skip to Main Content
Menu

ATG Tome 1 Chapitre 3

 


Trad : Nova
Edité : Strike
Checké : Yu Dodis


Chapitre 3 : Épouse-moi ?

« Ah !! »

Prise de court, Xiao Lingxi cria et fit un bon en arrière, tel un lapin effrayé. Ses doigts effleurèrent ses lèvres engourdies tandis que ses yeux magnifiques s’élargirent de surprise. Sa tête toute entière vira au rouge.

« Tu… tu… tu m’as encore embrassé !

— Je vois que tu as toujours la même réaction. »

Xiao Che arborait une expression innocente et affligée sur son visage.

« Quand on était plus jeune, tu voulais toujours qu’on joue à s’embrasser. Mais maintenant tu sembles traumatisée à chaque fois que je le fais…

— Tu-tu-tu… Tu sais bien qu’on était que des enfants ! » Xiao Lingxi rougit de plus belle, son visage approchant de la couleur d’une rose.

« Nous sommes des adultes désormais, on ne peut plus se permettre de faire n’importe quoi ! Tu… Tu vas bientôt avoir une femme ! Dorénavant tu ne dois plus embrasser que ta femme !

— Mais pourquoi ?…

— Car je suis ta tante ! » Xiao Lingxi piétina le sol de ses pieds, le souffle court.

« Mais alors… Comment je fais si j’ai envie de t’embrasser ? Un sourire narquois aux lèvres, Xiao Che mit sa main sous son menton.

— Dans ce cas… tu dois m’épouser ! dit Xiao Lingxi, relevant la tête en signe de défi.

— Hé ! Tu es ma tante, comment pourrais-je me marier à toi… répondit Xiao Che d’une voix abattue, mais les yeux ébahis par tant d’audace.

— Au moins tu sais ça ! Si tu oses encore me voler un autre baiser, j’en toucherai un mot à ta femme et elle s’occupera de ton cas. Hmpf hmpf ! » Xiao Lingxi le dévisagea, l’air triomphant et la tête haute.

La voix de Xiao Hong se fit entendre une nouvelle fois depuis l’extérieur.

« Jeune maître, êtes-vous prêt ? Il est l’heure d’aller rencontrer votre fiancée.

— Oui, j’arrive tout de suite. »

Xiao Che vérifia sa tenue et s’apprêta à partir. Au bout de deux pas, il fut retenu par la main de Xiao Lingxi, qui lui dit d’un air sérieux :

« Xiao Che ! Avant de partir, répète notre promesse d’hier, mot pour mot, où je ne te laisserai pas sortir. »

La promesse d’hier ? Xiao Che songea un moment, et n’eut pas d’autre choix que de dire : « D’accord… une fois marié à Xia Qingyue, je n’oublierai pas ma Petite Tante juste car j’aurai une femme. Je passerai toujours autant de temps avec ma Petite Tante, je répondrai toujours présent quand elle voudra me voir et arriverai aussi vite que possible, comme toujours… Je pense que je n’ai rien oublié.

— Héhé, voilà un bon garçon. Xiao Lingxi lui sourit tendrement, mais ne lâcha pas sa main.

—  Cependant je vais ajouter une autre chose, que j’avais oublié de te faire promettre hier… Bien que Xia Qingyue devienne ta femme, dans ton cœur elle ne peut pas avoir plus d’importance que moi ! Répète ça maintenant. Plus vite, plus vite, plus vite ! »

Xiao Che plongea son regard dans ses yeux étincelants et dit :

« Si tu m’embrasses, je veux bien faire cette promesse.

— Alors… épouse-moi ?

— ….  Xiao Che, vaincu, ne trouva pas quoi répondre.

« Jeune maître, n’êtes-vous toujours pas prêt ? Il ne serait pas correct d’arriver en retard. »

Xiao Hong se fit à nouveau entendre, d’une façon encore plus insistante qu’auparavant.

Xiao Che mit sa main sur la porte, mais ne l’ouvrit pas immédiatement. Il murmura :

« Je ne peux pas te faire cette promesse car dans mon cœur tu es déjà numéro une. Même s’il y avait une centaine de Xia Qingyue, elle ne saurait prendre ta place, tu es déjà irremplaçable pour moi. »

Tandis que sa voix s’éteignit, il ferma la porte et disparut.

Xiao Lingxi resta immobile, gelée sur place pendant un moment. Puis elle quitta joyeusement la pièce, un superbe sourire aux lèvres, telle une enfant venant de recevoir son bonbon préféré.

Alors que Xiao Che sortait enfin de sa chambre, son cortège nuptial l’attendait déjà depuis un moment. Xiao Hong lui sourit gentiment :

« Jeune maître, montez à cheval je vous prie. Si besoin, sur le chemin je vous protégerai de tout mon corps… Mais bien sûr, aujourd’hui est votre grande journée. Je n’ai pas à m’en faire, il n’y a que des joyeuses choses qui vous attendent.

— Merci, grand-père Hong. »

Xiao Che lui sourit et monta sur le cheval. Une noble voix se fit alors entendre à sa gauche :

« Il semblerait que j’arrive juste à temps. Frère Xiao Che va maintenant retrouver sa fiancée ? Toutes mes félicitations. »

Xiao Che fronça légèrement les sourcils en entendant ce commentaire et vit deux jeunes hommes marcher lentement vers lui. La personne qui avait prononcé ces mots était âgée d’une vingtaine d’années, et était de constitution moyenne. Aussi charmant qu’élégant, des yeux clairs et transparents, le visage frais, il affichait un sourire rayonnant. Derrière lui se tenait un homme un peu plus jeune et et un peu plus mince, qui marchait dans les pas du premier tel son ombre.

Les voyant arriver, Xiao Che sourit.

« Tiens, voilà frère Yulong et frère Xiao Yang. Vous êtes venus tout spécialement pour me souhaiter bonne chance ? »

Xiao Yulong était le fils du leader du Clan Xiao. À vingt ans et sans compter son apparence, son talent, ses capacités d’orateur et son savoir étaient au sommet de la jeune génération du Clan Xiao. Sa force profonde avait atteint le troisième niveau du Domaine Profond Naissant. Il était la fierté et la joie de son père, Xiao Yunhai. Le clan nourrissait de grands espoirs pour lui, et à moins d’un fâcheux accident, la place de chef lui reviendrait. Il possédait de nombreuses qualités et n’avait jamais fait preuve d’arrogance. Il était le genre de personne polie et courtoise envers tous, et même envers Xiao Che pourtant considéré comme infirme aux yeux du clan. Il ne s’était jamais moqué de lui et s’était toujours montré bon à son égard. Bien au contraire, il semblait même être préoccupé par le triste état de Xiao Che.

Xiao Che avait toujours apprécié Yulong. Il l’admirait pour sa gentillesse… Du moins, c’était les sentiments de l’ancien Xiao Che.

L’identité de la personne qui l’accompagnait n’était pas moins complexe. Il n’était pas qu’un simple disciple du Clan Xiao, mais aussi le plus jeune petit-fils du Second Doyen, Xiao Yang. À dix-neuf ans, il se plaçait au neuvième niveau du Domaine Profond Élémentaire. Depuis son enfance, il avait toujours suivi Xiao Yulong, écoutant le moindre de ses mots. Cependant il n’était pas aussi tendre envers Xiao Che que l’était Xiao Yulong. Bien que tous deux étaient petit-fils de Doyens, il n’avait jamais prêté la moindre attention à Xiao Che. Chaque fois que ce dernier tentait d’engager une conversation, soit il l’ignorait simplement, soit il levait la tête d’un air hautain.

En tant que petit-fils d’un Doyen du Clan Xiao, non seulement Xiao Che avait son propre logement, il possédait aussi une petite cour intérieure. Mis à part son grand-père Xiao Lie, sa tante Xiao Lingxi et son unique meilleur ami, très peu de personnes lui rendaient visite. Ce jour-ci, les seuls furent Xiao Yulong, accompagné de Xiao Yang, dans le but de lui souhaiter un bon mariage.

« Haha, bien sûr. »

Xiao Yulong s’approcha, riant chaleureusement, et dit :

« La personne à qui tu vas te marier aujourd’hui est le plus beau des joyaux de notre Cité du Nuage Flottant. Ce n’est pas seulement un événement important pour le clan, mais pour la ville toute entière. Étant donné que tu as la chance de te marier avec un tel trésor, ton frère ici présent est très heureux pour toi. Bien sûr, je suis aussi jaloux et également honteux. Hahahaha. »

Xiao Che se mit aussi à rire :

« Frère Yulong sait faire d’excellentes blagues. Avec le talent de frère Yulong, tu es libre de choisir parmi n’importe quelle femme dans la cité.

— Jeune maître, nous devons y aller, l’avertit Xiao Hong.

— Frère Xiao Che, dépêche-toi. Nous attendons avec impatience de te voir revenir au Clan Xiao aux côtés du joyau de la cité. », dit Xiao Yulong avec un sourire.

Xiao hocha de la tête et s’installa. Le cortège nuptial traversa alors la cour intérieure au rythme de tambours et gongs et se dirigea droit vers le Clan Xia.

Au moment où Xiao Che disparu de sa vue, le sourire de Xiao Yulong se glaça et fana. Il se tourna brusquement vers Xiao Yang et le gifla furieusement. D’une voix dépitée, il siffla :

« Pathétique ! »

Xiao Yulong n’y était pas allé de main morte, et la joue de Xiao Yang commença à enfler. Il se rua immédiatement aux pieds de Xiao Yulong et dit craintivement :

« Je… je suis pourtant certain d’avoir réussi à lui faire boire la Poudre de Cœur Assassin lors de son petit déjeuner, et j’ai bien reçu un message confirmant les effets du poison… Je… je n’ai aucune idée de ce qu’il se passe…

— Hmpf ! »

Xiao Yulong fronça des sourcils et son visage se déforma en un rictus mauvais.

« J’ai dépensé une fortune pour obtenir un poison que même le docteur Seto ne saurait soigner, mais tu as tout foutu en l’air ! Ne me dis pas que tu veux vraiment voir Xia Qinguye mariée à ce déchet, Xiao Che ?

— Boss, ce gamin vient seulement de partir. On a encore l’opportunité de se débarrasser de lui sur son chemin… Bien qu’on ne puisse pas prendre directement action de peur d’être vu, on peut toujours monter une véritable armée de mécontents venant du clan Yuwen et des autres. Vous n’êtes pas le seul à convoiter Xia Qingyue. Le simple fait d’évoquer ce mariage serait suffisant pour leur donner des envies de meurtre. En les encourageant un minimum et en les menant à lui, on devrait être capable de—

— Si c’était vraiment si simple, pourquoi aurais-je passé tellement de temps pour obtenir la Poudre de Cœur Assassin ! », interrompit Xiao Yulong froidement.

Il continua :

« Xiao Che est un bon à rien, mais son grand-père est au dixième niveau du Domaine Profond de l’Esprit. Qui oserait l’offenser ? De plus, le père de Xia Qingyue n’a pas du tout objecté contre cette union. Qui oserait s’en prendre ouvertement au Clan Xia et Xiao Che ? Et même si tous les fils du Clan Yuwen se joignaient à ceux du gouverneur, leurs familles les empêcheraient d’agir… Et n’as-tu pas remarqué que ce vieil imbécile de Xiao Hong l’escortait personnellement ? Avec lui autour, il est tout bonnement impossible de leur causer des problèmes. »

Tout en parlant, Xiao Yulong avait serré ses poings au point d’en faire craquer ses articulations. La première fois qu’il avait vu Xia Qingyue, il crut avoir rencontré un ange et en perdit la raison. Depuis ce jour, il jura de faire de Xia Qingyue la femme de sa vie.

Mais Xia Qingyue allait en fait se marier à l’être le plus méprisable de tout le Clan Xiao : Xiao Che. Comment pouvait-il accepter cela en toute sérénité  ?!

« Boss, en fait… en fait vous n’avez pas besoin d’autant vous inquiéter ! »

Xiao Yang jeta un coup d’œil vers Xiao Yulong, et dit avec prudence :

« Réfléchissez-y un peu, considérant le caractère de Xia Qingyue qui n’a jamais daigné jeter un regard aux plus talentueux de la cité, comment pourrait-elle apprécier ce minable ? La seule raison pour laquelle ce mariage a lieu est un accord d’il y a seize ans entre leurs pères. Même si elle se mariait dans la famille Xiao, ce sera tout simplement impossible pour Xiao Che de s’approcher d’elle… Et une fois dans le Clan Xiao, vos chances de la rencontrer augmenteront considérablement. Ce bon à rien de Xiao Che ne peut pas être comparé au charme naturel et au talent du boss. En lui accordant un certain temps, comment ne pourrait-elle pas être impressionnée ? Et à ce moment… »

Écoutant le discours de Xiao Yang, l’air renfrogné de Xiao Yulong se dissipa peu à peu, et un sourire grandit sur son visage. Il toucha de son index le bout de son nez et murmura :

« Tu soulèves là un point de vue fort intéressant… il semblerait que malgré notre empoisonnement manqué, ce déchet peut encore avoir son utilité… »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Contenu protégé
Back To Top