skip to Main Content
Menu

Douluo Dalu – Chapitre 10



Chapitre 10 : La compétence du premier Anneau Spirituel

Partie 1

En un instant, il lui sembla entendre un craquement clair et mélodieux juste avant que le courant chaud se disperse avec frénésie, avant de se reformer en un flot d’un blanc laiteux. Ce flot très ténu devint en un éclair un ruisseau, congcong coulant, rampant, l’agonie ardente se dissipant déjà, ne laissant qu’un chaleur confortable.

Succès. Une joie irréfrénée envahie Tang San ; il était habitué à ce genre de sensation de cassure, c’était évidemment la sensation du premier blocage de la Technique Céleste Mystérieuse cédant, sa force intérieure se mêlant à l’énergie de l’Anneau Spirituel, devenant une énergie encore plus formidable, circulant à toute vitesse dans ses méridiens, effectuant en un temps très court plusieurs tours avant de se déverser lentement dans son dantian.

Comme Tang San le supposait, sa Technique Céleste Mystérieuse avait, en arrivant dans ce monde, formé une sorte de connexion avec le pouvoir spirituel des Maîtres Spirituels. Chaque strate de la Technique Céleste Mystérieuse correspondait à un rang chez les Maîtres Spirituels. En obtenant son premier Anneau Spirituel, il avait enfin percé le blocage posé par la première strate de sa Technique Céleste Mystérieuse.

Bien sûr, le pouvoir dont il disposait à présent n’était absolument pas limité à sa Technique Spirituelle Mystérieuse entrant dans la seconde strate, il disposait également de sa force spirituelle, sans rapport avec la secte Tang, ainsi que de la compétence octroyée par le premier Anneau Spirituel.

L’absorption d’un Anneau Spirituel apportait un sentiment de contentement indescriptible, comparable au fait de flotter de-ci de-là sans être soumis à la gravité, atteignant le pinacle du bonheur. Partout sur son corps, ses trente-six mille pores étaient tous sans exception ouvert, respirant avidement l’air extérieur. Ce changement avait grandement changé son corps.

Tang San calma son cœur excité du mieux possible. Il savait qu’à cause du lien existant entre sa Technique Céleste Mystérieuse et son Esprit, il ne pourrait jamais dans cette vie abandonner la cultivation de son pouvoir spirituel. Car sa force interne était son pouvoir spirituel et inversement. Sa destinée était celle d’un Maître Spirituel. Bien sûr, il serait un Maître Spirituel de la secte Tang.

Alors que Tang San ouvrait lentement ses yeux, le ciel était déjà lumineux, le jour nouveau stimulant la vitalité de son corps.

Tang San baissa la tête afin de se regarder et il découvrit que son corps, à cause de l’absorption de l’Anneau Spirituel, avait changé. Sa carrure à l’origine petite et maigre avait quelque peu grandi, ses épaules semblaient un peu plus larges et sa peau semblait irradier telle la jade.

Chacun de ses gestes lui apportaient une sensation de confort. Sans avoir besoin d’étudier son corps, il savait qu’en plus d’avoir dépassé le premier blocage de la Technique Céleste Mystérieuse, l’absorption de l’anneau du Serpent Datura avait grandement amélioré les capacités de son corps.

« Professeur. » Ayant repris connaissance, Tang San pensa en premier lieu à Grand maître. Il était impatient de dire à Grand maître que ses théories n’étaient pas fausses. Le processus d’absorption, bien qu’un peu agonisant, n’avait pas créé de rejet.

Mais lorsqu’il trouva enfin Grand maître du regard, il ne put s’empêcher d’être surpris.

Grand maître était étendu sur le sol, le corps rigide et immobile. Autour de Grand maître et lui était répandu du réalgar comme lors de la nuit précédente.

« Professeur, que s’est-il passé ? » Tang San était très inquiet et se levant rapidement, il courut à ses côtés, le redressant.

Voyant le visage de Grand maître, Tang San dit inconsciemment, « Du poison ! »

Le visage de Grand maître, à l’origine rigide, avait l’air sinistre, sa respiration était difficile, le corps tendu et sans sensation.

« Comment Professeur a-t-il été empoisonné ? » Se posant la question à lui-même, Tang San sentit une gêne sur le corps de Grand maître et remonta sa manche droite.

Il put ainsi voir que l’avant-bras de Grand maître avait triplé de volume, la peau tendu et violette. Heureusement, une bandage en tissu était noué sur son bras, montrant clairement que Grand maître avait déjà pris des mesures contre le poison. Mais même ainsi, alors que la majorité du poison ne s’était pas répandu dans son corps, il était déjà inconscient ; cela montrait la puissance du poison.

Rapidement, Tang San comprit qu’elle était la cause de l’état de Grand maître. Précédemment, quand Grand maître et lui essayaient d’échapper au Serpent Datura, Luo San Pao avait été mordu à la jambe avant droite par le Serpent Datura et avait alors été rapidement rappelé par Grand maître. Les Esprits Bestiaux font partie de leur cultivateur et même si l’Esprit de Grand maître avait muté, c’était toujours le cas. Si l’Esprit était empoisonné, cela revenait à dire que le Maître Spirituel était empoisonné. Mais Grand maître l’avait aidé à absorber l’Anneau Spirituel de toutes ses forces malgré cela. Il l’avait aidé jusqu’à ce qu’il commence à cultiver, laissant le temps au poison de se répandre.

De ce point de vue, les Esprits Utilitaires étaient avantagés, même s’ils étaient empoisonnés, ils ne transmettraient pas le poison.

« Heureusement, Grand maître a bien réagit et a stoppé le poison, sinon même moi n’aurait aucun moyen de le sauver. » Après avoir examiné le poux de Grand maître, Tang San laissa échapper un soupir de soulagement : le poison n’avait pas encore atteint le cœur.

Venant de la Secte Tang, Tang San savait très bien comment traiter un empoisonnement. Il n’avait à ce moment d’autre choix que d’utiliser du feu, même si cela devait attirer des Bêtes Spirituelles. Rassemblant rapidement quelques feuilles séchées et des branches aux alentours, il utilisa une torche pour allumer la pile de combustibles, déchira la manche de Grand maître et enfin sortit l’épée que Grand maître lui avait donné afin de creuser un trou dans le sol avant de la nettoyer avec de l’eau.

Le feu de camp prit de l’ampleur graduellement et après que Tang San ait plusieurs fois fait chauffé l’épée pour la désinfecter, il tira le corps de Grand maître à côté du trou qu’il avait creusé avant de laisser pendre son bras infecté dedans.

Prenant une grande bouffée d’air, Tang San tourna le poignet de Grand maître vers lui, avant de faire trois entailles sur son bras : une à chaque articulation, le poignet, le coude et l’épaule.

Tout de suite trois flots de sang violet sombre se mirent à couler dans le trou qu’il avait creusé, apportant avec eux la même odeur sucrée que le poison du Serpent Datura.

Partie 2

Tang San posa sa main sur la poitrine de Grand maître et utilisant la Technique Céleste Mystérieuse nouvellement améliorée, appuya sur quatre points de pression différents, scellant sa circulation d’énergie, empêchant ainsi le poison de se répandre dans le reste de son corps. Il commença ensuite à regrouper le poison en un endroit avec une autre manipulation de force intérieure.

Étant la meilleure technique de cultivation de force intérieure dans la Secte Tang, elle ne faisait pas que cultiver une force intérieure violente, elle pouvait également facilement neutraliser les poisons. De manière précise, un fil de force intérieure entra dans le corps de Grand maître, afin d’enlever les dernières traces de poison.

Ouvrant la veste de Grand maître, Tang San observa le qi sombre qui circulait dans le corps de Grand maître. Sous l’effet de la Technique Céleste Mystérieuse, le qi sombre convergea peu à peu vers son bras droit, bien que le bandage soit toujours en place.

Le sang empoisonné continuait d’être éjecter, rendant au fur et à mesure sa taille et sa couleur originelle au bras de Grand maître. Au dernier moment, Tang San défit le bandage et éjecta les dernières traces de poison hors du corps de Grand maître, avant d’appuyer encore une fois sur des points de pression afin d’arrêter le saignement et d’appliquer de nouveaux bandages fabriqués à partir de ses vêtements sur les coupures.

Auparavant, il ne pouvait pas défaire le bandage de Grand maître, de peur que le flot de sang empoisonné ne soit trop violent, après tout Grand maître était empoisonné depuis longtemps.

Le visage de Tang San était complètement couvert de sueur quand le poison fut totalement éjecté. Même si sa Technique Célestes Mystérieuse avait atteint le second niveau, elle n’était pas encore considérée puissante et utiliser autant de force interne pour éjecter ainsi un poison était extrêmement épuisant pour Tang San.

Tang San nettoya succinctement le bras de Grand maître avec un peu d’eau, après avoir rebouché le trou plein de sang empoisonné. Cela fait, sa tâche pouvait être considéré comme complètement terminé.

Grand maître resta inconscient pendant trois jours et durant tout ce temps, il avait de la fièvre. Tang San ne pouvait que lui faire avaler un peu d’eau tous les jours et il coupa même un arbre afin de fabriquer un bol dans lequel il prépara un bouillon avec de l’eau et de la viande séchée afin de nourrir quelque peu Grand maître. Étant dans la forêt de Chasse Spirituelle, il n’osait pas quitter le chevet de Grand maître.

Heureusement, leur chance ne pouvait pas être décrite comme mauvaise. Même si quelques Bêtes Spirituelles étaient passées près d’eux, il ne s’agissait que de Bêtes Spirituelles de dix ans dont l’agressivité était presque inexistante.

« Comment suis-je arrivé ici ? » Grand maître regagna finalement conscience à midi le quatrième jour.

Son corps sans énergie ne pouvait presque pas bouger, il voyait flou et avait le vertige, même lever une main était difficile.

« Professeur, vous avez repris connaissance. » Ému, Tang San s’installa au côté de Grand maître, lui transmettant de manière précise un peu de sa force interne.

Avec l’aide de cette énergie, Grand maître put enfin voir à nouveau, son corps ayant clairement repris des forces.

« Petit San, je suis en vie? » Ébahi, Grand maître fixa Tang San à ses côtés.

Tang San hocha la tête et dit : « Professeur, vous êtes en vie, mais vous allez devoir vous reposer encore un peu. »

Grand maître tourna avec difficulté sa tête vers son bras droit, « Tu m’as sauvé. »

Tang San se gratta la tête et répondit : « Quand j’étais petit, papa m’a appris comment traiter un empoisonnement. Quand j’ai vu que vous étiez inconscient, je n’ai pu qu’essayer d’appliquer ses enseignements. Essayer une fois ne pouvait pas faire de mal, on ne dit pas « Soigner un cheval mort comme s’il était vivant » pour rien après tout. »

« Insolent, viens-tu de comparer ton professeur à un cheval ? » Dit Grand maître en souriant, même si son sourire d’origine couplé à sa pâleur actuelle donnait un résultat encore plus affligeant que de le voir pleurer.

Être vivant était après tout quelque chose d’assez utile et même si l’on parlait du Grand maître qui ne s’intéressait qu’à ses recherches, il en était de même.

Riant, Tang San dit : « Professeur, reposez vous encore un peu, je vais vous apporter du bouillon. Dans quelques heures, vous pourrez manger quelque chose de solide. Nous devrions cependant essayer de quitter la Forêt de Chasse Spirituelle au plus tôt, cet endroit n’est pas adapté aux blessés, l’air est trop humide. »

Grand maître se rappela soudainement de quelque chose, « Petit San, as-tu réussi? », les recherches de Grand maître lui étaient après tout plus importante que sa vie.

« Soyez rassuré professeur, j’ai réussi. Regardez. »

Tout en parlant, Tang San leva la main droite, sa peau émettant une faible lumière blanche, immédiatement suivi par une lumière bleue dans sa paume. Enfin, une anneau de lumière jaune apparut et flotta autour de son corps, la caractéristique principale du premier anneau d’un Maître Spirituel.

Auparavant, son Herbe Bleu-argentée ne faisait même pas la taille d’un demi doigt. Maintenant elle faisait la taille de trois doigts. Le brin d’herbe était beaucoup plus épais et une ramure était visible. Dix brins d’herbe se répandirent dans toutes les directions, tels des Serpent Datura en train de chasser.

L’Herbe Bleu-argentée ne possédait pas la mauvaise odeur du Serpent Datura, seulement l’arrière-goût de thé, cette odeur envoûtante et emplie de danger.

Grand maître se sentit particulièrement ému et retenant tant bien que mal son excitation, dit : « Est-elle résistante ? »

« Le voir permet d’y croire. », et ainsi Tang San répondit à Grand maître avec une action. Parmi les dix brins gesticulant dans sa main, un seul s’élança soudainement et s’enroula autour d’un arbre aussi épais qu’un bras, l’autre bout étant dans la main de Tang San. Tirant fortement de la main droite, le petit tronc se plia rapidement et le brin se tendit mais ne semblait pas vouloir se casser.

« Bien, vraiment excellent. Il semble que mes hypothèses étaient correctes et qu’après que l’Herbe Bleu-argentée ait fusionnée avec l’Anneau Spirituel du Serpent Datura, elle ait gagné en résistance. Si je ne me trompe pas, elle devrait avoir également gagné le poison du Serpent Datura. La seule question étant : quelle est sa puissance ? »

Partie 3

Après avoir absorber un Anneau Spirituel, un Esprit devra subir plusieurs mutations afin d’obtenir une compétence spirituelle. Deux Esprits différents avec des Anneaux Spirituels similaires n’obtiendront pas la même compétence et de la même manière, deux Anneaux Spirituels identiques mais d’âge différents n’auront pas la même puissance.

Ainsi, même si Grand maître avait effectué beaucoup de recherches sur les Esprits, il était incapable de déterminer le résultat final de l’absorption.

Tang San dit : « Grand maître, pendant que vous étiez inconscient, j’ai utilisé des Bêtes Spirituelles de dix ans pour faire des tests. Vous avez raison, mon Esprit a effectivement hérité d’un peu du poison du Serpent Datura, mais il n’a pas hérité de sa mortalité, seulement de son effet paralysant. Il ne peut prendre effet qu’après contact. Le poison en lui-même n’est pas très puissant, mais il est suffisant pour immobiliser une cible. Cela va très bien avec la nature de mon Esprit. Je pourrai rendre mes adversaires immobiles plus facilement ainsi. »

Tout en parlant, Tang San utilisa son pouvoir spirituel afin d’activer sa compétence.

En un éclair, dix brins d’herbes bleues foncées s’élancèrent et s’enroulèrent autour d’un tronc épais. Cette vitesse montrait que dans un rayon de dix mètres autour de Tang San, il était presque impossible d’esquiver l’Herbe Bleu-argentée.

Les yeux de Grand maître s’illuminèrent d’une pensée profonde, « Comme prévu des caractéristiques d’un Maître Spirituel de type contrôle. Si tu pouvais trouver un compagnon de type attaque, tu serai un Maître Spirituel parfaitement équilibré. Le rôle d’un Maître Spirituel de type contrôle est juste de contrôler au final. Cependant, vu la résistance et le poison de ton Esprit, à moins que tu ne rencontres quelqu’un qui possède plus de deux Anneaux Spirituels que toi, presque personne n’arrivera à se libérer de ton contrôle. Nous y sommes parvenus Tang San. »

Parlant d’Esprits, Grand maître ne ressemblait plus du tout à un grand blessé, ses deux yeux étaient plein de vigueur et sa voix incroyablement excitée.

Le plus grand avantage de l’Herbe Bleu-argentée était sa nature imprévisible. D’après les observations de Tang San, dans un rayon de cinquante mètres, il pouvait attaquer de n’importe où. Impossible de s’en protéger. En particulier en forêt, parmi les autres plantes, elle pouvait se dissimuler presque parfaitement.

Coupant de la viande, Tang San cuisina un bouillon une fois de plus et en donna à Grand maître.

Ayant le ventre plein, Grand maître récupéra plus vite mais ils n’avaient plus le loisir d’attendre et durent se préparer à quitter la Forêt de Chasse Spirituelle, car leurs provisions étaient presque épuisées.

Il fallait aussi savoir que celles-ci étaient presque épuisées alors que Tang San rationnait les repas.

Grand maître n’avait toujours pas la force de se déplacer, forçant Tang San à le porter sur son dos. À cause de la différence de taille, les jambes de Grand maître traînaient au sol. À l’aide de sa force physique supérieure et de sa force interne, Tang San porta Grand maître vers l’extérieur de la Forêt de Chasse Spirituelle en suivant ses indications, puis ils empruntèrent une calèche afin de retourner à l’académie primaire de Maîtres Spirituels de Nuoding.

Pendant le voyage du retour Grand maître ne remercia jamais Tang San, qu’il s’occupe de lui ou qu’il le porte. Mais le regard qu’il portait sur Tang San n’était plus celui d’un maître vers son disciple mais plutôt un regard qui aurait dû apparaître dans les yeux de Tang Hao.

« Un professeur d’un jour est un père pour toujours. » Ces simples mots étaient gravés dans le cœur de Grand maître.

Grâce au traitement de Tang San, Grand maître pouvait déjà marcher avec l’aide de Tang San, bien que difficilement. Cependant, d’après le diagnostique de Tang San, le poison avait affaiblit la constitution de Grand maître et s’il voulait être parfaitement rétabli, il ne devait pas marcher pendant au moins un mois.

Grand maître était un invité d’honneur à l’académie grâce à son amitié avec le doyen, mais il n’avait pas de proches. Dans le futur proche, Tang San aura la responsabilité de s’occuper de Grand maître, mais il savait cela depuis longtemps. Sur le chemin du retour, il avait fait de nombreux plans lui permettant de s’occuper de lui.

Ils arrivèrent le matin, les étudiants rentraient en classe et l’académie était paisible. Tang San amena directement Grand maître dans sa chambre afin qu’il se repose.

« Enfin rentré, Professeur, reposez vous convenablement s’il vous plaît. Pour le moment, vous devez absolument vous reposer et ne pas vous surmener. Si vous devez faire quoi que ce soit, demandez moi d’aller le faire. »

Grand maître hocha la tête silencieusement et dit : « Je ne m’attendais pas à réussir à survivre cette fois-ci. Ma récupération n’a aucune importance par rapport à ta cultivation. Avant que tu partes, il reste une dernière chose à faire. Petit San, donne moi le deuxième livre sur la troisième étagère à ta gauche. »

« D’accord. » Suivant les instructions de Grand maître, Tang San prit dans ses mains un épais livre, dont le titre le surprit.

Grand maître, sans prendre le livre en main, dit : « J’ai noté dans ce livre mes recherches sur la cultivation du pouvoir spirituel. Même si la théorie dit qu’il suffit de faire circuler son pouvoir spirituel, il y a beaucoup de routes possibles. Certaines permettent de cultiver rapidement, d’autres sont plus adaptés à certains Esprits qu’à d’autres. il y a beaucoup d’informations à ce sujet dedans. En ce moment, je suis incapable de t’enseigner ce genre de choses directement mais tu ne dois pas arrêter de cultiver pour autant. »

« Oui. » Répondit Tang San respectueusement. Même s’il n’avait pas encore lu le livre, il était déjà choqué intérieurement.

Ayant passé le premier pallier avec son Anneau Spirituel, Tang San pouvait dire qu’il avait acquis une idée générale de ce qu’était un Esprit, et d’après sa compréhension, ce que les habitants de ce monde appelaient le pouvoir spirituel n’était qu’une sorte de force interne, que l’immense majorité cultivait sans technique ni route.

Partie 4

Tang San possédait la Technique Céleste Mystérieuse, il était donc sûr que sa cultivation serait plus rapide que celle de ses pairs. Mais d’après ce qu’avait dit Grand maître, il avait étudié les routes de cultivation possibles. Étant capable de déterminer ce genre de choses, à quel point ses recherches étaient-elles profondes ? Il est important de savoir que la Technique Céleste Mystérieuse était le résultat d’innombrables générations d’ancêtres de la Secte Tang étudiant ce sujet jusqu’à leur mort. Grand maître, lui, était tout seul.

« Pense aussi à aller tout de suite au Hall Spirituel de Nuoding. Demande ton chemin sur la route, il est proche du centre-ville. Va là-bas afin d’obtenir ton authentification de Maître Spirituel, ils testeront ton niveau spirituel et t’enregistreront pour te permettre de recevoir ton salaire de Maître Spirituel chaque mois. Cela te permettra de quitter ton travail d’étudiant-ouvrier. »

Tang San plaça avec délicatesse le livre de Grand maître dans Vingt-Quatre Ponts Éclairés par la Lune. Il ne savait pas en quoi avait été fabriqué Vingt-Quatre Ponts Éclairés par la Lune, mais elle était extrêmement pliable et résistante. Serré au maximum, Tang San pouvait la placer autour de sa taille d’enfant, tandis qu’au minimum, même un homme fort d’une taille de quatre chi pouvait la porter. La largeur de la ceinture restant toujours la même.

Tang San portait l’uniforme de l’académie avec Vingt-Quatre Ponts Éclairés par la Lune à la taille. Son Jing-Qi-Shen1 était totalement différent qu’au moment de son arrivé à l’académie, la personnification même de l’expression « L’habit fait l’homme ». Et même s’il ne pouvait pas dire qu’il était beau, il avait quand même l’air propre et élégant, lui donnant un air léger.

« Professeur, reposez vous donc un moment dans ce cas. Je reviendrai à midi pour vous apporter à manger. »

Sortant de la chambre de Grand maître, Tang San entendit la cloche de fin de cours. À vrai dire, les cours de l’académie n’étaient pas du tout long et entre les cours du matin et de l’après-midi, il y avait une moitié de double heure de pause2.

Comme les cours venaient de se finir, Tang San décida de d’abord retourner au dortoir afin de saluer ses camarades et de leur dire qu’il était rentré mais qu’il devait ressortir.

Mais, en atteignant le dortoir, il fut surprit de constater que le dortoir était vide, sans l’ombre d’une personne. Ses draps étaient tels qu’il les avait laissés, à côté de ceux de Xiao Wu, séparés par un tas de vêtements.

Personne n’était rentré de cours ? Tang San ne pouvait pas s’empêcher d’être suspicieux. Il décida donc de sortir du dortoir et d’aller voir les terrains de sports.

Plusieurs groupes de deux ou trois élèves sortaient alors du bâtiment de classe en direction des dortoirs. Alors que Tang San passait par là, il entendit ses pseudo-aînés parler des étudiant-ouvriers.

Se concentrant rapidement sur leur discussion de loin grâce à sa force interne, il put espionner leur conversation.

« Ces étudiant-ouvriers se surestiment vraiment, ils osent vraiment défier chef Xiao, un sixième année. Selon moi, il sera difficile de croiser un étudiant-ouvrier demain matin. »

« Ne soit pas si sûr de toi, les étudiant-ouvriers ont quelqu’un sur qui se reposer, j’ai entendu dire, qu’une nouvelle première année très forte était apparue. Elle se fait appeler Xiao Wu Jie par tous les étudiant-ouvriers. Il paraît que c’est elle qui a pris l’initiative de provoquer chef Xiao. Il y a aussi quelque chose d’important en jeu cette fois : si chef Xiao gagne, il devient le maître des étudiant-ouvriers et si il perd, la Xiao Wu Jie des étudiant-ouvriers devient la Xiao Wu Jie de tous les étudiants. »

« Ces étudiant-ouvriers cherchent vraiment leur mort, dans quel monde peut-on voir une première année être forte ? Chef Xiao est un des rares étudiants de sixième année à avoir atteint le niveau de Maître Spirituel. J’ai bien l’impression que chef Xiao va gagner quelques servants cette fois. »

Lorsqu’il entendit les mots de ses étudiants plus vieux, le cœur de Tang San se serra. Même s’il ne connaissait pas Xiao Wu depuis longtemps, il avait quelque peu compris son caractère. Le tempérament de cette petite et mignonne fille n’était en aucun cas doux et gentil, il était même plutôt violent et entêté. De plus, Wang Shen lui avait déjà parlé du harcèlement dont était victime les étudiant-ouvriers. Il était donc sûr que ces étudiants disaient la vérité.

Tang San était lui aussi un étudiant-ouvrier, il ne pouvait naturellement pas laisser ses camarades se faire persécuter.

« Excusez moi seniors, pourrais-je vous demander où se trouvent chef Xiao et ces étudiant-ouvriers ? » Demanda Tang San en saluant deux étudiants.

Cette question laissa les deux étudiants bouche-bée un instant avant que l’étudiant de gauche lui réponde : « Comment ? Petit junior tu veux aussi aller y mettre ton grain de sel ? Chef Xiao a assez d’hommes et de par ton apparence, tu ne dois être qu’en première ou deuxième année. Je te conseille vraiment de rester en dehors de tout ça, il serait dommage que tu te fasses blesser par accident. »

Voyant l’uniforme propre de Tang San, ainsi que sa ceinture de haute qualité, ces deux étudiants ne pouvaient bien sûr pas deviner qu’il était un étudiant-ouvrier.

« Senior, je veux juste aller jeter un coup d’œil. » Tang San ne pouvait pas leur expliquer qu’il était un étudiant-ouvrier.

« Le duel devrait avoir lieu dans la forêt sur la montagne derrière l’académie. »

Ayant obtenu l’information qu’il souhaitait, Tang San partit en courant, se dirigeant derrière l’académie.

La soi-disant montagne derrière l’académie n’était pas dans l’enceinte de l’académie, mais se trouvait juste derrière le terroir de celle-ci et n’était autre qu’une petite colline. Tang San observa ses alentours et se sachant enfin seul, il utilisa l’Ombre Fantôme Brouilleuse de Traces, courant à toute vitesse vers la colline.

Les bois étaient très silencieux, mais certainement pas tranquille, l’atmosphère était même plutôt tendue.

Mis à part Tang San, tous les étudiant-ouvriers étaient présents ainsi que vingt étudiants de classes supérieurs en rang.

Le meneur portait l’uniforme de Maître Spirituel de l’académie de Nuoding, une carrure large et grande. Et même si son visage était encore un peu enfantin, il semblait déjà être quelque peu adulte. Son corps était presque deux fois plus grand et large que celui de Xiao Wu et ses traits pouvaient être décrits comme beaux et vifs. Seule son expression pleine de dédain et de mépris gâchait la scène.

« Petite fille, il est encore temps pour toi d’abandonner. Bien sûr, avoir un petit lapin comme animal ne me gêne pas. Ton Esprit est un lapin n’est-ce pas ? »

Partie 5

L’expression de Xiao Wu était clairement identique à celle de l’opposition, la seule différence était que ce dédain sur son visage la rendait encore plus mignonne. Pointant du doigt son adversaire, elle dit : « Chef Xiao, tu as peur ? Peur de devoir devenir mon petit frère ? »

« Ha-ha. » Chef Xiao fit semblant de rire élégamment, « Comment pourrais-je avoir peur ? Wang Sheng, j’ai envie de dire que vous avez tous perdu la tête à aller chercher cette petite fille afin qu’elle se batte contre moi. Vraiment drôle. Petite fille, tu n’as toujours pas demandé qui j’étais dans Nuoding n’est-ce pas ? Laisse moi te dire que si je décide de marcher de l’est de la ville à l’ouest, personne n’osera se mettre en travers de mon chemin. Il est donc inutile de même mentionner cette académie. »

Xiao Wu était clairement impatiente et dit : « Parle donc moins et commençons. Tu décide comment nous allons nous battre. »

Les yeux du chef Xiao se rétrécirent, révélant une expression malfaisante, « Ne t’inquiètes pas, je vais proposer quelque chose d’équitable. Tu as dix personnes de ton côté, nous n’allons donc utiliser que dix personnes aussi. Nous allons faire des duels au tour par tour, le gagnant continue contre l’adversaire suivant, le perdant est éliminé. On continue jusqu’à ce qu’un côté n’ait plus de participants. »

Étant devenu le chef de tous les étudiants de l’académie, ce chef Xiao n’était pas une personne irréfléchie, au contraire, il était même très intelligent. Même si d’apparence, Xiao Wu ne semblait pas forte, ce n’était sûrement pas le cas. Ce chef Xiao se battait contre Wang Sheng depuis longtemps et comprenait très bien son caractère. Si cette petite fille devant lui ne possédait un minimum de force, Wang Sheng ne l’aurait jamais laissé devenir la chef du dortoir.

Mais pouvait-elle vraiment être si forte que ça ? De son côté, il n’avait que des anciens étudiants et aucun n’était faible. Tandis que du côté des étudiant-ouvriers, seul Wang Sheng pouvait être considéré comme fort, rajoutant la petite fille, cela ne fait que deux personnes. Il n’avait qu’à laisser ses petits frères les battre un par un et il n’aurait même pas besoin d’intervenir que son camp aura déjà gagné. Cette méthode semblait équitable, mais l’était-elle vraiment ?

Wang Sheng avait bien sûr compris le plan du chef Xiao, mais avant même qu’il puisse ouvrir la bouche, Xiao Wu répondit : « Aucun problème, nous allons régler ça comme ça. »

Maintenant, il était trop tard pour que Wang Sheng puisse empêcher Xiao Wu d’accepter.

Les alliés du chef Xiao sourirent diaboliquement et un grand étudiant sortit de leur rang.

Wang Sheng serra les dents et dit: « Xiao Wu Jie, laisse moi y aller en premier. »

Il connaissait bien sûr son adversaire. Celui-ci était dans sa classe et Wang Sheng s’était battu contre lui de nombreuses fois, perdant misérablement à chaque fois. L’Esprit de cet étudiant était un bâton. Mais pas un simple bâton.

Xiao Wu telle un vraie grande sœur, hocha la tête, approuvant la requête de Wang Sheng.

Wang Sheng respira profondément puis s’avança, « Liu Long, approche. »

Une lumière jaune apparut sur la main de Liu Long et un bâton de deux mètres apparut dans sa paume. « Un adversaire que j’ai déjà battu. Wang Sheng, si après que j’en ai finit avec toi aujourd’hui, tu arrives encore à sortir du lit avant qu’une semaine ne soit passée, mon nom de famille n’est pas Liu. »

Wang Sheng ne répondit pas mais Xiao Wu avait déjà répondu en souriant : « Donc si tu perds, je pourrai t’appeler « Saule flétri »3 ? »

Le visage de Liu Long devint froid et sans un bruit, il avança rapidement, levant son bâton et l’abattant sur Wang Sheng.

Le corps de Wang Sheng se mit aussi à briller grâce à son pouvoir spirituel et accompagné d’un rugissement de tigre, il décida de ne pas esquiver le bâton mais de le bloquer en croisant les bras au dessus de sa tête.

D’un peng étouffé, le bâton s’écrasa sur ses bras et Wang Sheng laissa échapper un grognement et recula de deux pas. Le premier impact avait déjà laissé des égratignures sur les bras de Wang Sheng. Ses deux bras emplis de pouvoir spirituel se retournèrent et il saisit des deux mains le bâton de son adversaire.

La bouche de Liu Long tiqua : « Tu as vraiment la mémoire courte. Ce bâton est mon esprit. »

La lumière jaune scintilla et la partie du bâton que tenait Wang Sheng disparut de manière inattendue. L’instant d’après, celui-ci était déjà passé au travers des bras de Wang Sheng et l’avait frappé à l’estomac, envoyant son corps en arrière.

L’envie de se battre de Wang Sheng ne pouvait pas être sous-estimée et sa force était largement au-dessus de celle de son adversaire, mais malheureusement il avait le désavantage de ne pas posséder d’Anneau Spirituel. N’ayant pas d’Anneau Spirituel, même si son pouvoir spirituel augmentait sa force, il ne lui permettait pas de gagner en agilité. Face à ce genre d’adversaire utilisant un bâton, il était obligé d’admettre que l’expression « un cun plus long et un cun plus fort » avait raison d’être, il était complètement incapable de contre-attaquer.
Son corps repartant vers l’avant, il laissa échapper un nouveau rugissement. Même s’il ne fallut pas longtemps avant que son corps soit à nouveau jeté en arrière.

On pouvait cependant dire que Wang Sheng avait la peau dure et les muscles épais. De plus il avait l’habitude de se faire battre ainsi, sa résistance aux coups et sa capacité à contre-attaquer étaient meilleures que celles des étudiants normaux. Même si son adversaire avait l’avantage total, il n’était pas facile de lui faire perdre l’envie de se battre. Après tout, avant que Xiao Wu et Tang San n’arrivent à l’académie, les étudiant-ouvriers ne pouvaient compter que sur Wang Sheng pour les défendre. Sans être un minimum fort, il aurait déjà été harcelé à mort par les autres.

« Wang Sheng est trop impulsif. En se battant frontalement ainsi, il n’a aucune chance d’arriver à approcher son adversaire, sachant qu’il ne peut gagner qu’en s’approchant de celui-ci. »

Alors que Xiao Wu fronçait fortement ses sourcils, un chuchotement se fit entendre à côté de son oreille. Tournant la tête pour regarder, ses grand et beaux yeux ne purent pas s’empêcher de révéler un lueur de surprise agréable, « Tang San, tu es revenu. »

C’était bien Tang San qui se tenait à côté de Xiao Wu. Ayant atteint la montagne derrière l’académie et ayant vu la scène qui s’y déroulait, il se plaça en un éclair à ses côtés. Comme il n’était pas très grand, personne du côté du chef Xiao n’avait remarqué son arrivée.

Tang San fixa Xiao Wu, voulant dire quelque chose, avant de se retenir.

Xiao Wu remarqua son envie de parler et son silence et dit : « Quoi ? Tu as envie de dire que je suis impulsive aussi ? »

Tang San secoua la tête, répondant : « Nous autres étudiant-ouvriers, ne pouvons pas être harcelés constamment par les autres et ta façon de défier le chef des étudiants n’est pas mauvaise, tu as agi correctement. Le seul défaut est que tu aurais dû attendre mon retour avant de le défier. Nous aurions alors eu une encore plus grande chance de succès. »



  1. C’est la première novel où j’entends parler du terme « Jing-Qi-Shen » mais d’après google, c’est le nom officiel des trois essences de la vie en médecine chinoise (soit Jing le corps, Qi la force vitale et Shen la conscience), mais j’ai l’impression que la communauté française de traducteur n’a pas encore atteint les novels qui développent plus en détails ce genre de détails culturels ; en cause je pense, le fait que ces novels, bien que bonnes, soient trop différentes de l’occident et n’aient donc pas un succès aussi bon que certaines, moins différentes.
  2. La double heure est l’ancienne unité de temps en Chine comme il existait le chi ou le cun, il faut savoir qu’avant une journée en Chine faisait 12 heures avec chaque heure d’une durée de 120 minutes d’où la double heure de nos jours (en gros la pause fait une heure pour les gens que j’ai perdu ^^)
  3. Jeu de mots en chinois sur les caractères de son prénom je suppose, Bagelson n’explique pas la blague donc je ne peux rien promettre, mais je suppose que saule s’écrit avec le caractère « Liu » en chinois et le flétri vient du fait qu’il perde son nom de famille donc sa racine.
Cet article comporte 2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Back To Top