skip to Main Content
Menu

ATG Tome 1 Chapitre 20

 


Trad : Nova
Edité : Strike
Checké : Ptit Lu


Chapitre 20 : Voilà qui est vraiment intéressant…

Pour les vingt premières aiguilles, Xiao Che s’était exécuté sans vraiment d’efforts. Cependant, quand de la sueur commença à apparaître sur son front, la main gauche tenant l’aiguille se mit aussitôt à trembler. Avant, il pouvait planter une aiguille en l’espace d’une respiration, mais par la suite cet instant a progressivement augmenté de plusieurs respirations… après trentes aiguilles, chacune prenait plus de temps que la précédente.

Si Xia Qingyue avait regardé derrière elle, elle aurait remarqué que lorsque Xiao Che lui faisait ses opérations d’acupuncture, il utilisait toujours sa main gauche. Il n’était pas du tout gaucher, et il était donc complètement faux de dire qu’il était plus habile de cette main. En réalité, c’était en raison de la présence de la Perle de Poison Céleste dans sa main gauche.

À chaque fois qu’une aiguille d’argent était plantée, la Perle de Poison Céleste s’illuminait un instant. Accompagnant les aiguilles d’argent, le pouvoir de la Perle de Poison Céleste entra en silence dans le corps de Xia Qingyue. Bien évidemment, ce pouvoir n’était pas toxique, mais était plutôt une force purificatrice. La Perle de Poison Céleste avait la capacité de purifier les dizaines de milliers de poisons existants. De plus, ce « poison » n’avait pas nécessairement à être mortel, mais incluait aussi les poisons endommageant l’intérieur du corps, ainsi que les impuretés superflues. Cependant, cela n’était pas vraiment aussi simple que de nettoyer la moelle et de couper les artères. Pouvoir utiliser les capacités de la Perle de Poison Céleste était la raison principale pour laquelle il s’était ce jour-là remué les méninges afin de savoir comment donner à Xia Qingyue un traitement d’acupuncture.

Disperser l’air froid et libérer les méridiens étaient uniquement des effets secondaires et des prétextes. Ce qu’il faisait réellement était ouvrir le profond de Xia Qingyue.

Une minute passa… puis dix minutes… et finalement un quart d’heure…

Des volutes d’air froid se dégageaient lentement de chacune des aiguilles. Après qu’une pleine demi-heure soit passée, le dos de Xia Qingyue avait été percée par cinquante-quatre aiguilles. Les mains de Xiao Che cessèrent finalement de bouger mais après seulement une demie-minute d’arrêt, il les agita à nouveau, ses deux mains dansantes. Il retira chacune des aiguilles du corps de Xia Qingyue avec une rapidité incomparable. En un clin d’œil, les cinquante-quatre aiguilles avaient disparues du dos de Xia Qingyue.

Le dos de Xia Qingyue était toujours lumineusement blanc comme neige, telle la plus pure des jades blanches. Grâce à la technique extrêmement habile de Xiao Che, il n’avait laissé aucune trace.
« C’est fait… » Xiao Che, ayant récupéré toutes les aiguilles, lâcha un long soupir de soulagement.

Au moment où toutes les aiguilles d’argent furent retirées, Xia Qingyue se sentit comme flottante à travers les cieux, son être tout entier indescriptiblement chaud et confortable. Elle en eut du mal à croire, dans sa stupeur, qu’il s’agissait en effet de son propre corps.

Elle renfila ses vêtements et utilisa immédiatement sa force profonde. Les Arts du Nuage Gelé jaillirent, et elle en sursauta presque, car sa force profonde s’était manifestée pratiquement dès l’instant où la pensée lui traversa l’esprit. La vitesse à laquelle elle circulait dans son corps la rendit joyeuse, car elle était de nombreuses fois plus importante qu’avant.

Même après avoir pratiqué les Arts du Nuage Gelé pendant quatre ans, elle avait encore fréquemment des moments où elle ne pouvait pas complètement la contrôler. Cependant, maintenant, sentant les Arts du Nuage Gelé circulant à travers son corps, elle était complètement certaine que dans son état actuel, elle pouvait parfaitement les contrôler. La vitesse à laquelle les Arts du Nuage Gelé circulaient, avait, comme si cela était tout à fait naturel, augmentée d’un tiers !

Elle n’avait initialement pas beaucoup d’espoir, elle était donc du fond de son cœur agréablement surprise de ce genre de résultat. En même temps, elle était aussi énormément choquée… choquée du fait que tout ce qu’avait prétendu Xiao Che avait été réalisé ! De plus, les résultats étaient encore meilleurs que ce qu’il avait annoncé !

Elle était persuadée que son état actuel surprendrait même sa maîtresse, si elle venait à le voir.

« Maintenant… tu me crois ? »

La voix de Xiao Che arriva à ses oreilles, mais semblait être particulièrement rauque et faible. Xia Qingyue revint à ses sens et regarda vers Xiao Che. Il était adossé, vidé de son énergie, contre la tête du lit. Son front et tous ses vêtements étaient depuis déjà un moment imprégnés de sueur et son visage était pâle à un point inquiétant, comme s’il venait juste de survivre à une terrible maladie.

Repensant à comment chaque aiguille avait été accompagnée de force profonde, Xia Qingyue ressentit soudain un certain malaise… comme si elle venait d’être piquée. Cette sensation plongea son esprit dans le trouble, car elle ne devrait pas avoir le moindre sentiment ou pincement de cœur pour cette personne avec qui elle ne pouvait que partager le statut de mariés, et rien d’autre.

« Je te crois… Je crois que tu es vraiment un médecin spirituel. » Xia Qingyue lui lança un regard compliqué.

« Il s’avère que toi, qui a été la risée de tous dans la Cité du Nuage Flottant, avait en réalité une aptitude si choquante… Mais tu sais clairement que je n’ai pas la moindre affection pour toi. D’ici un mois, je te laisserai pour toujours… Pourquoi me dévoiler tout cela ? Pourquoi m’accorder une telle faveur et… faire tant d’efforts pour moi ? »

Une faveur… c’était effectivement une immense et incomparable faveur.

« Trois raison. » Xiao Che, sans énergie, haletait et cherchait de l’air, mais eut toutefois un large sourire. « Presque tout le monde me méprise et tu as encore plus de raisons que quiconque de le faire. Mais tu ne l’as pas fait, et au lieu de ça tu as toujours protégé ma pathétique dignité du mieux possible… La nuit dernière, tu es partie à ma recherche car tu étais inquiète, et tu m’as en plus discrètement apporté une couverture… Tous ceux qui me traitent bien, je prendrais toujours encore mieux soin d’eux !

— …

— La seconde raison… Quoi qu’on en dise, tu es ma femme. »

Xia Qingyue ouvrit la bouche plusieurs fois, mais ne trouva pas les mots.

« La troisième raison et aussi la plus importante… » Le sourire sur le visage de Xiao Che se fit vague.

« J’ai pensé que ton apparence une fois déshabillée serait un délicieux spectacle.

— … »

À chaque fois que Xiao Che prenait des libertés sur elle en usant de bouche vulgaire, elle le traitait toujours avec une froide indifférence. Cependant, cette fois, regardant le sourire vulgaire sur son visage pâle, elle ne put se mettre en colère.

« L’explication est terminée. » Xiao Che tendit une main vers un flacon de médecine qu’il avait apporté :

« Qingyue ma femme, va verser cette médecine dans ce pot, et bois la. »

Xia Qingyue lui lança un regard inquisiteur, puis s’éloigna sans demander de quel genre de médecine il s’agissait. Elle versa la concoction de ce flacon et l’avala en une gorgée.

« C’était le premier traitement. Si tu veux que les effets soient permanents, tu auras besoin d’un total de sept traitements. Le meilleur moment est à trois heures du matin, car c’est le moment de la journée où le qi Ying est le plus dense, et les résultats du traitement y sont les meilleurs. Bien sûr, si on continue ou non, la décision dépend de toi. »

Après avoir dit tout cela, Xiao Che ferma les yeux d’épuisement. Il ne jouait définitivement pas la comédie, sa force physique avait été vraiment et lourdement épuisée.

« Repose toi bien. » Le regard de Xia Qingyue se fit encore plus complexe. Après avoir doucement parlé, elle quitta la pièce, fermant discrètement la porte.

Se tenant au centre du pavillon, Xia Qingyue leva les mains et regarda ses paumes, le regard hagard.

Quel genre de personne était-il réellement ?

Tout du moins, elle l’avait toujours mal jugé… Toute la Cité du Nuage Flottant l’avait aussi mal jugé.

Après le départ de Xia Qingyue, Xiao Che s’était complètement affalé en travers du lit. Il se reposa ici, sans même vouloir essayer de s’installer confortablement, et de sa bouche s’échappait occasionnellement un vague murmure.

« Huhu… mon endurance actuelle est trop faible. Je me suis presque effondré de fatigue simplement en ouvrant le profond… Si mon maître apprenait que j’ai eu besoin de demander à mon patient de se déshabiller, il risque d’en être suffisament en colère pour descendre des cieux et me donner une leçon… Après tout… je pouvais pratiquer l’acupuncture à travers les vêtements à l’âge de treize ans… et faire la même chose les yeux fermés à quinze ans… haha… dodo… »

………………

Le Clan Xiao tout entier avait été plongé dans une toute autre atmosphère depuis qu’il avait reçu la lettre de la Secte Xiao. Maître du Clan, doyens, tous exécutèrent leurs devoirs avec une grande dévotion. Du matin au soir, ils se préparaient à accueillir la Secte, de peur de montrer le moindre petit manque de respect. La jeune génération, comme si sous stéroïdes, s’entraînait avec encore plus d’ardeur. Ils rêvaient tous de faire une percée durant ces quelques jours, augmentant ainsi leurs chances d’être sélectionnés pour rejoindre la Secte Xiao…

Cependant, cela n’avait clairement rien à voir avec Xiao Che. Il pouvait être considéré comme la personne la plus détendue du Clan Xiao.

Ce jour-ci, dans l’arrière-montagne du Clan Xiao.

Là-bas se trouvait le cimetière appartenant au clan. Après le décès d’un membre du Clan Xiao, c’était l’endroit où il serait le plus probablement enterré.

Xiao Lie se tenait en silence devant une pierre tombale, ses cheveux blancs, résultant de nombreux changements et regrets, flottaient librement dans un vent sifflant. Tout le reste n’était que désolation.

Sur cette pierre tombale, les deux mots Xiao Ying y étaient gravés.

« … Ying’er, je sais que depuis ton enfance, tu rêvais de réaliser le souhait de nos ancêtres, retourner à la Secte Xiao et redonner à notre sang sa valeur d’antan. Aujourd’hui, cette opportunité est finalement arrivée, elle est simplement… seize longues années trop tard. »

Le regard de Xiao Lie était embrumé. Il se tenait droitement ici, sa bouche marmonnant involontairement diverses lamentations…

« Je sais, bien que tant d’années se soient écoulées, tu es toujours préoccupé… Les veines profondes de Xiao Che sont déformées depuis son enfance… Cela est acceptable. Bien qu’il soit destiné à être médiocre toute sa vie, mais sans pouvoir prendre d’actions, il n’y aura ni lutte ni haine. Maintenant, Xiao Che est déjà marié. J’espère qu’à partir d’aujourd’hui, il pourra toujours vivre paisiblement… Même s’il n’est pas ton vrai fils, il est malgré tout celui pour qui vous avez tous deux sacrifié votre vie, et celle de votre enfant, afin de le protéger. Je protégerai aussi sa quiétude du mieux qu’il m’est possible… »

*Crack*

Un léger craquement arriva aux oreilles de Xiao Lie, le faisant sursauter. Il revint à ses sens en un instant et tourna sa tête, criant à voix basse « Qui ? ».

Suivant son interpellation, la silhouette de Xiao Yulong se détacha de celle d’un large et solide tronc d’arbre au centre du cimetière. Il jeta un regard distrait à Xiao Lie, s’avança de quelques pas et fit preuve d’une étiquette approprié pour un disciple :

« Yulong salut le Cinquième Doyen… Je ne pensais pas rencontré le Cinquième Doyen ici, est-ce que Yulong vous a dérangé ? »

Les yeux de Xiao Lie révélaient son agitation… Son cœur était alors empli de regret et il se sentait inquiet et effondré. C’était parfaitement inattendu qu’il n’ait pas remarqué quelqu’un s’approcher. Il ne savait pas non plus si Xiao Yulong venait d’entendre son récent monologue. Il fronça les sourcils et demanda :

« Yulong, que fais-tu ici ? »

Xiao Yulong répondit promptement :

« Les émissaires de la Secte Xiao arrivent demain. Père pense que c’est un grand événement qui va changer le destin du Clan Xiao, et considère qu’il devrait en informer son grand-père. Il m’a donc fait venir… Déranger accidentellement le Cinquième Doyen était une erreur de ce Yulong.

— Alors, as-tu entendu ce que je venais de dire ? » La voix de Xiao Lie se fit d’un coup froide et sévère. Une aura imposante assaillit abruptement Xiao Yulong.

La force de quelqu’un au sommet du Domaine Profond de l’Esprit était plus que ce que Xiao Yulong pouvait supporter avec ses capacités actuelles. Alors que son teint pâlit, il nia immédiatement de la tête :

« Xiao Yulong vient juste d’arriver. Si le Cinquième Doyen ne m’avait pas interpellé, je ne l’aurais pas remarqué. Je n’ai définitivement pas entendu le Cinquième Doyen dire quoi que ce soit… Si le Cinquième Doyen souhaite ne plus être dérangé, Yulong s’en ira immédiatement ! »

Xiao Lie ne put remarquer la moindre hésitation dans les paroles et sur le visage de Xiao Yulong. Ses pensées se relaxèrent un peu et il retira son aura. Son visage s’apaisa lui aussi :

« Oublie-ça, ce n’est rien. Les émissaires de la Secte Xiao arrivent demain. Tu es le plus prédisposé à être sélectionné. Quand viendra ce moment, tu feras revivre le plus grand souhait de notre lignée.

— Les attentes du Cinquième Doyen sont importantes. Yulong ne les mérite pas. », dit humblement Xiao Yulong.

Xiao Lie hocha de la tête et fit demi-tour, quittant l’endroit.

Après son départ, l’expression de Xiao Yulong changea subtilement. Il se frotta le menton avec sa main droite et marmonna en fronçant les sourcils.

« Ne me dites pas… si c’est vrai, voilà qui est vraiment intéressant. »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site! Back To Top