skip to Main Content
Menu

Douluo Dalu – Chapitre 3



Chapitre 3 : Double Esprits

Partie 1

« Oh » Anneau Spirituel, Bête Spirituelle, ces deux termes complètement nouveaux résonnaient continuellement dans la tête de Tang San. Bien qu’il ne soit pas complètement sûr que son hypothèse soit exacte, le fait sa Technique Céleste Mystérieuse n’arrive plus à progresser depuis un certain temps venait sûrement de ces Anneaux Spirituels.

À ce moment, Jack avait déjà récupéré ses esprits. Baissant la tête pour regarder Tang San, il dit, ébahi : « Petit San, tu ne serais pas l’enfant qui possède l’Herbe Bleu-Argentée en Esprit doublé d’un pouvoir spirituel inné maximum.

Tang San hocha la tête : « C’est moi. »

Vieux Jack s’accroupit et fit face à Tang San. Le fixant , Jack dit, « Petit San, je ne m’attendais à ce tu sois aussi doué. C’est vraiment dommage, ton père n’avait pas de bon Esprit à te transmettre. Sinon, tu aurais peut-être pu devenir le second Sage Spirituel du village. Dis à papy si tu veux aller étudier la cultivation dans une école de Maîtres Spirituels. Seulement ce genre d’endroit donne accès aux connaissances les plus pointues sur les Esprits. »

À cet instant, Tang San s’intéressait de plus en plus aux Esprits, spécialement la relation entre les Esprits et sa Technique Céleste Mystérieuse, car il n’avait toujours pas de réponse claire, mais il se contenta de dire : « Papy Jack, il faut que je demande à papa. »

Jack se souvint alors qu’un un enfant, même intelligent était toujours un enfant, et peu importe comment il voyait la chose, il fallait aller demander son opinion à Tang Hao.

Dans ses yeux apparue une lumière forte. Même s’il ne voulait vraiment pas aller voir ce personnage débraillé, il ferait n’importe quoi pour que le village soit capable de produire un nouveau Maître Spirituel

« Allez, Petit San. Papy va te raccompagner à la maison. » Vieux Jack partit discrètement sans les autres enfants, laissant leurs parents les récupérer, ramenant seulement Tang San chez lui.

Le matin était le moment de la sieste dans l’emploi du temps de Tang Hao, et la forge était de ce fait silencieuse.

« Tang Hao, Tang Hao. » Vieux Jack ne prêtait pas attention à ce que faisait Tang Hao. Après tout, envers ce forgeron débraillé, il ne ressentait que de la haine. Si Tang Hao ne forgeait pas des outils de fermes pour pas cher, il l’aurait exilé du village il y a longtemps.

En même temps qu’il l’appelait, Vieux Jack regardait autour de lui, cherchant une chaise où s’asseoir, mais voyant l’état désastreux de celles-ci, il n’eut pas le courage d’en utiliser une. Il était déjà très âgé, et il pensait qu’en cas de chute, il ne s’en tirerait pas seulement avec une ou deux fractures.

« C’est quoi tout ce bruit? » Tang Hao répondit quelque peu énervé. Soulevant le rideau de sa chambre, il sortit sans se presser.

Il remarqua d’abord son fils, puis seulement après tourna son regard vers Jack, « Vieux Jack, je peux savoir ce que tu fais ici ? »

Jack, en colère, dit : « La cérémonie d’éveil de ton fils était aujourd’hui. Ne sais-tu pas à quel point c’est important ? Dans les autres familles, les deux parents accompagnent leur enfant. Et toi, au lieu de venir, tu n’as rien fait. »

Ignorant les critiques habituelles de Jack, Tang Hao regarda de nouveau son fils, « Petit San, ton Esprit s’est éveillé ? Quel est-il ? »

Tang San répondit : « Papa, c’est l’Herbe Bleu-Argentée. »

« De l’Herbe Bleu-Argentée? » Alors que d’ordinaire rien ne l’intéressait, une fois que Tang Hao entendit ces trois mots, son corps trembla soudainement, ses yeux brillant fortement.

L’expression de Tang Hao changea, ne faisait plus attention qu’à Tang San. Vieux Jack ne faisait bien sûr pas attention à l’expression de ce forgeron délabré et dit immédiatement : « Même si ce n’est qu’une Herbe Bleu-Argentée, Tang San possède un pouvoir spirituel inné maximum. Tang Hao, j’ai décidé que notre place annuelle d’étudiant serait pour Tang San. Laisse le aller étudier à l’académie pour Maître Spirituel de Nuoding. Le village payera pour ses études. »

« Herbe Bleu-Argentée, Herbe Bleu-Argentée. » Tang Hao répéta ces mots en murmurant, avant de lever sa tête rapidement vers Jack. Dans ses yeux brillait une lumière forte, que Tang San n’avait jamais vu. Tang Hao dit doucement : «Non. »

« Qu’as-tu dit ? J’ai mal entendu. » Jack se nettoya l’oreille, regardant Tang Hao surpris, « Tu devrais savoir à quel point cette opportunité est précieuse. Même si notre village a produit un Sage Spirituel une fois, nous ne pouvons envoyer qu’une personne par an. C’est une chance rare. Peut-être que Petit San est capable devenir un Maître Spirituel renommé. »

« Quelle utilité a la renommée ? La seule chose que je sais, c’est que s’il part, personne ne me fera à manger. Herbe Bleu-Argentée, que penses-tu qu’il puisse accomplir en cultivant l’Herbe Bleu-Argentée ? C’est un esprit inutile. »

Vieux Jack dit violemment : « Mais il a un pouvoir spirituel inné maximum, tant qu’il obtient un Anneau Spirituel, même s’il est de la plus mauvaise qualité, il deviendra directement un Maître Spirituel. Un Maître Spirituel, tu comprends ? Notre village n’a pas produit de Maître Spirituel depuis si longtemps. »

Tang Hao répondit froidement : « C’est donc ça ton véritable objectif. Si je dis que non, alors c’est non. Tu peux sortir. »

« TANG HAO ! » Vieux Jack était complètement enragé.

Tang Hao conserva la même expression morne, « Pas la peine de crier, je ne suis pas encore sourd, de plus j’ai dit : tu peux sortir. »

« Papy Jack ne soit pas fâché. Je n’irai pas étudier les techniques des Maîtres Spirituels. Papa a raison, l’Herbe Bleu-Argentée est un Esprit inutile au final. Merci de ta bonne volonté. »

Bien que Jack détestait Tang Hao, il adorait encore plus Tang San, qui était intelligent, et sa colère brûlante se calma peu à peu. Soupirant profondément, il dit : « Gentil petit, papy n’est en colère. Je vais partir maintenant. » Ayant fini de parler, il commença à sortir de la forge.

Tang San le raccompagna rapidement, son père pouvait l’ignorer, mais Jack était l’ancien du village, qui en plus traitait Tang San très bien. Être poli envers lui était la moindre des choses.

Jack s’arrêta sur le pas de la porte, et se retourna une dernière fois vers Tang Hao, il dit : « Tang Hao, ta vie va se terminer telle qu’elle est, mais Petit San est encore jeune. Ne devrais-tu pas lui fournir les moyens de gagner sa vie ? Ne le retiens pas. Au moins comme ça, il ne finira pas dans la même situation que toi plus tard. Si tu changes ta décision, pas de problème. Il reste encore trois mois avant que l’académie de Maîtres Spirituels commence à recruter des étudiants.

Partie 2

Alors que Tang San raccompagnait Vieux Jack, il se sentait abattu. Après tout, l’explication de Su Yuntao montrait que les Anneaux Spirituels pouvaient avoir une influence sur le problème de stagnation de sa Technique Céleste Mystérieuse. Mais il ne fut pas découragé par cela très longtemps, il pensait avoir une autre solution.

Il retourna dans la forge sans se presser. Tang Hao n’était pas retourné dans sa chambre comme d’habitude pour continuer à dormir, il était simplement assis sur une chaise, en train de se reposer.

« Papa, tu peux retourner dans ta chambre pour dormir un peu, je vais commencer à préparer le repas de midi. »

Les yeux toujours clos, Tang Hao dit, « Est-ce-que tu es déçu ? Tu voulais aussi devenir un Maître Spirituel ?

Tang San, pris par surprise, répondit : « Ce n’est pas important papa. Devenir un forgeron n’est pas mal non plus, cela peut aussi nous apporter un revenu. Tu m’as promis de m’apprendre à fabriquer des outils de ferme en plus. »

Tang Hao ouvrit lentement ses yeux. Au centre de ceux-ci, Tang San découvrit une expression agitée. Inconsciemment, Tang Hao serra son poing et son visage, qui apparaissait déjà gris et vieux, arbora en plus un air froid, « Maître Spirituel ? Quel est l’intérêt de devenir un Maître Spirituel ? Même sans parler d’un simple Esprit inutile, quelle est l’utilité de l’Esprit le plus fort ou le plus puissant ? Toujours inutile, c’est tout. »

Tang Hao était grandement agité, son corps tremblant. Tang San vit une émotion forte passer dans les yeux de son père.

Courant jusqu’à lui, Tang San lui saisit le poing, « Papa, ne te fâche pas, je ne veux pas devenir un Maître Spirituel. Je resterai toujours avec toi pour cuisiner tes repas. »

Respirant profondément, la poussée d’émotions fut contrôlée par Tang Hao et il dit calmement : « Invoque ton Esprit que je le voie. »

« D’accord. » Tang acquiesça tout en levant sa main droite. Dans son corps, la Technique Céleste Mystérieuse s’activa silencieusement alors que dans sa conscience, il sentit une chaleur particulière pénétrer en même temps que la Technique Céleste Mystérieuse. Une lueur bleue claire apparue dans la paume de sa main et en un instant, une petite et délicate herbe avait déjà apparue.

Fixant de manière absente l’Herbe Bleu-Argentée dans la main de Tang San, Tang Hao semblait absorbé dans une illusion pendant très longtemps, avant de finalement retrouver ses esprits. Avec des yeux brumeux et la gorge nouée, il murmura faiblement : « Herbe Bleu-Argentée ; il s’agit vraiment de l’Herbe Bleu-Argentée. Et il s’agit de la même qu’elle. »

Violemment, Tang Hao se leva et retourna dans sa chambre, le mouvement soudain le faisant presque tomber sur Tang San, l’Herbe Bleu-Argentée dans ses mains se dissolvant.

« Papa. »

Tang Hao fit un geste impatient de la main, « Ne me dérange pas. » Il était déjà rentré dans sa chambre quand il finit de parler.

« Mais j’ai un autre Esprit. » Après la cérémonie d’éveil d’aujourd’hui, Tang San savait que sa situation n’était pas normale. Il n’avait pas posé de questions à Su Yuntao ou au vieux Jack ; Après tout, les deux n’étaient que des étrangers, rien de plus.

……
【Premier point des Précieux Écrits Célestes Mystérieux de la Secte Tang : ne laisse jamais une personne en qui tu n’as pas parfaitement confiance connaître ta vraie force】
……

Tang San avait déjà appris par cœur les Précieux Écrits Célestes Mystérieux et était encore plus assidu lorsqu’il s’agissait de les appliquer.

Le rideau fut poussé violemment sur le côté, par Tang Hao sortant de sa chambre, son visage montrant déjà une expression choquée. Ses yeux étaient rouges, comme s’il venait de pleurer.

Tang San ne dit pas un mot, mais leva plutôt sa main gauche de la même manière que précédemment. Cette fois, au lieu d’une lumière bleue, c’était une lumière noire, qui était émise par le centre de sa paume, en même temps que quelque chose de bizarre se condensait dans sa main.

Il s’agissait d’un marteau noir comme la nuit, la poignée du marteau mesurant environ un demi chi(1) de long, avec une tête cylindrique. Il ressemblait à une version miniature d’un marteau de forgeron, mais la surface noire émettait une lumière particulière, et un symbole apparaissait sur la tête.

Bizarrement, quand le marteau apparut au milieu de la main de Tang San, l’air devint quelque peu lourd et Tang San ne pouvait pas empêcher sa main de se baisser peu à peu alors qu’elle tenait le marteau, son visage déjà pâle.

Contrairement à l’Herbe Bleu-Argentée qui ne semblait pas trop utiliser l’énergie de la Technique Céleste Mystérieuse, le petit marteau noir absorbait voracement toute l’énergie interne de Tang San. Il ne maintenait sa poigne sur le marteau qu’au prix d’un lourd effort. Même si le marteau était assez petit, il pesait beaucoup plus lourd qu’un marteau de forgeron.

« C’est, c’est… » Tang Hao était à moins d’un pas de Tang San, lorsqu’il saisit le marteau avec ses mains pour l’amener au niveau de ses yeux. Tang Hao était très fort, du moins, Tang San n’avait plus l’impression de porter quelque chose d’extrêmement lourd.

Alors que Tang Hao tenait sa main, une sensation confortable se répandit dans ses veines, atteignant son cœur, « Papa, que se passe-t-il ? »

Fixant le petit marteau noir, l’expression agitée qui avait disparu des yeux de Tang Hao, refit surface une fois de plus, « Double Esprits, c’est vraiment un double Esprit. Mon fils, mon propre fils. »

Tang Hao étendit ses bras afin de serrer Tang San contre lui.

La poitrine de Tang Hao était très large. Et, peut-être parce qu’il était forgeron, même s’il semblait mou aux premiers abords, ses muscles n’avaient pas le moins du monde diminué au fil des années. Son étreinte était très chaleureuse. Cette sorte d’amour paternel apportait un sentiment de sécurité irremplaçable.

« Papa. » Tang San n’arrivait pas à comprendre ce qu’il se passait. C’était la première fois de sa vie que Tang Hao le serrait dans ses bras ainsi.

Le marteau dans sa main semblait devenir de plus en plus lourd et même s’il appréciait beaucoup cette marque d’affection, il ne souhaitait pas voir le marteau lui glisser des mains et écraser Tang Hao.

« Papa, je n’arrive plus à le tenir. » Tang San avait beaucoup de mal à prononcer ses mots.

Tang Hao relâcha son étreinte et dit « Rappelle-le. »

Disparaissant dans une lumière noire, le poids devint inexistant. Tang San avait une drôle d’impression ; ce marteau était condensé avec la force interne de sa Technique Céleste Mystérieuse, pourquoi ne pouvait-il pas le soulever ? L’autre chose qui le surprenait grandement était le fait qu’après avoir invoqué le marteau, sa force interne était presque épuisée.

Partie 3

Tang San n’avait jamais vu une telle myriade d’expressions chez son père. Presque tous les types d’expressions possibles passèrent sur son visage avant qu’il ne puisse dire quelque chose, « À l’avenir, rappelle-toi de toujours protéger l’herbe de ta main droite avec le marteau de ta main gauche. »

Tang San acquiesça sans comprendre pourquoi. Tang Hao se leva, retournant directement dans sa chambre.

Pendant qu’il préparait le repas de midi, Tang San se remémora comment pour la première fois, aujourd’hui, il était entré en contact avec le monde spirituel. À en croire la forte réaction de son père, un Double Esprit était quelque chose de très rare dans ce monde. De plus, le marteau qui était apparue dans sa main gauche, semblait l’impacter fortement également.

Concernant le reste des informations qu’il avait obtenu, il pouvait déduire que, puisque sa Technique Céleste Mystérieuse était interconnectée à ses esprits, il se devait d’obtenir, par n’importe quel moyen, un Anneau Spirituel.

Lors du repas de midi, Tang Hao était très taciturne et son appétit plus petit qu’avant. Son regard tomba régulièrement sur Tang San, semblant hésiter.

Ayant terminé de manger, Tang San se prépara comme d’habitude à aller laver la vaisselle, mais Tang Hao l’arrêta.

« Attend un moment avant de tout ranger, d’accord. Je veux te demander quelque chose : souhaites-tu vraiment devenir un Maître Spirituel ? »

Tang San fut stupéfait un instant, mais ne voulant pas mentir à son père, il finit par hocher la tête.

Soupirant, le visage de Tang Hao sembla perdre de sa vigueur, « Au final, tu suivras également ce chemin. » Prononçant cette simple phrase et retourna dans sa chambre.

Tang San se rendit compte que quand Tang Hao soupira, même s’il semblait déçu, son expression apparut encore plus satisfaite. Tang San avait enfin compris que le cœur de son père semblait cacher de nombreux secrets.

Terminant de faire la vaisselle, Tang San retourna dans sa chambre et continua de forger. Des bruits de forges résonnaient à chaque collision entre le marteau et le morceau de fer. Même si Tang San ne savait pas combien il lui faudrait de coups pour réduire ce morceau de fer à la taille requise par Tang Hao, il continuait, car ce genre de mouvement régulier lui permettait de pratiquer sa Technique Céleste Mystérieuse rapidement en plus d’améliorer sa force physique. Tang San essayait d’utiliser de moins en moins de sa force interne lorsqu’il forgeait, afin de pouvoir manier le marteau plus longtemps.

Depuis le repas de midi, il avait déjà frapper le morceau de fer trois cent fois, s’apercevant qu’il devenait lentement mais sûrement de plus en plus pur. Soulevant le rideau servant de porte, Tang Hao entra dans la pièce. Il n’avait pas forgé d’outils de ferme cette après-midi, du moins Tang San ne l’avait pas entendu.

« Papa. » Tang San regarda son père, et arrêta d’utiliser son marteau avant de laisser reposer contre son corps.

Tang Hao lui fit signe de continuer son travail, avant d’aller se tenir dans un coin de la pièce. Il ne dit rien et regarda juste Tang San.

Tang San ne reprit son travail qu’après ce geste. Depuis le temps qu’il travaillait, ses habits étaient déjà trempés de sueur. Avec sa fore interne actuelle, il ne pouvait même pas s’acclimater à la température dans la forge, sans mentionner le travail physique intense qu’il effectuait.

Dang, Dang, Dang, Dang, Dang, … Le son répétitif du marteau résonnait indéfiniment, le marteau dans les mains de Tang San était ridiculement disproportionné par rapport à son corps, mais chaque geste ne manquait néanmoins pas de force.

Tang Hao pensa alors, « une force inhumaine innée en plus d’un pouvoir spirituel inné maximum, ce n’est pas étonnant qu’il arrive à utiliser aussi bien ce marteau malgré son âge. » Peut-être que vieux Jack avait raison ; il ne devrait pas laisser son manque de motivation influencer la croissance de son fils sur le chemin qu’il avait abandonné de son propre chef.

Regardant Tang San dégoulinant de sueur, Tang Hao se décida finalement.

« Arrête toi un moment. » Tang Hao commença à parler.

Tang San baissa le marteau dans ses mains, haletant légèrement, tandis qu’il activait rapidement sa Technique Céleste Mystérieuse afin de récupérer son souffle et l’énergie qu’il avait dépensée.

Tang Hao s’avança vers Tang San et lui prit le marteau des mains, puis tourna le regard vers le four où se trouvait le morceau de fer chauffé au rouge, « Même si tu le martèles comme ça pendant un an, il n’aura toujours pas la taille d’un poing. »

Tang San regarda son dans les yeux son père, « Comment suis-je censé faire alors ? »

Tang Hao lui répondit indifféremment : « Dis moi, de quelle partie du corps vient la force que tu utilises pour marteler ce morceau de fer ? »

Tang San pensa un moment avant de dire, « Elle devrait venir de la hanche avant de passer par le bras qui lève le marteau, non ? »

Tang Hao ne commenta pas la réponse de Tang San, mais demanda plutôt, « Dans le corps humain, si on ne parle du cerveau, quel est l’organe le plus important ? »

« Le cœur. » Tang San répondit sans la moindre hésitation. Le cœur et le cerveau étaient tous les deux des points vitaux, et alors que le cerveau était protégé par le crâne, le cœur n’avait que quelques muscles et de la peau, rien de plus. En tant que disciple de la Secte Tang, il connaissait l’anatomie du corps humain parfaitement et il savait qu’utiliser une arme secrète pour transpercer le cœur de quelqu’un était la méthode la plus rapide et efficace pour tuer.

Tang Hao ne dit rien un instant puis continua : « Dis moi combien de cœur une personne possède alors. »

« Hein ? » Dire combien de cœurs une personne possède ? Tang San était quelque peu perdu.

« Répond. » Tang Hao le regardait froidement, son corps émettant une pression empêchant Tang San de respirer.

« Un. »

Tang Hao secoua la tête et dit : « Non, tu as tort. N’oublie jamais ça, tout le monde a trois cœurs, pas un. »

« Trois ? » Tang San était stupéfait et ne comprenait pas ce que voulait dire Tang Hao.

Tang Hao retourna le marteau dans ses mains et utilisa le bout de la poignée du marteau pour appuyer sur les mollets de Tang San, « Là. Les deux autres cœurs sont dans les mollets. Si une personne souhaite utiliser la totalité de sa force physique, elle doit utiliser ses trois cœurs simultanément. Donc, lorsque tu veux utiliser ta force, elle ne provient pas du tout de tes hanches. Les trois cœurs sont le vrai point de départ. »

« Quand le cœur dans ta poitrine bat rapidement et que tu utilises la force de tes mollets, la force remonte dans tes cuisses, passe à travers tes hanches, ton dos, tes bras et finalement elle sort. C’est comme ça qu’on utilise toute sa force. Les cœurs donnent la force, la hanche la guide. Regarde. »

Partie 4

Tang Hao, ses pieds parfaitement collés au sol, leva le marteau dans sa main, faisant reculer Tang San. Au même moment, le marteau avait déjà commencé à descendre et, accompagné d’un son fort, de son corps se tournant à moitié et d’une contractions de ses mollets nus, le marteau heurta le morceau de fer alors que Tang Hao ressemblait à un tigre prêt à bondir. Le coup de marteau s’abattit violemment sur le morceau de fer rouge.

Tang San pouvait précisément déterminer qu’il ne s’agissait que de la force physique d’un seul homme. Tang Hao ne possédait pas de force interne et n’avait pas invoqué son Esprit. Tang Hao, n’utilisant que sa force physique, avait enfoncé la surface du morceau de fer de près d’un tiers, l’impact était parfaitement visible.

« Réussir à contrôler sa force, alors qu’on utilise la force des mollets, c’est ça mettre toute sa force dans un coup. » Tang Hao repassa le marteau à Tang San et dit, « À toi. »

« D’accord. » Tang San n’avait pas pensé qu’il existait une telle manière de forger. Cette simple technique d’application des forces pouvait être appliquer à autre chose qu’à la forge, les arts martiaux de la Secte Tang pouvaient également en profiter.

Ses deux mains tenant le marteau, Tang San imita la posture précédente de Tang Hao et fixa le morceau rouge de fer. Il utilisa en plus la Technique Céleste Mystérieuse silencieusement, afin de fixer parfaitement ses jambes au sol.

Tang San cria en laissant la force de ses jambes ainsi que sa force interne jaillir en même temps, tournant sa hanche, la laissant traverser son dos, ses épaules et enfin ses bras. Il sentait que ce coup était plus puissant que d’habitude. En utilisant cette technique, il pouvait effectivement mieux exploiter sa force.

Dang~~~~~~~, le marteau en fer frappa précisément le fer, produisant un son fort.

Le coup de marteau violent de Tang San le déséquilibra, le forçant à faire un pas en avant. Le marteau rebondit brutalement et même si les mains de Tang San étaient protégées par la Main de Jade Mystérieuse et ne subirent aucun dégâts, ses deux bras ne furent pas épargnés par contrecoup, même si la sensation disparut rapidement.

Le résultat était évident, malgré l’âge de Tang San. Bien que le résultat obtenu, avec l’aide de la Technique Céleste Mystérieuse, soit inférieur à celui de Tang Hao il était équivalent à dix coups de marteau auparavant.

Observant le mouvement de Tang San, Tang Hao ne le félicita pas, mais il était certainement choqué. Sa mise en pratique était clairement supérieure à ce à quoi il s’attendait. Tang Hao ne pensait pas que Tang San maîtriserait cette technique de transmission de force aussi rapidement.

Ce qu’il ne savait pas non plus, c’était que Tang San avait assidûment cultivé les arts martiaux de la Secte Tang : il avait la Technique Céleste Mystérieuse en fondation, mais aussi le Contrôle de la Grue Capture du Dragon, Ombre Fantôme Brouilleuse de Traces et la Main de Jade Mystérieuse, lui permettant d’avoir une coordination supérieure à ceux de son âge. De plus il avait une très bonne compréhension du corps humain, rendant la technique de transmission de force relativement facile à comprendre. Bien sûr, comme c’était la première fois qu’il l’utilisait, il ne pouvait pas l’appliquer parfaitement.

« Papa, est-ce-que je l’ai bien faite ? »

Tang Hao hocha la tête lentement, « Comprends-tu l’utilisation des cœurs ? Le muscle que les humains peuvent utiliser avec le plus de précision est le mollet, d’où la force produite. Utilise la force de tes jambes correctement afin d’exploiter au mieux ta force.

En parlant, Tang Hao s’approcha des soufflets et s’asseyant, prit les deux pédales en fer en-dessous et les connecta aux soufflets, puis utilisa ses deux mains pour vider les soufflets d’air. « Durant la forge, les effets des soufflets ne sont pas négligeables. Un métal parfaitement chauffé, peut être encore mieux utilisé par la suite et peut devenir encore plus résistant. N’importe quel type de métal possède une âme. Si tu n’utilises pas la température adéquate ou que tu utilises trop de force en le martelant, ton morceau de fer se brisera. Par la suite, même s’il est refondu et retravaillé, il restera un échec. Ainsi tu dois faire attention à la température lorsque tu utilise toute ta force pour marteler un morceau de fer. Tu dois également savoir qu’il est possible d’appliquer la technique que je viens de t’expliquer quand tu utilises les pédales des soufflets. De cette manière, cette technique ne sert pas seulement à te faire économiser tes forces mais également à obtenir une température parfaite. »

Ses deux pieds appuyant sur les pédales, Tang Hao déchargea brutalement sa force. Les pédales se relevèrent alors qu’il était tendu, les pieds levés, puis il retomba sur les pédales, les actionnant. Grâce à ses allers-retours, les soufflets fonctionnaient à leur plein potentiel. Les muscles de ses mollets menaient la cadence, alors que son corps et les pédales entrèrent en communion, faisant surgir les flammes au centre du four et brûlant le morceau de fer encore plus fort que d’habitude.

« Viens te servir des pédales comme je viens de le faire à l’instant. » Tang Hao laissa sa place à Tang San.

Ayant pu tester la technique de transmission de force avec le marteau et observé les mouvements de son père, Tang San s’assit sur le siège de son père et comprit très rapidement la technique nécessaire pour faire fonctionner les soufflets, bien que celle-ci sembla un peu maladroite. Mais il faisait bien attention à utiliser la force de ses mollets à chaque fois et il devint évident qu’en plus d’utiliser beaucoup moins de force physique, le résultat était encore mieux que lors de l’essai précédent.

Tang Hao tenait le marteau de forge de Tang San et dit nonchalamment : « Utiliser toute ta force pour marteler le morceau de fer permet de le travailler plus rapidement, mais cela crée également un contrecoup plus puissant. Si tu sais pas comment guider cette force convenablement, elle pourrait dans le pire des cas te blesser et la plupart du temps être tout simplement gâchée, car elle ne sera pas redirigée vers le métal. Soit particulièrement attentif à mes prochains mouvements, ils sont la clé qui t’es nécessaire si tu veux réussir à réduire à la taille d’un poing ce morceau de fer rapidement. »

Respirant profondément, Tang Hao se concentra. Suite à l’utilisation des soufflets par Tang San, le morceau de fer était entièrement rouge, alors que des flammes torrides augmentaient continuellement la température de la pièce.

Partie 5

Quand Tang Hao commença à bouger, ses mouvements ne semblaient pas différents d’avant et il frappa le morceau de fer d’un « dang » tonnant.

Mais lorsque le marteau eut rebondit et atteint son point culminant, Tang Hao lui fit faire un cercle de manière à amplifier sa force physique avec celle de la redescente du marteau. Le résultat fut un coup encore plus puissant que le premier.

Le marteau rebondit une fois de plus et le mouvement de Tang Hao s’harmonisa avec l’énergie cinétique du marteau : à chaque fois que le marteau atteignait son point culminant et qu’il allait redescendre, Tang Hao appliquait sa force physique au marteau, le forçant à refaire un cercle complet, avant de s’écraser contre le fer.

Les yeux de Tang San s’illuminèrent. Il s’agissait sans aucun doute d’une technique de transfert de force, utilisant la force du rebond du marteau après son impact pour la convertir en force descendante. L’exécution parfaite de la technique permettait d’éviter toute blessure à cause des rebonds et même de les utiliser. À partir du deuxième rebond, la force totale de chaque coup dépassait la force physique totale de Tang Hao, mais elle était pourtant toujours sous son contrôle.

Les mouvements de Tang Hao devinrent de plus en plus rapide, alors que le marteau s’abattait sur le morceau de fer tel un ouragan et que le morceau de fer était déformé par chaque coup du marteau. La précision de chaque coup de marteau était impossible à décrire. Chaque fois que le morceau de fer était frappé, le point d’impact devenait deux fois moins épais et quand il commençait à devenir plat, un coup de marteau bien placé le faisait tourner, permettant au morceau de fer d’être complètement travaillé, au lieu de simplement devenir une galette en fer.

En un instant, le marteau avait déjà frappé trente-six fois et Tang Hao commença alors à laisser le marteau tourner au-dessus de sa tête. Il fallut trois tours complet avant que le marteau ne perde toute sa force et qu’il le ramène contre lui. Son visage était toujours calme, sans une trace de rougeur, comme s’il n’était pas la cause de ce déluge de coups.

Après trente-six coups, il était difficile de repérer à l’œil nu une quelconque impureté dans le morceau de fer.

Cette technique de raffinement était une vraie technique de forgeron, une technique magnifique.

« Compris ? » Tang Hao regarda Tang San, qui faisait fonctionner les soufflets sans relâche.

Tang San réfléchit un instant et dit : « J’ai compris le principe du transfert de force. C’est juste que ça ne semble pas facile du tout. »

Tang Hao répondit indifféremment : « Si tu veux atteindre mon niveau, il n’y a qu’un moyen : l’entraînement, seule la pratique rend parfait. De plus, tu dois te rappeler qu’en frappant un morceau de métal commun extrêmement impur, il y a de fortes chances qu’il se brise. Lorsque tu commences à raffiner ce genre de métal, tu dois commencer par utiliser peu de force, puis, au fur et à mesure que le métal est purifié, tu peux mettre plus de force. Ce genre de contrôle adaptatif est complexe, entraîne-toi seul à ton rythme, d’accord ? Pense aussi à ne pas juste frapper vite et fort : la précision est aussi un élément important, tu dois au moins pouvoir contrôler la descente du marteau. Si tu ne peux pas frapper là où tu veux, quel est l’intérêt de frapper fort ?

Retournant le marteau de forge à Tang San, Tang Hao se retourna et sortit de la pièce.

« Père n’est pas revenu sur sa promesse, il m’a vraiment transmis ses techniques de forge. Aussi, d’après ses conseils, il semblerait que toutes les professions possèdent leurs propres secrets et leur propre complexité. »

Durant les deux semaines suivantes, Tang San pratiqua tous les jours la technique de transfert de force que Tang Hao lui avait appris. Même en ayant pratiqué le Contrôle de la Grue Capture du Dragon pour l’aider à contrôler sa force et l’Oeil du Démon Violet pour pouvoir frapper avec précision, il n’arrivait toujours pas à maîtriser cette technique de forge.

Cette technique nécessitait l’usage de toute la force physique, or par définition utiliser toute sa force n’était quelque chose de facile à maîtriser. Lorsqu’il fallait en plus, utiliser la force des rebonds pour frapper à nouveau, tout en rééquilibrant le corps, cela devenait extrêmement difficile. À chaque coup supplémentaire, le niveau requis de contrôle sur la force devenait de plus en plus haut tandis que la rotation du corps donnait un certain malaise et que la force de chaque impact était plus dure à contrôler.

Heureusement, Tang San martelait ce morceau de fer depuis un certain temps et avait déjà éliminé beaucoup d’impuretés, le rendant difficile à briser. Autrement, n’étant pas capable de parfaitement contrôler la force du marteau, il l’aurait déjà brisé en mille morceaux.

Un côté positif de cette pratique quotidienne était l’évolution discrète mais existante des techniques de Tang San : la Technique Céleste Mystérieuse, le Contrôle de la Grue Capture du Dragon, la Main de Jade Mystérieuse ainsi que l’Oeil du Démon Violet.

Démarrant à seulement deux coups de marteau contrôlés, Tang San réussit après deux semaines à frapper sept fois le morceau de fer sans problème. Sa progression était évidente, de même que la taille du morceau de fer, qui diminuait peu à peu tous les jours.

Bien sûr, il ne pouvait s’entraîner autant que grâce à l’utilisation des muscles de ses mollets : grâce à celle-ci, il réduisait considérablement sa consommation de force interne et physique, lui permettant d’utiliser presque constamment les soufflets et la forge.

Quand il lui avait montré la technique, Tang Hao avait frappé le morceau de fer trente-six fois, mais paraissait pouvoir continuer sans problème. Tang San, lui, ne pouvait frapper le morceau que sept fois. Il n’osait pas imaginer combien de temps il lui faudrait pour atteindre le niveau de son père. Chaque fois que Tang San repensait à ça, il devenait encore plus motivé.

Durant cette période, il semblait avoir complètement oublié l’existence des Esprits et des Anneaux Spirituels et même lorsqu’il cultivait l’Oeil du Démon Violet, il ne pensait qu’à ses problèmes de forge.

Trois mois passèrent très vite et dès que Tang San put frapper le morceau de fer treize fois, Tang Hao lui apprit à forger des outils. Les méthodes d’enseignement de Tang Hao était très simple : il montrait une fois la technique, laissait Tang San la reproduire et tant qu’il ne voyait pas de problèmes fondamentaux, il n’intervenait pas. Il ne disait que quelques mots, lorsqu’ils étaient absolument indispensables.

Et justement grâce à cet enseignement, Tang San se souvenait parfaitement de chaque conseil que donnait Tang Hao.



Cet article comporte 2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Back To Top