skip to Main Content
Menu

Douluo Dalu – Chapitre 72

 


Cliquez ici pour lire la partie 2
Cliquez ici pour lire la partie 3

Chapitre 72 : Un éclair de compréhension

Partie 1

« Peut-on vraiment sortir habillés comme ça ? Les gens vont mourir de rire. »
Dit Oscar en pointant du doigt les caractères rouges géants sur sa poitrine, « Académie Shrek ».

Bouboule sourit ironiquement,
« Je ne pensais pas que les goûts vestimentaires de Professeur était si mauvais, comment a-t-il pu mettre du rouge sur du vert ? Ne me dites pas que dans six mois, il voudra toujours que l’on soit habillés comment ça durant la Grand Compétition des Académies de Maîtres Spirituels d’Élites ? J’ai bien peur que nous n’ayons même pas la chance de combattre, nous serons ralliés à mort avant. »

Tang San dit :
« Mais nous ne sommes pas les seuls habillés comme ça, tous les autres étudiants sont habillés de la même manière. Oh, c’est vrai, vous cultiviez à l’Académie depuis tout ce temps, y a-t-il des différences dans le système d’éducation ? »

Oscar avala sa salive et dit :
« Il n’y a pas de différences, juste beaucoup de filles. Tout le monde dit que les femmes Maîtres Spirituelles sont rares, mais ça ne se voit pas à notre académie. Au moins la moitié voir plus sont des femmes. Il paraît que c’est à cause de la vice-doyenne Liu Erlong. La majorité l’idolâtre. »

« Il y a en tout six classes dans l’académie, séparées en fonction de leur rang. Tant que ton niveau avance, tu peux sauter une classe à tout moment, pas la peine de passer un examen ou un truc de ce genre. Il n’y a que deux examens avant la remise de diplôme. Un de combat et une mission. Il y a trois classes pour les gens entre les niveaux vingt et vingt-cinq, il s’agit des plus nombreux avec environ cent vingt personnes. De vingt-cinq à trente, il y a deux classes avec environ quatre-vingts personnes et une classe pour les gens au-dessus du niveau trente, qui est aussi notre classe avancée. Je pense qu’il y a environ trente personnes dedans. De plus, la majorité des gens sont plus vieux que nous, certains ont même plus de trente ans. »

Bouboule, très fier de lui, dit :
« C’est l’écart qu’il y a entre nous. Comment des gens comme eux pourraient atteindre le niveau de Douluo Unique. »

La cloche de l’académie sonna et tout le monde entra dans la salle de classe.

À cause de leur âge, les Sept Démons de Shrek ne faisaient bien sûr pas la même taille que ces étudiants plus vieux et ils s’assirent donc tous devant. Les Sept Démons de Shrek avaient après tout tous atteint le niveau trente et pouvaient donc être dans cette classe.

Alors qu’ils entraient, Tang San découvrit que l’ambiance dans la salle était quelque peu étrange. Beaucoup de regards étaient fixés sur lui. Comme l’avait dit Oscar, le nombre de femmes était environ le même que celui des hommes et ces femmes qui le regardaient, le faisaient par pur stupéfaction, tandis que les hommes qui le regardaient avaient clairement de mauvaises intentions.

Tang San, bien sûr, se moquait de comment les autres le regardaient, il voulait juste savoir pourquoi on le regardait de la sorte.

Et il comprit vite pourquoi. De par les regards qu’avaient ces hommes, il connaissait la raison de leur malveillance.

Tang San avait été tiré dans la classe par Xiao Wu et même directement à la place à côté d’elle. De plus, du début à la fin, son regard n’avait jamais quitté Tang San, comme s’il était la seule personne au monde à ses yeux.

Même si ni Xiao Wu ni Tang San n’avaient quatorze ans, les filles se développaient plus vite que les garçons et Xiao Wu n’était pas seulement magnifique, elle avait aussi ses magnifiques cheveux noir de jais et sa silhouette respectant parfaitement le nombre d’or. Il était évident que le nombre de jeunes de vingt ans la convoitant n’était pas maigre.

Oscar et Ma Hongjun n’étaient pas regardés avec le même genre de malveillance que Tang San et s’assirent de l’autre côté avec un sourire en coin.

Zhu Zhuqing s’assit juste dans un coin avec son expression froide comme la glace. Sans même parler des autres, elle ne jeta même pas un regard à ses camarades.

Le professeur n’était pas encore arrivé et la classe qui était devenue silencieuse un court instant après l’entrée de Tang San et les autres était à nouveau bruyante.

Plusieurs étudiants de vingt-trois ou vingt-quatre ans assis à l’arrière de la salle se levèrent tout de suite avec des regards lourds de sens et marchèrent vers Tang San et Xiao Wu.

Tang San murmura à Xiao Wu,
« Xiao Wu, j’ai l’impression que tu es vraiment populaire par ici ! »

Xiao Wu renifla,
« Juste quelques oncles ennuyants. Qui leur prêterait attention ? »

Tang San ne put s’empêcher de sourire,
« Pas la peine d’être aussi méchante, ils n’ont qu’une dizaine d’années de plus que toi. »

Xiao Wu tira son petite langue rose adorable vers Tang San,
« Dix ans de plus, donc un oncle non ? »
Alors que les deux parlaient, Tang San se retrouva soudainement à l’ombre. Levant la tête pour regarder, il vit quatre personne debout à côté de lui. Ces quatre étaient tous très grands et l’encerclaient comme un mur.

Tang San demanda sans battre des paupières :
« Quelque chose ne va pas ? »

Le plus proche de Tang San était un jeune robuste, d’environ un mètre quatre-vingts avec de larges épaules, un dos puissant et des cheveux châtains qui lui donnaient l’air d’être très dynamique. Une lueur profonde brillant dans ses yeux, il dit d’une voix basse et étouffée :

« Gamin, tu es nouveau ? »

Tang San hocha la tête,
« Ouais, bonjour, je m’appelle Tang San. »

Le robuste jeune repris :
« Comme tu es nouveau, il semblerait que tu ne connaisses pas les règles de notre classe avancée. »

« Règles ? »
Tang San eut le regard vide.

Le jeune hocha la tête pour confirmer,
« Exact, il y a des règles. Ne me dis pas que tu ne savais pas que personne n’a le droit de s’asseoir à côté de Xiao Wu ? Qui t’as autorisé à t’asseoir là ?

« Moi. »
Sans attendre que Tang San réponde, Xiao Wu avait déjà frappé du poing sur la table et s’était levée. Elle était docile avec Tang San, mais face aux autres, elle était toujours la grande sœur, chef de l’Académie de Nuoding. Son coup résonna comme une montagne et une énergie intrépide pouvait être sentie dans sa voix. Au coup, les quatre jeunes tremblèrent tous presque simultanément, faisant inconsciemment un pas en arrière.

Xiao Wu plaça son pied sur la chaise à côté d’elle, sa main gauche sur sa hanche et la droite pointant les quatre et elle s’écria, furieuse :
« Vous n’avez rien d’autre à dire ? Dégagez. Sinon ne reprochez pas à Xiao Wu Jie1 d’avoir été directe. »

Le robuste jeune se trouva incapable de garder la face devant l’engueulade de Xiao Wu,
« Xiao Wu, c’est un problème d’hommes, ne t’en mêle pas. J’ai t’ai toujours laissé faire ce que tu veux, mais je n’ai pas peur de toi. Ne me dis pas que tu penses que, moi, le Chef de l’Académie, peut juste laisser passer ça ? »

Tang San, sur le côté, ne put s’empêcher de demander :
« Senior, qu’est-ce qu’un Chef de l’Académie ? »

Un étudiant grand et mince à côté du jeune robuste ne put s’empêcher de dire :
« Mais quel plouc, il ne sait même pas ce qu’est le Chef de l’Académie. Le chef est le meilleur de tous les étudiants de l’académie. »

Entendant cela, Tang San fut tout de suite vigilant. Examinant le jeune robuste devant lui, il dit :
« Alors c’est comme ça. »
Il pensait que vu ce qu’avait dit la personne en face de lui, ce jeune devait être encore plus fort que Dai Mubai. De ce fait, il était possible que ce jeune ait atteint le niveau quarante.

Le jeune robuste dit avec fierté :
« Gamin, tu n’as que deux choix. Soit tu fais un duel contre moi, si tu gagnes je reconnaîtrai que tu as les qualifications requises pour t’asseoir ici. Soit tu dégages tout de suite et trouves une autre place. »

Tang San n’avait jamais aimé créer des problèmes, mais il n’avait jamais été timide pour autant. Sans même parler du fait que la situation concernait Xiao Wu. Peu importe comment cela la concernait, en tant que son grand frère, il ne pouvait pas reculer.

« Un duel ? Ici ? »
Demanda Tang San avec hésitation.

Le jeune dit avec arrogance :
« Ne me dis pas que j’ai encore besoin de choisir un lieu pour m’occuper d’un gamin comme toi ? Ne n’inquiètes pas, je ne vais pas abuser de ta jeunesse. Je n’utiliserai pas ma troisième compétence spirituelle. »

Pas loin sur le côté, Oscar ne put s’empêcher de dire :
« L’expression « Les fautes des Cieux peuvent être pardonnées, mais les fautes personnelles sont fatales » dans toute sa splendeur ! »

Tang San hocha la tête :
« Alors viens. »
Face à un adversaire à la force inconnue, il ne serait pas imprudent. Il se leva directement et révéla son Esprit.

Alors que deux Anneaux Spirituels jaunes et un violet apparaissaient autour de Tang San, l’expression du groupe du jeune robuste changea clairement. Ils ne s’attendaient pas à ce que Tang San possède une combinaison d’Anneaux Spirituels optimale.

« Tang San, Esprit Herbe Bleu-argentée, Ancien Spirituel de contrôle de niveau trente-sept, je t’attends. »

« Quoi ? Tu es niveau trente-sept ? »
Le jeune robuste fut choqué intérieurement et il ne put s’empêcher de regretter intérieurement ce qu’il venait de dire à propos de la restriction de sa troisième compétence spirituelle. Mais il était après tout le précédent Chef de l’Académie du Tyran Bleu et l’instigateur de ce combat, il ne pouvait bien sûr pas reculer.

Avec un rugissement puissant, son corps se transforma rapidement.

Son corps déjà robuste grandit à nouveau, en particulier les muscles de ses bras, qui doublèrent presque en taille tout en grandissant jusqu’à presque atteindre ses genoux, tandis que de la fourrure apparaissait sur toutes les parties exposées de son corps.

« Tai Long, Esprit Orang-outan, Maître Spirituel de combat de niveau trente-sept, je t’attends. »

Niveau trente-sept ? Tang San fut distrait un instant et son visage ne put retenir un sourire étrange.

Si la force de son adversaire dépassait la sienne, il aurait peut-être eu quelques soucis. Mais puisque le pouvoir spirituel de son adversaire était égal au sien, ce combat allait être très simple.

Tai Long fit un geste du doigt vers Tang San, lui indiquant qu’il devait faire le premier geste. Tang San ne fut pas poli et levant sa main droite, une lumière verte compact apparut dans sa paume et fut tirée en un instant. À cet instant, il était proche de Tai Long et les autres étudiants ne virent qu’un éclat de lumière avant que l’instant d’après, Tai Long soit déjà entièrement enveloppé dans un grand filet.

Le combat se termina plus vite qu’il n’avait commencé. Après que Tang San ait lancé son Immobilisation de Toile d’Araignée, il se mit à marcher vers Xiao Wu et s’assit à côté d’elle, sans même regarder Tai Long. Bien que Tai Long soit impoli, il était tout de même ouvert et honnête. Tang San n’avait donc pas prévu de blesser son adversaire et avait directement utilisé sa troisième compétence spirituelle.

Tai Long ne sentit que son corps se contracter avant qu’il soit déjà incapable de bouger. Inconsciemment, il commença à se débattre de toutes ses forces.


Partie 2

Son Esprit était l’Orang-outan Vigoureux et la force était son atout. Il refusait de croire que cette délicate Herbe Bleu-argentée puisse le restreindre.

Cependant, l’expression de cet ancien chef changea très vite. L’Herbe Bleu-argentée qui tissait cette toile d’araignée géante possédait une résistance extraordinaire et peu importe la manière dont il se débattait, il était incapable de la détendre. Au contraire, elle se resserrait sans cesse et une intense sensation de brûlure venait de là où la toile était en contact avec lui, accompagnée d’une puissante paralysie. Même s’il voulait utiliser son troisième Anneau Spirituel, c’était à présent impossible.

Bien qu’il ait également des Anneaux Spirituels optimaux, en tant que Maître Spirituel de puissance d’attaque restreint par le contrôle de Tang San, il n’avait pas la puissance pour contre-attaquer.

Avec un boum, Tai Long tomba lentement au sol tel une montagne dorée ou un pilier de jade s’effondrant, ses efforts pour lutter s’affaiblissant petit à petit au fur et à mesure que le poison de la toile d’araignée lui volait sa capacité à résister.

À ce moment, le professeur entra dans la salle de classe. Celui-ci n’était pas un inconnu, mais le Maître Spirituel au Pois Doux de l’Académie Shrek, Shao Xin.

« Que se passe-t-il ici ? Petit San. »
Lorsque Shao Xin vit la toile d’araignée, son regard se tourna immédiatement vers Tang San auquel il lança un regard mécontent,
« Tu tyrannises tes camarades dès le premier jour ? »

La salle était silencieuse et les regards des élèves sur Tang San ne purent que changer.

Tang San leva avec impuissance sa main droite, envoyant un brin d’Herbe Bleu-argentée qui se posa sur la toile d’araignée. Exerçant son pouvoir spirituel, il aspira celle-ci.

« Je n’accepterai pas ce résultat. »
Sans l’entrave de la toile d’araignée, Tai Long bondit furieusement du sol. Il n’était pas un voyou et s’adressa à Shao Xin,
« Professeur, à l’instant, c’est moi qui ait provoqué Tang San. J’ai juste été imprudent et il m’a battu. Tang San, je ne suis pas convaincu. Je demande un duel. »

Xiao Wu ne put s’empêcher de l’apostropher :
« Es-tu dépourvu de bon sens, n’as-tu pas un cerveau ? Un Maître Spirituel de force provoquant un Maître Spirituel de contrôle ? T’as de l’eau dans la tête où quoi ? »

« Je… »
L’expression de Tai Long changea en se rappelant cette toile d’araignée qui l’avait laissé totalement impuissant. Bien qu’il soit physiquement fort, le poison de la toile d’araignée ne s’était toujours pas dissipé et il était toujours engourdi et perclus de douleurs.

Mais comment pourrait-il ravaler sa colère ?

« Avec des techniques, nous n’utiliserons pas nos Esprits. Nous nous battrons physiquement. »
En disant cela, Tai Long fut le premier à rougir. De nombreux étudiants avaient également des airs de dédain. Un Maître Spirituel de force et un Maître Spirituel de contrôle se battant physiquement, n’était-ce pas tout simplement ridicule ?

Mais les élèves ne s’attendaient pas à ce que Tang San acquiesce,
« Très bien. »
Tout en parlant, ils se leva à nouveau et se dirigea vers Tai Long.

Shao Xin frappa le bureau à plusieurs reprises,
« Mais où vous croyez-vous ? À l’Arène Spirituelle ? Si vous voulez vous battre, trouvez-vous un endroit après les cours. Pour l’instant, il est l’heure de commencer la leçon. Si vous ne vous souciez pas des conséquences, alors continuez comme ça. »

Shao Xin était un Maître Spirituel auxiliaire de nourriture et n’avait naturellement pas la force de les arrêter. Mais bien sûr, personne n’oserait manquer de respect à la dignité d’un professeur.

Tai Long jeta un regard furieux à Tang San,
« Je t’attendrai après les cours. »

Tang San se contenta de hocher la tête vers lui, puis après s’être excusé auprès de Shao Xin , il se rassit à côté de Xiao Wu.

Xiao Wu se pencha vers l’oreille de Tang San et murmura :
« Ge, depuis que je suis arrivé dans ce cours, Tai Long n’a pas arrêté d’être mielleux avec moi, mais je n’ai aucune envie de lui prêter attention. Remets-le à sa place comme il faut tout à l’heure, qu’il ne m’embête plus après. »

Personne ne comprenait la force de Tang San mieux que Xiao Wu. Quand ils s’entraînaient, ils avaient l’habitude de se battre sans utiliser leur Esprit. En ce qui concernait la force de Tang San en combat rapproché, elle avait une compréhension parfait. Qu’était la force ? Sans technique elle était inutile. Elle refusait d’envisager que Tai Long puisse battre Tang San.

Tang San regarda Xiao Wu et acquiesça,
« Bien. »

Tandis que cette événement se terminait ainsi, Tang San avait éveillé l’intérêt de nombreux étudiants. Et pas seulement de quelques garçons qui lui étaient hostiles, mais aussi d’étudiantes qui étaient intéressées. Un jeune adolescent faisant tomber le chef de l’Académie, son avenir était clairement brillant.

Malheureusement, Tang San et Xiao Wu étaient assis tout à l’avant et les regards discrets de certaines ne purent attirer l’attention de Tang San.

Shao Xin toussota avant de commencer formellement le cours.

« Le sujet d’aujourd’hui est l’effet des Maîtres Spirituels de nourriture sur un champ de bataille. Comme chacun le sait, les Maîtres Spirituels de nourriture sont les plus faibles des Maîtres Spirituels mais ils sont en même temps une entité qu’aucun Maître Spirituel ne peut se permettre d’ignorer. Avec un Maître Spirituel de nourriture comme compagnon, votre force de combat augmentera substantiellement et particulièrement en terme de capacité à continuer le combat. Pour la suite, je vais parler de l’utilité des Maîtres Spirituels sur le champ de bataille… »

Le cours de Shao Xin n’était pas très vivant et dans toute la classe, Oscar était le seul Maître Spirituel de nourriture. Par conséquent, il était le seul à écouter avec un véritable intérêt tandis que de plus en plus de monde semblait s’endormir.

Tang San avait pratiquement complètement oublié Tai Long. De temps en temps, Xiao Wu et lui se murmuraient des choses, ce qui était pour une conversation tout à fait ordinaire. Mais dans les yeux des autres, cette petite atmosphère intime n’était source que de plus d’envie.

Tang San avait peut-être oublié, mais Tai Long en était loin. Il avait déjà mis de côté son honneur pour attaquer son adversaire sur sa faiblesse avec sa force, il ne pouvait perdre à nouveau. Ce cours lui donnait également l’opportunité de se préparer.

Assis tout au fond, il accumulait constamment son pouvoir spirituel afin d’éliminer le poison et de recouvrer ses forces.

Le cursus de l’Académie n’était pas dur, semblable à celui de la majorité des Académies de Maîtres Spirituels : cours le matin et l’après-midi, les étudiant cultivaient de leur côté. Très vite, les cours du matin se terminèrent.

« Ge, qu’irons-nous manger ? Il y a plein de choses délicieuses dans la Cité du Dou Céleste, que dis-tu d’aller nous y promener dans l’après-midi ? »

Voyant le regard d’anticipation de Xiao Wu, Tang San sourit. Hochant la tête, il dit :
« D’accord, nous irons faire une promenade. Je ne sais pas si Bouboule et Oscar veulent venir. »

Xiao Wu renifla,
« Ne t’occupe pas d’eux, allons-y juste nous deux. Ils ont des choses à faire. Bouboule, ce type, même sans la menace de son feu malfaisant, je crains que ses appétits n’aient pas changé. L’oncle à la grosse saucisse est tellement vulgaire que je ne voudrais pas marcher avec lui. »

Xiao Wu ne faisait pas d’efforts pour parler à voix basse et Oscar ainsi que Ma Hongjun l’entendirent tous deux depuis là où ils étaient assis non loin. Oscar dit avec mécontentement,
« Xiao Wu, même si tu as peur qu’on s’introduise dans votre petit monde, ce n’est pas la peine de me tourner en ridicule ainsi. Je suis beau et naturel, talentueux et élégant, un pilier de jade faisant face au vent, comment serais-je vulgaire ? »

Xiao Wu tira la langue à Oscar,
« Récite tes incantations spirituelles à voix haute, on demandera ce qu’en pensent les gens après. »

« C’est… »
Lorsqu’on parlait de ses incantations spirituelles, Oscar se trouvait plutôt démuni.

Il avait constamment poursuivi Ning Rongrong de ses avances, mais elle avait toujours gardé ses distances, sans accepter ni refuser, ressuscitant ou écrasant chaque jour ses espoirs. Depuis qu’il était venu étudier ici, il y avait de nombreux étudiants avec une bonne apparence en classe. Avec sa beauté, attirer l’attention n’était pas un problème.

Mais le point clé était que tous ici étaient des Maîtres Spirituels et il était impossible d’échapper aux affrontements. Une fois que les filles entendaient ses incantations spirituelles vulgaires, elle prenaient immédiatement leurs distances et personne ne voulait même toucher sa grosse saucisse.

C’était en fait Dai Mubai qui était le plus populaire, recevant des dizaines de lettres d’amour, non seulement de la classe avancée mais aussi des autres classes. Même s’il n’était pas aussi beau qu’Oscar, le charme de ses yeux maléfiques qui semblaient voir au travers du cœur et de l’âme des gens, ainsi que sa virilité pure en faisait naturellement le point focal des jeunes filles. Malheureusement, depuis qu’il avait rencontré Zhu Zhuqing, Dai Mubai semblait avoir complètement changé de nature et, sans pour autant essayer d’échapper à ces fleurs, il ne les provoquait pas non plus. C’était également une des raisons majeures pour laquelle l’attitude de Zhu Zhuqing à son égard s’était légèrement améliorée.

À ce moment, une voix dissonante se fit entendre,
« Tang San, suis-moi. »

Tai Long avait amené plusieurs partisans avec lui et, déjà à l’extérieur, il pointa Tang San avant de se retourner pour partir.

Même Ma Hongjun était incapable de supporter plus longtemps,
« Ce type n’a pas encore fini avec ça. Troisième frère, tu veux que je t’aide à le remettre à sa place ? »

Il était embarrassant de rester silencieux après avoir accepté un cadeau et bien que la nature de Bouboule le pousse plus à la fuite, le Tournesol à Crête de Phénix que lui avait donné Tang San avait sauvé sa vie. Bien que ce ne soit pas quelque chose dont Bouboule parlerait, cela restait profondément ancré dans son cœur.

Au-delà des familiarités basiques, il avait encore une sorte de respect spécial pour Tang San. La manière dont il s’adressait à lui ayant complètement changé, de petit San à troisième frère.

« Pas besoin, je vais m’en occuper moi-même. »
En parlant, Tang San et Xiao Wu sortirent.

Le groupe de Tai Long se dirigea droit vers la forêt derrière le bâtiment des professeurs avant de s’arrêter.

L’uniforme scolaire de Tai Long avait déjà été corrodé par le poison de Tang San et il se contenta de l’arracher, exposant des muscles travaillés. Ses deux mains se contractaient et se décontractaient successivement, les os faisant des bruits à faire grincer les dents.

L’humeur de Tang San était plutôt mauvaise et l’enchaînement de provocations de Tai Long l’avait laissé un peu impatient. Sans parler, il se dirigea directement sur Tai Long.
« Commençons. »

En parlant, Tang San accéléra soudainement, se précipitant vers l’avant, arrivant déjà devant Tai Long.

L’expérience de combat de Tai Long était clairement abondante et sans paniquer, il leva sa main gauche devant sa poitrine pour bloquer tout en envoyant son poing droit pour frapper avec un sifflement.

Tang San n’esquiva pas l’attaque de Tai Long. Levant sa main gauche, il attrapa le poing droit de l’adversaire avec sa main, effectuant en même temps un quart de tour vers la gauche et un pas vers l’avant, écrasant son épaule droite dans l’estomac de Tai Long.

Son pied droit se mit également en place et avec sa main droite poussant vers l’avant, il s’agissait d’une Fenêtre Ouverte pour la Pleine Lune classique.


Partie 3

Tai Long ne sentit que son poing frapper le vide, la force qu’il contenait se dissipant, immédiatement suivit par une puissante force sur sa poitrine. Il chancela et vola en arrière, impuissant.

Bang— Le corps massif de Tai Long vola sur plusieurs mètres avant de finalement atterrir sur l’herbe bleu-argentée de la forêt.

« Convaincu ? »
Tang San se tenait debout, les mains derrière son dos. Bien qu’il soit jeune, en se tenant ici il donnait une sensation de majesté.

« Refuse d’accepter. »
Rugit Tai Long, se relevant avec acharnement du sol et fonçant vers Tang San tel un rocher géant.

Tang San fronça les sourcils,
« Alors je vais te frapper jusqu’à que tu le sois. »

Dix minutes plus tard, Xiao Wu sortait la première de la forêt. Tout en marchant, elle ne put s’empêcher de soupirer :
« Même si ce mec, Tai Long, est un peu embêtant, il peut vraiment encaisser les coups. Il continuait à se relever après avoir été lancé cent fois. »

« Il a aussi une personnalité très tenace. »
Tang San marchait derrière Xiao Wu pour sortir de la forêt,
« Si je n’avais pas déboîté toutes ses articulations, je ne sais pas combien de temps il aurait continué. »

Tai Long n’avait absolument aucune chance face à l’Ombre Fantôme Brouilleuse de Traces et le Contrôle de la Grue Capture du Dragon de Tang San. Il était en effet beaucoup plus fort physiquement que Tang San, mais n’ayant pas la moindre chance d’utiliser sa force, il avait été à la merci de Tang San.

Au final, Tang San n’avait pas eu d’autre choix que d’utiliser une technique de restriction afin de déboîter les articulations de ses quatre membres pour terminer le combat.

Xiao Wu tira la main de Tang San,
« Allons-y, allons manger. »
Tang San hocha la tête, son regard sur Xiao Wu quelque peu distrait.

« Quoi ? Tu ne me reconnais pas ? »
Sourit Xiao Wu.

Tang San secoua rapidement la tête, cachant son embarras,
« Allons-y, aujourd’hui tu décides où on mange et je t’accompagne. »

L’académie était vraiment bien placée dans la ville, juste après la grande porte se trouvait une rue spacieuse. La Cité du Dou Céleste était en effet digne d’être la capitale de l’Empire du Dou Céleste, les rues étaient larges et propres et les magasins nombreux. Des torrents infinis de gens occupés passaient partout.

À cause de leur retard avec Tai Long, quand Tang San et Xiao Wu entrèrent dans différents restaurants, il découvrirent que ceux-ci étaient déjà pleins. Inconsciemment, ils se dirigèrent vers le centre-ville.

« Ge. Est-ce un endroit spécial là-bas ? »
Demanda Xiao Wu en pointant vers un bâtiment en forme de dôme non loin.

Ce bâtiment semblait vraiment particulier. Il était parfaitement rond, telle une demi-sphère sortant du sol. Au-dessus ne se trouvait aucun panneau avec du texte, juste un symbole de marteau.

Le cœur de Tang San se serra et se souvint tout de suite de ce que lui avait dit Grand maître. Ce marteau n’était pas un marteau de forge symbolisant les forgerons,
« Il semblerait qu’il s’agisse d’une maison des enchères. Le symbole au-dessus doit être un marteau de commissaire-priseur. »

Les yeux de Xiao Wu s’illuminèrent,
« Une maison des enchères ? On peut aller jeter un coup d’œil ? Je me souviens que Grand maître a dit que seules les deux capitales impériales avaient des maison des enchères de première qualité, où même des Os Spirituels étaient vendus. »

Tang San connaissait naturellement les maisons des enchères à cause des Os Spirituels. C’était un trésor que Grand maître avait toujours désiré. D’un certain côté, tant qu’un Maître Spirituel avait assez de pouvoir spirituel, il pouvait toujours obtenir un Anneau Spirituel, seule la qualité pouvait varier. Mais les Os Spirituels étaient différents.

La rareté des Os Spirituels les avait rendu propriété d’un petit nombre de Maîtres Spirituels. N’importe qui ayant un Os Spirituel essayerait de cacher ce fait, d’empêcher les autres de le savoir. Parce que les histoires où un Os Spirituel avait créé un carnage étaient trop nombreuses. Même les Os Spirituels les plus communs pouvaient être vendus pour un prix immense.

Malgré que le fait que le Hall Spirituel ait clairement interdit la chasse de Bêtes Spirituelles pour les Os Spirituels, il y avait toujours beaucoup de Maîtres Spirituels sur-confiant qui tentaient leur chance par désespoir. Bien sûr, très peu se sépareraient de leur Os Spirituels, la plupart étaient seulement échangés pour un autre.

Échangés pour un autre Os Spirituel plus convenable ou peut-être un trésor précieux.

Tang San était également intéressé par la maison des enchères,
« Xiao Wu, allons trouver quelque chose à manger d’abord. Nous irons voir plus tard. »

Entendant parler de nourriture, Xiao Wu ne put s’empêcher d’être en colère,
« C’est à cause de Tai Long, qui nous a retenu, que tous ces petits magasins délicieux devant l’académie étaient pleins. Ces restaurants ont tous beaucoup de clients, il n’y avait même pas la place de s’asseoir. »

Tang San haussa les épaules, impuissant :
« Nous ne pouvons pas aller dans la maison des enchères en ayant faim. Il doit forcément y avoir un endroit où manger dans cette Cité du Dou Céleste. »

Xiao Wu sourit soudainement :
« Regarde par ici. Ils vendent des repas rapides. Nous pouvons aller y manger un morceau. »

Tang San suivit le doigt de Xiao Wu du regard et vit un vieil homme en train de pousser un chariot à nourriture. Sur le chariot se trouvaient plusieurs woks et sur le côté se trouvaient des paniers en bambou avec des couvercles pour les garder au chaud.

« Chef, qu’est-ce que vous avez ? »
Xiao Wu bondit jusqu’au chariot pour demander.

Le vieil homme sourit immédiatement en voyant l’adorable Xiao Wu :
« Petite miss, mes repas en boite sont absolument délicieux. Les affaires ont été plutôt bonnes aujourd’hui et il ne me reste pas grand-chose. Je vais vous les vendre pour pas cher. Deux pièces de cuivre spirituel pour une boite suffit. Qu’en dites-vous ? »

« Merci. »
Xiao Wu sortit rapidement quatre pièces de cuivre spirituel de sa poitrine,
« J’en veux deux. Ge, viens vite manger. »

Le chef ouvrit plusieurs paniers, deux épicés et deux nature, très bien organisés. Dans ces paniers en bambou se trouvaient de gros beignets à la vapeur blancs comme neige et même s’ils n’étaient plus chauds, ils étaient toujours tièdes.

Xiao Wu tendit le premier beignet à Tang San avant d’en prendre un pour elle, prenant en même temps les couverts que lui tendait le vieil homme tout en mangeant avec appétit. Bien qu’il s’agisse de repas à emporter peu cher, elle mangea tout de même avec joie.

Tang San se tenait debout à côté d’elle, mangeant son repas avec Xiao Wu. Regardant son apparence adorable, il ne put s’empêcher d’être distrait un moment.

Xiao Wu plaçait de temps en temps un peu de sa viande dans le bol de Tang San, ne mangeant que quelques légumes et le reste de viande.

« Xiao Wu, mange aussi. »

Xiao Wu sourit :
« Je ne mange pas beaucoup. En plus, ton corps est en pleine croissance, Grand maître a dit que vous les garçons aviez besoin de manger plus de viande. Sinon vous n’aurez pas de force. »

Ces mots simples frappèrent le point sensible du cœur de Tang San. En un instant, la perplexité et la confusion de ces derniers jours avaient complètement disparu et Tang San se tenait maintenant là regardant stupidement Xiao Wu, une lueur quelque peu étrange dans les yeux.

« Ge, qu’est-ce qu’il t’arrive ? Pourquoi est-ce que tu es si distrait ces derniers temps ? Tu es malade ? »
Xiao Wu leva la main pour sentir la température du front de Tang San.

Tang San posa le beignet à la vapeur et saisit la main de Xiao Wu, dans cet instant de compréhension qu’il venait d’avoir, il avait réalisé quelque chose. Regardant le visage inquiet et mignon de Xiao Wu devant lui, Tang San sentit son sang chaud bouillir dans son cœur,
« Xiao Wu, peu importe ce qu’il se passe, je serai toujours à tes côtés pour te protéger comme maintenant et tu seras ma Xiao Wu chérie pour toujours. »

Xiao Wu eut le regard vide. Bien qu’elle ne comprenne pas pourquoi Tang San avait dit cela maintenant, son cœur fut tout de même ému et avec un doux sourire, elle dit :
« Ge, je sais que tu es le meilleur pour moi. Mange vite, sinon ça va être froid. »

Tang San reprit le beignet à la vapeur dans la main. Peut-être parce qu’il avait défait le nœud qu’il avait au cœur, son appétit était soudainement énorme et il mangea le beignet à la vapeur et les plats à grandes bouchées, son visage portant à nouveau son sourire habituel.

Le vieil homme avait d’abord vu Tang San et Xiao Wu comme des enfants et pensant qu’ils ne mangeraient pas trop, il avait donné un petit prix. Mais voyant que Tang San mangeait de plus en plus, il ne put s’empêcher de froncer les sourcils d’inquiétude. Un vendeur de buffet à volonté rencontrant un roi des morfals, quelle tragédie pour lui.

Tang San mangea jusqu’à en exploser avant de s’arrêter.

« Chef, merci. Votre repas était délicieux. »

Tang San hocha la tête courtoisement vers le chef et d’un geste du poignet, il envoya une pièce d’argent spirituel sur le comptoir.

« Jeune homme, qu’est-ce donc ? »
Le chef eut le regard vide et interpella rapidement Tang San et Xiao Wu qui partaient déjà.

Tang San tourna la tête et sourit :
« C’est ce que vous méritez. »
Sur ces mots, il tira Xiao Wu à grandes enjambées. Pour lui, c’était plus qu’un simple repas.

Xiao Wu sentait la main de Tang San serrer fermement la sienne et l’expression souriante sur son visage semblait être revenu à la normale. Elle avait toujours été maligne et sans demander quoi que ce soit, se dirigea vers la maison des enchères sur un petit nuage.

Une fois proche, ils purent vraiment admirer les proportions du bâtiment.

Selon les estimations de Tang San, cette demi-sphère sortant du sol avait un diamètre d’au moins cinq cents mètres et faisait quatre-vingts mètres à son sommet. Même si cela était inférieur aux Grandes Arènes Spirituelles qu’il avait vues auparavant, il savait que cet endroit était juste une maison des enchères et n’avait donc pas besoin de place pour des spectateurs.

De plus, il s’agissait de la capitale du Dou Céleste et chaque parcelle de terrain valait son poids en or. Grâce à cela, la position de cette maison des enchères et la profondeur de ses racines étaient clairement visible.

L’entrée de la maison des enchères était semi-circulaire et comme la maison des enchères elle-même, elle était d’un blanc laiteux. Devant la porte se tenaient quatre grandes jeunes femmes.

Ces jeunes femmes avaient clairement passé des tests rigoureux. En plus de toutes faire un mètre soixante-quinze, leur silhouette était extrêmement bien formée et cela sans mentionner leur beau visage, possédant un charme qu’on ne pouvait ignorer. Elles semblaient avoir au plus vingt ans.

Elles portaient de longues robes qui cachaient même leurs bras, ne révélant pas le moindre parcelle de peau. Mais les robes étaient très moulantes, dessinant amplement les contours de leurs courbes généreuses.

Les robes blanches comme la neige étaient brodées de motifs argentés qui semblaient représenter des épées, mais ni Tang San ni Xiao Wu ne pouvait les reconnaître. Les quatre jeunes femme bougeaient toutes de la même manière, les deux mains devant elles et souriante. Et bien que leur sourire soit professionnel, il donnait toujours une bonne impression aux gens.


 

  1. C’est presque grande sœur, mais ça a le sens de boss
Cet article comporte 7 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Contenu protégé
Back To Top