skip to Main Content
Menu

Douluo Dalu – Chapitre 38

 


Chapitre 38 : Os Spirituel Externe

Partie 1

Tang San découvrit que les changements dans son dos n’avaient pas utilisé trop de pouvoir spirituel. Il semblait que ces vertèbres elles-même contenaient une sorte d’énergie.

Suivant l’apparition de ces huit excroissances, la lumière violette sur le dos de Tang San devint de plus en plus distincte.

Soudain, en même temps qu’une vague de tremblement parcourait Tang San, les huit excroissances se déchirèrent enfin, laissant huit formes de piliers violets épais et solides s’étendre rapidement de son dos.

Si les compagnons de Tang San de l’Académie Shrek étaient là, ils découvriraient que la croissance des pattes d’araignée était cette fois beaucoup plus rapide que la première fois.

En pratiquement quelques battements de paupière, elles mesuraient déjà au moins un mètre et demi. Immédiatement après, elles reprirent leur extension abruptement. Du bout articulé de ces pattes d’araignée d’un mètre cinquante épaisses et solides sortit la partie la plus aiguisée d’un mètre cinquante également.

Tang San ne put s’empêcher d’émettre un hurlement sourd, les huit pattes d’araignée sur son dos se dépliant simultanément de chaque côté, brillant d’une faible lueur violette, telles huit bras énormes le protégeant au milieu.

À la surface des pattes, on pouvait apercevoir une couche de gaz violet et de lumière violette mouvante, leur donnant une apparence transparente comme du cristal violet.

« Bien. »
Grand maître s’exclama d’admiration,
« Petit San, contrôle tes pattes d’araignée pour transpercer un arbre, utilise de la force. »

Bien que les pattes soient encore un peu étrangères pour Tang San, il était tout de même capable de percer un arbre. Se penchant légèrement sur le côté, une patte d’araignée sur sa gauche partit à toute vitesse.

Avec un pu, Tang San fut impressionné de découvrir que la patte d’araignée s’était enfoncée dans cet arbre assez large pour qu’une personne en fasse le tour avec ses bras comme si elle n’avait rencontré aucune obstruction et pointait de l’autre côté.

Une scène encore plus inconcevable suivit cela. En même temps que la patte d’araignée l’embrochait, Grand maître et Tang San virent clairement une couche de violet se répandre depuis la patte d’araignée jusqu’à l’arbre, recouvrant toute la surface du tronc à une vitesse hallucinante.

Non seulement le tronc mais également les branches et les feuilles devinrent violettes en un instant.
Les feuilles tombèrent une par une. Avant même de toucher le sol, elles partaient en poussière violette dans les airs. Et ce gros arbre fondit comme de la glace ou de la neige, se transformant en poudre violette et se dissolvant. Même quelques buissons dans les parages touchés par cette poudre violette devinrent à leur tour violet et disparurent, ne laissant à plusieurs mètres à la ronde qu’une tranquillité violette macabre.

Une faible énergie fut transmise au travers de la patte d’araignée jusqu’au corps de Tang San. Bien qu’il n’y en ai pas beaucoup, elle était très distincte.

La dernière fois, lorsque Ma Hongjun avait été empoisonné en touchant les pattes d’araignée, Tang San avait eu une sensation similaire, mais encore moins prononcée et il n’y avait alors pas prêté attention. Cette fois, c’était extrêmement voyant. C’était comme si la patte d’araignée avait absorbé l’énergie accumulée de l’arbre et l’avait transmise à Tang San.

La poussière violette tombant au sol perdit petit à petit sa couleur. En un instant, elle se confondit avec le sol et n’était plus visible, de même que ce gros arbre, qui semblait ne jamais avoir existé en premier lieu. La patte d’araignée tendue de Tang San conservait sa position précédente, mais il n’y avait déjà plus rien à cet endroit.

« C’est, c’est plutôt… »
Tang San regarda d’un air stupide la patte d’araignée. Bien qu’il ait déjà deviné que le pouvoir d’attaque de ces pattes d’araignée serait plutôt bon, il ne s’attendait pas à ce que leur toxicité soit aussi terrifiante.

Grand maître s’approcha lentement de Tang San, contournant ses pattes d’araignée,
« Il semblerait que mes estimations soient correctes. Petit San, cette fois ton gain est des plus grands. Ce n’est pas ce troisième Anneau Spirituel, encore moins cette troisième compétence spirituelle Immobilisation de Toile d’Araignée, mais ces huit pattes d’araignée, ou pour être plus précis, cet Os Spirituel Externe. »

« Os Spirituel Externe ? »
Tang San regarda Grand maître.

Grand maître acquiesça,
« Durant ces années, je t’ai enseigné comment différentier Bêtes Spirituelles et Anneaux Spirituels, ainsi que les méthodes de cultivation de l’Esprit et toutes leurs utilités, mais sans jamais évoquer de connaissances en rapport avec les Os Spirituels. C’est principalement parce que je ne pensais pas que tu entrerais en contact avec des Os Spirituels aussi tôt. Il semblerait qu’il soit temps de donner une leçon concernant les mystères des Os Spirituels. En parlant de cela, parlons d’abord de ce qu’ils sont. »

Suivant les indications de Grand maître, Tang San contrôla son pouvoir spirituel pour faire rentrer ces pattes d’araignée dans son corps. Comme la dernière fois, cela consomma une large partie du pouvoir spirituel de Tang San, très différent de lorsqu’il les sortait.

Grand maître dit sévèrement :
« Les Os Spirituels sont des choses extrêmement étranges. On peut dire qu’ils sont la chose que les Maîtres Spirituels souhaitent le plus obtenir dans leurs rêves. De manière analogue aux Anneaux Spirituels, ils viennent aussi de Bêtes Spirituelles. Mais ils ont également d’énormes différences avec les Anneaux Spirituels. Premièrement, la probabilité qu’ils apparaissent est seulement de un sur mille voir moins. En général, il faut une force redoutable et que la mort de la Bête Spirituelle se fasse dans des circonstances particulières pour qu’il y ait une chance qu’un Os Spirituel apparaisse, et pas du tout comme les Anneaux Spirituels qui apparaissent à la mort de chaque Bête Spirituelle. En conséquence, les Os Spirituels sont devenus très rares et très précieux. »

« Une autre différence réside dans le fait qu’il n’y a pas besoin d’avoir tué la Bête pour pouvoir utiliser son Os Spirituel. Après avoir été obtenus, ils peuvent même être échangés. Souviens-toi que je t’avais dis de mettre de l’argent de côté autant que possible. Le but était de te permettre d’acheter plus tard les Os Spirituels dont tu auras besoin. N’importe quel Os Spirituel, même très commun, reste très cher. De plus, le marché n’est pas très développé. »

Tang San demanda :
« Alors comment les Os Spirituels doivent-ils être utilisés ? Vous voulez dire que ces huit pattes d’araignée dans mon dos sont huit Os Spirituels ? »

Entendant ces mots, Grand maître ne put s’empêcher de sourire,
« Ne soit pas trop enthousiaste. Sans parler de huit Os Spirituels, même en avoir un relève déjà d’une chance énorme, et je ne parle même pas du tiens qui est un externe. Sa valeur est presque comparable à des Os Spirituels de première qualité. Cet Os Spirituel que tu possède est la vertèbre et est bien sûr aussi lié à huit côtes. Son effet est précisément de stocker la toxine du Démon Arachnéen à Face Humaine que tu as tué, en plus de reproduire ses huit pattes et de les intégrer à tes propres capacités, évoluant en ces huit pattes d’araignée. »

« L’Anneau Spirituel du Démon Arachnéen à Face Humaine combiné à ton Esprit a amélioré tous les aspects de ton corps. La toxicité de l’Herbe Bleu-argentée a aussi grandement augmentée. Mais ce n’est après tout pas le poison du Démon Arachnéen à Face Humaine. Mais tes huit pattes d’araignée sont différentes. Elles possèdent non seulement la véritable toxine du Démon Arachnéen à Face Humaine, mais ont même donné lieu à une certaine variation. Tu as aussi vu à l’instant son effet corrosif extrêmement fort. Si elles perçaient le corps humain, que se passerait-il ? »

Grand maître semblait plutôt excité en disant cela,
« Petit San. Je te demande, combien d’Anneaux Spirituels un Maître Spirituel est-il capable d’obtenir au maximum ? »

Tang San répondit :
« Neuf, neuf est la limite et correspond à un Douluo Unique.’

Grand maître acquiesça,
« Alors si tout le monde avec neuf Anneaux Spirituels et que la différence d’âge soit en plus négligeable, comment détermines-tu qui est le plus fort ? »

Tang San réfléchit puis dit :
« Cela dépend de l’Esprit de chacun, de leur niveau de contrôle ainsi que de l’expérience de combat de chaque partie. Tout cela rassemblé peut déterminer qui est un peu plus fort. »
Grand maître hocha la tête et repris :
« Tu dis vrai. Tu te souviens bien de ce que je t’ai enseigné. Je peux maintenant te dire que dans une situation où les deux personnes sont égales, si l’une d’elle possède un Os Spirituel, alors ce que tu viens de dire ne compte pas forcément, parce que le Maître Spirituel possédant un Os Spirituel détient un avantage absolu. »

« Ah ? Les Os Spirituels ont un si grand effet ? »
Tang San regarda Grand maître d’un air choqué.

Grand maître acquiesça et continua :
« Les Anneaux Spirituels ajoutent des compétences spirituelles. C’est leur but principal, bien qu’ils développent un petit peu les capacités du Maître Spirituel. Mais les Os Spirituels sont l’opposé. Peut-être qu’ils n’ajoutent pas de compétence spirituelle, mais l’amélioration du Maître Spirituel lui-même est gigantesque. Plus important encore, la capacité de croissance des Os Spirituels les rend encore plus précieux que les Anneaux Spirituels. La compétence ajoutée par un Anneau Spirituel s’améliorera avec l’augmentation du pouvoir spirituel, tu connais déjà ce principe. Mais tu dois aussi savoir que l’âge des Anneaux Spirituels limite la croissance de la compétence spirituelle. Même pour un Douluo Unique de niveau quatre-vingt-dix ou plus, sa première compétence spirituelle n’évoluera pas à un niveau de puissance suffisant, mais les Os Spirituels sont différents. Ils ne sont pas restreint par l’âge de la Bête Spirituelle et n’évolueront qu’en suivant la force du Maître Spirituel. En d’autre terme, le plus tôt les Os Spirituels sont obtenus, le plus de temps ils auront pour évoluer. »

Tang San dit :
« Le corps humain a tellement d’os, si une personne pouvait absorber autant d’Os Spirituels, n’aurait-il pas des changements innombrables… »

Grand maître secoua la tête,
« Bien qu’il y ait de nombreux os dans le corps humain, ils sont divisés en quelques sections plus larges. Ainsi, en général, une personne n’est capable que d’absorber quelques types d’Os Spirituels : quatre membres, la tête et le torse. En d’autres termes, une personne normale est capable d’absorber six Os Spirituels, tout comme un Maître Spirituel n’est capable que d’absorber neuf Anneaux Spirituels. La qualité des Os Spirituels et leur effet sur le Maître Spirituel dépend majoritairement de s’il a été absorbé tôt ou pas et si leur propriétés sont compatibles. »

Tang San compris soudain,
« Alors cet Os Spirituel que j’ai obtenu du Démon Arachnéen à Face Humaine est sans aucun doute compatible avec moi et appartient à la classe des Os Spirituels de torse n’est-ce pas ? »

« Ce que tu as dit en premier est tout à fait correct. La nature de l’Os Spirituel est dès plus adaptée pour toi, obtenu précisément de la même Bête Spirituelle dont tu as obtenu un Anneau Spirituel. Mais cet Os Spirituel n’en est pas un de torse. C’est ce que je t’ai dit, c’est un Os Spirituel Externe. »

Tang San demanda curieusement :
« Alors qu’est-ce qu’un Os Spirituel Externe ? »

Grand maître expliqua très patiemment :
« C’est une entité miraculeuse, une entité spéciale différente des six classes principales d’Os Spirituels. Si l’on dit que la probabilité d’apparition d’Os Spirituels communs est de une sur mille, alors la probabilité d’apparition d’un Os Spirituel externe n’est même pas de une sur dix mille. Il y a en plus des prérequis, qui sont de d’abord absorber l’Anneau Spirituel de la Bête Spirituelle dont provient l’Os Spirituel externe. Ce qu’on appelle Os Spirituel de torse est en général sur le sternum. Mais cet Os Spirituel que tu as absorbé est néanmoins la vertèbre. De ce que j’ai observé précédemment, je peux déduire que c’est un Os Spirituel externe. Mon enfant, dans le monde des Maîtres Spirituels, les choses les plus précieuses pour les Maîtres Spirituels ont un classement appelé le classement des rêves d’un Maître Spirituel. Dedans, les Os Spirituels externe ont toujours occupé la seconde place, la première place étant occupée par cette entité quasiment inexistante qu’est l’Anneau Spirituel de cent mille ans. »

Grand maître utilisa la méthode la plus simple à comprendre pour explique à Tang San à quel point ces huit pattes d’araignée étaient précieuses.

« Ces pattes d’araignée sont si formidables ? »
Tang San ne pouvait s’empêcher de secrètement en douter.

Grand maître avait tant parlé que sa bouche en était sèche,
« Le temps est frais avec l’aube, commence par mettre des vêtements. Souviens toi, ce que je t’ai dit aujourd’hui sur les Os Spirituels externe, tu ne peux le dire à personne. Bien qu’ils ne puissent pas être absorbés comme des Os Spirituels communs, ‘l’arbre le plus haut de la forêt sera certainement ravagé par le vent’. Moins il y a de gens connaissant l’existence de ton Os Spirituel externe, le mieux c’est. Cela évitera que quelqu’un te pourchasse par jalousie. »



Partie 2

Tang San remit ses vêtements tout en demandant à Grand maître :
« Professeur, au final quelle est l’utilité de mon Os Spirituel externe ? »

Grand maître lui répondit :
« Je ne peux pas te dire quel usage concret il possède à présent. Je dois l’étudier quelques temps pour me faire une idée claire. À partir d’aujourd’hui, en plus de ta cultivation quotidienne, tu dois en plus maîtriser l’utilisation de ton Os Spirituel externe. D’après ce que j’ai pu voir, cet Os Spirituel externe possède d’excellentes capacités offensives : il est extrêmement perçant et en plus il est empoisonné. Si ce que je pense est vrai, tu devrais être capable de contrôler le poison qui se trouve dans ces pattes. Tu devrais être capable de l’utiliser à ta guise. De plus, avec la longueur de ces pattes, as-tu pensé à les utiliser pour te déplacer à la place de tes deux jambes ? »

Tang San était une personne vive d’esprit, Grand maître évoquant cette idée, il comprit immédiatement,
« Si je les utilisais comme ça, non seulement ma vitesse augmenterais, mais le terrain sur lequel je me déplace aurait beaucoup moins d’influence sur moi. »

Grand maître sourit légèrement,
« Ainsi, ces huit pattes te permettront de te déplacer sans entraves. Mais tu découvrira encore plus d’avantages plus tard. De plus, l’Os Spirituel externe évoluera en même temps que toi à chaque fois que tu absorberas un nouvel Anneau Spirituel. Son pouvoir dépassera même ton imagination. Grâce à lui, tu pourra te battre contre des Maîtres Spirituels qui auront au moins dix niveaux de plus que toi. Un dernier point positif est que comme les Os Spirituels externes sont très rares, la seule manière pour quelqu’un de savoir que tes pattes en sont un, est que tu leur dises, car la majorité des gens vont croire que ces huit pattes d’araignée sont une manifestation de ton Herbe Bleu-argentée. Après tout, mis à part leur solidité, leur apparence est très similaire à celle-ci. Pour ce qui est du contrôle que tu exerceras dessus, cela dépendra de tes efforts. Si tu arrives à transformer ces huit pattes en huit lances empoisonnées qui bougent comme les doigts de ta main, il sera difficile d’imaginer à quel point ta force en combat grandira. »

Quand Tang San et Grand maître retournèrent à l’Académie Shrek, le ciel était déjà lumineux. Grand maître avait dit aujourd’hui beaucoup de choses en rapport avec les Os Spirituels et bien qu’il ne s’agisse que d’une vue d’ensemble, Tang San avait toujours à digérer toutes ces informations.

« Petit San, va petit-déjeuner. À partir d’aujourd’hui, je vais t’organiser un nouveau planning de cultivation. »

Tang San leva le regard vers Grand maître,
« Professeur, allez-vous repartir ? »

Pour lui, si Grand maître lui réorganisait un planning de cultivation, c’était uniquement parce qu’il devait repartir. Il ne put s’empêcher d’être triste intérieurement.

Souriant légèrement, Grand maître dit :
« Ne t’inquiètes pas. Professeur ne va nul part. J’ai peur que tu rencontres des problèmes lors de ta pratique avec ton Os Spirituel externe. Cet Os Spirituel externe est déjà une partie intégrante de ton corps, qui a complètement fusionné avec tes vertèbres. Si des problèmes apparaissent vraiment, j’ai bien peur qu’ils te soient fatales, ainsi je me dois de rester ici.

« Professeur ne part vraiment pas. C’est vraiment génial. »
Quand Tang San entendit que Grand maître allait rester ici et guider sa cultivation, il ne put s’empêcher d’être rassuré.

Le visage de Grand maître révéla alors un air d’anticipation,
« Petit San, si tu savais combien je veux voir à quoi tu ressemblera dans vingt ans. Cependant je ne reste pas ici que pour toi. Je reste aussi pour tes camarades de l’académie. Chacun d’entre eux peut être décrit comme un génie de la cultivation. Si vous n’avez pas tous un planning de cultivation adapté, cela sera du gâchis. Bien que Flender s’y connaisse assez bien en matière de cultivation, il y a beaucoup de domaines où il n’est pas assez bon. J’espère vraiment que vous deviendrez un groupe formidable. Ainsi, à partir de maintenant j’utiliserai mes meilleures méthodes pour vous entraîner. »

Pour Tang San, la raison pour laquelle Grand maître restait n’était pas du tout importante. La chose importante était qu’il ait décidé de rester, rien que cela était suffisant.

Le duo de professeur et élève atteint le réfectoire. Que ce soit ou non à cause du voyage d’hier qui était trop fatiguant, le réfectoire était vide bien que les plats aient été préparés.

Tang San servit avec hâte deux bols de congee pour Grand maître et lui. l’Académie Shrek n’était pas très riche, ce qui rendait naturellement le petit-déjeuner frugal. Et celui d’aujourd’hui était lui aussi très simple : du pain, une assiette de légumes, de la congee et un œuf par personne.

Voyant Tang San lui apportant son petit-déjeuner, Grand maître fronça les sourcils,
« Flender vous donne ça à manger ? »

Le visage de Grand maître semblait un peu sinistre.

Tang San lui répondit :
« C’est déjà très bien, ah. Nous avons droit au pain jusqu’à que nous n’ayons plus faim. Comparé à mon enfance, c’est beaucoup mieux. »

« Quelle idiotie. »

Grand maître reposa le pain qu’il tenait dans la main, sa colère bouillonnait à cause de sa personnalité toujours aussi stricte.

« Pour vous, enfants en pleine croissance, l’instant présent est le plus important. Le corps est la cathédrale de l’esprit. Sans un bon corps, comment peut-on cultiver intensément ; ce petit-déjeuner est suffisant pour des gens de l’âge de Flender ou du mien, mais pour vous, il est largement insuffisant. »

Tandis que Grand maître s’énervait, la voix paresseuse de Flender se fit entendre de l’extérieur.

« Non mais, Grand maître. C’est bien beau de dire ça, belle observation, ces enfants sont en pleine croissance. Est-ce que tu sais combien ils mangent chaque jour ? Acheter de bons plats à Suotuo, comment est-ce que la situation financière de l’académie pourrait me permettre d’acheter de bons plats. Si tu veux sponsoriser ces achats, je n’y vois pas d’inconvénients. »

Tout en parlant, Flender rentra dans le réfectoire.

Le voyant, le colère de Grand maître se calma quelque peu,
« Peu importe les difficultés de l’académie, puisque j’ai décidé de rester, en tant que professeur de l’académie, je ne peux pas laisser ces enfants souffrir. Flender, laisse moi carte blanche pour gérer ce problème. À partir de maintenant, tous les repas de ces enfants seront gérés par moi. »

Flender rigola intérieurement,
« Comment ça ? Xiao Gang, tu as décidé de rester ? »

Grand Maître hocha la tête,
« Que ce soit pour Tang San ou pour les autres petits monstres que tu as recruté, j’ai décidé de rester ici quelques temps. Depuis que je suis arrivé, j’ai eu le temps de me renseigner sur tes méthodes d’enseignement et il y a plusieurs choses qui peuvent être améliorés. L’autre jour, tu m’as dit que tant que j’étais d’accord pour rester, j’aurais carte blanche. Ça tient toujours ? »

Flender ne comprenait Grand maître que trop bien. Voyant son expression, il ne comprit que trop bien la détermination de son grand frère et bien qu’il ne le montre pas sur son visage, de la joie fleurissait en son for intérieur. Les connaissances théoriques de Grand maître étaient inégalées sous les cieux. Ainsi, de peur que Grand maître change d’avis, Flender répondit tout de suite :

« Aucun problème, tu dois juste me dire ce que tu comptes faire avant de le faire. Les professeurs de l’académie suivront tes instructions. Bien sûr, tu dois absolument me prévenir si tu dois dépenser de l’argent. La situation financière de l’académie est encore plus mauvaise que ce que tu peux imaginer. »

Fronçant légèrement les sourcils, Grand maître dit :
« Je sais que tes employés sont des gens fiers et détachés du monde, mais tu ne peux pas être un peu plus flexible afin d’augmenter les revenus ? »

Flender le fixa le regard vide, tout en riant intérieurement :
« Quelqu’un d’aussi rigide que toi connaît le mot flexibilité ? »

Le regard de Grand maître s’adoucit et se tourna vers Tang San :
« Pour ces enfants, qu’est-ce qu’un peu de flexibilité ? »

« D’accord, tant que ça ne viole pas mes principes moraux, tu peux être aussi flexible que tu veux. »

Après le petit-déjeuner, la cloche résonna comme d’habitude et tous les étudiants se rassemblèrent sur le terrain de l’académie.

Aujourd’hui semblait être un jour particulièrement vivant, car en plus de Zhao Wuji et Flender, les deux directeurs de l’académie, Grand maître et les autres professeurs de l’académie arrivèrent également sur le terrain.

Autres que les directeurs, l’académie possédait trois autres professeurs : les trois qui géraient l’examen d’entrée de l’académie. Tang San connaissait bien un d’eux, ce vieil homme qui avait utilisé son bâton pour effrayer la foule.

« Bien. Tout le monde est là. À présent, j’ai quelque chose à annoncer. »

Flender marcha jusqu’aux sept étudiants et son regard solennel passa sur chacun d’eux.

« Premièrement, je vais présenter les professeurs de l’académie aux quatre nouveaux étudiants. »

Tout en parlant, Flender fit un geste vers celui que Tang San connaissait, le vieil homme dont l’Esprit était un long bâton1



Partie 3

« Je vous présente Li Yu-Song2, son Esprit est le Bâton à Dessin de Dragon, un Empereur Spirituel de niveau soixante-trois. »

Puis avec un nouveau geste vers le deuxième professeur, qui semblait encore plus vieux, d’environ soixante-dix ans, il dit :
« Voici Lu Ji-Bing3, son Esprit est l’Échiquier du Luo Étoilé4, un Empereur Spirituel de niveau soixante-six. »

Le dernier professeur était un peu plus jeune que les deux autres, il semblait avoir le même âge que Flender,
« Et enfin Shao Xinshao, son Esprit est un Pois Doux, un Sage Spirituel de niveau soixante-et-onze, il est un Maître Spirituel de nourriture. Professeur Shao est, parmi les Maîtres Spirituels de nourriture que je connais, un des cinq meilleurs. »

Si les deux premiers professeurs n’avaient pas été assez impressionnants, alors l’apparition d’un Maître Spirituel de nourriture niveau soixante-et-onze avait complètement choqué les quatre nouveaux étudiants. Le professeur Shao en question n’était pas grand, presque la même taille que Xiao Wu qui avait douze ans, peut-être même un peu plus petit. Des petits yeux, un large nez, peu attirant, mais qui aurait pu imaginer qu’il était un Maître Spirituel de nourriture si fort ? Un tel Maître Spirituel n’apparaissait généralement que chez le Hall Spirituel ou dans un des grands clans de Maîtres Spirituels et il serait considéré comme une entité sacrée n’importe où.

Les trois professeurs qu’avait introduit Flender firent un signe de la tête vers leurs étudiants. Respectivement, le visage du premier était un bloc de bois, celui du second portait un sourire et celui de professeur Shao était étrange, il ne faisait que fixer Oscar, son regard étant même un peu malsain5.

Finalement, Flender marcha jusqu’à Grand maître et mettant une main sur son épaule, il dit :
« Pour finir, je vais vous présenter en détail cette personne, qui a, grâce à ses recherches, créé les Dix Grands Principes Spirituels Fondamentaux et qui est considéré comme le meilleur théoricien en matière d’Esprits, le plus sage des Maîtres Spirituels et en même temps le professeur de Tang San, Monsieur Yu Xiao Gang6. Bien sûr, il s’agit aussi de mon grand frère. Nous nous connaissons déjà depuis plusieurs décennies. Peut-être ne reconnaissez vous pas son nom, mais je pense que vus avez tous entendu parler de son titre. Vous pouvez donc tous l’appeler Grand maître. »

Entendant les mots « Grand maître », tout le monde fut choqué et tous les regards se tournèrent vers Tang San. Même s’ils ne connaissaient pas Grand maître, quelqu’un capable d’élever un élève aussi brillant que Tang San était forcément un professeur excellent.

Tang San était lui aussi choqué. Mais plutôt parce que c’était la première fois qu’il entendait le nom de Grand maître. Grand maître ne lui avait jamais dit et il n’avait naturellement jamais demandé. Ainsi son professeur s’appelait Yu Xiao Gang.

Flender continua :
« À partir d’aujourd’hui, Grand maître a une autorité complète sur les étudiants et les professeurs, nous allons tous coopérer avec Grand maître. Vous êtes tous revenu hier, je pense que vous êtes tous encore quelque peu fatigué. Aujourd’hui sera un jour de repos. Demain, les cours reprennent. Cette fois, trois personnes ont atteint le rang d’Ancien Spirituel dans la Grande Forêt du Dou Étoilé. Ceux qui ne l’ont pas encore atteint : Ning Rongrong, Ma Hongjun et Zhu Zhuqing, vous devez tous travailler dur et essayer de dépasser vos camarades. Grand Maître, as-tu quelque chose à dire ? »

Grand maître hocha la tête, son visage toujours aussi rigide, puis tourna son regard vers les sept étudiants qui se tenaient debout ensemble avant de dire indifféremment :
« L’académie n’a que vous sept comme étudiants. D’après moi, vous ne faites tous qu’un. J’ai déjà vu vos dossiers. Plus tard, je vais créer des méthodes d’enseignements adaptées. Je ne veux pas entendre de dissonances sauf lors des exercices de coordination. Peu importe qui, je vous traiterai tous de la même manière. Puisque vous êtes des étudiants d’une académie pour monstres, vous vous devez d’être plus monstrueux que les autres Maîtres Spirituels. À partir de maintenant, les autres ne doivent parler de vous que comme des « Monstres ». De plus, vous ne serez plus séparés en fonction de votre année d’arrivée à l’académie, mais tous en cours ensemble. Je vais maintenant classifier en fonction de votre âge : premier Dai Mubai, deuxième Oscar, troisième Tang San, quatrième Ma Hongjun, cinquième Xiao Wu, sixième Ning Rongrong, Septième Zhu Zhuqing. »

Le regard de Grand maître passa sur chacun d’eux.

« Bien, vous pouvez disposer. Rassemblement ici demain à l’aube. De plus, je veux ne voir personne absent au petit-déjeuner. Sinon, vous recevrez des exercices supplémentaires. »

Se reposer pendant un jour était naturellement bien, cependant l’arrivée de Grand maître rendit les étudiants quelque peu curieux et appréhensif.

Son regard suivant les professeurs qui partaient, Oscar, qui se tenait à côté de Tang San, dit à voix basse :
« Petit San, il semblerait que ton professeur soit encore plus stricte que le doyen Flender, ah ! »

Tang San sourit légèrement,
« Professeur travaille toujours méticuleusement. Tant que tout est réalisé parfaitement selon ses instructions, il n’y aura pas de problème. »

Souriant, Dai Mubai dit :
« Mis à part petit Ao et moi, vous cinq avez tous le même âge, je ne m’attendais pas à ce que petit San soit le petit troisième et petite Wu soit la petite cinquième7. Quelle coïncidence coquasse. »

Souriant malicieusement, Ma Hongjun dit :
« Mes trois petites sœurs, laissez moi donc vous entendre m’appeler quatrième frère. »

Lui jetant un regard froid, Xiao Wu tendit sa main vers lui et répondit :
« Pas de problème, donne moi une enveloppe rouge8 et je le dis tout de suite. »

Bouboule eut le regard vide.

« Euh… »

Ning Rongrong le coupa au court,
« Bouboule, si ta force rattrape celle de troisième frère, je t’appellerai comme ça. »

Zhu Zhuqing fut la plus succincte. Fixant Bouboule avec un regard froid, elle ne dit que trois mots :
« Force-y moi9.

« Laissez tomber. Je réussirai à faire sans. »

Bouboule agita sa main l’air sombre.

« Est-ce que quelqu’un va en ville ? Il n’est pas facile d’obtenir un jour de repos, je vais aller me promener à Suotuo. »

Il était fatiguant pour Dai Mubai de se retenir aussi longtemps, cependant leur excursion dans la Grande Forêt du Dou Étoilé avait amélioré la relation qui existait entre Zhu Zhuqing et lui, il n’allait naturellement pas aller la briser si facilement. Levant son regard au ciel, il fit semblant de ne pas être concerné.

Oscar bailla,
« Non, je vais aller dormir. J’ai enfin atteint le niveau trente, je vais pouvoir glander un peu à l’avenir. »

Les trois filles fusillèrent toutes Ma Hongjun du regard. Elles savaient clairement que ce que ce Bouboule allait faire n’était rien d’innocent.

Mais au dernier moment, Tang San dit :
« Je vais venir avec toi. »

Les yeux de Bouboule s’illuminèrent et il tourna discrètement le regard vers Xiao Wu dont le visage avait déjà changé.

«Vieux San10, tu as été éclairé par les cieux finalement ? »

Tang San le fixa le regard vide,
« Comment ça éclairé ? J’ai besoin d’aller dans une forge pour voir si je peux engager deux forgerons pour qu’ils me fabriquent quelques pièces. Sinon je devrais vous équiper avec ma force seule et cela prendrais une éternité, ah ! »

Ning Rongrong gloussa,
« Je savais que troisième frère ne serait pas aussi pervers que toi. »

L’expression de Xiao Wu retourna discrètement à la normal.

« Je vais venir avec toi. »

Tang San secoua la tête et dit avec un sourire :
« Laisse tomber, j’irai seul. Tu as beaucoup souffert cette fois. Repose toi à l’académie, je serai de retour rapidement. »

Xiao Wu n’insista pas et hocha la tête pour montrer son accord.

Bouboule regarda Ning Rongrong mécontent,
« Qui traites-tu de pervers ? Je règle mes problèmes de Feu Malfaisant avec l’accord du doyen. Petit San, nous partons. »

Tang San dit avec un sourire ironique :
« Une fois c’est vieux San, une fois petit San, ne peux-tu te décider ? »

Avec un sourire malicieux, Bouboule dit :
« Dans ce cas, je vais t’appeler petit San, tu n’as que deux mois de plus que moi après tout. Allons-y. »

Il était apparemment quelque peu impatient et tira Tang San vers la sortie de l’académie.

Regardant les deux garçons partir, Ning Rongrong chuchota à l’oreille de Xiao Wu,
« N’as-tu pas peur que ton petit San soit tiré hors du droit chemin par Bouboule ? Si c’était moi, je les suivrais. »

Souriant légèrement, Xiao Wu dit :
« Les hommes ont toujours besoin d’un peu de liberté. De plus, je suis pas sûr que Bouboule puisse tirer petit San où que ce soit. »

Ning Rongrong dit avec un sourire :
« Regarde toi, si fier de toi-même. Un couple si proche et espérant l’amour est tout le mal que moi, ta servante11, souhaite à mon grand frère et à ma petite sœur12. »

Le visage charmant de Xiao Wu rougit et leva sa main pour pincer l’avant-bras de Ning Rongrong :
« Ne dit pas n’importe quoi. Petit San et moi sommes frère et sœur. »

Ning Rongrong gloussa et la taquina tout en partant en courant vers son dortoir :
« D’accord, pas la peine de me le rappeler. Je sais que vous êtes frère et sœur. Le genre de frère et sœur plus proches que des vrais frère et sœur. »

« Tu m’énerves… »

Xiao Wu n’avait jamais été assez digne pour subir une défaite et se mit tout de suite à rire en la poursuivant.

Oscar bailla et retourna dans son dortoir. Le regard de Dai Mubai tomba sur Zhu Zhuqing,
« Zhuqing. »

Zhu Zhuqing leva le regard pour le regarder,
« Je vais aller cultiver. »

Ayant fini de parler, elle se retourna pour partir.

Dai Mubai fit un grand pas en avant pour aller la bloquer,
« Ne pourrions-nous pas discuter un peu ? Je me souviens que tu n’étais pas comme ça étant enfant. »

Le visage de Zhu Zhuqing révéla du mépris,
« Et toi ? Es-tu toujours le même que quand tu étais enfant ? Des jumelles, humph. »

Avec un grognement froid, elle le contourna et continua à marcher, mais Dai Mubai ne la suivit pas. Son visage révéla un sourire ironique et il dit :
« Ne me dites pas qu’il s’agit du châtiment que je mérite ? Penser, que moi, le jeune et distingué maître Dai, aurait un tel jour, ah. Un châtiment. Peut-être est-ce vraiment un châtiment. »

Dai Mubai n’avait jamais parlé aux autres de la relation qui existait entre Zhu Zhuqing et lui, mais s’il n’existait aucune relation entre eux, comment Zhu Zhuqing, même en étant encore plus belle, aurait-elle pu forcer le toujours arrogant Tigre Blanc aux Yeux Maléfiques à baisser le ton ainsi.

Suotuo. Une fois en ville, Bouboule quitta rapidement Tang San pour aller régler ses problèmes de Feu Malfaisant. Sur le chemin, il avait naturellement essayé d’aguicher Tang San, espérant le tirer hors du droit chemin. Cependant Tang San était clairement résolu et rien ne pouvait le distraire. La différence de volonté entre lui et un enfant de douze ans était immense.

Suotuo était toujours aussi vivante et ce matin, les magasins étaient déjà ouverts. La foule débordait d’activités, ce qui créait un large contraste avec l’Académie Shrek.

Le but de Tang San était très simple : trouver une forge qui lui convenait. Bien qu’il se soit couché tôt la veille, il avait tout de même réfléchi à la proposition de Ning Rongrong. S’il n’avait que lui à fournir, sa force suffirait pour produire un nombre suffisant d’armes secrètes, mais s’il avait à fournir plusieurs personnes, sa force ne serait clairement pas suffisante.


 

  1. L’auteur continue, le vieux au long bâton… OHHHH yeah
  2. Prunier Élégant
  3. Maisonnette Surprenamment Raffiné
  4. Luo comme dans l’Empire du Luo Étoilé en chinois
  5. … On continue ou pas ? Kenshin : Il veut la saucisse…
  6. Jade Petit Solide
  7. Je rappelle pour les lecteurs qui lisent en dormant, que San veut dire trois et Wu cinq dans les prénoms de Tang San et Xiao Wu. Kenshin : Du coup c’est rigolo :3
  8. En chine, les enveloppes rouges contiennent en général de l’argent, soit en cadeau, en prime, ou comme pot-de-vin
  9. Elle veut qu’il la batte en duel bien sûr
  10. Encore un jeu de mots sur son nom, troisième plus vieux. Mais ça devrait être le dernier : après ça, petit San sera son nom et troisième frère sa dénomination par âge
  11. Ning Rongrong utilise le pronom qie, qui est diamétralement opposé à ‘moi, ton père’
  12. Normalement Ning Rongrong utilise un pronom très familier, mais on a pas ça nous (« a ge ;阿哥 »et « a mei ;阿妹 »)
Cet article comporte 6 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Contenu protégé
Back To Top