skip to Main Content
Menu

Douluo Dalu – Chapitre 68

 


Cliquez ici pour lire la partie 2
Cliquez ici pour lire la partie 3

Chapitre 68 : Bourse Miraculeuse aux Cent Trésors et Nuée Chasseuse d’Âme

Partie 1

« Pei, tu peux retourner dans les bras de la mort. »
Dit Dugu Bo en lui tapant sur la tête. De son expression, Tang San pouvait voir qu’il ne croyait pas à la puissance de l’Invitation de Yama qu’il tenait dans les mains.

En vérité, même Tang San ne s’attendait pas à pouvoir raffiner l’Invitation de Yama.

Étant la troisième meilleure arme des Cent Variations d’Armes des Précieux Écrits Célestes Mystérieux, il était normal que Tang San soit excité. Dans sa vie antérieure, n’importe qui tremblait en entendant le nom de preneuse de vie et d’âme, l’Invitation de Yama.

Afin de raffiner l’Invitation de Yama, Tang San avait utilisé quarante-neuf types d’herbes précieuses autour du Puits Yin Yang de Glace et de Feu, afin de rendre le poison de l’Invitation de Yama irrésistible.

Ces trois petites aiguilles noires n’étaient pas faites de métal, mais étaient en fait totalement condensées à partir de substances empoisonnées. Une fois qu’elles rentraient dans un corps, elles se retransformaient tout de suite en poison, faisant immédiatement effet.

Inutile de parler d’un antidote. Même s’il en existait un, personne n’aurait le temps de le prendre. Il n’y aurait même pas assez de temps pour un héro de se couper le poignet.

L’Invitation de Yama, était-elle si facile à recevoir ?

Cependant, la technique de lancer de l’Invitation de Yama demandait énormément de force interne. Selon les calculs de Tang San, pour pouvoir l’utiliser avec sa Technique Céleste Mystérieuse, il aurait au moins à atteindre le niveau quarante et même là, toute sa force interne ne suffirait que pour une attaque.

Mais cela suffisait amplement. Même si Tang San ne l’avait pas essayée, il était certain que même s’il était incapable de tuer des adversaires puissants, tant qu’il réussissait à transpercer la peau de son adversaire avec l’Invitation de Yama, celui-ci verrait rapidement sa vie et son âme être capturées.

Plaçant avec délicatesse la boîte de jade dans Vingt-Quatre Ponts Éclairés par la Lune, Tang San pensa qu’il était opportun qu’il soit à côté du Puits Yin Yang de Glace et de Feu, sinon, il n’aurait jamais trouvé autant d’herbes précieuses. Malheureusement, les deux meilleures armes secrètes ne pouvaient pas être crées juste avec des herbes.

Organisant ses pensées, Tang San regarda Dugu Bo. Durant ces six mois, l’apparence de Dugu Bo avait considérablement changé. Ses cheveux verts à l’air misérables étaient devenus grisonnant et à part pour ses yeux, son teint vert avait disparu peu à peu.

Six mois de traitement avaient pratiquement fait disparaître la douleur du contrecoup du poison de Dugu Bo. Mais il avait après tout été empoisonné pendant de nombreuses années. Une purge complète était quasiment impossible.

Dugu Bo était déjà très satisfait de son état actuel. Il était naturellement au courant de sa situation. Et en même temps, il était sûr qu’utiliser la même méthode pour éliminer le poison de sa petite-fille ne poserait aucun problème.

« Petit monstre, rend-la moi. »
Dugu Bo remarqua que Tang San le regardait et il tendit donc sa main droite, tout en faisant un petit geste avec.

« Te la rendre ? Te rendre quoi ? »
Demanda Tang San confus.

Dugu Bo dit :
« Quoi ? Ne me dis pas que tu veux garder ma perle toute ta vie ? Je n’aimerais pas m’en séparer. »

Tang San, quelque peu stupéfait, dit :
« Tu n’as pas peur que j’empoisonne ton médicament ? »

Dugu Bo renifla,
« J’ai déjà intériorisé mes compétences de poison, les rassemblant dans mon Os Spirituel. Un maigre empoisonnement. J’ai bien peur qu’il n’existe aucun poison capable de me tuer. Même si tes petites aiguilles peuvent vraiment tuer un Douluo Unique, elles seraient inutiles face à moi. Redonne-la moi vite, n’en as-tu pas déjà assez profité ? En six mois, ton pouvoir spirituel a déjà atteint le niveau trente-sept. J’ai peur que tu absorbes toute l’énergie de la perle. »

Tang San sourit. Il savait que même si Dugu Bo ne voulait pas l’admettre, il n’était déjà plus méfiant à son égard. Durant ces six mois, il avait fini par peu à peu comprendre Dugu Bo. Ce Douluo Unique, qui semblait si féroce, n’était en réalité pas si différent des anciens normaux. Même si les mots qui sortaient de sa bouche faisaient peur, son caractère n’était pas mauvais. Tant qu’il n’était pas menacé ou offensé, il ne chercherait pas de lui-même les ennuis. »

« Prends-la. Honnêtement, j’ai aussi dû mal à m’en séparer. »
Tang San regarda Dugu Bo avec un sourire, tout en écartant les bras.

Dugu Bo marcha jusque devant Tang San et leva sa main pour appuyer sur l’estomac de Tang San. Une énergie d’une chaleur torride provoqua immédiatement une contraction du dantian de Tang San et tout de suite après, en même temps que Dugu Bo faisait monter sa main, ce courant chaud remonta le long de sa gorge. Tang San ouvrit la bouche et une perle de jade verte en sortit, avant de tomber dans la main de Dugu Bo.

Bien que cela semble être une interaction mineure, Tang San décontracta tout de même tout son corps. La menace mortelle qu’il avait endurée pendant six mois avait enfin disparu. En vérité, il n’avait eu aucun moyen de se prémunir de la perle de Dugu Bo.

« Petit monstre, mon poison est quasiment sous contrôle et récemment, j’ai commencé à sentir que ton antidote avait de moins en moins d’effet sur moi. Il y a beaucoup de poison en moi, je le sais très bien. Il est impossible de tout concentrer dans mon Os Spirituel. De plus, mon corps s’est déjà adapté à une certaine concentration de poison, si je n’en ai plus du tout, cela pourrait être dangereux. Je vais considérer cela comme être soigné. Plus tard, j’amènerai tes professeurs et ma petite-fille et une fois que tu l’auras soignée, tu pourras partir. »

« Tu me laisses partir ? »
Tang San regarda Dugu Bo. Il ne savait pas pourquoi, mais au fond de lui, il ne voulait pas partir. Était-ce à cause des ces précieuses herbes autour du Puits Yin Yang de Glace et de Feu ? Peut-être, mais ce n’était pas la seule raison.

L’expression de Dugu Bo semblait un peu solitaire,
« Tu es encore jeune, je ne peux pas te garder ici toute ta vie. Quel dommage que tu ne sois pas juste un peu plus vieux. Je t’aurais marié à ma magnifique petite-fille et tu aurais pu m’appeler grand-père. »

Tang San secoua la tête avec impuissance et il dit :
« Oublions ça, il est suffisant que ta petite-fille hérite de tes techniques. De plus, elle a déjà un amant. L’héritier direct du clan du Dragon Tyran de l’Éclair Bleu, n’est-il pas plus exceptionnel que moi ? »

« Gamin, tu me provoques ? Même si le clan du Dragon Tyran de l’Éclair Bleu est puissant, comparé à tes origines, ça ne vaut rien. En plus, ce gosse, Yu Tian-Heng, n’est pas aussi extraordinaire que toi. »

« Mes origines ? »
Tang San eut le regard vide, se remémorant inconsciemment son père qu’il n’avait pas vu depuis plusieurs années, sans même une lettre et il ne put retenir un soupir :
« Quelles origines ? Je suis juste le fils d’un forgeron. »

Dugu eut lui aussi le regard vide. Durant ces six mois, il avait bien compris le caractère de Tang San. De par son expression, il pouvait clairement voir que Tang San ne se moquait pas de lui.

« Gamin, raconte-moi ton passé. »
Dugu Bo tira Tang San pour l’asseoir au bord du Puits Yin Yang de Glace et de Feu.

Tang San hocha la tête et mis à part son grand secret de réincarnation, il ne cacha rien de son passé depuis qu’il était venu au monde.

D’une traite, il parla de toute son enfance, de son pouvoir spirituel inné, de son double Esprit et même de quand il avait accepté Grand maître comme maître ainsi que son entrée dans l’Académie Shrek et tout ce qui lui était arrivé après. Il raconta tout cela en détail.

Écoutant avec attention l’histoire de Tang San, Dugu Bo fut intérieurement stupéfait. Bien qu’il soit toujours sûr que Tang San soit le fils de cette personne, il ne s’attendait pas à ce qu’il soit abandonné comme cela durant son enfance.

« Dans ce cas, où as-tu appris à manipuler le poison ? Ramasser un livre t’a permis d’atteindre ce niveau ? Ce vieil homme n’y croit pas une seconde. »

Tang San sourit,
« Peu importe que tu me crois ou non. C’est un secret, je ne dirais rien. »

Dugu Bo renifla,
« Alors je vais laisser tomber. Prends ça. »
Tout en parlant, Dugu Bo sortit une bourse de cuir bleu de quelque part et la lança à Tang San.

La bourse de cuir faisait la taille de deux paumes d’adulte et était de celles qui s’accrochaient à la ceinture. Bien qu’elle soit bien plus grande qu’un sac d’épices, elle tenait facilement dans une main.

« Qu’est-ce que c’est que ça ? Tu essaies de m’acheter ? »
Tang San ouvrit suspicieusement la bourse de cuir et sans demander, sut qu’il s’agissait d’un outil spirituel,
« J’ai déjà Vingt-Quatre Ponts Éclairés par la Lune de mon maître. Garde-la, ou donne-la à ta petite-fille. »

Dugu Bo secoua la tête,
« Non, elle est différente de celle que tu as. Ma petite-fille n’aime pas jouer avec les poisons, lui donner est du gâchis. Elle s’appelle la Bourse Miraculeuse aux Cent Trésors1. Bien que ton outil spirituel soit très bon, il est tout de même moins utile qu’elle. Car, le tien peut contenir des choses mortes, mais le mien peut contenir des choses vivantes. »

Tang San était intelligent et il comprit tout de suite ce que disait Dugu Bo. Ses lèvres bougèrent légèrement et il siffla silencieusement.

Un rayon de lumière de jade passa à toute vitesse de la poitrine de Tang San à sa paume. Il s’agissait en effet de la Jade aux Neuf Stries de cinq cuns de long et entièrement verte comme la jade.

Durant les six derniers mois, la Jade aux Neuf Stries avait eu des changements considérables. Sa taille n’avait pas changé, mais ses petits yeux étaient devenus encore plus brillants. Tout son corps était devenu presque transparent, le vert de jade ressemblant à de la jade sculptée, tandis que des courants blanc et rouge se déplaçaient dans son corps et quand elle ne bougeait pas, elle ressemblait plus à une décoration qu’à quelque chose de vivant.

« En d’autres termes cette petite créature peut être rangée à l’intérieur sans suffoquer ? »
Tang San était agréablement surpris. Un outil spirituel capable de contenir des choses vivantes était grandement différent de Vingt-Quatre Ponts Éclairés par la Lune. Cela ne concernait pas que la Jade aux Neuf Stries dans sa main, même des herbes pouvaient rester fraîches dedans. De cette manière, il n’aurait pas besoin de transformer les herbes en pilules pour les transporter. En vérité, beaucoup d’herbes qui pouvaient être utilisées fraîches avaient un meilleur effet le plus frais elles étaient.

Dugu Bo regarda le visage surpris de Tang San et sourit,
« À l’instant tu sembles avoir dit que tu ne la voulais pas, non ? Rends-la moi donc. »
Tout en parlant il tendit la main et fit un petit geste vers Tang San.

Peut-être parce qu’il avait été avec Dugu Bo trop longtemps, le caractère de Tang San avait été un peu infecté. Sans la moindre trace de politesse, il accrocha la Bourse Miraculeuse aux Cent Trésors sur Vingt-Quatre Pont Éclairés par la Lune et dit,
« Vraiment ? Je ne m’en souviens pas. Me donner quelque chose et vouloir le reprendre, es-tu toujours un Douluo Unique ? »


Partie 2

Dugu Bo renifla,
« Bref, il n’y a que toi et moi ici, qu’est donc un Douluo Unique ? Les Douluos Uniques restent des êtres humains. Je t’ai promis que tant que tu pourrais me guérir, je t’accorderais trois choses. Tu as déjà choisi la première, je ne peux pas blesser les gens de l’Académie Shrek. Si je te donne cette Bourse aux Cent Trésors Souhaitables, ça en fera une deuxième non ? »

Tang San fit un clin d’œil à Dugu Bo, avant de le regarder l’air innocent,
« Vieux monstre, tu es celui qui a pris l’initiative de me la donner. Pourquoi devrais-je me soucier de ce que tu penses ? »

« Tu… »
Dugu Bo fut tout de suite en colère, mais malheureusement, il n’avait rien à redire.

Tang San sourit calmement, toucha sa hanche, puis tendit sa paume vers Dugu Bo d’un geste du poignet,
« Bien que la Bourse Miraculeuse aux Cent Trésors ne puisse être considérée comme un de mes souhaits, je ne peux pas la prendre gratuitement. Je vais te donner cela en échange. »

Dugu Bo regarda la paume de Tang San. Dedans se trouvaient deux balles de fer pas très grandes, complètement noires, sans aucun signe distinctif.

« De quoi s’agit-il ? Du poison ? Un tonifiant ? »
Dugu Bo les huma, mais ne sentit rien, puis demanda avec curiosité.

Tang San sourit,
« Tu ne vois donc pas ? Ce sont deux balles de fer. Où se trouverait le médicament vieux monstre ? Ne me dis pas que tu ne peux pas faire la différence entre du métal et un médicament ? »

Dugu Bo le fusilla du regard,
« Comment est-ce que ces deux choses peuvent avoir la même valeur que ma Bourse Miraculeuse aux Cent Trésors? »

Tang San répondit :
« Pourquoi ne l’auraient-elles pas ? Elles peuvent te sauver la vie. »

Dugu Bo renifla avec dédain,
« Petit monstre, il y a un problème avec ton cerveau. Ce vieil homme est un Douluo Unique, il n’existe pas beaucoup de gens dans ce monde capables de me dominer. Juste quelques personnes à la force anormale. Comment est-ce que ces deux balles de fer pourraient m’aider ? »

Tang San dit :
« Tu ne me crois pas ? Très bien, ça m’aurait fait mal de te les donner de toutes façons. »
Tout en parlant, il s’apprêta à les ranger.

Dans éclair de lumière verte, avant même que Tang San puisse tourner son poignet, ces deux balles de fer étaient déjà dans la main de Dugu Bo,
« Donner des choses pour ensuite les reprendre, n’es-tu pas effronté ? Dis-moi. Quelle utilité ont ces choses ? »

Dugu Bo tenait une balle de fer dans chaque main, mais n’observait aucun résultat. Utilisant une de ses mains pour en pincer une, il était sur le point de tester leur résistance quand Tang San l’arrêta soudainement.

« Tu veux mourir ? Ne les pince pas. »
Tang San attrapa le poignet de Dugu Bo. Bien que sa force n’ait aucun effet sur Dugu Bo, celui-ci lui faisait tout de même beaucoup confiance et desserra rapidement sa main.

« Qu’est-ce que tu fais ? Tellement de mystères, explique-moi donc de quoi il s’agit. Quelle est donc cette chose ? »
Dugu Bo demanda, quelque peu impatient. Il n’était pas moins curieux que les gens normaux. Bien qu’il ait révélé du dédain en surface, en son for intérieur il était tout de même certain que quelque chose qu’un petit monstre comme Tang San lui avait donné ne pouvait pas être quelque chose d’ordinaire.

Entendant cela, Tang San dit sévèrement :
« Cette chose est connue sous le nom de la Nuée Chasseuse d’Âme2 et c’est une des plus puissantes armes secrètes que je peux actuellement fabriquer. Tu dois être très prudent avec. Une fois qu’elles subissent une pression externe ou un choc suffisant, leur puissance apparaît immédiatement. Ces choses sont utilisées ensemble. Elles doivent être utilisées avec une technique de lancer rapide. Peut-être que leur puissance instantané n’est pas suffisante pour blesser un Douluo Unique, mais leur caractère inattendu et leur puissance totale est suffisante pour bloquer n’importe quel ennemi. Leur plus grand avantage étant que plus la force…eh, non, le pouvoir spirituel de l’utilisateur est puissant, plus ces choses sont puissantes. »

« Ces deux choses peuvent être si puissantes ? »
Dugu Bo était toujours quelque peu sceptique.

Tang San dit :
« Je vais les essayer et tu verras. »
Tout en parlant, il saisit les balles de fer des mains de Dugu Bo et les sous-pesant dans ses mains, il dit :
« Regarde attentivement. »

Alors qu’il parlait, une lumière blanche apparut autour de Tang San et d’un geste de son poignet, les deux balles de fer partirent simultanément.

Bien qu’elles soient parties simultanément, les deux balles de fer volaient l’une après l’autre et au moment où la première allait perdre son élan, la seconde la rattrapa soudainement, lui rentrant directement dedans.

Avec un bang, un brouillard violet emplit l’air, recouvrant plus de dix mètres carrés en un instant.

Avec la vue qu’avait Dugu Bo, il pouvait clairement voir ce qu’il se passait à l’intérieur du brouillard. D’innombrables petits filaments virevoltèrent avec un léger vrombissement, avant d’aller se loger dans le versant de la montagne non loin.

Tang San dit :
« Ce que j’appelle « nuée » fait référence à l’explosion une fois que les balles se brisent. Ce brouillard violet est extrêmement toxique, il possède un puissant effet anesthésiant et à la moindre inhalation, une personne ordinaire dormira pendant dix jours. Même de puissants Maîtres Spirituels se laissant affecter par mégarde seront forcés de ralentir. Une fois que les balles entrent en collision, elles relâchent immédiatement les filaments à l’intérieur. Ces filaments sont plusieurs centaines d’Aiguilles d’Ossification de l’Âme, spécialisées dans la pénétration du qi défensif de la Grande Ours, couplées à un poison sans égal. Une fois sa cible atteinte, il se répand rapidement, ossifiant tout sur son chemin tel du coton. »

Ces Nuées Chasseuse d’Âme étaient ce que Tang San avait fabriqué pendant son isolement à l’Académie Shrek. Elles étaient considérées comme un produit de la combinaison des armes secrètes mécaniques et des armes secrètes de lancer et étaient classées à la cinquième place parmi les armes secrètes mécaniques. Quand il était à la Secte Tang, Tang San avait été chargé de la production des Nuées Chasseuse d’Âme et c’était grâce à celles-ci que Tang San avait été considéré comme le premier ou deuxième meilleur disciple externe de la Secte Tang.

Cette fois, Tang San en avait fabriquées dix-huit, soit neuf pairs.

À la base, elles n’étaient pas empoisonnées, car il n’avait pas les ingrédients requis, mais depuis qu’il était arrivé ici et qu’il avait passé du temps à raffiner des herbes, ces Nuées Chasseuse d’Âme avaient finalement été complétées.

Et comme il avait tous types d’herbes de première qualité à sa disposition, ces Nuées Chasseuse d’Âme étaient même légèrement meilleures que celles de sa vie antérieure.

La silhouette de Dugu Bo disparut et il réapparut à côté des Aiguilles d’Ossification de l’Âme dans le versant de la montagne. Examinant de plus près tout ce qu’il se trouvait devant lui, il ne put s’empêcher d’inspirer profondément.

D’innombrables petits trous noirs étaient apparus sur le versant et chacun faisait un chi de profondeur, une légère fumée bleue s’en échappant. Juste avec son nez, il pouvait détecter ce poison épouvantable.

Se retournant vers Tang San, il ne put s’empêcher de soupirer d’admiration :
« Petit monstre, je ne sais vraiment pas si je devrais te traiter de génie ou de fou. Tu peux même créer ce genre de choses. Je ne sais vraiment pas comment ta tête a été construite. Mais malgré cela, d’après leur puissance d’attaque, elles sont loin d’être assez puissantes. Sans même parler d’un Douluo Unique, même un Maître Spirituel de niveau soixante ou soixante-dix posséderait une défense suffisante pour les bloquer. »

Tang San le coupa :
« Vieux monstre, rappelle-moi mon niveau ? »

Dugu Bo revint vers lui,
« Un peu plus de trente, pas plus de quarante. »

Tang San répondit :
« À l’instant je viens de dire que lorsque ces choses sont utilisées, plus haut est le pouvoir spirituel, plus puissante est l’attaque. En d’autres termes, quand les Nuées Chasseuse d’Âme sont utilisées avec un pouvoir spirituel encore plus puissant, elles seront bien sûr plus rapide, mais les Aiguilles d’Ossification de l’Âme seront naturellement plus pénétrantes. À moins que tu rencontres un Douluo Unique spécialisé dans la défense, ne me dis pas que tu serais incapable de blesser ton adversaire avec le pouvoir spirituel que tu possèdes. Et même si ton ennemi les bloque avec du pouvoir spirituel et ne les laisse pas entrer en collision, elles exploseront de toutes façons une fois entrées en contact avec une force extérieure. La seule chose importante pour qu’elles révèlent leur puissance est leur soudaineté. Moins ton adversaire s’y attend, plus tu as de chances de l’emporter. »

Les yeux de Dugu Bo s’illuminèrent. Il venait de comprendre ce que voulait dire Tang San et commença à jubiler intérieurement,
« Pas trop mal en effet. Petit monstre, vite, donne m’en cent quatre-vingts. »

Tang San fut sans voix,
« Tu penses qu’il s’agit de pois de senteur ? Cent quatre-vingts ? Je n’en ai fait que deux et je viens de te les donner pour que tu les essaies. Qui t’as demandé de ne pas me croire ? »

« Quoi ? Deux ? »
Dugu Bo écarquilla les yeux,
« Essaies-tu de me mettre en colère ? Tu n’en as fais que deux et les as tout de même utilisées pour un test ? Dis-moi que c’est une blague. »

Tang San sourit :
« Il faut le voir pour y croire. Si je ne te l’avais pas montré, y aurais-tu cru ? Bon, j’en ai fait quatre en vérité et je vais te donner les deux autres. Fais-y attention cette fois. »
Tout en parlant, il fit un geste de la main et deux balles de fer volèrent vers Dugu Bo.

Dugu Bo venait de constater la puissance des Nuées Chasseuse d’Âme de Tang San et bien qu’il n’en ait pas peur avec sa force, il sursauta tout de même de peur.

« Espèce de petit monstre, tu essaies de me tuer ? »
Dugu Bo condensa rapidement son pouvoir spirituel en un écran de protection devant lui.

Mais qui aurait pu savoir que ces deux balles de fer avaient été lancées d’une manière complètement différente des deux premières et qu’au moment où elles allaient atteindre Dugu Bo, elles s’arrêtèrent dans les airs avant de tomber au sol.

Dugu Bo tendit une main et ramassa les deux balles, tout en soupirant d’admiration en son for intérieur, ’La force de ce petit monstre n’est pas égale à la mienne, mais ses petits tours sont vraiment impressionnants. Peut-être qu’à l’avenir, ses exploits surpasseront les miens’.

Bien que si l’on regardait juste à leur valeur, les deux Nuées Chasseuse d’Âme ne soit pas égales à sa Bourse Miraculeuse aux Cent Trésors, si on comparait leur utilité, la capacité des Nuées Chasseuse d’Âme à sauver sa vie était plus utile à Dugu Bo.

Ayant ramassé les deux balles de fer, Dugu Bo plaça ses mains derrière son dos et fit face au Puits Yin Yang de Glace et de Feu,
« Petit monstre, quand seras-tu prêt à soigner ma petite-fille? »

Tang San eut l’air distrait un instant. Les mots de Dugu Bo revenait à lui demander quand est-ce qu’il partirait.

Tout le monde avait des sentiments et Tang San avait été ici plus longtemps qu’il n’avait été à l’Académie Shrek. Bien que Dugu Bo débordait de menaces au début, au fil du temps les deux avaient développé une relation de professeurs et d’amis dont Tang San avait du mal à se séparer.

Sans Dugu Bo, il n’aurait jamais réussi à fusionner sa compréhension des herbes entre ces deux monde en aussi peu de temps et il aurait été encore plus impossible de fabriquer trois Invitations de Yama.


Partie 3

« Vieux monstre, es-tu si pressé de te débarrasser de moi ? »
Tang San tourna son regard vers la silhouette solitaire de Dugu Bo.

Dugu Bo répondit calmement,
« Ne me dit pas que je devrais te garder ici toute ta vie ? Le monde extérieur est un endroit bien plus vaste, c’est là que tu dois aller. Sans une expérience suffisante, sur quoi te reposeras-tu pour atteindre le niveau de Douluo Unique plus tard ? »
Il ne cacha pas son admiration pour Tang San. Si l’écart d’âge n’avait pas été aussi grand, peut-être aurait-ce été appelé l’admiration mutuelle du talent.

L’atmosphère sembla s’alourdir et ni Tang San ni Dugu Bo ne parlèrent. Tang San ne répondit pas à la question, avançant seulement pour se tenir à côté de Dugu Bo, observant le Puits Yin Yang de Glace et de Feu les sourcils légèrement froncés, réfléchissant profondément.

Après un long moment, les sourcils froncés de Tang San se détendirent comme s’il avait pensé à quelque chose, regardant Dugu avec une nouvelle carte dans sa manche,
« Vieux monstre, tu me dois encore deux choses n’est-ce pas ? »

Dugu Bo acquiesça,
« Ce vieil homme a toujours tenu sa parole, tant que ça ne viole pas mes principes, je serai d’accord. »

Tang San fit un large sourire et dit :
« Alors très bien, j’ai déjà pensé aux deux autres choses. »

« Vraiment ? »
Le front de Dugu Bo se plissa alors qu’il pensait, ’ce gamin, pour quoi prend-t-il mes promesses, ne sait-il pas à quel point ces trois choses pourraient être importantes pour lui ?’ Avec sa puissance de Douluo Unique, ces trois requêtes n’étaient pas à prendre à la légère.

Tang San acquiesça, tournant son regard vers les abords du Puits Yin Yang de Glace et de Feu,
« Ma seconde requête est que tu me laisses prendre toutes les herbes dont j’ai besoin ici, tu ne peux pas m’en empêcher. »

« Ça ? »
Dugu Bo regarda Tang San avec mécontentement. Bien que les herbes autour du Puits Yin Yang de Glace et de Feu soient toutes précieuses, pour quelqu’un ayant déjà atteint le rang de Douluo Unique comme lui, elles n’avaient pas vraiment d’importance. En donnant à Tang San la Bourse Miraculeuse aux Cent Trésors, il avait déjà implicitement accepté qu’il prenne n’importe quelle plante ici.

Tang San reprit :
« Tu acceptes ? »

« J’accepte, pourquoi n’accepterais-je pas quelque chose d’aussi trivial ? »
Dugu Bo répondit avec indifférence. En même temps, il venait d’indiquer à Tang San de ne pas prendre exprimer ses requêtes à la légère maintenant. Même s’il partait maintenant, il pourrait toujours les utiliser plus tard.

Tang San continua avec un air de réflexion :
« C’est trop simple, hein. Alors la prochaine requête est un peu plus difficile. Je ne sais pas si tu va accepter. »

Dugu Bo répondit avec noblesse,
« Pour moi, y a-t-il quoi que ce soit qui soit difficile ? »

Tang San demanda prudemment,
« Ça veut dire que tu acceptes ? »

Dugu Bo n’était pas un jeune homme impétueux. Comment ce vieux renard pourrait-il promettre quoi que ce soit,
« Donne moi d’abord ta requête. »

Tang San dit en souriant,
« En fait c’est très simple. Nos professeurs de l’Académie Shrek manquent, comparativement parlant, de force et ont aussi besoin d’être protégés. Ma troisième requête est donc de t’inviter en tant que conseiller de haut rang à notre Académie Shrek… »

« Hors de question. »
Dugu Bo n’attendit pas que Tang San finisse avant de refuser,
« Ce vieil homme n’a toujours eu qu’une crainte et c’est de voir ma liberté restreinte, c’est une question de principe. Je ne peux accepter. Espèce de petit monstre. Tu voudrais que je joue les gros bras à ton Académie ? Même la famille impériale du Dou Céleste n’est pas capable de me restreindre. »

Tang San rétorqua :
« Qui veut te restreindre. Si tu veux venir, viens. Si tu veux partir, pars. Du moment que tu utilises ton nom, c’est tout ce qui compte. Au moins de cette manière, je pourrais te voir un peu plus formellement. Je ne te laisserais pas être conseiller pour le reste de ta vie non plus. Une fois que j’aurai obtenu mon diplôme, tu pourras faire comme bon te semblera, qui s’en soucierait de toute façon ? »

Dugu Bo eut l’air distrait un instant, baissant la tête pour regarder Tang San. Tang San le regardait également et dans ses yeux se trouvait une expression que Dugu Bo n’y avait encore jamais vue, un mélange de trente pour-cents d’espoir et soixante-dix pour-cents de supplication.

« Juste utiliser mon nom ? »
Dugu Bo demanda avec un ton interrogatif.

Tang San hocha la tête avec empressement,
« Bien sûr. Tu crois que quiconque se soucierait de ce que fait un Douluo Unique de ses journées ? Bien sûr, si l’envie te prend de nous donner des conseils, je ne refuserais pas. »

Dugu Bo renifla avec mécontentement,
« Un petit monstre comme toi veut encore de mes conseils ? On en reparlera quand tu arrêteras d’être meilleur que moi. »

Tang San exultait,
« Alors c’est d’accord ? »

Dugu Bo laissa un sourire lui fendre le visage,
« Tant que tes professeurs ne me chassent pas. Allons-y. »

« Aller ? Aller où ? »
Tang San, confus, demanda.

Dugu Bo répondit :
« Ce vieil homme ne procrastine jamais. Puisque j’ai promis d’être un genre de conseiller, autant te ramener et amener ma petite-fille là-bas pour que tu la soignes. »

Puisqu’il pouvait continuer d’être avec Dugu Bo, Tang San vit son humeur s’alléger et il dit en riant :
« Ne sois pas si pressé, as-tu oublié la deuxième chose que tu m’as promise ? Je veux encore emporter quelques-unes des plantes ici. Les catégoriser et les lister prendra du temps. Cela fait déjà six mois, que sont quelques jours de plus ? Donne-moi trois jours, dans trois jours, nous retournerons à l’Académie. »

Trois jours plus tard.

« Espèce de petit monstre, crapule, je vais te fracasser ! »

Dugu Bo, écrasant le sol de sa furie à chaque pas, leva la main pour frapper Tang San. Ce dernier recula avec empressement en utilisant l’Ombre Fantôme Brouilleuse de Traces et se retourna pour courir,
« Vieux monstre, n’as-tu pas dit que je pouvais emporter tout ce que je voulais, sans rien dire à propos des quantités ? En plus, j’ai quand même laissé des graines, elles repousseront d’ici quelques années. Au fait vieux monstre, ta Bourse Miraculeuse aux Cent Trésors est vraiment excellente, une capacité remarquable. »

Il n’était pas étonnant que Dugu Bo soit à ce point enragé. Ces trois derniers jours, il avait cultivé dans sa grotte et lorsqu’il avait été temps de partir, il était revenu au Puits Yin Yang de Glace et de Feu pour chercher Tang San. Seulement, en revenant au bord du Puits Yin Yang de Glace et de Feu et en voyant que son sol adoré avait été pillé jusqu’à ce qu’il n’en reste presque rien, comment pourrait-il ne pas être furieux ?

Aussi loin que l’œil portait, le jardin à l’origine verdoyant était un désordre sans nom, comme s’il avait été labouré, la terre était retournée sans le moindre petit bout de vert.

Devant un pareil carnage, Dugu Bo ne pouvait être que furieux.

Tang San dit avec mécontentement :
« Vieux monstre, n’avais-tu pas promis de me laisser prendre ce que je voulais ? Tu n’as rien dit sur la quantité. J’ai juste choisi de tout prendre. Ne t’inquiètes pas. Tu vois, je n’ai pas bougé le Puits Yin Yang de Glace et de Feu et avec son humidité, cet endroit sera à nouveau florissant dans moins de quelques décennies. »
Il ne mentionna pas que les herbes immortelles qu’il avait déterrées, même à côté du Puits Yin Yang de Feu et de Glace, nécessiteraient plusieurs centaines d’années pour repousser.

« Tu…ce petit monstre va vraiment me faire mourir de colère. »
Dugu Bo était bouche-bée de rage. Il avait en effet promis cela lui-même et de plus, ces ingrédients n’avaient que peu d’effet sur lui. Cependant, ces choses avaient été avec lui pendant des décennies, comment pourrait-il ne pas les aimer ?

Tang San demanda prudemment,
« Allons-y. »

Dugu Bo lui jeta résolument un regard furieux,
« Partons. »
Ayant fini de parler, il ne prêta plus attention à Tang San et s’envola vers le haut de la montagne.

Tang San se dépêcha de déployer les Huit Lances Arachnides qui l’emportèrent prestement à la suite de Dugu Bo.

Bien qu’il y ait de nombreuses et puissantes Bêtes Spirituelles dans la Forêt du Soleil Couchant, Dugu Bo était ici depuis de nombreuses années et toutes les Bêtes Spirituelles avaient mémorisé son odeur. Aucune n’oserait approcher ce vieux monstre et en suivant Dugu Bo hors de la forêt, Tang San ne subit lui non plus aucune attaque de Bête Spirituelle.

Afin d’éviter d’attirer l’attention, il rentra ses Huit Lances Arachnides après avoir quitté la forêt, utilisant seulement l’Ombre Fantôme Brouilleuse de Traces pour suivre Dugu Bo. Il savait qu’il avait été un peu excessif, mais ces herbes médicinales de première qualité ne se trouvaient pas n’importe où et auraient un effet maximal à l’avenir. Surtout qu’il possédait un outil spirituel de la meilleure qualité comme la Bourse Miraculeuse aux Cent Trésors, capable de conserver leur fraîcheur, il avait vidé l’endroit sans pouvoir se contrôler.

De tout le voyage, Tang San n’osa provoquer Dugu Bo plus que ce qu’il ne l’avait déjà fait. Dugu Bo ne fit pas non plus attention à lui et tous deux retournèrent à la Cité du Dou Céleste en silence.

La majorité de la toxine de son corps ayant fusionné avec son Os Spirituel, l’apparence actuelle de Dugu Bo n’était pas aussi voyante qu’auparavant et il n’attirait donc pas tellement l’attention des passants. Après être entré dans la Cité du Dou Céleste, le vieux monstre s’arrêta, jetant un regard vers un Tang San essoufflé derrière lui,
« Petit monstre, passe devant. »

Tang San rattrapa Dugu Bo et dit à voix basse avec un sourire,
« Vieux monstre, tu n’es pas en colère ? »

Dugu Bo le fusilla du regard,
« Puisque j’ai promis, je ne vais pas argumenter. Mais souviens-toi, seulement cette fois-là, jamais plus. »

Tang San s’empressa d’acquiescer, souriant intérieurement. Même s’il y avait une prochaine fois, ce ne serait pas avant plusieurs décennies. Le vieux monstre se donnait clairement une issue de secours.

Voyant que la colère de Dugu Bo s’était un peu calmée, Tang San montra hâtivement le chemin et tous deux se dirigèrent vers l’ancienne Académie du Tyran Bleu devenue l’Académie Shrek.

Tout en marchant, Tang San ne put s’empêcher de dire à Dugu Bo :
« Vieux monstre, que tu viennes à notre Académie Shrek est en fait plutôt approprié. Notre Académie Shrek est aussi connue sous le nom d’Académie pour monstres, un vieux monstre enseignant à des petits monstres, n’est-ce pas merveilleusement adapté ? »

« Merveilleux ta tête, oui. »
Dugu Bo leva la main et l’abattit sur la tête de Tang San. Il était grand, deux têtes de plus que Tang San déjà haut d’environ un mètre soixante-dix.

Tang San grogna,
« Si tu envoie valser mon intellectuelle tête à la frapper comme ça, qui va soigner ta petite-fille ? »

Dugu Bo sembla penser à quelque chose et son expression glaciale s’adoucit soudainement. Mesurant Tang San du regard, les coins de sa bouche s’incurvèrent petit à petit en un sourire.

Du point de vue de Tang San, il préférerait voir l’habituelle expression renfrognée de Dugu Bo. Regardant cette air souriant avec réticence, il ne put s’empêcher de frisonner,
« Vieux monstre, qu’est-ce qui te fait sourire ainsi ? »


 

  1. 如意百宝囊
  2. 子母追魂夺命胆
Cet article comporte 4 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Contenu protégé
Back To Top