skip to Main Content
Menu

Douluo Dalu – Chapitre 42

 


Cliquez ici pour lire la partie 2
Cliquez ici pour lire la partie 3

Chapitre 42 : Grand maître est un Démon

Partie 1

Dai Mubai s’effondra aux côtés de Zhu Zhuqing, son corps tremblant légèrement.

La tresse de Xiao Wu était décoiffée, de la sueur en coulait sans cesse et ses lèvres tremblaient.

Tang San déposa Ma Hongjun et Oscar au sol afin qu’ils puissent se reposer sur leur panier puis il retira tous les poids supplémentaires de son panier. Sa vision était déjà floue, mais certaines choses dans son esprit l’aidaient encore à tenir.

Pour les autres, la punition était finie, mais pas pour lui.

Se tenant à la table où se trouvait l’eau et supportant quinze kilogrammes de rocs, Tang San se releva avec difficulté et commença à marcher pas à pas.

Bien qu’il n’ait pas besoin de se tenir à quelqu’un, ses pas étaient chancelants.

« Frère, je vais t’accompagner. »
Xiao Wu se releva aussi à l’aide de la table, mais elle retomba au sol avant de faire un deuxième pas. Bien que sa condition physique soit meilleure que celle de Zhu Zhuqing, elle avait porté Ning Rongrong pendant longtemps, ce qui l’avait poussé à bout.

« Petit San, je vais t’accompagner aussi. »
La voix venait de Dai Mubai. Portant lui aussi ses poids, Dai Mubai tituba jusqu’à Tang San. Les deux se regardèrent et leur visage pâle produisirent avec difficulté un sourire étrange. Ils se saisirent alors la main droite presque en même temps.

Le moment d’après, les deux ayant souffert le plus de la punition tombèrent au sol, suivant les traces de leurs camarades.

Les Sept Monstres de Shrek, sept punis, sept au sol, inconscients.

Grand maître les regarda tomber un par un, mais ne fit pas un geste. Quand Tang San et Dai Mubai tombèrent finalement au sol, il révéla un léger sourire,
« Ne jamais renoncer, ne jamais abandonner. Bien, bien. »

Flender, suivi par Zhao Wuji et quelques autres professeurs apparurent silencieusement aux côtés de Grand maître.
« Grand maître, tu n’es pas mauvais non plus. Très crue. »

Grand maître ne prit pas en compte le mécontentement présent dans les mots de Flender. Secouant la tête, il dit :
« C’est l’heure de les amener là-bas. »

Grand maître y compris, tous les professeurs retirèrent rapidement les paniers du dos des enfants et les portèrent vers l’académie.

Quand Tang San se réveilla, il se trouvait à nouveau dans son dortoir. De la chaleur envahissait son corps de tous côtés, ce sentiment de confort le faisant presque gémir de plaisir.

Se concentrant, Tang San découvrit qu’il était dans un tonneau en bois géant. Le tonneau était rempli d’un liquide gris. Oscar se trouvait de l’autre côté de la pièce dans un autre tonneau, endormi. À cause des deux tonneaux, la pièce semblait surchargée.

En agitant le liquide, il put sentir une odeur médicinale. Tang San renifla et comprit tout de suite de quoi il s’agissait.

Après être arrivé dans ce monde, bien qu’il n’ait jamais fait de recherches sur les plantes de ce monde, il avait tout de même quelques connaissances. Les plantes médicinales de ce monde étaient très similaires à celles du monde d’où il venait. Le liquide dans le tonneau devait être le produit de plusieurs ingrédients bouillis sensés aider à décontracter les muscles et renforcés les fondations du corps. C’était pourquoi, après tant d’exercice, il n’avait pas de courbatures et ne ressentait qu’un peu de douleur en se réveillant. Juste quelques douleurs aux jambes et un corps un peu faible.

Plus tard, Tang San découvrit que pour garder les tonneaux chauds, il était obligatoire de rajouter de l’eau chaude de temps à autre. Les tonneaux des filles étaient gérés par des villageoises qu’ils avaient embauchées.

À côté du tonneau se trouvait un bout de papier avec des mot écrits par Grand maître.

« Viens au réfectoire pour manger une fois réveillé. »
Lisant « manger », Tang San sentit son estomac gargouiller et sa faim se réveiller.

Se mettant debout dans le tonneau, il découvrit qu’à côté des deux tonneaux se trouvaient deux tonneaux plus petits. De l’eau douce se trouvait à l’intérieur, afin qu’ils puissent se laver. Cette eau était si froide, que Tang San ne put s’empêcher de frissonner après avoir sauté dedans. Il sentit cependant son esprit se clarifier et ses douleurs s’estomper.

Se lavant rapidement et enfilant une tenue propre, Tang San sortit du dortoir. Il fut surpris de voir que le ciel était déjà rempli d’étoiles. Dans la nuit silencieuse, les insectes grésillaient de temps en temps, lui donnant un sentiment de tranquillité.

S’étirant, tout son corps émit des craquements, comme s’il se dépliait. Inspirant l’air frais et expirant l’air renfermé de son dortoir, il se dirigea vers le réfectoire.

Au loin, on pouvait déjà voir les lumières du réfectoire. Et quand Tang San s’en approcha, il put voir une personne en train de se régaler.

Entendant des bruits de pas, la personne qui mangeait leva la tête vers Tang San. Il s’agissait de Dai Mubai. Son pouvoir spirituel plus puissant lui avait permis de se réveiller plus rapidement.

« Petit San, viens vite manger. »
Les pupilles de Dai Mubai étaient déjà revenues à la normale. Voyant Tang San, il sourit instantanément. Ils avaient déjà partagé joies et peines de nombreuses fois, survivant ensemble à des nombreux problèmes et accidents. Ce sentiment empathique ne pouvait s’exprimer au travers des mots. Ils se regardèrent dans les yeux et pouvaient sentir leur amitié réciproque.

S’asseyant à côté de Dai Mubai, il trouva six assiettes pleines de nourriture sur la table, clairement préparé pour le reste du groupe. Sur la table se trouvaient aussi des notes de Grand maître.

« Une fois le repas fini, lavez votre vaisselle. Videz les tonneaux dans vos dortoirs et nettoyez-les. Ne dormez pas, cultivez jusqu’au lever du soleil. Rendez-vous tôt demain pour vos cours. »

Le dîner était somptueux. Un gros bol de viande en ragoût à l’odeur alléchante, cinq petits pains blancs comme neige et gros, un bol de soupe épaisse et une assiette de légumes et de fruits.

Les gargouillements du ventre de Tang San ne lui laissèrent pas le temps de discuter et il commença directement à manger, vidant rapidement les plats devant lui.

Bon, très, extrêmement bon. Après un gros effort physique, la nourriture avalée semblait être directement absorbée par son corps.

Dai Mubai avait fini de manger quand Tang San commença et il s’affala donc sur la table tout en regardant Tang San manger. Voyant qu’il était sur le point de finir, il dit :
« Petit San, Grand maître est vraiment cruel, bien plus que le doyen, Flender. En voyant le message de Grand maître, j’ai peur que nos jours à venir ne soient pas plaisants. Est-ce comme cela que Grand maître te faisait cours avant ? »

Tang San secoua la tête et dit :
« Professeur ne m’a appris que des connaissances théoriques. Ce genre d’entraînement était une première pour moi aussi. Cependant, hier professeur m’a dit qu’en tant que Maître Spirituel, notre corps était notre fondation. Le fait que j’ai pu résister à l’assaut de l’Anneau Spirituel du Démon Arachnéen à Face Humaine est dû à mon corps résistant. Seul un corps résistant peut supporter beaucoup de pouvoir spirituel. C’est peut-être pour ça que professeur a voulu améliorer la condition physique de nos corps. »

Dai Mubai rit amèrement.
« Ce n’est pas simplement améliorer. L’entraînement de Grand maître était basé sur nos limites. Si nos corps n’avaient pas déjà été en bonnes conditions, nous ne pourrions probablement pas bouger pendant plusieurs jours. Même si ce tonneau rempli de liquide bizarre nous a aidés. »

« Je meurs de faim, où est la nourriture ? »
Une silhouette courut à l’intérieur depuis l’extérieur. Sans même saluer Tang San et Dai Mubai, elle sauta directement sur la nourriture.

Il s’agissait de Xiao Wu. Regardant son visage rose, Tang San sourit. Xiao Wu avait clairement récupéré de la punition de la veille.

Xiao Wu mangea puis lut la note sur la table. Elle fit immédiatement après un signe à Tang, lui indiquant qu’elle leur parlerait après avoir mangé.

Se réveillant d’un long sommeil et ayant mangé, Tang San était décontracté et ne voulait pas bouger du tout. Ainsi imitant Dai Mubai, il s’affala sur la table et regarda Xiao Wu manger d’une manière absolument pas féminine.

Les filles avaient le même repas que les garçons, mais elles n’avaient que deux petits pains. Bien que Xiao Wu ait une petite bouche, sa vitesse n’en était pas affectée. La nourriture fut avalée en un instant.

Le quatrième à arriver ne fut pas Oscar, la seule autre personne à avoir dépassé le niveau trente, mais Zhu Zhuqing.

Quand Zhu Zhuqing rentra dans le réfectoire, son visage était détendu, jusqu’à ce qu’elle voit Dai Mubai et qu’elle le contracte volontairement, bien que son regard ne contienne plus le rejet qui existait précédemment.

La manière dont mangeait Zhu Zhuqing était plus gracieuse que celle de Xiao Wu et elle mâchait avec minutie. Chaque geste semblait élégant, mais derrière cette élégance se cachait une vitesse hors du commun. Si Tang San ne voyait pas la nourriture disparaître rapidement, il n’aurait pas voulu croire qu’elle puisse manger aussi vite avec des mouvements semblant si lents.

« Ça fait du bien de manger. »
Sans la moindre gêne, Xiao Wu s’appuya sur l’épaule de Tang San.
« Petit San, as-tu couru tes deux aller-retours supplémentaires ? »

Tang San rit amèrement et secoua la tête,
« Non, après que tu te sois évanouie, Dai Mubai et moi nous sommes évanouis aussi. Quand je me suis réveillé, j’étais dans un tonneau rempli de liquide médicinal. »

Le visage charmant de Xiao Wu rougit soudainement. Se redressant, elle dit à voix basse :
« Toi aussi tu étais nu ? »

Tang San eut le regard vide et hocha la tête inconsciemment.

Xiao Wu tira alors la langue,
« Dans notre dortoir se trouvait une note nous disant de ne pas nous inquiéter, car nos vêtements avez été enlevés par des villageoises et de venir manger au réfectoire. »

Tang San gloussa et dit :
« Xiao Wu, tu es vraiment mignonne lorsque tu rougis, tu ressembles à une pomme. »
Tout en parlant, il pinça avec délicatesse son visage. Xiao Wu le regarda d’un air accusateur, mais ne l’arrêta pas.

Dai Mubai dit alors :
« Oscar et les autres ne se sont pas réveillés, ils sont probablement trop fatigués. Rentrons pour cultiver, nous ne savons pas encore quelle sorte d’entraînement inhumain Grand maître va nous faire faire demain. »

Tang San hocha la tête. Mais alors qu’il allait se lever pour faire la vaisselle, Xiao Wu l’arrêta.

« Partez, faire la vaisselle n’est pas quelque chose que les garçons doivent faire. Laissez-la nous. »

Partie 2

Tang San sourit légèrement, caressa la tête de Xiao Wu et sortit du réfectoire.

Le regard de Dai Mubai tomba sur Zhu Zhuqing. Zhu Zhuqing n’avait pas fini de manger, mais elle libéra une des ses mains afin d’empiler la vaisselle de Dai Mubai sous la sienne. Bien qu’elle ne dise mot, ses actions parlèrent pour elle.

Dai Mubai fut aux anges. Il savait bien sûr que Zhu Zhuqing était timide et ne fit pas de commentaires, avant de suivre Tang San dehors.

Une fois que les deux furent sortis du réfectoire, Xiao Wu parla à nouveau,
« Faire la vaisselle n’est pas quelque chose que les garçons doivent faire, mais les tâches physiques comme par exemple…vider et nettoyer les tonneaux sont des choses que doivent faire les garçons, n’oubliez pas de vous réveiller tôt demain matin ! »

Tang San trébucha presque sur le pas de la porte et il se retourne juste à temps pour voir Xiao Wu lui faire un geste de la main tout en souriant sournoisement.

La nuit passa sans discussion. Quand Tang San émergea de sa cultivation, le soleil venait de se lever. Son horloge biologique l’avait réveillé. La cultivation de la nuit précédente l’avait fait sombrer dans un sommeil profond. Il se sentait complètement immergé dans la puissance de la Technique Céleste Mystérieuse. Il n’avait pas entendu Oscar se lever pour aller manger.

Avant de commencer à cultiver la veille, il avait déjà nettoyer son tonneau. Le dortoir était donc à nouveau spacieux. Oscar était aussi en train de cultiver sur son lit et son tonneau avait aussi été nettoyé.

Sortant en silence, il cultiva son Œil du Démon Violet avant d’aller manger. Après tout ça, Tang San alla toquer à la porte de Xiao Wu. Xiao Wu étaient déjà levées et étaient sur le point d’aller manger. Tang San les aida donc à nettoyer leur tonneaux.

Un bruit de gong familier résonna après cela et les Sept Monstres de Shrek coururent presque immédiatement sur le terrain de l’académie.

Grand maître était sur le terrain en train de les attendre. Fixant le visage calme et rigide de Grand maître, mis à part Tang San, tous les étudiants étaient nerveux, même un peu effrayés.

« Très bien. Aujourd’hui tout le monde est arrivé rapidement. »
Grand maître hocha la tête, son regard passant par habitude sur tous ses étudiants.
« Vos actions d’hier m’ont extrêmement satisfait. Bien que certains d’entre vous n’aient pas fini leur punition, votre volonté de ne pas renoncer et de ne pas abandonner m’ont grandement satisfait. En tant que simples amis, comment pourriez-vous vous confier votre dos entre vous ? Vous avez besoin de confiance. Vous avez tous très bien agi hier, votre confiance mutuelle vous a permis de finir la punition d’hier. »

« Avant de commencer le cours d’aujourd’hui, Tang San, va finir ta punition. »

« Oui. »
Tang San répondit et commença directement à courir vers l’extérieur de l’académie.

« Petit San, je vais t’accompagner comme je te l’ai promis hier. »
Xiao Wu sautilla joyeusement vers Tang San.

Ning Rongrong dit alors :
« Allons-y. Ne sommes-nous pas qu’une seule entité ? »

Oscar s’étira les bras,
« Un peu d’échauffement ne fait pas de mal. Cette fois, il ne s’agit pas d’une punition, il faut juste qu’on l’accompagne, nous n’avons donc pas à porter de poids. »

Bouboule, fronçant les sourcils et inquiet, dit :
« Il semblerait que j’ai du poids à perdre. J’ai pourtant eu beaucoup de mal à le gagner. »

Dai Mubai et Zhu Zhuqing avaient déjà commencé à courir,
« Arrête de parler et cours ! »

Une seule entité. Quelle belle entité. Grand maître était un peu surpris, quand il vit ses étudiants partir en courant.

Serrant ses poings, Grand maître décida en son for intérieur qu’il allait faire de son mieux pour entraîner ces jeunes. C’était aussi à partir de ce jour que Grand maître fit comprendre aux Sept Monstres de Shrek ce qu’était un vrai démon. Quand des monstres rencontrent un démon, que se passe-t-il ?

L’entraînement de Grand maître était simple. Une ou deux heures de combat par jour, avec chaque jour une situation différente. Les combattants étaient toujours choisis au hasard. Parfois des un contre un, parfois des deux contre deux, certaines fois des trois contre trois et même des trois contre quatre.

Chaque jour, Grand maître leur donnait des handicaps. Par exemple, quelles compétences spirituelles ils n’avaient pas le droit d’utiliser, celles qu’ils avaient le droit d’utiliser ou autres.

Après les combats, commençaient les exercices physiques. Comme le premier jour, ils ne pouvaient pas utiliser leur pouvoir spirituel et devaient les finir ensemble. Grand maître avait une myriade de méthodes d’entraînement. Les plus simples étaient des courses avec poids, les plus complexes de l’escalade avec des poids ou d’autres choses. Mais peu importe la méthode, les Sept Monstres de Shrek atteignaient toujours leurs limites à la fin. Après un certain temps, ils avaient pris l’habitude de se réveiller la nuit dans des tonneaux remplis d’herbes médicinales.

Bien que leur entraînement démoniaque soit dur, il n’y avait qu’une chose où Grand maître n’était pas dur. Il s’agissait des repas, il faisait de son mieux pour les adapter aux besoins et aux envies de tout le monde tous les jours.

À cause de cet entraînement violent, trois mois passèrent rapidement. Ma Hongjun n’alla pas une fois à Suotuo pour régler ses problèmes de Feu Malfaisant, peut-être à cause de toute l’énergie qu’il dépensait chaque jour. Les outils de forgerons qu’avait commandé Tang San étaient arrivés il y a une éternité, mais il n’avait pas eu le temps de fabriquer d’armes secrètes. Il n’avait même pas eu le temps d’assembler les pièces que la forge avait forgées.

Tang San, Oscar et Xiao Wu allèrent s’enregistrer comme Ancien Spirituel au Hall Spirituel. Afin de ne pas créer de commotions, Grand maître leur fit porter des masques quand ils y allèrent. Bien que cela soit suspicieux, il n’était pas rare de cacher son apparence dans le monde des Maître Spirituels et ils purent recevoir leur salaire.

Trois mois d’entraînement démoniaque n’avaient pas beaucoup amélioré le pouvoir spirituel des Sept Monstres de Shrek. Durant cette période, seul Ma Hongjun gagna un niveau. Cependant, après trois mois d’entraînement, leur corps avait subi une énorme transformation.

Maintenant, si Tang San et Dai Mubai avaient à courir comme le premier jour, ils auraient à porter plus de cinquante kilogrammes et cela ne serait toujours pas suffisant pour les pousser à bout. Il fallait savoir que, sans pouvoir spirituel, cela était un nombre terrifiant.

Le corps de chacun s’était grandement amélioré. Avec l’aide de nombreux exercices ainsi que d’une nourriture adaptée, le changement le plus remarquable était leur silhouette.

Dai Mubai était clairement devenu plus robuste et ses pupilles démoniaques avaient gagné un éclat puissant. Tout son corps semblait contenir une énergie explosive. Il ressemblait vraiment à un tigre sauvage descendant d’une colline maintenant.

Les changements qu’avait subis Oscar étaient encore plus visibles. Il avait maigri d’une taille, mais si quelqu’un n’observait que sa silhouette, il ne faisait plus penser à un Maître Spirituel de soutien. Sa silhouette robuste pouvait égaler la plupart des Maîtres Spirituels Combattant. Bien sûr, sa voix était toujours aussi douce, de même que sa barbe géante ainsi que ses deux yeux de pêches, toujours inchangés.

La silhouette de Tang San avait à peine changé. Il avait toujours l’air normal, mais son corps semblait encore plus discret qu’avant. Sa silhouette n’était ni large ni forte, mais il avait un peu grandi. Il ressemblait à un adolescent normal, celui à qui personne ne prêterait attention dans une foule. Le plus surprenant était que le pouvoir spirituel de Tang San avait atteint le niveau trente-deux. Mais cela n’était pas dû aux trois mois d’entraînement, mais à l’Anneau Spirituel du Démon Arachnéen à Face Humaine. Peut-être parce que son Anneau dépassait la limite, son absorption lui avait apporté beaucoup de souffrances, mais aussi beaucoup de bénéfices. Outre l’Anneau Spirituel et l’Os Spirituel, même son pouvoir spirituel avait atteint le niveau trente-deux, rendant tout le monde jaloux. Bien sûr, même jaloux, aucun d’eux n’osaient absorber un Anneau Spirituel dépassant leur limite.

Ma Hongjun avait perdu deux tailles et ne semblait plus aussi bouffi. Bien qu’il soit toujours gros, il avait l’air puissant. Son pouvoir spirituel avait atteint le niveau vingt-huit et il avançait continuellement vers le niveau trente. Ses changements corporels le faisaient paraître beaucoup plus vif.

Partie 3>

Xiao Wu n’avait pas changé d’un iota et était toujours fidèle à sa précédente apparence. Elle n’avait même pas bronzée et était toujours vive et joyeuse.

Cependant, durant les combats quotidiens, elle causait des ravages. Sa troisième compétence spirituelle « Téléportation » lui permettait d’apparaître et de disparaître comme bon lui semblait. Même Tang San et Dai Mubai avaient parfois perdu face à elle.

Heureusement, sa téléportation n’avait que cinq mètres de portée.

Mais pourtant, couplé à son Arc Hanche et Charme, sa capacité de combat au corps à corps était terrifiante.

Ning Rongrong avait presque perdu toute son arrogance. Son visage était devenu plus héroïque et son caractère timide la rendait encore plus charmante.

Cela embrasa à nouveau l’espoir d’Oscar, qui avait auparavant abandonné. Bien sûr, même si Oscar avait voulu la séduire durant ces trois mois, il n’en aurait pas eu la force.

Enfin, on pouvait dire de Zhu Zhuqing que sa volonté égalait celle d’un homme. Elle ne se plaignit pas durant ces trois mois. En plus de l’endurer entièrement, elle avait même parfois volontairement demandé un entraînement plus dur.

Son corps avait maigri d’une taille, mais en tant que Maître Spirituel agile, sa vitesse avait augmenté grâce à son corps plus fort.

Les trois mois d’entraînement démoniaque s’étaient terminés hier et Grand maître avait donné aux Sept Monstres de Shrek sept jours de vacances afin de récupérer.

Ayant enfin une chance de récupérer, Oscar commença par se jeter dans son lit afin de dormir. Tang San cultiva, comme d’habitude. Comme Zhu Zhuqing voulait continuer ses exercices physiques, Dai Mubai accepta avec joie de l’accompagner. Xiao Wu et Ning Rongrong décidèrent d’imiter Oscar et de profiter de ces vacances pour se reposer.

Tout en écoutant Oscar ronfler, Tang San assembla les pièces que lui avait livré la forge. Il avait enfin le temps de s’en occuper. Tang San était très satisfait du travail des frères Tie. À présent, il avait assemblé les dards dissimulés, les Ombres Emplies de Poudre, les Arbalètes Dorsales Tendues Décorées d’une Fleur ainsi que d’autres armes. Seul l’Arbalète Divine de Zhuge était plus complexe à assembler, il devait encore un peu travailler dessus. Tang San voulait, durant ces vacances, en plus de sa cultivation, donner les armes secrètes à ses camarades et leur apprendre à s’en servir.

Absorbé par son assemblage d’armes secrètes, le temps passa. Ce n’était que lorsque Oscar s’était réveillé et lui avait dit d’aller manger, qu’il découvrit que le soleil était devenu une pleine lune et qu’une journée s’était écoulée.

Les deux sortirent de leur dortoir et se dirigèrent vers la réfectoire. Alors qu’ils marchaient, ils virent une silhouette chancelante marcher vers eux.

« Putain, qui va là, pourquoi est-ce que tu ressembles à une tête de porc1 ? »
Cria Oscar de manière excessive.

Tang San fixa du regard la silhouette. Cette silhouette chancelante et tabassée était contre toutes attentes Ma Hongjun. Non seulement ses vêtements étaient déchirés, même son visage grassouillet avait maintenant la forme d’une sphère. Ses deux yeux étaient violets et on pouvait encore voir du sang au coin de sa bouche.

« Bouboule, que s’est-il passé ? »
Tang San courut rapidement vers Ma Hongjun afin de le soutenir. Oscar invoqua avec dextérité une Saucisse de Récupération et la lui passa.

Ma Hongjun ne la refusa pas et l’avala immédiatement, ce qui améliora l’état de son visage.

« Merde, c’est vraiment gênant. »
Les yeux de Ma Hongjun étaient toujours remplis de haine. Son visage était déjà de base grassouillet et ses yeux petits, mais maintenant que son visage était enflé, ses yeux étaient à peine visible dans la masse de gras.

« Qui t’a tabassé ? »
La voix de Tang San était clairement froide.

Ils venaient de subir trois mois d’entraînement démoniaque durant lesquels tout le monde s’aidait mutuellement. Ils étaient tous bien plus que camarades de classe. Voyant son frère tabassé, comment Tang San aurait-il pu rester calme ?

Ma Hongjun répondit avec colère,
« Je me suis fait tabasser par un oncle pervers. Gênant, tellement gênant. »

Oscar fronça les sourcils,
« Bouboule, ça ne t’est pas arrivé après que tu aies essayé de voler une fille à quelqu’un ? »

Ma Hongjun répondit avec fureur,
« Comment ça « essayer de voler une fille » ? J’ai clairement vu cette fille en premier. Ce vieux pervers est vraiment éhonté. »

Entendant Ma Hongjun dire cela, Tang San comprit un peu l’histoire. Clairement, comme l’avait dit Oscar, Bouboule s’était fait tabassé alors qu’il essayait de calmer son Feu Malfaisant.

Tang San tapota l’épaule de Ma Hongjun,
« Allons manger quelque chose au réfectoire, nous parlerons là-bas. »

À l’aide des Saucisses de Récupération d’Oscar, le corps de Ma Hongjun allait beaucoup mieux. Les trois allèrent ensuite au réfectoire.

Dans le réfectoire, Dai Mubai mangeait férocement, mais Zhu Zhuqing ne se trouvait pas à ses côtés.

« Bordel de merde, Bouboule, comment as-tu fini comme ça ? »
Voyant le sale état de Ma Hongjun, Dai Mubai fut lui aussi alarmé. Et il était aussi beaucoup plus prompt à la colère et sauta directement de sa chaise, ses pupilles brillant de colère.

Ma Hongjun se plaignit alors misérablement,
« Boss Dai, tu dois m’aider ! Regarde comme je me suis fait tabasser. Même mon magnifique visage a été mutilé, comment vais-je réussir à séduire des femmes à l’avenir ? »

Oscar gloussa,
« Ton visage magnifique mon cul, gonflée comme un goret. Raconte-nous ce qu’il s’est passé plutôt. »

Ma Hongjun prit une chaise, s’assit et commença enfin à parler.

« Je suis sorti cet après-midi et j’avais décidé d’aller à Suotuo afin de calmer mon Feu Malfaisant. Une fois sur place, j’ai trouvé une fille super bonne dans un petit bordel. Puis juste avant que je puisse l’interpeller afin de résoudre mes problèmes, un vieux pervers est rentré. Il avait l’air d’avoir quarante ans, des cheveux courts et à première vue, il semblait digne de confiance. Sauf qu’à la deuxième, son regard était absolument perverti. »

Dai Mubai l’interrompit :
« Alors tu t’es battu contre lui ? »

Bouboule se frappa la poitrine et continua :
« Bien sûr, il m’avait déjà harcelé, comment aurais-je pu continuer à endurer ? Au début, je voulais juste le faire dégager, mais il se trouve qu’il était aussi un Maître Spirituel et même un Ancêtre Spirituel avec quatre Anneaux Spirituels. En un instant, j’ai été tabassé et dégagé du bordel. Le plus intolérable est qu’il a donné une pichenette à ma bite et a dit qu’elle était petite. En tant qu’homme, ce n’était pas quelque chose que je pouvais supporter, je me suis donc relevé et me suis battu à nouveau contre lui et voilà comment j’ai fini comme ça. Vous autres n’avez pas son arrogance. Boss Dai, second frère Ao, troisième frère Tang, vous devez me soutenir ! Si mon corps n’avait pas été renforcé par notre entraînement, j’aurais peut-être même pas été capable de rentrer ! »

Ma Hongjun s’était clairement fait violemment tabasser, particulièrement mentalement. Alors qu’il pleurait et racontait toute l’histoire, Tang San et les autres froncèrent les sourcils.

Tang San demanda :
« Quel est le nom de cette personne ? »

Ma Hongjun essuya son visage avec sa manche,
« J’ai entendu la propriétaire du bordel l’appeler Bu Le2, mais ce n’est probablement pas son vrai nom. »

« Bu Le ? Un simple Ancêtre Spirituel et il veut martyriser mon frère ? Allons-y, Bouboule, mène la marche. Allons le voir. Petit San, petit Ao, vous venez aussi ? »
Dai Mubai pouvait comprendre ce que ressentait Bouboule à ce moment. Se battre pour une fille était quelque chose qu’il avait déjà fait, mais la plupart du temps, il gagnait. Depuis que Zhu Zhuqing était arrivée, il avait finalement réussi à se calmer. De plus, Bouboule avait clairement été tabassé violemment. Bien qu’il n’ait pas reçu de blessures aux os ou aux tendons, il avait perdu toute sa face.

Tang San hocha la tête,
« Allons le voir tous ensemble. »

Ce genre de situation ne pouvait pas être résolue avec de la logique. Bien qu’on ne puisse pas dire qui était en tort et qui avait raison, les gens ont tendance à favoriser leurs proches. Si le frère d’un homme a été tabassé et que celui-ci ne l’aide pas prendre sa revanche, alors il n’est pas un homme3.

Oscar rigola diaboliquement,
« Bien sûr que je viens. Je veux voir qui peut bien être plus pervers que Bouboule. Et même si on ne peut pas le battre, on pourra toujours fuir avec mes Saucisses Champignons. »

Ma Hongjun se réjouit au moment où il entendit que ses trois frères voulaient bien se battre avec lui,
« Des vrais frères. Allons-y maintenant. Nous pourrons peut-être même le coincer à sa sortie du bordel. »
Ayant fini de parler, il se leva et courut dehors, comme si ses blessures ne le faisaient plus souffrir.

Mais Dai Mubai le retint rapidement,
« Pourquoi te presses-tu ? Tu dois d’abord manger afin de récupérer tes forces. Tu dois aussi nous décrire l’Esprit de ce mec. Se connaître soi-même et connaître son ennemi est la clé de la victoire. »

Bouboule, bien que son visage soit plein d’impatience, avait le ventre vide, il s’assit donc et mangea tout en expliquant son combat.

« Ce mec n’est pas grand, seulement un mètre soixante. Un visage noir, comme s’il sortait d’une mine de charbon. Son Esprit était bizarre. Pas un Esprit d’attaque, pas un de défense, pas un d’agilité. Non, il ressemblait…ressemblait… »

Le regard de Bouboule tomba sur Tang San,
« Ressemblait à l’Esprit de troisième frère, seule sa forme était différente. »

Tang San et Dai Mubai se regardèrent et dirent simultanément,
« Un Maître Spirituel de contrôle ? »

Bouboule hocha la tête,
« Ça doit être ça. Son Esprit semblait être deux couvercles semi-circulaires roses de la taille d’un petit pain. Au moment où il a invoqué son Esprit, celui-ci est apparu sur sa tête, je ne vous raconte pas combien s’était dégoûtant. Il n’a utilisé que deux compétences spirituelles contre moi. La première a fait grandir les deux couvercles, bloquant mon Filament de Flammes du Phénix. La deuxième a placé les deux couvercles autour de moi, un devant un derrière, m’emprisonnant. Les couvercles étaient très doux et flexibles. Je ne sais pas en quoi ils étaient, mais même mon Feu de Phénix ne pouvait pas l’endommager. Après m’avoir emprisonné, ils se sont renfermés sur moi comme un cocon et je suis devenu son sac de sable. »

Deux couvercles roses ? Quel genre d’Esprit était-ce donc que cela ? Même avec plusieurs années d’études auprès de Grand maître, Tang San n’arrivait pas à deviner de quel Esprit il s’agissait.

Tang San dit :
« Cela signifie qu’il possède encore deux autres compétences spirituelles. »

Bouboule dit alors :
« Troisième frère, avec trois Anciens Spirituels et moi, un Grand Maître Spirituel de niveau vingt-huit, tu as peur de lui ? Tu es aussi un Maître Spirituel de contrôle ! »
Il ne comprit pas ce que voulait dire Tang San et pensa qu’il avait peur.

Tang San lui répondit :
« Les Maîtres Spirituels de contrôle sont spéciaux. Dans un un contre un, les Maîtres Spirituels de contrôle ont l’avantage. Bouboule, si nous lui faisons face, tu te concentreras sur les attaques à distance afin de le harceler. Boss Dai et moi iront au corps à corps, tandis que petit Ao sera responsable des ravitaillements. Les Maîtres Spirituels de contrôle ne sont pas comme les Maîtres Spirituels de force. S’ils n’arrivent pas à contrôler tous les adversaires, ils perdent. Si ce que je pense est exact, son esprit peut bloquer naturellement le feu, sinon ton Feu de Phénix l’aurait forcément blessé. Quand nous nous battrons contre lui, je vais essayer de le contrôler. Bien que mon pouvoir spirituel soit plus faible que le sien, je pourrai au moins le gêner afin qu’il ne puisse pas nous contrôler. Les capacités d’un Maître Spirituel de contrôle ne lui permettent pas de bloquer des attaques au corps à corps, même s’il est niveau quarante. »


 

  1. En Chine, ou du moins dans les LN chinoises, il est très courant de se faire tabasser au point de ressembler à une tête de porc. Pour des raisons évidentes, je n’inclurais pas de tête de porc dans cette note.
  2. Pas Content en chinois
  3. Vous avez compris les enfants, quand vous vous faites frapper IRL, appelez vos potes et cassez-lui la gueule ensemble (et sa voiture)
Cet article comporte 7 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Back To Top