skip to Main Content
Menu

Douluo Dalu – Chapitre 16

 


Chapitre 16 : Les Aiguilles Barbelées1 du Dragon Doré Cheveux du Cristal Plaquetté

Partie 1

Tang San ne sortit pas cinq-cent pièces d’or, lui et Xiao Wu étaient sur le point d’entrer à l’Académie de Shrek et après avoir passé les tests, ils auraient besoin d’argent pour toutes les choses de la vie quotidienne. Ils ne savaient toujours pas combien coûtait l’Académie de Shrek. Après tout, leur frais d’inscription n’étaient cette fois plus réduit par leur condition d’étudiant-ouvriers.

Quelque peu réticent à se séparer de ce cristal opaque, Tang San soupira en son cœur, il ne pourrait que chercher une autre opportunité plus tard. C’est dans cet état d’esprit qu’il se dirigea vers la sortie.

« Si vous partez parce que vous n’avez pas l’argent, je peux accepter deux-cents pièces d’or spirituel, et vous payerez le reste petit à petit.. Payez dix pièces chaque mois. Pas plus de dix pour-cent d’intérêt. »

Xiao Wu trouva sa voix zozotante très désagréable,
« Profiteur, pourquoi tu ne meurs pas plutôt ? Même dans ton cercueil tu tendrais la main pour faire payer les morts. »

Xiao Wu était aisément agacée, mais Tang San n’était pas une personne impulsive. Entendant les mots du commerçant, il fut légèrement surpris en son cœur. Payer dix pièces chaque mois ? Sait-il que je suis un Grand Maître Spirituel ? Sinon pourquoi juste l’équivalent de mon salaire ?

Tang San était sûr que depuis qu’ils étaient entrés, le corps de cet homme ne présentait aucune trace de pouvoir spirituel, il lui était donc impossible d’examiner l’intensité de leur pouvoir spirituel. S’il arrivait tout de même à déterminer son niveau spirituel et celui de Xiao Wu, alors cette personne était vraiment effrayante.

Si l’on disait de Dai Mubai qu’il avait une aura tranchante, alors cette personne, qui semblait être un homme d’âge moyen rusé, était en fait incompréhensible.

Tang San attrapa l’épaule de Xiao Wu, secouant la tête à son attention, lui indiquant de ne pas être impulsive. Il entra à nouveau dans le magasin et s’approcha du commerçant en disant:
« Marché conclu. »

« Petit San— »
Xiao Wu l’appela avec mécontentement. Tang San agita sa main droite vers elle dans son dos , lui indiquant de ne rien dire.

Les yeux de l’homme s’ouvrirent enfin à nouveau et observant Tang San de près, son regard tomba sur sa taille,
« Yi, où as-tu eu cette ceinture ? »

Le cœur de Tang San bougea,
« Mon Professeur me l’a donnée. Vous reconnaissez cette ceinture ? »

L’homme se redressa sur sa chaise, regardant Vingt-Quatre Ponts Éclairés par la Lune à la taille de Tang San, ses yeux scintillant d’une étrange lueur et pendant un long moment il ne dit rien.
« Vous n’allez plus changer le prix pas vrai ? »
Xiao Wu apparut de derrière Tang San, mécontente.

L’étrange lueur dans les yeux du commerçant s’estompa progressivement,
« Tu es contre toute attente son disciple. Prend juste le cristal dans ce cas. »

Tang San relâcha un soupir en son for intérieur et toucha Vingt-Quatre Ponts Éclairés par la Lune, en sortant deux sacs de pièces d’or qu’il tendit vers le commerçant,
« Après quoi j’apporterai dix pièces d’or chaque semaine. »

L’homme agita la main, s’allongeant à nouveau dans sa chaise,
« Pas besoin, ce cristal est un cadeau. Ce n’était pas quelque chose de cher au départ. Partez, ne dérangez pas mon sommeil. »

Un cadeau ? Tang San fut stupéfait un instant, la différence de cet homme avant et après était beaucoup trop grande. Il demandait encore à l’instant des prix défiant l’imagination et voulait maintenant leur donner en cadeau. Inconsciemment, Tang San compris que le l’homme rusé d’âge moyen apparaissant devant lui devait être familier avec Grand Maître.

Tandis que Tang San réfléchissait, Xiao Wu, sans une trace de politesse, tenait déjà le cristal contre sa poitrine,
« Petit San, nous partons, cela évitera des regrets à certaines personnes. »

Tang San, ne sachant s’il devait rire ou pleurer la regarda et dit :
« Comment pouvons-nous exiger la chose de quelqu’un d’autre comme ça ? Oncle, vous ne donnez toujours pas de prix. »

La chaise à bascule de l’homme était à nouveau entrain de se balancer et il ne parla cette fois même pas, ne leur prêtant pas la moindre attention.

Tang San regarda le cristal contre la poitrine de Xiao Wu puis revint au commerçant. S’il s’en tenait à ses principes depuis le début, il y avait peu de chance qu’il exige ce cristal sans contre-partie, mais ce cristal devant lui était vraiment trop important, s’il ratait cette opportunité, dans l’hypothèse où quelqu’un d’autre l’achèterais, il craignait de le regretter toute sa vie.

Tout type de pensées traversèrent son esprit comme des éclairs, avant qu’il ne laisse discrètement les deux sacs d’or sur le sol, enfin capable de quitter le magasin sereinement avec Xiao Wu.

L’homme ne rouvrit ses yeux qu’après que les deux soient partis, l’expression rusée sur son visage disparaissant peu à peu et frustré, il se dit à lui-même :
« Contre toute attente, son disciple est venu à Suotuo, avec un tel pouvoir spirituel. Visiblement, ils vont à l’Académie de Shrek. Grand maître, ah, Grand maître, se pourrait-il que tu ne te caches pas de moi cette fois ? »

Au dehors de cette étrange échoppe, Xiao Wu n’en put finalement plus et demanda :
« Petit San, pourquoi dois-tu avoir ce cristal ? Je ne t’ai jamais vu désirer quelque chose à ce point. La qualité de ce cristal est vraiment trop basse, quelle utilité peut-il avoir pour toi ? »

Tang San pris le cristal des mains de Xiao Wu en profitant que les gens alentour ne leur prêtent pas attention et le fit prestement disparaître dans Vingt-Quatre Ponts Éclairés par la Lune. Tirant Xiao Wu par la main, il dit :
« Marche rapidement, retournons à l’hôtel d’abord et parlons ensuite. »
Ils ne mangèrent même pas de déjeuner, Tang San pressant Xiao Wu pour retourner à l’hôtel. À présent, son humeur était déjà très excitée, la main avec il tirait Xiao Wu couverte d’une pellicule de transpiration.

Bien que Xiao Wu soit d’habitude quelque peu bruyante, lorsque Tang San était sérieux, elle se tenait immédiatement très bien, suivant Tang San et retournant ensemble à l’Hôtel Rose.

Fermant bien la porte, Tang San tira les rideaux dans toute la pièce,
« Viens, suis moi dans la chambre. »

Xiao Wu, incomparablement confuse, marcha avec lui jusqu’à la chambre. Tang San tira également les rideaux de la chambre, fit attention à bien fermer la porte, à nouveau incapable de masquer l’excitation sur son visage qui révélait une expression obsédée, quelque peu rouge.

Xiao Wu s’accrocha au revers de son manteau inconsciemment, une pensée apparaissant dans son cœur, il ne serait tout de même pas influencé par l’ambiance de cet hôtel, devenant tel un bête n’est-ce pas ? Non, certainement pas, il n’a que douze ans. Que suis-je entrain de penser, il est mon Ge, comment pourrait-il avoir ce genre d’intention impure.

 

Partie 2

Tang San ignorait naturellement que Xiao Wu laissait son imagination courir librement à cause de ses actions étranges, et sortant ce lourd et précieux morceau de cristal de la taille d’une tête de Vingt-Quatre Ponts Éclairés par la Lune, il le posa sur le lit. Il caressa doucement la surface inégale et dentée, comme on caresserait un trésor adoré.

Xiao Wu savait que Tang San n’était pas une personne impulsive et puisqu’il accordait autant d’importance à ce cristal, il devait sûrement renfermer quelque secret. S’accroupissant à ses côtés, elle attendit son explication.

« Parmi les cristaux, le violet n’est pas le plus précieux. »
Tang San prononça cette phrase après un long moment.

Xiao Wu demanda d’une manière inquisitrice :
« Alors quel type de cristal est si précieux ? »

Tang San dit solennellement :
« C’est le cristal rutilant2. »

« Cristal rutilant? Qu’est-ce que c’est? »
Xiao Wu lui jeta un regard incrédule, elle n’avait jamais entendu ce terme auparavant.

Ce n’était d’ailleurs pas étonnant, ce concept n’était au départ pas originaire de ce monde. En fait, Tang San le connaissait de la secte Tang.

Lorsqu’il était à la secte Tang, au-delà d’être responsable de la fabrication d’armes secrètes mécaniques, Tang San était aussi parfois chargé d’aider des disciples de la secte intérieure à forger tout type d’armes secrètes, il était donc très érudit quant aux recherches sur les matériaux utilisés pour la fabrication des arme secrètes ainsi que sur tout type de matériaux précieux.

« Ce qu’on appelle un cristal rutilant est un cristal naturel, dans lequel, sous certaines conditions et en recevant une influence extérieure, apparaît une matière dorée sous forme de filaments. Ces filaments dorés sont connus sous le nom de cheveux de cristal ou appelés cheveux d’or, et ressemblent aux cheveux du cristal. Peu importe la couleur du cristal, du moment qu’à l’intérieur apparaît un cheveux de cristal, sa valeur excède celle du meilleur cristal naturel à poids équivalent. Un cristal dans lequel apparaît un cheveux de cristal est appelé un cristal rutilant. »

Bien qu’impulsive, Xiao Wu était aussi très intelligente et regardant le gros bloc de cristal dans les mains de Tang San elle dit :
« Tu n’es pas entrain de me dire que ce morceau est un cristal rutilant. Comment ça se fait que je n’ai jamais entendu personne dire « oh, ah, un filament doré » ou jamais entendu personne dire qu’il avait un cristal rutilant ? Même si c’en est, si personne ne le reconnaît, il est inutile. Ces deux-cents pièces d’or que tu as dépensé ne peuvent pas en valoir le coup. »

Arborant un sourire, Tang San dit :
« Non, ce n’est pas un cristal rutilant, c’est un cristal plaquetté3, parmi les cristaux rutilant, c’est la meilleure qualité. »

Xiao Wu demanda avec curiosité :
« Qu’est-ce qu’un cristal plaquetté ? »

Tang San expliqua patiemment :
« Dans les cristaux rutilants les cheveux dorées ne sont en fin de compte qu’un amas désordonné et la quantité est maigre. Mais les cristaux rutilants qui ont existé pendant particulièrement longtemps ont une chance d’augmenter leur concentration en cheveux dorés. Lorsque leur quantité atteint un certain degré, ils s’assemblent à l’intérieur du cristal, et forment des sortes de plaques. Ce genre de cristal rutilant est connu sous le nom de cristal plaquetté. La raison est que les cheveux dorés y sont très nombreux et sont déposés selon des motifs très réguliers et ainsi, ils sont reconnus comme la meilleure qualité de cristal rutilant. »

« Bien qu’en surface le cristal semble trouble, si l’on regarde attentivement, on peut y découvrir un éclat de lumière dorée. L’intérieur de ce cristal est en fait couvert d’impuretés, mais je suis presque sûr que les cheveux dorés se compte dans les dix mille. Que ce cristal qui a existé pendant au moins dix mille ans apparaisse est un miracle. Sans parler de deux-cents pièces d’or, si je les avait, même vingt-mille pièces d’or resterait un prix raisonnable. Quant à la raison pour laquelle je le veux, ce n’est pas pour le revendre, il a une importance toute particulière. »

Tang San ne dit pas directement quelle était cette importance toute particulière et sortit son marteau de Vingt-Quatre Ponts Éclairés par la Lune.

Son marteau faisait deux fois la taille de ce que les forgerons ordinaires utilisaient. Après avoir utilisé ce genre de marteau surdimensionné pour la première fois à la forge de San Shi, Tang San n’en avait pas changé.

« Xiao Wu, recule un peu s’il-te-plaît. »
Tang San baissa la voix.

Xiao Wu se mit sur le côté et Tang San posa le cristal sur le sol devant lui. Une faible lueur blanche surgit de ses mains et se transmit dans le marteau, son expression devenant extrêmement concentrée. En un éclair, la force interne de la Technique Céleste Mystérieuse s’éleva jusqu’à sa limite.

« Tang San, vas-tu… »
Xiao Wu lui jeta un regard choqué, elle pressentait ce qu’il allait faire, mais ne comprenait pas pourquoi il ferait une chose pareille.

Ses mollets générant abruptement de la force, son corps effectuant un demi-tour, le premier coup de la Technique du Marteau de Vent fendant le Chaos s’abattit brutalement, c’était un coup avec toute la force interne de Tang San. La lumière blanche sur le marteau était magnifique, l’air explosant en chaîne sous la pression. L’énorme tête du marteau s’écrasa sur le cristal.

Xiao Wu couvrit inconsciemment ses oreilles.

Peng—— , avec un bruit retentissant, l’Hôtel Rose tout entier trembla un moment et un son de verre brisé s’éleva de sous le marteau. Tang San ayant frappé à pleine puissance, le cristal plaquetté avait immédiatement éclaté en morceaux.

Mais en même temps qu’il explosait en morceaux, une scène étrange se produisit : d’innombrables points de lumière dorée surgirent de l’intérieur du cristal, s’éparpillant dans la grande chambre en forme de cœur et elle se retrouva comme couverte par une couche de brume dorée chatoyante.

Xiao Wu fut surprise, utilisant son pouvoir spirituel pour promptement bloquer les points dorés. Heureusement, leur élan n’était pas si important et en tout cas pas suffisant pour la blesser.

La beauté scintillante de toutes les particules de lumière dorée donnait l’impression d’être ébloui et assommé. Ce nuage de point dorés s’accompagna d’un son de tintement, beau et mélodieux, certains entrant en collision avec les murs, d’autres avec les portes et d’autres encore tombant directement sur le lit en forme de cœur. La vue dans toute la chambre était obstruée par couche de lumière dorée.

Le cristal se transforma en petit morceaux mais alors que la lumière dorée dans les airs retombait doucement, Xiao Wu réalisa que le sol et le lit étaient couverts d’une couche de particules de lumière dorée. Il aurait d’ailleurs peut-être été plus juste de dire une couche de grains dorés.

La taille de chaque grain doré était égale aux autres, à peu près de la taille d’un grain de riz et parfaitement rond, brillant d’une faible lueur dorée. Xiao Wu en ramassa un inconsciemment et le pinça dans sa main pour découvrir qu’il était plutôt doux et complètement flexible, elle était incapable de l’aplatir totalement, même avec son pouvoir spirituel .

« Ge, ce n’est pas de l’or pure. Même si c’en était, ça ne vaudrait pas tes deux-cents pièces d’or. »

Tang San était très excité, vraiment très excité. Depuis qu’il était arrivé dans ce monde, c’était la première fois qu’il était dans cet état, encore plus excité que lorsqu’il avait obtenu son premier Anneau Spirituel, permettant l’avancement de sa Technique Céleste Mystérieuse.

 

Partie 3

Parce qu’il pouvait enfin obtenir une arme secrète classée dans le top dix des Cents Séparations d’Armes Secrètes des Précieux Écrits Célestes Mystérieux. Et en plus, la qualité était excellente. Même s’il était toujours à la secte Tang, personne ne pourrait avoir d’arme secrète faite de cristal plaquetté d’aussi bonne qualité.

« Xiao Wu, vite, aide moi à rassembler ses grains dorés, pas un ne doit nous échapper, je t’expliquerai plus tard. »

En parlant, Tang San se mit en action et sous l’effet de sa force interne, il utilisa le Contrôle de la Grue Capture du Dragon, balayant le sol de la chambre. Là où il passait, ces grains dorés étaient un à un aspirés puis mis dans Vingt-Quatre Ponts Éclairés par la Lune, sans perte dans les airs.

Peu de temps après, quelqu’un frappa à la porte.

« Honorés clients, je vais vous déranger un instant. »

Tang San savait que c’était la conséquence de son coup de marteau mais il avait heureusement utilisé la technique de vibration en appliquant sa force au cristal plaquetté, ne causant ainsi pas de dégât au sol.

« Quel est le problème ? »

Le serviteur à l’extérieur dit :
« Il y a eu un bruit inhabituel à l’instant dans l’hôtel, honoré client, avez-vous entendu ? »

Le serviteur avait été chargé par le directeur Wang de venir demander, après tout, ce gros bruit ne pouvait avoir été fait par une personne ordinaire.

Tang San dit calmement :
« Nous avons entendu, seulement, nous ne savons pas quelle en est l’origine. »
Afin de conserver son précieux objet, il n’avait d’autre choix que de mentir cette fois.

Il ne pouvait laisser le serviteur entrer pour qu’il inspecte sans lui en dire plus.

La quantité de grains dorés ayant apparu était bien supérieure à ce que Tang San avait imaginé. Il examina soigneusement chaque coins, faisant de son mieux pour ne pas rater un seul grains et, très soigneusement, ils furent entreposés dans Vingt-Quatre Ponts Éclairés par la Lune. Selon ses estimations, la récolte excédait au moins les vingt-mille grains dorés.

« Ge c’est quoi ce truc à la fin pour que ça vaille la peine de me rendre nerveuse comme ça ? »
Xiao Wu tenait le dernier grain dans sa paume en regardant Tang San.

Ayant proprement rassemblé son trésor, Tang San relâcha enfin son souffle, prenant ce dernier grain des mains de Xiao Wu,
« Tu te souviens quand je t’ai parlé d’armes secrètes ? Les cheveux dorés d’un cristal plaquetté font des armes secrètes extrêmement puissantes et sont de plus formés naturellement. La quantité de cheveux dorés dans ce cristal était si grande que j’ai complété ma collection pour cette arme secrète en une seule fois. Regarde. »

Étendant sa paume, Tang San posa le grain doré au milieux. La force interne de sa Technique Céleste Mystérieuse surgit, faisant apparaître une lumière d’un blanc laiteux dans sa paume, et une scène étrange se produisit. Sous l’afflux de force interne de la Technique Céleste Mystérieuse, le grain dorés se déplia lentement et en un petit moment, il s’était déjà transformé en un filament doré fin comme un cheveux.
Par rapport à un vrai cheveu, il était toujours beaucoup plus fin et mesurait trois cun4. Heureusement, il était fait d’or et était facilement visible dans la paume de Tang San.

« C’est donc ça le cheveu d’or dont tu parlais. »
Dit Xiao Wu, ébahit.

Tang San acquiesça :
« En effet, c’est un cheveu d’or qui, quand il quitte la protection du cristal, s’enroule sur lui même, formant un grain. Sous l’influence de pouvoir spirituel, il reprend la forme d’un cheveu d’or. S’il n’est plus soumis à l’influence de pouvoir spirituel, il s’enroulera à nouveau. »

Xiao dit d’un air sceptique :
« Ça a aussi une importance ? »

Tang San sourit légèrement et continuant d’insuffler son pouvoir spirituel il attrapa le cheveu d’or avant de piquer son doigt. Immédiatement, une perle de sang commença à se former.

« Un cheveu d’or est si fin que sa pointe, comparée à celle d’une aiguille, est naturellement beaucoup plus tranchante. Ainsi son pouvoir de pénétration après avoir été imprégné de pouvoir spirituel devient terrifiant. Son volume est aussi petit, imagine un instant s’il pénétrait dans le corps l’effet qu’il pourrait avoir. »

En parlant, Tang San retira sa force interne, laissant le cheveu d’or reprendre sa forme précédente de grain. Puis, tournant sa paume, le grain doré disparut en plein-air.

« Comment a-t-il disparu ? »
Xiao Wu avait vu le grain de si près mais ne comprenait toujours pas comment Tang San le faisait disparaître.

Tang San sourit calmement et leva sa main droite, étendant soudainement son majeur, ne laissant entrevoir qu’un minuscule éclat doré qui entra silencieusement dans le lit.

Le résultat fut étrange, en même temps que ce filament doré entrait dans le lit, la couverture se tordit rapidement et en un clin d’œil, une protubérance apparut à sa surface.

« Un cheveu doré est extrêmement résistant et possède un flexibilité déconcertante, s’il n’a plus le support du pouvoir spirituel, il s’enroule à nouveau tout seul. »

Xiao Wu compris soudain. Elle se jeta sur le lit, attrapant cette protubérance dans la couverture et appuya, révélant un peu d’une lumière dorée. Utilisant ses ongles pour pincer la lumière dorée, cherchant à y insuffler son pouvoir spirituel, elle sortit à nouveau lentement et avec un son de tintement, un grain doré apparut une fois de plus dans sa paume.

« Ce-, si c’était tiré dans un corps humain… »

Tang San répondit nonchalamment :
« Exactement ce qu’on peut imaginer. Et aussi, je peux en être sûr, après avoir pénétré dans le corps, il est absolument impossible de le trouver et de l’extraire. Si l’on veut le retirer, on ne peut qu’enlever tout l’amas de muscle et de chair intriqué ensemble. »

Xiao Wu savait enfin pourquoi Tang San voulait à tout prix ce cristal, une arme secrète si vicieuse et terrifiante, sans parler de la voir, elle ne voulait même pas en entendre parler.
« Ge, ce genre d’arme secrète est vraiment trop malveillante. »
Xiao Wu réalisa que sa voix tremblait légèrement, imaginant déjà dans son esprit l’effet radical que cela produisait après être absorbé dans le corps.

Tang San pris le grain doré des mains de Xiao Wu et dit :
« Je l’appelle l’Aiguille Barbelée du Dragon. Dans ce monde, que mes armes secrètes soient malveillantes ou non n’est pas décidé par l’arme secrète elle-même, mais par la cause pour laquelle elle est utilisée, pour le bien ou pour le mal, qui est choisie par des personnes. Si elle est utilisée pour punir des personnes malfaisantes, ne serait-ce pas parfaitement approprié ? »

Ce qu’il ne dit pas était que l’Aiguille Barbelée du Dragon, dans les Cents Séparations des Armes Secrètes des Précieux Écrits Mystérieux, était classée en huitième position et qu’elle n’était pas la plus impitoyable des armes secrètes de type aiguille. Après tout, tant qu’on ne visait pas des points vitaux avec l’Aiguille Barbelée du Dragon, elle ne pouvait entraîner la mort.

 

Partie 4

Les annotations des Cents Séparations des Armes Secrètes donnaient cette description de l’Aiguille Barbelée du Dragon : « expert pour briser le qi de la grande ourse, demande assez de force interne pour être lancée, permet d’attaquer l’ennemi par surprise lui apportant de grandes souffrances. Seulement, les matériaux sont difficiles à obtenir, la consommation de force interne et également importante et nécessite suffisamment d’énergie interne pour soutenir un effet prolongé. »

Avec les force interne actuelle de Tang San il ne pouvait garantir le potentiel d’attaque de l’Aiguille Barbelée du Dragon que dans un périmètre de trois mètres. Au-delà, l’Aiguille Barbelée du Dragon pourrait se rétracter avant de toucher la cible à cause du manque de force interne. Et au fur et à mesure que la distance d’attaque augmente, les demandes en force interne s’accroissent également. Ce genre d’arme secrète incroyablement puissante et cent pour-cent dominatrice ne pouvait pas être utilisée aussi facilement.

Mais elle restait une arme du top dix des armes secrètes de la secte interne et Tang San était confiant que dans un certain périmètre, même la Transformation Vajra du Tigre Blanc de Dai Mubai serait incapable de résister à la pénétration de l’ Aiguille Barbelée du Dragon.

Les ongles de Tang San n’étaient pas long, mais cacher une Aiguille Barbelée du Dragon sous chaque ongle n’était absolument pas un problème et dans un combat au corps-à-corps, c’était un joker parmi les jokers.

Bien sûr, l’Aiguille Barbelée du Dragon n’était encore pas l’arme secrète qu’il désirait le plus, celles dans le top trois des Cents Séparations d’Armes Secrètes nécessitaient toutes que la Technique Céleste Mystérieuse atteigne la septième strate ou plus pour être utilisées, ce qui nécessitait encore un effort de long terme de sa part dans sa cultivation.

« Petit San, tu sais ce à quoi je pense ? »
Xiao Wu cligna de ses grands yeux, voyant Tang San un peu troublé.

« À quoi penses-tu ? »

Xiao Wu gloussa et dit :
« Je me posais la question d’abandonner mon pouvoir spirituel et d’étudier tes armes secrètes. Ces trucs sont des curiosités fascinantes dans tout les sens du terme, vraiment amusantes. »

Tang San était bouche bée, « amusantes », toutes pouvaient être des armes létales. Les armes secrètes de la secte Tang, comment le mot « amusantes » pouvait-il les décrire ?

Voyant l’expression impuissante de Tang San, Xiao Wu gloussa de nouveau :
« Ge, range ta tête aigrie, je me moque de toi. Je ne pourrais pas abandonner mon pouvoir spirituel rigoureusement cultivé. »

« Rigoureusement ? Toi ? »
Tang San détailla Xiao Wu du regard comme s’il découvrait un nouveau continent.

Xiao Wu s’exclama, pleine de ressentiment :
« Qu’est-ce que tu regardes? Ne me dit pas que je ne fais pas d’effort pour ma cultivation ? Tu n’as juste pas fait attention, c’est tout. »

Voyant son apparence adorable, Tang San ne put s’empêcher d’éclater de rire. Obtenir un précieux cristal plaquetté, ainsi entrant en possession de sa première arme secrète du niveau de la force interne l’avait mis de très bonne humeur.

L’impression que Tang San avait de l’Hôtel Rose était toujours plutôt bonne, bien que les prix soient un peu élevés. Lorsque Xiao Wu et lui quittèrent l’hôtel, les dégâts dans le hall d’entrée étaient déjà réparés.

En ce qui concernait l’Académie de Shrek, Tang San n’y connaissait rien, Grand maître avait simplement demandé à Tang San de venir étudier ici, sans rien dire de plus. Mais à en juger par l’expression de Grand maître à ce moment, Tang San était capable de vaguement ressentir que la relation entre Grand maître et l’Académie n’était pas commune.

En se basant sur leur âge, Tang San et Xiao Wu auraient dû aller à une académie de Maîtres Spirituels intermédiaire. Mais avec leur force actuelle, sans parler d’intermédiaire, même si il s’agissait d’une académie avancée, la distance pour l’obtention du diplôme n’était pas si importante. Si cette Académie de Shrek était seulement une académie intermédiaire, était-il vraiment nécessaire de venir ici ?

Tang San été persuadé que Grand maître ne ferait rien d’inutile et puisqu’il lui avait demandé de venir ici, il avait sûrement ses raisons.

« Petit San, tu sais où est cette Académie de Shrek? »
À l’extérieur de Suotuo, en suivant la route plein sud, sur chaque côté de la route officielle se trouvaient de vastes fermes et terrains agricoles. La réputation de Suotuo d’être le grenier du royaume de Balak n’aurait pas pu être plus clairement illustrée.

Mais au-delà des fermes, il n’y avait, aussi loin que l’œil pouvait voir, aucun bâtiment ressemblant à une académie.

L’adresse qu’avait donné Grand maître était qu’à l’extérieur des portes sud de Suotuo, ils pourraient voir l’Académie de Shrek pas très loin.

« Je ne suis pas non plus sûr des détails, continuons au sud, nous la trouverons bien. Ce Dai Mubai y était étudiant, ça prouve au moins son existence. »

« Ge. »
Xiao Wu l’appela doucement.

Tang San sembla comprendre son intention parfaitement bien, disant d’un air impuissant :
« Tu es aussi une adulte, ne pas marcher ne t’amèneras nulle part. »

Xiao Wu gloussa et dit :
« Peu importe, qui t’as demandé d’être mon Ge. »
Tout en parlant, elle sauta soudainement sur Tang San.

Tang San était depuis longtemps habitué à ses actions, ses deux mains en support, son torse légèrement penché en avant, portant déjà Xiao Wu sur son dos.

Xiao Wu était très légère, elle n’était en fait pas un fardeau pour Tang San. Mais sa cultivation n’était pas moindre que celle de Tang San, et ne serait naturellement pas épuisé par cette petite marche, mais elle ne se lassait jamais d’être portée par Tang San. Contente et joyeuse sur le dos de Tang San, gesticulant aux environs, son rire faisait naître des cloches d’argent dans les airs.

À chaque fois que cela se passait, dans le cœur de Tang San montait une douce chaleur, qui était la chaleur d’une famille. Les corps se touchant donnaient la sensation d’avoir le cœur proche et il sentait que son cœur était très florissant, au moins cela prouvait qu’il n’était pas seul.

Dans les six dernières années, depuis la première fois où il avait quitté le village de l’Esprit Sacré pour aller étudier à l’Académie primaire de Nuoding jusqu’à maintenant, il n’avait pas revu son père une seule fois. Tang Hao était partis ces six années, non seulement sans revenir, mais aussi sans lettre.

Lorsque, dans le silence de la nuit, Tang San pensait à son père, son cœur se serrait maussadement. Même s’il était une personne de deux mondes, il avait toujours une soif insatiable d’amour familial.

Mais dans le cœur de Tang San, Xiao Wu comblait le vide laissé par Tang Hao. Pour ce qui concernait Xiao Wu, il était très attentif comme si elle était sa petite sœur par le sang. Lorsqu’ils étaient encore à Nuoding, le seul moyen pour Tang San de se reposer était de regarder Xiao Wu. Quoi qu’elle fasse, il la regardait en silence, profitant de cette chaleur dans son cœur.

Le sourire joyeux de Xiao Wu débordant de soleil, d’un bonheur venant de son cœur, contaminait toujours le cœur Tang San. Même si cultiver était morne, tant qu’il voyait le sourire de Xiao Wu, tous les tracas dans son cœur disparaissaient immédiatement.

 

Partie 5

« Ge, regarde le village là-bas. »
Lorsque Tang San portait Xiao Wu étaient les moments dans lesquels elle était la plus adorable. Dans ces moments, elle ne l’appelait que grand-frère et pas seulement Petit San.

Tang San suivit des yeux la direction du doigt de Xiao Wu, et vit qu’il y avait approximativement un li plus loin un petit village. Utilisant la vue de l’Œil du Démon Violet, il était capable de le voir distinctement. Il était composé d’une centaine de maisons environ, un peu plus petit que le village de l’Esprit Sacré et entouré d’une barrière en bois, servant apparemment à se défendre contre les animaux sauvages. À l’entrée du village était agglutiné un grand nombre de personnes, pour une raison inconnue.

Tang San sourit légèrement :
« Pour notre question précédente, peut-être que les gens de ce village sauront où se trouve l’Académie de Shrek. Une académie de Maître Spirituel doit être très connue. »

Xiao Wu pointa son doit et dit en riant :
« Ge, va plus vite. »

En ronchonnant, Tang San tapa légèrement son derrière avec le dos de la main et fournissant plus d’effort, il avança rapidement dans la direction du village.

En arrivant à proximité, Tang San et Xiao Wu découvrirent tous deux quelque chose d’anormal, à l’entrée du village étaient regroupés bon nombre de jeunes d’à peu près leur âge, accompagnés pour la plupart par leurs parents.

Entre la masse et le village était également disposé un bureau derrière lequel était assis un homme d’une soixantaine d’année. Ce qui stupéfia Tang San et Xiao Wu était le panneau quelque peu usé suspendu à l’arche en bois permettant d’entrer dans le village, sur lequel étaient simplement gravés trois mots « Académie Shrek ». Au-dessus de ces trois mots se trouvait un portrait vert, ressemblant à la tête d’un genre de monstre humanoïde vert. Vert clair, presque mignon. Sur le torse de l’homme derrière le bureau se trouvait un symbole similaire. C’était probablement l’emblème de l’Académie de Shrek.

« Pas possible. »
Xiao Wu sauta du dos de Tang San, fixant le panneau avec choc, puis tournant la tête vers Tang San. Ils étaient tous deux dans leur cœur quelque peu sidérés.

Même l’Académie de Nuoding était bien plus grande que cela et de plus, cet endroit ressemblait à un petit village, non seulement l’arche était en bois, mais elle ne faisait même pas un tiers de celle de l’Académie de Nuoding. Pouvait-on considérer cela comme une académie de Maîtres Spirituels ?

« Ge, Grand maître ne se serait-il pas trompé ? Peu importe comment je le regarde, je n’arrive toujours pas à me représenter que ce soit une académie. Ça ne serait pas une arnaque pas vrai ? »

Tang San dit avec un sourire ironique :
« Allons, jette un œil avant de dire ça. »

À ce moment, alignés devant eux se trouvaient environ un peu moins de cent candidats, beaucoup ayant les sourcils froncés, ayant clairement la même opinion que Xiao Wu.

Devant Xiao Wu et Tang San se trouvait un jeune accompagné de ses deux parents et ils entendirent la mère dire :
« N’est-ce pas une erreur, cette académie à la réputation qu’en obtenant son diplôme, on peut décrocher un titre de vicomte impérial ? »

Le père du jeune dit, sceptique :
« C’est ce que les gens du Hall Spirituel ont dit, ça ne devrait pas être une erreur. Mais cette Académie est vraiment en ruine. »

Le jeune dit à son tour :
« Papa, je ne dois pas étudier ici, c’est trop honteux. Je peux toujours aller à l’académie de Maîtres Spirituels intermédiaire de Suotuo. Comment dire, à l’académie primaire j’étais aussi considéré comme étant un talent. »

Le père fronça les sourcils :
« Puisque nous sommes ici, attendons une minute, peut-être que c’est un genre de test. La vraie académie n’est pas là du tout. »

Des dialogues similaires n’étaient pas rares dans la file d’attente, les visages de la majorité des jeunes et de leurs parents montrant une forte déception.

Le regard de Tang San ne s’attarda pas sur ces candidats, mais se porta au-devant de la queue, à l’endroit où se passait l’inscription. Sa vision et son ouïe augmentées sous l’effet de la Technique Céleste Mystérieuse, il était capable de vaguement entendre ce qui s’y disait.

Le vieil homme assit derrière le bureau qui acceptait les inscriptions avait une apparence paresseuse et pour parler de manière plaisante de ses vêtements, ils étaient simples et sans ornements. Ce que Tang San voyait ressemblait à un vieux villageois sans même l’air vif du vieux Jack du village de l’Esprit Sacré.

À ce moment, un jeune s’approcha du bureau. Le vieil homme dit d’une voix paresseuse :
« Les frais d’inscription sont de dix pièces d’or spirituel, met les dans ce coffre. »

Les parents suivant le jeune sortir dix pièces d’or spirituel et les placèrent dans un coffre dont les planches étaient clouées ensemble, sur le côté.

« Tend juste une main. »

Le jeune tendit sa main devant le vieil homme comme on le lui avait demandé. Ce dernier malaxa la main pendant un petit moment et secoua la tête :
« Tu n’as pas le bon âge, tu peux partir. »

Le jeune fut abasourdi un moment et tourna la tête vers ses parents. Des enfants de plus de dix ans aussi précoces que Tang San n’étaient pas nombreux.

Son père s’empressa d’arborer un sourire :
« Professeur, mon fils n’a passé son treizième anniversaire que récemment voyez-vous, ne pouvez pas être flexible juste une fois ? »

Le vieil dit, légèrement impatient :
« Ne gênez pas les gens derrière vous. Ne connaissez-vous pas la règle de notre Académie ? Nous n’acceptons que les enfants de moins de treize ans. Au-delà, ils sont refusés sans exception. Vous pouvez partir. »

Le père du jeune reprit :
« Alors nos frais d’inscription… »

Sans une trace de politesse, le vieil homme répondit :
«Une inscription n’est généralement pas remboursé. »

Une figurine d’argile était tout de même trois dixième d’un guerrier et le père du jeune candidat ne put s’empêcher d’éclater avec colère :
« C’est clairement une escroquerie pour de l’argent. Rendez nous nos frais d’inscription où nous ne partirons pas. Si j’avais su plus tôt que cette Académie de Shrek était aussi pourrie, nous ne serions pas venu. »

Le vieil homme lui jeta un regard et dit indifféremment :
« Mubai, quelqu’un veut récupérer leur frais d’inscription, occupe-toi en. »

Une silhouette bondit du sol à côté,
« Vous voulez vos frais d’inscription ? Après m’avoir battu, la somme totale est remboursée. »

Cette personne était précisément Dai Mubai mais parce qu’il était auparavant assis sur le côté et caché par la foule, Tang San ne l’avait pas vu. Par rapport au jour où Tang San et Xiao Wu l’avaient rencontrés, il était légèrement différent, son expression plutôt réticente.

Dai Mubai ne parlait pas non plus pour ne rien dire et il utilisa directement son pouvoir spirituel, libérant deux Anneaux Spirituels centenaires et un millénaire, en tout trois Anneaux. Son pouvoir spirituel surgissant irradiait une pression intangible dans l’air, une lumière froide brillant constamment dans ses yeux maléfiques alors qu’il fixait ce père et son fils.

 


 

  1. Vient des flèches barbelées qui sont des flèches crantées, qui rentrent facilement dans la chair, mais qui font de gros dégâts en ressortant. Donc le seul moyen de les extraire c’est soit de pousser la flèche pour qu’elle traverse tout le corps, soit de casser la hampe et d’attendre d’avoir un médecin à disposition pour opérer.
  2. L’anglais ici est « hair crystal » qu’on peut traduire par cristal chevelu ou cristal à cheveux, mais c’est pas super comme traduction, d’où le cristal rutilant, qui est une autre appellation. C’est un cristal dans lequel sont incrustés des filaments minéraux. C’est souvent dans du quartz, mais j’ai préféré garder le cristal ici. Il est réputé comme ayant des propriétés énergisantes, et est donc utilisé en lithothérapie. Voilà à quoi ça ressemble
  3. Si j’en crois la note du traducteur anglais, c’est en fait la même chose, simplement plus dense, mais apparemment la différence entre les deux n’existe que dans les fictions chinoises. Encore une fois merci Google.
  4. Nouvelle info sur le cùn : 1 cun = la largeur de la phalange du pouce ; 1,5 cun = la largeur de l’index et du majeur pris ensemble ; 3 cun = la largeur de l’index à l’auriculaire.
    Plus d’infos sur le cun
Cet article comporte 7 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Contenu protégé
Back To Top