skip to Main Content
Menu

Douluo Dalu – Chapitre 73

 


Cliquez ici pour lire la partie 2
Cliquez ici pour lire la partie 3

Chapitre 73 : Vente aux enchères du Dou Céleste

Partie 1

Voyant les deux personnes s’approcher, l’une des quatre jeunes femmes fit trois pas en avant pour les accueillir, s’inclinant légèrement en parlant :
« Chers invités, puis-je vous aider d’une quelconque manière ? »

Xiao Wu répondit :
« Il s’agit de la maison de vente aux enchères. Nous voulons entrer y jeter un coup d’œil. »

La jeune femme fut surprise, bien qu’elle ne méprise pas Tang San et Xiao Wu à cause de leur âge, c’était tout de même la première fois qu’elle voyait ce genre de visiteurs. Mais elle reprit tout de même patiemment,
« Seuls les invités disposant d’un certificat de leur capacité d’offre peuvent entrer dans l’enceinte de la maison pour participer aux enchères. Il y a plusieurs niveaux de certification et la limite pour entrer est de dix mille pièces d’or spirituel. En d’autres termes, vous devez prouver que vous disposez d’une quantité d’or suffisante pour participer aux enchères. C’est nécessaire afin de s’assurer que personne ne participe juste pour faire monter les prix, sans intention d’acheter. Veuillez pardonnez la gêne occasionnée. »

Xiao Wu tourna la tête vers Tang San,
« Ge, as-tu dix mille pièces d’or spirituel ? »

Tang San secoua la tête avec impuissance. Bien qu’il ait beaucoup gagné dans la Grande Arène Spirituelle, dix mille pièces d’or spirituel restaient beaucoup trop.

Voyant l’expression déçu de Xiao Wu, Tang San ne put s’empêcher de demander :
« N’y a-t-il aucun autre moyen d’entrer ? »

La jeune femme repris :
« C’est en effet possible sous une autre condition : si vous vendez quelque chose, vous pouvez également entrer dans la maison des enchères. Mais vendre quelque chose requiert de passer l’évaluation de nos experts, qui doivent donner à votre objet une valeur supérieur à dix mille pièces d’or. Si la vente est couronnée de succès, nous prendrons dix pourcent du prix de vente comme commission. »

Vendre quelque chose ? Tang San et Xiao Wu échangèrent un regard et le cœur de Tang San tressauta. Fouillant sa poche de poitrine, il en sortit quelque chose.

Il s’agissait d’une petite boite noire, d’environ une paume de long et sur laquelle étaient attachés des anneaux et des verrous. Le corps de la boite était totalement noir et l’avant était percé de petits trous.

« Nous vendrons ceci. »
Tang San dévoila la petite boite dans sa main.

« Qu’est-ce que c’est ? »
La jeune femme ne se montra pas dédaigneuse lorsque Tang San sortit cette chose. Ayant travaillé ici pendant quelques temps, elle savait que parfois, plus une chose était étrange, plus elle était précieuse.

Xiao Wu feint un air mystérieux,
« N’avez-vous pas des experts ? Vous avez dit précédemment que vous aviez des experts qui évalueraient les biens n’est-ce pas ?

La jeune femme réalisa que cela dépassait ses compétences et elle s’empressa de les inviter de la main,
« Suivez-moi s’il vous plaît. »
En parlant, elle se dirigea vers la maison des enchères à petits pas.

L’intérieur ne dégageait pas de sensation de splendeur glorieuse. Le sol était en marbre blanc laiteux et sur les murs se trouvaient tous types de reliefs. Les sculptures n’étaient pas très colorées, d’apparence simple et franche, extrêmement élégantes. Au-delà des différents reliefs se trouvaient des vitrines accrochées aux murs qui contenaient des porcelaines, des armures et autres types de biens d’exposition. S’ils n’avaient pas connu à l’avance la fonction de ce bâtiment, Tang San et Xiao Wu l’aurait probablement pris pour un musée. La jeune femme les guidant le fit de manière très professionnelle, s’arrêtant environ tous les dix pas pour les inviter à la suivre d’un geste, leur montrant de manière précise le chemin. Elle emmena Tang San et Xiao Wu directement sur le côté du hall, là où un panneau ‘estimation’ était accroché au-dessus d’une porte.

Derrière cette porte se trouvait une série de tables, derrière lesquelles se trouvaient huit experts en robe noire, tous d’âge différent, qui évaluaient en hâte différents biens.

La jeune femme s’adressa à Tang San et Xiao Wu,
« Il s’agit de la pièce réservée aux estimations ordinaires. Si je puis me permettre, j’aimerais vous demander les caractéristiques de votre objet. »
En parlant, elle guida ces deux jeunes invités vers un expert sur leur gauche avant de lui tendre la petite boîte noire.

« Expert numéro un, je vais vous déranger. Ces deux invités souhaitent mettre cet objet en vente. »

L’expert en question reçu de manière inconsciente la boîte métallique. Lorsque son regard tomba dessus, son visage afficha immédiatement une expression étonnée et la retournant entre ses mains, il dit :
« Pardonnez mon ignorance, puis-je savoir de quoi il s’agit ? Elle est de facture extrêmement élaborée, mais j’ignore qu’elle en est l’utilité ? »

Tang San sourit légèrement,
« Je l’appelle l’Ombre Emplie de Poudre1, c’est un genre d’arme.

« Une arme ? »
L’expert fut encore plus ébahi, c’était la première fois qu’il voyait une arme aussi délicate. Au départ, il n’avait vu Tang San et Xiao Wu que comme une paire de jeune gens mais son dédain s’était à présent totalement envolé,
« Est-il possible d’en voir une démonstration ? »

« Ici ? »
Tang San attrapa l’Ombre Emplie de Poudre des mains de l’expert,
« Mon objet est empoisonné. J’ai peur qu’ici ne soit pas le meilleur lieu. »

Entendant le mot ‘empoisonné’, non seulement l’expert devant eux, mais également les sept autres experts sur les côtés se mirent à leur prêter attention, leur jetant des regards avec des airs emplis d’ahurissement.

L’expert numéro un sembla embarrassé et dit :
« Si vous êtes incapable de prouver son efficacité, nous ne pouvons rien faire pour lui donner un prix. Notre maison à un endroit réservé au test des armes, irons-nous la tester là-bas ? »

Tang San acquiesça,
« Allons-y. »

La jeune femme chargée de l’accueil des visiteurs ne les quitta pas et continua de les guider avec l’expert. Ils amenèrent Tang San et Xiao Wu vers une porte coulissante derrière l’espace réservé aux estimations.

Peut-être le propriétaire de cette maison de vente aux enchères était-il très féru de cercles, mais même les portes à l’intérieur étaient semi-circulaires, donnant une sensation d’attention au détail.

Tang San ne put s’empêcher de soupirer d’admiration après un simple coup d’œil. La maison des enchères étaient non seulement grande, mais tout y était propre et ordonné, la division du travail explicite. L’expert les amena à un laboratoire d’armes d’environ cent mètres carrés et dont les quatre murs étaient recouverts de plaques d’acier serrées, totalement vide.

Tang San indiqua à la jeune femme et à l’expert de se placer derrière lui, leva l’Ombre Emplie de Poudre dans sa main droite et appliqua une légère pression sur la détente.

Chichichichichichi—— Une série de petits grincements se firent entendre, suivis par un nuage jaune flottant. Tang San avait ajouté cette brume empoisonnée récemment. Après ces améliorations, l’Ombre Emplie de Poudre pouvait tirer trois fois, comme l’Arbalète Divine de Zhuge. Seule sa puissance était légèrement inférieure à celle de l’Arbalète Divine de Zhuge, mais elle tirait à chaque fois trente-six aiguilles.

Les armes secrètes mécaniques de la Secte Tang étaient majoritairement triées en fonction de leur puissance. De cette manière, la raison pour laquelle la Pluie Torrentielle d’Aiguilles du Poirier en Fleur était classée parmi les premières n’était pas parce que son attaque était très concentrée, mais plutôt à cause de sa puissance d’attaque.

La puissance de l’Arbalète Divine de Zhuge était déjà effrayante, trois fois plus puissante que l’Ombre Emplie de Poudre.

Mais la Pluie Torrentielle d’Aiguilles du Poirier en Fleur était cinq fois plus puissante que l’Arbalète Divine de Zhuge, la vitesse de ses projectiles et leur pouvoir perforant pouvait être imaginé. C’est dans les faits une arme secrète inesquivable.

Une succession d’intense cliquettements s’éleva du mur dix mètres plus loin. Tang San tendit la main, utilisant son pouvoir spirituel et le Contrôle de la Grue Capture du Dragon pour rassembler le nuage empoisonnée et envoyant un brin d’Herbe Bleu-argentée pour l’absorber.

Il pointa vers le mur en face,
« S’il vous plaît. »

L’expert s’en approcha rapidement. En voyant l’état du mur d’acier, il ne put s’empêcher d’inspirer profondément,
« Une arme si puissante. »

Les aiguilles d’acier de trois cuns de long n’avaient pas tout à fait percé jusqu’à la moitié de la plaque d’acier, le bout extérieur encore tremblant. Le liquide bleu s’échappant des trous confirmait qu’elles étaient empoisonnées et cela n’incluait pas le nuage jaune qui s’échappait lors du tir. Un tel pouvoir perforant était déjà au-delà de ce que des Maîtres Spirituels ordinaires pouvaient supporter.

Tang San reprit :
« Mon Ombre Emplie de Poudre peut tirer trois fois après avoir été chargée d’aiguilles d’acier, chaque tir étant accompagné d’un nuage de poison de confusion. Les aiguilles elles-mêmes sont recouvertes d’un poison paralysant, dont la toxine prend effet dès qu’elles ont percé la peau. Selon mes calculs, ce serait une mort assurée pour un Maître Spirituel de niveau trente ou moins. Au-delà, un Maître Spirituel incapable de résister au poison devrait être très facilement affecté. Les aiguilles sont très facile à faire et peuvent être réutilisées. Je peux également offrir une bouteille de poison paralysant. »

Tang San s’approcha de la plaque d’acier, levant sa main droite et retirant sans un mot les aiguilles d’acier avant de les remettre dans l’Ombre Emplie de Poudre. Le poison n’avait aucun effet sur lui.

Les Mains de Jade Mystérieuse ne rendaient pas seulement ses mains aussi dur que du fer, elles l’isolaient également de tous poisons.

« Très cher invité, bien qu’elle soit faite de matériaux communs, cette arme est certainement plus élaborée que tout ce que j’ai pu voir jusqu’à maintenant. Peut-être n’est-elle pas d’une grande aide pour d’autres Maîtres Spirituels, mais pour des gens ordinaires, c’est une superbe arme. Je suis prêt à lui donner un prix de départ de dix mille pièces d’or spirituel, qu’en pensez-vous ? »

Tang San n’avait dépensé que vingt pièces d’or spirituel pour réaliser cette Ombre Emplie de Poudre. Bien sûr, cela n’était que le coût des matériaux. Sur tout le Continent de Douluo, il était le seul ayant le savoir-faire nécessaire à leur création.

Tang San acquiesça avec un sourire, tendant l’Ombre Emplie de Poudre à l’expert,
« Pas de problème. Alors mettez la en vente. Nous sommes à présent qualifiés pour participer à la vente aux enchères. »

La jeune femme sur le côté s’empressa de dire :
« Bien sûr. Nos enchères se déroulent vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Toutes les ventes se déroulent au cœur du bâtiment. Suivez-moi je vous prie. Votre objet apparaîtra très rapidement à la vente, je vais d’abord vous emmener régler les procédures. »

Les dites procédures n’étaient pas très compliquées, il s’agissait seulement d’enregistrer une carte de pièces d’or spirituel affiliée à la banque de la maison de vente aux enchères.

Par cette banque, Tang San pouvait obtenir le prix de vente de son objet une fois que celui-ci vendu et la commission déduite. Il pouvait également placer des offres, à la condition qu’il n’excède pas ses fonds à la banque.

En même temps, la jeune femme en profita pour présenter simplement les règles en vigueur.

Étant la plus grosse maison des enchères de l’Empire du Dou Céleste, il était possible de trouver n’importe quel objet ici.

La première règle était de ne jamais poser de question au sujet du vendeur. De plus, ils ne pouvaient révéler les détails de la vente à l’extérieur de la maison de vente aux enchères.


Partie 2

Vingt-quatre heures d’enchères continues, sans arrêt.

Chaque nuit des objets de premières qualité étaient vendus durant un temps précis. Seuls les acheteurs avec des comptes de plus d’un million de pièces d’or spirituel pouvaient participer durant ces deux heures. Tout le reste du temps, n’importe qui pouvait participer.

Les règles étaient très simples, mais Tang San remarqua tout de même que ce genre d’enchères ininterrompues apportaient sans aucun doute beaucoup de bénéfices à la maison des enchères. La vente d’une chose précieuse rapportait dix pour-cents du prix en commission et bien que pour certains ce ne soit pas beaucoup, la fortune qui s’accumulait était en vérité terrifiante.

À tel point que les profits devaient rester énormes même comparés à ceux de la Grande Arène Spirituelle.

« Amenez-nous à l’enchère s’il vous plaît. »

Guidé par une jeune femme, Tang San et Xiao Wu eurent finalement ce qu’ils voulaient : entrer au cœur de l’Enchère du Dou Céleste.

Le cœur de l’enchère se trouvait au premier étage. Dans le hall principal se trouvait huit escaliers qui menaient à l’intérieur. Avant d’entrer dans la salle, la jeune femme leur donna à tous les deux un masque, leur disant que tout le monde devait en porter pour pouvoir rentrer, pour assurer la sécurité des clients. Aussi, la prochaine fois, personne ne les accueillerait.

La jeune femme les amena directement de l’entrée jusqu’au centre de la maison des enchères avant de se retourner et de partir. Il y avait d’autres employées au cœur de la maison des enchères.

Comparée à la jeune femme qui les avait guidés, la robe de ces employées fit rougir les oreilles et le visage de Tang San.

Elles portaient aussi des habits blancs et il s’agissait encore de robe, mais l’impression qu’elles donnaient aux gens était totalement différente.

Les employées dans la maison des enchères étaient toutes des femmes, environ de la même taille que la femme qui les avait guidés, mais leur silhouette était encore plus attirante.

Les robes blanches sans manches qu’elles portaient avaient un large décolleté au niveau de la poitrine. Les courtes jupes ne dépassaient pas les sept cuns2 sous la taille, exposant des cuisses douces et délicates. Ajoutant à cela des chaussures blanches à haut talon, elles étaient encore plus attirantes. La profonde ravine entre leur seins, les fesses rondes moulées par la courte jupe, il n’y avait rien qui ne laissait pas fantasmer.

Malgré la volonté de fer de Tang San, il ne put tout de même pas s’empêcher de jeter plusieurs regards. Il était après tout un homme normal.

Puis il sentit une douleur soudaine dans le bas du dos et entendit la voix menaçante de Xiao Wu dans ses oreilles,
« Qu’est-ce que tu regardes ? Tu n’as pas le droit de regarder. »

Tang San ignora la douleur et dit rapidement à voix basse :
« Tu me prends pour Bouboule ? Allons à l’intérieur. »

Xiao Wu utilisa son propre corps, plus grand que celui de Tang San, pour bloquer au maximum la vue de Tang San sur cette employée aux courbes provocantes qui les fit entrer dans la salle des enchères.

La salle des enchères faisait plus penser à un grand auditorium, d’une taille similaire à l’Arène Centrale de Combat Spirituel. Au centre se trouvait une plate-forme circulaire entourée de rangées de sièges.

Ceux-ci étaient divisés en cinq catégories. Les trois rangées autour de la plate-forme étaient rouges et en reculant, ils étaient respectivement noir, violet, jaune et blanc3. Cette organisation représentait clairement les différents niveaux d’enchérisseurs.

La jeune femme qui les avait reçus leur apprit que les sièges rouges au centre étaient accessibles grâce à un passage spécial qui avait une sécurité indépendante comme protection. C’était la zone de ce qu’on appelait les VIP millionnaires, de plus il était également nécessaire de posséder un certain statut pour obtenir le droit de s’y asseoir.

Les sièges noirs juste derrière formaient la zone commune des millionnaires, n’importe qui pouvait y entrer tant qu’il possédait assez d’argent.

Encore derrière se trouvait la zone violette des clients avec un fond d’au moins cinq cents mille, jaune celle des cent mille et la blanche était la plus grande, celle où les clients les plus modestes comme Xiao Wu ou Tang San étaient assis.

L’employée amena les deux à la zone blanche, leur indiquant qu’ils pouvaient s’asseoir où ils le désiraient. Peut-être parce qu’ils étaient trop jeunes ou que leur niveau de siège était trop bas, l’employée n’était pas du tout cordiale et ne fit que les amener professionnellement à leurs sièges, au point qu’elle n’avait même pas le sourire professionnel de la femme précédente.

Tang San y était indifférent, mais Xiao Wu fut quelque peu énervée par cela,
« Hmph, snobs arrogants. Leur tenue vise clairement à séduire les riches. Qu’ont-elles dont fait pour qu’ils deviennent aussi gros ? »
Tout en parlant, Xiao Wu baissa le regard sur sa poitrine naissante.

« Ces employées sont toutes comme ça, ce n’est pas contre toi. »
Une voix douce se fit entendre sur le côté. Quand Tang San et Xiao Wu tournèrent la tête pour voir de qui il s’agissait, ils découvrirent un homme d’âge moyen habillé en blanc tel un érudit, qui hochait la tête vers eux avec un sourire.

Étrangement, il ne portait pas de masque et aucune employée ne venait lui demander d’en mettre un.

Xiao Wu ne put s’empêcher de demander,
« Elles sont toutes comme ça ? Pourquoi ? »

L’homme d’un âge moyen dit avec un sourire :
« Ces employées appartiennent toutes à la maison des enchères elle-même. Même leur existence. Elles ont été achetées par la maison des enchères quand elles étaient roturières et éduquées depuis leur enfance. Elles ne sont pas que des employées, mais aussi des marchandises que l’on peut acheter. Si quelqu’un souhaite payer, elles peuvent être achetées. »

« N’est-ce pas de l’esclavage ? Il me semble que les deux Grands Empires ont interdit le trafic d’esclaves, non ? »
Dit Tang San, stupéfait.

L’homme d’âge moyen sourit calmement et dit :
« Il existe beaucoup de gens puissants dans ce monde. Nous sommes dans l’Enchère du Dou Céleste, sans même parler d’esclaves, tout peut être acheté ici. La raison pour laquelle ces jeune femmes sont inexpressives est parce qu’elles ont perdu leur cœur il y a bien longtemps et ont aussi accepté leur destin. Tout ce qu’elles peuvent faire est obéir. Bien qu’elles soient belles, elles ne possèdent pas leur âme. Je ne peux les décrire que comme ‘misérables’. »

Écoutant l’homme d’âge moyen parler, l’expression de Xiao Wu changea peu à peu. Si elle avait détesté ces employées auparavant, son cœur débordait maintenant de pitié.

« Combien coûtent-elles ? »
Demanda Xiao Wu.

L’homme d’âge moyen sembla deviner son but et dit :
« Tu veux les acheter pour leur rendre leur liberté ? Ça ne serait qu’une autre tragédie. »

Confuse, Xiao Wu demanda :
« Pourquoi ? »

« Mis à part servir les hommes, ces employées n’ont aucune autre compétence leur permettant de survivre. Même si tu les achetais, avec leur beauté, elles finiraient quand même par tomber entre les mains d’un homme. Et leur destin serait encore plus misérable. Elles n’ont pas d’âme, elles ne sont pas de ce monde. En plus, elles coûtent cent mille pièces d’or spirituel chacune. Dix fois plus cher qu’une prostituée de première classe, tout le monde ne peut pas se payer ça. »

Le ton de l’homme d’âge moyen était quelque peu impuissant. Il semblait porter avec lui une atmosphère particulière qui rendait les autres proches de lui.

À ce moment, il n’y avait pas beaucoup de clients dans la salle, seul un cinquième des sièges environ était utilisé.

Sur la scène, un outil spirituel semblable à une ceinture était mis en vente et le prix avait déjà atteint les quarante mille pièces d’or.

À côté de chaque siège se trouvaient des boutons spéciaux pour faire une enchère, au-dessus de chacun d’entre eux était écrit cent, mille, dix mille, cent mille, représentant de combien l’enchère allait être augmentée.

L’homme d’âge moyen semblait intéressé par Tang San et Xiao Wu et il changea de sujet en demandant :
« Pour venir à une enchère en étant si jeune, vous voulez acheter quelque chose ? »

Xiao Wu dit :
« Nous n’achetons pas, nous vendons. »

« Eh ? »
L’homme d’âge moyen sourit :
« Vous vendez, hein. Je n’aurais pas pensé que des gens aussi jeunes que vous vendriez. »

Xiao Wu dit :
« Qui a dit que l’on ne peut pas vendre si l’on est jeune. Peut-être qu’une fois que nous aurons de l’argent nous pourrons nous acheter des Os Spirituels pour jouer. Yi, comment savez-vous que nous sommes jeunes, ne me dites pas que vous avez une vision à rayon X ? »

L’homme d’âge moyen dit :
« Bien, ambitieux. Il n’est pas étonnant que la jeunesse possède autant de force. Bien que vous portiez des masques, l’immaturité de vos corps et de vos yeux trahit votre âge, les gens ayant une vue perçante remarqueront cela. »

Entendant cela, Tang San ne put s’empêcher de trembler intérieurement, se pourrait-il que cet homme d’âge moyen soit capable de voir sa force et celle de Xiao Wu ? Si c’était le cas, pourquoi ne se sentait-il pas menacé en sa présence ?

À cet instant, l’outil spirituel sur scène venait d’être vendu pour quarante trois milles pièces d’or spirituel.

Le commissaire-priseur sur scène saisit le mégaphone et dit aux enchérisseurs avec un sourire :
« La prochaine vente sera un objet rare. Les personnes intéressées devraient faire attention. En particulier les hommes intéressés. »

Tout en parlant, il pointa du doigt quelque chose sur scène et trois grands hommes poussèrent un chariot vers lui. Le chariot était recouvert par un tissu rouge et l’intérieur n’était pas visible, mais de part la forme, il devait s’agir d’une boite carrée.

Les regards de Tang San, Xiao Wu et même de l’homme d’âge moyen furent attirés par ce nouvel objet et ils stoppèrent leur discussion.

Le commissaire-priseur dit avec un air mystérieux :
« Pouvez-vous deviner de quoi il s’agit ? Non ? Alors je vais commencer par révéler à nos chers clients le prix de départ. Celui-ci est de cent mille pièces d’or spirituel. L’augmentation minimale est de dix mille pièces d’or spirituel. La meilleure des qualités. »

En tant que commissaire-priseur, la capacité à chauffer l’enthousiasme et l’atmosphère était naturellement requise et il avait très bien réussi à attirer l’attention des acheteurs potentiels.

« Bien, si tout le monde peut porter son attention sur la scène maintenant. »
Tout en parlant, il saisit le tissu rouge et le tira rapidement.

Après un éclair de lumière rouge, apparut non pas une boite mais une grande cage de fer. Dans cette cage se trouvait une jeune femme roulée en boule.

La jeune femme était plus qu’à moitié nu, seuls les endroits clés étaient couverts par des coques. On ne pouvait pas voir son visage à cause de sa position, mais sa silhouette était proche de la perfection.

Une peau claire comme de la jade scintillante et une tête recouverte de courts cheveux verts décoiffés.


Partie 3

« Peut-être que les honorés invités trouveront étrange que ce genre de fille ait un tel prix de départ, le même que celui des jolies femmes entraînées par notre maison pendant de nombreuses années. Mais si tout le monde regarde attentivement, vous découvrirez à quel point elle est extraordinaire. »
En parlant, l’annonceur sortit un bâton de quelque part, le passant dans la cage pour écarter les courts cheveux verts sur le côté de la tête de la jeune femme, révélant ses oreilles.

Ce n’étaient pas des oreilles humaines, mais de petites oreilles pointues semblables à celles des félins. Sous la légère stimulation du bâton, les oreilles devinrent légèrement rouge.

« Et non, vous n’avez pas fait d’erreur. C’est une rare femme chat. Lorsque son Esprit s’est éveillé, son corps a subi une variation et possède maintenant une forme féline, ses yeux sont un bleu et un vert, un vairon unique et elle a même une longue queue. »
Il utilisa son bâton pour taper les fesses de la jeune femme, ce qui la fit japper et se retourner, révélant une queue blanche de chat qui était auparavant cachée derrière elle.

« On peut dire qu’elle est une chose unique et sans égale sur le Continent. Pouvoir posséder une si belle femme chat comme animal de compagnie, une telle bénédiction. Imaginez, si vous travailliez et que vous pouviez attraper sa queue en même temps, quelle scène cela donnerait?4 »

En parlant, l’annonceur révéla une expression douteuse, faisant tournoyer le bâton dans les airs,
« Invités, faites vos enchères. »

« Ces bâtards. Vendre une personne comme animal de compagnie. »
Xiao Wu ne pouvait se retenir et était prête à bondir.

Tang San la retint, lui indiquant de rester calme. Mais son propre cœur était une mer déchaînée. Ce n’était pas comme s’il n’avait jamais vu le côté sombre de ce monde, mais c’était la première fois qu’il entrait en contact avec. Il semblait que dans cette maison des enchères, les notions telles que ‘l’humanité’ n’existaient pas et que seul ‘le profit’ et autres désirs animaux subsistaient.

Une faible lueur étincela et les yeux de Tang San révélèrent une aura glaciale tandis qu’il s’adossait à son siège en observant silencieusement. Tang San était intelligent et comprenait naturellement que lui et Xiao Wu ne pouvaient changer tout ce qui se passait. Même s’ils parvenaient vraiment à sauver cette femme chat, peut-être qu’après viendrait une femme panthère, puis une femme tigre, comment pourraient-ils toujours accourir à temps ? ’Professeur a dit qu’une maison des enchères est un endroit plein d’opportunités et de crasse, il semblerait qu’il ait vraiment eu raison.’

La main de Xiao Wu tenait celle de Tang San tout du long, sans jamais se relâcher. Elle découvrit que la poigne de Tang San était ferme, clairement, son cœur était également perturbé. Voyant la lueur dansant dans ses yeux, elle se calma petit à petit. Mais elle baissa la tête, sans plus regarder la scène.

Tout cela était vraiment une coïncidence, alors que Tang San et Xiao Wu venaient juste d’entrer, il y avait une personne en vente, ce qui laissa sur Tang San et Xiao Wu une extrêmement profonde et extrêmement mauvaise impression.

À ce moment, Tang San découvrit par accident que l’homme d’âge moyen à côté de lui venait d’appuyer sur le bouton marqué d’un ‘dix mille’. Bien que ce soit la première fois qu’il vienne, il savait que cela signifiait une augmentation du prix de dix mille pièces d’or. En d’autres termes, cette homme avait au moins cent-dix mille pièces d’or spirituel à dépenser pour acheter cette femme chat.

Son impression de l’homme, au départ bonne, changea immédiatement. Il ne s’était pas attendu à ce que cet homme apparemment digne et érudit à côté de lui soit en fait si basique et méprisable.

Le regard de l’homme était resté posé sur la scène tout du long mais alors que Tang San révisait son opinion de lui, il prit la parole,
« Sauver ce qui n’a pas d’âme est vain. Celle-là possède encore une âme et est également le résultat d’une variation spirituelle, comment pourrais-je ne pas la sauver ? »

Entendant ces mots, Tang San fut légèrement distrait et encore plus méfiant à l’égard de cette homme d’âge moyen. Comment savait-il ce que Tang San pensait ? Était-il un légendaire lecteur de pensées ?

« Pas besoin d’être suspicieux. Jeune homme, les yeux sont le miroir de l’âme, ton expression est déjà suffisante pour m’en apprendre beaucoup. Après tout, j’ai traversé bien plus d’années que toi. C’est l’expérience de la société. »
L’homme sourit à Tang San, sa main appuyant à nouveau sur le bouton de surenchère.

À ce moment, le prix avait déjà augmenté de soixante-mille pièces d’or spirituel. De plus, il semblait que cette tendance à la hausse n’était pas prête de s’arrêter.

L’annonceur dit :
« Cent soixante-dix mille, un invité rouge qui surenchérit à cent soixante-dix mille pièces d’or spirituels, y a-t-il d’autres offres ? »

« Cent quatre-vingt mille. Excellent. Un invité bla- ah, un invité blanc surenchérit à cent quatre-vingt mille. »
Ce n’était pas la première fois qu’il s’écriait de surprise ainsi. Le blanc représentait les participant les plus bas, mais depuis le début de cette vente, un invité blanc participait. Plus étrange encore, son compte ne montrait pas de signe d’être épuisé.

« J’aimerais voir qui ose s’opposer à moi. »
Un homme âgé dans la zone la plus avancée, rouge, se levant d’un bond, ses yeux passant sur la zone blanche dans le fond. Bien qu’il porte un masque, lorsqu’il se leva, Tang San le reconnu immédiatement.

L’homme d’âge moyen avait dit que les yeux étaient le miroir de l’âme. Tous les yeux étaient différents et la différence entre les expressions encore plus grande. La personne VIP rouge à l’avant couvrant l’arrière d’un regard noir était précisément le prince Impérial Xue Xing, qui avait chassé le groupe de l’Académie Shrek hors de l’Académie Impériale du Dou Céleste.

À l’inverse de ce qu’avaient anticipé Tang San et Xiao Wu, l’homme à leurs côtés ne tenta pas de se dérober au regard de son adversaire mais se leva, hochant la tête vers le prince Xue Xing avec un sourire.

Le nombre de personnes regardant en même temps que le prince Xue Xing n’était pas faible. Voyant l’homme qui se dressait à l’arrière, non seulement Xue Xing fut abasourdi, mais un cri alarmé s’éleva à ses côtés. Même l’annonceur sembla se rigidifier.

« La maison des enchères a des règles, pouvons-nous continuer ? »
La voix de cet homme n’était pas forte, mais douce et raffinée et atteint clairement les oreilles de tous.

Puisque Tang San était assis à ses côtés, il pouvait distinctement sentir les fluctuations de pouvoir spirituel autour de lui. Il ne savait pas pourquoi, mais elles ne contenaient pas la moindre menace, comme s’il s’agissait d’un pouvoir spirituel extrêmement doux. Il éveillait même chez Tang San un sens inattendu de familiarité, comme s’il l’avait senti auparavant,
« Bien sûr, bien sûr reprenons. »
L’annonceur acquiesça plusieurs fois avec un air de flagornerie.

« Cent quatre-vingt mille deux fois, cent quatre-vingt mille trois fois. Cette femme chat appartient au mystérieux invité dans la zone des invités blancs. »

Après que cet homme d’âge moyen se soit levé, personne ne surenchérit plus et cette vente se termina sans accros.

Lorsqu’il s’était levé et avait affronté sans peur le prince Xue Xing, Tang San avait su qu’il n’avait pas menti. Sinon, aurait-il eu besoin de se faire remarquer ou de se vanter de racheter une esclave ? Encore plus, pour cette raison, il avait offensé un prince Impérial. Cet homme érudit ne semblait pas être un imbécile et n’agirait donc naturellement pas comme un imbécile. Puisqu’il avait fait cela, il avait prouvé qu’il avait un cœur honnête.

« Oncle, merci. »
Xiao Wu fut encore plus directe que Tang San et avec une humeur grandement améliorée, elle s’exclama sans réfléchir.

L’homme d’âge moyen sourit et secoua la tête, montrant la scène du doigt, leur indiquant de regarder.

L’immense cage en fer avait été sortie et très vite, un vieil homme arriva, murmurant quelque chose à l’annonceur, qui hocha la tête plusieurs fois.

L’homme d’âge moyen sourit calmement, pensant à voix haute,
« Ces gens veulent encore m’avoir avec des biens de peu de valeur. Chaque fois que je viens c’est la même chose. Pourquoi ? Ce n’est pas comme si je n’allais pas payer. »

Tang San dit honnêtement,
« Peut-être ont-ils peur que vous ruiniez la vente. Après que vous ayez surenchéri, personne n’a osé augmenter le prix. Avec vous ici, leurs meilleurs objets ne se vendront pas pour un bon prix, c’est une perte pour la maison des enchères. »

L’homme fit un léger sourire, s’installant confortablement dans son fauteuil,
« Alors je devrais partir. Ce voyage aura valut la peine. Si vous êtes intéressés, vous pouvez venir avec moi pour jeter un œil à cette femme chat plus tard. »

« Bien. »
Xiao Wu accepta sans la moindre hésitation. Cette décision n’était pas aussi simple qu’il y paraissait, Xiao Wu voulait voir comme cet homme traitait la femme chat afin d’être en paix.

L’homme reprit :
« Alors jetons un œil au dernier objet puis partons. Comment pourrais-je laisser leur arrangement être gâché ? »

Très vite, un autre objet apparut. Cette fois, il n’y avait qu’un petit chariot et ce qu’il transportait n’était pas non plus couvert par un drap rouge. Voyant cet objet, Tang San ne sut pas s’il devait rire ou pleurer. Xiao Wu s’exclama :
« Ge, n’est-ce pas notre Ombre Emplie de Poudre ? »

En effet, l’objet qui venait d’apparaître était précisément l’Ombre Emplie de Poudre que Tang San avait fait évaluer peu de temps auparavant au prix le plus bas. Bien sûr, ce prix le plus bas était déjà une somme considérable pour des gens normaux.

« Ombre Emplie de Poudre ? C’est un bon nom. »
L’homme érudit sourit à Tang San. Ce dernier crut discerner quelque chose dans ses yeux sans savoir quoi exactement.

Sur scène, l’annonceur présenta l’objet,
« Le prochain objet est une arme déclarée par nos experts des plus élaborées. Très chers invités, ne regardez pas sa taille, sa puissance est extrêmement étonnante. »

En parlant, l’annonceur attrapa l’Ombre Emplie de Poudre posée sur le chariot,
« Notre expert ne savait pas non plus comment cette arme a été construite, cependant, elle peut instantanément projeter trente-six aiguilles d’acier. Celles-ci sont capables de percer une plaque en acier d’un centimètre d’épaisseur dans un rayon de quinze mètres et sont en plus trempées d’un poison paralysant. Lorsqu’elles sont tirées, elles profitent également d’un nuage dense servant à les camoufler. C’est une arme de protection rare. Elle peut tirer en tout trois fois. Si elle est utilisée correctement en combat, elle peut très facilement priver les adversaires de leur capacité à combattre. »

« Yi. »
Le visage de l’homme d’âge moyen à côté de Tang San changea légèrement,
« Ces types ont vraiment trouvé quelque chose qui me plaît. Petits amis, cette arme vous appartient-elle ? »


 

  1. 含沙射影, le nom est une expression signifiant ‘attaquer quelqu’un en faisant des insinuations’. Elle apparaît dans le combat contre Zhao Wuji, chapitre 19 partie 5 pour ceux qui veulent aller voir.
  2. 7 cuns = 23 cm ~
  3. Whoaa, ça fait le classement des Anneaux Spirituels, j’avais jamais remarqué
  4. Je crois qu’on a bien compris les fétiches de l’auteur…
Cet article comporte 6 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Contenu protégé
Back To Top