skip to Main Content
Menu

Douluo Dalu – Chapitre 75

 


Cliquez ici pour lire la partie 2
Cliquez ici pour lire la partie 3

Chapitre 75 : L’École de la Pagode Cristalline aux Sept Trésors

Partie 1

Ce n’était pas comme les Maîtres Spirituels à la Tortue Noire qu’avait rencontré Tang San auparavant, qui utilisaient leur carapace comme bouclier.

La méthode qu’avait choisie Tang San était de pénétrer la surface. Bien que les Huit Lances Arachnides ne puissent pas pénétrer en profondeur, il était suffisant de pénétrer la peau.

Comme le disait l’expression « le participant est stupéfait, mais les spectateurs le voient clairement », les étudiants aux alentours, Tai Long compris, virent tous du sang noir sortir des blessures laissées par l’Arbalète Divine de Zhuge et un liquide violet sombre de celles des Huit Lances Arachnides.

Ayant tour à tour chaud et froid, Tai Nuo sentit soudainement sa vision se flouter. Et après qu’il se soit forcé à secouer la tête pour se réveiller, cette sensation ne fit qu’empirer.

« Tu, tu utilises du poison… »

Les Huit Lances Arachnides de Tang San le levaient au-dessus du sol et, regardant Tai Nuo de haut, il dit avec indifférence :
« Le poison est une partie de mes compétences. Veux-tu toujours continuer ? »

Tai Nuo était un Maître Spirituel de pure force extrême et un Maître Spirituel de contrôle avait toujours l’avantage face à ce genre de Maître Spirituel. Bien qu’il existe une énorme différence entre leur pouvoir spirituel, lorsque Tang San utilisait ses compétences de la Secte Tang, alors qu’il était un Maître Spirituel de contrôle, il possédait la vitesse et la toxicité d’un Maître Spirituel d’agilité. De plus, il savait comment parfaitement exploiter ses avantages, cela obligeait Tai Nuo à se mettre immédiatement sur la défensive. L’issue du combat avait déjà été décidée lorsque Tai Nuo avait été touché par les carreaux de l’Arbalète Divine de Zhuge.

Comment Tang San aurait-il pu gâcher six mois dans le Puits Yin Yang de Glace et de Feu ? Toutes les armes que Tang San portait utilisaient un poison différent. Comme l’avait dit Dugu Bo, même de puissants Maîtres Spirituels devraient être prudent face à lui. Les poisons étaient une sorte spéciale d’attaque et afin de défaire un Maître Spirituel utilisant du poison la première chose à faire était de maintenir une défense efficace. Mais Tai Nuo sentait clairement qu’il avait l’avantage et il avait pensé que face à un gamin comme Tang San, il n’aurait qu’à tendre la main et l’attraper. Il ne s’attendait pas à être celui tombant sur un os.

« Tu… »
En essayant de parler, Tai Nuo découvrit que sa langue ne faisait pas ce qu’il voulait. Bien qu’il ait rassemblé son pouvoir spirituel pour résister au poison dans son corps, il avait tout de même souffert de deux poisons l’un après l’autre. Juste avant, il avait utilisé son pouvoir spirituel sous le coup de la colère et avait accéléré la circulation de son sang. Comment pourrait-il maintenant résister ?

Le poison des Huit Lances Arachnides avait été amélioré par l’Herbe de Glace Octogonale Mystérieuse et l’Abricot Délicat du Brasier et bien que ces deux plantes n’aient pas augmenté son pouvoir spirituel, leur poison chaud et froid avaient complètement fusionné avec son pouvoir spirituel, s’ajoutant à celui du Démon Arachnéen à Face Humaine. On pouvait même dire qu’à présent, même Dugu Bo ne pouvait que compter sur sa résistance aux poisons pour neutraliser le poison des Huit Lances Arachnides de Tang San s’il était dans son corps, mais il serait complètement incapable de soigner quelqu’un d’autre.

« Trois. Deux. Un. Tombe. »
Tang San dit quatre mots sans se presser et juste après, le corps massif de Tai Nuo s’effondra au sol, du sang contaminé sortant de ses blessures.

« Tang San, je je serai ton adversaire. »
Une ombre massive tomba des airs, il s’agissait de Tai Long.

Bien qu’il soit difficile pour Tai Long de bouger à l’heure actuelle, ses deux yeux étaient rouges sang. Comme le disait l’expression « Il n’est pas possible de vivre sous le même ciel que l’assassin de son père », après avoir vu le piteux état de son père, Tai Long avait complètement oublié l’écart qui existait entre Tang San et lui.

Avec l’aide des Huit Lances Arachnides, l’agilité de Tang San pouvait même égaler celle de Zhu Zhuqing, une Maître Spirituelle d’agilité, comment pourrait-il se faire attraper par la charge de Tai Long. D’un voix grave, il dit :
« Tai Long, si tu ne veux pas que ton père meurt, arrête immédiatement d’attaquer. Sinon même moi serait incapable de le sauver. »

Bien que Tai Long soit un peu impulsif, il n’était pas pour autant un idiot. Entendant que son père pouvait être soigné, il revint instantanément à la raison et arrêta de poursuivre Tang San.

Les Huit Lances Arachnides percèrent le sol, permettant à Tang San d’arriver à côté de Tai Nuo. Il en leva une et en transperça le dos de Tai Nuo. Faisant circuler son pouvoir spirituel, l’énergie noire dans le corps du Roi Vigoureux, Tai Nuo, pouvait être vu en train de remonter dans les Huit Lances Arachnides.

À cet instant, les expressions des étudiants qui se tenaient autour du trou et regardaient Tang San débordaient de révérence. S’ils ne l’avaient pas vu de leurs propres yeux, comment auraient-ils pu croire qu’un Ancien Spirituel de niveau trente et quelques serait capable de battre un Roi Spirituel proche du niveau soixante ?

Cela ressemblait même à une victoire totale pour eux.

Apparemment, Tai Nuo n’avait eu aucun moyen de contre-attaquer face à Tang San.

Le poison était arrivé rapidement et reparti tout aussi vite. En un instant, du sang rouge coulait déjà des blessures de Tai Nuo. Tang San s’entraînait avec les Huit Lances Arachnides depuis longtemps et maintenant, il pouvait les contrôler parfaitement. Après avoir retiré le poison des Huit Lances Arachnides, il pressa plusieurs points d’acupuncture sur Tai Nuo pour arrêter le saignement.

Tai Long fixa Tang San d’un regard vide tandis qu’il faisait cela.

Si ce matin il avait toujours été incapable d’accepter sa défaite car Tang San et lui avait un pouvoir spirituel de même niveau, maintenant Tang San était déjà devenu une entité inatteignable à ses yeux.

Il ne parvenait pas à comprendre comment avec le même niveau de pouvoir spirituel, ce jeune à l’air ordinaire devant lui pouvait être tellement plus fort que lui. Il n’était pas étonnant que Xiao Wu l’ait choisi à sa place.

Tai Long ne pouvait pas savoir que l’écart entre Tang San et Tai Nuo, même s’il était de vingt et un niveau de pouvoir spirituel, pouvait déjà être réduit de dix niveaux par l’Os Spirituel externe de Tang San et l’être encore plus grâce aux techniques de la Secte Tang.

De plus, Tai Nuo n’avait même pas pu utiliser sa cinquième compétence spirituelle. En somme, tout ce combat avait été sous le contrôle de Tang San.

Il avait sans aucun doute réussi à faire montre de la technique de combat d’un Maître Spirituel de contrôle. Celle qui consistait à contrôler la situation avec la précision d’une calculatrice.

Rentrant les Huit Lances Arachnides dans son dos, Tang San hocha la tête vers Tai Long,
« Bien, j’ai déjà retiré le poison. Mais il devrait se sentir un peu faible dans les prochains jours. Fais-le se reposer pendant trois jours une fois rentré. Il ne doit pas s’énerver, pas utiliser de pouvoir spirituel et il récupéra naturellement. Aussi, ton père a créé ce trou, tu t’en occupes. »

Tai Long regarda Tang San avec une expression compliquée. Prenant appui sur le mur du trou, il retourna à la surface en deux sauts .

Avec un tel vacarme aux portes de l’académie, comment les professeurs auraient-ils pu ne pas être alertés ? Mais, le temps qu’ils arrivent, le combat était déjà terminé et ils ne virent que Tang San utiliser l’Arbalète Divine de Zhuge avant de maîtriser son adversaire avec les Huit Lances Arachnides.

Ils en oublièrent même d’arrêter le combat.

Alors que Tang San sortait du trou, il fut tout de suite entouré par plusieurs professeurs voulant lui parler. Tang San utilisa instantanément l‘Ombre Fantôme Brouilleuse de Traces pour passer au travers de la foule et en quelques bonds, il avait déjà disparu.

« Ge, attends-moi. »
Le visage de Xiao Wu était quelque tordu d’inquiétude tandis qu’elle courrait après Tang San.

Mais les professeurs ne pouvaient pas juste partir comme cela. Qu’il s’agisse du trou géant dont ils ne savaient pas s’ils devaient rire ou pleurer ou les nombreux étudiants rassemblés ici, tout devait être géré par eux.

Tang San retourna directement à son dortoir. Comme à l’Académie Shrek, il partageait sa chambre avec Oscar ici aussi. À ce moment, Oscar n’était pas là, en train de faire quelque chose d’inconnu.

Au moment où Tang San entra dans la chambre, avant même qu’il arrête de marcher, il vomit du sang. Son expression au départ sereine était déjà devenue pâle.

En effet, Tang San avait battu Tai Nuo, mais cette victoire avait été dangereuse. Il s’agissait après tout d’un adversaire ayant vingt niveaux de plus que lui. De plus, la force de Tai Nuo était vraiment un peu excessive. Encore plus important : Tang San ne connaissait pas les compétences spirituelles de son adversaire.

Quand Tai Nuo avait utilisé sa quatrième compétence spirituelle, « Séisme de Force », bien que Tang San ait réagi très rapidement, il n’avait pas réussi à l’éviter complètement. Les flots d’énergies débordants et le sable et les pierres giclant du sol lui avaient tous causé beaucoup de dégâts. Mais il avait réussi à dissimuler sa réaction, cachant l’état de ses blessures sur le moment.

Tang San savait que s’il n’avait pas eu son corps forgé par le Puits Yin Yang de Glace et de Feu pendant six mois, en plus de la transformation de l’Herbe de Glace Octogonale Mystérieuse et de l’Abricot Délicat du Brasier, il n’aurait pas pu supporter ne serait-ce qu’une seule attaque et aurait été instantanément vaincu.

Même avec sa résistance, il avait été à peine capable de résister à l’attaque de son adversaire. Tang San était loin d’aller bien, les canaux d’énergie dans son corps semblaient brûler. Malgré le soutien de son pouvoir spirituel et des Huit Lances Arachnides, après avoir attaqué Tai Nuo, il avait déjà été une flèche en bout de course.

Après avoir à peine réussi à absorber le poison dans le corps du Roi Vigoureux, comment aurait-il encore pu rester sur place ? Il ne pouvait expliquer la situation aux professeurs et revint directement au dortoir.

Jusqu’à maintenant, où il se détendit.

Se tenant là, cherchant son souffle, Tang San ne put retenir un soupir. Malgré les herbes immortelles qu’il avait pris et l’aide des Huit Lances Arachnides ainsi que des techniques de la Secte Tang, cet écart de pouvoir spirituel n’était pas si facile à surmonter.

Si par un quelconque hasard, il avait rencontré un adversaire dont l’Esprit contrait le sien, il n’aurait pas pu obtenir la victoire.

Cependant, le combat d’aujourd’hui avait permis à Tang San de vérifier quelque chose : l’autre compétence des Huit Lances Arachnides, Drain.

Depuis son premier test des Huit Lances Arachnide, Tang San avait pu sentir que celles-ci semblaient avoir absorbé un peu d’énergie du gros arbre. Et lorsqu’il les avait utilisées par la suite, Tang San avait découvert qu’une fois que les Huit Lances Arachnides avaient transpercé son adversaire, elles absorbaient une certaine quantité d’énergie et la lui transférait. Bien que ce ne soit pas très visible et qu’en plus, l’énergie se disperse après un certain temps, cet effet existait bel et bien.

Comme maintenant, que ce soit quand Tang San avait transpercé Tai Nuo ou quand il avait enlevé la toxine, il avait ressenti ce genre de sensation. L’absorption des Huit Lances Arachnides semblait drainer l’énergie de son adversaire et une fois absorbée celle-ci pouvait persister une heure environ.

Il n’avait jamais drainé de manière délibérée, cette énergie était juste quelque chose que les Huit Lances Arachnides lui fournissaient.

Tang San voulait vraiment essayer quelque chose, voir ce qu’il se passerait s’il drainait complètement un adversaire. Mais il était après tout très rare de rencontrer un adversaire qu’il devait tuer et dans le cas où le Drain des Huit Lances tuerait son adversaire, cela serait un grave crime envers ses qualités intérieures.

Le conflit d’aujourd’hui avec le père et le fils Tai n’était rien de plus qu’un conflit ordinaire.

« Ge, tu vas bien ? »
Xiao Wu entra avec force par la porte et après un regard à Tang San en train de cracher du sang, elle se dépêcha d’aller le soutenir.

Tang San secoua la tête en souriant,
« Ce n’est rien, juste un léger choc. Le père de Tai Long est un des plus puissants Maîtres Spirituels que j’ai rencontré. Un tel Maître Spirituel de force a forcément cultivé de manière extrême, s’il avait été un tout petit peu plus rapide, j’aurais peut-être perdu. »

Xiao Wu amena Tang San jusqu’à son lit et dit,
« Ge, tu as réussi à dominer un Roi Spirituel. Ça a fait beaucoup de bruit à l’Académie. Si tu n’avait pas fui aussi rapidement, à l’heure actuelle tu serais encerclé par une horde d’étudiants et de professeurs. Quand j’ai commencé à te suivre, j’ai vu des professeurs discuter avec Tai Nuo. Je me suis battu avec beaucoup de gens à l’Académie de Nuoding, mais je n’avais encore jamais vu arriver la famille de quelqu’un. Ge, cette fois tu as battu le père de Tai Long, son grand-père ne va quand même pas venir ? »

Après avoir dit cela, Xiao Wu ne put s’empêcher de sourire. Tang San sourit également. Sa première impression du père de Tai Long n’était pas mauvaise et si celui-ci n’avait pas insulté Xiao Wu, Tang San n’aurait pas utilisé d’attaque empoisonnée aussi puissante. Même Tang San n’osait pas croire qu’il pouvait battre un Roi Spirituel.

Xiao Wu regarda Tang San qui était assis en face d’elle sur le lit et dit, mécontente :
« Je ne sais pas où est allé cet Oncle à la Grande Saucisse. Il n’est pas là juste quand on a besoin de lui. »

Tang San inspira profondément, ses organes internes se contractant. Il savait que ses blessures n’étaient pas légères :
« Xiao Wu, retourne te reposer. J’aimerais cultiver un peu pour alléger les blessures de mes canaux d’énergie. »


Partie 2

« Non, je ne pars pas, je reste ici pour te surveiller, sinon que feras-tu si quelqu’un vient te chercher des noises ? Ge, cultive, je vais monter la garde. »

Tang San hocha la tête et s’assit en tailleur sur le lit, accumulant la Technique Céleste Mystérieuse dans son corps et la faisant lentement circuler.

Tai Nuo quitta finalement l’académie en s’appuyant sur Tai Long. Il ne se rappelait plus de la dernière fois où il s’était senti aussi faible. Bien que le poison ne soit plus là, il l’avait tout de même épuisé au point où même marcher était un problème.

Humiliation, disgrâce, souffrance, réticence, toutes sortes d’émotions emplissaient sa poitrine. Comment aurait-il pu s’attendre à rencontrer un os et à perdre face à un jeune même pas encore niveau quarante. Ce genre de sensation était encore plus difficile à supporter que la douleur physique.

Tai Long soutenait son père de son bras, n’osant pas prononcer un seul mot. Dès que Tai Nuo avait présenté l’argent pour réparer le sol devant l’Académie, les professeurs les avaient laissés partir. Ils leur avaient même accordé un prix réduit parce qu’il était étudiant à l’Académie.

Heureusement, l’Académie Shrek n’était pas proche du centre ville et, malgré le vacarme, ils n’avaient pas attiré l’attention des gardes.

Tai Long comprenait l’humeur actuelle de Tai Nuo par expérience, il avait ressentit à peu près la même chose lorsqu’il s’était fait tabasser par Tang San. Mais son père était plus fort et plus vieux que lui et son douleur en serait naturellement plus grande.

« Papa, ça va ? »
Tout en s’écartant, Tai Long demanda prudemment. Il était habitué au tempérament tempétueux de son père.

Mais il fut surpris de constater que son père ne déchaîna pas sa colère sur lui et avait une expression très sereine,
« Fils, ta défaite n’était pas injuste, même ton père n’a pas réussi. Il n’est pas étonnant que tu n’aies pas pu le battre. »

Tai Long secoua la tête avec l’air vague,
« Il est arrivé en cours pour la première fois aujourd’hui. Je, je l’ai vu s’asseoir à côté de Xiao Wu, c’est pourquoi je l’ai provoqué. Tu sais que j’aime Xiao Wu. »

Tai Nuo fixa Tai Long,
« Pour une femme, tu n’as pas hésité une seule seconde. Comme tu ressembles à ton père au même âge. Mais tu n’as pas fait d’erreur, pour la femme que tu aimes, tu dois avancer bravement. À l’époque, c’est comme ça que j’ai attiré ta mère. Mais je provoquais également beaucoup de Maîtres Spirituels plus forts que moi. Comme tu dois être vexé d’être incapable de battre quelqu’un de plus jeune que toi, ce n’est pas seulement le résultat d’un travail acharné. »

Tai Long opposa prudemment,
« Mais père, il semble que je sois celui qui cultive le plus vite dans l’histoire du clan, même toi à mon âge n’était pas aussi fort. »

« Vaurien, qu’essaies-tu de dire ? »
Tai Nuo gronda.

Tai Long répondit avec impuissance,
« Ce que je veux dire est que ce n’est pas que ton fils n’est pas à la hauteur de tes attentes, mais plutôt que l’adversaire est trop fort. Je ne sais vraiment pas comment ce gamin a cultivé, il ne semble pas avoir plus de quinze ans, comment peut-il avoir un pouvoir spirituel si redoutable ? Ne me dit pas qu’il vient d’une des sept grandes écoles ? »

À ces mots, Tai Nuo ne put retenir un frisson dans son cœur et il baissa la voix,
« Rentrons d’abord. À ma connaissance, il n’y a pas de formidable école dotée de l’Herbe Bleu-argentée. Je ne m’attendais pas à ce que cet Esprit puisse devenir aussi redoutable. En particulier ces derniers brins qu’il a utilisés, même ma défense n’a pas pu les bloquer totalement, sinon je n’aurais pas été empoisonné. Allons-y, nous demanderons à ton grand-père, peut-être saura-t-il. »

« Papy ? »
Le visage de Tai Long devint immédiatement amère,
« Pas besoin. Père, nous avons tous deux tellement perdu la face, si papy l’apprend, il ne se contentera pas de nous tirer les oreilles. En plus, si par hasard notre ancien s’en va à l’Académie comme toi, je ne pourrai plus continuer d’y étudier. »

Tai Nuo renifla,
« Une des forces de notre clan est de protéger les points faibles et alors ? Tu as une objection ? Nous devons informer ton grand-père de cela. Je ne crois toujours pas que ce gamin puisse être si fort. Écoute ce que disent les anciens, rendre visite pour chercher des ennuis n’est pas perdre la face. Perdre la face, c’est chercher des ennuis et quand même laisser les autres partir sans conséquence. Si ton père ne peut évacuer cette colère, elle m’étouffera à mort. »

Les deux silhouettes robustes s’éloignèrent petit à petit dans le lointain. Le père et le fils, tous deux le visage gonflé comme celui d’un cochon et pâle comme un linge. C’était vraiment une silhouette misérable après l’autre.

……

École de la Pagode Cristalline aux Sept Trésors

Ning Rongrong était assise sur un canapé dans le hall principal et balançait constamment ses fines jambes. Ses lèvres rouges étaient si fortement retroussées en une moue qu’on aurait pu y suspendre une jar de sauce soja.

Elle était revenue depuis plus d’une demie journée mais il n’y avait toujours pas l’ombre de son père et son excitation s’atténuait peu à peu.

Devant Ning Rongrong se trouvait un vieil homme avec un visage décrépi, sirotant lentement du thé. Bien qu’il soit assis, sa carrure restait impressionnante. Ce n’était pas qu’il avait une robustesse de muscles saillants, mais toute sa silhouette était étonnante.

Ses vêtements semblaient posés directement sur son squelette, ses muscles et sa peau étaient flétris, ses orbites étaient deux puits profonds qui la nuit, donnaient à sa tête l’apparence d’un crâne. Sur son scalpe ne se trouvaient que de rares cheveux gris. Partout où il pouvait être laid, il l’était.

« Ma petite princesse, ne sois pas en colère. Je suis sûr que ton père sera bientôt de retour. »
Le vieil homme décrépi reposa sa tasse de thé et s’adressa à Ning Rongrong.

Sa voix était très rauque, semblable au vent dans les feuilles mortes, donnant un mauvais pressentiment à ceux l’écoutant.

Ning Rongrong bondit du canapé, courant pour s’asseoir sur les genoux du vieil homme. Avec sa peau douce, à côté de l’immense vieil homme, elle ressemblait à une poupée. Levant les mains, elle attrapa les cheveux blanc du vieil homme,
« Je m’en fiche, j’ai été absente si longtemps et lorsque je rentre si difficilement, papa n’est pas là. Ne se cache-t-il pas délibérément de moi ? Papy Osseux, tu dois prendre ma défense. »

La peau ridée sur le visage du vieil homme tressauta et, ne sachant pas s’il devait rire ou pleurer, il dit :
« Ma petite princesse, tu ne devrais pas jouer avec cette herbe fanée sur la tête de ton papy Osseux. Sinon je vais vraiment finir chauve et ton satané papy Épée va encore plus se moquer de moi. Tu veux que je te soutienne, mais que puis-je faire, ne me dis pas qu’il y a encore quelqu’un dans l’École qui oserait t’embêter ? »

Ning Rongrong réfléchit avant de dire :
« Pour ça aussi. Hmpf, en tout cas, quand papa rentrera, il a intérêt à me donner quelque chose de bien pour me calmer. Papy Osseux, tu devras te mettre de mon côté. »

Afin de conserver ses quelques mèches de cheveux, le vieil homme décrépi n’eut d’autre choix que d’acquiescer sans arrêt avec impuissance. S’il était vu à ce moment par d’autres personnes du monde des Maîtres Spirituel, qui sait à quel point ces personnes seraient choquées. Que le plus secret des Douluos Uniques, le Douluo Osseux, se fasse traiter ainsi par une petite fille, peut-être ne le croiraient-ils pas même si on leur disait.

« Je savais que papy Osseux était le meilleur. »
Ning Rongrong ne sembla pas trouver que ce papy Osseux était laid, l’embrassant avec force sur la joue avant de sauter de ses genoux.

Regardant l’animée Ning Rongrong, une indulgence affectueuse apparut dans les yeux du Douluo Osseux. On pouvait dire qu’il avait regardé Ning Rongrong grandir et que l’attitude d’enfant gâtée de cette petite démone avait été causée par lui et l’autre grand-père de Ning Rongrong, Épée.

« J’ai entendu que notre petite démone est de retour ? Où est-elle, Rongrong, viens vite, laisse papa te voir. »
À ce moment, quelqu’un arriva enfin à la rescousse.

Entendant cette voix, Ning Rongrong voulut d’abord courir à sa rencontre avec excitation mais, se rappelant qu’elle était toujours en colère, elle s’empressa de se tourner dans l’autre direction, tournant le dos à la porte.

Cette apparence charmante était plutôt amusante pour le Douluo Osseux assis dans le sofa.


Partie 3

Un homme d’âge moyen, timide et élégant, entra dans le hall en compagnie d’un vieil homme habillé de blanc. Si Tang San et Xiao Wu avaient été là, ils l’auraient certainement reconnu comme la personne qu’ils avaient rencontré à la maison des enchères auparavant, celle que même le prince Xue Xing n’osait pas provoquer.

Et cet homme était également le père de Ning Rongrong, le Maître de l’École de la Pagode Cristalline aux Sept Trésors, possédant le titre de plus grand Maître Spirituel de Soutien du Continent, Ning Fengzhi.

Celui-ci regarda sa fille et s’avança avec hâte,
« Idiote, que fais-tu avec le dos tourné à papa. Ça fait un an. Tu as tellement manqué à papa ! »

Ning Rongrong se retourna promptement,
« Je t’ai manqué ? Ce serait un miracle que tu n’ai pas rêvé que je reste loin de la maison. »

Ning Fengzhi, voyant sa fille être aussi cinglante, sentit son cœur sombrer. S’asseyant d’abord sur le canapé, il tendit une main pour attraper sa fille, mais fut surpris de voir Ning Rongrong tourner et l’esquiver.

Ne pas réussir à attraper sa fille surprit Ning Fengzhi. Bien qu’il soit un Maître Spirituel auxiliaire, atteindre un niveau de pouvoir spirituel supérieur à soixante-dix avait quand même un puissant effet de transformation sur le corps, le rendant beaucoup plus fort que des gens ordinaires.

Ning Rongrong avait hérité de son Esprit et appartenait également au système auxiliaire. Bien qu’il n’ait qu’essayé de l’attraper au passage, il n’avait pas été lent, mais il avait été si facilement esquivé par sa fille.

Ning Rongrong ne s’était pas aperçu du choc de son père et elle se tourna directement vers ce vieil homme vêtu de blanc, se jetant dans ses bras,
« Papy Épée, papy Épée, j’aurais pu mourir tant tu m’as manqué. Wuuuu… »
Revoyant sa famille après si longtemps, Ning Rongrong n’était après tout qu’une petite fille et, émue, elle se mit à pleurer.

Le vieil homme en blanc la serra immédiatement dans ses bras,
« Gentille fille, mon petit ange, tu es revenue, tu as aussi manqué à papy Épée ! Tu m’as manqué désespérément. »

Ning Rongrong leva la tête,
« Vraiment ? »

Le vieil homme reprit :
« Bien sûr vraiment, si tu ne me crois pas demande à ton papy Osseux. »

Ning Rongrong cligna de ses grands yeux clairs,
« Mais, à l’instant, papy Osseux m’a dit que que je lui avais manqué plus qu’à toi. »

« Conneries. »
Le vieil homme en blanc fut sans pitié avec le vieil homme flétri,
« Clairement c’est à moi que tu as le plus manqué. »

« Tu dis de la merde. »
Le vieil homme flétri se leva soudain du canapé. Sa taille atteignait un terrifiant deux mètres cinquante et avec sa voix éraillée, il était encore plus effrayant.

« Pas convaincu ? Allons-y, trouvons un endroit où régler ça. »
Le vieil homme en blanc bonda le torse, fusillant l’autre du regard sans aucune peur.

« Très bien, très bien, oncle Osseux, oncle Épée, vous vous êtes battus toute votre vie. Rongrong vient juste de rentrer, oubliez ça pour aujourd’hui. »

« Hmpf. »
Les deux hommes reniflèrent presque simultanément. Ils n’échangèrent pas un coup d’œil et leur regard se posa sur Ning Rongrong.

Les yeux de cette dernière étaient grands et ronds,
« J’ai un moyen pour prouver auquel de mes papy j’ai le plus manqué. »

Ning Fengzhi claqua sa main sur son front. Une petite démone était après tout une petite démone, et la maison était à nouveau animée dès qu’elle y rentrait. Il ne put s’empêcher de dire :
« Rongrong, ne soit pas irresponsable. »

Celle-ci tira la langue à son père, elle n’avait clairement pas peur de lui. Autrement, on ne l’appellerait pas une petite démone en premier lieu,
« Je ne t’ai pas manqué et tu ne veux même pas que je manque à mes papys ! J’ai fais un long voyage et tu n’étais même pas à la maison. Papys, voilà ma méthode, vous m’offrez tous les deux un cadeau, et celui dont je préfère le cadeau sera celui à qui Rongrong a le plus manqué. »

« Eh… »
Les deux vieux hommes se regardèrent, repensant intérieurement à comment ils venaient d’être manipulés.

Ning Fengzhi retint un sourire et dit :
« Allez Rongrong, viens vite ici. Laisse papa te regarder. Qui a dit que tu ne m’avais pas manqué ? Papa t’a préparé un cadeau, mais si tu n’es pas sage tu ne l’auras pas. »

« Un cadeau ? Qu’est-ce que c’est ? »
Entendant le mot cadeau, Ning Rongrong fut tout de suite clairement intéressée et courut jusque devant son père.

Ning Fengzhi leva calmement la main pour tirer sa fille vers lui, mais qui aurait pu s’attendre à ce qu’elle se retourne à nouveau, évitant encore sa main. Elle dit en faisant la moue :
« Le cadeau d’abord, sinon pas de câlin. »

Cette fois-ci, non seulement Ning Fengzhi fut surpris, mais les deux vieux hommes aussi ne purent s’empêcher de se regarder l’un l’autre avec choc.

À cause de la nature spéciale de la Pagode Cristalline aux Sept Trésors, même un Douluo Unique ne pouvait pas savoir quel niveau elle avait atteint.

Le cœur de Ning Fengzhi trembla et il demanda :
« Rongrong, dis d’abord à papa quel niveau tu as atteint. Si tu as fait des progrès, papa peut te donner le cadeau. »

Entendant son père demander son niveau de pouvoir spirituel, Ning Rongrong fut tout de suite très fière,
« Papa, mon talent inné est encore meilleur que le tien. Je n’ai pas fait l’andouille cette année. Mon pouvoir spirituel n’a pas tant augmenté que ça, juste dix niveaux. »

« Si peu. Rongrong, tu dois travailler dur. Attends, combien as-tu dit ? »
Ning Fengzhi ne connaissait sa fille que trop bien. Depuis l’enfance, ce qu’elle aimait le moins était cultiver. Bien qu’elle ait du talent, elle avait toujours dû être forcée à s’entraîner à l’aide de divers cadeaux.

Lorsqu’il se rendit compte que Ning Rongrong avait dit dix niveaux, son expression se fit incrédule.

Ning Rongrong cligna plusieurs fois de ses grands yeux et dit à son père très innocemment,
« J’ai dit dix niveaux ! Ce n’est pas beaucoup, mais j’ai travaillé dur. »

la voix de Ning Fengzhi changea alors un peu,
« Dix niveaux ? Quand tu es parti, tu étais niveau vingt-sept. Tu dis donc que tu es déjà niveau trente-sept ? Tu ne dois pas me mentir. »

Ning Rongrong dit :
« Méchant papa, tu ne me crois pas. Même si Ning Rongrong était un peu vilaine avant, je ne mentirais jamais. Si tu ne me crois pas, je peux laisser papy jeter un œil. »
Tout en parlant, elle courut directement vers le vieil homme en blanc et tendit sa petite main.

Le vieil homme en blanc attrapa la main de Ning Rongrong et peu de temps après, son expression s’emplie de surprise,
« Fengzhi, c’est vrai. Le pouvoir spirituel de la petite a atteint le niveau trente-sept. C’est vraiment trop incroyable. Je n’ai jamais entendu parler de quelqu’un qui pouvait gagner dix niveaux en un an. Même cet enfant appelé le plus jeune des Maîtres Spirituels ne pouvait pas le faire. Ne me dis pas que Ning Rongrong est vraiment une génie ? Ou que cette Académie Shrek est si impressionnante ? »

Ning Rongrong dit avec curiosité,
« Papy Épée, comment sais-tu que j’étais à l’Académie Shrek ? »

Le vieil homme en blanc dit :
« Comment pourrais-je ne pas le savoir ? Tu es le trésor chéri de nos cœurs. Ton papa a toujours su où tu te trouvais. »

L’expression de Ning Fengzhi devint sérieuse. Lui et les deux invités du clan devant lui connaissaient très bien le processus de cultivation d’un Maître Spirituel.

Un Maître Spirituel voulant augmenter sa cultivation devait le faire pas à pas. Le faire trop rapidement mènerait à des dangers mortels.

Le Monde des Maîtres Spirituels possédait aussi une méthode de cultivation malfaisante, qui échangeait la vitalité d’une personne contre une augmentation de la vitesse de cultivation. Il ne souhaitait absolument pas que ce genre de technique soit enseigné à sa fille.

Si tel était le cas…

Pensant à cela, une énergie mortelle apparut dans les yeux de Ning Fengzhi.

Le vieil homme en blanc et le vieil homme flétri pensèrent également à cette possibilité et leur expression sombrèrent simultanément.

Ning Rongrong regarda ses deux grand-pères, puis son père et dit quelque peu perplexe,
« Qu’est-ce qu’il vous arrive ? Pourquoi vous ne dites rien ? »

Ning Fengzhi se leva et marcha vers sa fille,
« Rongrong, raconte-nous immédiatement tout au sujet de la cultivation à l’Académie Shrek durant cette année, tu n’as pas le droit d’omettre quoi que ce soit. Je veux savoir comment tu as pu progresser aussi vite. »

Si sa fille avait cultivé avec ce genre de technique malfaisante, cela ne faisait qu’un an. En tant que premier érudit des Maîtres Spirituels auxiliaire, il aurait peut-être un moyen de la contrer.

Perplexe, Ning Rongrong regarda son père,
« Papa, quelque chose ne va pas ? J’ai cultivé comme il faut. Tu peux me dire que je suis feignante, mais j’ai gagné tant de pouvoir spirituel maintenant, pourquoi es-tu si nerveux ? »

Ning Fengzhi dit d’un air grave :
« J’ai peur que tu aies fait un faux pas. Papa ne rigole pas. Raconte-moi vite ton processus entier de cultivation. »

Même si Ning Rongrong n’avait pas peur de son père, quand il était vraiment sérieux elle avait tout de même peur,
« Au départ, j’ai fuis jusqu’à l’Académie Shrek. Après m’être inscrite, j’ai découvert que j’étais la plus faible des élèves. »

Ning Rongrong commença à raconter tout ce qui s’était passé depuis qu’elle était arrivé à l’Académie Shrek, donnant un rapport précis de son processus de cultivation à l’Académie. Elle ne décrit qu’en quelques phrases les Sept Démons de Shrek.

Quand Ning Rongrong dit que les autres Démons de Shrek l’avaient exclue au début, le vieil homme flétri ne put s’empêcher de dire :
« Rongrong, es-tu sûr que tu ne te trompes pas ? Tous ces enfants étaient plus forts que toi ?

Ning Rongrong gloussa,
« Je savais que tu ne me croirais pas. Notre Doyen, Flender, a une expression : l’Académie Shrek n’accepte que les monstres, pas les gens ordinaires. Il nous appelle les petits monstres. »

Le vieil homme en blanc dit :
« Si cela est vrai comme tu le dis, alors tes petits camarades sont vraiment des petits monstres. L’Académie mérite vraiment sa réputation. Mais même avec cela, je ne peux toujours pas croire qu’ils ont réussi à t’apprendre comment cultiver dix niveaux en un an.

Ning Rongrong dit :
« Écoute donc… »
Elle parla alors de Grand maître arrivant à l’Académie Shrek et qui avait commencé à diriger leur entraînement. Écoutant sa description, Ning Fengzhi et les deux vieux hommes révélèrent peu à peu des expressions de compréhension. En même temps, ils ne purent s’empêcher de se sentir admiratif.

Ning Rongrong raconta jusqu’au moment où ils étaient arrivé à l’Académie Shrek pour cultiver,
« … Il y a deux mois, après que j’ai atteint le niveau trente, j’ai obtenu mon troisième Anneau Spirituel avec l’aide des professeurs. »


 

Cet article comporte 7 commentaires
  1. dans la partie 1 , il y a une petite faute « Si par un quelconque hasard, il avait rencontré un adversaire dont l’Esprit contrait le tien, il n’aurait pas pu obtenir la victoire. » ce ne serai pas plutot « le sien » car perso j’ai pas d’esprit ( c’est quand Tang san rentre dans sa chambre et juste après qu’il est écrit qu’il se détends.) Sinon merci beaucoup car j’attendais la suite depuis si longtemps

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Contenu protégé
Back To Top