skip to Main Content
Menu

Douluo Dalu – Chapitre 14



Chapitre 14 : Tigre Blanc aux Yeux Maléfiques Dai Mubai

Partie 1

Tang San sourit légèrement et dit :
« Je l’appelle un dard caché, aussi appelé un dard silencieux dissimulé. Avec la simple utilisation d’un petit levier, il peut tirer trois fléchettes selon ta volonté. Il peut en tirer une seule ou tirer les trois en même temps. Il n’est pas facile pour un adversaire de les détecter parce que le bruit de lancement est très faible. Ainsi, lorsque tu affrontes des ennemis de ton niveau, il peut produire de très bon effets. »

Ébahi, Xiao Wu dit :
« Lorsque nous nous mesurions l’un à l’autre auparavant, pourquoi je ne t’ai jamais vu utiliser ce genre de chose ? »

Tang San sourit calmement :
« Idiote, nous sommes tout deux étudiants et aussi des amis. Comment pourrais-je utiliser ce genre d’arme mortelle ? Tu te rappelles la fois où je t’ai jetée des pierres ? Tu crois que c’était une coïncidence ? Regarde, il y a un moustique juste là. »

Xiao Wu suivit la direction indiquée par Tang San du regard et effectivement, à trois mètres voletait un moustique, difficilement visible à la clarté lunaire.

« Si je te disais que je peux toucher son aile gauche sans le tuer, que dirais-tu ? »

Xiao Wu le fixa du regard et dit :
« Tu plaisantes ? »

Une lumière violette étincela dans les yeux de Tang San et levant abruptement sa main, une ombre discrète passa en silence et le moustique disparut sans laisser de trace.

Tirant Xiao Wu par la main, Tang San dit :
« Suis-moi. »
Après avoir parcouru une courte distance jusque devant un grand arbre, Xiao Wu put clairement, sans l’aide de Tang San, discerner une aiguille de trois cuns de long plantée dans le tronc, scintillant sous la lumière des étoiles.

Épinglé par elle à l’arbre, quelque chose se débattait de toutes ses forces.

Baissant la tête pour l’examiner de plus près, Xiao Wu émit un bruit étranglé à cause du choc. Le moustique était épinglé sous l’aiguille d’acier, traversant son aile gauche, l’attachant fermement à l’arbre. Par ses mouvements frénétiques, on devinait que sa vie n’était absolument pas en danger.

« Co-, comment as-tu fait ça ? »
Xiao Wu s’exclama avec incrédulité et regarda Tang San. Si elle n’avait pas été avec Tang San tout du long, elle aurait pensé qu’il s’agissait d’un coup monté.

Tang San retira l’aiguille d’acier et lorsqu’il rouvrit sa main, elle avait déjà disparue,
« C’est mon secret, je les appelle des armes secrètes, même papa n’est pas au courant. Je veux juste que tu saches que j’ai la force de protéger ma propre petite sœur. »

Pour ce qui concernait les choses nouvelles, Xiao Wu avait toujours montré beaucoup d’intérêt et secouant avec excitation la main de Tang San, elle dit :
« Mon cher grand frère, ne peux-tu pas m’apprendre cela. »

Tang San répondit avec un sourire ironique :
« Avec tes tendances violentes, si tu apprenais aussi l’art des armes secrètes, qui sait combien de personnes subiraient un désastre. De plus, la cultivation des armes secrètes n’est pas l’affaire d’une nuit. Le dard dissimulé que je t’ai donné est une forme d’arme secrète, donc maîtrise d’abord son usage correctement. »

Vouloir étudier les armes secrètes de la secte Tang n’était certainement pas facile, il fallait tout d’abord avoir la Technique Céleste Mystérieuse en fondation et le pouvoir spirituel de Xiao Wu n’était pas faible : cultiver la Technique Céleste Mystérieuse depuis le début était clairement impossible. Tang San était déjà secrètement résolu à faire des armes secrètes mécaniques pour son corps. Cela pourrait être considéré comme suffisant.

Tang San accrocha personnellement le dard caché sur le bras gauche de Xiao Wu, ajustant correctement la taille pour qu’il soit parfaitement adapté au poignet de Xiao Wu. Après quoi, il explique une fois les détails de l’utilisation du dard dissimulé silencieux à Xiao Wu, la laissant essayer plusieurs fois. Xiao Wu tomba quasiment instantanément amoureuse de ce trésor.

Alors que Xiao Wu se mettait à l’écart pour essayer de tirer les fléchettes du dard dissimulé, Tang San leva lentement la tête, observant les étoiles dans le ciel en se disant à lui-même :
« Papa, tu as vraiment peur que je ne devienne pas assez fort à tes côtés ? Soit tranquille, je travaillerai dur dans ma cultivation et deviendrai un vrai homme. Un jour, inévitablement, je deviendrai ta fierté. »

« Secte de Tang, je t’ai quitté depuis six ans déjà, mais je serai toujours une partie de toi et dans ce Continent de Douluo, je mènerai ton tout vers de nouveaux sommets. »

Une paire de mains comme de la jade étincelante se jeta en avant, de la lumière telle d’innombrables filaments de lumière argentée s’éleva et dans les yeux de Tang San apparaissait déjà un éclat violet.

. . . . . . .

Cinq ans plus tard.

Le royaume de Balak, situé dans le sud de l’Empire du Dou Céleste, limitrophe de la province de Fascinuo. En parlant de ce royaume, sa surface totale correspondait à seulement quatre tiers de la province de Fascinuo subordonnée à l’Empire. Dans les frontières de l’Empire du Dou Céleste, il était l’un des quatre grands royaumes. Son roi, Kundela, était le jeune cousin du roi Aokula de l’Empire du Dou Céleste.

Le sud du royaume de Balak avait une frontière directe avec l’Empire du Luo Étoilé et en conséquence, parmi les quatre grands royaumes de l’Empire du Dou Céleste, il était le plus puissant martialement parlant, et il était également la porte d’entrée vers l’Empire du Dou Céleste.

L’Empire du Dou Céleste était à l’origine composé de dix provinces, ayant plus tard été divisées entre les quatre royaumes, formant ainsi si sièges de pouvoirs : l’Empire lui-même, qui contrôlait cinq provinces, les quatre grands royaumes, contrôlant une province chacun et enfin un duché, second seulement aux royaumes, occupant la plus petite province du côté est de l’Empire.

En surface, les quatre grands royaumes et le duché devaient tous être soumis à la loi de l’Empire du Dou Céleste, mais en réalité, ces cinq États étaient devenus depuis longtemps des nations dans la nation qui étaient, en-dehors des tributs nécessaires, totalement indépendantes. Si la Famille Impériale du Dou Céleste ne contrôlait pas tant de troupes, peut-être qu’une guerre civil aurait déjà éclatée.

L’Empire du Luo Étoilé connaissait des circonstances similaires et ainsi, bien que chaque Empire apparaisse comme une force puissante, ils étaient tous deux en déclin. Si quelqu’un prononçait des mots qu’il n’aurait pas dû dire, cela marquerait le jour où toute la situation du Continent changerait abruptement.

Dans le royaume de Balak se trouvaient deux cités importantes, une était la cité où résidait le roi Kundelak, la capital Balak. Elle était le cœur de la politique et de l’industrie de tout le royaume. L’autre cité était construite autour du plus riche silo à grain du royaume, appelée Suotuo.

Ces deux cités disposaient d’une garnison massive et étaient les plus hautes priorités du royaume.

Suotuo était une grande ville, cela pouvait se voir au Hall Spirituel en place, au rang de Hall Spirituel Seigneur.

L’heure était actuellement à peine après midi, le soleil brûlant brillant d’un éclat féroce alors que deux jeunes gens entraient par la porte ouest de la ville. Par leur apparence, tout deux semblaient avoir une dizaine d’années, ne portant aucun bagage, un garçon et une fille.

Partie 2

Les habits du garçon étaient simples. Il semblait avoir douze ou treize ans et mesurer environ un mètre soixante-dix. Il portait une tenue bleue pâle très propre. La ceinture autour de sa taille sertit de vingt-quatre morceaux de jade, ses cheveux noirs pendant à mi-épaule et les traits de son visage, bien qu’on ne puisse les considérer comme beaux, donnaient ensemble une impression d’amabilité de la personne toute entière. Les coins de sa bouche étaient relevés en un perpétuel léger sourire.

Si le garçon avait l’air gentil et ordinaire, alors la fille à ses côtés n’en paraissait que moins commune.

De long cheveux noirs et doux comme la soie coiffés soigneusement en une tresse de scorpion bien arrangée, qui, bien qu’ils soient tressés, pendaient tout de même jusqu’en bas de son dos. Comparée au garçon, elle était un peu plus grande, ses petits habits roses recouvrant étroitement une silhouette ayant déjà commencé à se développer. Si l’on parlait de sa poitrine on pouvait la décrire comme inadéquatement développée, mais ses hanches élancées pourraient rendre de nombreuses femmes jalouses.

Note de Kenshin : Je suis le seul à être choqué qu’il décrive une gamine de treize ans comme ça ?? Malaise malaise…

De longues jambes élancées serrées dans leur pantalon, des proportions parfaites. Bien qu’elle ne semble pas vielle, son visage était encore enfantin, on pouvait déjà deviner de parfaites petites fesses rondes.

La forme naturellement arrondie de ses sourcils mettait en valeur une paire de grands yeux brillants d’intelligence. Son joli visage, rond et doux donnait en plus un sentiment de charme, le mot adorable semblait être fait pour la décrire. Le garçon à ses côtés était depuis longtemps éclipsé par son éclat.

La fille leva la main et essuya son front, légèrement humide, et grommela :
« On a enfin atteint Suotuo. Je ne sais pas ce que Grand maître pensait, plusieurs académies intermédiaires ont clairement exprimé leur volonté de nous recruter inconditionnellement et il t’a pourtant demandé de venir passer les tests à cette académie délabrée qui ne sépare même pas les classes.

Le garçon sourit légèrement et dit :
« Professeur m’a demandé de venir passer les tests, mais il ne te l’as pas demandé à toi, qui a insisté pour venir. Heureusement, le royaume de Balak est limitrophe avec la province de Fascinuo, sinon n’aurais-tu pas encore plus à te plaindre ? »

La fille observa froidement le garçon,
« Vraiment inconscient, tout n’est pas fait dans ton intérêt. Qui t’as demandé de devenir mon grand frère ? Dans tout les cas nous pourrons aller passer les tests après-demain. Quoi qu’il se passe, tu dois m’accompagner pour jouer dans Suotuo pendant ces deux jours, pour soigner les blessures infligées à mon jeune et tendre cœur. »

Le garçon ne put s’empêcher de rire et dit :
« La redoutable sœur suprême de l’Académie de Nuoding pendant six ans d’affilé a toujours un jeune et tendre cœur ? Laisse tes jeunes frères voir ça et je ne peux garantir qu’ils ne se jetteraient pas immédiatement dans la rivière. »

Le garçon et la fille étaient précisément Tang San et Xiao Wu de l’académie de Maîtres Spirituels primaires de Nuoding.

Cinq ans avaient passé et ils avaient enfin obtenu le diplôme de l’académie de Nuoding. Bien sûr, au vu de leur talent, l’académie de Maîtres Spirituels primaires de Nuoding entendait leur recommander d’entrer directement dans une académie de Maîtres Spirituels intermédiaires, à tel point que plusieurs académie intermédiaires très réputées avaient envoyé des lettres d’invitation, leur donnant un large choix de place.

Mais Grand maître demanda à Tang San de toutes les refuser pour aller à cet endroit au sud de Suotuo connu sous le nom de l’Académie de Shrek pour passer les tests d’entrée.

Après six ans d’instruction, Tang San respectait Grand maître comme un père depuis longtemps, et sans essayer de comprendre la raison, il savait que c’était certainement pour son bien. C’est pourquoi il avait accepté sans hésitation.

En ces six années, la relation de Tang San et Xiao Wu était devenue depuis longtemps aussi proche que s’ils étaient liés par le sang ; si Tang San choisissait cet endroit, naturellement Xiao Wu le suivrait.

En quittant l’académie, Grand maître dit à Tang San qu’il devait aller à la capitale Impériale avant de les retrouver.

Les six ans passé à Nuoding étaient six années extrêmement riches : les cours le matin, le travail l’après-midi, la cultivation dans la soirée, pratiquement sans temps libre. À douze ans, il n’avait déjà plus cet air chétif d’auparavant. Travaillant à la forge tout les jours lui avait donné un physique fort et en bonne santé, et bien qu’en le regardant on ne puisse le décrire comme majestueux, son corps couvert par de nouveaux vêtements était plein d’une force musculaire explosive.

Xiao Wu dit en faisant la moue :
« Bref, tu promets ? »

Tang San rit et dit :
« Comme tu veux. Seulement, après avoir voyagé pendant si longtemps, n’es-tu pas fatiguée ? Nous devrions d’abord trouver un endroit pour s’installer et parler après. Il est bientôt midi, mangeons d’abord. »

Xiao Wu dit avec un sourire :
« C’est parfait. »
Tang San s’opposait très rarement à ses décisions. Depuis qu’ils avaient établit leur relation de frère et sœur, il s’était toujours occupé d’elle comme un grand frère le ferait bien qu’il soit très occupé et l’attention inattendue qu’il lui portait donnait toujours un sentiment agréable à Xiao Wu.

Suotuo était beaucoup plus grande que Nuoding, et devait par conséquent être plus vivante. Dans les rues, partout, on pouvait voir des soldats patrouillant et un flot animé de personnes passant sans arrêt.
Les deux mangèrent d’abord de petites choses, après quoi ils cherchèrent un endroit où se reposer. Rapidement, Xiao Wu découvrit un hôtel tout à fait unique.

L’hôtel était haut de trois étages, et bien que sa taille ne puisse être considéré comme grande, la décoration extérieure était complètement rose rouge, tout le style de construction de l’hôtel ressemblait à une énorme rose, apportant une certaine impression à toute personne le regardant.

« Hôtel Rose. Petit San, nous irons ici. »
Xiao Wu pointa du doigt.

Tang San dit de manière superflue :
« Je t’entend. »
Travaillant toutes ces années, en plus du salaire donné par le Hall Spirituel, Tang San avait quelques économies. Xiao Wu ne s’était jamais préoccupée d’argent, dépensant des sommes extravagantes, et pour ne pas la laisser trop dépenser, elle laissait simplement Tang San en charge de son revenu. Puisqu’il contrôlait son argent, elle arrivait a en épargner une partie.

Entrant dans l’Hôtel Rose, la première sensation était une fragrance de rose dans l’air, une senteur pénétrant profondément dans le cœur et apportant une sensation de chaleur cachée, libérant le cœur des gens de leurs soucis.

La décoration intérieure de l’hôtel était tricolore : blanc, argent et rose rouge, chaude et unique, donnant aisément une agréable sensation aux gens.

Tang San s’approcha du comptoir,
« Deux chambres s’il-vous-plaît. »

Le clerc derrière le comptoir se leva précipitamment, jaugeant Tang San du regard, puis ses yeux glissèrent sur Xiao Wu, révélant une expression envieuse,
« Monsieur, doit-il vraiment y avoir deux chambres ? »

Tang San acquiesça,
« Y a-t-il un problème ? »

Les yeux du clerc montrèrent de l’incertitude,
« Je suis désolé, nous n’avons qu’une chambre disponible pour le moment. »

Partie 3

« Une chambre ? »
Tang San fronça les sourcils. En tant que personne ayant vécu deux vies, le peu de temps passé à partageant un lit avec Xiao Wu que cela représenterait ne lui apparaissait pas d’une importance significative, mais après tout, ils avaient tout deux graduellement acquis une silhouette adulte. Il se rappelait très clairement les paroles interdisant les contact directs entre un homme et une femme.

Le clerc dit avec insistance,
« Oui, euh, seulement une. Mais soyez tranquille, toutes nos chambres sont très grandes et les locaux ont tout ce qu’on peut attendre d’eux, plus que suffisant pour un séjour de deux personnes. »
Tout en parlant, il lança un regard chargé de sens à Tang San qui pouvait être ressentit mais pas expliqué par des mots. Bien sûr, Tang San était incapable d’en comprendre le sens.

Xiao Wu dit avec un large sourire :
« Une seule chambre fera l’affaire. Lorsque nous étions à Nuoding, ne dormions nous pas toujours dans le même dortoirs ? Ainsi nous aurons toujours un peu d’argent pour acheter de beaux habits. »

Tang San ne put s’empêcher de secouer la tête. Il était une personne obstinée, au pire il dormirais par terre et cultiverais la nuit, ce qui était le meilleur repos.

« Très bien, donnez-nous cette chambre. »

Alors que le clerc aidait Tang San à régler les formalités, une voix surgit de nulle part interrompit les actions du clerc.

« À mon avis, cette chambre devrait me revenir. »

Tang San et Xiao Wu se retournèrent simultanément pour regarder, et découvrirent que trois personnes étaient apparues derrière eux, marchant vers le comptoir.

Ces trois personnes étaient un homme et deux femmes. Les deux filles étaient habillées magnifiquement, ce qui mettait en valeur leur silhouettes fines et élancées. Elles devaient être un peu plus grande que Xiao Wu et avaient dix-sept ou dix-huit ans. Mais le plus surprenant était que leur visages était strictement identiques, elle étaient surprenamment jumelles.

Mais le regard de Tang San ne tomba pas sur ces beautés renversantes, son regard fut plutôt attirés par l’homme marchant au milieu.

Il mesurait environ un mètre quatre-vingt, une demi tête de plus que Tang San, avait des épaules larges et des traits beaux quoi que résolus, ainsi qu’une longue chevelure blonde tombant librement presque jusqu’à sa taille. Ses cheveux ne bouclaient pas, mais tombaient tout droit. Il n’avait pas l’air vieux, au point où il avait même l’air plus jeune que les deux jeunes filles l’accompagnant.

Ce qui attirait encore plus le regard étaient ses yeux, une pair d’yeux maléfiques, chaque œil ayant une double pupille. Dans ces yeux d’un bleu profond se trouvait un regard très froid, ce genre de froid glacial venant des profondeurs du cœur, une lumière mauvaise scintillant entre des paupières à demi fermées. Sous ce regard, tout le corps avait l’impression d’être coupé par une lame aiguisée.

Avec d’aussi beaux traits allant de pair avec ces yeux, ce genre d’homme, où qu’il soit, serait le centre de l’attention.

Il était très puissant, ce fut la première pensée de Tang San après avoir vu cette personne.

Les deux jumelles tenaient les bras de cet homme aux pupilles jumelles, et ce dernier pris conscience de la présence de Tang San. Après que son regard soit passé sur Xiao Wu, il révéla une trace fugace de stupéfaction, mais c’était juste un éclat passager, rien de plus.

Arrivant devant le comptoir et regardant le clerc le jeune homme dit :
« Tu es nouveau je vois. Tu ne sais pas qu’il faut toujours laisser une chambre pour moi ? »

Le clerc fut abasourdit un instant et demanda prudemment :
« Vous êtes ? »

L’homme aux pupilles jumelles dit impatiemment :
« Appelle le patron. »

Sous son regard, le clerc fut parcourut d’un frisson glacé, et se dépêcha de s’éclipser pour aller chercher son supérieur.

Tang San dit calmement :
« Grand frère, il semble que nous ayons été là en premier. »

Sans même tourner la tête, l’homme dit froidement :
« Et alors? »
Il n’avait pas comme habitude de regarder les gens en expliquant.

Le tempérament de Tang San était plutôt doux, mais Xiao Wu n’était pas aussi facilement bousculée, en un instant elle était déjà aux côtés de Tang San,
« Pas de et alors, tu dégages. »

L’homme se tourna finalement, son regard glacial maléfique tombant sur Xiao Wu, il hocha la tête,
« Très bien, pendant très longtemps, personne n’a osé me parler comme ça. Vos corps ont des émanations de pouvoir spirituel, vous devriez être des Maîtres Spirituels. Alors si vous, ensemble, arrivez à me frapper, je partirai immédiatement, sinon, vous montrerez l’exemple en dégageant les premiers. »

En entendant ces mots, les deux jumelles à ses côtés arborèrent des sourire idiots, comme si elles n’avait à s’inquiéter de rien, lâchant les bras de l’homme et battant en retraite sur un côté.

À ce moment, le clerc avait déjà ramené un homme d’âge mûr de l’arrière boutique qui, ayant entendu l’échange entre les protagonistes, dit avec un visage anxieux,
« Laissez-moi parler, laissez-moi parler, ne vous battez pas je vous en prie. »

L’homme aux pupilles jumelles lui lança un regard de travers,
« Directeur Wang, il semblerait que vous soyez plus ouvert aux affaires en ce moment n’est-ce pas ? »

Le directeur Wang essuya la sueur sur son front et dit avec un sourire :
« Jeune maître Dai, s’il vous plaît ne dîtes pas ça, il s’agit juste d’un subordonné incapable, ce gamin est arrivé hier, ignorant des règles, excusez-moi, excusez-moi. Je vais immédiatement faire préparer une chambre pour vous. »

En parlant, il se tourna vers Tang San et Xiao Wu, l’air désolée et dit :
« J’implore votre pardon chers clients. Cette chambre a été réservée par le jeune maître Dai, choisissez un autre établissement s’il vous plaît. »

Si les choses ne tenaient qu’à Tang San, il aurait laissé les choses ici. Avec autant d’hôtels, en changer ne lui posait pas de problème. Mais le tempérament de Xiao Wu était basé sur un désir de voir le monde dans le chaos, et elle ne faisait pas de compromis facilement.

« Nous ne reculerons pas, et alors? Putain de snobs. Ne pensez pas qu’on va se laisser faire parce qu’on est jeune. »

Le jeune maître Dai renifla froidement,
« Même si vous vouliez vous rétracter maintenant ce ne serait pas si facile, après m’avoir insulté partir n’est plus possible. »

« Jeune maître Dai, jeune maître Dai, vous… »
Le directeur Wang était très anxieux, l’air presque implorant.

Les yeux du jeune maître Dai contenaient un lueur féroce,
« Moins de foutaises. Tous les dégâts sont sur ma note. »

Habituée à être la grande sœur dirigeante de l’académie de Nuoding, Xiao Wu, en voyant se genre d’arrogance chez son adversaire, allait se jeter en avant pour frapper.

Tang San attrapa son épaule,
« Laisse-moi ça. »

Xiaw Wu dit avec mécontentement :
« Pourquoi ? Je vais le faire moi-même, je vais le frapper jusqu’à ce que même sa mère ne le reconnaisse plus. »

Tang San fronça les sourcils et dit :
« Étant une fille, ton langage devrait être plus soigné. As-tu oublié ce que j’ai dit auparavant, je te protégerai toujours. C’est une affaire entre hommes. »

Il ne laissa pas Xiao Wu aller se battre, premièrement parce qu’il pressentait que l’adversaire était redoutable et avait peur que Xiao Wu ne soit blessée. Ensuite, s’ils venaient à perdre, il préférait être humilié lui-même, il ne pouvait laisser Xiao Wu être humiliée par l’adversaire.

Partie 4

En entendant les mots « je te protégerai toujours » l’expression indignée de Xiao Wu se détendit, et regardant Tang San elle dit :
« Alors fait attention. »

« Pas besoin de se disputer, je pense que vous devriez y aller tous les deux. »
Dit le jeune maître Dai impatiemment.

Tang San, libre de toute vanité ou arrogance, avança de deux pas,
« Enseigne-moi. »1

Avec une lumière maléfique dans les yeux, le jeune maître Dai leva soudainement son poing droit, accompagnant une charge frontale, visant dès le début à frapper la poitrine de Tang San. Ses mouvements étaient très simples, sans fioritures, mais l’expression de Tang San changea. Parce que le momentum du poing de son adversaire avait déjà atteint en un éclair l’effet maximum d’une combinaison de la force physique et de la vitesse. Sans une expérience de combat profuse, comment cela serait-il possible.

Cette fois, Tang San ne pouvait absolument pas battre en retraite, sinon il permettrait à l’adversaire d’accroître son momentum, ce qui résulterait en une augmentation de la puissance de son poing. C’est pourquoi il ne battit pas en retraite et au contraire avança. Son pied droit avança en un éclair d’un pas, parcourant pas moins de trois mètres, se rapprochant immédiatement de son adversaire. Le but de Tang San était très simple, il devait perturber le rythme offensif de son adversaire.

Envoyant lui aussi son poing droit, la main de Tang San devint en un battement de paupière lisse et d’un blanc laiteux comme la jade.

Avec un peng sourd, le corps jeté en avant du jeune maître Dai fut arrêté brutalement, mais Tang San fut forcé de reculer de quatre ou cinq pas avant de parvenir à s’arrêter.

Les yeux du jeune maître Dai révélèrent une lueur ahurie, il n’avait clairement pas pensé que ce junior qui paraissait avoir plusieurs années de moins que lui serait capable d’arrêter son poing.

Ce qui le surprenait plus encore était qu’en terme de puissance d’attaque, son poing tenait un large avantage, mais en ce moment sa main lui faisait mal au point de s’ouvrir en deux, le poing de Tang San semblait aussi dur que du cuivre moulé sur du fer forgé.

Mais Tang n’était-il pas lui aussi ébahi ? Il faut savoir que son poing ne contenait pas seulement la force interne de sa Technique Céleste Mystérieuse mais aussi sa force physique, qui ne correspondait en aucun cas à son âge. Le travail à la forge toutes ces années avait augmenté sa force physique bien au-delà de celle d’une personne normale, sans compter les propriétés des Mains de Jade Mystérieuse, trois grands avantages combinés et il avait quand même perdu.

La puissance physique de l’adversaire était très importante, mais pas un genre de force déchaînée, plutôt une force condensée, comme si toute sa puissance physique était condensée à la taille d’un poing, explosant en un éclair en une force choquante qui faisait déjà tourbillonner le qi et le sang dans le corps de Tang San.

« Bien. Capable de recevoir mon poing, tu es qualifié pour être mon adversaire. »
Le jeune maître Dai cria froidement, son corps entrant à nouveau en action. Cette fois, son attaque n’était pas simple : toute sa personne vola vers l’avant, atteignant Tang San instantanément, ses quatre membres s’écartant bizarrement, comme si le haut du corps était plein d’ouvertures, mais ses quatre membres bougeaient légèrement, comme si les mouvement possibles étaient sans limites.

L’expression de Tang San était déjà très imposante, les deux genoux légèrement pliés, le bras gauche effectuant un cercle vers l’intérieur, le droit s’écartant de la même manière vers l’extérieur, adoptant une posture très étrange.

Le coup du jeune maître Dai pouvait être vu comme la technique ayant forgé son nom, peu importe comment l’adversaire essayait de résister à son attaque, il avait plusieurs méthodes de le contrer. Dans ce mouvement apparemment plein d’ouvertures était caché une puissante technique d’attaque, chaque membre pouvait se transformer en un arme.

Mais alors que l’attaque était prête se déployer, une force intangible le traversa par en-dessous. Ce pouvoir semblait très tenace, sans force d’impact, mais simplement résistant. Le jeune maître Dai était en plein air sans possibilité de générer de la force, il ne put que sentir son corps, à sa grande surprise, être dévié de sa trajectoire par cette force, et tombant d’un côté, son attaque perdit naturellement sa cible.

Quelle était cette force ? Cette pensée incrédule traversa l’esprit du jeune maître Dai. Mais son expérience de combat était très riche et avec un tour de la hanche félin dans les airs, son corps pivota d’un tour complet et il atterrit fermement sur le sol.

Mais à ce moment, l’attaque de Tang San commença. Il choisit juste le bon moment, exactement au moment où la jambe du jeune maître Dai toucha le sol, qui était le moment où il était le plus difficile de générer de la force.

Utilisant l’Ombre Fantôme Brouilleuse de Traces, les pas de Tang San semblaient disloqués, mais il avait déjà atteint le côté du jeune maître Dai, envoyant ses deux paumes vers les épaules de son adversaire.

Dans les yeux du jeune maître Dai passa une lumière maléfique et les quatre pupilles semblèrent briller en même temps. Avec une exhalation, il rétracta ses épaules vers l’arrière avant d’envoyer ses deux poings vers le haut, visant les coudes de Tang San. La force indomptable causant des craquements audibles à répétition, on pouvait voir que ces deux poings contenaient une grande force physique

En même temps qu’il lançait ses poings, la jambe droite du jeune maître Dai monta en flèche. Dans des circonstances de combat rapproché, il avait, de manière inattendue, choisi de porter un coup de pied directement au menton de Tang San, montrant sa grande souplesse. Que ce soit ses poings ou ce coup de pied, si l’une ou l’autre attaque touchait sa cible, du fait de la puissance d’attaque supérieure à celle de Tang San, elle ferait perdre à Tang San sa capacité de combat.

Mais comment Tang San pouvait-il le laisser faire ce qu’il voulait ? N’oubliez pas que c’était la spécialité de Tang San.

Les paumes lancées vers les épaules du jeune maître Dai perdirent naturellement leur cible lorsque ce dernier les retira, mais Tang San ne retira pas ses mains pour autant, au contraire, elles balayèrent simultanément vers le bas. Dans la zone balayée , la force persistante qu’avait auparavant senti le jeune maître Dai apparut de nouveau et ses bras furent encore une fois déviés sur les côtés. La force explosive de ses poings dévia cependant les paumes de Tang San, les rendant incapables d’atteindre leur cible.

En même temps qu’il utilisait ses paumes, Tang San avança sa jambe gauche d’un pas et, inclinant son corps d’un côté, son épaule se rapprocha du torse du jeune maître Dai. Ainsi de profil, il laissa passer à côté de lui le coup de pied du jeune maître Dai. Tout semblait parfaitement calculé.

Le jeune maître Dai, sur une jambe, n’avait plus d’espace pour esquiver, et fit l’expérience de l’attaque des deux mains de son adversaire effaçant sa force, le mettant immédiatement dans une situation désavantageuse.

Avec un peng sourd, l’épaule de Tang San entra brutalement en collision avec la poitrine du jeune maître Dai alors que les deux jeunes jumelles laissaient échapper un cri, alarmées. Le corps du jeune maître Dai vola en arrière sur pas moins de cinq mètres en faisant un salto arrière, avant de tomber au sol.

Sans le suivre, Tang San regarda calmement son adversaire au sol. Étant rentré en contact avec sa poitrine, il savait que son avantage était maigre.

Partie 5

Au moment où il avait été touché, la poitrine du jeune maître Dai était devenue aussi dure que du fer et bien qu’il été projeté, du dur rencontrant du dur, l’épaule de Tang San était soumise à une douleur cuisante.

L’expression du jeune maître Dai était quelque peu embarrassée, il ne pouvait qu’admettre avoir pris l’ennemi à la légère. Ce garçon à l’apparence juvénile comparé à lui devait avoir quelques années de moins que lui, mais sa puissance réelle était bien supérieure à ce qu’il avait imaginé.

« Tu veux toujours continuer ? » demanda Tang San calmement.

Le jeune maître Dai leva ses yeux maléfique,
« Bien sûr. Très bien, tu peux me forcer à utiliser du pouvoir spirituel, j’ai déjà perdu cette compétition. Cependant, ayant mesuré ma force contre toi une fois, comment pourrais-je vouloir en rester là ? Peu importe le résultat de cette compétition, à partir d’aujourd’hui je te donne cette chambre. »
Ses yeux ne contenaient nulle colère ni haine, mais une étrange lumière, si l’on insistait pour l’expliquer par des mots, les mots « frissons de la chasse » étaient les plus adaptés. Son expression était similaire à lorsqu’il voyait une jolie femme, les épaules tremblant légèrement, levant les deux bras.

Les yeux de Tang San s’éclairaient également graduellement. Il réalisa que lui et le jeune maître Dai étaient similaire, juste avant froidement dédaigneux mais à présent plein d’une anticipation guerrière bouillonnante.

« Amélioration corporelle du Tigre Blanc. »
Une couche d’intense mais pâle lumière blanche jaillit soudainement de son corps tout entier, ses bras s’écartèrent simultanément de chaque côté, il bomba le torse et tout son squelette émit un craquement, ses muscles gonflant soudainement, remplissant ses vêtements au point de les déchirer. Chaque muscle sous les vêtements devint excessivement dessiné, même l’atmosphère autour de lui sembla devenir plus agressive.

Sa chevelure blonde devint en un instant blanche et noire, la majorité étant blanche, plusieurs mèches noires particulièrement visibles. Sur son front apparurent faiblement quatre lignes, trois horizontales et une verticale, formant le caractère « roi »2.

Ce qui changea le plus furent ses mains, doublant de taille, de la fourrure blanche couvrant tout le dos de sa main et sortant de ses dix doigt, de courtes griffes tranchantes comme des rasoirs rentraient et sortaient continuellement de la main. Chaque griffe était comme le fil d’une lame et mesurait pas moins de huit cuns. Elles brillaient d’un faible éclat brillant.

Le corps du jeune maître Dai se pencha doucement en avant, ses quatre pupilles devenant toutes d’un bleu profond, lui donnant l’air d’une machine à tuer.

Sous ses pieds, trois anneaux étincelants de lumière s’élevèrent en succession, montant doucement, deux jaunes et un violet. Les Anneaux Spirituels bougeaient autour de lui, le pouvoir spirituel émanant en vague et s’éparpillant aux alentours.

« Un Anneau Spirituel millénaire. »
Xiao Wu cria de surprise, son expression devenant immédiatement troublée. Elle voulut s’avancer pour combattre côte à côte avec Tang San mais celui-ci l’arrêta.

Parmi les Anneaux Spirituels, blanc représentait dix ans, jaune représentait un Anneau centenaire et violet représentait un Anneau millénaire. Ce jeune devant eux appelé jeune maître Dai possédait en réalité déjà un troisième Anneau Spirituel et encore plus, un Anneau millénaire. En jugeant par les apparences, son âge ne semblait supérieur à celui de Tang San et Xiao Wu que de trois ou quatre ans.

Trois Anneaux Spirituels signifiait que le niveau avait au moins atteint le niveau trente, il était donc un Ancien Spirituel, et un Ancien Spirituel Guerrier possédant un puissant Esprit Bestial.

« Dai Mubai, Esprit : Tigre Blanc, Ancien Spirituel Guerrier de niveau trente-sept. Enseigne-moi. »
Au milieu du pouvoir spirituel à l’aura dominante, Dai Mubai avait annoncé son Esprit et son niveau, cela représentait son envie d’un défi formel.

Devant la pression formidable, Tang San devint lui aussi différent. Les impulsion violentes cachées profondément dans son cœur émergèrent petit à petit, ses yeux couverts d’une couche de violet léger. Il leva lentement sa main droite.

Une lumière d’un bleu profond surgit, un enchevêtrement d’herbe bleu foncé poussa soudainement de sa paume, chaque brin d’herbe très fin, mais couvert à leur surface de ligne serpentine. Les brins n’avaient plus la forme plate du début, mais étaient devenus cylindriques et si l’on observait attentivement, on pouvait clairement y distinguer de petites épines.

Une lumière d’un blanc laiteux s’éleva de tout le corps de Tang San et comme si ces brins d’herbe bleu foncé avaient reçu une sorte de stimulation, ils devinrent instantanément plus gros et en un instant ils devinrent aussi épais qu’un bras, comme du lierre. Les lignes noires serpentines brillaient d’un faible éclat, bougeant rapidement comme dix gros serpents en spirale autour du corps de Tang San.

Deux Anneaux Spirituels jaunes s’élevèrent simultanément de sous les pieds de Tang San, tournant autour de son corps.

« Tang San, Esprit : Herbe Bleu-argentée, Grand Maître Spirituel Artisan de niveau vingt-neuf. Enseigne-moi. »

Les sourcils de Dai Mubai, qui comme ses cheveux étaient devenus blancs, se levèrent :
« Ton Esprit n’est que l’Herbe Bleu-argentée ? »

Tang San répéta les mots de Grand maître :
«  Il n’y a pas d’Esprit inutile, que des Maître Spirituels inutiles. »

Depuis que Tang San était entré dans l’Académie de Maîtres Spirituels primaires de Nuoding, Dai Mubai était le deuxième Esprit puissant qu’il rencontrait. Au départ, seul le doyen de l’Académie, qui avait accepté sous l’invitation de Grand maître de l’aider à obtenir son deuxième Anneau Spirituel, avait révélé la force d’un Ancêtre Spirituel Artisan de niveau quarante-deux. Mais l’âge de ce doyen excédait largement les cinquante ans alors que Dai Mubai devant lui avait probablement seulement seize ou dix-sept ans.

Pas étonnant, il n’était pas étonnant que même en ajoutant sa force physique et sa force interne aux Mystérieuses Mains de Jade, cela n’avait résulté qu’en sa défaite sur la première confrontation, c’était l’écart absolu de force physique.

Cette personne devant lui pouvait être vu comme l’adversaire le plus redoutable qu’ai jamais affronté Tang San. Il était d’ailleurs parfaitement au courant de la différence d’un Anneau Spirituel et de ses effets, surtout quand l’adversaire disposait d’un Anneau millénaire. Que ce soit les propriétés augmentés ou la compétence accordée, c’étaient des choses que ses deux Anneaux ne pouvaient égaler. Pour ce combat, Tang San n’avait aucune certitude. Peut-être qu’en mettant en pratique ses techniques les plus secrètes, il aurait la force de répliquer.
« Bien parlé, « Il n’y a pas d’Esprit inutile, que des Maître Spirituels inutiles ». J’ai appris quelque chose, ton Herbe Bleu-argentée est si particulière. »

Dai Mubai entra en mouvement et après son amélioration corporelle, il semblait être une toute autre personne. Ses cheveux flottèrent un instant et son corps plein de puissance explosive était déjà devant Tang San.

Les dix griffes de chaque mains surgirent en même temps, balayant l’air en direction de Tang San.

Partie 6

Presque sans hésitation, Tang San se replia à la vitesse de l’éclair, utilisant les Ombres Fantômes Brouilleuses de Traces et esquivant l’attaque de Dai Mubai d’un cheveu. Simultanément, son Herbe Bleu-argentée se déplaça très rapidement vers le haut, un cercle d’épaisses ramifications bleues et noires formant une spirale surgissant de toutes les directions vers le corps de Dai Mubai. Mais Tang San lui-même, caché entre ces ramifications, disparut silencieusement.

Dans les yeux maléfique de Dai Mubai, de la lumière étincelait en permanence, tout son corps couvert par du pouvoir spirituel déferlant. Ses mains dansaient en dessous de lui, coupant une par une les lianes se précipitant sur lui.

Il avait au départ prévu de couper directement et complètement les lianes d’Herbe Bleu-argentée, mais il avait réalisé avec stupeur que ces lianes étaient extrêmement dures, et avec ses griffes de tigre ajoutées à son pouvoir spirituel de niveau trente-sept, il ne pouvait que les couper à moitié en un seul mouvement et était donc incapable de se libérer complètement. Mais les lianes se réparaient d’elles-même très rapidement après avoir quitté la portée des griffes.

Une faible fragrance de thé se dispersa entre les lianes. Ses lianes semblaient inépuisables, surgissant sans arrêt de toutes les directions et bien que la force et la vitesse de Dai Mubai soient toutes deux substantiellement augmentée sous l’effet de l’Esprit, il ne pouvait toujours pas se précipiter en dehors de la portée des lianes.

Ça c’était de l’Herbe Bleu-argentée ? Dai Mubai était grandement stupéfait, il n’aurait jamais imaginé que l’Herbe Bleu-argentée puisse être si féroce. Son adversaire avait un Anneau Spirituel de moins que lui et pourtant son Herbe Bleu-argentée était capable de l’immobiliser temporairement ; si leur nombre d’Anneaux Spirituels était égale, le gagnant de ce match serait très difficile à déterminer.

Dai Mubai n’avait jamais été une personne patiente, et il aimait particulièrement briller plus que les autres. Son regard s’intensifia brutalement. Ses yeux maléfiques devinrent soudainement blancs et parmi ses trois Anneaux Spirituels, le premier irradia soudainement, prenant la forme d’une couverture de lumière blanche, bloquant les lianes autour de lui de manière à ce qu’elles ne puissent pas approcher.

Juste après, le second Anneau Spirituel se mit à briller lui aussi et une énorme lumière blanche se condensa en un éclair et accompagnée d’un rugissement de tigre de Dai Mubai, une boule de lumière d’un blanc laiteux émergea de sa bouche.

Les deux compétences accordées par les deux premiers Anneaux de Dai Mubai étaient respectivement la Barrière Corporelle Bouclier du Tigre Blanc ainsi que l’Intense Vague de Lumière du Tigre Blanc, lancées à ce moment simultanément, déchaînant instantanément leur terrible puissance.

De l’extérieur, le corps de Dai Mubai était complètement encerclé d’énormes lianes mais alors que Xiao Wu relâchait son souffle, une intense lumière blanche sortit soudainement d’entre les interstices des lianes, juste avant que n’explose un rugissement étouffé.

L’Herbe Bleu-argentée formant des lianes se dispersa, brisée, dans toutes les directions et une onde de choc formidable traversa le hall de l’Hôtel Rose, déjà dans le plus grand désordre.

L’Esprit était un avec son hôte et l’expression de Tang San pâlit instantanément, reculant de quelques pas afin de pouvoir se tenir fermement debout.

La lumière blanche disparut progressivement, révélant la silhouette majestueuse de Dai Mubai tandis que des lambeaux d’Herbe Bleu-argentée se condensaient à nouveau près de Tang San, mais la quantité par rapport à avant était bien moindre.

« Tang San, la force d’attaque des Esprits Bestiaux sera toujours plus importante que celle des Esprits Utilitaires. Bien que la puissance de ton Herbe Bleu-argentée m’ait surpris, à la fin elle est toujours incapable de contrôler. »

Tang San sourit faiblement et dit :
« C’est certain. »
Soudain, le second Anneau Spirituel se mit à briller abruptement sur le corps de Tang San et le corps de Dai Mubai se raidit d’un coup. Une couche de fines vignes, apparues à un moment inconnu sur son corps, suivant l’activation de l’Anneau de Tang San se développèrent en un éclair, immobilisant Dai Mubai entre elles.

Les épines perçantes, bien que très courtes, sous l’effet de constriction, apportaient à tout le corps de Dai Mubai une intense douleur. Il réalisa au même moment avec étonnement que son corps commençait à s’engourdir.

Il y a longtemps, avant même que Tang San n’atteigne le niveau vingt, Grand maître avait déjà bien réfléchit à quel type de Bête Spirituelle devait être chassé pour le second Anneau Spirituel de Tang San.

Le second Anneau Spirituel de Tang San était ainsi pris d’une Bête Spirituelle du système plante appelée la Liane Fantôme. L’âge maximum d’assimilation du second Anneau était sept-cent-soixante-quatre ans et cette Anneau Spirituel obtenu de la Liane Fantôme par Tang San dépassait au moins les six-cents ans de cultivation.

La Liane Fantôme était une sorte de Bête Spirituelle plante particulièrement horrifiante. Elle disposait d’un poison nerveux extrêmement puissant et il suffisait d’être piqué par une de ses épines pour que le poison circule, jusqu’à ce que la cible se dissolve, devenant l’engrais de la Liane Fantôme. Et ce que le Maîtres Spirituels craignaient le plus était sa capacité à parasiter sa victime. Lorsqu’elle attaquait, elle envoyait d’innombrables minuscules graines, s’accrochant directement au corps de la victime. Si la Liane Fantôme n’arrivait pas à toucher sa cible avec ses épines, une fois que les graines avaient absorbé suffisamment de nutriments, elles poussaient sur le corps parasité de l’hôte, répandant le poison nerveux en un cours laps de temps, et l’effet final serait le même.

Pour obtenir cet Anneau de plus de six-cent ans, même le doyen de l’académie de Nuoding, un Ancêtre Spirituel de niveau quarante-deux, avait eu beaucoup de difficultés à la maîtriser afin de laisser Tang San porter le coup fatal.

Après avoir absorbé l’Anneau de la Liane Fantôme, les propriétés de Tang San avaient substantiellement progressé dans tous les aspects : l’Herbe Bleu-argentée était devenue encore plus dure et avait également pris l’apparence extérieure de la Liane Fantôme, ne laissant que la couleur et les motifs veinés inchangés. Son poison devint également une toxine nerveuse avec un effet grandement augmenté. Même dans l’air, l’odeur volatile pouvait aussi déclencher un certain effet.

Et la compétence donnée à Tang San par l’Anneau de la Liane Fantôme était Parasite.

L’effet de la compétence Parasite activée surpassait celui de la Liane Fantôme originelle. En déversant son pouvoir spirituel dans les graines parasites, elles poussaient en un instant, rendant toute défense inutile. C’était une compétence de contrôle extrêmement insidieuse.

La durabilité de l’Herbe Bleu-argentée pouvait être vu, puisque Dai Mubai, du haut de son niveau trente-sept et aidé de ses griffes de tigre était incapable de complètement trancher les lianes. À la fin, il avait encore sous-estimé Tang San, sous-estimé l’Herbe Bleu-argentée et était ainsi fini.

Voyant Dai Mubai avec une lumière ahurie dans les yeux, Tang San dit :
« Mon Herbe Bleu-argentée est empoisonnée, tu devrais déjà en avoir inhalé avant et de plus, lancer des attaques de zone de pouvoir spirituel pour couper mon entrave d’Herbe Bleu-argentée ne peut qu’accélérer la vitesse de circulation de ton qi et de ton sang, réduisant le temps nécessaire au poison pour faire effet. Ainsi, bien que tu n’ai rien senti, en fait, la surface de ta peau était déjà engourdie et donc incapable de découvrir les graines parasites. Tu as donc perdu. »

Dai Mubai regarda Tang San, à présent, à part sa tête, tout son corps était enveloppé d’Herbe Bleu-argentée, une lumière menaçante étincelait continuellement dans ses yeux :
« Bien, quelle Herbe Bleu-argentée ! Si j’avais comme toi seulement deux Anneaux Spirituels, j’aurais vraiment perdu, mon corps est déjà engourdi et il est très difficile de se libérer de ton Herbe Bleu-argentée. Mais après tout, j’ai encore un Anneau de plus que toi. Je vais te laisser voir ma troisième compétence. »

L’Anneau violet s’alluma en un battement de paupière et l’air autour de Dai Mubai se distordit, ses yeux maléfiques devenant rouge-sang. Juste après, l’Herbe Bleu-argentée l’immobilisant s’élargit et avec un bang retentissant, toutes les graines parasites d’Herbe Bleu-argentée explosèrent en morceaux.

Le corps de Dai Mubai semblait, contre toute attente, avoir changé une deuxième fois.

Tang San inspira,
« Est-ce la compétence d’un Anneau Spirituel millénaire ? »



  1. C’est une marque de respect au début d’un combat, « on va se battre, mais je reconnais que je peux apprendre des choses en me battant contre toi »
  2. roi en chinois : 王
Cet article comporte 10 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Contenu protégé
Back To Top