skip to Main Content
Menu

Douluo Dalu – Chapitre 0

 


Chapitre 0 : Le Troisième Jeune Maître de Tang passant la frontière

Ba-Shu1, au travers de l’histoire réputé comme un territoire abritant de nombreuses, et notamment la plus célèbre secte, qui jamais ne serait surpassée : la Secte Tang.
La location de la Secte Tang était un endroit mystérieux. La plupart des gens savaient seulement qu’elle se situait à mi-hauteur du sommet d’une montagne, et que la montagne où se trouvait la secte possédait un endroit au nom terrifiant – le Pic de l’Enfer2.Ce chapitre a été volé de l’Empire des Novels. Soutenez le traducteur !

Si on jetait une pierre depuis le haut du précipice du Pic de l’Enfer il faudrait compter jusqu’à dix-neuf avant que l’on entende l’écho de la pierre s’écrasant au sol, ainsi sa taille pouvait être constatée, et c’était également à cause de ces dix-neuf secondes, dépassant les dix-huit niveau de l’enfer par un, que le Pic avait acquit son nom.

Un jeune homme enveloppé dans une robe grise se tenait au sommet du Pic de l’Enfer, la froide morsure du vent de la montagne incapable de le faire frissonner le moins du monde. Au niveau de sa poitrine apparaissait un énorme symbole Tang3; il appartenait à la Secte Tang, ses habits gris représentant un disciple de la secte extérieure. Il avait vingt-neuf ans cette année, et puisqu’il avait rejoint la secte peu de temps après être né, cela faisait de lui le troisième senior parmi les disciples de la secte externe, il était de ce fait appelé par eux Troisième Jeune Maître. Bien entendu, dans la bouche des disciples de la secte intérieure cela donnait Tang San4.

Depuis sa fondation, la Secte Tang était divisée en deux, la secte interne et la secte externe. Les disciples de la secte externe venaient tous de familles différentes ou s’étaient vu conférer le nom de Tang, alors que les disciples de la secte interne avaient tous des liens directes avec des membres de la Secte Tang, passés de génération en génération.
À ce moment, Tang San arborait une multitude d’expressions, tantôt riant, tantôt pleurant, en tout cas incapable de masquer l’excitation montante de son cœur.

Pendant vingt-neuf ans, depuis ce jour, vingt-neuf ans auparavant, où grand-père, l’ancien Tang Lan5, l’avait amené à la Secte Tang, alors encore un enfant, la Secte Tang avait été sa famille, et ses armes secrètes avaient été son monde tout entier.
Soudain, l’expression de Tang San changea abruptement, mais rapidement après, se détendit à nouveau, murmurant pour lui-même, l’air amère :
« Finalement, ce qui doit arriver arrivera quand même. »
Dix-sept silhouettes, dix-sept blanches silhouettes, bondirent du milieu de la montagne vers le sommet telles des étoiles filantes. Ces silhouettes étaient des maîtres, même le plus jeune était vieux de cinq décennies, chacun ayant l’air sérieux, leurs robes blanches représentant la secte interne, et le symbole Tang doré sur leur poitrine indiquant leur position d’ancien dans la secte.

En comptant le maître de la secte, Tang Da6, il y avait en tout dix-sept anciens dans la secte, et ces dix-sept anciens escaladaient à présent la montagne. Même une assemblée générale de la société martiale n’aurait pu rassemblé tous les anciens de la secte en même temps. Il faut en effet savoir que parmi les anciens, le plus vieux avait déjà dépassé soixante ans deux fois. Tous avaient déjà atteint le pinacle de la cultivation, et en quelques instants d’effort ils atteignirent le sommet.
Quand des disciples de la secte externe rencontraient des anciens de la secte interne, ils devaient s’agenouiller, mais Tang San ne bougea pas, il regarda calmement les anciens à l’air sérieux arrivant devant lui. Ils bloquèrent tout échappatoire, ne laissant derrière lui que le Pic de l’Enfer.

Déposant trois Lotus de Tang Furie du Bouddha à ses pieds, Tang San leur jeta un dernier regard emprunt de réticence, les coins de sa bouche montrant un sourire gratifié. Il avait réussi. Après vingt ans d’effort, il avait enfin accomplit cette pénultième tâche de la Secte Tang Externe; ce genre de satisfaction ne pouvait être exprimée par des mots.
À ce moment précis, Tang San pensait en son for intérieur que plus rien n’avait d’importance. Violer les règles de la secte était acceptable, les problèmes de vie ou de mort aussi. Apparemment, tout se terminerait avec ces trois Lotus de Tang Furie du Bouddha en fleur. Le Lotus de Tang Furie du Bouddha, l’arme secrète la plus puissante du monde, était née dans ses mains. De toute sa vie, qu’est-ce qui pourrait rendre le passionné d’armes secrètes qu’était Tang San plus excité que ça ?
« Je sais, le crime de s’introduire dans la secte intérieure et de voler des connaissances secrètes ne peut être pardonné, ne peut être toléré, en accord avec les règles de la Secte. Mais Tang San peut le jurer devant le Ciel, pas une partie de ce savoir volé dans les livres secrets, aussi infime soit-elle n’atteindra le monde extérieur. Je dis ça, non pas pour tenter de gagner la miséricorde des anciens, mais seulement pour faire savoir aux anciens que jamais Tang San n’a oublié ses racines. Jamais dans le passé, et jamais à l’avenir. »
À ce moment, Tang San était investit d’un grand calme; peut-être était-ce le moment le plus calme de son existence. Regardant la chaleureuse et ancienne enceinte de la Secte Tang à mi-hauteur de la montagne, sentant l’atmosphère de la Secte Tang, ses yeux s’humidifièrent. D’aussi loin qu’il se rappelle, on pouvait même dire qu’il était né pour le bien de la Secte Tang. Mais maintenant, il devait quitter la Secte Tang pour poursuivre la quête de toute sa vie.

Les anciens étaient tous sans voix. À cet instant, ils n’arrivait pas à éclaircir leur esprit de l’apparition des Lotus de Tang Furie du Bouddha. Deux cents ans, après deux cents ans le Lotus de Tang Furie du Bouddha s’était retrouvé de manière inattendue entre les mains d’un disciple de la secte externe, qu’est-ce que cela signifiait ? Sur cette terre, cette arme secrète dont l’impact ne pouvait même pas être supporté par les gens de la Secte Tang représentait une étape vers un autre sommet de la Secte Tang.
Regardant les anciens baissant leur tête sans parler, Tang San se fendit d’un sourire éblouissant,
« Tout ce qui fait Tang San a été donné par la Secte Tang, que ce soit sa vie ou ses capacités, toutes lui furent données par la Secte Tang. Peu importe quand dans sa vie, Tang San est un membre de la Secte Tang et un de ses fantômes dans la mort. Je suis conscient que les anciens ne permettront pas au cadavre d’un disciple de la secte externe qui a violé les règles de demeurer dans la Secte Tang; aussi, laissez moi redevenir poussière naturellement dans ce Ba-Shu. »

Tang San était tellement serein que même sa voix quelque peu excitée stimula les anciens, quand ceux-ci levèrent leur tête pour le regarder, ils virent des courants de qi d’un blanc laiteux qui s’étendaient de lui en un instant.
« Les Précieux Écrits Célestes Mystérieux, tu as même appris la meilleur technique de force intérieure de la secte dans les Précieux Écrits Célestes Mystérieux ? » S’exclama Tang Da involontairement.

Avec à une explosion, le groupe d’anciens se replièrent pour éviter quelque chose d’imprévu, alors qu’ils regardaient Tang San complètement nu.
Tang San souriait brillamment, «  Je suis arrivé nu et je repartirai nu. Le Lotus de Tang Furie du Bouddha est mon dernier cadeau pour la secte. Mis à part moi-même, je n’ai rien d’autre de la secte, les livres secrets sont tous sous la première brique dans ma chambre. Tang San rend maintenant tout cela à la Secte Tang. »
« Hahahahahahahaha… »Tang San rit à gorge déployée vers le ciel, reculant soudainement d’un pas. À ce moment précis, les anciens de la Secte Tang furent pris par surprise, et de ce fait personne n’eut le temps de le bloquer. Son corps, enveloppé dans une lumière blanche, s’élança en avant vers le Pic de l’Enfer, s’élevant dans les airs, rentrant dans les nuages et la brume autour de la montagne.

« Stop ! » Tang Da réagit finalement, mais maintenant il était trop tard pour dire quoi que ce soit. Les nuages et la brume étaient très denses, apportant des vagues d’humidité, dérobant la lumière du soleil et également Tang San dont la vie entière fut dédiée à la Secte Tang et aux armes secrètes.

Le temps sembla s’arrêter. Les mains de Tang Da tremblèrent alors qu’il tenait ces trois Lotus de Tang, ses yeux humides. «  Tang San, ah, Tang San, pourquoi as-tu souffert ? Le choc que tu nous a apporté était vraiment trop grand, trop grand… »

« Frère aîné. » Un deuxième ancien s’avança « Pourquoi pleures-tu un tel renégat ? »

Le regard de Tang Da devint glacial en un instant, un air froid couvrant son corps, il fixa le deuxième ancien « Qui était un renégat ? As-tu déjà vu un renégat qui après avoir obtenu les livres les plus rares de la secte, n’a pas fuit ? As-tu déjà vu un renégat qui mourrait pour ses idéaux ? As-tu déjà vu quelqu’un, qui possédant une arme secrète assez puissante pour détruire n’importe quel expert de la secte, a préféré l’offrir à la secte comme dernier geste ? Tang San n’était pas un renégat, il était notre disciple le plus exceptionnel depuis les deux cents dernières années. »

Le deuxième ancien dit d’un air stupide, « Mais, il a volé les connaissances de la secte… » Seulement pour entendre Tang Da le couper soudainement, « Si tu étais aussi capable de produire un Lotus de Tang Furie de Bouddha, je ne m’en préoccuperai pas peu importe ce que tu volerais. Tu avais tort, j’avais tort, précédemment, nous regardions impuissant, alors que la chance de restaurer la gloire de la Secte Tang s’échappait juste devant nos yeux. »

Les anciens se rassemblèrent, leurs expressions complexes, certains perplexes, certains tristes, certains soupirant, la majorité plein de regrets.

« Inutile de dire quoi que ce soit. Transmettez mes ordres, déployez tous les disciples, cherchez Tang San en bas du Pic de l’Enfer. Si vivant, je veux voir la personne. Si mort, je veux voir le corps. Aussi, à partir de cet instant, Tang San est promu disciple de la secte intérieure. S’il est toujours vivant, il sera le seul successeur de ma position de chef de la secte. »

« Oui, chef. » Dirent les anciens en s’inclinant simultanément.

Si Tang San était toujours au sommet de la falaise à ce moment, capable d’entendre les mots de Tang Da, même s’il mourrait, il serait certainement très gratifié ; Ses efforts n’étaient pas inutiles finalement. Mais, tout cela vint trop tard.

Le Pic de l’Enfer, là où un caillou lancé prendrait dix-neuf secondes à toucher le sol, un endroit semblant surpasser les dix-huit niveaux des enfers, comment pourrait-il permettre à une personne vivante de revenir des nuages et de la brume ? Tang San était mort, quittant à jamais de ce monde, mais son autre destinée venait seulement de commencer.

 



  1. Ou Sichuan.
  2. Littéralement en chinois « Apparence à inquiéter les fantômes » ou au figuré « Endroit que les fantômes ont peur de fouler »
  3. « Exagérer »
  4. « Tang Trois »
  5. « Tang Bleu »
  6. « Tang Grand »
Cet article comporte 2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Back To Top