils acquiescèrent les uns après les autres ; Xiao Wu regarda Tang San avec une expression de grande inquiétude. Cependant, l’esprit de Tang San était alors très perturbé et il ne lui rendit pas son regard.

Une fois que Oscar et les autres furent partis, le seul restant fut Tang San.

Assis sur le lit, il sentit la lumière du soleil apportant une sensation de chaleur, mais son cœur était toujours très confus.

Père. Où es-tu ? Qui peut me dire ce qu’il se passe ? Tout ce que ces gens ont dit est tellement contradictoire : si son père était né dans l’École du Ciel Dégagé et en était même un des deux Douluos Uniques, pourquoi avait-il dégénéré en un alcoolique ? Depuis l’enfance, il n’avait pas donné d’informations sur son esprit. La seul chose qu’il lui avait laissé était ces quelques compétences de forge et la Méthode de Marteau du Vent Fendant le Chaos.

Son père était absent depuis huit ans, que faisait-il ? Comment se faisait-il que même maintenant, il ne soit pas encore venu le chercher ? Tai Tan et son Clan de Force avaient quitté l’École du Ciel Dégagé pour son père. Ainsi, on pouvait déduire que lorsque son père avait quitté l’École du Ciel Dégagé, c’était probablement à cause d’un désaccord entre eux. Ce désaccord était un des points principaux. D’où venait ce désaccord ? Comment sa mère était-elle morte ? Peut-être que tous ces points cruciaux étaient liés à sa mère.

Seul dans la pièce silencieuse, Tang San organisa lentement dans sa tête les informations qu’il avait reçues aujourd’hui et parvint petit à petit à discerner le contour des choses. Cependant, à ce moment, il lui était impossible d’en faire quoi que ce soit et il était incapable de trouver l’élément central de tout cela.

C’était alors que Tang San se démenait dans sa chambre qu’Oscar vivait un des événements les plus importants de sa vie.

Après avoir quitté le dortoir, Xiao Wu était retournée dans sa chambre avec la tête débordante de pensées, Zhu Zhuqing était retournée à sa cultivation et, à la ‘suggestion’ d’Oscar, Bouboule était également parti. À ce moment, il ne restait qu’Oscar accompagnant Ning Rongrong.

« Rongrong, je n’avais pas réalisé que tu reviendrais si vite. Que vas-tu faire à présent ? »
Oscar fit cette remarque en souriant.

Ning Rongrong était un peu perdue et elle répondit :
« Même moi je ne sais pas. J’aimerais cultiver, mais je ne peux arrêter de penser. Père m’a demandé de partir donc je ne sais pas ce que lui et papy Osseux se disent. Peut-être parlent-ils encore avec professeur Zhao. Est-ce mal que je sois revenue aussi vite ? »

Sans la moindre hésitation, Oscar reprit :
« Bien sûr que non. Tu ne le sais pas mais lorsque tu es partie, j’ai eu peur que ton père ne te laisse pas revenir. Cela aurait certainement… »

« Quoi ? »
Ning Rongrong s’arrêta et regarda Oscar d’un air suspicieux.

Avant que Ning Rongrong ne revienne, Oscar avait déjà rassemblé son courage mais à ce moment, devant Ning Rongrong et regardant son petit visage rose, tout son courage l’abandonna sans qu’il sache pourquoi.

« Pourquoi ne le dis-tu pas ! Un grand garçon ne devrait pas être aussi efféminé. »
Incapable de le supporter plus longtemps, Ning Rongrong envoya un coup de pied à Oscar.

Oscar prit finalement son courage à deux mains,
« Ning Rongrong, peux-tu me donner une réponse ? »

« Te donner une réponse ? »
Ning Rongrong sursauta soudainement, déjà consciente de quoi il parlait. Les femmes étaient naturellement vives d’esprit et mûrissaient plus vite que les hommes. Plongeant son regard dans les yeux de pêche emplis d’une lueur étrange, son cœur s’emballa immédiatement.

« Oui, donne moi une réponse. Sinon, j’abandonnerai. Chaque jour lorsque nous sommes ensembles, nous n’y pensons pas, mais lorsque tu es partie, bien que ça n’ait été que pour un jour, j’ai eu l’impression d’être assis sur des aiguilles et des punaises. Je ne pouvais penser qu’à toi. S’il arrive vraiment un jour où tu dois me quitter, je ne sais pas ce que je deviendrai. Il serait mieux d’en finir avec cette douleur plutôt que de prolonger mon agonie. Si tu n’as pas de sentiments pour moi, alors rejette moi maintenant. Je sais que le sentiment de rejet me fera mal pendant un moment, mais cela vaut mieux qu’avoir mal toute ma vie. »

Écoutant Oscar, Ning Rongrong écarquilla les yeux. Elle découvrit qu’Oscar portait non seulement une chemise propre mais qu’il avait également rasé sa barbe. Bien que ces yeux de pêche expriment tout son sérieux, ils donnaient également aux gens la sensation d’être abasourdis et aveuglés. Son beau visage entrait en résonance avec son cœur.

« Tu…pourquoi parles-tu comme ça. Nous sommes encore jeunes. »
Ning Rongrong baissa la tête dans un état de panique, refusant de croiser le regard d’Oscar. Son cœur et son esprit étaient tels deux cerfs se battant et l’espace d’un instant, elle ne sut plus quoi faire.

Oscar leva les mains et attrapa les fines épaules de Ning Rongrong,
« Rongrong, regarde moi. Tout ce dont j’ai besoin est d’une réponse. Peu importe la réponse je peux le supporter. Si nous attendons d’être plus vieux, j’ai peur de ne pouvoir la supporter. »

Il semblait donner un choix très simple à Ning Rongrong : accepter ses intentions ou rejeter ses intentions.

« Mais… »
Le cœur de Ning Rongrong était encore plus confus et en pagaille que celui de Tang San. Sentant la présence d’Oscar, elle ne pouvait vraiment pas le rejeter mais en même temps, elle ne pouvait dire oui. Elle savait que bien que son père soit très aimant et malgré ses deux grand-pères la protégeant, en matière de tradition familiale, son père était intransigeant.

« Il y a encore une place pour moi dans ton cœur, vrai ou faux ? »
Voyant l’attitude à la fois d’acceptation et de refus de Ning Rongrong, Oscar ne put retenir ces mots.

« Je… »
Ning Rongrong aurait voulu pouvoir rejeter Oscar. En regardant la situation logiquement, il n’y avait aucun moyen qu’elle soit avec lui, mais lorsqu’elle voyait le regard enflammé de ces yeux de pêche, son esprit se sentait conforté et elle était incapable de le rejeter.

« Rongrong, il y a encore une place pour moi dans ton cœur, vrai ou faux ? Si tu ne dis rien, ça pourrait être un oui comme un non. Très bien, je ne vais pas te forcer…je ne vais pas te forcer. Je suis encore jeune. Tout ce que tu dois faire est de me faire savoir si j’ai encore une chance. Juste ça sera suffisant. Ne t’inquiète pas, je ferai de mon mieux. Bien que je n’ai pas d’origines grandioses, j’utiliserai mes seuls efforts pour obtenir l’approbation de ton père et pour qu’il me laisse t’épouser. »

  1. Vous êtes recherché…et il est temps de payer pour vos crimes. (Skyrim fandom unite)
  2. Pour rappel, Hao Tian veut dire Ciel Dégagé en chinois, donc Clan Hao Tian = École du Ciel Dégagé.
  3. J’étais autrefois un chevalier Jedi, tout comme ton père Tang San. (Star Wars fans unite). Kenshin il faut arrêter de rassembler tous les fans du monde, il n’y aura plus de place dans le chapitre à la fin
  4. Expression utilisée dans le parti communiste chinois à une certaine époque, c’est la redistribution des richesses en gros.
Cet article comporte 5 commentaires
  1. Mdr la première réf xD

    « -Attendais… Je vous connais ?
    -Vous faites erreur….
    -Il n’y a pas d’erreur ! Vous êtes rechercher, et il est temps de payer pour vos crimes ! »

    Je l’ai souvent eu se truc xD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Contenu protégé
Back To Top