skip to Main Content
Menu

ATG Tome 1 Chapitre 12

 


Trad : Nova
Edité : Strike
Checké : Ptit Lu


Chapitre 12 : Si tu n’étais pas ma Petite Tante.

Xiao Che se retira de la Perle de Poison Céleste et ramassa les vêtements de la fille, restés sur le sol. Il en purifia le poison avant de les envoyer dans la Perle de Poison Céleste. Il recouvrit le corps de la fille et lâcha enfin un léger soupir de soulagement.

Quel genre de personne pouvait bien être cette fille ? Pourquoi était-elle apparue ici ? Pourquoi avait-elle bu mon sang ? Comment connaissait-elle la Perle de Poison Céleste ? Et comment y était-elle entrée ?

Xiao Che n’arrivait pas à trouver de réponse à la moindre de ces questions.

Il observa en silence cette fille un long moment et tendit une main pour toucher légèrement sa lèvre supérieure. Ses doigts ressentirent immédiatement un soupçon de chaleur, contrastant avec la froideur d’auparavant. Un faible souffle se faisait ressentir, effleurant ses doigts avec régularité.

Tout cela était signe de vie.

« Petite ? », l’appela Xiao Che, secouant son corps.

Peu importe le moment, l’apparence d’une femme était sa plus grande valeur et sa plus puissante arme. Si cette fille n’avait pas été aussi belle qu’une fée, mais à la place horriblement laide au point d’en vomir trois jours durant après un simple regard, Xiao Che l’aurait indéniablement et sans la moindre hésitation jeter de la Perle de Poison Céleste. Pourtant, non seulement cette fille était voilée de mystère, mais elle lui avait aussi mordu son doigt et avait de force bu son sang, au point de le paniquer. Elle était de plus étrangement apparue dans sa Perle de Poison Céleste. Cependant, quand Xiao Che la regardait, au lieu du précédent sentiment de danger, il éprouvait désormais une indéniable compassion. Car cette fille était une telle beauté, si magnifique qu’il était impossible pour quiconque de l’associer avec quelconque danger.

Plutôt que de parler de l’instinct d’un mâle, il était plus approprié de dire qu’il s’agissait de la nature la plus basique des hommes.

Xiao Che insista un long moment, mais la fille ne lui répondit pas. Il fit quelques pas en arrière et l’observa en silence.

Cette fille n’était décidément pas normale… estima intérieurement Xiao Che. Au vu des cicatrices zébrant son corps, et de ses vêtements déchirés, il était aisé de conclure que le poison sur son corps ne s’y était retrouvé accidentellement, mais avait été appliqué de force par quelqu’un d’autre. Pour cette jeune fille, le poison le plus ordinaire aurait été suffisant pour la tuer, mais au lieu de cela, son ennemi a utilisé un poison puissant au point d’alarmer Xiao Che lui-même.

La personne qui était capable d’utiliser un tel poison était sans aucun doute terrifiante.

Et ce qui était encore plus terrifiant, était que bien que tout son corps ait été recouvert de poison, elle n’en avait pas succombé !

Alors, que devait-il bien faire d’elle ? Devait-il la laisser dormir tranquillement dans la Perle de Poison Céleste ?

Xiao Che hésita pendant un bon moment avant de quitter en silence la Perle de Poison Céleste, laissant la fille à l’intérieur. Bien qu’elle venait juste de boire son sang, cela semblait avoir été un comportement inconscient. Une fille si magnifique, comment pouvait-elle être maléfique ? En prenant du recul pour y réfléchir, à un si jeune âge, comment pourrait-elle devenir une menace ?

Il n’avait en plus aucune idée de quand est-ce qu’elle allait se réveiller.

Après avoir purifié le poison au sol du mieux qu’il pouvait, Xiao Che se mit en route. Sous le manteau de la nuit, il ne pouvait entendre que ses propres pas. Quand il ne fut plus qu’à une centaine de pas du mur arrière du Clan Xiao, il remarqua soudain une ombre marchant vers lui.

Il se stoppa immédiatement dans sa marche et regarda devant lui… qui pouvait bien être dehors à une heure si tardive ?

L’ombre en face de lui le découvrit aussi et s’arrêta, demandant avec prudence :

« Qui est là ? »

En entendant cette voix, Xiao Che fixa attentivement la silhouette, et dit involontairement :

« Petite Tante ?

— Ah ? »

L’ombre eut un léger cri de surprise, et courut rapidement vers lui. S’approchant, le clair de lune dévoila une menue mais charmante et élégante jeune femme. Il s’agissait en effet de Xiao Lingxi. Voyant enfin nettement Xiao Che, elle ouvrit grand les yeux.

« Xiao Che ? Que fais-tu ici ?

— Je…  Xiao Che se gratta la tête. Je n’arrivais pas à dormir, je suis donc sorti admirer les étoiles.

— Admirer les étoiles ? C’est ta nuit de noce, tu n’es pas avec Xia Qingyue à consommer… consommer votre mariage, mais ici à contempler le ciel ?! »

Xiao Lingxi attrapa le bras de Xiao Che, une moue fâchée sur son visage.

« Tu ne sais pas que c’est dangereux par ici ? De temps en temps des bêtes profondes se font apercevoir, et quand il fait nuit noire, ce sont parfois des bandits qui viennent. Qu’arriverait-il si tu les rencontrais par imprudence ? Je te l’ai déjà dit de nombreuses fois, si moi ou ton grand-père ne sommes pas à tes côtés, tu ne dois absolument pas sortir cela même durant la journée. Tu n’as visiblement pas écouté mes avertissements ! »

En parlant, Xiao Lingxi pinça avec colère le bras de Xiao Che en punition.

« Ah ! Ça fait mal ! » s’écria soudain Xiao Che, puis dit d’un ton désolé :

« Petite Tante, je suis dans le tort, la prochaine fois je ne le ferai plus.

— Tu veux qu’il y aura une prochaine fois ?! » Xiao Lingxi le fusilla de son magnifique regard.

— … Il n’y aura vraiment pas de prochaine fois ! Si je veux aller à l’arrière-montagne dans le futur, j’irai définitivement demander à ma Petite Tante de m’accompagner. » Xiao Che jura solennellement. Cela dit, si cela n’avait pas été pour son expérience de son ancienne vie, il n’aurait clairement pas osé s’aventurer seul dans un tel lieu en pleine nuit.

— Voilà qui est mieux… Il n’y aura pas de prochaine fois !

— Mais… Petite Tante, pourquoi es-tu venue ici ? Il est déjà bien tard, l’interrogea Xiao Che, perplexe.

— Je… » La voix de Xiao Lingxi se fit timide, et son regard semblait un peu vide.

« Je ne sais pas pourquoi, mais je n’arrivai pas à dormir ce soir. Puis j’ai remarqué que les étoiles étaient particulièrement brillantes, j’ai donc voulu me rendre à la montagne pour les regarder. »

Xiao Che leva la tête vers le ciel, et dit avec un sourire :

« Dans le passé, Petite Tante et moi nous filions souvent en douce la nuit pour profiter de la brise nocturne et savourer les étoiles… Et bien souvent, nous nous faisions attraper et grand-père rouspétait.

— Hm » fit Xiao Lingxi en réponse, avant de dire doucement :

« J’ai aussi repensé à cela, et je me suis dit qu’il fallait que je sorte et que je ressente encore une fois ce que c’est que d’admirer les étoiles… Car dans le futur, je risque de ne plus pouvoir le faire avec toi.

— Ah ? Pourquoi ?

— Idiot ! Car tu es marié ! À partir de maintenant, tu devras accompagner ta femme Qingyue au lit chaque soir, plutôt que de sortir admirer le ciel dans le vent du soir. Xiao Lingxi le dévisagea froidement et fit la moue pour une obscure raison.

— Ce n’est pas vrai ! Aussi longtemps que petite tante le voudra, peu importe quand, je viendrai volontiers regarder les étoiles avec petite tante… Tu vois, je suis même en train de le faire avec toi en ce moment, dit Xiao Che avec le sourire.

— Tu insistes en plus ! T’enfuir vers l’arrière-montagne lors de ta nuit de noces… Ah ! Tu n’as pas été mis à la porte par Xia Qingyue j’espère, si ? » Face à cette éventualité, le visage de Xiao Lingxi fut envahi de colère et elle frappa du pied.

« Hmph ! Trop c’est trop ! Je m’en vais la trouver !

— Tu n’as pas à te soucier d’elle. Xiao Che retint Xiao Lingxi par la main.

— Je n’ai pas été mis dehors. Je suis sorti par moi-même. Peut-être qu’inconsciemment je sentais que j’allais croiser petite tante ici… viens, allons à notre endroit.

— Ah… »

Menant Xiao Lingxi par la main, Xiao Che trottina dans le vent frais de la nuit vers leur coin habituel.

Il s’agissait d’une petite butte recouverte d’herbe tendre et grasse. Xiao Che et Xiao Lingxi côte à côte, épaule contre épaule, baignant de l’irrégulier souffle nocturne, leurs cœurs en paix.

« J’ai cru qu’une fois que tu serais marié, je perdrai une grande part de toi. Xia Qingyue est si magnifique, meilleure que moi en tout aspect. J’avais peur qu’une fois que tu l’aies, tu resterais toujours à ses côtés, et m’accorderais de moins en moins de temps. » Fixant le ciel, les yeux de Xiao Lingxi débordèrent d’un éclat vacillant mais plus brillant que les étoiles.

« Petite tante ne croit visiblement pas du tout en ma parole. », ronchonna Xiao Che amèrement.

— J’ai pourtant clairement affirmé ce matin même que dans mon cœur, une centaine de Xia Qingyue ne saurait rivaliser petite tante. Petite tante m’a forcé… euh, non, plutôt, me l’a promis. Je m’en souviens clairement et je vais volontiers obtempérer…

— Après m’être marié à Xia Qingyue, je n’oublierai pas petite tante juste car j’aurai une femme. Je passerai autant de temps qu’avant avec petite tante, je répondrai toujours présent aussitôt qu’elle voudra me voir et arriverai aussi vite que possible, comme toujours. Et enfin, bien que Xia Qingyue soit dorénavant ma femme, dans mon cœur, elle ne saura peser plus que petite tante… Je te le garanti, je me souviens correctement du moindre mot !

— … » Xiao Lingxi eut une expression abasourdie se dessinant sur son visage, et ses yeux s’embrumèrent.

« Je sais que j’ai été un peu excessive. J’étais juste… en train de plaisanter. Tu as vraiment gardé ça dans ton cœur tout ce temps ?

— Bien sûr. », confirma Xiao Che d’un mouvement de tête sans hésitation.

« Cela car ma petite tante et mon grand-père sont les personnes les plus importantes dans ma vie. Les autres ne font pas le poids. Petite tante, je te le promets, bien que je sois maintenant marié, tu ne me perdras jamais, tout comme j’espère ne jamais te perdre.

— Héhé… » Xiao Lingxi sourit joyeusement, ses mains agrippant le bras de Xiao Che. Elle reposa sa tête sur son épaule.

« Comme je m’y attendais, Xiao Che est définitivement le plus sage et le plus obéissant. »

Un sombre nuage traversait le ciel, masquant temporairement la pleine lune, réduisant la lueur ambiante.

« Maintenant que j’y pense, ça fait déjà un moment… j’ai l’impression que ça fait des mois que nous ne sommes pas sortis ensemble regarder les étoiles. Quand on était plus jeunes, que ce soit l’été ou l’hiver, on sortait souvent en douce jusqu’ici. Je me souviens d’une nuit d’hiver, exactement à cette endroit, où le ciel était rempli d’innombrables étoiles. On les avait admirées longtemps, puis on s’était accidentellement endormis l’un contre l’autre… Il s’avéra qu’une neige imprévue tomba durant la nuit, nous glaçant dans notre sommeil. Quand père nous a retrouvé, nous étions déjà devenus deux bonhommes de neige. Après quoi, on a finalement réussi à récupérer après être restés pendant deux jours à côté du poêle et après avoir bu beaucoup de médecine amer. Père était très en colère, mais était réticent à me donner la fessée, sans même mentionner ton cas. Du coup une fois rétablis, il nous a fait pelleter une grande quantité de neige en punition. »

Xiao continua avec un sourire :

« Et en fait, on avait presque rien déneigé qu’on avait déjà commencé à jouer dans la neige. On avait même fait un énorme bonhomme de neige qui ressemblait à grand-père. Il ne savait pas s’il devait en rire ou en pleurer. Et une fois qu’il se mit à rire, il oublia complètement notre punition.

— Uh huh ! Père était toujours comme ça. Il avait souvent un air farouche, mais il ne pouvait se résoudre à nous donner une fessée, pas même une seule fois, et s’offrait en spectacle en essayant de nous faire peur. Peu importe quoi, dès qu’on piquait la moindre crise, il nous écoutait et cédait docilement. » Xiao Lingxi riant chaudement se remémorant ces souvenirs.

« Une fois, ça n’avait pas marché. » Le sourire de Xiao Che se troubla.

« À mon douzième anniversaire, quand tu avais onze ans, grand-père te trouva un petit pavillon et t’interdit de dormir avec moi à partir de ce jour. Je me souviens comme tu avais supplié grand-père chaque jour, pleurant et criant, et arrêtant même de manger par colère. Mais grand-père resta inébranlable. Quoi que tu fasses, il ne voulait plus te laisser dormir dans le même lit que moi… et à mesure que le temps passait, tu n’avais plus d’autre choix que de suivre son ordre.

— Ça… c’est car j’étais très jeune, et il y avait de nombreuses choses que je ne comprenais pas ! » Xiao Lingxi pinça l’épaule de Xiao Che.

« Il y a certaines choses que les filles apprennent seulement en grandissant, hmph.

— Quoi par exemple ? » Xiao Che ouvrit grand les yeux, le visage soupçonneux.

« Que… Que les garçons et les filles ne peuvent pas dormir ensemble après avoir grandi ! Je ne peux pas croire que tu ne le savais pas ! » Repensant à ce qui s’était passé plus tôt, Xiao Lingxi ajouta une autre phrase :

« Et aussi, ils ne peuvent pas spontanément embrasser une fille comme quand ils étaient petits !

— Ah, ainsi donc c’est comme ça… » Xiao Che jeta un regard à l’adorable joue de Xiao Lingxi, à la teinte de jade sous le le beau et brillant éclat des astres. Il se rapprocha silencieusement.

« Mais j’ai toujours envie de t’embrasser, que dois-je faire ? »

— Alors épouse-moi ! » répondit Xiao Lingxi le visage fier, ses joues roses légèrement relevées.

« Si tu n’étais pas ma tante, je me marierai certainement avec toi, répondit immédiatement Xiao Che.

— … »

Après avoir dit cela, Xiao Che regarda dans le vide devant lui. Le visage de Xiao Lingxi se figea lui aussi, fixant Xiao Che, le regard vide… comme si tous deux étaient soudain devenus stupides.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Contenu protégé
Back To Top