skip to Main Content
Menu

Douluo Dalu – Chapitre 67

 


Cliquez ici pour lire la partie 2
Cliquez ici pour lire la partie 3

Chapitre 67 : Immunité au Feu et à la Glace, soulagement des cent poisons

Partie 1

Le changement d’expression sur le visage de Dugu Bo disparut et celui-ci retourna à son impassibilité d’avant. Regardant indifféremment Tang San, il dit :
« Qu’as-tu mangé pour ne même plus avoir peur de mon poison de l’Empereur Serpent de Jade Phosphorescente ? »

Tang San ne le cacha pas et dit :
« Après que tu m’aies amené ici hier, j’y ai longuement réfléchi et ai fini par prendre l’Herbe Octogonale de Glace Mystérieuse et l’Abricot Délicat du Brasier. »

« Herbe Octogonale de Glace Mystérieuse, Abricot Délicat du Brasier ? De quoi s’agit-il ? »
Dugu Bo n’avait jamais entendu parler de ces deux noms.

Tang San hocha la tête,
« Il s’agit de deux types d’herbes vénéneuses, qui poussent sur les rives opposées du Puits Yin Yang de Glace et de Feu, chacune absorbant l’essence du yin extrême ou celle du yang extrême pour se développer. »

Écoutant l’explication de Tang San, Dugu Bo sembla se rappeler quelque chose,
« Tu parles de ces deux plantes d’une froideur extrême et d’une chaleur torride ? Ces deux là pouvaient être mangées ? »

Comme la nature de l’Herbe Octogonale de Glace Mystérieuse et de l’Abricot Délicat du Brasier était spéciale, il se souvenait clairement de ces deux plantes. Mais elles n’étaient que deux des nombreuses plantes autour du Puits Yin Yang de Glace et de Feu.

Il avait essayé auparavant et même avec son pouvoir spirituel, il était incapable de rester longtemps à côté de n’importe quelle plante vénéneuse. Dugu Bo savait que ces deux plantes contenaient un poison de feu et de glace.

Très puissant même.

Comme il ne connaissait pas leur propriétés médicinales, il ne les avait jamais utilisées à la légère.

Tang San savait qu’il n’y avait qu’une seule Herbe Octogonale de Glace Mystérieuse et un seul Abricot Délicat du Brasier, il n’avait donc pas peur d’expliquer tout cela à Dugu Bo,
« Tout à fait, ces deux types de plantes sont tous les deux vénéneux. Si une personne ordinaire s’approche à moins de dix mètres d’elles, elle va soit être gelée soit être réduite en cendres très rapidement, sans même parler de les manger. Cependant, de la même façon que le yin et le yang se maîtrisent mutuellement, le feu et la glace font de même. Quand ces deux herbes sont mélangées ensemble, elles se neutralisent, réduisant grandement leur toxicité. De plus, il s’agit aussi du moment où elles sont comestibles. Après les avoir mangées, le rejet mutuel de la glace et du feu se transforme peu à peu en complémentarité, avec pour effet de transformer le corps. De plus, en utilisant certaines méthodes pour augmenter l’absorption, l’effet obtenu est l’Immunité au Feu et la Glace. »

« Bien, bonne Immunité au Feu et à la Glace. »
Dugu Bo regarda Tang San avec l’air ému, tout en restant un peu hésitant intérieurement.

Bien qu’il ne sache pas comment consommer l’Herbe Octogonale de Glace Mystérieuse et l’Abricot Délicat du Brasier, il savait que les propriétés médicinales de ces deux plantes étaient très puissantes et il comprenait très bien que Tang San ne pouvait pas encore les avoir totalement absorbées. S’il buvait son sang, peut-être… Seulement, Tang San avait dit que ces herbes devaient être absorbées avec une méthode spéciale et il ne la connaissait pas.

Réfléchissant jusque là, Dugu Bo demanda,
« Tu as utilisé cela pour résister à mes trois poisons ? »

Tang San sourit calmement et dit :
« On peut dire ça. Vieux monstre, après que tu m’aies amené ici, j’ai découvert comment tu avais pu survivre aux effets secondaires de ton poison jusqu’à maintenant. Tout cela est dû aux effets du Puits Yin Yang de Glace et de Feu. L’eau yin extrêmement froide et l’eau yang extrêmement chaude ont un effet puissant de suppression sur tous les poisons. Les eaux de source sont encore plus hostiles au poison et les gens ordinaires sont incapables de supporter cet environnement, même une puissante Bête Spirituelle ne pourrait pas y survivre. Mais pour toi, ce lieu est utile et sans danger. C’est précisément l’atmosphère du Puits Yin Yang de Glace et de Feu qui a restreint ton poison. Même si cultiver ici n’est pas suffisant pour disperser ton poison, cela te garantirait au moins de vivre jusqu’à cent ans. Seulement… »

Dugu Bo ne put s’empêcher de demander :
« Seulement quoi ? »

Tang San soupira,
« Il y a une autre raison importante pour laquelle j’ai mangé l’Abricot Délicat du Brasier et l’Herbe Octogonale de Glace Mystérieuse. C’était pour pouvoir vivre ici. Le mélange de ces deux herbes est en fait équivalent à un Puits Yin Yang de Glace et de Feu miniature, seulement son effet contre le poison n’est pas aussi puissant que celui du vrai Puits Yin Yang de Glace et de Feu. J’ai trouvé deux moyens de s’occuper de ton poison, le premier est de simultanément prendre ces deux herbes et après, avec l’aide de ton pouvoir spirituel, d’absorber leurs propriétés. Avec cette méthode, j’ai quatre-vingt pour-cents de chances de te soigner. »

L’expression de Dugu Bo devint rapidement froide,
« Cependant, tu les as mangées. »

Tang San sourit légèrement :
« Vieux monstre, laisse-moi finir de parler. »

Puisqu’il osait dire cela à Dugu Bo avec confiance, il était naturellement raisonnable,
« L’Herbe Octogonale de Glace Mystérieuse et l’Abricot Délicat du Brasier sont des herbes immortelles précieuses. Bien qu’elles soient très toxiques, leur classement dans cette catégorie n’est pas à remettre en question. Il est vrai qu’elles peuvent dissoudre le poison dans ton corps, mais en même temps, cela fera disparaître tes compétences de poison, veux-tu vraiment cela ? »

« C’est… »
Dugu Bo eut l’air distrait. Il avait d’abord pensé accepter ce plan, mais en entendant Tang San parler, il hésita tout de suite.

Tang San vit Dugu Bo vaciller et dit :
« Tu as le droit de ne pas me croire. Mon sang contient les propriétés de ces deux herbes, je peux t’en donner pour que tu essaies. Mais ne me blâme pas si ta cultivation diminue. »

« Pas la peine d’essayer, petit monstre. »
Dugu Bo dit avec regret,
« Comment sais-tu cela ? »

Imperturbable, Tang San dit :
« J’ai trouvé un livre quand j’étais petit et dedans étaient écrites pleins de choses étranges. Ce livre avait aussi une section dorée et j’ai appris toutes ces connaissances du livre. »

« Tu viens de dire que tu avais deux moyens pour me soigner, quel est le deuxième ? »
Demanda Dugu Bo.

Tang San dit :
« Je n’ai que soixante pour-cents de chance de réussite avec cette méthode, mais au moins elle ne te fera pas perdre ta force. Bien sûr, le poison de ta petite-fille est encore bénin et je suis confiant à cent pour-cents en ce qui concerne sa guérison. La méthode n’est pas complexe non plus. La raison pour laquelle tu souffres d’effets secondaires est en grande partie due à la méthode de cultivation de tes compétences de poison. Si tu possédais un Esprit Utilitaire, tout serait plus simple et tes problèmes seraient beaucoup plus faciles à résoudre. Mais tu possèdes un Esprit Bestial, ce qui pousse le poison à fusionner avec ton corps. Bien que ton pouvoir spirituel soit capable de le déplacer et de le contenir, il est devenu depuis longtemps une partie de ton corps, lui causant des dégâts maximaux. Si tu souhaites conserver la toxine dans ton corps, sans qu’elle te blesse, tu devras trouver un corps parasite qui agira comme réserve pour le poison. Je pense qu’avec ta force, tu devrais avoir un Os Spirituel. »

Dugu Bo était un vétéran des poisons et comprit tout de suite ce que voulait dire Tang San, la jade de ses yeux s’illuminant,
« Tu es en train de dire que si je forçais le poison de mon corps à entrer dans mon Os Spirituel, il ne me blesserait plus ? »

Tang San hocha la tête et dit :
« Exactement et il en est de même pour ta petite-fille. Tant que tu lui trouves un Os Spirituel qui lui convient et qu’elle force le poison à entrer dedans lorsqu’elle cultive des compétences de poison, il n’y aura aucun problème. Comme moi à l’heure actuelle, bien qu’il y ait du poison dans mon corps, il ne se trouve que dans l’Herbe Bleu-argentée et dans mon Os Spirituel externe, les Huit Lances Arachnides, il n’y a donc naturellement pas de problèmes chez moi. »

Dugu Bo fronça les sourcils,
« Ce vieil homme a cultivé l’Esprit de l’Empereur Serpent de Jade Phosphorescente pendant soixante-dix ans, mon corps a fusionné depuis longtemps avec le poison. Il ne sera pas facile de le faire sortir. Ce n’est pas une bonne idée, les effets secondaires vont peut-être même empirer. Petit monstre, tu n’essaierais pas de m’apprendre à me suicider ? »

Tang San dit avec indifférence :
« C’est la seul méthode utilisable. Bien sûr, tu n’utiliseras pas directement ton pouvoir spirituel pour le faire sortir, car comme tu l’as dit, cela n’aurait pas de bons résultats et causerait même au contraire un puissant contrecoup. Tu dois le faire avec l’aide de certains médicaments, en filtrant peu à peu le poison dans tes os et tes canaux d’énergies, avant de le canaliser dans l’Os Spirituel. C’est un processus très long, qui ne peut pas être fait en un jour ou deux. Après tout, tout ton corps est empoisonné. C’est pourquoi j’ai dit n’avoir que soixante pour-cents de chances de réussite. Seule une chose est certaine, même s’il est impossible de concentrer tout ton poison dans l’Os Spirituel, cela va au moins substantiellement alléger la douleur que tu as actuellement à endurer. Es-tu d’accord pour essayer ? »

Dugu Bo regarda Tang San, une lumière réservée dans les yeux,
« Petit monstre, j’ai voulu te tuer de nombreuses fois, veux-tu vraiment me soigner ? N’as-tu pas peur que je te tue une fois soigné ? »

Entendant Dugu Bo dire cela, Tang San sut que Dugu Bo le croyait déjà et dit calmement :
« Que tu me croies ou non, je ne rejetterai jamais le poison. Au contraire, je l’aime beaucoup. Et il n’y a peut-être personne de plus empoisonné que toi sur tout le Continent. En ce qui me concerne, cette méthode de soin est une expérimentation. Et en ce qui concerne ta promesse, bien que je puisse pas te faire totalement confiance, je peux te dire explicitement que me tuer signifierait la mort de ta petite-fille. Je peux te soigner ici, mais j’inviterai mes professeurs quand je soignerai ta petite-fille, pour regarder. Après l’avoir soignée, il n’y aura plus de relations entre toi et moi, qu’en dis-tu ? »

Dugu Bo réfléchit un peu, puis dit :
« D’accord. Petit monstre, j’admire peu de gens mais tu en fais partie. Je te crois. Nous allons tout faire comme tu l’as dit. Moi, Dugu Bo, tiens toujours mes promesses et tant que tu me soignes, moi et ma petite-fille, il n’y aura aucun problème pour ces trois choses que je t’ai promis et de plus, je ne te tuerai pas. Mais, pour le moment je vais te demander de manger ça. Ma vieille vie n’a peut-être plus de valeur, mais je veux tout de même encore vivre quelques années. Si tu me tues, je t’emporterai dans la tombe. »

Tout en parlant, il ouvrit la bouche et cracha une lumière verte, plus précisément une perle de jade verte. Sous le contrôle de Dugu Bo, la perle de jade verte flotta lentement jusqu’à Tang San. Celui-ci tendit la main droite, laissant la perle tomber dedans. Il ne savait pas exactement ce qu’était cette chose, mais il se souvenait clairement que quand Dugu Bo avait battu le Véritable Dragon Doré, il l’avait utilisée.

Tang San dit avec un sourire ironique :
« Me faire manger quelque chose que tu as craché me paraît un peu écœurant. »


Partie 2

Le regard froid de Dugu Bo passa sur lui,
« Je n’ai pas peur de te dire que cette perle s’est formée après que mon Serpent de Jade Phosphorescente ait évolué en Empereur Serpent. On peut dire qu’elle contient la moitié de mon pouvoir. Si je meurs, elle explosera en toi. Même un Douluo Unique ne pourrait survivre à une telle explosion interne. Tu es très retord petit monstre, ce vieil homme n’a pas d’autre choix que de garder quelques cartes en réserve. »

Tang San jeta directement la perle dans sa bouche et avala, sentant soudainement un flot de chaleur se répandre dans sa gorge jusqu’à son dantian1. En plus de l’absence de sensations désagréables, cette chaleur se répandait dans les os de ses quatre membres, un confort indescriptible l’envahissant.

Dugu Bo dit avec indifférence,
« Tu l’as senti. Tant que tu n’essaies pas de me jouer des tours, la perle n’aura qu’un effet bénéfique sur ta cultivation, augmentant la vitesse à laquelle tu agglomères le pouvoir spirituel. Une fois que tu m’auras guéri, je l’enlèverai. »

« Vieux monstre, j’ai également une condition. »
Tang San savait que Dugu Bo ne l’avait pas arnaqué avec sa condition. Sans trop se pencher sur la question, au moins pour l’instant, il savait qu’il n’y avait pas de danger pour lui. À en juger par l’affection que Dugu Bo portait à Dugu Yan, tant qu’il n’aurait pas neutralisé le poison de cette dernière, ce vieux monstre détesterait être forcé à le tuer.

Les sourcils de Dugu Bo se froncèrent imperceptiblement, son visage affichant une expression ridicule,
« Petit monstre, sais-tu que de ces dernières décennies, tu es la seule personne qui a osé exiger quelque chose de moi ? Même cet empereur du Dou Céleste est respectueux en ma présence. »

Tang San sourit et dit :
« Alors le traitement que je reçois actuellement n’est-il pas digne d’un empereur ? Vieux monstre, ma condition est très simple : lorsque je préparerai les soins pour toi, tu n’auras pas le droit de regarder. Je concocterai les drogues ici. Tu devras juste m’apporter un peu de nourriture et d’eau potable chaque jour. Après quoi, tu pourras venir ici chaque soir avant que survienne ta crise pour prendre le médicament. Je ne sais pas combien de temps sera nécessaire pour te soigner. Une estimation prudente serait au moins une demi-année. »

Dugu Bo acquiesça, il comprenait naturellement que Tang San ait peur qu’il apprenne la méthode de guérison et le tue. Pour ce jeune si méticuleux devant lui, il ne savait pas s’il ressentait du regret ou de l’admiration,
« Tang San, souhaites-tu prendre ce vieil homme comme professeur ? »

Si Tang San avait été un Maître Spirituel ordinaire, en entendant les mots de Dugu Bo, il aurait peut-être fondu en larmes de gratitude en s’agenouillant pour accepter. Mais Tang San n’en fit rien, il se contenta de jeter un regard à Dugu Bo et dit :
« Vieux monstre, je trouve que ce nom te va bien, je ne voudrais pas le changer. En plus, tu crois pouvoir m’apprendre quoi que ce soit à propos des poisons ? Pour certaines choses, c’est peut-être plutôt toi qui devrait me demander conseil. »

« Tu…D’accord. D’accord petit monstre, nous verrons bien qui avait raison en temps voulu. »
Dugu Bo maîtrisa sa colère, fusillant Tang San du regard, puis bondit vers le haut de la montagne. En quelques bonds, sa silhouette disparut.

Dugu Bo étant parti, Tang San s’assit sur le sol comme s’il avait perdu toute force, inspirant de grandes goulées d’air. Il découvrit que son dos était glacé de sueur. Même s’il avait cerné la personnalité de Dugu Bo, au plus profond de son cœur, il n’avait pas une confiance aveugle en son plan et si pour une quelconque raison, le vieux monstre devenait fou en dépit de tout, il deviendrait un cadavre en un instant.

Regardant toutes ces herbes rares et précieuses autour de lui, un petit sourire apparut aux coins de la bouche de Tang San, ’Dugu Bo, oh Dugu Bo, il semblerait que je doive te remercier. Il n’existe pas d’endroit plus parfait qu’ici’.

Fouillant sa poche de poitrine d’une main, il en sortit la Jade aux Neuf Stries. D’une main tremblante, il la jeta dans le Puits Yin Yang de Glace et de Feu.

Cette Jade aux Neuf Stries avait bu son sang. Sans l’assistance du Puits Yin Yang de Glace et de Feu, bien qu’elle soit elle-même venimeuse, elle mourrait quand même. Mais elle pouvait trouver refuge dans le Puits Yin Yang de Glace et de Feu. Mais Tang San ne l’avait pas fait avant, il n’allait naturellement pas révéler son échappatoire secret à Dugu Bo.

Touchant son estomac, Tang San ne put retenir un sourire ironique. Il savait qu’il n’avait aucun moyen de contrer cette perle. Sans parler du fait qu’il était incapable de l’extraire, même s’il en était capable, il ne le ferait pas.

La perle était liée à sang du cœur de Dugu Bo, s’il lui faisait quoi que ce soit, Dugu Bo le découvrirait immédiatement et Tang San se retrouverait dans une impasse.

C’était dommage, vraiment dommage. Tang San regarda les herbes environnantes, soupirant de regret intérieurement. Chaque trésor immortel ici était unique, mais selon l’adage, les mets les plus fins n’avaient que peu d’usages.

Tang San savait que s’il consommait avidement un de ces grands trésor immortels, ce ne serait non seulement pas bénéfique, il risquerait aussi une mort instantanée.

Il ne pourrait y repenser qu’une fois que son corps aurait absorbé au maximum l’Herbe de Glace Octogonale Mystérieuse et l’Abricot Délicat du Brasier.

Parmi les herbes trésors immortels, il y en avait au moins sept ou huit qui pouvaient augmenter sa force interne, faisant progresser son pouvoir spirituel d’au-moins cinq niveaux voir plus.

’Ça ne fait rien, ne puis-je pas emporter ce que je ne peux pas manger ?’

Tang San révéla un sourire, tout en étendant sa main vers sa hanche. En très peu de temps, un bazar d’objets avait été étalé au sol. Il s’agissait majoritairement de petites boîtes et bouteilles, chacune différente de la suivante.

Or, argent, cuivre, fer, jade, divers genres de boîtes et de bouteilles étaient posés au sol.

Toutes étaient des choses préparées par Tang San il y a longtemps afin d’aller récolter les herbes appropriées pour concocter les poisons de ses armes secrètes. Plus la qualité de l’herbe était élevée, plus les prérequis pour la stocker étaient élevés.

Certaines devaient être cueillies avec de l’or et stockées dans de la jade, certaines devaient être cueillies avec de l’argent et stockées avec du fer. Avec la moindre erreur, leur efficacité diminuerait grandement et dans certains cas, elles faneraient immédiatement. Ainsi, Tang San avait fait d’amples préparations en amont.

Bien sûr, il n’était pas encore temps de cueillir les herbes. Après avoir inspecté ses outils, Tang San les fit disparaître à nouveau dans Vingt-Quatre Ponts Éclairés par la Lune avant de commencer à cataloguer chaque trésor autour du Puits Yin Yang de Glace et de Feu.

Il y avait beaucoup d’herbes médicinales et certaines avec des apparences presque similaires pouvaient avoir des effets diamétralement opposés. Tang San ne pouvait pas se permettre la moindre erreur. Il y avait des accidents où un poison était confondu avec un tonifiant même à la Secte Tang.

La voie des poisons était profonde et couvrait une large tranche des savoirs botaniques. Il ne pouvait être inattentif le moins du monde ou il mettrait sa vie en jeu.

Ce soir-là, lorsque Dugu Bo revint au Puits Yin Yang de Glace et de Feu pour apporter de l’eau et de la nourriture à Tang San, il ne put retenir sa colère. Parce que Tang San n’avait pas de médicament pour lui. Mais le raisonnement de Tang San était extrêmement honorable : il n’y avait rien ici, comment pourrait-il concocter des drogues ?

Impuissant, Dugu Bo n’eut d’autre choix que de lui apporter quelque-uns des outils d’alchimie qu’il utilisait personnellement tous les jours. Et même, à la demande de Tang San, il alla lui acheter un gros chaudron en cuivre.

Il n’y avait pas besoin de feu dans cet endroit, le côté yang ardent était bien plus terrifiant que n’importe quelle flamme, pratiquement comme du magma. Même en faible quantité, il pouvait faire fondre de l’or en fer.

Et ainsi, à partir de ce jour, Tang San vécut près du Puits Yin Yang de Glace et de Feu. Tant que Dugu Bo n’était pas là, il s’immergeait dans le Puits Yin Yang de Glace et de Feu pour cultiver.

Cela n’augmentait pas seulement la circulation de sa Technique Céleste Mystérieuse, cela accélérait en même temps son absorption des propriétés de l’Herbe de Glace Octogonale Mystérieuse et de l’Abricot Délicat du Brasier.

L’après-midi, il concoctait des drogues. Il n’avait pas travaillé sur ce genre de choses depuis de nombreuses années et il était donc extrêmement prudent afin de ne pas faire d’erreur. Au fur et à mesure que le temps passait, il devenait de plus en plus habile.

Cependant, Tang San venait tout de même de la secte Tang et était un expert dans le raffinage des poisons. Qu’il soit incapable de faire de même avec les tonifiants était source de regrets pour lui. Tang San prit trois mois complets pour comprendre clairement les herbes autour du Puits Yin Yang de Glace et de Feu et tenta de faire à peu près tous les types de poison.

Pour ce qui était des doses d’antidote qu’il donnait à Dugu Bo, elles n’étaient vraiment pas digne qu’on s’attarde dessus. Il s’agissait juste de calmants musculaires et de médicaments fluidifiant le flux sanguin. Mais dans chaque dose, Tang San ajoutait une goutte de son sang.

En fait, Dugu Bo se faisait quand même flouer par Tang San. Le point le plus important du poison dans son corps était son emplacement ainsi que les deux types de propriétés extrêmes de l’Herbe de Glace Octogonale Mystérieuse et de l’Abricot Délicat du Brasier.

Cependant, Tang San ne l’avait pas complètement arnaqué. Si Dugu Bo consommait directement les deux herbes, cela chasserait immédiatement les compétences de poison de son corps.

Mais après avoir été transformées dans le corps de Tang San, leurs propriétés devenaient beaucoup plus douces et avec l’influence imperceptible de petits dosages, elles gagnaient un effet thérapeutique.

Après que Dugu Bo les ait prises pendant une semaine, la douleur des effets secondaires s’était clairement allégée. Et accumuler lentement le poison dans son Os Spirituel comme Tang San l’avait dit ne l’affaiblit pas mais lui fit en plus entrevoir l’opportunité de fracturer la barrière du niveau quatre-vingt-onze à laquelle il avait été bloqué depuis des années.

Il fallait savoir qu’après le niveau quatre-vingt-dix, chaque niveau était un énorme blocage. Dugu Bo avait été bloqué au même niveau depuis déjà une décennie. Comment pourrait-il ne pas être fou de joie à l’arrivée de signes indiquant un passage potentiel au niveau supérieur ?

Les mérites de l’antidote améliorèrent clairement l’attitude de Dugu Bo envers Tang San. Il devint non seulement plus amiable, mais en plus, lorsqu’il venait prendre son médicament et donner à Tang San des articles basiques, il en profitait pour discuter de ses connaissances sur le poison avec lui.

Tang San avait hérité des capacités de la secte Tang en matière de poison mais il subsistait des différences entre ce monde et l’ancien. Et dans ce monde, il n’y avait personne de plus expert à propos de tous types de poison que Dugu Bo.

Tang San apprit naturellement beaucoup de lui.

Mais en apprenant à connaître Tang San, Dugu Bo apprit également à le craindre de plus en plus. Ce gamin de dix et quelques années semblait avoir un esprit aussi vaste que le vaste océan et dans les connaissances en rapport avec tous types de poisons, il lui donnait parfois l’impression de produire des éclairs de génie.


Partie 3

Au départ, lorsque Tang San avait refusé de devenir son apprenti, Dugu Bo avait été extrêmement indigné. Mais après quelque temps, il avait découvert que Tang San n’avait pas été arrogant en refusant. En ce qui concernait les poisons, même s’il n’était pas aussi expérimenté que Dugu Bo, sa compréhension théorique n’était pas inférieure à la sienne. Avec leur coopération sur la recherche des utilisations des poisons, ils apprirent tous deux beaucoup. Et au fur et à mesure que le temps passait, leur méfiance vis-à-vis de l’autre s’atténua.

Bien sûr, la perle de Dugu Bo était toujours dans le dantian de Tang San mais Tang San ne s’en plaignait pas. Un jeune et un vieux étaient comme des amis proches, passant chaque jour de la même manière.

De manière assez amusante, après avoir pris l’antidote de Tang San, Dugu Bo s’en retournait pour tenter de le concocter de son côté en se basant sur sa compréhension des différentes drogues. Mais malgré le fait que son antidote contienne strictement les mêmes ingrédients que celui de Tang San, il n’avait aucun effet. Il n’avait aucun moyen de savoir que la version de Tang San contenait l’ingrédient le plus important.

En un clin d’œil, six mois s’écoulèrent. Durant ces six mois, Grand maître et Flender vinrent deux fois, mais voyant que la relation harmonieuse entre Tang San et Dugu Bo ne semblait pas simulée et que de plus, Tang San n’émettait jamais d’inquiétude quant à sa sécurité, les deux professeurs se sentirent enfin soulagés. Ils se contentèrent de rappeler constamment à Tang San qu’une fois que sa période d’apprentissage serait finie, il devrait rentrer directement pour rejoindre la nouvelle Académie Shrek.

Dugu Bo était après tout un Douluo Unique, bien que Tang San puisse rivaliser avec lui en matière de poisons, il était loin d’être l’égal de Dugu Bo en pouvoir spirituel et en cultivation.

Dugu Bo n’oubliait jamais le travail de Tang San pour le guérir et lui donnait occasionnellement des conseils, approfondissant encore la compréhension des Esprits de Tang San. Les connaissances théoriques de Dugu Bo ne valaient pas celles de Grand maître mais il avait après tout fait l’expérience de tout le processus de cultivation jusqu’au niveau de Douluo Unique et possédait donc une expérience que Grand maître n’avait pas. En conséquence, les bénéfices de Tang San ne furent pas maigres auprès de lui.

Ajoutant à cela le Puits Yin Yang de Glace et de Feu aidant continuellement Tang San à absorber l’Herbe de Glace Octogonale Mystérieuse et l’Abricot Délicat du Brasier pour transformer son corps, ainsi que l’effet de la perle de Dugu Bo, durant ces six mois, le pouvoir spirituel de Tang San progressa par bonds de géant. De son niveau trente-quatre original, il avait déjà avancé de trois niveaux jusqu’au niveau trente-sept, ayant quasiment rattrapé le niveau de Dai Mubai d’il y a six mois.

« Petit monstre, je suis là. »
Dugu Bo tomba du ciel avec un sourire en coin.

« Yi. »
Le regard de Dugu Bo se posa là où Tang San se reposait habituellement. Chaque soir lorsqu’il venait ici, Tang San l’accueillait mais aujourd’hui, il n’y avait pas un seul son. Était-il sorti pour une raison quelconque ?

Dugu Bo était alarmé intérieurement et après quelques bonds, en voyant Tang San assit là, il relâcha légèrement son souffle. Même s’il ne se l’admettait pas, Dugu Bo n’avait plus la même volonté néfaste envers Tang San et le voyait même comme un ami.

Dugu Bo était de nature excentrique et il cultivait un Esprit venimeux. D’ordinaire, il n’y avait pas un seul Maître Spirituel qui souhaitait avoir quoi que ce soit à faire avec lui. Même s’il y en avait, ils seraient pour la plupart effrayés. Mais bien que Tang San l’appelle tout le temps ‘vieux monstre’, ces derniers temps, il donnait imperceptiblement un sentiment de familiarité à Dugu Bo. Un peu comme un senior avec son junior, ou le soucis entre deux amis. De plus, il avait encore besoin de l’antidote de Tang San.

Tang San était assit le dos droit, fixant un point indéterminé devant lui, sans expression. Et devant lui se trouvait le chaudron de cuivre servant à la concoction des drogues.

À cet instant, le chaudron était maintenu au dessus de la source ardente de yang, le fond légèrement en contact avec l’eau, utilisant la chaleur de la source de yang. Si un chaudron en cuivre ordinaire était entré en contact, si léger soit-il, avec les eaux bouillantes de yang, il se serait transformé en cuivre liquide, mais Tang San avait étalé à sa surface une herbe venant du côté yin extrêmement froid du puits, lui permettant de résister à l’intense chaleur. En prenant en compte sa propre insensibilité à la chaleur ardente du côté yang du puits, le chaudron pouvait être contrôlé.

Dugu Bo, quelque peu curieux, s’accroupit à côté de Tang San et demanda :
« Petit monstre, que fais-tu cette fois-ci ? »

Tang San appuya un doigt de ses lèvres, faisant un geste invitant au silence, ses yeux toujours fixés avec une concentration maximale sur le chaudron de cuivre.

Dugu Bo suivit le regard de Tang San. Il ne vit qu’une faible fumée violette constamment sortir de la légère fente entre le couvercle et le chaudron. Il s’était habitué depuis longtemps à ce genre de scène. Tang San concoctait fréquemment quelque poison qui laissait Dugu Bo pantois d’admiration. Seulement, le refus de Tang San de révéler ses recettes déprimait constamment Dugu Bo.

Cette fumée violette s’élevant du chaudron ne se dispersait pas au-dessus, vacillant légèrement. Le nez de Dugu Bo tressauta. Avec ses compétences de poison interne, sa résistance au poison était très puissante et il n’avait naturellement pas peur. Mais il découvrit rapidement que cette fumée violette n’avait pas d’odeur, le laissant dépourvu d’indices quant à sa composition. Pour une raison quelconque, regarder cette fumée violette s’élever en spirale faisait naître un frisson dans son cœur.

En tant que Maître Spirituel ayant des compétences toxiques, Dugu Bo comprenait très clairement qu’il s’agissait d’une sorte d’intuition propre à lui-même, n’apparaissant que lorsqu’il croisait quelque chose capable de menacer sa vie. Ce petit monstre avait réellement raffiné un poison qui pouvait faire se sentir menacé même Dugu Bo.

En fait, même si Tang San avait raffiné de nombreux poisons et même d’astucieuses drogues qui avaient fait soupirer Dugu Bo d’admiration durant les six derniers mois, il n’avait encore jamais produit quelque chose qui pouvait menacer même lui comme aujourd’hui. Il n’osait pas le déranger et se contenta de rester assis à côté de Tang San, attendant calmement.

L’expression de Tang San était d’un sérieux sans précédent, observant constamment le chaudron et la fumée violette s’en échappant. À mesure que le temps passait, la fumée violette s’amincit de plus en plus et la couleur passa du violet au blanc, avant de repasser du blanc au noir dans un processus très étrange.

Durant ce processus, Tang San utilisa l’Herbe Bleu-argentée trois fois afin d’ouvrir le chaudron et d’y incorporer des herbes médicinales. Bien qu’à ce moment, son Herbe Bleu-argentée ait déjà atteint l’Immunité à la Glace et au Feu, elle dépérit sur place à chaque fois.

De ce fait, la curiosité de Dugu Bo grandit encore plus. Après avoir bu l’antidote, il activa en silence sa technique de cultivation venimeuse, testant l’énergie contenue dans cette fumée.

Cependant, peu importe la manière dont il essayait, il restait incapable de découvrir quels ingrédients étaient contenus dans cette fumée. Dugu Bo ne put que sentir qu’elle devait être le résultat d’un mixe de plusieurs types de poisons, se complétant les uns les autres pour créer une toxicité extrême.

’Ne me dites pas que ce gamin veut me tuer ?’ Dugu Bo pensa en son for intérieur. Sinon, pourquoi serait-il en train de raffiner un poison aussi virulent ?

Mais il écarta rapidement cette idée. Sans mentionner le fait que leur relation était devenue plus amicale, même si Tang San voulait vraiment l’empoisonner, il ne raffinerait pas le poison devant lui.

Le processus était interminable et le matin du jour suivant, le ciel était alors déjà éclairé et Dugu Bo s’impatientait lorsque la fumée noire s’élevant du chaudron finit par s’immobiliser avant de rentrer à l’intérieur.

« C’est bon. »
Tang San bondit soudain sur ses pieds, une excitation incontrôlable dans la voix. L’excitation qu’il affichait actuellement correspondait d’ailleurs à son âge.

« Petit monstre, qu’est-ce qui est bon ? »
Dugu Bo ne put retenir cette question.

Tang San expira longuement et regarda Dugu Bo d’un air mystérieux,
« C’est un trésor. Le trésor de toute une vie. Je peux garantir que même toi, si ce trésor te touchait, n’aurait que trois respirations à vivre. Bien sûr, ce n’est pas une menace pour toi ; ta peau est trop épaisse et il ne pourrait pénétrer dans ton corps. Je te laisserai voir mon chef-d’œuvre dans quelques instants. »

Une douzaine d’Herbes Bleu-argentées s’envolèrent, tirant le chaudron hors du puits. Tang San attendit qu’il refroidisse sans se presser.

Puisque Tang San avait déjà dit ça, Dugu Bo ne pouvait qu’attendre. Après un peu moins d’une heure, le chaudron avait complètement refroidi et Tang San s’avança, soulevant avec précaution le couvercle.

Dugu Bo utilisa sa technique venimeuse pour se protéger, étirant son cou pour regarder à l’intérieur du chaudron. En son centre se trouvait un petit disque métallique, entouré de restes desséchés, probablement ceux des plantes utilisées. Et au centre de ce disque ce trouvaient trois petites aiguilles de un cun de long, totalement noires et ne reflétant aucune lumière.

« Tu as travaillé pendant une demi journée, qu’est-ce que c’est que ça ? »
Dugu Bo renifla pour exprimer son insatisfaction,
« Quelle utilité a ce jouet ? »

Un large sourire apparut sur le visage de Tang San et, utilisant les Mains de Jade Mystérieuse, il attrapa avec précaution le moule tout en sortant une petite boîte de jade, préparée à l‘avance, de Vingt-Quatre Ponts Éclairés par la Lune. Puis, il fit glisser les trois aiguilles dans trois sillons prévus à cet effet.

« C’est un poison capable de tuer un Douluo Unique et tu demandes quelle est son utilité ? »
Un flamme brillante dansait dans les yeux de Tang San. Lorsqu’il était à la Secte Tang, ce genre de regard apparaissait à chaque fois qu’il produisait une arme secrète supérieure.

« Ce machin peut tuer un Douluo Unique ? Ne plaisante pas avec moi. »
Dugu Bo avait une expression indiquant qu’il ne le croyait pas,
« Ce petit jouet ne pénétrerait même pas les défenses d’un Douluo Unique, alors à quoi sert le poison ? »

Tang San jeta un regard à Dugu Bo,
« As-tu déjà entendu parler de ce qu’on appelle des armes secrètes ? Ce sont des armes utilisées subrepticement. Même si elles peuvent être bloquées en assaut frontal, cela ne veut pas dire qu’elles n’auront jamais d’utilité. De plus, afin d’utiliser ces trois aiguilles, je dois d’abord briser l’obstruction du niveau quarante de pouvoir spirituel. Elles nécessitent une technique spéciale pour être utilisées. Elles sont appelées l’Invitation de Yama. »

« L’Invitation de Yama ? Pourquoi ça ? »
Dugu Bo ne pouvait faire sens de tout ceci.

Tang San regarda les trois petites aiguilles dans la boîte de jade, ses yeux révélant une lueur aimante, comme s’il regardait un rare trésor,
« ‘Yama’ fait référence au dieu de la mort. Lorsque l’on parlait des dieux dans l’Antiquité et qu’on disait ‘le dieux de la mort t’as invité’, qu’est-ce que cela signifiait ? Naturellement, cela signifiait qu’il fallait retourner dans l’étreinte du dieu de la mort. Si Yama demandait ta mort au troisième quart, personne n’oserait attendre jusqu’au cinquième2.


 

  1. Je crois qu’on en a déjà parlé et de toute façon c’est assez courant dans les LN, mais le dantian est l’endroit où est stocké l’énergie du corps, dans Douluo Dalu, le pouvoir spirituel. Et en médecine chinoise, ce n’est pas un concept fantastique du tout, mais je suis pas expert donc je ne m’étend pas sur la question ^^
  2. Référence aux tours de garde durant la nuit, dans un campement, sous-entendu les quarts de nuit (2 heures en gros). Ça veut dire que personne n’oserait essayer d’échapper à la mort quand le dieu de la mort t’as appelé, mais stylisé.
Cet article comporte 4 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Contenu protégé
Back To Top